Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureHistoire, sociétésSabine Melchior-Bonnet, Le Rire d...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir

Paris, Presses universitaires de France, 2021, 416 pages
Monique Jucquois-Delpierre
p. 550-552

Texte intégral

1L'instruction, la parole et l’écriture furent longtemps refusées aux femmes, aux dires d’aucuns. Le rire aussi, semble-t-il. Étonnant ? Non, quand on se rappelle les injonctions parentales de jadis, lors de prises de photos consacrant des événements significatifs. « Un large sourire ne convient pas à une jeune fille » (sic). Les smartphones et autres engins fixent regards et mémoires aujourd’hui. Ils gomment les désagréments d’un passé trop conformiste, en créant de nouveaux terrains et moments culturels sans cesse en devenir. On efface, on remplace, on copie, on colle.

2De manière très fine et très sensible, Sabine Melchior-Bonnet conte une sorte d’histoire du rire des femmes, tant celui qu’elles émettent que celui qu’elles provoquent ; elle narre comment, au cours des temps et suivant la classe sociale, la bienséance, les règles de la conversation et de la séduction, la morale, leur interdisaient de se laisser aller à rire ou à faire rire. Elles le leur interdisaient en règle générale, mais pas toujours, de beaucoup s’en faut. À tel point qu’on peut douter de la pertinence du sous-titre Une histoire de pouvoir. En effet, l’auteure nous parle de multiples formes de rires et de rieuses : le rire de Sarah, compagne d’Abraham quand elle attend un enfant (p. 19-23), le rire obscène autour des cultes de Dionysos et de Déméter (p. 28-30), le rire érotique ou le rire féminin décrit par Dante « éclair radieux de la délectation de l’âme » (p. 43) ou le rire bienheureux. S. Melchior-Bonnet constate : « Bénédiction passagère, le rire féminin tisse un rapport étroit entre le sexe, la vie, la naissance, la fécondité, la maternité » (p. 46). Dans le chapitre consacré entre autres au rire et à la bienséance, l’auteure met en évidence de multiples aspects du rire en soulignant les stéréotypes ou idées fausses d’une infinie récurrence au cours des temps. Par exemple, en 1717, l’abbé Morvan de Bellegarde voit dans le rire féminin le germe de la folie (Réflexions sur le ridicule, , Paris, Amsterdam, p. 104, cité p. 57). On n’est pas loin des propos sur l’hystérie qui, par respect ou reconnaissance envers Sigmund Freud, a été longtemps considérée uniquement comme l’apanage de la femme, alors que Jean-Martin Charcot avait démontré le contraire (p. 283).

3Toujours est-il que sont remarquables tant l’érudition de cette ingénieure de recherche au Collège de France que son choix judicieux des citations. Elle a lu le rire à travers des siècles de littérature, surtout les xviie et xviiie siècles. Le rire amoureux, gras, mélancolique, le mélodrame, le burlesque, la « démangeaison riotteuse », la raillerie apparaissent dans les écrits qu’on trouve dans les notes de fin de livre à défaut de bibliographie. Une citation de Gustave Le Bon ne doit pas nous échapper. Il affirme : « Tous les physiologistes qui ont étudié l’intelligence des femmes […] reconnaissent aujourd’hui qu’elles représentent les formes les plus inférieures de l’intelligence humaine et sont beaucoup plus près des enfants et des sauvages que de l’homme adulte civilisé » (L’Homme et les sociétés. Tome I, Paris, J. Rotschild, 1881, p. 496, cité p. 281-282 dans le chapitre « Hystériques et grisettes »). Il ne connaissait, pour sûr, ni Sapphô ni George Sand, encore moins Marie-Anne Lavoisier, Sophie Germain, Ada Lovelace ou Florence Nightingale. Il était très certainement ignorant de l’œuvre d’Émilie du Châtelet, amie de Voltaire, née en 1707 et renommée pour sa traduction en français des Principia Mathematica d’Isaac Newton, qui fait encore autorité aujourd’hui. Comment aurait-il pu connaître les travaux de Marie Curie ? Était-il aveuglé par la misogynie ou est-elle née trop tard ? En tout cas, il y aurait de quoi douter de l’ensemble de son œuvre L’Homme et les sociétés.

4Oublions G. Le Bon pour Plutarque qui considère que « le rire fait partie de tout ce qui compose l’harmonie du couple » (Préceptes conjugaux, 142 A-B, cité p. 87-88). Admirons aussi Victor Hugo au hasard des citations de ce livre qui mélange droit des femmes et droit de rire : « Il y a des citoyens mais pas de citoyennes : c’est là un état violent », écrit V. Hugo à Léon Richer, auteur d’un plaidoyer pour La Femme libre (Paris, E. Dentu, 1877, cité p. 308).

5C’est S. Melchior-Bonnet elle-même qui qualifie « [l]e rire féminin » de « porte-drapeau du bonheur » en clôturant le chapitre « Cachez ces dents que je ne saurais voir » (p. 83). Cette pudeur à propos du rire est-elle uniquement une contrainte pour les femmes ? Dans Le Pays des autres de Leïla Slimani (Paris, Gallimard, coll. Folio, 2021, p. 46), par exemple, on trouve une remarque qui prouverait le contraire : « Elle l’amusait, lui qui ne savait pas rire avec ses dents, qui mettait toujours ses mains devant sa bouche comme s’il trouvait que la joie était, de toutes les passions, la plus honteuse et la plus impudique ». Il « cache » donc aussi « ces dents qu’on ne saurait voir » ?

6Le dernier tiers du livre Le Rire des femmes est davantage consacré à l’époque contemporaine. Il nous instruit plus profondément sur ce métier du ou de rire. Cette partie du travail est quelque peu décevante. Est-ce parce que l’auteure mélange l’histoire du féminisme et l’histoire du rire ou parce qu’elle draine de nombreuses affirmations contestables ? Est-ce parce qu’il y manque une argumentation solide qui justifierait le sous-titre Une histoire de pouvoir ? Ou enfin est-ce parce que cette partie, plus encore que l’ensemble du livre, est grosse de plusieurs sujets ?

7S. Melchior-Bonnet avait certes cité différents auteurs soulignant ainsi quelques formes de dénigrement de la femme. On a repris la citation de G. Le Bon (p. 281-282), on peut encore nommer Pierre-Joseph Proudhon (p. 309) : « la femme ne peut soutenir la tension cérébrale de l’homme ». Le rire y est absent, nous semble‑t‑il, tout comme « dans la somme philosophique et théorique de Simone de Beauvoir où le rire n’est pas invité » mais que l’auteure se doit de rappeler (p. 310).

8Quelques affirmations sont discutables, biaisées qu’elles sont dans une interprétation de quelques écrivaines phares de la littérature féminine. Dans le chapitre consacré à « l’esprit d’enfance », « Virginia Woolf met en mots le rôle émancipateur du rire » (p. 311). « La femme est mieux placée que quiconque pour déceler les artifices de la société, considérée comme inférieure, elle ne dispose pas d’un savoir susceptible de corrompre son regard ni d’interférer dans son jugement » (p. 312). À la suite de Christine Reynier (« Virginia Stephen (Woolf) et le rire comme horizon », Études britanniques contemporaines, 40, 2011, p. 5-18), S. Melchior-Bonnet écrit : « En faisant l’éloge du rire, Virginia Woolf revendique tout ce que la société dénigre et dévalorise ».

9« Trois grandes figures écrivaines du xxe siècle affirment explicitement leur rapport au rire pour éclairer la polarité masculin-féminin » (p. 316) : Colette, Marguerite Duras et Nathalie Sarraute.

10« Les femmes poursuivent leurs réquisitoires contre la domination masculine en inventant un style mi-amer mi-narquois qui retourne la souffrance en plaisir esthétique » (p. 316). Chez Colette, « rire est une profession de foi répétée à plusieurs âges de sa vie » (p. 317). « Le rire de Duras est un tsunami dévastateur » (p. 323). Il « a une portée métaphysique plus que sociale » (p. 324). « L’univers de Sarraute ressemble soudain au tribunal de Kafka : le rire est l’instrument du meurtre » (p. 328). « Il n’y a pas de rire innocent » (p. 329).

11Sans doute, y a-t-il de multiples formes de rires et le rire contestataire n’a-t-il rien d’innocent. Sans doute, le rire a-t-il fait couler beaucoup d’encre et de larmes, de siècle en siècle, de l’humain au divin comme l’atteste notamment l’ouvrage dirigé par Frédéric Gugelot et Paul Zawadzki, Rire sans foi ni loi ? Rire des dieux, rire avec les dieux (Paris, Hermann, 2021). Du rire homérique à celui de Bouddha en passant par les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque, il ne fait que peu d’allusions au rire blessé à mort de ceux de Charlie Hebdo.

12« Aujourd’hui, un tiers des humoristes sont des femmes » (p. 336), note l’auteure du Rire des femmes. Ce sont sans doute des statistiques difficiles à établir d’autant plus que, comme elle l’écrit elle-même, « le xxe siècle est trop riche en productions culturelles variées, et trop proches de nous, pour permettre une vision d’ensemble sur le rire des femmes, compte tenu de la variété des situations et des acteurs » (p. 337). Richesse et proximité : sans doute tient-on là les facteurs qui créent l’impression que plusieurs sujets se chevauchent spécialement dans la troisième partie de cette œuvre. Elle embrasse en effet l’évolution des arts, des lettres, du cinéma ; la place des femmes dans ce dernier ; la constitution du huitième art qu’est la bande dessinée ; le statut de la comédie par rapport à la tragédie ; l’histoire du féminisme ; le développement des one man ou woman show ; sans parler de l’évolution de la société elle-même qui reste latente dans l’ensemble des considérations sur le rire des femmes. Oui, la comédie est considérée comme un genre mineur et des femmes comme Coline Serreau (Trois Hommes et un couffin, p. 349) ou Valérie Lemercier se la sont magnifiquement appropriée. Oui, Claire Bretécher a fait évoluer la bande dessinée (p. 351-353). Oui, Anne Roumanoff ou Muriel Robin attirent des foules avec des sketches comme Le bonheur a encore frappé (p. 359). Mais c’est Dany Boon qui a l’humour, le courage et la notoriété voulue pour intervenir lors de la cérémonie des César de 2018 en mettant en avant le piètre rôle de la comédie dans la répartition des prix, le décalage entre le nombre de spectateurs et son absence des César. D. Boon, un homme particulièrement concerné par le rire !

13Mais, après tout et tout compte fait, L’homme est une femme comme les autres (titre du film de Jean-Jacques Zilbermann, 1998, d’après la citation de Groucho Marx : « Les hommes sont des femmes comme les autres »). Dans le tragique ou dans le rire ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Jucquois-Delpierre, « Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir »Questions de communication, 42 | 2022, 550-552.

Référence électronique

Monique Jucquois-Delpierre, « Sabine Melchior-Bonnet, Le Rire des femmes. Une histoire de pouvoir »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30614 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30614

Haut de page

Auteur

Monique Jucquois-Delpierre

Université Heinrich-Heine de Düsseldorf, D-40225 Düsseldorf, Allemagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search