Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureHistoire, sociétésJean-Yves Mollier, Interdiction d...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier. La censure d’hier à aujourd’hui

Joinville-le-Pont, Éd. Double ponctuation, coll. !, 2020, 172 pages
Claudia Moisei
p. 552-554

Texte intégral

1Depuis toujours, les censeurs ont essayé d’interdire les publications qui mettaient en danger leurs conceptions de la vérité, leurs idéologies, leurs pouvoirs et leurs intérêts matériels. Avec ce livre, Jean-Yves Mollier, historien, spécialiste du livre et de l’édition, offre un panorama de la censure au fil du temps et à travers différents pays du monde. Il choisit de traiter le sujet dans une perspective historique, avec de nombreux allers-retours depuis les temps les plus anciens aux périodes plus récentes, en essayant de lier passé et présent. Si la plus ancienne forme de censure connue date de 443 avant Jésus-Christ quand, à Rome, n’importe quel citoyen qui essayait de se hisser dans l’ordre supérieur était frappé d’ignominie par les censeurs, l’auteur observe que ce phénomène est devenu ensuite universel et qu’il n’a fait que se renforcer ces derniers temps. Il s’arrête, tout d’abord, sur la violence de la plus ancienne forme de censure, celle religieuse.

2Dans l’Occident dominé par la chrétienté jusqu’au xve siècle, ensuite divisé par les partisans de nombreuses réformes : luthérienne, calviniste, anglicane, méthodiste, baptiste, etc., l’Église catholique, à travers la congrégation de l’Index, suivie de celle du Saint-Office, a frappé de sanctions, à partir du xvie et jusqu’au xxe siècle, tout auteur qui osait s’écarter du droit chemin. Les protestants avaient pratiqué, eux aussi, le même type d’anathème. L’Index romain fut supprimé en 1966, au lendemain du concile Vatican II, mais la censure catholique n’a pas complètement disparu de nos sociétés encore de nos jours. Pour illustrer ses propos, l’auteur évoque un fait divers récent, daté de fin mars 2019, lorsque trois prêtres polonais de Gdansk ont brûlé des dizaines de livres jugés contraires à leur foi.

3L’auteur s’intéresse ensuite à la situation des éditeurs et des écrivains travaillant dans des pays majoritairement musulmans et souligne la lenteur des évolutions et la difficulté d’aborder les questions touchant, de près ou de loin, à l’islam. Il évoque ainsi le sort réservé au libre penseur Salman Rushdie, condamné à mort par une fatwa iranienne, l’exil du romancier ivoirien Ahmadou Kourouma, l’attaque au couteau contre le lauréat du prix Nobel de littérature Naguib Mahfouz, le sort du romancier algérien Kamel Daoud, victime d’une fatwa appelant à son exécution et le cas de Boualem Sansal, dont la condamnation fut réclamée en Algérie. Un sous-chapitre est consacré à « La phobie du blasphème » (p. 46-57) qui traite les polémiques suscitées par la publication des caricatures du prophète Mahomet par le quotidien danois Jyllands-Posten du 30 septembre 2005, puis par le quotidien français France-Soir et l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Le fait le plus récent évoqué est le déchaînement de la violence verbale dont fut victime, en 2020, une lycéenne française, pour avoir critiqué l’islam dans une vidéo sur Instagram. Observant que l’hindouisme en Inde et le bouddhisme au Myanmar cèdent de plus en plus à l’obsession d’un repli sur soi, l’auteur craint pour le rétrécissement de la liberté d’éditer dans tous les pays qui connaissent une censure de type religieux.

4À la censure religieuse s’ajoute la censure politique, considérée par J.‑Y. Mollier et la plupart des écrivains, journalistes et éditeurs qu’il a interrogés comme « l’arme la plus répandue aujourd’hui dans le monde » (p. 99). Réputée comme la censure la plus dangereuse, parce qu’elle menace la vie des professionnels, l’auteur signale ses ravages à travers le monde et, tout d’abord, dans les pays africains qui ont connu des régimes dictatoriaux sanglants ces dernières années, comme le Nigeria, l’Ouganda et la République centrafricaine, ou dans les pays d’apparence plus démocratique, comme le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

5Dans le monde arabe, c’est globalement la production en sciences humaines et sociales qui souffre le plus de la censure politique. Dans des pays plus tolérants en matière de publication, tels que le Maroc, le Liban et la Tunisie, l’accès aux archives et aux statistiques est souvent strictement contrôlé ou empêché. L’auteur tient à signaler aussi les pays où la censure est une activité légale, qui s’exerce au grand jour : le Liban, l’Arabie saoudite, le Koweït, la Syrie ou l’Iran. En s’arrêtant sur le cas de la Syrie, il fait savoir qu’il n’y a plus d’éditeur qui n’ait franchi le seuil d’une prison, en passant souvent avant par des interrogatoires avec usage de la torture, procédés courants dans d’autres États de cette région du monde. J.‑Y. Mollier insiste sur le fait que toutes ces pratiques n’ont pas été inventées au xxe siècle et qu’elles existaient aussi en Europe, avant la Première Guerre mondiale.Les éditeurs d’Amérique latine ont attiré plus particulièrement son attention à cause de leur expérience en matière d’interdictions de toutes sortes, dues à la censure politique. Pendant les dictatures qui ensanglantèrent Haïti, sous François Duvalier puis son fils, en République dominicaine à l’époque de Rafael Trujillo, au Cuba de Fulgencio Batista et au Guatemala du colonel Carlos Castillo Armas, puis au Brésil dès 1964, au Chili en 1973, en Argentine en 1976, comme au Paraguay et en Bolivie, à la même époque, il est devenu pratiquement impossible de publier librement.

6L’auteur clôt le chapitre consacré à la censure politique avec un regard sur les pays occidentaux, où il constate « un déplacement ». Historiquement, privilège des pouvoirs religieux, politiques ou judiciaires, la censure est utilisée, depuis quelques années déjà, par les groupes minoritaires (personnes qui partagent la même origine ethnique, femmes, gays, transgenres, adeptes de diverses religions, handicapés, etc.) pour défendre leurs droits. S’arrêtant sur le cas des États-Unis, J.‑Y. Mollier observe que certains mots, idées ou écrits sont maintenant interdits. Les grandes maisons d’édition rémunèrent même des rewritters [rédacteurs-réviseurs], chargés d’effacer tout ce qui pourrait déplaire aux nouveaux lecteurs. Les auteurs classiques n’échappent pas aux nouvelles tendances. En citant l’exemple du roman Les Aventures de Huckleberry Finn de Mark Twain, qui a été récemment nettoyé de tous les mots « niggers » (nègres), J.‑Y. Mollier se demande, avec préoccupation, « où ce mouvement de rectification de la pensée s’arrêtera » (p. 79). Loin de se cantonner aux États-Unis, il attire l’attention sur le fait que, dans tout le monde occidental, la judiciarisation du monde éditorial est inquiétante, parce qu’elle instaure une nouvelle forme de censure, avant publication. Le retrait, en avril 2019, de La Belle au bois dormant et du Petit Chaperon rouge des écoles maternelles du Royaume-Uni, puis de Catalogne, lui rappelle le temps des gardes rouges de la révolution culturelle chinoise.

7L’auteur accorde une attention particulière à la rédaction et à la publication des manuels scolaires, surtout à ceux d’histoire, et observe qu’il s’agit d’un sujet sensible dans la plupart des pays du monde. La présentation des mêmes faits historiques peut d’ailleurs différer d’un pays à l’autre, les mêmes événements pouvant être transformés en un récit apologétique ou, au contraire, critique. La conséquence la plus évidente de la censure politique est, selon J.‑Y. Mollier, l’autocensure, qui revêt de multiples visages, selon les époques et les lieux.

8Après les censures religieuse et politique, l’auteur s’attarde sur la censure morale, omniprésente, notamment dans la société victorienne. Il observe que le retour à l’ordre moral est toutefois plus d’actualité que jamais, en particulier aux États-Unis, où les coups portés à la liberté de lire sont constants dans les écoles. Si aux États-Unis, les demandes de censures émanent souvent des parents d’élèves, dans d’autres pays du monde, il arrive aussi qu’elles viennent de la part de professionnels du livre zélés, comme ce fut le cas, en 2019, en Chine, ou dans le monde arabe, où les organisations officielles d’auteurs ou d’éditeurs peuvent censurer elles-mêmes les livres.

9À l’heure des GAFA – Google, Apple, Facebook et Amazon – et de l’explosion des ventes des livres en ligne, l’auteur observe une résurgence du moralisme. Morale et religion s’entrecroisent de plus en plus à travers le monde et tout ce qui relève d’un système de pensée différent de celui qui publie peut vite être qualifié d’obscène et se trouver censuré.

10La nouvelle menace du xxie siècle est incarnée, pour J.‑Y. Mollier, par les censures économiques. Avec l’accroissement des places de marché numériques, la possibilité d’interdire la circulation d’une œuvre s’est renforcée. Si, tout au long de l’histoire, les individus ont réussi à développer des stratégies pour contourner les autres formes de censure, dans le cas de la censure économique, l’argent devient le nerf de la nouvelle guerre de position et les anciennes stratégies ne fonctionnent plus. L’auteur évoque le cas de l’avionneur Marcel Dassault qui a acheté tous les exemplaires du livre que Pierre Assouline lui avait consacré, au début des années 1980, pour empêcher sa lecture, celui du directeur général des éditions Calmann-Lévy qui avait renoncé à publier la biographie de l’homme d’affaires François Pinault ou encore le cas de Nicolas Sarkozy qui a réussi à décourager les éditions Michalon de publier le livre-enquête Une république sous haute surveillance du magistrat indépendant Serge Portelli.

11La méthode, plus subtile, d’assèchement du marché est aussi mentionnée. Plus difficile à prouver, cette forme de censure économique explique, selon l’auteur, la publication simultanée de certaines biographies, à l’aide d’une grande publicité, afin de dissuader un autre éditeur de consacrer un livre au même sujet. Ce fut le cas des biographies d’Alain Delon, N. Sarkozy, Bernard-Henri Lévy, Bernard Arnault ou encore F. Pinault. La censure économique peut revêtir, selon J.‑Y. Mollier, d’autres visages, résultant des jeux d’influence plus subtils et invisibles. Elle peut conduire à la disparition pure et simple des projets éditoriaux gênants. L’exigence de rentabilité compte également dans la censure du livre. Augmenter la marge des bénéfices est un but constant aux États-Unis. En Europe, et plus particulièrement en France, la restructuration du secteur éditorial des années 1990-2000 avait la même finalité. Ces objectifs ont eu un impact direct sur les contenus des publications. L’auteur déplore enfin des actes de censure économique qui peuvent s’exprimer plus brutalement, comme ce fut le cas du géant minier Barrick Gold qui, après cinq ans de poursuites judiciaires, réussit un retrait des librairies du livre d’Alain Deneault, Noir Canada. Pillage, corruption et criminalité en Afrique. Deux sous-chapitres sont consacrés aux lanceurs d’alerte et aux empires des mafias, avant de conclure avec un chapitre suggestif sur la situation actuelle : « La censure, un phénix toujours renaissant » (p. 151-164), qui met en garde sur le fait que l’ombre de la censure n’est nullement disposée à s’éloigner de nous.

12Le livre accorde une grande importance aux images, des illustrations en noir et blanc sont omniprésentes et elles sont largement expliquées. S’agissant, dans la plupart des cas, des reproductions des éditions originales, les illustrations apportent un peu plus de clarté à la démarche scientifique. Nous découvrons, par exemple, les couvertures d’Index librorum prohibitorum, de 1564 et de 1758. Grâce au dessin d’André Gill, publié dans le journal L’Éclipse du 19 juillet 1874, on peut voir à quoi ressemblait Madame Anastasie, la représentation de la censure qui avait fait le tour du monde et qui s’est imposée comme le portrait de l’aveuglement des autorités devant l’audace des créateurs. Les couvertures des livres de la plupart des auteurs interdits sont également représentées. Des références bibliographiques très bien fournies et des fiches de présentation des organisations de défense de la liberté de publier complètent le livre. L’auteur propose même les liens hypertexte et les codes QR de certains des ouvrages cités.

13Sans épuiser le sujet, ce livre est une autre manière de dire que « la lecture silencieuse, loin des rumeurs des réseaux sociaux et du bruissement de l’actualité, demeure le dernier garant de nos libertés » (p. 9) et de rappeler que le rôle des éditeurs est celui de publier des livres, sans tenir compte du prix à payer pour qu’ils voient le jour, en refusant tout diktat, religieux, politique, moral ou économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Moisei, « Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier. La censure d’hier à aujourd’hui »Questions de communication, 42 | 2022, 552-554.

Référence électronique

Claudia Moisei, « Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier. La censure d’hier à aujourd’hui »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30615 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30615

Haut de page

Auteur

Claudia Moisei

CNRS, ISP, F-75042 Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search