Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureMédias, technologies, informationMarie-Pierre Fourquet-Courbet et ...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique

Paris, Dunod, 2020, 240 pages
Alexandre Eyries
p. 596-598

Texte intégral

1Si les recherches en sciences de la communication portant sur les liens entre la communication numérique (« les écrans ») et le bien-être se sont bien structurées dans certains pays européens (Allemagne, Pays-Bas…) et américains (notamment aux États-Unis), elles demeurent relativement méconnues dans les pays francophones. L’ouvrage Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique cosigné par Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet (tous deux professeurs en sciences de l’information et de la communication) entend combler cette lacune. C’est le premier ouvrage en langue française « qui dresse une synthèse des récentes recherches scientifiques sur les liens entre, d’une part, les médias numériques et leurs utilisations, et d’autre part, le bien-être et la santé psychologique et physique » (p. 15-16) des adultes et adolescents. Derrière un titre grand public se cache, en fait, une synthèse critique de recherches scientifiques pluridisciplinaires (sciences de la communication, psychologie, psychologie sociale, santé publique, sociologie…) qui concernent les usages et leurs effets, mais aussi les processus impliqués et leurs déterminants psychologiques et sociaux.

2Les deux auteurs, se réclamant en grande partie d’une épistémologie fonctionnaliste, ils expliquent les effets délétères des écrans pour le bien-être et les processus impliqués. Mais ils s’attachent aussi à montrer, et c’est l’originalité du livre, que contrairement à ce que l’on entend le plus souvent, il existe des recherches empiriques montrant que les écrans et leurs contenus (smartphones, tablettes, réseaux sociaux, séries télé, jeux vidéo, Internet, etc.) peuvent aussi aider à améliorer le bien-être, la santé et les relations aux autres, à condition de développer ce que les auteurs nomment l’« intelligence numérique » c’est-à-dire une « capacité à comprendre et apprendre afin de mieux s’adapter (sur le plan des comportements, des pensées, des affects) à l’environnement numérique en mutation permanente, pour utiliser de manière optimale […] les […] technologies de l’information et de la communication digitale tout en préservant voire en améliorant sa santé psychologique, physique et son bien-être à court et long termes » (p. 18). Le livre se distingue donc d’autres publications académiques, notamment celles qui ne sélectionnent que les études empiriques qui dénoncent et mettent en garde le grand public sur les risques des écrans, en particulier pour les enfants.

3Constitué d’une introduction, de huit chapitres et d’une conclusion, cet ouvrage recèle plusieurs intérêts pour les chercheurs et spécialistes en communication. Premièrement, il est fondé sur une importante bibliographie internationale et pluridisciplinaire de 325 références souvent très récentes. Il met ainsi en perspective, au sein des sciences de l’information et de la communication, des recherches sur les usages des médias et des écrans, avec une focale au niveau micro – individuelle et interpersonnelle –, très complémentaires des travaux ayant une optique sociologique ou anthropologique.

4Deuxièmement, l’ouvrage apporte des réponses aux questions que l’on se pose sur les effets des usages dits excessifs ou problématiques sur la santé psychologique et physique. Il recense des recherches scientifiques récentes qui montrent des conséquences parfois peu connues, tant positives que plus délétères sur le bien-être. Les écrans et les réseaux sociaux ont des effets et des liens paradoxaux : utilisés activement, ils sont « bénéfiques pour l’image de soi ou pour développer de bonnes relations sociales. Au contraire, utilisés passivement, ils contribuent à nous faire ressentir jalousie et anxiété » (p. 26). C’est, par exemple, le cas des serious games dans le cadre de la prévention de certaines maladies ou de l’éducation thérapeutique. Les auteurs développent également le cas des groupes de soutien en ligne. En particulier, et de manière originale, le livre explique comment les écrans peuvent contribuer à donner davantage de sens à sa vie, à accroître ses forces de caractère et à mieux vivre ses relations aux autres par écran interposé, afin d’améliorer le bien-être à long terme.

5Les auteurs expliquent aussi, et c’est là un troisième intérêt de l’ouvrage, comment tirer de ces recherches des enseignements concrets pour qu’adultes et adolescents utilisent les écrans à bon escient. Partant du constat que la façon dont on utilise les écrans peut altérer le bien-être et la santé physique, les auteurs y voient le signe d’un dysfonctionnement, quasi anthropologique, de l’intelligence humaine actuelle encore trop peu capable d’adapter les fonctions psychologiques et les comportements à ce nouvel environnement digital. Ainsi le livre fait-il aussi un point sur les dernières recherches scientifiques encore peu connues pour permettre concrètement d’améliorer l’intelligence numérique de façon à mieux utiliser les technologies de la communication.

6Dans leur introduction (p. 11-28), M.-P. Fourquet-Courbet et D. Courbet définissent d’abord la santé psychologique et le bien-être avant d’identifier trois types de bien-être : le bien-être hédonique ou « bien-être subjectif atteint lorsque l’on ressent un maximum d’émotions positives et de plaisir » (p. 20-21). Le « bien-être eudémonique est davantage axé sur les processus, ce qui signifie qu’il s’agit plus d’un mode de vie que du résultat d’une action ou d’une expérience » (p. 22). Les auteurs privilégient une perception plus sociale du bien-être, qui est bien plus liée aux relations sociales positives et constructives que nous établissons avec les autres et au soutien social qu’ils peuvent nous apporter.

7L’ouvrage s’attache ensuite à montrer comment et par quels processus les médias et la communication digitale favorisent ou altèrent les différents types de bien-être. Le chapitre I (p. 29-46) est consacré aux réseaux sociaux et on y découvre que, selon ce que nous y faisons, notre niveau de bien-être serait bien différent. Utilisés activement, les réseaux sociaux sont bénéfiques pour l’image de soi ou pour développer de bonnes relations sociales. Au contraire, utilisés passivement, ils contribuent à nous faire ressentir anxiété et jalousie. Plus on y passe du temps et plus on ressent un sentiment de solitude et même des symptômes de dépression. Le chapitre II (p. 47-60), quant à lui, met en lumière pourquoi nous sommes si attachés à notre smartphone, et pourquoi il est aussi source d'anxiété. « Cette anxiété est à l’origine d’un nouveau trouble : la nomophobie (contraction de no mobile phobia). Il s’agit d’une crainte quasi obsédante et continuelle de ne pas avoir son smartphone en état de marche avec soi » (p. 53), crainte qu’il est toutefois possible de canaliser au prix de certaines stratégies.

8Comme la surcharge numérique génère toujours davantage de stress, y compris en dehors de la sphère professionnelle, le chapitre III (p. 61-72) détaille les liens de ce stress avec la FOMO (Fear of missing out), ou peur de rater quelque chose. Le chapitre IV (p. 73-88) est consacré aux usages excessifs de l'Internet : il questionne le concept d’« addiction » et présente ce qu’en disent les récentes recherches. On y découvre notamment comment plateformes et applications seraient aujourd’hui conçues pour rendre les usagers les plus dépendants possibles… Avec les technologies de la communication et l’Internet, nos performances intellectuelles se trouvent, selon les auteurs, modifiées. Ainsi, le chapitre V (p. 89-108) porte sur le multitâche et le concept de « mémoire transactive » qui repose sur des « mécanismes par lesquels les personnes travaillent en groupe encodent stockent et récupèrent non pas individuellement mais collectivement les connaissances, chacun mémorisant une partie des informations » (p. 90). Le bien-être étant évidemment aussi lié à la santé physique, le chapitre VI (p. 109-128) explique les liens entre les différents écrans et le surpoids, l’obésité ou les troubles du sommeil. La dernière partie du livre, enrichie d’une approche philosophique, est consacrée aux nombreux divertissements (vidéos drôles, séries télévisées, films, jeux vidéo…) offerts par les écrans, dont les effets positifs sur le bien-être hédonique et eudémonique ont été empiriquement démontrés depuis peu de temps.

9Plus précisément, le chapitre VII (p. 129-150) s'intéresse à leurs effets favorables sur le bien-être hédonique à court terme alors que le chapitre VIII (p. 151-184) analyse beaucoup plus en profondeur les impacts à long terme de certains de ces divertissements, notamment les films et séries, sur le bien-être eudémonique. Les auteurs expliquent notamment comment certains contenus (publicité, films…) favorisent, dès le plus jeune âge, le matérialisme et le lien qu’il y a entre ce dernier et un moindre bien-être. Ils montrent également comment certains contenus permettent de donner plus de sens à sa vie, de réguler les émotions individuelles et collectives et de mieux réagir face à certaines difficultés existentielles. Enfin, la conclusion (p. 185-208) détaille trois processus fondamentaux pour développer une plus grande intelligence numérique et accéder à plus de bien-être à l'ère digitale. Les auteurs recommandent premièrement de bien connaître les effets des médias, et donc les recherches scientifiques dans ce domaine. Deuxièmement, ils conseillent de mieux se connaître et de viser des objectifs existentiels (donner du sens à sa vie, rechercher activement du sens avec et sans les écrans). Troisièmement, ils expliquent en détail comment adolescents et adultes peuvent gérer et maîtriser leurs comportements numériques.

10Tout au long de l'ouvrage, plusieurs encarts développent des recherches scientifiques liées à certaines pratiques emblématiques de la communication digitale : le cyberharcèlement, les selfies, le phubbing (un cas de technoférence), les effets positifs des serious games et des exergames, les actualités dramatiques sur les médias sociaux et les digital detox. Ces encarts visent à ouvrir des perspectives mais leur format restreint limite les analyses. On aurait aimé que ces encarts soient davantage développés, notamment l’hypothèse originale selon laquelle les réseaux sociaux seraient le support d’une « conscience collective numérique » permettant la régulation d’émotions collectives. Outre les aspects scientifiques, c’est un livre qu’il convient également de lire quand on s’intéresse à l’éducation aux médias et à l’information donnée aux élèves, dont le programme intègre, depuis peu, une partie sur le bien-être numérique et la santé. Quant à la principale critique du livre, elle concerne le choix des auteurs de d’abord publier un livre, support destiné avant tout aux étudiants et au grand public. Peut-être est-il maintenant souhaitable de détailler scientifiquement les recherches qui sont synthétisées dans le livre et de proposer des livraisons de revues scientifiques de langue française sur ce nouveau courant de recherche émergent, permettant ainsi de les discuter plus amplement sur les plans théorique, méthodologique et épistémologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique »Questions de communication, 42 | 2022, 596-598.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Marie-Pierre Fourquet-Courbet et Didier Courbet, Connectés et heureux ! Du stress digital au bien-être numérique »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30709

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search