Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureMédias, technologies, informationJulien Fretel et Michel Offerlé, ...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Julien Fretel et Michel Offerlé, Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysée

Paris, Éd. La Découverte, coll. Sciences humaines, 2021, 320 pages
Alexandre Eyries
p. 598-600

Texte intégral

1Dans notre tradition démocratique nationale, le président de la République française est choisi par une majorité de ses concitoyens pour les administrer, pour diriger le pays, pour prendre les meilleures décisions au nom de la recherche de l’intérêt général et pour veiller à ce que les fonctions régaliennes soient respectées et correctement mises en œuvre. À cet égard et par voie de conséquence, il est pleinement redevable aux Français de la confiance qui lui a été témoignée dans les urnes et se voit chaque jour adresser environ un millier de lettres de citoyens qui témoignent de leurs difficultés, attirent l’attention du chef de l’État sur un certain nombre de problématiques ou lui expriment leurs revendications de façon parfois véhémente. Dans tous ces cas de figure, l’ensemble de ces missives reçues au guichet du palais de l’Élysée constituent un instantané de l’opinion publique française, elles permettent d’éclairer les grandes questions sociétales et les grands sujets de préoccupation de la population française. Si certaines lettres sont bien acheminées sur le bureau du chef de l’État, la plupart d’entre elles sont orientées et transférées vers les cabinets ministériels et les administrations compétentes chargées de leur adresser la plupart du temps des réponses types. Tous ces courriers sont triés, soupesés, vérifiés (à la recherche d’un danger potentiel) et utilisés pour nourrir des tableaux, des analyses chiffrées et des graphiques. Les courriers jugés représentatifs deviennent l’une des fenêtres par lesquelles le président de la République peut jauger les protestations, évaluer sa popularité et le consentement de ses concitoyens aux politiques qu’il conduit.

2C’est à cette riche correspondance présidentielle et élyséenne qu’est consacré le dernier ouvrage du politologue Julien Fretel et du sociologue de la politique Michel Offerlé intitulé Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysée. Les deux auteurs ayant bénéficié d’un accès privilégié et littéralement exceptionnel au Service de la correspondance présidentielle, ont pu directement accéder aux courriers adressés aux présidents de la République François Hollande, Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron et, dans une moindre mesure, aux missives envoyées à François Mitterrand. C’est un outil complémentaire des sondages, des meetings et des réseaux sociaux qui permet d’appréhender ce que vivent et pensent réellement les Français. Composé de 7 chapitres, cet ouvrage dense et éclairant propose une plongée inédite dans les arcanes du courrier à vocation présidentielle.

3Dans l’introduction (p. 5-34), J. Fretel et M. Offerlé restituent le contenu d’un entretien qu’ils ont pu mener avec l’ancien président de la République N. Sarkozy qui « accepte bien volontiers de parler des courriers qu’il dit avoir reçus durant toute sa carrière politique. Il peut citer des exemples généraux et dramatiques, essentiellement des requêtes, beaucoup plus que des courriers d’opinion (“un gosse qui a perdu ses parents”, “une famille prise en otage”, “une pauvre femme dont le fils a une maladie incurable”, “une jeune fille violée et tuée dans un wagon”, “des lettres de femmes de policiers ou de soldats morts en service”, “l’avalanche de courriers sur les parts des veuves”) » (p. 8-9). L’ancien président N. Sarkozy précise que la dimension grave, solennelle, parfois tragique des courriers reçus participe d’une logique d’appel au secours ou bien de cri de désespoir de la part de personnes qui se sentent laissées pour compte par l’État, et F. Hollande, quant à lui, a confessé aux deux auteurs de l’ouvrage que les courriers qui lui étaient envoyés au palais de l’Élysée « faisaient partie des instruments au moyen desquels il s’efforçait de prendre “le pouls” du pays, et qu’il cherchait à retrouver ce qu’il avait connu quand il était élu local en Corrèze, où les permanences lui permettaient d’avoir un contact suivi » (p. 12). Il essayait ainsi d’anticiper les tendances sociétales profondes et les éventuelles sources d’insatisfaction. À la fin de leur introduction, les auteurs livrent leur objectif scientifique qui est d’apporter une contribution significative à « la sociologie des écritures ordinaires, à la sociologie de la politisation […] et enfin, […] à une autre sociologie de l’institution présidentielle, sensible aux représentations spontanées que s’en font les citoyens ordinaires » (p. 33).

4Dans le premier chapitre (p. 35-63, J. Fretel et M. Offerlé rappellent à juste titre l’importance du travail de tri, de sélection et d’orientation des courriers, sinon vers le bureau du président de la République, du moins vers les bureaux et services compétents au sein du Service de la correspondance présidentielle (SCP) devenu en 2020 le Service de la communication directe (SCD). Ce premier tri effectué, l’autre travail, le cœur de métier du service, consiste à « accueillir les mille lettres quotidiennes qui arrivent à l’Alma, avec une hantise, ne pas engager la parole du président sur une voie qui pourrait lui nuire. Donc discerner. Pour les courriers dits réservés, recevoir avec précaution et attention les courriers des homologues du chef de l’État, apporter un soin particulier aux requêtes et correspondances de notoires de la République, traiter le courrier des élus nationaux et locaux et autres titulaires de fonctions institutionnelles. Pour les requêtes, répondre à tous, répondre vite » (p. 62).

5Dans le deuxième chapitre, le politologue et le sociologue reviennent sur les modalités préalables à l’écriture d’un courrier adressé au président de la République et sur les motivations profondes de ce type de missive : « Écrire pourquoi et écrire à qui ? Le père, l’homme, le grand homme, l’ancien et lointain camarade de parti, l’homme qui partage “leurs idées”, mais le plus souvent le responsable tout trouvé, élu par tous les Français, devant rendre des comptes et supposé détenir pour certains scripteurs des capacités d’action insoupçonnables, et avoir toute latitude pour agir » (p. 99). Les courriers reçus par F. Mitterrand durant ses deux mandats laissent transparaître d’un courrier à l’autre différentes images du chef de l’État de l’époque : « Dieu », « Le Père », « Le Roi », « L’élu du suffrage universel », « Le socialiste », « L’Homme ».

6Opportunément intitulé « Demander, Requérir, Supplier », le troisième chapitre (p. 101-139) est l’occasion d’analyser les tonalités principales des courriers reçus par le Service de la correspondance présidentielle. Il en ressort que la nature et le spectre des demandes sont extrêmement larges et variés, et ceci s’explique en grande partie par le prestige de la fonction présidentielle et l’aura qui lui est immanquablement associée : « Le président est aussi crédité d’un pouvoir tout-puissant sur ses services et il y a sans doute dans ces requêtes comme un relent de la topique du roi mal informé et mal entouré. Une fois mis au courant, il peut, il doit pouvoir agir » (p. 102). Il y a beaucoup de lettres qui témoignent des sentiments de leurs scripteurs vis-à-vis des présidents de la République française, un respect mêlé de crainte, une attitude de soumission par rapport à la figure présidentielle tout à fait identique à celle qu’inspiraient et que suscitaient les rois thaumaturges pour faire référence au célèbre livre de l’historien Marc Bloch paru en 1924, « mais de la même manière que les Grecs décrits par Paul Veyne (2014 [1983]) avaient un rapport de croyance ambivalent avec leurs mythes, pléthore de lettres laissent transparaître des sentiments entremêlant l’espoir d’être miraculeusement secouru et l’incrédulité. Il peut, il doit aussi agir auprès des autres puissants, par exemple économiques et prêter ses ressources à celles et ceux qui en sont démunis » (p. 103).

7Le quatrième chapitre (p. 141-177) prête une attention particulière aux lettres de celles et ceux qui veulent instituer par leurs écrits une proximité, une familiarité avec la figure présidentielle, entrer dans un rapport de connaissance mutuelle et réciproque avec le chef de l’État jusqu’à s’adresser à lui comme on s’adresserait à un membre de la famille ou encore à un collègue de travail. Il est des scripteurs pour qui il importe, par le courrier qu’ils adressent à l’Élysée, d’entretenir un lien direct avec le président : « plus qu’une interpellation semblable à un devoir – ou à un droit – citoyen d’interroger les responsables politiques en vue de les contrôler démocratiquement, c’est davantage à une volonté de parler de politique de manière exclusive, confidentielle, pour ne pas dire “confessionnelle”, hors de toute médiation et a fortiori de quelque truchement médiatique que ce soit, à laquelle des écrivants paraissent obéir. Ce lien sans intermédiaire apparaît comme une volonté d’échanger son opinion politique, de la tester aussi, sans espérer pour autant établir un véritable dialogue » (p. 149).

8La conclusion (p. 287-298) insiste sur la richesse du matériau épistolaire reçu à l’Élysée et sur l’exploitation qui en est faite par le pouvoir en place en termes d’identification des desiderata du peuple et/ou de récupération de tout ou partie du contenu des lettres pour envoyer des signes de réassurance à destination des citoyens : les lettres envoyées à l’Élysée « sont à cet égard une véritable galerie de la réception des faits et gestes présidentiels, comme des politiques publiques. Elles sont aussi un miroir tendu au Prince qui, s’il choisit de s’y confronter, peut y découvrir un mélange d’a priori négatif, d’hostilité, de mépris ou de haine » (p. 295). Ces lettres cherchent toutes à établir un lien direct, elles appellent de leurs vœux une proximité avec le chef de l’État que celui-ci gagnerait fortement à cultiver, sous peine de voir pâlir son étoile auprès du peuple. Le livre de J. Fretel et M. Offerlé est une invitation à un voyage épistolaire passionnant à travers l’histoire de la politique française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Julien Fretel et Michel Offerlé, Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysée »Questions de communication, 42 | 2022, 598-600.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Julien Fretel et Michel Offerlé, Écrire au président. Enquête sur le guichet de l’Élysée »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30714 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30714

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search