Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Notes de lectureThéories, méthodesStéphane Beaud et Gérard Noiriel,...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie

Marseille, Éd. Agone, coll. Épreuves sociales, 2021, 432 pages
Alexandre Eyries
p. 608-610

Texte intégral

1Dans le débat public en France, depuis le xixe siècle, certains termes participent tout particulièrement à la focalisation de l’espace public en contribuant à donner de la visibilité médiatique à certaines catégories conceptuelles et à certains phénomènes sociétaux. La race est l’un de ces concepts fortement polarisant et sulfureux pour le débat public, un attracteur cognitif qui se prête volontiers au jeu des récupérations politiques et idéologiques. C’est un sujet de société brûlant qui est très souvent invité dans l’écosystème médiatique et dans le champ politique mais hélas rarement questionné et interrogé par les sciences humaines et sociales dans leur ensemble. C’est précisément l’ambition de l’ouvrage cosigné par l’historien Gérard Noiriel et le sociologue Stéphane Beaud – Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie  qui aspire à produire des analyses dépassionnées d’une catégorie conceptuelle complexe.

2Outre une introduction et une conclusion, cet ouvrage comporte 3 parties intitulées « Une socio-histoire de la catégorie de race » (p. 21-138), « Un tournant identitaire : autour de “classes” et “races” » (p. 139-250) et « L’affaire des quotas dans le football français » (p. 251-364) – respectivement constituées de deux, trois et trois chapitres. La volonté des auteurs du livre est de revenir sur l’histoire des enjeux politiques et savants qui se sont noués au xixe siècle autour de la notion de race, pour éclairer les débats actuels et les inscrire dans la filiation d’auteurs classiques de la sociologie tels que Max Weber, Émile Durkheim ou Pierre Bourdieu.

3Dans l’introduction (p. 9-20), S. Beaud et G. Noiriel expliquent que l’affaire George Floyd, assassinat raciste filmé par une passante avec un smartphone et multiplement diffusé dans les médias du monde entier et sur les réseaux sociaux, a déclenché une immense vague d’émotion et de protestations antiracistes portées par des militants, des journalistes, des politiciens, des intellectuels, des experts et des artistes. En France, depuis une quinzaine d’années, « la dénonciation publique de plus en plus fréquente des crimes racistes ou de faits nourrissant des suspicions de discrimination raciale prend régulièrement dans les médias la forme d’“affaires raciales” qui déclenchent immanquablement le même type de polémiques qui s’autoalimentent presque sans fin » (p. 9). C’est précisément dans le but de documenter le regard sur une question sociale épineuse et de défendre l’autonomie de la recherche en sciences sociales pour aider les lecteurs à clarifier les enjeux qui sont au cœur de certaines polémiques publiques dans l’espace franco-français. La démarche et l’objectif des deux auteurs sont clairement explicités à la fin de l’introduction : « C’est en se tenant à distance des polémiques identitaires (au premier rang desquelles se trouve aujourd’hui la question raciale) que l’on pourra réfléchir collectivement d’une manière plus sereine à des questions qui préoccupent légitimement un grand nombre de nos concitoyens » (p. 19).

4Dans le premier chapitre (p. 23-87), les auteurs expliquent que la science de l’homme qui s’est spontanément saisie de la question de la race est l’anthropologie, même si très vite sont apparus des clivages entre les anthropologues de gauche qui en étaient venus « à penser que les races les plus éloignées de la race blanche ne pouvaient pas être concernées par la mission civilisatrice de la France. Inversement, les présupposés […] des anthropologues catholiques […] les incitaient à minimiser les différences entre les races » (p. 55). Les anthropologues possédant une formation médicale initiale ont fortement contribué à la politisation de la question raciale au début de la IIIe République. La création de l’École libre des sciences politiques par Émile Boutmy en 1872 intervient en réaction au point de vue des élites françaises de l’époque (et notamment de la bourgeoisie cultivée) qui ne « combattaient pas l’égalité républicaine au nom des privilèges de leur race, comme les aristocrates, mais en vertu de leurs capacités qu’ils jugeaient supérieures à celles du peuple » (p. 64). En effet, l’École libre des sciences politiques est créée pour offrir une formation généraliste de grande qualité à des personnes issues de classes moins favorisées socialement et qui ne disposent pas de privilèges de caste. Ce « droit du plus capable » selon les termes d’É. Boutmy lui-même, s’opposant à l’hégémonie des classes élevées, illustre la réussite de l’École libre des sciences politiques qui « a trouvé sa place au sein de l’espace public républicain en recrutant des professeurs qui acceptaient de prendre les questions d’actualité pour des problèmes scientifiques, contribuant ainsi à conforter le sens commun » (p. 66).

5Dans le deuxième chapitre de la première partie (p. 89-137), S. Beaud et G. Noiriel restituent bien le contexte socio-historique dans lequel la notion de race s’est retrouvée au centre de l’espace public politique en France et des préoccupations des citoyens sous la menace grandissante du voisin allemand : « Sous l’impulsion d’Adolf Hitler, en effet, le parti nazi était en train de s’imposer en exaltant la race aryenne, en dénonçant la malfaisance des juifs, mais aussi en cultivant les haines nationalistes qui alimentaient le ressentiment à l’égard de la France, accusée d’avoir imposé son diktat au traité de Versailles » (p. 99). À partir de cet instant précis, dans la France de l’entre-deux-guerres, le mot « racisme » s’est imposé dans la langue française pour dénoncer des discours et des programmes politiques dont la finalité consistait à éliminer une race jugée malfaisante. La revendication du racisme dans le discours politique aurait été perçue à cette époque comme un acte d’allégeance à A. Hitler et le mot « racisme » est aussitôt devenu un repoussoir idéologique. Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, association appelant de ses vœux l’égalité de droits entre tous les citoyens, avait diligenté en 1963 une enquête auprès de ses membres intitulée « Les Français et le racisme » qui avait permis d’établir que le racisme devait être analysé sous l’angle non pas de l’idéologie politique mais des comportements individuels : « Selon eux, la manière de lutter contre le racisme ne résidait pas dans l’action politique traditionnelle, ni dans la répression judiciaire, car ces façons d’agir étaient incapables de mettre fin aux multiples formes qu’il peut prendre. À leurs yeux, la meilleure arme, c’était l’éducation civique » (p. 137). Cette vision hautement optimiste de la lutte contre le racisme a été battue en brèche par la multiplicité d’exactions, de crimes et d’incivilités à caractère raciste qui ont hélas émaillé l’histoire contemporaine et moderne.

6Dans le chapitre IV de la deuxième partie de l’ouvrage (p. 181-215), les deux auteurs soulèvent les enjeux de la légitimation de la question raciale en France et soulignent le rôle grandissant des polémiques identitaires dans le débat public et leur influence sur les disciplines académiques ayant vocation à analyser l’homme : « Le mot “racialisme” est devenu une sorte d’insulte dans la bouche ou sous la plume des professionnels de l’opinion pour stigmatiser les sciences sociales en leur reprochant des dérives identitaires dont ils sont pourtant les premiers responsables » (p. 181). En sociologie, c’est sous l’influence de P. Bourdieu que la pensée de la race connaît un nouvel essor : alors que certains refusent « d’appeler “racisme” les formes de mépris social qui n’étaient pas liées au stigmate physique, Bourdieu généralise la thèse du racisme ordinaire et l’intègre dans son analyse des relations de pouvoir en impliquant les intellectuels » (p. 192-193).

7Dans le chapitre VIII (p. 333-363), qui clôt la troisième partie et constitue l’ultime chapitre de Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie, G. Noiriel et S. Beaud reviennent sur une polémique née dans le monde du football professionnel suite à une déclaration du sélectionneur d’alors de l’équipe de France de football Laurent Blanc qui avait déclaré : « Je vois quelques centres de formation : on a l’impression qu’on forme vraiment le même prototype de joueurs : grands, costauds, puissants. […] Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks » (p. 333). Perçue comme résolument raciste, la déclaration de L. Blanc s’inscrivait en réalité dans une économie des pratiques et des échanges symboliques dans le monde du football professionnel qui renvoie fondamentalement aux formes les plus contemporaines de la culture populaire urbaine. Le sociologue S. Beaud et l’historien G. Noiriel entendent produire une mise en perspective sociologique qui « contribuera aussi à illustrer, de manière probante, le fossé qui sépare, d’une part, les réalités populaires du football contemporain en France et, d’autre part, l’interprétation que peuvent en donner des journalistes, prisonniers d’une culture politique alimentée par les polémiques d’actualité » (p. 334).

8Dans la conclusion (p. 365-378), les deux auteurs ont montré avec pertinence et à propos que la question raciale en France a été construite et politisée dès le xixe siècle par les forces conservatrices qui cherchaient à légitimer leur opposition aux forces socialistes combattant les inégalités socio-économiques et entre autres choses l’exploitation de l’homme par l’homme. « Dès le départ, on peut donc dire que la lutte des races a été présentée comme une alternative à la lutte des classes. Les partis d’extrême droite ayant repris à leur compte ce discours racial, jusqu’à la fin des années 1960 les organisations progressistes ont donc eu tendance à définir l’antiracisme comme une dimension de l’antifascisme » (p. 365-366).

9Au-delà du seul monde universitaire, ce livre s’adresse à celles et ceux qui cherchent des ressources pour s’émanciper de toutes les formes d’assignation identitaire proposées par celles et ceux qui entendent aujourd’hui parler à notre place et en notre nom. C’est donc un livre précieux en ces temps troublés, un livre à mettre entre les mains de toutes celles et ceux qui veulent prendre de la hauteur de vue et de la distance critique par rapport à un espace public constellé de discours verrouillés, sulfureux, explosifs tuant dans l’œuf toute possibilité de débat. Une lecture véritablement salutaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie »Questions de communication, 42 | 2022, 608-610.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, Race et sciences sociales. Essai sur les usages publics d’une catégorie »Questions de communication [En ligne], 42 | 2022, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30731 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.30731

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search