Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43FocusSur Des machines, des plateformes...

Focus

Sur Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre âge numérique d'Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee

On Machine, Platform, Crowd: Harnessing Our Digital Future by Erik Brynjolfsson and Andrew McAfee
Nathalie Pinède
p. 337-354

Résumés

L’enjeu de ce texte est de discuter le regard porté par deux économistes américains, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, sur les transformations numériques qui traversent la société à partir du triptyque machines, plateformes et foules. Ces trois termes et la lecture combinatoire qu’en proposent les auteurs, teintée d’un déterminisme technologique dominant assorti de quelques nuances, interpellent les sciences humaines et sociales en général, et les sciences de l’information et de la communication en particulier, pour le regard critique bienvenu qu’elles apportent sur cette vision du monde présent et à venir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage a été traduit en français par C. Jaquet et publié chez O. Jacob en 2015, sous le titre L (...)
  • 2 L’appellation best-seller s’appuie sur la remontée hebdomadaire des ventes de titres de librairie (...)

1En 2014, l’ouvrage de deux professeurs en économie, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, The Second Machine Age. Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies1, connaissait un retentissement en étant consacré best-seller du New York Times2 et, en 2014, faisait partie de la liste des 6 ouvrages concourant au Prix du meilleur livre d’affaire (business book) décerné par le Financial Times. Il faut dire que l’ouvrage, paru il y a un peu moins de 10 ans, pouvait apparaître comme relativement visionnaire, dans un contexte de « pervasion » technologique croissante (tendance à une diffusion omniprésente et transparente des technologies ; Claverie et al., 2009).

  • 3 L’ouvrage n’est pas traduit en français. On peut donner comme traduction : « Plus à partir de moin (...)

2Né en 1962, E. Brynjolfsson a fait sa carrière universitaire entre l’université de Harvard, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’université de Stanford. Jusqu’en 2020, il a été professeur à la MIT Sloan School of Management, directeur de la MIT Initiative on the Digital Economy et du MIT Center for Digital Business). Actuellement, il est titulaire de la chaire Jerry Yang et Akiko Yamazaki, senior fellow au Stanford Institute for Human-Centered AI (HAI), et directeur du Stanford Digital Economy Lab. Quant à A. McAfee, il est né en 1967 et il est chercheur à la MIT Sloan School of Management, et co-directeur de la MIT Initiative on the Digital Economy, dont il est aussi le co-fondateur. Il a publié en 2020 More From Less. The Surprising Story of How We Learned to Prosper Using Fewer Resources and What Happens Next3, dans lequel il propose une analyse optimiste de la situation des ressources naturelles, considérant que le développement technologique contribue à une moindre consommation des ressources et que le système économique capitalistique reste la meilleure voie pour une prospérité régulée. La thèse proposée dans ces pages reste dans le droit fil des écrits commis précédemment avec E. Brynjolfsson.

  • 4 G. Moore, fondateur de la société Intel et inventeur du premier micro-processeur, avait prédit en (...)

3Dans The Second Machine Age. Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies, les auteurs situent le Premier Âge de la machine à la fin du xviiie siècle, avec la révolution industrielle et l’invention de la machine à vapeur, et ultérieurement, la rupture représentée par le passage à l’électricité, les deux sources d’énergie représentant – pendant environ 200 ans – un prolongement inédit du muscle humain. Le Deuxième Âge de la machine, qui aurait commencé dans les années 1990, est quant à lui placé sous le signe d’une automatisation des tâches cognitives, avec des effets de substitution humain/machine, contrairement au Premier Âge de la machine où le rôle des machines était placé sous le signe de la complémentarité. Les auteurs attribuent ce basculement décisif à un progrès de triple nature, exponentiel (principe de la loi de Moore4), numérique (généralisation et mondialisation de la mise en numérisation des activités humaines) et combinatoire (agencements d’outils et d’applications numériques pour produire de nouveaux services).

  • 5 La traduction de l’ouvrage en 15 langues est un exemple de cette réussite.
  • 6 Nul n’aura manqué le clin d’œil appuyé au groupe de rock métal Rage Against the Machine…
  • 7 Cette position est défendue dans la conférence TED d’E. Brynjolfsson en 2013 : The key to growth ? (...)
  • 8 Cet ouvrage est traduit et publié en français aux éditions O. Jacob, en 2017 sous le titre Des mac (...)

4Si cet ouvrage a connu un réel succès à l’échelle internationale5, les auteurs n’en étaient néanmoins pas à leur premier essai en commun, puisqu’en 2012 paraissait un ouvrage intitulé Race Against the Machine6. How the Digital Revolution is Accelerating Innovation, Driving Productivity, and Irreversibly Transforming Employment and the Economy dans lequel les auteurs défendaient une accélération de la révolution technologique et numérique et des effets économiques globalement positifs sur de nombreux secteurs7. L’ouvrage qui parait en 2017, sous le titre Machine, Platform, Crowd. Harnessing Our Digital Future8, vient clore une trilogie, au cours de laquelle E. Brynjolfsson et A. McAfee n’auront cessé de peaufiner et d’exemplifier leurs thèses autour de la relation humain/société/machine et des mutations qui l’accompagnent, selon une perspective globalement positive dans les aspects économique et social.

  • 9 La mention M. P. F. renvoie à Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre âge num (...)

5Dans ce nouvel et dernier opus, les auteurs identifient un triptyque de tendances : la machine, la plateforme et la foule. À chacun des éléments de ce triptyque sont associés des « pendants » qui correspondent peu ou prou à des éléments de stabilité perturbés par les progrès technologiques. Ainsi proposent-ils l’esprit humain comme étant un pendant de la machine, les produits (biens et services) étant ceux de la plateforme et enfin, le cœur (soit « les connaissances, les processus, les compétences et les capacités que les entreprises ont accumulées en interne » ; M. P. F. : 22)9 comme pendant de la foule. L’hypothèse des auteurs est de penser non pas en substitution de l’un (le pendant) par l’autre (la tendance), mais en rééquilibrage pour les entreprises « entre l’esprit et la machine, entre le produit et la plateforme, entre le cœur et la foule » (M. P. F. : 23).

6L’architecture de l’ouvrage repose donc sur le développement de ces polarités duales (dans trois grands chapitres), selon un point de vue d’économistes, mais qui n’exclut pas d’autres disciplines (ingénierie, science informatique, psychologie, sociologie, histoire ou science du management). Appuyé sur de très nombreux exemples, le livre déroule chacun des chapitres selon une structure toujours identique : la première sous-partie explore la première phase du Deuxième âge de la machine en lien avec le sujet concerné, et les parties suivantes sont classées par « degré croissant de science-fiction », allant des rééquilibrages en cours jusqu’à des scénarios plus prospectifs. Chaque sous-partie se clôt par un résumé et quelques questions permettant de réfléchir à l’application de ces idées dans son organisation. Le public visé est celui des décideurs dans les organisations, et la tonalité générale est indéniablement didactique.

7Au-delà de ce positionnement d’économiste et d’un adressage de la pensée à des décideurs dans une forme démonstrative – parfois marketing – appuyée, cet ouvrage interpelle, les sciences de l’information et de la communication (SIC), car chacun des éléments du triptyque machine-plateforme-foule, présenté comme un horizon quasi inéluctable des activités humaines, et selon un prisme résolument optimiste bien qu’assorti de certaines nuances, entre en résonance avec des interrogations problématiques qui traversent ce champ. Aussi proposons-nous de reprendre chacune de ces polarités, d’en présenter la vision proposée par A. McAfee et E. Brynjolfsson et de les mettre en discussion au regard des grilles de lecture info-communicationnelles. De façon plus globale, il s’agit de débattre de ce triptyque, chacune des composantes faisant à la fois sens individuellement, mais aussi au cœur d’un système d’interrelations et d’une vision qui dessinent un avenir sur lequel un regard critique peut – doit – être porté.

Une « touche humaine » dans une économie dominée par la machine ?

8Tout au long des trois ouvrages, et en particulier dans celui qui nous occupe, s’il s’agit de « course contre la machine » [race against the machine], il ressort que celle-ci n’est peut-être pas perdue, mais pas gagnée pour autant par l’humain… En effet, dans ce premier chapitre consacré au diptyque esprit-machine, E. Brynjolfsson et A. McAfee s’attachent à démonter un certain nombre d’idées reçues concernant les spécificités de l’esprit humain qui résisteraient à la machine et signerait son irréductibilité.

9La « machine » constitue un fil rouge dans la pensée des auteurs au point d’être présente dans chacun des titres composant la « trilogie » (Race Against the Machine, puis The Second Machine Age et enfin, Machine, Platform, Crowd). Cependant, et étonnamment, ce que recouvre la « machine » n’est jamais vraiment défini (contrairement aux termes de « plateforme » et de « foule », que nous retrouverons ultérieurement), même si l’on voit bien se dessiner en creux, via les propos et thèses des auteurs, cette « nébuleuse » machinique de l’ère industrielle à l’âge numérique, représentant « tout ce qui n’est pas humain (ordinateur, machine-outil, véhicule, robot, algorithme, plateforme, intelligence artificielle, etc.) et qui progressivement (et plus rapidement que ce qui avait été imaginé) réalise ou apprend à réaliser les tâches ou activités qui étaient précédemment effectuées par l’homme » (Bidan, 2018 : 518).

10Or, ce concept de « machine » est omniprésent depuis des décennies et a été (est toujours) ausculté par maintes disciplines : la cybernétique avec Norbert Wiener (1948), l’histoire avec, en particulier, Lewis Mumford et son « mythe de la machine » (1967), la philosophie avec Cornelius Castoriadis (1990) ou les SIC avec par exemple Jacques Perriault (1989), utilisant le concept de « machine à communiquer » proposé par Pierre Schaeffer (1970) pour sa logique de l’usage. Et bien entendu, l’on retrouve couramment ce terme dans l’expression « machine learning » associée à l’intelligence artificielle (IA). Bruno Chaudet (2021 : 105) dit de la machine que c’est « une notion intéressante, car elle évoque à la fois les mutations socio-économiques depuis la révolution industrielle, les processus de rationalisation, le rôle de cette matérialité technique dans les situations, ainsi que la dimension organisationnelle ». Mais il souligne également que les machines et leurs agencements (au sens de Gilles Deleuze et Félix Guattari) dépassent les seules formes autoritaires et prescriptives de rationalité pour inclure aussi la captation, voire la manipulation de nos désirs, via des logiques algorithmiques. Or, ces ramifications du terme « machine » et leur mise en perspective critique ne sont pas au centre des propos des auteurs, qui acceptent tacitement ce concept de machine et l’entendent dans sa seule dimension rationnelle et performative.

11De quoi est-il donc question dans ce chapitre inaugural ? Au premier chef, il s’agit de « dénoncer » le « partenariat standard » (M. P. F. : 42) au profit d’un partenariat « esprit-machine » (M. P. F. : 50). Le « partenariat standard » correspond à une division du travail classique entre esprit et machine : à l’esprit (donc à l’humain), l’intuition ; aux machines (donc les ordinateurs), la puissance du calcul. Ce qui, en économie comportementale, renvoie à deux systèmes (Kanheman, 2011) : le système 1 en lien avec l’intuition (rapide, automatique, ancien et demandant peu d’efforts) et le système 2 en lien avec le calcul (lent, conscient, récent et demandant plus d’effort). Les auteurs voient dans le système 1 un système « formidable mais fautif » (M. P. F. : 47) et démontrent à l’aide de multiples exemples la performance des algorithmes versus un processus de décision intuitif souvent contre-productif. Arguant de « travaux scientifiques tout à fait clairs », les auteurs affirment que « les décisions prises par le système 2, piloté par les données, sont meilleures que celles qui résultent d’une combinaison des systèmes 1 et 2, dans la majorité des cas pour lesquels une telle combinaison existe » (M. P. F. : 61).

12D’où la perspective ouverte vers une « économie automatique », appuyée en particulier sur les algorithmes, l’IA, et les données. D’ailleurs, les auteurs évoquent le modèle Dance décliné autour de cinq éléments interdépendants (data, algorithms, networks, cloud, exponential) proposé par Gill Pratt (Toyota Research Institute) comme étant le moteur d’une « explosion cambrienne », notamment dans le domaine de la robotique ou des machines numériques, et que l’on retrouve dans les ingrédients principaux de l’industrie dite 4.0. L’enthousiasme des auteurs sur les perspectives ouvertes par ce partenariat humain/machine est un peu tempéré par quelques réserves. Ce qui fait la force et la performance d’un algorithme en matière de simulation et prédiction, c’est la qualité du modèle sur lequel il s’appuie. Or, reprenant le paradoxe énoncé par Michael Polanyi (« Nous en savons plus que nous ne pouvons le dire »), qui sera lui aussi un fil rouge du texte, les « exploits algorithmiques » (M. P. F. : 46) se heurtent à la possibilité de la modélisation ainsi qu’à sa puissance heuristique. Une autre réserve émise concerne la qualité des données utilisées pour nourrir les algorithmes, ce qui est en lien avec un autre risque, celui des biais sociaux (racistes, genrés, etc.) reproduits par les systèmes algorithmiques (ce que les auteurs nomment « mal » se comporter, ce qui renvoie à une lecture morale des actions des algorithmes assez étonnante). À cet égard, E. Brynjolfsson et A. McAfee se montrent plutôt optimistes, considérant que ce danger peut se révéler être une opportunité, car selon eux, les algorithmes auraient une meilleure acceptabilité que les humains à corriger ces biais, posture qui interroge dans ce qu’elle suppose d’autonomie et d’individuation des algorithmes, oubliant que les « décisions algorithmiques sont procédurales et non substantielles ». Or, « cette clarification est nécessaire pour éviter les imputations d’intentionnalité que nous adressons parfois aux algorithmes lorsque nous contestons leur résultat : “Google est raciste”, “Facebook promeut les fake news”, etc. » (Cardon, 2018 : 67).

  • 10 J. Gaynor 2023, « An economist predicts that rather than replacing us, ChatGPT will be a “calculat (...)

13Dans le domaine de l’intelligence artificielle (IA) et des algorithmes à apprentissage supervisé, où esprit et machine se rejoignent, les auteurs évoquent un pan résistant à l’automatisation : la reconnaissance de la parole et le traitement du langage naturel, évoquant, par exemple, les robots conversationnels (chatbot). À cet égard, ce point de résistance a connu un bond spectaculaire avec le buzz médiatique de ChatGPT (développé par la société OpenAI) le 6 décembre 2022. En quelques mois, une spectaculaire floraison d’articles a suivi, dévoilant un cortège de fantasmes ou de peurs (par exemple, par rapport à l’existence de certains métiers, comme celui d’enseignant), mais aussi en étant immédiatement intégré dans des pratiques, comme celles des étudiants (Pouré, 2023). Du côté des optimistes, E. Brynjolfsson, dans la lignée de sa vision du progrès et de la technologique, n’a pas manqué de prédire que cette IA fonctionnerait comme « a calculator for writing », permettant de réduire la part de travail routinier de l’écriture10. Ce qui rejoint la distinction opérée entre tâches répétitives (ordinaires) et tâches à valeur cognitive élevée.

  • 11 À noter que le concept de « virtualisation » n’est pas vraiment discuté par les auteurs, qui l’ass (...)

14Dans cette lecture du monde, s’impose inéluctablement un progrès technique sous le signe de la virtualisation11 généralisée : « Une fois qu’il y aura suffisamment de progrès techniques, suffisamment d’expérimentation et d’itération, nous pensons que les processus automatisés et numérisés se diffuseront très largement et prendront la place de ceux pour qui les humains servent aujourd’hui de médiateurs. Nous pensons, en un mot, que la virtualisation est une tendance de fond » (M. P. F. : 94).

15Quid donc de l’humain et de ce qui demeurerait irremplaçable ? Selon les auteurs, les seuls pans où « l’industrie et la technologie ont encore besoin de l’humanité » – pour reprendre le titre du chapitre 5 –, seraient la créativité et la sociabilité et, par effet rebond, les tâches et emplois qui mobilisent les instincts sociaux, les états émotionnels et empathiques seraient les moins impactés par le pouvoir de la machine. « La condition humaine est intrinsèquement personnelle » (M. P. F. : 120) : les échanges interpersonnels et la communication humaine feraient partie des éléments irréductibles à cette « lame de fond » de la virtualisation.

16Il serait erroné cependant de dire qu’E. Brynjolfsson et A. McAfee proposent de remplacer l’humain par la machine ; ils encouragent plutôt à développer de nouvelles formes de collaboration, marquées toutefois par une asymétrie certaine, la place de l’humain se réduisant à une « touche humaine » (M. P. F. : 92). Dans cette vision d’une numérisation généralisée, c’est aussi négliger les vulnérabilités (liées à l’âge, au handicap, à la situation sociale, au niveau d’études, etc.) et les inégalités qui ne peuvent que se creuser dans un monde qui n’est pas fait que d’internautes habiles, de makers innovants utilisant l’impression 3D en collaboration avec l’industrie, un monde où l’accès au numérique est encore et toujours traversé de multiples fractures (Plantard, 2021 ; Pasquier, 2022).

De la virtualisation généralisée à l’inéluctabilité de la plateformisation ?

17Deuxième duo de ce triptyque : le produit et la plateforme, soit la tension entre le bien physique, hérité du Premier Âge de la machine et d’une approche industrielle, et l’économie des biens immatériels, supportée par les plateformes. À ce titre, E. Brynjolfsson et A. McAfee parlent de « puissance destructrice du Deuxième Âge de la machine » (M. P. F. : 133), et en particulier, de la plateforme internet. Pour démontrer les effets de la mise en numérisation et plateformisation des produits et activités, ils s’appuient sur les exemples de l’effondrement de la photographie « papier » et de la capitalisation boursière de Kodak au début des années 2000, ou encore de la baisse spectaculaire des ventes de musique enregistrée dans des formats physiques.

18Contrairement à l’ellipse sur le concept de « machine », les auteurs proposent une définition des plateformes : « [Elles] sont des environnements en ligne qui exploitent l’économie de la gratuité, de la perfection et de l’instantanéité. Pour être plus précis, la plateforme est un environnement numérique qui se caractérise par un coût marginal d’accès, de reproduction et de distribution proche de zéro. » (M. P. F. : 135).

  • 12 On ne peut mentionner tous les écrits en lien avec les plateformes dans notre domaine. Citons en p (...)

19L’approche est indéniablement orientée vers l’économie et, à ce titre, elle se démarque considérablement de nombreuses lectures critiques, qui en sont proposées en SIC ou en sociologie du numérique12. La vision des plateformes que les auteurs proposent s’inscrit dans la généalogie des « théories de la firme » et des travaux en « sciences de l’organisation » conduits sur les plateformes (platform studies ou platform research ; voir Bullich, 2021) et des investigations notamment conduites par la Sloan School of Management du MIT, où E. Brynjolfsson et A. McAfee effectuent leurs recherches au moment de la publication de l’ouvrage. À propos de ce type d’analyse des plateformes, V. Bullich (2021 : 55)conclut qu’elles

« y sont en général présentées comme des acteurs industriels à même de distribuer les différents éléments concourant à une production donnée, de coordonner plusieurs types d’acteurs tiers et plusieurs marchés afférents, de définir, dans ce but, des normes d’interaction en s’affranchissant en général des cadres juridiques ou des régulations antérieures. La dimension organisationnelle est donc privilégiée à celle strictement logistique ».

20Dans la vision des plateformes qu’en proposent E. Brynjolfsson et A. McAfee, trois éléments caractérisent les plateformes en ligne dont la combinaison constitue leur véritable pouvoir : la « gratuité », soit un coût marginal proche de zéro pour les biens informationnels numérisés (très faible coût de stockage et de reproduction) ; la « perfection » (conservation de la qualité d’origine de copie en copie) ; l’« instantanéité » (grâce aux réseaux type internet). Parmi ces éléments, posés sans guère de discussion, le principe de « gratuité » interpelle quelque peu et mérite que l’on s’y arrête. Certes, il est bien question de « coût marginal » et pas de « coût complet » (on pourrait parler de « gratuité marginale »). Certes, on peut aujourd’hui stocker des volumes d’information toujours plus importants à des coûts toujours plus bas. Certes, la plupart des applications phares (Whatsapp, Facebook, Instagram, et tant d’autres) sont accessibles gratuitement. Mais la question de la « gratuité numérique », et du coût (d’amont en aval) est bien plus complexe que les auteurs ne semblent le dire. Par exemple, c’est le cas des modèles économiques sous-jacents à l’accès à des biens culturels via des plateformes en ligne (Farchy, Méadel et Sire, 2015) :

« Le consommateur accède donc désormais à de multiples plateformes de contenus en ligne selon diverses logiques de réception (téléchargement ou streaming), de commercialisation (location temporaire ou vente définitive à l’acte, abonnement, etc.) ou de financement (paiement du consommateur ou gratuité totale ou partielle). Pourtant derrière une même apparence de gratuité pour l’internaute se cachent des modèles économiques fort divers dont il est possible d’établir une typologie […]. » (M. P. F. : 16)

  • 13 Au sujet des inégalités qui persistent dans le coût de l’accès à l’internet, voir The Shift Projec (...)

21Parler de « gratuité », c’est aussi faire fi des profondes inégalités qui persistent dans le coût de l’accès à l’internet entre pays à économies développées et pays à économies en voie de développement, ce que soulignent plusieurs rapports internationaux13. On pourrait opposer à ce principe de « gratuité » le coût des infrastructures de stockage (data centers), le coût énergétique, le coût des ressources naturelles précieuses utilisées, et donc, le coût écologique de cette galaxie technologique et numérique que Fabrice Flipo (2020) dénonce avec vigueur dans son ouvrage sur « l’impératif de la sobriété numérique ». En définitive, cette question de la gratuité renvoie à un mille-feuille complexe dans lequel ce modèle apparait comme un leurre inscrit à la surface des choses, dissimulant nombre de « coûts cachés », dont (et nous y reviendrons en troisième partie) celle du « travail » humain, invisibilisé et pourtant monnayé pour le profit d’autrui.

  • 14 Ou comment garantir la possession d’un actif non fongible (donc ne pouvant être échangé avec un ac (...)

22La vision d’une « perfection » de l’information numérique interpelle quelque peu. Il s’agit d’une inaltération de la qualité de copie de fichier numérique (contrairement aux reproductions de type analogique), que Marcello Vitali-Rosati (2014) caractérise comme étant « nativement multiple ». Néanmoins, cette multiplicité à l’identique génère une labilité, une recontextualisation permanente, la production constante de traces conduisant à des formes de redocumentarisation (Pédauque, 2007) qui complexifient l’idée de « perfection » (en tant que forme d’objectivation multiple) proposée par E. Brynjolfsson et A. McAfee. D’autant que, si l’on ajoute la dimension de temporalité associée à la reproduction, on recrée une filiation qui, finalement, redonne du sens à la notion d’original : il n’est qu’à voir l’engouement, mais aussi le marché et ses aléas, constitués par les NFT (Non Fongible Token ou jeton non fongible), notamment dans le domaine de l’art14

23Au-delà d’une mise en discussion des trois éléments (gratuité, perfection et instantanéité) sur lesquels les auteurs assoient l’essence des plateformes en ligne, pour E. Brynjolfsson et A. McAfee, les plateformes représentent un horizon quasi inéluctable : « La révolution des plateformes est loin d’être terminée et son impact sera profond » (M. P. F. : 198). En effet, ils définissent les plateformes sur la base d’un certain nombre de concepts économiques : coût marginal proche de zéro, effets de réseau (soit l’augmentation de la valeur d’un produit en fonction du nombre de personnes l’utilisant), rôle des compléments dans l’augmentation de la demande (le meilleur exemple étant celui des applications ouvertes pour les smartphones, etc.), possibilité de dégrouper des ressources auparavant regroupées et insécables, ou encore le revenue management, soit un « ensemble d’algorithmes et de technologies […] pour aider les entreprises de service à gérer une capacité finie et un stock périssable et les exploiter au mieux » (M. P. F. : 175). Par ailleurs, ils distinguent deux types de plateformes : une première génération proposant des offres exclusivement numériques, en lien avec les grandes industries de l’information et de la culture (Deezer, YouTube, etc.) et une seconde génération (appelée O2O, online to offline) qui inclut des offres et services existants dans le monde physique (Uber, Airbnb, BlaBlaCar, etc.). Les auteurs ne cachent pas leur fascination pour ce modèle de plateformes, pour lesquelles ils prédisent une diffusion rapide « dans le monde des atomes » et le développement du B2B O2O (business-to-business online-to-offline), au-delà des services actuels impliquant surtout des particuliers. Parmi les nombreux avantages des plateformes O2O mis en avant par les auteurs, on trouve l’optimisation du « taux d’utilisation de nombreuses ressources du monde physique » (M. P. F. : 189), et donc la réduction du gaspillage grâce aux plateformes dites bifaces, voire multifaces, qui mettent en relation l’offre et la demande par l’intermédiaire d’au moins deux applications distinctes (comme c’est le cas pour Uber ou Airbnb).

24Nombre d’autres démonstrations de la « puissance » des plateformes sont proposées par les auteurs, ce qui fait planer de facto une menace importante sur les entreprises de produits physiques (« économie de l’atome »). Cependant, elles ne seraient pas toutes vouées à disparaître : ainsi seraient moins menacées celles pouvant proposer une offre différenciée par rapport aux plateformes numériques, avec des clients captifs, ou celles supposant des transactions complexes et des échanges communicationnels importants – et l’on revient alors aux dynamiques de communication interpersonnelle comme faisant partie des ultimes bastions face à un effet d’absorption numérique…

25Dans la vision proposée par E. Brynjolfsson et A. McAfee, le jeu n’est donc guère équilibré entre les plateformes et les entreprises « traditionnelles » et leur engouement pour les plateformes et les effets de dématérialisation qui y sont associés est sans ambages. Cependant, il ne faudrait pas négliger ni sous-estimer la matérialité des productions, enjeux de nombre de transactions numériques dans l’univers des plateformes, ainsi que la réalité des circulations qui y sont associées : « La plateforme renvoie à l’idée de promontoire, visible de tous, et dès lors central, insistant sur la dimension cognitive et rationnelle ; mais elle est aussi une circulation matérielle, à la manière des plateformes logistiques, avec leurs espaces de stockage, leurs sens de circulation, leur système de tri, de comptabilité ou d’inventaire » (Flipo, 2020 : 172).

La foule… ou un certain retour de l’humain

26Le dernier pôle du triptyque, articulant « cœur » et « foule », déploie des accents toujours enthousiastes, cette fois-ci envers le « pouvoir » décentralisé de la foule mais, au contraire des chapitres précédents, il se clôt de façon plus nuancée sur le constat d’une permanence du modèle centralisé des entreprises. La thèse principale défendue par E. Brynjolfsson et A. McAfee est que la foule est plus experte… que ne le sont les experts présents dans ce qu’ils appellent « le cœur ». Lorsqu’ils parlent de « cœur », il s’agit de « l’ensemble des organisations, des institutions et des processus qui ont dominé l’âge de l’avant-internet » (M. P. F. : 222). Quant à la « foule », il s’agit selon eux de « l’ensemble des participants et des pratiques encapacités par le Net et par les technologies qui l’accompagnent » (M. P. F. : 223).

27Cette dualité « cœur »/« foule » repose donc sur un avant/après (celui de l’internet et plus particulièrement, du Web), ainsi que sur une opposition entre des organisations rationalisées par des processus et l’ensemble des humains assistés et « augmentés » par l’usage des technologies de l’internet. En soi, la foule est peu discutée, sans renvoi à un positionnement théorique particulier, sans l’inscrire dans une perspective historique : de la foule au public, à l’opinion publique, de la masse jusqu’à la foule des réseaux socionumériques, de la foule passive et manipulée à la foule agissante et disruptive (Rubio, 2014). Pour les auteurs, il s’agit d’une multitude d’humains interconnectés via les techniques et réseaux numériques dont les actions conjointes se révèlent plus performantes, innovantes et intéressantes que celles des individus experts au cœur des organisations et institutions. On retrouve là le rêve de l’intelligence collective, telle qu’elle a pu être proposée par Pierre Lévy (1995) : « C’est une intelligence partout distribuée, sans cesse valorisée, coordonnée en temps réel, qui aboutit à une mobilisation effective des compétences. » (M. P. F. : 29)

28La « foule », terme générique utilisé par les auteurs pour représenter une grande variété de situations, c’est aussi celle des « communautés virtuelles » dont les auteurs se font l’écho en évoquant les forums de discussion Usenet, le système d’exploitation Linux, le mouvement des makers, etc. Dans les années 1990, Howard Rheingold (1995 : 6) disait : « Les communautés virtuelles sont des regroupements socioculturels qui émergent du réseau lorsqu’un nombre suffisant d’individus participent à ces discussions publiques pendant assez de temps en y mettant suffisamment de cœur pour que des relations humaines se tissent au sein du cyberespace. » Notons que le « cœur » dont parle H. Rheingold n’est pas le même que le « cœur » décrit par E. Brynjolfsson et A. McAfee : ici se glisse une ambiguïté liée à la traduction française. Dans l’ouvrage qui nous occupe, il s’agit de « core » (dans la version originale), que l’on pourrait traduire par « noyau central », ce qui nous éloigne des affects et de l’investissement personnel du « cœur » de H. Rheingold. En somme, dans ce diptyque « cœur »/« foule », c’est la foule qui détient l’apanage du « cœur », au sens de H. Rheingold… D’autre part, la thèse défendue par les auteurs avec leur vision de la « foule », c’est bien celle du « sacre de l’amateur » (Flichy, 2010), au cœur de cette masse, contre l’expertise de certains : « Lorsque les choses deviennent vraiment complexes, ne vous tournez pas vers les experts : tournez-vous vers des profanes et des amateurs. » (M. P. F. : 241, d’après Lakhani et al., 2013)

  • 15 Cette impuissance renvoie à nouveau à une dimension morale, déjà vue dans le premier chapitre.
  • 16 Force est de constater que la question des fake news et des multiples biais du Web et des réseaux s (...)

29La première lecture, et le premier exemple, que les auteurs proposent de la polarité « cœur »/« foule » et de son pendant « expert »/« profane », concerne la bibliothèque (en tant qu’organisme ancien, centralisé et dédié à la structuration de l’information) et le Web (en tant que « bibliothèque générée par la foule » ; M. P. F. : 223). Les comparaisons entre Web et bibliothèque ne sont pas nouvelles (Menon, 2010), elles ont en particulier fleuri en lien avec ce que l’on qualifiera de Web de 1re génération (décennie 1990 et tout début des années 2000), avant l’arrivée… de la « foule » avec les réseaux socio-numériques. En l’occurrence, les auteurs ne s’embarrassent guère de distinguos sur les caractéristiques, nuances, limites et utopies d’un Web documentaire (Boullier et Ghitalla, 2004). Ils situent un certain nombre de différences entre la bibliothèque et le Web : le Web est plus volumineux, offre plus de variété de formes d’informations et s’appuie sur une gouvernance largement décentralisée et donc, bien plus incontrôlée. Ce qui, en soi, est « formidable » pour les auteurs, mais présente néanmoins certains risques : celui de ne pas trouver ce que l’on cherche dans cette masse d’informations (problème que les auteurs estiment plus ou moins résolu avec l’arrivée de Google et de son algorithme PageRank en 1998) ; celui d’avoir, au sein de cette foule, des individus qui peuvent « mal se comporter15 » (M. P. F. : 225) par le biais des fake news, des propos haineux envers des communautés. Ce sont là quasiment les seuls bémols relativisant les atouts de la foule par rapport à celui des organisations contrôlées, bémols à propos desquels les auteurs avouent d’ailleurs (et pour une fois…) une certaine impuissance à prédire le devenir16.

30Au-delà de cet exemple fondateur de la bibliothèque et du Web, de multiples autres déclinaisons de l’efficacité de la « foule » par rapport au « cœur » et à ses experts sont rapportés. Les cas de Linux et de Wikipédia y sont largement développés. À partir de l’exemple de Linux (initié par Linus Torvalds en 1991), les auteurs identifient six principes fondateurs (M. P. F. : 232-236) pour que « fonctionne » une foule :

  • l’ouverture, soit la non-restriction à certaines catégories de personnes ou d’acteurs institutionnels ;
  • la non-référentialité (découlant de l’ouverture), soit l’absence d’exigence d’une quelconque qualification par le diplôme ou l’expérience ;
  • la vérifiabilité et la réversibilité des contributions, soit la possibilité de tester et de refuser un élément s’il ne fonctionne pas ;
  • la clarté des résultats, soit la visibilité de la foule sur l’utilisation des résultats ;
  • l’auto-organisation, soit l’absence de contrôle et décision centraux ;
  • l’attribution spontanée et reconnue par tous de l’autorité à un ou plusieurs geeks.
  • 17 Pour une analyse de l’ouvrage d’A.Casilli, on pourra se référer au Focus réalisé par E. George (202 (...)

31Dans le contexte d’une communauté de geeks et dans la perspective d’un développement informatique collaboratif, ouvert et décentralisé, ces principes paraissent pertinents. C’est un peu moins vrai pour d’autres exemples issus du contexte privé, tel le mechanical Turk d’Amazon, où il s’agit de « faire faire le travail « (M. P. F. : 248). Antonio Casilli (2019) qualifie mechanical Turk de « plateforme de microtravail » (Cardon et Casilli, 2015) sur laquelle les travailleurs, ombres dans la foule, sont des « travailleurs du clic »17 en prise (et sous l’emprise) d’une « tâcheronnisation de l’activité ».

« Comme le met magnifiquement en évidence la métaphore du Turc mécanique, ce que l’on découvre derrière la façade aseptisée et prétendument immatérielle de l’économie numérique, c’est le travail le plus matériel qui soit, le travail du doigt (digital labor), soustrait aux regards dans des pays lointains ou dissimulés au fond des appartements des pays développés. » (Meda, 2019 : 320)

  • 18 T. Gaudin (2016) qualifie joliment le crowdfunding de « foule aux œufs d’or ».
  • 19 Faisant ici référence aux travaux de leur collègue E. von Hippel (Democratizing Innovation, Cambrid (...)

32A. Casilli va même plus loin en qualifiant de digital labor l’ensemble de nos activités ordinaires, de nos navigations machinales, de nos réponses à des sollicitations anodines, tel le remplissage d’un test Captcha… toutes nos traces, données et actions, récupérées, analysées, monnayées puis réinjectées dans un système auto-alimenté. De tous ces aspects, de ce travail souterrain occulté, de cette fragmentation à l’extrême de tâches mal rémunérées, de ces nouvelles formes d’exploitation et de pénibilité, E. Brynjolfsson et A. McAfee ne font nulle mention… La vision de la foule au travail qu’ils donnent à voir est celle d’un élan collectif positif, enthousiaste et enthousiasmant, dynamique et innovant, choisi et non subi. Pour preuve, les concours de recherche et développement (R&D) participatifs proposés par la Nasa, le séquençage du génome humain, le mouvement du do-It yourself, le crowdfunding18, ou encore l’exemple de la main artificielle de Richard Van As imaginée dans une collaboration à distance et concrétisée grâce à une imprimante 3D, ou encore les innovateurs de pointe19. Oui, les belles histoires avec la foule existent dans l’écosystème du Web, surtout dans des communautés de pair-à-pair, sans but lucratif (M. P. F. : 258), mais les questions de travail dans un monde de plus en plus automatisé sont bien plus ambivalentes que les auteurs ne veulent bien le dire. D’autre part, si les auteurs ne cachent pas leur enthousiasme et leurs espoirs à venir pour « cette communauté connectée mondiale des milliards de nouvelles intelligences humaines » (M. P. F. : 262), c’est là aussi quelque peu oublier les déséquilibres importants en matière de participation : être connecté ne signifie pas de facto de participer, activement et délibérément (nous savons au contraire que cela concerne toujours une minorité de personnes). Et si participation il y a, il faut s’interroger aussi sur la nature exacte de celle-ci…

  • 20 Le 3 janvier 2009, sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, était lancé le bitcoin.
  • 21 Pour une mise en évidence et une lecture critique du solutionnisme technologique, voir E. Morozov ( (...)
  • 22 Les auteurs mentionnent l’ouvrage de John Evans Decentralize all things (2015).

33Pour terminer sur le « cœur » et la « foule », un dernier élément avancé par les auteurs nous reconduit, en creux, du côté du « cœur », des procédures et des organisations instituées/instituantes. Il s’agit de la question de la décentralisation, en lien avec les communautés, qu’E. Brynjolfsson et A. McAfee abordent en s’appuyant sur l’exemple des bitcoins (Satoshi Nakamoto, 200820), des blockchains et des « contrats intelligents » (qui s’appuient sur la technologie des blockchains). La combinaison de ces trois éléments constitue pour certains, dans une perspective solutionniste21, une arme de décentralisation massive22, qui pourrait venir ébranler les organisations en place et remettre en cause les méga-puissances numériques que sont les Gafam par exemple.

« Le bitcoin et la chaîne de blocs se prêtent merveilleusement au solutionnisme. Les contrats intelligents et les innovations qui leur sont liées ont permis de faire de la chaîne de blocs quelque chose de beaucoup plus large qu’un registre, tout en en conservant les propriétés les plus intéressantes. La vision solutionniste est de faire de la chaîne de blocs un recueil ouvert, global, transparent, gratuit (ou au moins très bon marché), universellement accessible et immuable des transactions en bitcoin, mais de la totalité des biens informationnels. » (M. P. F. : 282)

34Néanmoins, E. Brynjolfsson et A. McAfee ne cèdent pas totalement aux sirènes du solutionnisme sur la question de la décentralisation totale et arguent pour une approche tempérée dans laquelle les entreprises traditionnelles (« le cœur ») ont et auront encore leur place, y compris face à la « foule ». Selon eux, les entreprises restent relativement irremplaçables car « elles sont des moyens de […] nourrir les gens et améliorer leur santé ; leur donner des moyens d’accéder au savoir et de se divertir ; améliorer les conditions de vie matérielles d’un nombre de plus en plus grand d’humains sur la planète, etc. Les nouvelles technologies de la foule vont certes y aider fortement, mais elles ne remplaceront jamais les entreprises, qui sont une des technologies cardinales du cœur » (M. P. F. : 308).

35Parmi les raisons invoquées à cette persistance du « cœur » et des processus organisationnels qui lui sont attachés, revient aussi le besoin persistant de coordination, de compétences sociales et de communication humaine, par-delà des approches strictement algorithmiques qui finalement, même pour des auteurs convaincus d’une toute-puissance technologique, ne peuvent absorber ni résoudre la complexité du monde et des relations humaines.

  • 23 J. Nocera, 2014, « Innovation, optimisms and jobs », New York Times, 14 févr. https://www.nytimes.c (...)
  • 24 On retrouve dans un des derniers écrits de Erik Brynjolfsson (2022) des propos plus nuancés sur l’i (...)

36En 201423, Joe Nocera qualifiait The Second Age of the Machine de « odd book » (livre étrange), oscillant entre optimisme enthousiaste à l’égard de toutes les merveilles promises par la technologie et de son potentiel disruptif et prédictions plus sombres à propos de ceux qui risquent de se trouver en difficulté parce que davantage « substituables » par des technologies. Un sentiment assez similaire se dégage à la lecture de l’ouvrage Des machines, des plateformes et des foules, ce qui, somme toute, est assez cohérent et témoigne d’une constance de pensée de la part des deux auteurs, E. Brynjolfsson et A. McAfee… Si l’ouvrage s’ouvre sur une approche très positive et convaincue sur le pouvoir des machines et de l’intelligence artificielle, il se clôt sur une lecture plus mesurée de « la forte tendance à la destruction créatrice schumpetérienne » (M. P. F. : 312) accompagnant l’âge numérique24. En effet, la conclusion apporte un positionnement dont on doutait souvent au fil des pages, au vu de la fascination exprimée à de multiples endroits à l’égard de la technologie et de son impact : « La technologie, qu’il s’agisse d’un marteau, ou d’un réseau neuronal profond, n’est qu’un outil. Et les outils ne décident pas de ce qui nous arrive : c’est nous qui décidons. » (ibid.)

37Oui, la technologie porte toujours (pour l’instant, tout au moins…) la main de l’humain. Et derrière les outils et dispositifs numériques, il s’agit bien de stratégies d’acteurs, d’interactions sociales, de médiations humaines, d’accélérations mais aussi de résonance (Rosa, 2018) dans des contextes situés aux plans social, géographique, temporel. Il est question des rapports que nous – en tant qu’humains – entretenons non seulement avec le monde (social, naturel) qui nous entoure, mais aussi avec les multiples artefacts techniques qui peuplent (ou non) notre milieu de vie et d’activités. Mentionnons d’ailleurs que la vision de l’humain dans l’ouvrage est marquée par une ambivalence certaine : en tant qu’individu, le voici soumis à la puissance algorithmique des machines et dépouillé d’un certain nombre de ses prérogatives, notamment décisionnelles ; en tant que collectif tirant avantage des infrastructures techniques en réseau, l’humain retrouve des formes d’empowerment venant concurrencer, voire déstabiliser, les experts et institutions en place…

38On peut donc saluer l’ambition des deux auteurs et l’amplitude du champ couvert qui déplie de nombreuses pistes au-delà de la seule sphère économique, ainsi que la somme impressionnante d’expériences, d’exemples et d’études diverses qui constituent la mécanique de l’argumentation, sans néanmoins laisser beaucoup de place à la controverse, car tous les exemples convoqués viennent à l’appui des thèses avancées. Ces agencements machine-plateforme-foule révèlent une vision performative du monde que beaucoup partagent et où domine un certain nombre de partis pris déterministes et technophiles. Cela rend toujours plus nécessaire la posture critique des SIC et les décryptages/démasquages à mener et à porter en place publique.

Haut de page

Bibliographie

Beuscart J.-S. et Flichy P. (dirs), 2018, « Les activités menées sur les plateformes numériques », Réseaux. Communication, technologie, société, 212.

Bidan M., 2018, « Erik Brynjolfsson. Ou la délicate course contre la “machine” », dans I. Walsh (dir.), Les Grands Auteurs en Systèmes d’information, Caen, EMS Éd., p. 517-526. https://doi.org/10.3917/ems.walsh.2018.01.0517

Bigot J-É, Bouté É., Collomb C. et Mabi C. (dirs), 2021, « Plateformiser : un impératif ? », Questions de communication, 40.

Boullier D. et Ghitalla F. (dirs), 2004, « Le Web ou l’utopie d’un espace documentaire », Revue I3. Information Interaction Intelligence, 4 (1).

Brynjolfsson E., 2022, « The Turing Trap. The Promise & Peril of Human-Like Artificial Intelligence », Daedalus, 151 (2), p. 272-287. https://doi.org/10.1162/daed_a_01915

Brynjolfsson E. et McAfee A., 2015, Le Deuxième Âge de la machine. Travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique, trad. de l'anglais (États-Unis) par C. Jaquet, Paris, O. Jacob.

Brynjolfsson E. et McAfee A., 2017, Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre avenir numérique, trad. de l'anglais (États-Unis) par C. Jaquet, Paris, O. Jacob.

Brynjolfsson E. & McAfee A., 2017, Race Against the Machine. How the Digital Revolution Is Accelerating Innovation, Driving Productivity, and Irreversibly Transforming Employment and the Economy, Digital Frontier Press.

Bullich V., 2021, « Plateforme, plateformiser, plateformisation : le péril des mots qui occultent ce qu’ils nomment », Questions de communication, 40, p. 47-70. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.27413

Bullich V. et Schmitt L. (dirs), 2019, « Les industries culturelles à la conquête des plateformes ? », Tic&société, 13 (1-2).

Cardon D., 2018, « Le pouvoir des algorithmes », Pouvoirs, 164, p. 63-73. https://doi.org/10.3917/pouv.164.0063

Cardon D. et Casilli A., 2015, Qu’est-ce que le Digital Labor ?, Bry-sur-Marne, INA Éd.

Casilli A. (dir.), 2019, En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Éd. Le Seuil.

Castoriadis C., 1990, Le Monde morcelé, vol. 3, Les carrefours du labyrinthe, Paris, Éd. Le Seuil.

Claverie B., Lespinet-Najib V. et Fouillat P., 2009, « Pervasion, transparence et cognition augmentée », Revue des interactions humaines médiatisées, 10 (2), p. 85-99.

Chaudet B., 2021, « Apports et limites des notions de machine, de mégamachine et de rationalité dans la description des formes organisationnelles », Approches théoriques en information-communication (Atic), 3 (2), p. 97-108. https://doi.org/10.3917/atic.003.0097

Deleuze G. et Guattari F., 1975, Kafka. Pour une littérature mineure, Paris, Éd. de Minuit.

Farchy J., Méadel C. et Sire G., 2015, La gratuité, à quel prix ? Circulation et échange de biens culturels sur internet, Paris, Presses des Mines.

Flichy P., 2010, Le Sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, Paris, Éd. Le Seuil.

Flipo F., 2020, L’Impératif de la sobriété numérique. L’enjeu des modes de vie, Paris, Éd. Matériologiques.

Gaudin T., 2016, « Le crowdfunding ou la foule aux œufs d’or », Annales des Mines. Réalités industrielles, 1, p. 65-66.

George É., 2021, « Sur En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic d'Antonio Casilli », Questions de communication, 39, p. 403-428. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.25972

Kahneman D., 2011, Thinking Fast and Slow, New York, Macmillan.

Levy P., 1995, L’Intelligence collective. Pour une anthropologie du cyberespace, Paris, Éd. La Découverte.

McAfee A., 2019, More from Less. The Surprising Story of How We Learned to Prosper Using Fewer Resources, Londres, Simon & Schuster.

Méda D., 2019, « Postface », dans A. Casilli (dir.), En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic, Paris, Éd. Le Seuil, p. 319-326.

Menon B., 2010, « Web et bibliothèques, entre métaphore et mimesis », dans P.-M. Riccio et G. Vidal (dirs), Des usages aux pratiques. Le Web a-t-il un sens ?, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux. https://doi.org/10.4000/books.pub.30251

Morozov E., 2014, Pour tout résoudre, cliquez ici, Limoges, FYP Éd.

Mumford L., 1967, Le Mythe de la machine, t. 1, La technologie et le développement humain, trad. de l’anglais (États-Unis) par L. Dilé, Paris, Fayard.

Pasquier D., 2022, « Le numérique à l’épreuve des fractures sociales », Informations sociales, 205, p. 14-20. https://doi.org/10.3917/inso.205.014

Pédauque R. T., 2007, La Redocumentarisation du monde, Toulouse, Cepadues Éd.

Perriault J., 1989, La logique de l’usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, Flammarion.

Plantard P., 2021, « La fracture numérique : mythe ou réalité ? », Éducation permanente, 226, p. 99-110. https://hal.science/hal-01084077

Pouré C., 2023, « ChatGPT : à l’université, un outil pédagogique ou un instrument de triche ? », Le Monde, 19 janv.

Quinio B. et Bidan M., 2023, « ChatGPT : Un robot conversationnel peut-il enseigner ? », Management & Datascience, 7 (1). https://doi.org/10.36863/mds.a.22060

Rosa H., 2018, Résonance. Une sociologie de la relation au monde, traduit de l'allemand par S. Zilberfarb et S. Raquillet Paris, Éd. La Découverte.

Schaeffer P., 1970, Machines à communiquer, vol. 1, Genèse des simulacres. Paris, Éd. Le Seuil.

Rheingold H., 1995, Les Communautés virtuelles, trad. de l'anglais (États-Unis) par L Lumbroso, Paris, Addison-Wesley France.

Rubio V., 2014, « Permanence et métamorphoses de la foule », Hermès. La Revue, 70, p. 83-87. https://doi.org/10.3917/herm.070.0083

Vitali-Rosati M., 2014, « Pour une définition du “numérique” », dans M. E. Sinatra et M. Vitali-Rosati (dirs), Pratiques de l’édition numérique, Montréal, Presses de l’université de Montréal. http://www.parcoursnumeriques-pum.ca/1-pratiques/chapitre4.html

Wiener N., 1948, Cybernetics or Control and Communication in the Animal and the Machine, Paris, Hermann.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage a été traduit en français par C. Jaquet et publié chez O. Jacob en 2015, sous le titre Le Deuxième Âge de la machine. Travail et prospérité à l’heure de la révolution technologique.

2 L’appellation best-seller s’appuie sur la remontée hebdomadaire des ventes de titres de librairie dans des dizaines de milliers de magasins de toutes tailles et de toutes caractéristiques démographiques à travers les États-Unis. Accès : https://www.nytimes.com/books/best-sellers/methodology/.

3 L’ouvrage n’est pas traduit en français. On peut donner comme traduction : « Plus à partir de moins. L’histoire surprenante de comment nous avons appris à prospérer en utilisant moins de ressources et ce qui s’est passé ensuite. »

4 G. Moore, fondateur de la société Intel et inventeur du premier micro-processeur, avait prédit en 1965 le doublement du nombre de transistors dans les micro-processeurs tous les 2 ans environ. Cependant, dans les toutes prochaines années, la loi de Moore se heurtera à certaines limites physiques, empêchant d’augmenter indéfiniment le nombre de transistors sur une puce.

5 La traduction de l’ouvrage en 15 langues est un exemple de cette réussite.

6 Nul n’aura manqué le clin d’œil appuyé au groupe de rock métal Rage Against the Machine…

7 Cette position est défendue dans la conférence TED d’E. Brynjolfsson en 2013 : The key to growth ? Race with the machines. Accès : https://www.ted.com/talks/erik_brynjolfsson_the_key_to_growth_race_with_the_machines?utm_campaign=tedspread&utm_medium=referral&utm_source=tedcomshare

8 Cet ouvrage est traduit et publié en français aux éditions O. Jacob, en 2017 sous le titre Des machines, des plateformes et des foules. C’est cette édition qui fait office de référence pour les citations dans la suite du texte.

9 La mention M. P. F. renvoie à Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre âge numérique.

10 J. Gaynor 2023, « An economist predicts that rather than replacing us, ChatGPT will be a “calculator for writing », Literary Hub, 19 janv. https://lithub.com/phew-an-economist-predicts-that-rather-than-replacing-us-chatgpt-will-be-a-calculator-for-writing/

11 À noter que le concept de « virtualisation » n’est pas vraiment discuté par les auteurs, qui l’assimilent plutôt à l’accélération de la « mise en place de réseaux et d’outils numériques » (M. P. F. : 91), venant se substituer à des transactions impliquant des personnes dans le monde physique.

12 On ne peut mentionner tous les écrits en lien avec les plateformes dans notre domaine. Citons en particulier le dossier « Plateformiser : un impératif ? », Questions de communication, 40, 2021 (coordonné par J.-É. Bigot, É. Bouté, C. Collomb et C. Mabi), le dossier « Les industries culturelles à la conquête des plateformes ? », Tic&société, 13 (1-2), 2019 (coordonné par V.t Bullich et L. Schmitt) ou le dossier « Les activités menées sur les plateformes numériques », Réseaux. Communication, technologie, société, 6 (212), 2018 (coordonné par J.-S. Beuscart et P. Flichy).

13 Au sujet des inégalités qui persistent dans le coût de l’accès à l’internet, voir The Shift Project, « Lean ICT. Pour une sobriété numérique », 2018, p. 44. https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2018/11/Rapport-final-v8-WEB.pdf

14 Ou comment garantir la possession d’un actif non fongible (donc ne pouvant être échangé avec un actif de valeur égale) par un jeton numérique dont la blockchain garantit l’authenticité…

15 Cette impuissance renvoie à nouveau à une dimension morale, déjà vue dans le premier chapitre.

16 Force est de constater que la question des fake news et des multiples biais du Web et des réseaux socionumériques reste ouverte en 2023…

17 Pour une analyse de l’ouvrage d’A.Casilli, on pourra se référer au Focus réalisé par E. George (2021) dans la revue Questions de communication.

18 T. Gaudin (2016) qualifie joliment le crowdfunding de « foule aux œufs d’or ».

19 Faisant ici référence aux travaux de leur collègue E. von Hippel (Democratizing Innovation, Cambridge, MIT Press, 2006), mais qui résonne en écho plus ancien, indépendamment d’Internet, avec les travaux de M. Akrich sur « Les utilisateurs, acteurs de l’innovation » (Éducation permanente, 1998, 134 : 79- 90.).

20 Le 3 janvier 2009, sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, était lancé le bitcoin.

21 Pour une mise en évidence et une lecture critique du solutionnisme technologique, voir E. Morozov (2014).

22 Les auteurs mentionnent l’ouvrage de John Evans Decentralize all things (2015).

23 J. Nocera, 2014, « Innovation, optimisms and jobs », New York Times, 14 févr. https://www.nytimes.com/2014/02/15/opinion/nocera-innovation-optimism-and-jobs.html

24 On retrouve dans un des derniers écrits de Erik Brynjolfsson (2022) des propos plus nuancés sur l’intelligence artificielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Pinède, « Sur Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre âge numérique d'Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee »Questions de communication, 43 | 2023, 337-354.

Référence électronique

Nathalie Pinède, « Sur Des machines, des plateformes et des foules. Maîtriser notre âge numérique d'Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee »Questions de communication [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/31655 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.31655

Haut de page

Auteur

Nathalie Pinède

Université Bordeaux Montaigne, Mica, F-33607 Pessac, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search