Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Notes de lectureCulture, esthétiqueThierry Groensteen, La Bande dess...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Thierry Groensteen, La Bande dessinée et le temps

Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. Iconotextes, 2022, 160 pages
Laurent Husson
p. 369-371
Référence(s) :

Thierry Groensteen, La Bande dessinée et le temps. Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. Iconotextes, 2022, 160 pages

Texte intégral

1Théoricien reconnu de la bande dessinée (BD), Thierry Groensteen livre avec, La Bande dessinée et le temps, une réflexion sur la manière dont la BD « convertit le temps en espace » (p. 7), complétant ainsi des réflexions menées par ailleurs sur la gestion de l’espace dans la BD et souhaitant ainsi ouvrir à l’analyse la question des rapports entre BD et temps, jusqu’ici peu traités. Si le repérage de cette conversion n’est pas en soi une nouveauté, une remise en question de certaines idées reçues (le rapport entre le nombre des images et la vitesse de lecture par exemple) invite à poursuivre plus loin l’analyse. Après une première partie théorique, « De l’élasticité du temps dessiné » (p. 13-66) visant à montrer en BD « l’élasticité de la notion de temps […] l’impossibilité d’y mesurer des durées » (p. 11) et analyser les procédures de freinage et d’accélération du temps mis en œuvre par les auteurs, ainsi que la mise en lien de temporalités contradictoires, une seconde partie « éclairages » (p. 69-151) aborde différentes questions, soit de techniques de représentation telle que « le temps dans les séries » (p. 69-76), soit de thématiques touchant au temps comme « Les voyageurs du temps » (p. 131-150) en passant par une étude monographique (« le traitement du temps chez Chris Ware » (p. 113-130). Le champ de référence (comme le montre l’index des noms, p. 151-154) étant majoritairement occidental.

2Le point de départ des réflexions de la première partie est fourni par les typologies pour décrire le passage d’une case à une autre, premier procédé de spatialisation du temps en BD et les problèmes que ces dernières peuvent susciter. Au-delà de ces essais, le point principal est l’analyse de ce qui « advient ou survient quand, nous déportant d’une case vers la suivante, nous avançons dans le temps » (p. 17) et la mise en évidence de l’élasticité du temps, la variabilité d’une case ou d’un intervalle, à partir d’exemples pris chez Gotlib et Alexis (p. 17-19), Morris (p. 19-20), Hergé (p. 20) ou encore Crumb (p. 21). Sont ainsi analysés différents phénomènes de brouillage du temps, comme ceux des sur- et sous-découpages du récit, dans l’exercice de style formel (oubapien) ou la parodie. Certains de ces traitements, comme l’hyperdécoupage, apparaissent comme sans équivalent dans d’autres domaines (p. 29). L’auteur questionne l’évidence du sens de succession chronologique des cases au travers de phénomènes de désynchronisation, par exemple avec l’usage du découpage en grille d’une case unique, le découpage pouvant renvoyer à des actions simultanées ou bien successives (p. 32-33). Ces exemples montrent ainsi que la BD peut être aussi bien conversion que manipulation et brouillage du temps, aussi bien dans des dispositifs contemporains comme chez Chris Ware (p. 35-37) que chez Hergé (p. 39-40), la lecture d’une BD ne s’inscrivant pas dans un processus de temps normé fondé sur une durée, mais sur des rapports de causalité.

3Sont aussi analysés les processus d’hyperfragmentation comme action sur le temps par l’exploration méthodique d’un espace (p. 41). L’élasticité du temps est donc à la fois élasticité des images et des intervalles (p. 39). On ne peut, de ce point de vue, voir une case de bande dessinée comme un plan de cinéma dessiné, dans la mesure où un plan de cinéma a une durée définie, ce que n’a pas une case de BD. De même, l’immobilisation du temps dans une case de bande dessinée est à l’inverse de l’immobilisation photographique. L’instant décisif de l’image photographique s’oppose à « l’instant fécond » (p. 44) terme repris de Gotthold Lessing mais en un sens différent, l’ouverture s’opérant par la succession des cases. La fécondité d’une case, sa puissance, provient des virtualités (p. 45) qu’elles suscitent chez le lecteur.

4Une dernière question est celle de « la fonction du texte dans la chaîne temporelle » (p. 51-58) et, de manière générale, le rapport entre texte, image et temporalité ? Avec l’hyperprésence ou l’absence du texte (p. 58-66), l’auteur revient pour le contester sur le lieu commun liant le mot au temps et l’image à l’espace (p. 55). Le mot et l’image peuvent en effet se situer sur des registres différents (discours continu et cadrage identique avec variations, voire absence d’image), les temporalités être désaccordées (contradiction entre les indications du verbal et du visuel). Que l’image travaille le temps d’une certaine manière se manifeste dans le cas des plages de silence, ce qui peut conduire notamment à une dévalorisation des signes temporels intra-iconiques (l’horloge qui reste sur la même heure, alors que les paysages changent) ou à la création d’un temps spécifique, dont l’indétermination est constituante de l’atmosphère ainsi créée (les cases muettes qui alourdissent l’atmosphère suspendent le temps).

5Les études particulières offertes dans la seconde partie de l’ouvrage reviennent sur certaines questions et sont parfois un peu en deçà du degré élevé de théorisation de l’ouvrage. Néanmoins, elles permettent néanmoins de mettre en forme, de conceptualiser des questions classiques : l’étude sur le traitement du voyage dans le temps (p. 131-149), même si elle dépasse le panorama en reste plus aux possibilités scénaristiques offertes par la diversité des époques qu’à leur traitement formel comme le faisait l’introduction. L’étude relative au « temps dans les séries » (p. 69-76) est intéressante dans la distinction qu’elles proposent de cinq temps : le temps immobile (les personnages restent les mêmes) ; le temps cumulatif (présence d’une mémoire interne) ; le temps évolutif (évolution du cadre de l’action et des marqueurs historiques) ; le temps créateur (touchant l’évolution du temps de la série, de l’installation à la contestation d’un univers) ; le temps de la réception enfin, juste évoqué en un paragraphe à la fin de l’étude. De cette étude, on peut rapprocher celle consacrée aux « temps du feuilleton » (p. 97-113), aujourd’hui « révolu » et qui s’attache au « régime feuilletonesque » (avec pour exemple Bécassine, les Pieds nickelés, Terry et les Pirates), avec notamment la fin ouverte pour chaque épisode et l’absence fréquente de ligne directrice du récit conduisant à une structure accumulatrice. Il y a en fait une « double temporalité » (p. 103) possible tendue entre l’autosuffisance de chaque publication journalière et une continuité narrative, constituant les continuity strip (Flash Gordon, Little Orphan Annie). Le cas de Milton Caniff est plus particulièrement examiné par l’auteur, la manière dont l’établissement de la continuité évolue (d’un cartouche en haut de la planche à l’intégration du rappel de l’intrigue dans les dialogues, dont les parutions dominicales ont un statut spécifique, parenthèses dans le récit. Cette dimension de continuité se retrouve dans certains cycles d’albums, dont la série Blueberry entre 1973 et 1990, caractérisée par une incertitude chronologique mais aussi une fidélisation qui fera abandonner le résumé à la fin de chaque volume et qui s’inscrit progressivement dans une logique biographique.

6Avec les deux études « le temps long et sa représentation » (p. 77-93) et « le traitement du temps chez Chris Ware » (p. 113-130), on retrouve une étude plus approfondie des structures de la représentation, notamment du jeu de la juxtaposition des images d’un même point de vue enregistrant les changements au sein de l’image. L’étude sur « le temps long et sa représentation », analyse des procédés Robert Crumb, Chris Ware, Richard McGuire et Jens Harder (dont une des planches est reprise pour la couverture de l’ouvrage) : scansion, jeu sur la variation au sein de l’image chez R. Crumb et C. Ware structurent la représentation du temps long alors que, chez J. Harder, l’enjeu est celui de la représentation de la période et de sa signification par des juxtapositions de vignettes renvoyant eux-mêmes à des moments différents, écho les uns des autres. Dans ce cadre, quoique sur le temps long, on est au-delà de la chronologie, dans une forme de rythme spécifique, jouant sur la fixité d’un point et sur l’épaisseur de l’image. Si « le traitement du temps chez Chris Ware » a un statut particulier, c’est qu’il est « celui qui, plus qu’aucun autre, a placé la question du temps au cœur de sa poétique » (p. 113). Son œuvre se caractérise par une insistance sur les temps faibles du récit, s’inscrivant dans le nouveau réalisme littéraire du xixe siècle (Gustave Flaubert). Il joue sur la temporalité et plus particulièrement la dimension de la mémoire et des récits de vie (le pluriel de ces récits étant essentiel) où une vie entière peut être rassemblée en une planche sur-découpée dans de multiples vignettes ou sur une ou deux pages, désordre chronologique des évocations, mise en parallèle de plusieurs vies, intégrations de scénarii imaginaires…, ces techniques induisant la nécessité d’une lecture ou la page soit « parcourue en tous sens » (p. 130), ce qui là encore vient bouleverser la temporalité ordinaire de la lecture.

7Pascal Robert avait donné comme titre de l’un de ses ouvrages La Bande dessinée, une intelligence subversive (Villeurbane, Presses de l’Ensib, 2018). Or, c’est bien à une subversion du temps, de ses rapports à l’espace et au discours, que T. Groensteen consacre ici son analyse, à la fois retrouvant et faisant mentir Henri Bergson : le retrouvant dans la manière dont le temps en BD se joue de sa spatialisation/datation constitutive du temps public, le faisant mentir par la construction de nouveaux rapports à l’espace, celui-ci n’étant plus ce qui exclut la durée, mais ce qui d’une certaine manière la fait ressortir soit au travers de l’épaisseur temporelle de chaque case, soit jouant au contraire de l’intervalle entre ces dernières. C’est dire l’intérêt de l’ouvrage ici présenté, à la fois dans les intuitions qu’il confirme et les nouveaux aperçus qu’il offre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Husson, « Thierry Groensteen, La Bande dessinée et le temps »Questions de communication, 43 | 2023, 369-371.

Référence électronique

Laurent Husson, « Thierry Groensteen, La Bande dessinée et le temps »Questions de communication [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/31903 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.31903

Haut de page

Auteur

Laurent Husson

Université de Lorraine, Écritures, F-54320 Maxéville, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search