Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Notes de lectureHistoire, sociétésPierre Bourdieu, Interventions, 1...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique

Marseille, Éd. Agone, coll. Mémoires sociales, 2022, 640 pages
Alexandre Eyries
p. 390-392
Référence(s) :

Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique. Marseille, Éd. Agone, coll. Mémoires sociales, 2022, 640 pages

Texte intégral

1La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 est encore dans toutes les têtes et, depuis 2020, au cours de ces trois très complexes sur un plan sociétal, politique et économique, les médias ont offert à un certain nombre d’experts (parfois autoproclamés) une importante surface d’exposition médiatique, qu’il s’agisse de manière assez compréhensible de médecins urgentistes, de spécialistes de l’infectiologie de la réanimation ou de l’épidémiologie ou – de façon plus surprenante – de chercheurs et des chercheuses issu·es du monde des sciences humaines et sociales (SHS ; philosophie, sciences de l’information et de la communication [SIC], anthropologie et sociologie pour ne citer que les sciences ayant le plus donné lieu à des décryptages de décisions politiques et de comportements humains sujets à caution et bien loin de l’intérêt général. Dans tous les cas, les experts issus des SHS ont été abondamment sollicités pour expliquer, rendre perceptibles des tendances sociales de fond, leur donner leur pleine intelligibilité. Plus largement, au cours de la crise sanitaire, c’est l’utilité sociétale de la recherche universitaire en SHS et tout particulièrement en sociologie qui a été dans l’ensemble positivement appréciée, c’est sa capacité à interpréter le réel qui s’avère la plus précieuse en ces temps incertains. Il y a donc une nature sociale profonde et largement politique de la recherche en sociologie qui la rend apte à se saisir du réel, à décrypter les méandres de l’âme humaine et à tenter d’orienter au mieux les comportements des citoyens.

2C’est précisément l’objet de la deuxième édition revue, complétée et actualisée du livre de Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique qui est parue en 2022. Composé en sept parties organisées chronologiquement et s’étendant de 1961 à 2001, l’ouvrage de 640 pages est subdivisé en douze chapitres reprenant les différentes interventions de P. Bourdieu dans l’espace public et politique sur une quarantaine d’années. Face à un tel foisonnement, je donnerai à voir les éléments qui me semblent les plus éclairants.

3Vingt ans après la première édition de cet ouvrage de P. Bourdieu (paru en mars 2002 juste deux mois après la mort du sociologue), cette version augmentée et actualisée est l’occasion, d’une part, de questionner la postérité de la sociologie bourdieusienne et, d’autre part, de tester la validité heuristique et critique d’une sociologie en prise directe avec la réalité sociopolitique de la France contemporaine.

4Dans la première partie de l’ouvrage titrée sobrement « 1961-1963 » (p. 20-28), P. Bourdieu revient, dans un texte intitulé « Retour sur l’expérience algérienne » (qui est la transcription d’une conférence donnée en 1997) sur les conditions de déroulement de ses premières enquêtes menées alors qu’il était affecté en Algérie et explique avoir voulu rendre aux Français de l’époque, mais aussi aux Algériens instruits, la pleine intelligibilité de la société algérienne de l’époque : « J’avais également en tête d’autres problèmes plus politiques. La question politique qui préoccupait les intellectuels révolutionnaires de l’époque était celle du choix entre la voie chinoise et la voie soviétique de développement. Autrement dit, il fallait répondre à la question de savoir qui de la paysannerie ou du prolétariat est la classe révolutionnaire » (p. 48). Précisant sa méthode et la manière dont il a mené l’enquête qui a donné son premier livre Sociologie de l’Algérie paru en 1958, en voulant comprendre les autres et ne pas projeter sur eux une grille de lecture occidentalisante ou exotisante. Parler des autres n’est possible et légitime qu’au prix d’une double historicisation, et de l’objet et du sujet de la connaissance, d’un décentrement par rapport à soi et à sa propre culture. Ce faisant l’auteur s’est placé dans une perspective à la croisée de la sociologie et de l’ethnologie : « l’ethnosociologue est une sorte d’intellectuel organique de l’humanité qui, en tant qu’agent collectif, peut contribuer à dénaturaliser et à défataliser l’existence humaine en mettant sa compétence au service d’un universalisme enraciné dans la compréhension des particularismes » (p. 50). C’est en tant qu’ethnosociologue que P. Bourdieu analyse les phénomènes sociaux et les tendances souterraines qui traversent les groupes humains.

5Au début de la deuxième partie intitulée « 1964-1970 » (p. 63-94), le sociologue s’intéresse à la question – ô combien politique – de l’éducation, sujet clivant s’il en est et source de nombreuses polémiques dans le texte « L’idéologie jacobine ».

6Abordant le système éducatif dans une perspective critique, P. Bourdieu donne à voir le caractère marmoréen et immuable de l’Éducation nationale qui la rend difficile à réformer : « L’idéologie jacobine sur laquelle repose la critique traditionnelle du système d’enseignement, et aussi, il faut le dire, certaines critiques traditionnelles des réformes gouvernementales de ce système, justifient le système sous apparence de le contester en même temps qu’elles justifient dans leur conservatisme pédagogique nombre de ceux qui s’en réclament, même à l’intérieur de l’Université » (p. 65). Il y a donc une hypocrisie structurelle du système éducatif qui fait mine de remettre tout en cause, donne l’impression trompeuse que de grandes révolutions sont en germe : « La plupart des critiques accordent en effet implicitement au système d’enseignement qu’il remplit les fonctions qu’il se propose idéalement de remplir, à savoir d’assurer à tous des chances égales d’accéder à l’enseignement supérieur et aux avantages sociaux procurés par l’enseignement. Par là, elles sont complices du système sous apparence de le dénoncer » (p. 65). Développant une analyse des conditions d’accès à l’enseignement tributaire des classes sociales d’origine qui vont nourrir les travaux ultérieurs réalisés avec Jean-Claude Passeron (Les Héritiers, Paris, Éd. de minuit, 1964), P. Bourdieu écrit avec clairvoyance et finesse que l’école « consacre les inégalités, c’est-à-dire qu’elle les sanctionne et les légitime. Elle transforme des inégalités de fait en inégalités de mérite. Le fils de cadre supérieur qui succède à son père n’a aucune des apparences de l’héritier. Pourtant, il doit une part importante de son succès à l’École nationale d’administration ou à l’École polytechnique, aux aptitudes qu’il a acquises dans son milieu (à la différence de ceux qui ont été éliminés) et que l’école traite comme des dons naturels alors qu’il s’agit d’un héritage social » (p. 70).

7Dans un autre texte publié en 1983 intitulé « Qu’est-il resté du grand ébranlement de l’ordre symbolique par mai 68 ? », le sociologue est invité à faire le bilan des évènements dans le magazine Lire et souligne que « d’un côté, comme dans toutes les situations de crise où la censure sociale se relâche, le visage du ressentiment de bas clergé qui, dans l’Université, les journaux, à la radio, à la télévision, règle des comptes et laisse parler à voix haute la violence refoulée et les fantasmes sociaux » (p. 73). Quel bilan faire de Mai 68 ? Dans le champ politique, à peu près rien et c’est sans doute le plus dommageable et regrettable : « La logique des appareils et des partis, que la critique libertaire n’avait pas épargnés, est mieux faire pour exprimer la rationalisation vertueuse des intérêts corporatifs que l’humeur anti-institutionnelle qui restera pour moi la vérité du rire de Mai » (p. 73).

8Dans le troisième chapitre de la troisième partie « 1971-1980 » (p. 95-186), P. Bourdieu consacre un texte acerbe intitulé « Les doxosophes » à la science politique : « Toute la “science politique” n’a jamais consisté qu’en un certain art de renvoyer à la classe dirigeante et à son personnel politique sa science spontanée de la politique, parée du dehors de la science » (p. 101). La science politique dépend trop des aléas pour être vraiment scientifique : « La neutralité ostentatoire du ton, du style et des propos, la simili-technicité du vocabulaire sont autant de signes destinés à porter la politique à l’ordre des objets de conversation décents et à suggérer le détachement à la fois universitaire et mondain […] de l’observateur impartial pour se tenir à égale distance de tous les extrêmes et de tous les extrémismes, aussi indécents qu’insensés » (p. 101). P. Bourdieu dresse un constat amer sur une discipline qui n’aurait jamais dû résister aux techniques modernes de l’enquête sociologique : « Mais c’est compter sans la subordination à la commande qui, combinée avec la soumission positiviste […] [réduit] à un pur enregistrement anticipé de votes, d’intentions de vote ou d’explications de vote, une science de l’opinion publique ainsi parfaitement conforme à l’opinion publique de la science » (p. 101-102). Les doxosophes issus de la science politique contribuent à la dépolitisation de l’espace public par le biais de la « “science-politisation” [qui] est une des armes du combat entre les forces de dépolitisation et les forces de politisation, forces de subversion de l’ordre ordinaire et de l’adhésion à cet ordre : qu’il s’agisse de l’adhésion inconsciente d’elle-même qui définit la doxa ou de l’adhésion élective, qui caractérise l’orthodoxie, opinion ou croyance droite et, si l’on veut, de droite » (p. 102).

9Ce dernier texte est à l’image de l’ensemble de l’ouvrage : stimulant, corrosif, passionnant. Il donne à voir la sociologie comme un exercice de lucidité permettant d’interpréter la société à travers les phénomènes politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique »Questions de communication, 43 | 2023, 390-392.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Pierre Bourdieu, Interventions, 1961-2001. Science sociale et action politique »Questions de communication [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/32020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.32020

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search