Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Notes de lectureMédias, technologies, informationClaire Oger, Faire référence. La ...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Claire Oger, Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions

Paris, Éd. de l’EHESS, coll. En temps & lieux, 2021, 400 pages
Alexandre Eyries
p. 457-477
Référence(s) :

Claire Oger, Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions. Paris, Éd. de l’EHESS, coll. En temps & lieux, 2021, 400 pages

Texte intégral

1Il est un fait établi depuis de nombreuses années : les Françaises et les Français manifestent à l’endroit des institutions de la République et des hauts fonctionnaires qui en sont les émanations et les principaux serviteurs une méfiance, et même une défiance de plus en plus systématique et de plus en plus véhémente. Les instruments de mesure de la confiance ou plus exactement de la défiance envers l’écosystème institutionnel et politique plus largement (tels que le célèbre barème de la confiance du Centre de recherches politiques de Sciences Po [Cevipof]) témoignent tous à des degrés divers du caractère complexe et conflictuel du rapport de la population française avec les autorités dirigeantes. La communication des institutions politiques s’inscrit dans la tradition de la rhétorique antique et donne à voir le pouvoir manifeste de la parole politique qui oscille entre institution (au sens du rite d’institution de Pierre Bourdieu) et légitimation. En politique, comme dans le monde administratif, certains locuteurs possèdent un tel charisme que leurs discours font aussitôt autorité, s’imposent comme des références absolues. L’autorité n’est pas la violence ou la brutalité, elle est l’incarnation d’un leadership qui s’impose naturellement aux autres.

2C’est à ce sujet précis de l’autorité dans le discours institutionnel et public que Claire Oger – professeure en sciences de l’information et de la communication (SIC) à l’Université de Paris-Est Créteil – a consacré Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions. Il est composé – outre une introduction et une conclusion – de neuf chapitres respectivement intitulés : « Le mot et la chose. Premiers repérages » (p. 23-52), « La personne et la fonction. L’autorité entre incarnation et adossement à l’institution » (p. 53-86), « L’auteur et les autorités. Pratiques de la référence et responsabilité énonciative » (p. 87-116), « Anamorphoses numériques. Autorité dispositive et notoriété quantifiée » (p. 119-144), « Voix au chapitre. Écriture scientifique et autorité scientifique » (p. 145-196), « Le dire et le faire. Performativité et places d’autorité » (p. 197-238), « Dires d’experts. Jugements techniques et rationalités politiques » (p. 239-272), « L’institution du Neutre. Effacement du dissensus et complétude consolatoire » (p. 273-314) et enfin « Augustes et augustules. Usages et mésusages de l’autorité » (p. 315-340).

3Dès l’introduction (p. 11-22), C. Oger explique fort judicieusement que « l’enjeu majeur est de distinguer l’autorité de l’autoritarisme et d’éprouver ses manifestations et ses modes de fonctionnement par d’autres voies que la capacité à se faire obéir, prompte à arbitrer des formes de violence. […] La composante discursive de l’autorité n’est pas dénuée d’ambivalence : l’argumentation dite “par autorité”, nécessaire aux raisonnements les plus ordinaires comme à la démonstration scientifique, soutient aussi les pires sophismes » (p. 12). Pour qui témoigne de l’intérêt et de l’attention aux locuteurs réputés légitimes et aux discours des institutions, le sujet de l’autorité est riche de perspectives et de questionnements de toute nature et notamment politique au sens large du terme. Pour l’autrice, « définir l’autorité est loin de constituer une entreprise purement scolastique : elle engage dans une réflexion politique sur les mécanismes par lesquels la parole de certains locuteurs se voit reconnue comme fiable, les voies par lesquelles elle adopte une forme privilégiée de circulation (parce qu’elle est citée “à l’appui”, reprise, respectée), sur les manières dont elle se réverbère dans le discours d’autrui (quand elle y est citée, reformulée, traduite) sur ses “effets” enfin, visés ou avérés » (p. 13). Si l’autorité possède diverses formes distinctes dans le monde du travail, de l’industrie, de la politique, il convient de ne pas mélanger hâtivement différents degrés de réalité, il convient aussi de remarquer que l’autorité a partie liée avec le pouvoir et que les discours d’autorité supposent un processus d’autorisation de la parole qui ne s’adosse pas seulement à des pouvoirs institutionnalisés : « Les travaux évoqués ont par ailleurs contribué à dégager l’autorité de ce frère jumeau, terriblement ressemblant, qu’est le leadership, capacité à exercer un commandement, à remplir le rôle “chef” » (p. 16).

4À la fin de l’introduction, C. Oger explicite plus clairement la perspective scientifique qui guide et sous-tend l’écriture de son ouvrage et l’objectif épistémologique qui est le sien dans cette enquête au long cours sur l’autorité dans les constructions discursives des institutions : « Plutôt que de donner un sens robuste et constant à la notion d’institution, et que de s’attacher à des groupes ou des milieux particuliers, ma réflexion se déroulera à partir d’une interrogation sur la nature et les fondements de l’autorité discursive, mais aussi sur le procès par lequel elle s’établit et se construit – éventuellement se conteste – les dispositifs où elle se loge, jusqu’à son incidence et ses enjeux » (p. 21). L’autrice rappelle par ailleurs avec pertinence et justesse que si la parole d’autorité entretient des liens étroits avec la construction de la connaissance et la recherche de la vérité, l’ombre portée du dogmatisme, de l’intimidation ou de la violence s’étend comme une menace permanente sur son énonciation.

5C. Oger s’appuie sur les travaux du sociologue allemand Max Weber dans le premier chapitre (p. 23-52), et sur la définition qu’il a forgée de l’autorité étendue à toute la sphère des relations sociales, qui s’appuie sur sa perception de la domination : « La domination (“l’autorité”) peut reposer, dans un cas particulier, sur les motifs les plus divers de docilité : de la morne habitude aux pures considérations rationnelles en finalité. Tout véritable rapport de domination comporte un minimum de volonté d’obéir, par conséquent un intérêt, extérieur ou intérieur, à obéir » (p. 32). Pour M. Weber la domination (ou autorité) repose sur trois principes essentiels : un caractère rationnel reposant sur la croyance en la légalité des règlements arrêtés (domination légale) ; un caractère traditionnel reposant sur la croyance en la sainteté de traditions valables de tout temps et en la légitimité de ceux qui sont appelés à exercer le pouvoir par ces moyens (domination traditionnelle) ; un « caractère charismatique [reposant] sur la soumission extraordinaire au caractère sacré, à la vertu héroïque, ou à la valeur exemplaire d’une personne, ou encore [émanant] d’ordres révélés ou émis par celle-ci (domination charismatique) » (p. 33).

6Dans le chapitre ii (p. 53-86), l’autrice évoque la notion d’ethos qui « renvoie aujourd’hui à la façon dont le locuteur produit, dans son discours et dans le mouvement de l’énonciation elle-même, des éléments qui suggèrent de sa part une attitude, un comportement, une “personnalité”, des émotions (je suis joyeux, je suis honnête…) que d’un “ton” personnel qui accrédite, par le biais de marques lexicales ou syntaxiques par exemple, l’existence de ces qualités chez le locuteur » (p. 55-56). Reprenant à son compte la théorie du double corps du roi d’Ernst Kantorowicz (corps théologique et corps physique/corps politique et corps symbolique), la chercheuse en SIC, C. Oger, donne à voir une définition particulièrement intéressante de l’autorité qui se « trouve donc enserrée, comme la fonction royale, dans la dualité complexe d’une gemina persona, où s’articulent le corps naturel et le corps mystique, l’individu et la fonction, l’être de chair et l’autorité qui ne meurt jamais. À la doctrine des deux corps du roi, qui contribue à les distinguer, répond l’histoire de la signature princière, qui tend à les confondre sous la mention d’un même nom propre. Celle-ci nous invite à examiner un autre questionnement : signe d’authentification et de validation, la signature est bien une marque de l’autorité » (p. 86).

7Fort à propos, l’autrice explique (p. 197-238) que le portrait du roi (pour faire écho au célèbre livre éponyme de Louis Marin) ou du président de la République, fonctionne sur un registre sémiotique riche qui non seulement n’exclut pas la connotation religieuse, mais s’appuie explicitement sur elle : « La référence religieuse n’est pas isolée, et l’évocation de la parole de pouvoir s’accompagne souvent de réflexions qui produisent un lointain écho de l’indistinction ou du voisinage originels entre parole divine et parole royale, soulignés par Émile Benveniste ou d’une autre manière par Marcel Detienne » (p. 228). C’est moins le souverain que son portrait qui fait l’objet d’une transmutation symbolique et qui fonctionne à cet égard comme une machinerie théâtrale et spectaculaire telle que celles qu’évoquait judicieusement Georges Balandier sous l’appellation de « théâtrocratie » dans Le Pouvoir sur scènes (Paris, Fayard, 1980). L’efficacité redoublée du récit historique, supposé factuel, est telle que Louis Marin n’hésite pas un seul instant à le comparer à celle de la parole sacramentelle : « Par le récit, “hostie politique” qu’il convient de faire avaler au lecteur imaginaire, “le roi se donne à consommer comme corps symbolique par ses sujets”. En nous renvoyant métaphoriquement de l’éloge politique à la communion eucharistique, Louis Marin rappelle l’efficacité particulière attachée à l’administration des sacrements dans la tradition chrétienne » (p. 229).

8Le pouvoir politique se donne ainsi à voir et à manger symboliquement, dans un geste de piété et d’inclinaison face à la manifestation d’une puissance à laquelle on doit se soumettre à notre corps défendant. Ces analyses sont à l’image du livre de C. Oger, fines, lumineuses, éclairantes et d’une portée heuristique considérable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Claire Oger, Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions »Questions de communication, 43 | 2023, 457-477.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Claire Oger, Faire référence. La construction de l’autorité dans le discours des institutions »Questions de communication [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/32349 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.32349

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search