Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Notes de lectureThéories, méthodesNick Riemer, L’Emprise de la gram...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Nick Riemer, L’Emprise de la grammaire. Propositions épistémologiques pour une linguistique mineure

Lyon, ENS Éd., coll. Langages, 2021, 162 pages
Jacques-Philippe Saint-Gerand
p. 499-503
Référence(s) :

Nick Riemer, L’Emprise de la grammaire. Propositions épistémologiques pour une linguistique mineure. Lyon, ENS Éd., coll. Langages, 2021, 162 pages

Texte intégral

1« Linguistique mineure » ? L’expression interpelle et, dans un premier temps, pour qui s’est impliqué dans la mise en œuvre du processus de Bologne et de l’espace européen de l’enseignement supérieur (1998-2010), donne à imaginer quelque chose qui aurait trait à une linguistique des langues dites MoDiMEs, moins diffusées, moins enseignées. La lecture de cet intéressant essai nous rappelle rapidement qu’il n’en est rien, et met immédiatement en avant, de manière bien plus intéressante, une réflexion épistémologique originale. En effet, le rattachement de la linguistique au domaine des sciences, en l’occurrence des sciences du langage, a en quelque sorte translaté à ces dernières les principes de l’épistémologie des sciences dures, plutôt métaphoriquement qu’homothétiquement. Il en est résulté la mise sous le boisseau de la dimension herméneutique qui s’attache dans tous les cas au traitement de la matière du langage. Alain Berrendonner avait eu la préscience de ce paradoxe inéluctable dans son L’Éternel grammairien. Étude du discours normatif (P. Lang, 1982). Nick Riemer, de l’Université de Sydney, avec des arguments hautement probants, s’attache à montrer que les théories grammaticales sont avant tout des objets textuels particulièrement complexes du fait de propriétés herméneutiques inaliénables qui interfèrent avec le besoin d’objectivité absolue prédominant dans l’observation et l’analyse des phénomènes linguistique, mais inéluctablement altéré par les réalités socio-idéologiques dont l’observateur, le grammairien, ne peut se déprendre sauf à renier son statut de sujet.

2L’ouvrage, qui reprend quatre conférences extraites d’un séminaire Labex EFL de 2017, est donc constitué de quatre chapitres, les deux premiers se composant à leur tour de cinq sections, et les deux derniers de six sections. Une architecture parfaitement réfléchie et harmonieuse. Le premier chapitre balise le terrain d’investigation : « Typologie, sémantique, herméneutique : quelques jalons » (p. 13-41) et propose de mettre en balance une herméneutique du langage (p. 13) avec l’objectivité supposée de la linguistique (p. 24). L’auteur rappelle à ce propos que « Denys le Thrace fait figurer l’“explication” ou l’“interprétation” (ἐξήγησις) dans la liste des composantes de l’étude grammaticale » (p. 13). Il découle de cette remarque un éloignement de la linguistique de « l’image “scientiste” qui prédomine actuellement, souvent de façon tacite, dans la métathéorie de la discipline » (ibid.). Cette remarque éclaire en quelque sorte tout l’ouvrage et en constitue l’épine dorsale à partir de laquelle tous les développements subséquents prennent sens et se justifient. N. Riemer souligne à juste titre que les impérialismes successifs des néogrammairiens, des structuralistes et des générativistes ont promu des épistémologies récusant la validité des théories herméneutiques. Il note que « seuls les champs de la linguistique qui s’occupent de la parole – l’analyse critique du discours, la conversation analysis, et surtout la sociolinguistique critique – gardent parfois une certaine ouverture aux dimensions interprétatives de l’analyse linguistique » (p. 14). Ce qui met au premier plan la dimension critique dont les épistémologies linguistiques ne peuvent se départir mais qu’elles omettent la plupart du temps car elles sont généralement idéologiquement orientées : « Revendiquer une épistémologie herméneutique de la linguistique, ce n’est pas seulement aller à l’encontre de l’épistémologie reçue des sciences du langage. C’est aussi se retrouver en porte-à-faux par rapport aux définitions les plus habituelles de l’herméneutique elle-même » (p. 15). La question devient alors : « Comment le cadre herméneutique pourrait-il s’étendre au-delà de son socle naturel, l’interprétation textuelle pour traiter la dimension structurelle de la langue ? » (p. 16). C’est à la résolution de ce dilemme que s’attache dès lors l’étude de N. Riemer. À cette fin, il expose d’abord « Quelques propriétés des disciplines herméneutiques » (p. 16-24), à savoir la délicate identité sujet-objet (p. 16), le pluralisme qui découle de cette considération (p. 21) et le caractère politique d’une telle démarche analytique (p. 23) puisque « toute linguistique suppose déjà une ethnologie, car décrire les langues implique de s’intéresser aux personnes qui les parlent » (ibid.). Puis il s’attache à dénoncer « l’objectivité de la linguistique : trois arguments fallacieux » (p. 24), en premier lieu l’objectivité de la grammaticalité (p. 25) qui, selon la formule de Pierre Bourdieu, voudrait que l’on mette « un savant dans la machine » (p. 26), or tout savant s’avance avec ses propres présupposés ; sa propre idéologie. En second lieu, c’est l’efficacité de la grammaire (p. 27) qui est remise en cause car celle-ci, généralement plus développée lorsqu’il s’agit de langues de tradition écrite, « s’avère tributaire de conditions historiques bien spécifiques » (p. 28). C’est enfin à l’idée de « la grammaire comme faculté mentale » (p. 30) que s’attaque N. Riemer, rappelant qu’il est difficile de valider « le bien-fondé d’un niveau objectif de théorisation autonome pour les phénomènes mentaux » (p. 31), dont la grammaire. Cette critique clairement argumentée amène l’auteur à poser la question des relations de l’« herméneutique et typologie » (p. 31). En montrant (p. 32) que la typologie linguistique prolonge d’une certaine manière par la « traduction » les tentatives de comparaison des langues du xvie siècle, N. Riemer assume que « c’est justement au sein de la typologie que la conception herméneutique de la linguistique a connu un tournant tout à fait intéressant » (p. 32). Les concepts comparatifs utilisés en typologie n’ont que peu à voir avec les catégories descriptives avancées pour rendre compte de la singularité des langues particulières. Le typologue use par nécessité des modalités d’une herméneutique du langage. S’appuyant sur les travaux de Martin Haspelmath, il souligne le fait que « ni à l’intérieur de chaque langue, ni dans les comparaisons entre elles, une conception objective, non herméneutique de l’analyse linguistique n’est soutenable » (p. 33). Il y a effectivement là un renversement de perspective qui accrédite pleinement le fait que « la contribution capitale du linguiste à l’interprétation grammaticale d’une langue revient en quelque sorte à poser celui-ci comme le créateur d’une grammaire », en prenant le terme “grammaire” non pas dans son acception d’“ouvrage” mais dans celle d’“objet” » (p. 35). Ce qui pose de manière cruciale le caractère artéfactuel de toute grammaire, puisque celle-ci est toujours un après de la langue en discours. Et la nécessité d’un relativisme somme toute inscrit dans la lignée de Montaigne, selon lequel il n’y a « aucun intérêt, dans une telle perspective, d’aboutir à une analyse unique de la grammaire » (p. 41). L’honnêteté et même une certaine forme de modestie devraient inciter le linguiste à spécifier le point de vue sous lequel il parle plutôt qu’à neutraliser les formes de son énonciation, donnant faussement à croire en l’existence d’une vérité universelle gagée par la pseudo-scientificité de sa discipline.

3Le second chapitre pose donc la question de savoir « Qu’est-ce que décrire une langue “dans ses propres termes” ? » (p. 43-77), et commence par une analyse de ce qu’est ou pourrait être une description. En phénoménologue, l’auteur récuse l’idée selon laquelle une description pourrait épuiser son propre objet : « Il y aura toujours de nouveaux jours sous lesquels aborder l’objet d’une description, et différentes manières de présenter sa nature » (p. 44). Ainsi, les grammaires européennes oscillent constamment, selon N. Riemer, entre des visées propédeutique ou heuristique (p. 42), desquelles dépendent des formes diverses de description de leurs langues. L’exemple de la séparation rarement explicite des phrases « grammaticales » et « agrammaticales » dans les grammaires descriptives (p. 46) illustre parfaitement ce point. Ce qui conduit l’auteur à faire remarquer que la linguistique moderne se prive d’une richesse certaine d’appréhension de ses objets en appliquant à ceux-ci le modèle des sciences naturelles et expérimentales, qui privilégient – par exemple comme Isaac Newton – de ramener des phénomènes entièrement différents (chute d’un corps, marées, trajectoires des planètes) à un seul et unique type : la gravitation (p. 48). On aura dès lors compris qu’une vision herméneutique de la grammaire conduit à accepter l’idée « que la variabilité est un trait incontournable de la description grammaticale, ce qui exclut de viser une description unique des faits langagiers » (p. 49). La question se pose donc désormais de valider l’intérêt des « catégories descriptives » qu’emploient en général les grammairiens, et celui des « concepts comparatifs » auxquels ont recours les typologues (p. 50). Après avoir analysé en détail la thèse soutenue par M. Haspelmath (« Comparative concepts and descriptive categories in cross-linguistic studies », Language, 86, 2010, p. 663-687), N. Riemer peut à bon droit poser « qu’il n’existe finalement pas de moyen de comparer, ou de décrire les langues sans engager les perspectives multiples des chercheurs, proposition qui entraîne à son tour l’idée selon laquelle la description linguistique, tous comme la comparaison, n’est pas une démarche factuelle mais herméneutique » (p. 56). Une démarche qui associe un grammairien, les pratiques langagières d’une communauté, des données matérielles sous forme de textes documentaires ou d’enregistrements révélés par des locuteurs-consultants, et un lectorat qui est celui de la grammaire ainsi compilée : « Rédiger une grammaire d’une langue, ce n’est pas seulement étudier la langue, c’est le faire dans le but d’aboutir à un document d’un certain type, comportant des caractères précis. Car une grammaire est un objet épistémologique d’un profil déterminé, qui exige une certaine manière de constituer et d’interpréter des données » (p. 56). Ainsi, qu’il s’agisse de linguistique de terrain (p. 61) ou de linguistique de cabinet (p. 63), c’est le rapport entre le grammairien et les données dont il dispose qui définit la nature herméneutique de la description grammaticale. À titre personnel d’illustration de cette remarque, j’ajouterai l’exemple des carnets rédigés par Émile Benveniste lors de ses enquêtes sur les langues amérindiennes que Chloé Laplantine a révélés naguère (« Émile Benveniste et les langues amérindiennes », History and Philosophy of the Language Sciences, 2013). Prenant le cas des jugements d’acceptabilité, N. Riemer, fait remarquer que ceux-ci sont « susceptibles de varier selon les divers paramètres contextuels » (p. 67), et que leur seule légitimité repose sur un critère de non-contradiction. Or, la contradiction est un concept construit dans l’histoire intellectuelle occidentale qui fait intervenir « l’histoire de la logique, […] tout un arrière-plan implicite de pratiques de raisonnement, d’abstraction propositionnelle, et d’argumentation, pour ne rien dire d’une idéologie de contenu propositionnel précis » (p. 67). Décider de l’acceptabilité ou de la non-acceptabilité d’une phrase relève donc moins d’un constat d’état que d’une « décision interprétative ». Il devient dès lors difficile de trouver une ou des justifications à la notion de règle car celle-ci ne possède en soi aucun moyen de justifier son application ou sa transgression. Pour reprendre les analyses développées par Ludwig Wittgenstein dans ses Recherches philosophiques (1953), N. Riemer note : « Une règle morphosyntaxique, une définition, une représentation sémantique, n’est jamais en mesure de rendre compte des mécanismes cognitifs qui sous-tendent l’énonciation parce qu’elle ne définit tout simplement pas quels emplois sont à juger fidèles à la règle, et quels emplois l’enfreignent » (p. 71). D’où il tire une leçon frappante de relativisme : « Il faudrait réimaginer la linguistique, y compris la grammaire descriptive, comme un ensemble de pratiques intellectuelles et imaginatives à géométries variables, chacune devant être interprétée comme le résultat d’une rencontre herméneutique entre les pratiques langagières et les pratiques explicatives, aucune d’elles ne pouvant revendiquer un statut hégémonique » (p. 76).

4Si, dans les années 1970, Mariana Tutescu disait de la sémantique qu’elle était la Cendrillon de la linguistique, c’est à ce domaine particulier que N. Riemer consacre son chapitre iii posant la question « Un empirisme pour la sémantique ? » (p. 79-107) sous l’exergue du constat alerté de Paul Ricoeur : « La sémantique est certes incluse dans la linguistique, mais à quel prix » (p. 79). Ce chapitre évoque les difficultés inhérentes à l’étude du sens car ce dernier peut difficilement être défini en dehors d’un acte relationnel (p. 80) qui entraîne avec lui une variété herméneutique dont les conditions d’acceptabilité demeurent labiles : « Le sens ne se mesure pas, il se discute – c’est la raison pour laquelle on constate la profusion de théories et d’analyses sémantiques. Rien que dans l’analyse de la seule préposition anglaise over, on compte une douzaine d’analyses concurrentes, et il n’est pour l’instant pas évident que les linguistes s’entendent un jour sur l’une d’entre elles » (p. 83). Les représentations techniques de la sémantique formelle tout comme les analyses décompositionnelles, néo-structuralistes, cognitivistes ou simplement définitionnelles se heurtent au même problème qui est qu’elles font toutes, à des degrés divers, « abstraction des facteurs phénoménologiques et interactionnels impliqués dans le discours naturel » (p. 84). Par une critique particulièrement argumentée, l’auteur dénonce les limites des méthodes traditionnelles en sémantique (p. 97) ainsi que les « lubies du modernisme linguistique » (p. 104), qui voudraient imposer aux méthodes d’analyse sémantique une scientificité dont elles sont incapables puisque le langage objet doit se soumettre – comme l’exposent clairement les dictionnaires – aux principes qui régissent le langage analytique : « Les décompositions de la théorie sémantique, comme en témoigne chaque nouveau dictionnaire, description ou théorie sémantique, ne se reproduisent absolument pas, et les analyses ne gardent pas leur validité au-delà du contexte de leur articulation originale, ne serait-ce qu’en raison, du fait que l’« instrument » dont on se sert pour exprimer toute analyse – le discours – est lui-même pris immanquablement dans le flux historique du changement linguistique » (p. 106). Remarque qui devrait particulièrement intéresser tout d’abord les spécialistes de lexicographie et de métalexicographie historiques lorsqu’ils tentent de justifier la validité de leurs paraphrases, puis les utilisateurs modernes de ces ouvrages anciens lorsqu’ils cherchent en eux la justification des intuitions de leurs interprétations. En d’autres termes, la sémantique, plus encore que la grammaire, manifeste la prégnance du cercle herméneutique lorsqu’il s’agit de rendre compte de formes linguistiques dont la spécificité essentielle est d’être de nature interactionnelle.

5L’ultime chapitre du volume (p. 109-145) traite des « Utopies de Boas ». On connaît bien le travail que Franz Boas a réalisé sur les langues amérindiennes, tant dans une dimension méthodologique que dans une dimension pratique. C’est sur la base de ces réflexions que N. Riemer entreprend de démontrer qu’il ne peut pas y avoir de linguistique sans l’expression d’un rapport de force (p. 111) du linguiste sur son informateur ou sur les documents qu’il compile : « Même si la linguistique était indépendante de tout contrôle non scientifique, elle ne serait pas pour autant neutre ou sans retombées extradisciplinaires, ni immunisée contre le contexte global dans lequel les recherches dans son cadre se poursuivent, encore moins sans effet sur le monde au-delà de ses frontières intellectuelles » (p. 114). Ce sont tour à tour les travaux de Gilles Deleuze et Félix Guattari (1980), de P. Bourdieu, Sorlin ou Jean-Louis Calvet, et enfin Philippe Blanchet qui sont mobilisés pour accréditer l’idée que la linguistique est très souvent l’artéfact d’idéologies socialement discriminantes de sorte que, selon les premiers « une règle de grammaire est un marqueur de pouvoir, avant d’être un marqueur syntaxique » (p. 119). Ce qui donne l’occasion à N. Riemer de critiquer à juste titre l’orientation systématique et totalisante que prennent les études de linguistique, avec pour conséquence, auprès des étudiants, une vision réductrice et classificatoire de la diversité humaine (p. 124). La tentation d’idéalisation universalisante (p. 125), à laquelle se soumettent les recherches linguistiques actuelles, bute néanmoins sur la complexité « d’un chaos de données variables de performance » (p. 126), dont il est difficile d’extraire « les construits d’une langue ou d’une grammaire » (ibid.) sans prendre le risque de décisions créatives de nature herméneutique. On appréciera dans ces conditions le plaidoyer en faveur d’une ouverture de la linguistique à la diversité du monde que dresse N. Riemer : « Au rebours des sciences de la nature, la linguistique, en tant que science humaine, concerne un domaine relevant essentiellement du comportement des êtres et des sociétés d’êtres autonomes, dotés chacun de sa propre manière d’exister et de comprendre le monde. Dans un tel état de fait, il ne va pas de soi que la connaissance théorique dépende d’une démarche de réduction objectivante, assimilant le sens à un objet unique abordable dans le cadre des méthodes empiriques des sciences naturelles, plutôt que d’une démarche d’interprétation pluraliste, rapprochant l’étude de la langue de celle des autres performances socioculturelles » (p. 128). On comprend mieux de ce fait ce que l’auteur entend par « linguistique mineure ». Une linguistique qui récuse « l’emprise d’un scientisme borné dans l’épistémologie de la discipline » (p. 143), et qui, « par l’approche herméneutique permet de ne pas enfermer la réalité humaine des langues et du langage dans un modèle singulier, donc forcément, comme tous les modèles, réducteur » (p. 145). On ressort de la lecture de cet important ouvrage avec une conscience plus nette des difficultés que doit affronter la linguistique contemporaine, héritière de modèles épistémologiques ayant sciemment fait l’impasse sur la diversité des langues et la variété de toutes les situations socio-culturelles dans lesquelles elles sont employées. Puisque l’auteur fait souvent référence aux travaux de François Rastier, les analyses que propose N. Riemer devraient être de particulière importance pour tous les chercheurs grammairiens, en étude de style, stylistique, linguistique textuelle ou du discours, qui ont recours comme un Sésame absolu – croient-ils – aux diverses formes d’analyse du langage et de la langue mais qui oublient souvent que ces objets sont par nature en situation permanente de transaction herméneutique entre divers postes dont il est nécessaire de définir la nature et les lieux. Le présent ouvrage aide grandement à préciser ces derniers. La bibliographie (p. 147-162), largement internationale et d’inspiration majoritairement anglo-saxonne est abondante, parfaitement à jour et généralement bien choisie même si l’on aurait aimé y voir figurer également les noms et les travaux de Bernard Pottier, Georges Kleiber, François Jacquesson, voire, plus anciennement, de Josette Rey-Debove. Enfin, un index des notions (p. 167-170) aide à se repérer dans le foisonnement de ces dernières et la réticularité des idées stimulantes que renferme cet ouvrage. Une lecture hautement recommandée pour la tonicité et la justesse de ses analyses critiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Nick Riemer, L’Emprise de la grammaire. Propositions épistémologiques pour une linguistique mineure »Questions de communication, 43 | 2023, 499-503.

Référence électronique

Jacques-Philippe Saint-Gerand, « Nick Riemer, L’Emprise de la grammaire. Propositions épistémologiques pour une linguistique mineure »Questions de communication [En ligne], 43 | 2023, mis en ligne le 01 octobre 2023, consulté le 20 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/32449 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.32449

Haut de page

Auteur

Jacques-Philippe Saint-Gerand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search