Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Dossier. La diplomatie publique à...L’aide française aux médias étran...

Dossier. La diplomatie publique à l’heure des réseaux

L’aide française aux médias étrangers. Une analyse de la diplomatie publique par ses acteurs, ses réseaux et ses luttes

French support to foreign media. Analyzing public diplomacy through its actors, its networks and its conflicts
Simon Mangon
p. 29-44

Résumés

Dans cet article, je propose d’analyser l’aide française aux médias étrangers comme une forme de diplomatie publique. À partir d’une enquête portant sur l’histoire, la structuration et les acteurs de cette aide, je montre que sa fabrique fait l’objet de luttes et de négociations. La recherche met d’abord en lumière le rôle structurant de l’État dans l’encadrement de cette action extérieure. Les évolutions de l’organisation de l’aide aux médias étrangers, notamment à travers le processus d’agencification, révèlent les transformations de l’action publique à l’heure du « nouveau management public ». Par ailleurs, la structuration de cet espace par l’État contribue au monopole de l’aide par une agence sous sa tutelle, et la marginalisation des acteurs non étatiques. Dans un second temps, l’enquête révèle la fragmentation de cette diplomatie publique. J’analyse les contours du « journalisme sans frontières », ce modèle professionnel pensé comme universel mais élaboré depuis des contextes spécifiques. Enfin, la sociologie des « passeurs du journalisme » met en lumière les luttes et concurrences entre acteurs pour la définition de ce modèle. À partir du cas de l’aide française aux médias étrangers, cet article défend donc une approche de la diplomatie publique par ses réseaux, ses acteurs et les luttes qui la traversent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 France Médias Monde (FMM), anciennement l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), est une sociét (...)
  • 2 Discours d’E. Macron à l’occasion de la conférence des ambassadrices et des ambassadeurs, Palais d (...)
  • 3 « Les journalistes de France 24 et RFI rappellent qu’ils ne sont pas “les porte-voix de l’Élysée” (...)

1Le 1er septembre 2022, le président Emmanuel Macron prononce un discours à destination des diplomates français qui provoque de vives réactions au sein de la profession journalistique. À l’occasion de la conférence des ambassadrices et des ambassadeurs, il demande aux diplomates de « mieux utiliser le réseau France Médias Monde1 », pour lutter contre les fausses informations et « contre-influencer » les récits « mensongers » des puissances russe, turque ou chinoise, notamment en Afrique2. Le lendemain, les journalistes de Radio France internationale (RFI) et France 24 rappellent qu’ils ne sont ni des médias gouvernementaux ni des opérateurs de la diplomatie d’influence, mais des médias de service public indépendants3. Le cas de Canal France international (CFI) n’est évoqué ni dans le discours du président ni dans les réactions des journalistes. Pourtant, cette petite structure d’une cinquantaine d’employés fait partie du réseau France Médias Monde. Elle a pour mission principale de soutenir le développement de médias étrangers par le biais de subventions, de programmes de formation ou d’une aide matérielle. Chaque année, CFI met en œuvre une trentaine de projets en appui aux journalistes d’une vingtaine de pays « émergents ou en développement » afin de soutenir la liberté de la presse et le pluralisme médiatique. Si cette politique d’aide aux médias étrangers n’est pas évoquée par le président, elle fait pourtant bien partie des instruments diplomatiques du gouvernement français, CFI étant une organisation sous la tutelle du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE). Dans cet article, je propose d’étudier l’aide aux médias étrangers comme une forme de diplomatie publique. Je défends la thèse selon laquelle cette intervention, présentée par ses promoteurs comme « neutre » ou « apolitique », fait en réalité l’objet de luttes et de négociations politiques qui sont encadrées par l’État.

2Ma démonstration s’organise en deux temps. Dans une première partie, j’étudie la structuration par l’État de l’aide française aux médias étrangers. En déléguant l’aide à une agence spécialisée (CFI), le MEAE organise sa mise en retrait du secteur tout en créant les conditions du monopole de l’aide et la marginalisation des acteurs non étatiques. La délégation de l’aide à une agence est une stratégie qui permet à l’État de construire l’aspect « apolitique » de cette diplomatie, tout en la gouvernant à distance. Je mobilise ici l’expression de « gouvernement à distance » pour décrire « le mouvement de retrait de l’État, qui se retire des territoires pour mieux les gouverner à distance » (Epstein, 2005 : 108). Dans une seconde partie, j’étudie la fragmentation et la négociation de cette action publique transnationale. Loin d’être une diplomatie uniforme imposée par le haut, l’aide aux médias étrangers s’apparente à un espace fragmenté entre plusieurs groupes professionnels concurrents. Le modèle de « journalisme sans frontières » fait l’objet de débats et d’appropriations différenciées. La sociologie des « passeurs du journalisme » met en lumière la fragmentation de cet espace et les luttes pour la fabrique de cette diplomatie.

  • 4 Le processus d’agencification a fait l’objet d’une vaste littérature de sociologie de l’action pub (...)
  • 5 Le new public management est défini comme « un ensemble de technologies de gouvernement qui vise, (...)

3Mon analyse de l’aide aux médias repose sur deux corpus. À partir des outils de la sociologie de l’action publique, j’étudie la structuration, les acteurs et les pratiques de cette diplomatie. L’enquête révèle des transformations contemporaines de l’action publique selon le « nouveau management public », à travers le processus d’agencification4 qui vise à externaliser des compétences traditionnelles des ministères vers des agences semi-autonomes5. Par ailleurs, j’étudie les modes de négociation de cette action publique transnationale à partir de ses acteurs intermédiaires, en observant leurs interactions et pratiques professionnelles. Je mobilise également les travaux de sociologie des médias et du journalisme pour analyser les luttes de définition du « bon journalisme » mettant en scène des acteurs extérieurs à la profession (les acteurs de l’aide) qui tentent de peser sur l’espace médiatique. L’analyse repose sur une enquête menée entre 2018 et 2022 dans le cadre d’une thèse en science politique portant sur la fabrique et l’appropriation de l’aide française aux médias en Tunisie et en Jordanie. Afin de reconstituer l’histoire et la structuration de l’aide française aux médias étrangers, j’ai mené une quarantaine d’entretiens avec des employés de CFI, d’autres structures françaises de l’aide aux médias étrangers (associations, écoles de journalisme, médias), et du principal bailleur de fonds français dans ce secteur (le MEAE).

L’État français et l’aide aux médias étrangers : une gouvernance à distance

  • 6 De nombreux travaux ont été consacrés aux stratégies visant à une dépolitisation par l’aide ou les (...)

4Comme d’autres politiques d’aide ou de développement6, les dispositifs de soutien aux médias étrangers sont présentés par leurs promoteurs comme neutres et répondant à des idéaux dits « universels ». Il s’agirait de promouvoir et de défendre la liberté de la presse, le pluralisme ou le droit d’accès à l’information au-delà des frontières nationales. Ce travail de dépolitisation de l’aide aux médias, par le recours à l’« universel » (Bourdieu et Wacquant, 1998), permet de justifier une intervention étrangère dans un espace médiatique national. Dans cette première partie, je propose justement de repolitiser l’analyse de l’aide aux médias en étudiant les relations entre cette action transnationale et l’État, à partir du cas français. L’expression de « diplomatie publique à distance » semble pertinente pour caractériser ce double mouvement de l’État qui se met en retrait du secteur, en déléguant la mission de l’aide à une agence semi-autonome, tout en structurant ce secteur et en encadrant l’action de cette agence.

En retrait pour mieux gouverner : l’agencification de l’aide aux médias étrangers

Encadré 1. Méthodologie d’enquête : comment localiser une action transnationale ?

L’un des principaux enjeux de l’enquête de terrain menée dans le cadre de ma thèse a été la localisation d’un objet diffus et transnational. Pour répondre à ce défi, j’ai choisi d’ancrer mon analyse dans des lieux particuliers, en observant des structures et des acteurs de l’aide aux médias. L’étude de CFI, présentée dans cet article, permet d’observer concrètement la fabrique de l’aide aux médias étrangers, tout en la réinsérant dans un ensemble d’interactions (avec le ministère ou les autres acteurs du secteur) propres à la configuration française. J’ai retracé l’histoire de CFI et de ces interactions grâce à l’analyse de certains documents aux Archives nationales, de documents internes à la structure et d’entretiens réalisés avec des employés. Par ailleurs, j’ai voulu rendre compte des pratiques et négociations quotidiennes de cette action transnationale par l’analyse des acteurs qui la mettent en œuvre. J’ai ainsi mené des entretiens biographiques avec une vingtaine d’employés de CFI, ce qui m’a permis de constituer une typologie des « passeurs du journalisme » par leur trajectoire biographique, leurs pratiques professionnelles et leur vision de l’aide. Enfin, j’ai analysé l’action et la communication de CFI, principalement à partir du site internet, en me concentrant sur les projets mis en œuvre dans le monde arabe.

5Canal France international (CFI) est aujourd’hui l’acteur principal de l’aide française aux médias étrangers. Un détour par l’histoire de cette structure permet de comprendre les évolutions de la diplomatie française dans ce domaine. Cette dernière s’est transformée au rythme du « nouveau management public », ce que l’on peut observer à partir du phénomène d’agencification qui caractérise la période contemporaine.

  • 7 Le « ministère de la rue Monsieur » est le surnom donné au ministère de la Coopération, initialeme (...)
  • 8 Archives diplomatiques de la Courneuve, Fonds Guy Bernède, AR-20, Grille de programmes CFI, 1989.
  • 9 Archives diplomatiques de la Courneuve, Fonds Guy Bernède, AR-17, Compte rendu de réunion avec les (...)

6L’aide aux médias étrangers est une activité récente pour CFI, qui a cumulé plusieurs missions au cours de son histoire. Canal France international (CFI) est fondé en 1989 par le ministère de la Coopération, cette institution créée en 1959 par Charles de Gaulle pour maintenir un lien étroit avec les pays dits « du champ », autrement dit les pays africains ayant acquis leur indépendance au moment de la décolonisation. La première mission attribuée à CFI par le ministère de la rue Monsieur7 est la diffusion d’images des chaînes françaises aux chaînes africaines francophones partenaires, on parle alors d’une « banque de programmes ». Certains programmes télévisuels diffusés par CFI, comme le Tour de France ou l’émission de variétés Champs-Élysées, rencontrent un franc succès auprès des téléspectateurs de plusieurs pays africains francophones8. Dès sa fondation, CFI est donc pensé comme un instrument politique qui vise le maintien d’une influence française à l’étranger, notamment à travers la promotion de la langue française. Directement rattachée au ministère de la Coopération, la structure est aussi liée au champ médiatique français et au secteur privé. À cette époque, CFI est dirigé par un professionnel de l’audiovisuel qui multiplie les partenariats avec des entreprises privées et tente d’assurer la rentabilité de la structure par la promotion d’émissions de divertissement. Les dirigeants de CFI cultivent donc une vision « marchande » de la mondialisation audiovisuelle selon les mots de Romain Lecler (2019), en opposition à une « diplomatie culturelle », représentée par TV5 Monde, qui valorise plutôt l’idée de service public, la coopération multilatérale et l’information politique. La première mission de « banque de programmes » assurée par CFI dure de 1989 à 2009, et jusqu’à 2015 pour l’Afrique francophone. Pourtant, cette activité de diffusion d’images est vivement critiquée par des acteurs de l’audiovisuel africain qui y voient une concurrence déloyale à la production locale, puisque CFI diffusait gratuitement les programmes aux chaînes partenaires. Dès la première réunion entre les membres de CFI et les représentants des télévisions d’Afrique francophone en février 1989, ces derniers mettent en garde contre le risque que des programmes français « clés en main » se « substituent à la programmation nationale », avant de rappeler la nécessité « d’adapter les programmes aux réalités africaines9 ».

  • 10 Le programme 209 « Solidarité avec les pays en développement » renvoie à une ligne budgétaire du M (...)

7Au tournant du xxe et du xxie siècle, CFI est traversé par deux changements importants. C’est d’abord la disparition du ministère de la Coopération en 1999 qui transforme la relation de la structure à l’État. Le ministère de la rue Monsieur étant intégré au ministère des Affaires étrangères, CFI est désormais sous la tutelle de ce dernier. Cette nouvelle structuration va avoir des répercussions durables sur la gouvernance de CFI, sa stratégie ainsi que la sociologie de ses employés. Le deuxième changement correspond au projet politique du président Jacques Chirac de créer une « CNN à la française ». En 1999, le président inaugure CFI-TV, une chaîne de télévision publique à destination du public francophone africain. Alors que les chaînes satellitaires ont un succès de plus en plus important, cette émanation de CFI est pensée comme un outil de diffusion d’une voix française à l’étranger. C’est donc à la suite d’une décision du pouvoir exécutif que les activités de la structure se diversifient, mais CFI n’est toujours pas un acteur majeur de l’aide française aux médias étrangers. Ce que l’on appelle alors la « coopération médias » est centralisée autour du MEAE, plus particulièrement au sein de la direction de l’audiovisuel extérieur du ministère (Lecler, 2015). Une trentaine de personnes pilotent cette politique, dont la mise en œuvre est déléguée à différentes associations, écoles de journalisme et médias présentés dans la prochaine partie. Au début des années 2000, CFI mène quelques activités de « coopération médias » financées par le MEAE, mais son rôle ne devient central qu’à partir des années 2010. L’évolution de son activité illustre les transformations de la diplomatie française. En ce début de xxie siècle, l’importation de la doctrine du « nouveau management public » entraîne la réforme de l’action publique française, justifiée par un souci de « flexibilité » et « d’efficacité ». De nombreux ministères sont dépossédés de leurs missions traditionnelles qui sont déléguées à de nouvelles agences, on parle « d’agencification ». Ainsi le Quai d’Orsay délaisse-t-il ses activités de coopérations médias à CFI qui devient progressivement l’agence française spécialisée dans ce domaine. En plus de construire la « dépolitisation » de l’aide aux médias étrangers, ce processus permet de réduire les dépenses publiques puisque l’équipe de la direction « Audiovisuel extérieur » du MEAE est largement réduite : elle passe de 35 agents en 1999 à 4 en 2009. Les employés de CFI, pour leur part, ne sont pas fonctionnaires mais sont recrutés sur des contrats à durée déterminée pour la majorité d’entre eux. Par ailleurs, l’agencification de l’aide permet d’intégrer cette action extérieure à un ensemble plus large, celui de l’aide publique au développement. En 2008, CFI se voit attribuer une subvention annuelle du MEAE sur le « programme 20910 » et devient ainsi une agence de développement. L’identité, le modèle économique et le rattachement institutionnel de CFI sont radicalement transformés en l’espace de quelques années. De la même manière, le vocabulaire employé par CFI évolue : on ne parle plus d’« audiovisuel extérieur » ou de « diffusion d’images », mais de « développement médias » ou d’« assistance médias ».

  • 11 Cette subvention qui avoisine 7,2 millions d’euros représente plus de 76 % du budget total de CFI (...)

8Pour autant, l’agencification ne signifie pas le retrait de l’État dans ce domaine. Le MEAE continue de définir les grandes lignes de cette action extérieure par l’intermédiaire de son opérateur. L’encadrement de CFI par le ministère prend différentes formes. La première est l’octroi d’une subvention annuelle11 qui s’accompagne d’un « contrat d’objectifs » (CO) définissant les priorités de l’opérateur. Le CO sur la période 2018-2020 donne un bon exemple des priorités stratégiques, géographiques ou structurelles qui sont fixées par le MEAE. Le texte rappelle d’abord que l’action de CFI doit respecter les priorités de la diplomatie française et ainsi contribuer à la « stabilisation durable des régions prioritaires », à la « promotion des valeurs de la France et de son influence » et enfin à la « lutte contre le terrorisme ». Le contrat fixe également des priorités thématiques et géographiques à CFI qui doit concentrer son action dans les « zones clés de l’agenda diplomatique » (à savoir l’Afrique subsaharienne, le Maghreb et le Levant) et selon la « stratégie d’Aide Publique au Développement » (à savoir la promotion des objectifs du développement durable, d’une meilleure gouvernance, de la francophonie et de l’égalité femmes-hommes). Le contrat encourage CFI à travailler avec France Médias Monde, l’acteur français de l’audiovisuel extérieur, et à s’intégrer au « dispositif diplomatique français » et à ses opérateurs (notamment l’Agence française de développement, Expertise France et les Instituts français). Au terme de la période du contrat, les objectifs sont évalués à partir d’indicateurs quantitatifs. En ce qui concerne les priorités géographiques, 80 % des projets de CFI doivent être menés dans les zones de l’Afrique subsaharienne et de la région Afrique du Nord/Moyen-Orient. Les objectifs thématiques sont également mesurés par des indicateurs chiffrés : 40 % des bénéficiaires directs doivent être des femmes d’ici 2020, et neuf projets par année doivent valoriser les Objectifs de développement durable. Le second instrument d’encadrement de l’action de CFI est la nomination de son directeur général. Depuis 2009, ce dernier doit être un diplomate nommé par le Quai d’Orsay. Cette nouvelle modalité de gouvernance marque le choix des diplomates de garder CFI sous leur contrôle, alors que les directeurs précédents (journalistes ou hommes d’affaires) refusaient fréquemment de se voir fixer des objectifs stratégiques par un ministère. Par ailleurs, le MEAE a une présence non négligeable au sein du conseil d’administration de CFI (deux membres sur dix viennent du Quai d’Orsay).

9L’histoire de CFI met donc en lumière les évolutions de l’aide française aux médias étrangers à travers le processus d’agencification. Un temps centralisée par le MEAE, cette diplomatie publique est désormais encadrée à distance par l’État, à travers l’intermédiaire d’une agence. L’analyse de la structuration contemporaine de ce secteur révèle le rôle de l’État pour consacrer le monopole de CFI et marginaliser les acteurs non étatiques de l’aide.

Organiser le monopole de l’aide aux médias étrangers

  • 12 Le Gret renvoie initialement au « Groupe de recherche et d’échange technologique », devenu « Profe (...)

10Au début des années 2000, CFI n’est qu’un acteur parmi d’autres de l’espace français de l’aide aux médias, composé de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG), écoles de journalisme ou structures médiatiques. Ce sont d’abord des ONG françaises qui se sont spécialisées dans ce domaine, comme l’Institut Panos Paris, le Groupe de recherche et d’échange technologique (Gret12), Reporters sans frontières (RSF), Ouest-France Fraternité ou l’association Médias et Démocratie. La majorité de ces organisations ont réalisé des projets de soutien aux médias étrangers dès les années 1980-1990, c’est-à-dire avant que CFI ne se spécialise dans ce secteur. Leur modèle économique reposait sur des financements publics du MEAE ou du ministère de la Coopération, de collectivités territoriales, d’agences de coopération ou de l’Union européenne. Sur ces cinq organisations, deux n’existent plus en 2023 (Institut Panos Paris, Ouest-France Fraternité), une a arrêté ses activités d’aide aux médias (Gret), et seulement deux réalisent toujours des projets de soutien aux journalistes (RSF, Médias et Démocratie). Aux côtés de ces associations, on trouve aussi un certain nombre d’écoles de journalisme ou départements d’universités comme l’École supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, le Centre de formation et de perfectionnement des journalistes (CFPJ) et l’Institut français de presse (IFP). Ces institutions sont particulièrement actives dans le secteur de la coopération médias dans les années 1990 et 2000, elles créent des partenariats avec des universités du Sud et accueillent de nombreux étudiants étrangers en France. Le MEAE soutient financièrement les écoles pour créer des filières dans des universités partenaires francophones à Beyrouth, Rabat ou Moscou. Depuis la diminution des financements du MEAE, ces écoles de journalisme et l’IFP ont arrêté les activités de coopération et les premières ont monétisé leur offre de formation à destination de clients notamment à l’étranger.

  • 13 Expression logique néocoloniale revient au cours de plusieurs entretiens réalisés avec des représe (...)

11Ces différentes organisations cultivent des visions alternatives de l’aide aux médias étrangers, qui contrastent avec l’action menée par CFI aujourd’hui. La première caractéristique de l’aide offerte par ces organisations est qu’elle est généralement mise en œuvre par des journalistes (ou des universitaires), à destination de leurs homologues dans les pays d’intervention, et non par des professionnels du développement comme c’est le cas à CFI (voir la deuxième partie de l’article). L’assistance apportée par les ONG ou écoles de journalisme est animée par une logique de solidarité professionnelle entre journalistes et/ou une volonté d’internationaliser la formation au métier. Ces structures diffèrent également de CFI par leur volume d’activité. La plupart de ces associations et écoles ne mènent que quelques projets par an, alors que l’opérateur en mène en moyenne une trentaine chaque année. Parce que leurs moyens humains et financiers sont limités, plusieurs de ces organisations concentrent leur activité sur quelques partenaires locaux et conçoivent leurs projets en fonction des besoins de ces derniers. Ainsi la plupart des associations mentionnées n’interviennent-elles qu’en réponse à des demandes explicites formulées par des médias. La logique d’action est quasiment inversée pour la majorité des agences contemporaines de l’aide internationale aux médias qui, comme CFI, orientent leur stratégie largement en fonction des opportunités de financements des bailleurs. Par ailleurs, l’aide proposée par ces structures se démarque par sa temporalité. Plusieurs associations accompagnent les médias sur le long terme (parfois plus de dix ans), en opposition aux projets « one-shot » (un seul coup) de quelques mois ou quelques années qui sont encouragés par les bailleurs de fonds. D’une certaine manière, ces acteurs s’inscrivent à rebours de la « logique par projets » (Boltanski et Chiapello, 2011 [1999] : 180) qui traverse le champ du développement, et selon laquelle l’aide devrait être un enchaînement sans fin de projets successifs. Enfin, plusieurs de ces acteurs cultivent une approche critique de l’aide, dénonçant la logique « néocoloniale13 » des grandes organisations qui entretiennent le marché de la formation en envoyant des experts européens ou nord-américains dans les pays d’intervention pour permettre le « transfert de compétences ». Cette critique s’est largement répandue dans le secteur, à tel point que la majorité des opérateurs encourage désormais la constitution de réseaux de formateurs locaux, dans un souci d’appropriation de l’aide.

12Au cours des années 2000 et 2010, ces acteurs de l’aide aux médias ont progressivement mis un terme ou diminué leurs activités face au manque de financements. Parmi la quinzaine d’organisations identifiées, seulement trois sont encore actives en 2023 et leur action reste très marginale, plusieurs membres de ces équipes ayant d’ailleurs rejoint CFI. L’octroi d’une subvention annuelle par le MEAE à l’agence a transformé la structuration de cet espace. Cela a contribué à la marginalisation des acteurs historiques de l’aide et sa centralisation autour de CFI. Le rôle de l’État a donc été central pour organiser cette diplomatie publique, même à distance. Pour autant, cela ne signifie pas que l’action de CFI répond mécaniquement aux directives du ministère. Dans la prochaine partie, je montre la fragmentation et la négociation de cette diplomatie publique, en observant le rôle central de ses acteurs intermédiaires.

Fragmentation et négociation d’une action publique transnationale

Les contours du « journalisme sans frontières »

  • 14 Cette analyse s’inscrit dans la continuité de l’état de l’art critique d’O. Koch (2015) sur les mé (...)

13Au-delà d’un soutien financier ou matériel aux médias étrangers, la diplomatie de l’aide a pour objectif la diffusion d’un modèle professionnel que j’appellerai ici le « journalisme sans frontières ». Ce modèle est pensé comme universel par ses promoteurs, capable de « voyager » d’un contexte à un autre (Olivier de Sardan, 2021 : 26). L’analyse de ses caractéristiques révèle les contours d’un type de journalisme défini à partir d’un contexte singulier et attribuant des fonctions normatives à ce métier. J’identifie cinq fonctions principales14 attribuées aux médias par ces acteurs extérieurs à la profession : les médias comme acteurs indépendants, les médias comme contre-pouvoirs, les médias comme vecteurs de pacification, les médias comme acteurs de l’éducation et, enfin, les médias comme intermédiaires de l’action publique.

  • 15 Extraits issus des plaquettes de présentation de différents projets de CFI dans la région (dont le (...)
  • 16 Projet « Naseej » (« tissage » en français) financé par le MEAE de 2016 à 2017. Accès : https://cf (...)
  • 17 Projet « Aswatna » (« nos voix » en français) financé par le MEAE de 2020 à 2022. Accès : https:// (...)
  • 18 Sur les dispositifs d’EMI et leurs effets sur la profession journalistique dans le contexte frança (...)
  • 19 Projet « Hal media » (« hal » signifie « solution » en français) financé par le MEAE de 2018 à 202 (...)

14La première fonction que les acteurs de l’aide attribuent aux médias est leur capacité à créer un espace indépendant, isolé de tout intérêt politique ou économique, et qui serait la condition sine qua non pour produire une information « neutre » et « impartiale ». Dans le discours des organisations d’aide, cette vision est définie en opposition au journalisme « politisé », « partisan », voire « sectaire » qui caractériserait certains pays, notamment dans le monde arabe15. Cet espace professionnel autonome imaginé par les acteurs de l’aide s’apparente à la « cité parallèle » décrite par Michel Camau (2002 : 227) pour décrire le mythe d’une « société civile » qui serait, aux yeux des bailleurs, porteuse de vertus démocratiques et nécessaire à la modernisation de l’État. Une seconde fonction attribue aux médias le rôle de « contre-pouvoirs » afin de surveiller et responsabiliser les élites politiques des pays d’intervention. Les acteurs de l’aide font ainsi usage du mythe professionnel de la presse comme « quatrième pouvoir » ou « chiens de garde » (watchdog) de la démocratie, un élément central des théories libérales anglo-saxonnes. Certaines pratiques professionnelles sont souvent mises en avant, comme le journalisme d’investigation censé lutter contre la corruption des élites, ou le journalisme de données pensé comme un outil de lutte contre la propagande politique en vérifiant les informations diffusées par les autorités. Une autre fonction particulièrement valorisée est celle des médias comme vecteurs de pacification des relations sociales. Cet idéal a marqué l’histoire de l’aide aux médias, notamment dans des contextes de post-guerre civile en Yougoslavie ou de génocide au Rwanda où les médias ont été utilisés comme des outils politiques au service de la guerre ou du génocide. C’est principalement dans les années 1990, à la suite de ces événements tragiques, que se conforte l’idée que les médias peuvent être des vecteurs de paix, après avoir été des armes de guerre. Ainsi un projet de CFI en Irak encourage-t-il la coopération entre journalistes de différentes communautés et religions, pour que les médias contribuent à « réduire les tensions intercommunautaires et interconfessionnelles16 », alors qu’au Soudan un autre projet fait des médias des acteurs de « la réconciliation nationale et [de] la transition démocratique17 » entre les parties prenantes après la chute du dictateur Omar el-Béchir en 2019. Une quatrième mission confiée aux médias est leur rôle d’éducation ou de socialisation à la démocratie. La transition vers la « bonne gouvernance » imaginée par les développeurs n’est possible que si elle s’accompagne d’une transformation du rôle du citoyen. Les journalistes doivent leur fournir les informations nécessaires sur des thématiques pensées comme prioritaires, telles que le développement durable, la santé ou l’égalité femmes-hommes. Dans cette optique de socialisation des citoyens à la démocratie, les projets comportent souvent des activités d’éducation aux médias et à l’information (EMI). Les journalistes sont encouragés à former les citoyens, notamment les jeunes, à la lecture critique de l’information afin de distinguer une « fake news » d’une information vérifiée ou déconstruire un discours complotiste18. Enfin, la cinquième mission, plus originale celle-ci, renvoie à l’idée que les journalistes seraient des intermédiaires de l’action publique. Ils ne sont plus simplement observateurs, mais également acteurs de cette « bonne gouvernance ». Les organisations d’aide incitent les journalistes à informer, voire former, les citoyens et les élus sur les questions de décentralisation, d’emploi ou d’environnement par exemple. On ne compte plus les projets qui visent à développer le « journalisme de solutions » et consacrent ainsi le rôle des journalistes comme producteurs de « solutions » à des problèmes publics. Par exemple, un projet de CFI en Palestine soutient la création d’une plateforme pour informer les jeunes sur les opportunités professionnelles dans différents secteurs, ou pour diffuser des « contenus positifs » sur des sujets comme l’éducation ou la santé19. Ce modèle professionnel défini par les acteurs de l’aide est justifié par des « success stories » qui sont régulièrement mises en avant. Ainsi des acteurs de l’aide rencontrés au cours de l’enquête évoquent-ils fréquemment le cas d’un média tunisien d’investigation qui a contribué à de grandes enquêtes internationales, ou celui d’un programme de formation en Jordanie ayant permis l’insertion professionnelle de nombreuses femmes.

15En parallèle des fonctions normatives attribuées aux médias, les professionnels de l’aide valorisent un certain nombre d’outils numériques qui permettraient une meilleure pratique du journalisme. Les programmes d’aide aux médias sont généralement traversés par un « optimisme technologique », particulièrement ravivé par le Printemps arabe et les discours ayant consacré le rôle des réseaux sociaux lors de ces mouvements sociaux (Gonzalez-Quijano, 2012 : 95). Ces travaux reposent sur l’idée que les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont des vertus libératrices (Diamond et Plattner, 2012) : elles seraient à la fois un espace de mobilisation, un outil de coordination de la contestation, et un instrument de documentation permettant de toucher des publics larges et donc d’internationaliser une cause. La technicisation du métier est visible dans les programmes de formation proposés par les organisations d’aide. Les ateliers de formation au « journalisme mobile » (« mobile journalism » ou Mojo) se sont multipliés depuis quelques années. L’utilisation du smartphone comme outil journalistique (pour prendre des photos, filmer ou enregistrer du son) est devenue une spécialité en tant que telle, présentée par les acteurs de l’aide comme accessible à tous, et particulièrement à ceux qui n’ont pas les moyens de s’acheter du matériel. L’exemple de la civic tech (« technologie civique » en français) est également révélateur. Le concept est défini par la fondation américaine Knight Foundation en 2013 comme « toute technologie visant à accroître le pouvoir du citoyen ou à rendre un gouvernement plus ouvert ». Cette expression floue décrit tous les outils censés conforter une « démocratie numérique », par la création d’espaces d’expression pour les citoyens, l’ouverture des données publiques, ou la surveillance de l’action publique. Ainsi les agences d’aide aux médias soutiennent-elles particulièrement les initiatives de civic tech, révélant l’importance accordée à l’outil numérique dans la pratique journalistique. Cet optimisme technologique a également des effets sur la sélection des bénéficiaires de l’aide. Les agences internationales concentrent leur action sur des médias numériques émergents, généralement composés par des représentants d’une classe moyenne urbaine, jeune, éduquée et fortement internationalisée. Or, ces entrepreneurs du journalisme numérique ne forment qu’une minorité du paysage médiatique dans les pays d’intervention. L’optimisme technologique des bailleurs contribue donc à la concentration de l’aide autour d’un cercle restreint d’acteurs du Sud qui correspondent à la vision du journalisme imaginé par des organisations au Nord.

16Le modèle de « journalisme sans frontières » prend forme à travers un ensemble de fonctions que les acteurs de l’aide attribuent aux médias, de pratiques journalistiques particulièrement valorisées, de thématiques mises à l’agenda, ainsi que d’outils censés faciliter la pratique du métier. Les acteurs de l’aide consacrent une vision technique, dépolitisée et normative du journalisme. Loin d’être universelle, cette conception du métier émane des théories de la démocratisation et de la bonne gouvernance pensées depuis les contextes politiques particuliers, principalement dans les pays occidentaux. Par ailleurs, ce modèle professionnel fait l’objet de luttes et de négociations parmi les acteurs de l’aide, dessinant les contours d’un espace fragmenté.

Les passeurs du journalisme et les luttes pour la fabrique de l’aide

  • 20 Les « passeurs » sont définis comme des « intermédiaires dans le processus de transfert d’une norm (...)

17Le dernier élément de mon analyse de l’aide aux médias étrangers porte sur les acteurs qui la mettent en œuvre, appelés ici les « passeurs du journalisme ». La sociologie de ces acteurs intermédiaires révèle à la fois leur rôle central dans la mise en œuvre de l’aide et la fragmentation de cette diplomatie. À partir du cas de l’aide française aux médias étrangers, je montre que les « passeurs du journalisme » ne forment pas une profession structurée et autonome, mais plutôt un ensemble de sous-groupes professionnels en concurrence et en interaction avec d’autres espaces sociaux (diplomatique, développementaliste, journalistique, de l’expertise). La fabrique de l’aide aux médias dépend des luttes et concurrences entre ces groupes professionnels. Le concept de « passeurs20 » présente plusieurs atouts pour observer cette diplomatie publique. Il s’agit d’observer la circulation des normes, pratiques, thématiques et outils comme une activité professionnelle à part entière. Ce concept a aussi pour avantage d’englober les multiples rôles joués par un passeur. Dans notre cas, les passeurs du journalisme diffusent des normes qui sont définies en amont par des bailleurs de fonds, mais ils contribuent aussi à les traduire par leur action d’intermédiation. Enfin, cette sociologie vise à prendre en compte les acteurs de l’aide dans leur diversité et en situation, avec les contraintes qui pèsent sur eux. La typologie des acteurs de l’aide à CFI différencie cinq sous-groupes d’acteurs aux trajectoires, représentations et pratiques professionnelles variées.

  • 21 Je renvoie ici aux travaux portant sur la sociologie des diplomates (Kessler, 2012 ; Lequesne, 201 (...)

18Les « diplomates des médias » représentent le groupe d’acteurs dominant au sein de cet espace, tirant leur légitimité de l’État. Qu’ils soient anciens ambassadeurs, consuls ou attachés audiovisuels, ils ont réalisé une partie de leur carrière au MEAE ou dans des ambassades françaises à l’étranger. Ces acteurs concentrent les postes décisionnaires à CFI, et défendent le rattachement de CFI au ministère. Leur pratique de l’aide aux médias est marquée par l’ethos professionnel des diplomates21, à savoir l’importance de la représentation (dans les grands événements internationaux, auprès des autorités politiques locales), un certain esprit stratège (pour se positionner à l’égard des bailleurs et se différencier de la concurrence), la capacité à mobiliser un vaste réseau notamment pour obtenir des informations à l’étranger. Selon eux, l’aide est avant tout un instrument pour promouvoir une image positive de la France à l’étranger. Un second groupe d’acteurs est bien plus minoritaire au sein de la structure, ce sont les « journalistes baroudeurs » qui tirent leur légitimité de la pratique du métier à l’étranger, leur forte mobilité internationale et leur culte du terrain. Journalistes de profession, ils ont exercé leur métier en France puis à l’étranger. Leur carrière professionnelle prend, selon eux, un « tournant » lorsqu’ils décident de s’expatrier, ils délaissent progressivement le journalisme et deviennent consultant, expert ou formateur auprès des opérateurs internationaux. Pour eux, l’aide doit soutenir la profession journalistique pour elle-même et non pour d’autres objectifs. Ainsi, l’intervention est justifiée comme un soutien des journalistes du Nord vers leurs homologues au Sud, notamment pour rééquilibrer les écarts au sein de la profession. Au cours des entretiens, ils critiquent aisément les projets internationaux « imposés par le haut » (sous-entendu par le MEAE), orientés selon des « indicateurs abstraits » ou des logiques « bureaucratiques ». Leur faible présence au sein des organisations d’aide aux médias révèle l’un des paradoxes de cette action transnationale qui vise à définir un modèle professionnel universel tout en marginalisant les journalistes de sa définition.

  • 22 Les ODD correspondent à une stratégie des Nations Unies à atteindre d’ici 2030 qui fixe 17 objecti (...)

19Un troisième groupe a eu un rôle historique au sein de la structure avant de diminuer progressivement, c’est « l’ancienne garde de l’audiovisuel ». Cette expression désigne la première génération d’employés de CFI, à l’époque où l’organisation était une banque de programmes puis une chaîne de télévision francophone. Formés dans des écoles de communication ou de cinéma, ils ont travaillé dans l’audiovisuel, la publicité ou le cinéma avant de rejoindre CFI. Cette ancienne garde de l’audiovisuel, qui compose la majorité de l’effectif de CFI dans les années 1990, occupe aujourd’hui une place marginale. Leur vision de l’aide aux médias est marquée par l’héritage des activités passées de CFI avec le ministère de la Coopération, défendant l’idée d’un journalisme qui contribue au rayonnement de la France à l’étranger. Ils considèrent que le rôle de CFI est d’agir sur les « mentalités » des publics visés, en particulier par la promotion de la langue française. Selon l’effet des vases communicants, ce sous-groupe a progressivement été remplacé par celui des « experts techniques », nouvelle figure centrale de CFI à partir du moment où l’organisation devient officiellement une agence de développement. Cette expression renvoie aux spécialistes de l’ingénierie du développement, experts de la gestion des projets, de la recherche de financements européens ou du « reporting » aux bailleurs de fonds. Après avoir travaillé dans des agences de développement ou des organisations européennes d’aide, ces experts techniques accèdent à des postes importants dans la hiérarchie de CFI, à la fois aux directions des divisions géographiques, aux directions administratives et à la recherche de financements et de partenariats. Ces nouveaux acteurs contribuent à standardiser l’action de CFI selon les normes du développement, par exemple en systématisant la méthodologie de suivi des projets, l’évaluation selon des indicateurs standardisés ou la mesure de l’impact. Selon eux, le journalisme est un vecteur du développement des sociétés, permettant d’atteindre les Objectifs de développement durable (ODD22). Ils cultivent une vision développementaliste et technique du journalisme, perçu comme un outil de lutte contre la pauvreté, de consolidation de la paix, d’égalité entre les sexes ou encore de lutte contre le réchauffement climatique. Enfin, un cinquième groupe, celui de « la nouvelle garde internationale », s’est consolidé au cours des années 2010. Je fais ici référence à une nouvelle génération de jeunes employés qui se distinguent par leur forte mobilité internationale, leur profil généraliste et leur goût pour le métier de journaliste. La nouvelle garde internationale de CFI est âgée de 20 à 35 ans, principalement composée de femmes, ayant réalisé des études supérieures (jusqu’au master 2) en sciences humaines ou science politique. Ces acteurs deviennent majoritaires aux postes de responsables et chargés de projet, ils ont donc un rôle opérationnel central puisque ce sont eux qui mettent en œuvre les projets et sont au contact des partenaires et des bénéficiaires. Pour cette jeune génération, le journalisme doit défendre et faire avancer des causes politiques telles que l’écologie, l’égalité femmes-hommes ou la représentation des jeunes. Ils cultivent l’idéal d’un journalisme qui serait à même d’embrasser des luttes dites « contemporaines » et d’être à l’écoute des revendications de la jeune génération dans les pays d’intervention.

20Loin d’être un bloc monolithique, l’espace de l’aide aux médias étrangers est donc traversé par des luttes entre des groupes professionnels variés, et cette diplomatie publique évolue en fonction du rapport de forces interne à la structure. Dans le cas de l’aide française, l’enquête met en lumière la consécration des figures du diplomate des médias et de l’expert technique ainsi que la marginalisation des journalistes. Par ailleurs cela révèle la structuration de cet espace en France, et la dépendance de CFI au MEAE ainsi qu’aux financements européens.

Conclusion

21À partir du cas de l’aide française aux médias étrangers, cet article avait pour objectif d’observer la diplomatique publique par ses réseaux, ses acteurs et les luttes qui la traversent. À rebours des lectures globalisantes qui consacrent l’idée d’une guerre informationnelle ou d’une diplomatie de l’influence analysée par le haut, il s’agissait ici d’observer la fabrique d’une diplomatie publique à partir d’un espace localisé, de ses acteurs intermédiaires et de ses réseaux. L’analyse du contexte français permet de mettre en lumière les luttes qui traversent le processus de fabrique de cette politique extérieure dans un même espace national, ainsi que le rôle central de l’État dans sa structuration. Comme toute action publique, la politique extérieure par les médias est le résultat d’un rapport de forces qui a vu une organisation, CFI, dominer progressivement cet espace grâce à la consécration de la puissance publique. L’étude de la fabrique de cette diplomatie à l’échelle d’une structure a permis de faire ressortir les nuances et les fragmentations du « journalisme sans frontières » à diffuser à l’étranger.

22La France n’est évidemment pas la seule puissance à exercer une diplomatie par l’aide aux médias étrangers. De la même manière que les télévisions russes, qataries ou chinoises ont représenté des « contre-flux » aux chaînes occidentales (selon l’expression utilisée par Daya K. Thussu, cité dans l’ouvrage d’Olivier Koch et Tristan Mattelart [2016]), des alternatives aux programmes occidentaux d’aide aux médias ont émergé depuis les années 2000. Aussi, de nouvelles études pourraient s’intéresser aux dispositifs, acteurs et pratiques de l’assistance fournie par l’Institut de formation de la chaîne qatarie Al Jazeera ou de la chaîne chinoise CGTN. De telles enquêtes apporteraient des données empiriques nécessaires pour construire une analyse comparative de ces diplomaties publiques par l’aide.

Haut de page

Bibliographie

Ansaloni M. et Smith A., 2018, « Une agence au service d’une stratégie ministérielle. La crise du Mediator et la concordance des champs », Gouvernement et action publique, 7 (1), p. 33-55.

Boltanski L. et Chiapello È., 2011 [1999], Le Nouvel Esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bourdieu P. et Wacquant L., 1998, « Sur les ruses de la raison impérialiste », Actes de la recherche en sciences sociales, 121-122, p. 109‑118. https://doi.org/10.3406/arss.1998.3250

Camau M., 2002, « Sociétés civiles “réelles” et téléologie de la démocratisation », Revue internationale de politique comparée, 9 (2), p. 213-232. https://doi.org/10.3917/ripc.092.0213

Diamond L. et Plattner M. F., 2012, Liberation Technology: Social Media and the Struggle for Democracy, Baltimore, JHU Press.

Epstein R., 2005, « Gouverner à distance. Quand l’État se retire des territoires », Esprit, 319 (11), p. 96-111.

Ferguson J., 1990, The Anti-politics Machine: Development, Depoliticization, and Bureaucratic Power in Lesotho, Cambridge, Cambridge University Press.

Gonzalez-Quijano Y., 2012, Arabités numériques. Le printemps du Web arabe, Arles, Actes Sud.

Jobard F., Geeraert J., Laumond B., Mützelburg I. et Zeigermann U., 2020, « Sociologie politique des passeurs. Acteurs dans la circulation des savoirs, des normes et des politiques publiques », Revue française de science politique, 70 (5), p. 557-573.

Kessler M.-C., 2012, Les Ambassadeurs, Paris, Presses de Sciences Po.

Koch O., 2015, « Les médias dans les “transitions démocratiques” : état des lieux et prospective », Questions de communication, 28, p. 211-229. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10108

Koch O. et Mattelart T. (dirs), 2016, Géopolitique des télévisions transnationales d’information, Paris, Éd. Mare & Martin.

Lecler R., 2015, « Naissance et mort d’une direction aux Affaires étrangères. L’administration de l’audiovisuel extérieur au prisme de ses entrepreneurs en bureaucratie », Politix, 112 (4), p. 197-222. https://doi.org/10.3917/pox.112.0197

Lecler R., 2019, Une contre-mondialisation audiovisuelle, ou comment la France exporte la diversité culturelle, Paris, Sorbonne Université Presses.

Lequesne C., 2017, Ethnographie du Quai d’Orsay. Les pratiques des diplomates français, Paris, CNRS Éd.

Louis M. et Maertens L., 2021, Why International Organizations Hate Politics: Depoliticizing the World, Londres, Routledge.

Mangon S., 2020, « Quand le journaliste saute de classe. La consécration par l’État des médias “citoyens” », Politiques de communication, 14 (1), p. 35‑64.

Olivier de Sardan J.-P., 2021, La Revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale, en Afrique et au-delà, Paris, Éd. Karthala

Ribémont T., Bossy T., Evrard A., Gourgues G. et Hoeffler C., 2018, « Chapitre 1. Administration(s) de l’action publique », dans T. Ribémont, T. Bossy, A. Evrard, G. Gourgues et C. Hoeffler (dirs), Introduction à la sociologie de l’action publique, Louvain-la-Neuve, De Boeck Supérieur, p. 27-40.

Haut de page

Notes

1 France Médias Monde (FMM), anciennement l’Audiovisuel extérieur de la France (AEF), est une société nationale créée en 2008 pour coordonner les activités des radios et télévisions détenues par l’État français ayant une diffusion internationale. Le réseau est notamment composé de Radio France internationale (RFI), France 24, la radio en arabe Monte Carlo Doualiya (MCD) et Canal France international (CFI).

2 Discours d’E. Macron à l’occasion de la conférence des ambassadrices et des ambassadeurs, Palais de l’Élysée, 1er sept. 2022. Accès : https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2022/09/01/discours-du-president-emmanuel-macron-a-loccasion-de-la-conference-des-ambassadrices-et-des-ambassadeurs.

3 « Les journalistes de France 24 et RFI rappellent qu’ils ne sont pas “les porte-voix de l’Élysée” après des déclarations de Macron », L’Obs, 2 sept. 2022. Accès : https://www.nouvelobs.com/medias/20220902.OBS62688/les-journalistes-de-france-24-et-rfi-rappellent-qu-ils-ne-sont-pas-les-porte-voix-de-l-elysee-apres-des-declarations-de-macron.html.

4 Le processus d’agencification a fait l’objet d’une vaste littérature de sociologie de l’action publique, notamment dans le domaine de la santé. Pour un état de l’art critique de ces travaux, je renvoie à l’article de M. Ansaloni et A. Smith (2018).

5 Le new public management est défini comme « un ensemble de technologies de gouvernement qui vise, selon ses promoteurs, à accroître l’efficacité, le contrôle et la transparence de l’action publique tout en réduisant ses coûts » (Ribémont et al., 2018).

6 De nombreux travaux ont été consacrés aux stratégies visant à une dépolitisation par l’aide ou les organisations internationales, voir par exemple J. Ferguson (1990) et M. Louis et L. Maertens (2021).

7 Le « ministère de la rue Monsieur » est le surnom donné au ministère de la Coopération, initialement installé au 20 rue Monsieur à Paris.

8 Archives diplomatiques de la Courneuve, Fonds Guy Bernède, AR-20, Grille de programmes CFI, 1989.

9 Archives diplomatiques de la Courneuve, Fonds Guy Bernède, AR-17, Compte rendu de réunion avec les représentants des télévisions d’Afrique francophone, 27-28 févr. 1989.

10 Le programme 209 « Solidarité avec les pays en développement » renvoie à une ligne budgétaire du MEAE pour la mise en œuvre des opérations de coopération bilatérale, multilatérale et communautaire.

11 Cette subvention qui avoisine 7,2 millions d’euros représente plus de 76 % du budget total de CFI sur la période 2015-2018, ce qui explique donc le poids central du MEAE.

12 Le Gret renvoie initialement au « Groupe de recherche et d’échange technologique », devenu « Professionnels du développement solidaire ».

13 Expression logique néocoloniale revient au cours de plusieurs entretiens réalisés avec des représentants des associations d’aide aux médias, janvier-février 2021, Paris.

14 Cette analyse s’inscrit dans la continuité de l’état de l’art critique d’O. Koch (2015) sur les médias dans les pays dits en « transition ».

15 Extraits issus des plaquettes de présentation de différents projets de CFI dans la région (dont les projets « Tafael » ou « Naseej »). Accès : https://cfi.fr/fr.

16 Projet « Naseej » (« tissage » en français) financé par le MEAE de 2016 à 2017. Accès : https://cfi.fr/fr/projet/naseej.

17 Projet « Aswatna » (« nos voix » en français) financé par le MEAE de 2020 à 2022. Accès : https://cfi.fr/fr/projet/aswatna.

18 Sur les dispositifs d’EMI et leurs effets sur la profession journalistique dans le contexte français, je me permets de renvoyer à S. Mangon (2020).

19 Projet « Hal media » (« hal » signifie « solution » en français) financé par le MEAE de 2018 à 2020. Accès : https://cfi.fr/fr/projet/hal-media.

20 Les « passeurs » sont définis comme des « intermédiaires dans le processus de transfert d’une norme ou de pratiques, mais aussi producteurs ou récepteurs de ces normes ou pratiques », dans la livraison de la Revue française de science politique consacré à ces acteurs (Jobard et al., 2020 : 558).

21 Je renvoie ici aux travaux portant sur la sociologie des diplomates (Kessler, 2012 ; Lequesne, 2017).

22 Les ODD correspondent à une stratégie des Nations Unies à atteindre d’ici 2030 qui fixe 17 objectifs pour éradiquer la pauvreté et encourager le développement durable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Mangon, « L’aide française aux médias étrangers. Une analyse de la diplomatie publique par ses acteurs, ses réseaux et ses luttes »Questions de communication, 44 | 2023, 29-44.

Référence électronique

Simon Mangon, « L’aide française aux médias étrangers. Une analyse de la diplomatie publique par ses acteurs, ses réseaux et ses luttes »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/32688 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.32688

Haut de page

Auteur

Simon Mangon

Aix-Marseille Université, Mesopolhis, CNRS, Sciences Po Aix, F-13100 Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search