Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Dossier. La diplomatie publique à...Le rôle des affordances dans la m...

Dossier. La diplomatie publique à l’heure des réseaux

Le rôle des affordances dans la mise en avant des discours d’extrême droite dans l’espace des commentaires YouTube de RT France

The role of social media affordances in promoting far-right discourses in the RT France’s comment space on YouTube
Gulnara Zakharova

Résumés

RT France est la branche francophone de Russia Today, chaîne de télévision transnationale financée par l’État russe, considérée comme un outil de la diplomatie publique russe. Lancée en 2017, elle a accumulé plus d’un million d’abonnés sur YouTube, avant d’être interdite dans l’Union européenne suite à la guerre entre la Russie et l’Ukraine. Cette étude vise à démontrer, à travers une analyse qualitative des commentaires des 15 vidéos les plus populaires de RT France sur YouTube, collectés en juillet 2021, les dynamiques des contre-publics d’extrême droite au sein de la « minorité vocale » des publics de RT. Alors que l’histoire de RT et son positionnement alternatif attirent ces contre-publics vers les contenus de RT, c’est l’architecture de YouTube qui les aide à consolider et promouvoir leurs idées et à atteindre des publics plus larges, notamment à travers les affordances de l’association et de l’amplification des discours.

Haut de page

Texte intégral

1RT France est la branche francophone de RT (anciennement Russia Today), chaîne de télévision transnationale financée par l’État russe. Lancée en France le 18 décembre 2017, elle se positionne comme un média « alternatif », s’opposant aux médias occidentaux dits « mainstream ». Elle fait constamment l’objet de débats en tant qu’« instrument de la propagande russe » qui distribue de fausses informations et mobilise des communautés fragilisées (François et Schmitt, 2015 : 128), réceptives aux théories du complot et aux opinions visant à affaiblir la position officielle des États où la chaîne est présente (Yablokov, 2015 : 308). Depuis le 28 février 2022, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la chaîne a été interdite dans l’Union européenne, sur Facebook et Instagram, et, depuis le 1er mars, sur YouTube, Telegram et sur le satellite, son site web rendu également inaccessible par le Conseil de l’Union européenne1, YouTube ayant étendu l’interdiction au monde entier le 12 mars 20222. En janvier 2023, les comptes de RT France ont été gelés par l’Union européenne3 et, en avril de la même année, la chaîne a été placée en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Nanterre4.

  • 5 M. Alcaraz, « RT France devant BFM TV ou TF1 sur YouTube », Les Échos, 17 janv. 2020. Accès : http (...)
  • 6 « RT devient le premier réseau de chaînes d’information au monde avec 10 milliards de vues sur You (...)

2Les réseaux sociaux, et en particulier YouTube, sont au cœur de la stratégie globale de RT (Simonyan, 2016). En janvier 2020, elle comptait plus d’abonnés que TF1 et BFM TV5. Après avoir dépassé le cap de 10 milliards de vues et de 16 millions d’abonnés en janvier 2020 sur l’ensemble de ses chaînes (elle diffuse également en russe, en anglais, en allemand, en espagnol et en arabe), RT s’est présentée comme se plaçant devant les chaînes d’information comme la BBC, Al Jazeera, France 24, CNN, Euronews ou Fox News et comme étant la chaîne de télévision la plus regardée sur YouTube6. La chaîne YouTube de RT France comptait, elle, plus d’un million d’abonnés au moment de son interdiction.

3Grâce à une analyse qualitative d’environ 23 000 commentaires YouTube des 15 vidéos les plus populaires de RT France, l’article vise à démontrer que la chaîne, à travers son histoire et sa présence sur les réseaux sociaux, a fourni à certains contre-publics une arène discursive parallèle (Fraser, 2001 [1992]) pour consolider leurs points de vue et recruter de nouveaux sympathisants. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux contre-publics que nous appellerons « anti-démocratiques » (Fraser, 2001 [1992] ; Cammaerts, 2007 ; Holm, 2019), constitués de communautés d’extrême droite, qui ont utilisé la chaîne comme une ressource, en raison du positionnement de RT et des valeurs qu’elle partage et promeut. Nous montrerons l’émergence des discours d’extrême droite dans les commentaires à travers, notamment, la façon dont ils « localisent » l’actualité internationale en l’adaptant à l’agenda français, l’admiration qu’ils expriment pour Vladimir Poutine dans l’optique de la théorie du « patriotisme modéré » (Strukov, 2016), ainsi qu’à travers la manière dont ils promeuvent ces discours jusqu’à leur transformation en discours dominants à l’aide des « affordances » des réseaux sociaux, notamment celle de l’association et de l’amplification des discours (« metavoicing », [Holm 2019]).

4Cette étude, effectuée avant l’interdiction de la chaîne sur YouTube dans le monde entier, offre ainsi des éléments pour comprendre l’émergence et la consolidation des publics de la chaîne, qui continuent de la suivre aujourd’hui sur d’autres plateformes à l’aide de VPN (réseaux privés virtuels).

Définir les publics de RT France

5Phénomène assez récent sur le paysage médiatique international, RT n’a pas fait l’objet d’un grand nombre d’études tant en France qu’à l’étranger. Une tendance actuelle en France est de considérer la chaîne comme un outil de la diplomatie publique russe (Kiriya, 2016 ; Limonier et Audinet, 2017 ; Mattelart, 2018 ; Audinet, 2021), un point de vue que l’on retrouve aussi dans la littérature anglophone (Rawnsley, 2015 ; Hutchings et al., 2015 ; Miazhevich, 2018). Alors qu’une étude récente explore la structure organisationnelle de RT (Elswah et Howard, 2020), la plupart des recherches existantes se concentrent sur les contenus de la chaîne et sa couverture de l’actualité internationale, révélant son positionnement « pro-russe » qui se veut « alternatif » par rapport aux médias désignés comme « mainstream » (Hutchings et al., 2015 ; Widholm, 2016 ; Crilley et Chatterje-Doody, 2020 ; Tolz et al., 2020).

6Les études sur les publics de RT sont ainsi restées dans un état « lacunaire » (Crilley et al., 2022 : 222). Selon une hypothèse répandue, ceux-ci sont vus comme reflétant les contenus de la chaîne, d’où leur affiliation suggérée aux communautés d’extrême droite, en particulier en France. Ainsi Cécile Vaissié (2016 : 168-170) montre-elle les liens entre les agents d’influence russes et les communautés d’extrême droite en France à plusieurs niveaux. Selon elle, l’extrême droite française et les agents d’influence russes (dont RT) semblent partager le même imaginaire du christianisme, des valeurs familiales traditionnelles, celles de l’anti-américanisme, de l’idéologie étatique forte, de la défiance envers les médias nationaux et une prédisposition aux théories du complot. Ceci permet de suggérer que les contenus de RT sont stratégiquement attrayants pour le public d’extrême droite. Kévin Limonier et Maxime Audinet (2017 : 132) soutiennent également que la stratégie de RT en Europe semble se traduire par la promotion des « principes géopolitiques et idéologiques du multilatéralisme, du souverainisme et du conservatisme », qui peuvent attirer les publics d’extrême droite, pendant que Tristan Mattelart (2018 : 943-945) montre via une analyse des commentaires du site de RT France que les médias d’extrême droite sont souvent cités par les lecteurs, tandis que l’immigration reste un sujet de discussion majeur. De même, Stéphane François et Olivier Schmitt (2015 : 126-128) soulignent qu’en France la chaîne a historiquement attiré ces publics à travers des invités conservateurs et en diffusant des reportages pour satisfaire les adeptes des théories du complot, ainsi qu’en jouant sur le « sentiment d’abandon de la part des élites » et en satisfaisant ceux à « la recherche d’informations “alternatives” ».

7D’autres études suggèrent que RT est suivie par un « public de niche de militants » (Orttung et Nelson, 2019 : 90). Ses publics sont représentés comme partageant « une prédisposition anti-establishment, anticapitaliste et des opinions anti-occidentales (en particulier anti-américaines) » (Miazhevich, 2018 : 578), bien qu’ils puissent être à la fois des militants de droite ou de gauche (Yablokov, 2015 : 306), le positionnement politique de RT restant instable (Elswah et Howard, 2020 : 640). De même, une étude des commentaires YouTube de la couverture du conflit syrien par la chaîne RT anglophone montre que de nombreux spectateurs se méfient des institutions internationales et sont opposés à la politique étrangère américaine (Crilley et Chatterje-Doody, 2020).

8Des études stratégiques, réalisées par des think tanks ou des centres d’analyse en France et à l’étranger, se concentrent souvent sur la présence de la chaîne sur les réseaux sociaux, RT étant considérée comme une véritable « menace pour la démocratie » (Jeangène Vilmer et al., 2018 ; Bodine-Baron et al., 2018). Ainsi, dans le rapport Countering Russian Social Media Influence de la RAND Corporation (Bodine-Baron et al., 2018), RT est mentionnée comme faisant partie du « réseau de désinformation russe » sous la catégorie des « intermédiaires », alors que les réseaux sociaux sont considérés comme des « canaux d’amplification » (ibid. : 7). Plus récemment, la chercheuse suédoise Charlotte Wagnsson (2023) s’est intéressée aux publics de RT dans les pays scandinaves dans le contexte de « l’influence informationnelle maligne », soulignant le rôle des publics de RT dans la propagation de ses contenus en ligne. Dans une autre publication collective, sur la base d’un sondage et d’entretiens avec des représentants des publics suédois de RT (et de Sputnik), elle définit quatre catégories de publics pour ces médias : des observateurs distants (distant observers), des consommateurs réticents (reluctant consumers), des nihilistes des médias (media nihilists) et les critiques de l’establishment (establishment critics) (Wagnsson et al., 2023).

9Une étude majeure du compte Twitter international de RT a été entreprise par Rhys Crilley, Marie Gillespie, Bertie Vidgen et Alistair Willis (2022), remettant cependant en question les hypothèses précédentes et offrant une vision plus diversifiée des publics de RT. Selon cette étude, les publics de RT ne sont pas toujours favorables au positionnement de la chaîne, mais sont parfois simplement exposés à ses contenus sur les réseaux sociaux. L’étude a conclu que la majorité des abonnés de RT sur Twitter suivent la chaîne parmi d’autres sources d’information transnationales.

10Notre étude, tout en tenant compte des recherches antérieures sur le sujet, vise à combler les lacunes des études des publics de RT. Elle représente un premier aperçu de la « minorité vocale » (ceux qui interagissent ouvertement avec ses contenus en ligne) des publics de la chaîne en France sur YouTube, avant l’interdiction de la chaîne, aux fins d’ouvrir des pistes de réflexion sur ces publics après cette interdiction.

La chaîne YouTube de RT France en tant qu’arène discursive parallèle

  • 7 Les traductions libres des passages issus des sources anglaises et russes sont effectuées par l’au (...)
  • 8 « Имидж России собираются улучшить при помощи нового телеканала » [L’image de la Russie se veut am (...)
  • 9 « Нет никакой объективности » [L’objectivité n’existe pas], Kommersant, 7 avr. 2012. Accès : https (...)

11Afin de comprendre les raisons qui nous ont poussé à appliquer la théorie des contre-publics subalternes aux publics de RT France, il convient de donner un aperçu de l’histoire et du positionnement de la chaîne. Russia Today a été créée en 2005 par l’agence de presse RIA Novosti. Elle avait pour objectif de refléter « la position russe envers les grandes questions de la politique internationale7 » et d’informer « les publics sur des événements et des phénomènes de la vie en Russie8 ». Néanmoins, cette stratégie s’est avérée inefficace et a été rapidement remplacée par un positionnement visant à proposer « une alternative au mainstream9 ». Ce changement intervient en 2008, pendant le conflit russo-géorgien, et Russia Today présente depuis une vision des événements clairement « alternative », par rapport aux médias « occidentaux ». En 2014, à l’apogée du conflit russo-ukrainien, trois nouvelles branches sont créées : la chaîne RT UK et deux plateformes en ligne, RT Deutsch et RT France. Cette période a défini les objectifs principaux des différentes branches de RT, qui sont de « briser le monopole des médias anglo-saxons dans le flux mondial de l’information » et de « s’imposer comme des canaux alternatifs au sein des sphères médiatiques nationales de leurs pays d’implantation » (Limonier et Audinet, 2017 : 132).

  • 10 « Lancement sous vigilance de la chaîne russe RT en France », Le Monde, 18 déc. 2017. Accès : http (...)

12La branche francophone de la chaîne de télévision RT est lancée en 2017. Sa programmation imite le style « occidental » des médias internationaux d’information, mais sa position est immédiatement définie en tant qu’« alternative ». Xenia Fedorova, rédactrice en chef de RT France, la décrit ainsi dans le communiqué annonçant son lancement : « Il y a de nombreuses opinions qui ne sont pas exprimées et nous espérons apporter une certaine valeur au public français en donnant une voix à ces types de points de vue et en invitant des personnes qui ne sont pas toujours les bienvenues sur les principaux médias10 ». Ce positionnement « alternatif » de la chaîne renvoie au concept des contre-publics subalternes. Pour Nancy Fraser (2001 [1992] : 138), qui est à l’origine du terme, ils constituent « des arènes discursives parallèles dans lesquelles les membres des groupes sociaux subordonnés élaborent et diffusent des contre-discours, afin de formuler leur propre interprétation de leurs identités, leurs intérêts et leurs besoins ».

13Le concept a été ultérieurement appliqué aux recherches empiriques portant principalement sur des mobilisations progressistes, pendant que les plateformes numériques sont devenues plus tard des arènes discursives parallèles faciles d’accès contribuant au développement de contre-discours. Néanmoins, des recherches récentes se concentrent sur des discours racistes et anti-égalitaires en ligne dans le cadre du concept des « contre-publics anti-démocratiques ». Cette dernière notion a été également évoquée par N. Fraser (2001 [1992] : 139), pour qui ils contribuent tout de même à « élargir l’espace discursif », « dans la mesure où ces contre-publics naissent en réaction aux exclusions au sein des publics dominants ».

14De son côté, Malin Holm (2019) affirme que certains contre-publics en ligne peuvent ne pas être structurellement marginalisés, mais seulement se percevoir comme tels. Leur marginalisation serait alors basée sur « le type d’intérêts et de besoins » (ibid. : 51). Ces groupes qui se croient marginalisés peuvent, au contraire, avoir du potentiel pour dominer certaines arènes « grâce à leur position relationnelle privilégiée », à leur accès à des « réseaux importants » et au soutien dont ils bénéficient de la part d’« acteurs disposant de ressources » (ibid. : 59). Ainsi postulons-nous que l’histoire et le positionnement de RT France contribuent à renforcer le sentiment de marginalisation chez ces contre-publics qui, en réalité, à travers RT, et en particulier sa chaîne YouTube, obtiennent un accès à l’espace public dominant, jusqu’à l’interdiction de la chaîne, qui les a privés de cet espace ou, du moins, a rendu l’accès à ce dernier plus difficile.

15Les contre-publics remplissent deux fonctions : une première qui permet à « ceux qui se perçoivent exclus et/ou marginalisés par rapport aux publics dominants de se réunir et de formuler leurs intérêts et leurs besoins en interne » ; une seconde leur permettant de « défendre leurs intérêts et leurs besoins en externe vis-à-vis des espaces publics plus larges » (ibid. : 59).

16Nous soutenons que RT France, en tant que grande chaîne de télévision transnationale à l’importante capacité de production de contre-discours et à la forte présence numérique avant son interdiction, a contribué à remplir ces fonctions pour certains contre-publics (y compris anti-démocratiques) :

  • entre 2017 et 2022, RT France a été un média largement accessible. D’une certaine façon, elle a fait partie de l’espace public « dominant », mais a contribué à renforcer les contre-discours « alternatifs » qui le défient ;
  • ses plateformes numériques, notamment YouTube, ont représenté pour les membres des contre-publics un espace de rassemblement pour « formuler leurs intérêts et leurs besoins en interne » ;
  • ces mêmes plateformes étant en accès ouvert, elles ont aussi permis aux membres des contre-publics de s’engager dans des discussions et « défendre leurs besoins » devant les publics plus larges.

17Ainsi cherchons-nous à montrer que ces contre-publics, qui « évoluent dans un contexte de “relative marginalité médiatique” » (Gimenez et Voirol, 2017 : 16), obtiennent grâce à RT l’accès à un média majeur transnational et ses réseaux sociaux (notamment YouTube). Cela leur permet de sortir de leurs espaces clos habituels ou de ce que Céline Morin et Julien Mésangeau (2022 : 58) appellent la sphère réactionnaire élargie, et de mieux remplir la fonction des contre-publics qui consiste à partager leurs points de vue avec des publics plus larges.

18Enfin, l’étude empirique qui suit démontre un paradoxe selon lequel ces contre-discours « alternatifs » au sein des publics de RT deviennent « dominants » dans l’espace des commentaires de sa chaîne YouTube à travers les « affordances » de celle-ci, notamment celles de l’association et de l’amplification des discours, ce qui rend les contre-publics en question plus puissants. M. Holm emprunte cette notion d’affordance à James J. Gibson (1977), qui l’a développée en relation à la psychologie écologique, et au sociologue Ian Hutchby (2001), entre autres. Les affordances peuvent être définies comme « les possibilités de perception et d’action offertes par l’environnement à un organisme » (Kaufmann et Clément, 2007 : 227). Dans le contexte des médias sociaux, elles représentent la manière dont les différentes fonctionnalités des plateformes en ligne sont exploitées et perçues par leurs utilisateurs. Selon M. Holm (2019 : 26), les affordances aident à « analyser comment les plateformes en ligne interviennent dans les dynamiques des contre-publics ». En France, cet anglicisme est utilisé en sciences de l’éducation pour désigner les affordances des réseaux socio-numériques (Simonian et al., 2016) sans qu’un équivalent en français soit proposé. En ce qui concerne les affordances des réseaux socio-numériques en relation aux contre-publics, à notre connaissance ce concept n’a pas encore été mobilisé dans la littérature francophone.

Méthode et corpus

19Pour obtenir un aperçu des publics de RT France sur YouTube, nous avons mené une analyse qualitative des 22 665 commentaires des 15 vidéos les plus populaires de la chaîne. Les données ont été récoltées à l’aide du logiciel YouTube Data Tools (Rieder, 2015). Étant donné la nature sensible des sujets abordés, nous avons décidé d’anonymiser les commentaires. Afin d’analyser l’ensemble des 22 665 commentaires, nous avons effectué une lecture flottante, marquant les thématiques qui revenaient le plus souvent. Dans un premier temps, en prêtant une attention particulière aux commentaires les plus visibles et populaires, nous avons suivi la démarche d’un utilisateur « ordinaire ». Ensuite, à l’aide du logiciel YouTube Data Tools, nous avons adopté une posture plus analytique, qui permet de voir ce qui est quasiment « invisible » pour un utilisateur ordinaire. Ces deux démarches opposées nous ont permis d’arriver à des conclusions intéressantes. Afin de fournir quelques données quantitatives, nous avons utilisé de nombreuses fonctionnalités de Microsoft Excel, ainsi que le logiciel de statistique textuelle IRaMuTeQ (Ratinaud, 2009).

20Bien que mobilisant ces méthodes quantitatives, cette étude se veut avant tout qualitative. Ayant essayé au début de l’étude de quantifier les occurrences des termes liés aux discours d’extrême droite – les personnalités de celle-ci ou les termes clés – nous avons écarté cette méthode comme n’étant pas assez représentative. Ainsi, les discours d’extrême droite peuvent être repérés davantage dans la tonalité générale des messages que nous avons essayé de démontrer à travers les exemples issus de la lecture des commentaires.

21Les commentaires ont été récoltés le 8 juillet 2021 entre 14 h 45 et 16 h 00 (UTC+2). Cette précision est importante compte tenu de la volatilité des commentaires YouTube en tant que corpus – de nouveaux commentaires apparaissent constamment, pendant que d’autres sont modérés par la chaîne ou supprimés par les auteurs. Les commentaires de l’une des vidéos, la 16e du corpus, ont été désactivés, ce qui nous a permis d’observer le pouvoir de la chaîne sur la fonctionnalité des commentaires qu’elle peut offrir aussi bien qu’ôter.

22Les vidéos les plus populaires représentent une variété de sujets, formats et longueurs. Elles ont été choisies parce qu’elles donnent un aperçu important de ce qui fait interagir le plus les publics de RT sur YouTube. Elles représentent une temporalité assez large : la première vidéo a été mise en ligne le 28 septembre 2016, et le premier commentaire a été publié le même jour, alors que le commentaire le plus récent date du jour de la collecte des données – le 8 juillet 2021. Notre corpus contient ainsi une sélection représentative des commentaires sur presque six ans.

23Au premier regard, les 15 vidéos n’ont rien ou très peu en commun : leur longueur varie de moins d’une minute à presque une heure, sans compter une diffusion en direct d’une mobilisation des Gilets jaunes durant plus de dix heures (voir Tableau 1 dans Annexes). Seule la moitié des vidéos sont en français ou doublées en français, toutes les autres sont uniquement sous-titrées. La plupart des commentaires sont en français, mais les langues comme le russe, l’anglais, et parfois l’espagnol ou l’arabe sont également présentes. Le nombre de ces commentaires en langues étrangères est néanmoins peu significatif, c’est pourquoi ils ont été écartés de l’analyse.

24Les vidéos ayant demandé un montage sophistiqué sont très peu nombreuses. Plusieurs sont des diffusions en direct (vidéos 7, 12, 15), des extraits de conférences (vidéos 1, 2, 3, 5, 10), des extraits d’interviews réalisés par d’autres chaînes (vidéos 6, 9). Seules quatre vidéos sont des documentaires (vidéos 8, 11, 13, 16), une vidéo est une émission de débat, et une est une recréation humoristique d’un match de football. Il n’y a ainsi que six vidéos qui sont des créations originales.

Résultats : les affordances au croisement des fonctionnalités des plateformes et des dynamiques des contre-publics

25Bien que notre étude se définisse avant tout par son caractère qualitatif, il convient de faire d’abord quelques observations quantitatives pour mettre en relief les conclusions qui suivent. Dans le corpus de 22 665 commentaires, on compte 11 765 utilisateurs uniques. Pour chaque vidéo, il y a eu entre 0 et 35 personnes qui ont laissé au moins 10 commentaires, avec un nombre « record » de 170 commentaires rédigés par une seule personne pour la vidéo 3. Nous pouvons essayer d’appliquer à ce corpus la notion de « super participants », développée par Todd Graham et Scott Wright (2014) pour les forums de discussions en ligne, qui recouvre les personnes « ayant créé plus de 2 % de publications pour un forum contenant entre 20 000 et 99 999 publications, et tout utilisateur qui a laissé plus de 2 000 publications pour un forum de 100 000 publications » (ibid. : 628). Même si notre corpus de commentaires pour chaque vidéo est significativement inférieur à celui décrit par ces auteurs, nous observons que, pour chaque vidéo, il y a eu entre 0 et 6 super participants. Ainsi, certaines vidéos suscitent plus de discussions que d’autres. La vidéo avec le plus de super participants est la vidéo 8 – un documentaire « MiG, Sukhoï : les secrets des avions de combat russes », avec des débats animés comparant les forces militaires françaises et russes. Les autres vidéos n’ont qu’un ou deux super participants, ce qui démontre la diversité des commentateurs, écrivant en moyenne des textes de 176 caractères. Certains commentaires sont très longs et contiennent un argumentaire extrêmement développé, pendant que d’autres consistent en des émoticônes ou des phrases très courtes.

26Il convient de noter que RT France, accusée d’être un organe de « propagande conspirationniste anti-occidentale » (François et Schmitt, 2015 : 123), est souvent soupçonnée d’avoir recours à des bots ou des trolls afin de renforcer sa présence en ligne (Limonier et Gérard, 2017). Nous devrions ainsi traiter ces données avec prudence. Même si la diversité et l’authenticité apparente des commentaires que nous avons analysés de manière qualitative laissent supposer que YouTube réussit à filtrer les bots sur sa plateforme, il est difficile de dire si les « j’aime » des commentaires les plus populaires sont authentiques. De même, la présence de trolls, bien qu’elle ne soit pas prouvée (Audinet, 2021 : 55-56), est impossible à repérer, ces messages étant rédigés par de vrais utilisateurs et non pas par des logiciels.

L’émergence des discours d’extrême droite

27La plupart des vidéos traitent de l’actualité internationale (Tableau 1). Ainsi, les Gilets jaunes et l’émission Interdit d’interdire sur le pouvoir politique en France sont les seuls sujets purement « domestiques ». La section des commentaires paraît, néanmoins, très orientée vers l’actualité locale et s’adapte constamment en fonction des événements récents. Cette articulation entre les niveaux local et global renvoie au terme de « glocalisation » – un néologisme formé à partir des notions de mondialisation (globalization) et de localisation (Robertson, 1992). C’est une stratégie qui traduit l’effort d’adaptation de RT aux imaginaires nationaux, et plus particulièrement à ceux d’extrême droite. Néanmoins, cette tendance en dit plus sur les publics de RT que sur sa stratégie. Alors que les contenus de RT ne se résument pas à ces thématiques, ce sont les publics de la chaîne qui orientent les discussions vers ces sujets dans l’espace des commentaires.

28Dans le tableau 1 en annexe sont résumés les mots les plus fréquemment employés dans les commentaires de chaque vidéo. Ainsi, les mots « France » ou « français » figurent parmi les dix mots les plus utilisés pour 10 vidéos sur 15, même si, comme indiqué plus haut, seulement deux vidéos traitent de l’actualité locale (14 et 15) – cinq si on inclut les vidéos portant sur l’actualité internationale et une vidéo divertissante évoquant la France (1, 4 et 10) –, ce qui confirme notre hypothèse de la localisation de l’actualité internationale à laquelle procèdent les publics de la chaîne dans l’espace de ses commentaires. Ceux-ci tournent autour de sujets français deux fois plus souvent que les vidéos elles-mêmes.

  • 11 « La Guyane, la Guadeloupe, Villeurbanne... Les trois bourdes géographiques d’Emmanuel Macron », F (...)

29Penchons-nous maintenant sur quelques exemples concrets de cette localisation. La vidéo 2, « Poutine hilare en réalisant que son ministre de l’Agriculture est à l’ouest en géographie », permet d’observer cette tendance. Il s’agit d’une erreur du ministre russe sur la supposée consommation de porc en Indonésie. La section des commentaires est divisée entre des discussions à contenu religieux et ceux qui évoquent immédiatement Emmanuel Macron ayant qualifié la Guyane d’île lors de la campagne présidentielle11 (nous avons conservé l’orthographe et la grammaire employées par les auteurs dans toutes les citations des commentaires qui suivent, les émoticônes n’étant pas inclus dans les citations) : « Bon bah les russes ont parfois les mêmes que chez nous en fait... Sauf que dans les nôtres, y’a aussi le Président (qui pense que la Guyane est une île). C’est moche pour nous » (commentaire pour la vidéo 2, 11 déc. 2017).

30La vidéo 16, « USA : Le mur de la discorde » sur l’immigration mexicaine aux États-Unis, fait apparaître la même tendance : « Les mexicains qui critiquent les USA mais qui essayent d’y entrer. C’est comme les arabes qui critiquent la France mais qui font tout pour y aller » (commentaire pour la vidéo 16, 24 juill. 2018). Parmi les mots les plus fréquents employés pour cette vidéo, « France » et « français » dépassent en quantité « Mexique » et « mexicain », pourtant le sujet principal de la vidéo.

31Par ailleurs, des discours d’extrême droite semblent être mobilisés par la composante pathémique de plusieurs vidéos. Les commentaires renvoient à la patrie humiliée, souffrante, en déclin, nécessitant une renaissance. Ainsi, dans une démarche hyperbolique, si dans la vidéo 1 E. Macron est présenté comme « ayant peur » et « humilié », c’est parce qu’il symbolise toute la France « éternelle » (commentaire pour la vidéo 1, 26 mai 2018) qui est « rabaissée » (commentaire pour la vidéo 1, 16 mai 2018).

  • 12 « Diplomatie. L’annulation de la visite de Poutine aggrave les tensions entre la Russie et l’Europ (...)

32La vidéo 10 « Vladimir Poutine explique ce qui s’est réellement passé entre la France et la Russie », où le président russe parle des problèmes dans les relations franco-russes à la suite de l’annulation de sa visite pour l’inauguration du nouveau Centre spirituel et culturel orthodoxe russe12, et la vidéo 15, « Acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes à Paris », évoquent le même type de discours : « Ma pauvre France, et je ne suis pas de souche, mais ca me fait vraiment mal au cœur » (commentaire pour la vidéo 10, 12 oct. 2016) ; « C’est sa le fier peuple français descendant des gaulois? Je suis deçu... force a vous en tout cas » (commentaire pour la vidéo 15, 9 déc. 2018). Cette France « rabaissée » a besoin d’être « sauvée », et c’est ainsi que l’espace des commentaires devient un terrain militant pour les communautés d’extrême droite : « Trump - Poutine - Le Pen : c’est le dernier espoir pour sauver le monde ! » (commentaire pour la vidéo 3, 1er oct. 2016).

L’admiration pour Vladimir Poutine dans l’optique du patriotisme modéré

33Nous avons aussi observé l’existence d’une admiration pour V. Poutine et pour la « grande » ou « sainte » Russie parmi les publics de la chaîne YouTube de RT France : « Les vrais français soutiennent Poutine » (commentaire pour la vidéo 6, 1er mai 2021) ; « Que Dieu protège Vladimir Putine » (commentaire pour la vidéo 8, 29 mars 2018) ; « gloire à la sainte RUSSIE » (commentaire pour la vidéo 8, 22 mars 2018). Les mots « Poutine », « russe » ou « Russie » sont parmi les plus fréquemment utilisés dans les commentaires de 10 vidéos sur 15, même si V. Poutine n’apparaît que dans 7 vidéos sur 15, trois vidéos seulement traitant des sujets locaux en Russie (huit si on compte également les vidéos traitant de l’actualité internationale impliquant la Russie). Le fait que sept vidéos sur les 15 les plus populaires font apparaître V. Poutine en dit long sur cet intérêt particulier pour le président de la Russie, manifesté par les publics de RT sur YouTube.

34On pourrait penser qu’une telle admiration pour un leader politique d’un pays étranger serait en contradiction avec les opinions partagées par les communautés d’extrême droite. Néanmoins, ce phénomène s’explique par le concept du « patriotisme modéré ». Selon Vlad Strukov (2016 : 192), dans l’optique du patriotisme modéré, le pays d’origine est l’un des objets de loyauté parmi d’autres pour ses citoyens, et « cette loyauté est constamment soumise au scrutin ». Les journalistes peuvent ainsi « utiliser cette contradiction entre les perspectives patriotiques et globales pour plaire aux publics et les manipuler dans l’objectif d’acquérir un avantage géopolitique ». Selon cette théorie, on n’admire pas forcément un autre pays en trahissant le sien, mais on admire les valeurs d’un autre pays qui sont proches de l’idéal que les communautés en question considèrent être celui de leur propre pays (un idéal dont on pense qu’il a existé dans le passé).

L’affordance de l’association aidant à consolider les contre-publics

35La plupart des commentaires font partie de discussions plus larges (Tableau 2). Ce phénomène s’explique par ce que l’on nomme l’affordance de l’association – les plateformes en ligne facilitant « les connexions entre des individus et entre les individus et le contenu (Treem et Leonardi, 2013) » (Holm, 2019 : 59). Ainsi plus de la moitié des commentaires sont-ils systématiquement des réponses à d’autres commentaires, ce qui laisse à penser que les spectateurs de RT sur YouTube privilégient les discussions entre eux aux interactions directes et isolées avec le contenu de la chaîne. Ils s’y rendent non seulement pour interagir avec le contenu, mais aussi pour discuter avec les autres, en créant des liens à l’intérieur des contre-publics existants et en partageant leurs points de vue avec des publics plus larges.

L’affordance de l’amplification des discours

36Au rayon de l’architecture de YouTube, seuls les commentaires les plus « populaires », à savoir les plus « aimés » et commentés, s’affichent directement sous la vidéo, pendant que d’autres sont à peine visibles en bas du fil. Nos observations montrent que les points de vue les plus populaires et immédiatement visibles sont souvent « anti-démocratiques » et relèvent de l’univers de l’extrême droite, pendant que les points de vue discordants sont ignorés et parfois attaqués par la majorité, ce qui renvoie à l’affordance de l’amplification des discours, qui se traduit par une mise en avant de certaines voix à travers de « nombreux facilitateurs techniques tels que la fonctionnalité de partager, aimer, up-voter ou commenter les publications faites par d’autres personnes » (Holm, 2019 : 58).

  • 13 N. Janakiram et Y. Zunger, « We hear you: Better commenting coming to YouTube », YouTube Official (...)

37Cette affordance de l’amplification des discours offre une visibilité renforcée et une certaine « autorité » à certains points de vue dans les espaces numériques. Ces dynamiques font penser à la théorie de la spirale du silence, développée par Elisabeth Noëlle-Neumann (1989), selon laquelle une opinion perçue comme majoritaire est plus aisément partagée publiquement que celle qui est perçue comme minoritaire. Ainsi, grâce à l’affordance de l’amplification des discours, les utilisateurs de YouTube perçoivent-ils les discours d’extrême droite en tant que majoritaires dans l’espace des commentaires de RT (puisque plus visibles grâce à la mise en avant des commentaires les plus « pertinents »), ce qui les encourage à davantage les partager et interagir avec. La politique de YouTube à propos du tri des commentaires les plus « pertinents » n’est pas clairement expliquée par la plateforme13, mais les « top-commentaires » sont souvent les plus « aimés » et commentés.

38Ces quelques exemples des « top-commentaires » dans le corpus analysé montrent que ce sont souvent des points de vue anti-américains, conspirationnistes, anti-gouvernementaux et anti-immigration : « [Macron,] Bien sur vous avez peur se pourquoi vous faites toujours appel aux américains pour assurer votre sécurité. » (952 j’aime, 326 réponses) (commentaire pour la vidéo 1, 25 mai 2018) ; « J’espère que les russes ne pensent pas qu’on soutient la bande de traîtres du gouvernement... » (476 j’aime, 62 réponses ; commentaire pour la vidéo 10, 12 oct. 2016) ; « La France est une colonie américano-israélienne ! (surtout israélienne) » (152 j’aime, 28 commentaires ; commentaire pour la vidéo 10, 16 oct. 2016) ; « Construire un mur à la frontière d’un pays est tout à fait légitime. Ce qui n’est pas normal, c’est le comportement de l’Europe qui laisse entrer des millions de clandestins, qui plus est, en grande majorité musulmans. Une folie civilisationnelle. » (128 j’aime, 78 réponses ; commentaire pour la vidéo 16, 29 janv. 2018).

39Les commentaires les plus visibles semblent être ceux partageant les récits d’extrême droite, pendant que les commentaires qui remettent en question l’intégrité de RT, bien que présents, sont à peine visibles. À notre avis, cela démontre comment l’affordance de l’amplification des discours peut « faciliter l’amplification de certaines voix de manière problématique » (Holm, 2019 : 61). Les commentaires des personnes remettant en question l’opinion dominante au sein de cet espace, bien que présents, sont pratiquement invisibles pour un spectateur ordinaire : « Qu’est-ce qu’ils ont tous ces pro-russes à cracher sur la France et Macron ? C’est quoi le problème expliquez-moi un peu ? » (0 j’aime, 0 réponse ; commentaire pour la vidéo 1, 26 mai 2018) ; « Je suis pas d’accord avec la plupart de ces commentaires […] » (0 j’aime, 0 réponse ; commentaire pour la vidéo 1, 22 mai 2019).

40Quand les spectateurs essayant de défier les points de vue majoritaires ne sont pas ignorés, ils sont attaqués, comme l’a été l’auteur de ce commentaire : « La misère où nous sommes où les gens préfère croire RT (organe de propagande de V. Poutine) que des médias indépendants, affligeant. Comment vous pouvez affirmer qu’il s’agit de la vérité quand il n’y a pas de presse indépendante en Russie ?? » (22 j’aime, 9 réponses ; commentaire pour la vidéo 5, 14 déc. 2016). En réponse, l’auteur reçoit ces commentaires : « […] Tu connais rien sur le sujet de la Syrie tu répètes comme un bot les lignes écrite par l’otan » (commentaire du 14 déc. 2016) ; « Décidément tu dois être un pigeon parfait mdr » (commentaire du 14 déc. 2016).

41Incapable de faire valoir ses arguments, le commentateur met fin à la discussion en faisant un résumé des points de vue dominants qu’il a observés dans les commentaires :

« Bon on va arrêtez là, continuez à être le relais de Poutine en France, continuez à croire que l’Europe c’est le Diable, que nous sommes gouvernés par des illuminatis sionnistes du lobby gay ou je ne sais quelle connerie, continuez à croire que seul Soral en France à la bonne parole, et continuez à bien vous monter le melon tout seul en ne relevant que les (contre-)infos qui vous intéressent » (commentaire pour la vidéo 5, 14 déc. 2016).

42Ainsi soutenons-nous que, même si les publics de RT France ne sont pas homogènes, même si tous ne partagent pas les points de vue extrêmes et souvent anti-démocratiques, ce sont les dynamiques de contre-publics et l’architecture des réseaux sociaux qui font que les autres points de vue passent souvent inaperçus ou sont rejetés comme « impopulaires ». En effet, si c’est le sentiment de marginalisation éprouvé par ces publics, accru par l’histoire et le positionnement de la chaîne, qui semble attirer ces contre-publics vers RT, une fois qu’ils revendiquent cet espace comme le leur, ces discours qui se veulent « alternatifs » deviennent en réalité dominants et « privilégiés » dans l’espace des commentaires – à travers notamment l’affordance de l’amplification des discours. Ceci les aide à remplir les deux fonctions des contre-publics : établir des liens en interne et réaffirmer leurs points de vue, mais aussi les partager avec des publics plus larges, car leur visibilité accrue et le nombre de « j’aime » et de commentaires qu’ils accumulent les rendent plus « pertinents ».

43Le fait que la notion d’affordance soit centrale dans cette étude pour décrire et analyser les dynamiques des contre-publics peut conduire le lecteur à présumer que nous adoptons une posture « déterministe » par rapport à l’architecture des réseaux socio-numériques. Or, la notion d’affordance en elle-même permet d’adopter une posture plus nuancée. Si les algorithmes sont définis en tant que « séquences des opérations logiques qui fournissent des instructions pas à pas pour les ordinateurs à agir sur les données » (Christin, 2020), la notion d’affordance permet de dépasser la dualité entre le déterminisme technologique et le constructivisme social (Bucher et Helmond, 2018). Pour I. Hutchby et Simone Barnett (2005), les affordances ont des caractéristiques à la fois fonctionnelles et relationnelles. Elles démontrent ainsi à la fois la manière dont les technologies reflètent les constructions sociétales, et la manière dont elles facilitent ou restreignent les actions des utilisateurs en ligne. Dans ce cas particulier des contre-publics d’extrême droite, la notion d’affordance (surtout celle d’amplification des discours) permet de prendre en compte à la fois l’architecture de YouTube, qui facilite les dynamiques des contre-publics en mettant en avant les commentaires les plus « pertinents », et la manière dont cette fonctionnalité est opérationnalisée par les contre-publics d’extrême droite. Le rôle des affordances ne vise pas ici à ignorer les observations de Jen Schradie (2019) sur l’activisme digital favorisant la droite grâce à ses ressources plus importantes et la communication plus structurée, ni le fait que ce sont les droites extrêmes qui se sont emparées très tôt de l’internet afin de faire avancer leurs idées (Gimenez et Voirol, 2017), mais de mettre en avant l’articulation entre les dynamiques conversationnelles des contre-publics d’extrême droite et les fonctionnalités des réseaux sociaux qui les facilitent.

Conclusion

44Par un aperçu de l’histoire de RT France et des controverses autour de la chaîne, suivi par une analyse qualitative des commentaires YouTube de ses vidéos les plus populaires, nous avons établi que RT France semble contribuer au développement de contre-publics anti-démocratiques en ligne, à travers, entre autres, sa forte présence numérique. Bien que les contenus de RT France ne se résument pas à des thématiques qui promeuvent des contre-discours d’extrême droite, ce sont ses publics qui opérationnalisent ses contenus en les localisant au contexte français. Ces publics sont attirés vers la chaîne à travers ses liens historiques et idéologiques avec les communautés d’extrême droite en France. Sa stratégie semble exploiter le sentiment de marginalisation et d’exclusion de l’espace médiatique qui leur est propre (Gimenez et Voirol, 2017), via son positionnement « alternatif », tout en étant un acteur « privilégié ». La chaîne avance un argument d’appartenance à l’espace public dominant avant son interdiction, contrairement à des espaces plus « fermés », telle la sphère réactionnaire élargie.

45Après avoir émergé, ces discours sont développés à travers les affordances des réseaux sociaux de l’association et de l’amplification des discours. Alors que l’association permet aux membres des contre-publics de se réunir et de formuler leurs intérêts et leurs besoins communs, l’amplification des discours, dans le cas de RT, transforme ces discours « alternatifs » en discours dominants en les dotant d’une visibilité accrue, ce qui leur permet non seulement de défendre leurs intérêts en externe, mais également de marginaliser les voix discordantes au sein de cet espace numérique particulier qu’est la section des commentaires YouTube. La notion de l’affordance est ici choisie pour désigner l’articulation entre les dynamiques sociétales (telle la spirale du silence), les dynamiques propres à des publics d’extrême droite – telles la clarté et la structure hiérarchique de leurs messages, décrites par J. Schradie (2019) – et les fonctionnalités des réseaux socio-numériques, en l’occurence YouTube, qui sont opérationnalisées par ces publics afin de développer et promouvoir leurs discours envers des publics plus larges.

  • 14 Pétition « Non à l’interdiction de RT France, oui au droit à l’information ! », Change.org, 2 mars (...)

46Cette étude offre des pistes de réflexion pour comprendre l’émergence des publics de RT France et leur consolidation à travers, entre autres, les affordances des réseaux sociaux, qui ont permis à la chaîne de souder suffisamment ses publics pour qu’ils continuent à la suivre après l’interdiction et qu’ils militent pour rétablir l’accès à cette arène discursive parallèle qu’ils ont revendiquée comme la leur et qu’ils ont dominée. La transformation de certaines catégories des publics de RT en publics « militants », qui développent des actions de soutien de la chaîne en ligne – à travers le hashtag #soutienRTFrance, utilisé plus de 3 000 fois sur Twitter, ou encore la signature de la pétition contre l’interdiction de la chaîne14 –, confirme l’importance de cette arène discursive parallèle qu’était pour eux l’espace des commentaires de RT.

Logiciels

Haut de page

Bibliographie

Audinet M., 2021, Russia Today (RT). Un média d’influence au service de l’État russe, Bry-sur-Marne, INA Éd.

Bodine-Baron E., Helmus T. C., Radin A. et Treyger E., 2018, Countering Russian Social Media Influence, Santa Monica, RAND Corporation. https://doi.org/10.7249/RR2740

Bucher T. et Helmond A., 2018, « The Affordances of Social Media Platforms », dans J. Burgess, A. Marwick et T. Poell (éds), The SAGE Handbook of Social Media, Londres, Sage Publications, p. 233-253.

Cammaerts B., 2007, « Blogs, online forums, public spaces and the extreme right in North Belgium », dans N. Carpentier et al. (éds), Media technologies and democracy in an enlarged Europe. The intellectual work of the 2007 European media and communication doctoral, Tartu, Tartu University Press, p. 137-151.

Christin A., 2020, Metrics at Work. Journalism and the Contested Meaning of Algorithms, Princeton, Princeton University Press.

Crilley R. et Chatterje-Doody P. N., 2020, « Emotions and war on YouTube: affective investments in RT’s visual narratives of the conflict in Syria », Cambridge Review of International Affairs, 33 (5), p. 713-733.

Crilley R., Gillespie M., Vidgen B. et Willis A., 2022, « Understanding RT’s Audiences: Exposure Not Endorsement for Twitter Followers of Russian State-Sponsored Media », The International Journal of Press/Politics, 27 (1), p. 220-242. https://doi.org/10.1177/1940161220980692

Elswah M. et Howard P. N., 2020, « “Anything that Causes Chaos”: The Organizational Behavior of Russia Today (RT) », Journal of Communication, 70 (5), p. 623-645. https://doi.org/10.1093/joc/jqaa027

François S. et Schmitt O., 2015, « Le conspirationnisme dans la Russie contemporaine », Diogène, 249-250, p. 120-129. https://doi.org/10.3917/dio.249.0120

Fraser N., 2001 [1992], « Repenser la sphère publique : une contribution à la critique de la démocratie telle qu’elle existe réellement. Extrait de Habermas and the Public Sphere, sous la direction de Craig Calhoun, Cambridge, MIT Press, 1992, p. 109-142 », trad. de l’anglais par M. Valenta, Hermès. La Revue, 31 (3), p. 125-156.

Gibson J. J., 1977, « The Theory of Affordances », dans R. Shaw et J. Bransford (éds.), Perceiving, Acting, and Knowing: Toward an Ecological Psychology, Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, p. 127-143.

Gimenez E. et Voirol O., 2017, « Les agitateurs de la toile. L’Internet des droites extrêmes. Présentation du numéro », Réseaux, 202-203, p. 9-37. https://doi.org/10.3917/res.202.0009

Graham T. et Wright S., 2014, « Discursive Equality and Everyday Talk Online: The Impact of “Superparticipants” », Journal of Computer-Mediated Communication, 19 (3), p. 625-642. https://doi.org/10.1111/jcc4.12016

Holm M., 2019, The Rise of Online Counterpublics? The limits of inclusion in a digital age, thèse de doctorat en philosophie, Uppsala University, Department of Government.

Hutchby I., 2001, « Technologies, Texts and Affordances », Sociology, 35 (2), p. 441-456.

Hutchby I. et Barnett S., 2005, « Aspects of the sequential organization of mobile phone conversation », Discourse Studies, 7 (2), p. 147-171.

Hutchings S., Gillespie M., Yablokov I., Lvov I. et Voss A., 2015, « Staging the Sochi Winter Olympics 2014 on Russia Today and BBC World News: From soft power to geopolitical crisis », Participations: Journal of Audience Reception Studies, 12 (1), p. 630-658.

Jeangène Vilmer J.-B., Escorcia A., Guillaume M. et Herrera J., 2018, Les Manipulations de l’information. Un défi pour nos démocraties, rapport du Centre d’analyse, de prévision et de stratégie (CAPS) du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et de l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) du ministère des Armées, Paris, août 2018. https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/les_manipulations_de_l_information_2__cle04b2b6.pdf

Kaufmann L. et Clément F., 2007, « How Culture Comes to Mind: From Social Affordances to Cultural Analogies », Intellectica, 46-47, p. 221-250. https://doi.org/10.3406/intel.2007.1286

Kiriya I., 2016, « Russia Today comme dispositif diplomatique de la “Nouvelle Russie” », dans O. Koch et T. Mattelart, Géopolitique des télévisions transnationales d’information, Paris, Mare et Martin, p. 187-204.

Limonier K. et Audinet M., 2017, « La stratégie d’influence informationnelle et numérique de la Russie en Europe », Hérodote, 164 (1), p. 123-144. https://doi.org/10.3917/her.164.0123

Limonier K. et Gérard C., 2017, « Guerre hybride russe dans le cyberespace », Hérodote, 166-167 (3-4), p. 145-163. https://doi.org/10.3917/her.166.0145

Mattelart T., 2018, « Russia Today et le renouveau de la diplomatie médiatique russe : de la projection mondiale du Kremlin à la “réinformation” en France », Annuaire français de relations internationales, XIX, p. 927-945.

Miazhevich G., 2018, « Nation Branding in the Post-Broadcast Era: The case of RT », European Journal of Cultural Studies, 21 (5), p. 575-593.

Morin C. et Mésangeau J., 2022, « Les discours complotistes de l’antiféminisme en ligne », Mots. Les langages du politique, 130 (3), p. 57-78.

Noëlle-Neumann E.,1989, « La spirale du silence. Une théorie de l’opinion publique », Hermès. La Revue, 4, p. 181-189. https://doi.org/10.4267/2042/15408

Orttung R. W. et Nelson E., 2019, « Russia Today’s Strategy and Effectiveness on YouTube », Post-Soviet Affairs, 35 (2), p. 77-92.

Rawnsley G. D., 2015, « To Know Us is to Love Us: Public Diplomacy and International Broadcasting in Contemporary Russia and China », Politics, 35 (3-4), p. 273-286.

Robertson R., 1992, Globalization: Social Theory and Global Culture, Londres, Sage Publications.

Simonian S., Quintin J.-J. et Urbanski S., 2016, « La construction des collectifs dans l’apprentissage collaboratif à distance : l’affordance socioculturelle des objets numériques », Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 49, p. 63-90. https://doi.org/10.3917/lsdle.491.0063

Simonyan M., 2016, «Chapter 4: The View from Russia: “Your News Channel” Is Here to Stay », dans S. Cushion et R. Sambrook (éds), The Future of 24-Hour News: New Directions, New Challenges, New York, P. Lang, p. 49-62.

Schradie J., 2019, The Revolution That Wasn’t. How Digital Activism Favors Conservatives, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press.

Strukov V., 2016, « Digital conservatism: Framing Patriotism in the Era of Global Journalism », dans M. Suslov et M. Bassin (éds), Eurasia 2.0. Russian Geopolitics in the Age of New Media, Lanham, Lexington Books, p. 185-208.

Tolz V., Hutchings S., Chatterje-Doody P. N. et Crilley R., 2020, « Mediatization and journalistic agency: Russian television coverage of the Skripal poisonings », Journalism, 22 (2), p. 1-20.

Vaissié C., 2016, Les Réseaux du Kremlin en France, Paris, Éd. Les Petits Matins.

Wagnsson C., 2023, « The paperboys of Russian messaging: RT/Sputnik audiences as vehicles for malign information influence », Information, Communication & Society, 26 (9), p. 1849-1867. https://doi.org/10.1080/1369118X.2022.2041700

Wagnsson C., Blad T. et Hoyle A., 2023, « “Keeping an Eye on the Other Side” RT, Sputnik, and Their Peculiar Appeal in Democratic Societies », The International Journal of Press/Politics, [en ligne]. https://doi.org/10.1177/19401612221147492

Widholm A., 2016, « Global Online News from a Russian Viewpoint: RT and the Conflict in Ukraine », dans M. Pantti (éd.), Media and the Ukraine Crisis: Hybrid Media Practices and Narratives of Conflict, New York, P. Lang, p. 107-122.

Yablokov I., 2015, « Conspiracy Theories as a Russian Public Diplomacy Tool: The Case of Russia Today (RT) », Politics, 35 (3-4), p. 301-315.

Microsoft Corporation, 2018, Microsoft Excel, Microsoft Corporation. https://office.microsoft.com/excel

Ratinaud P, 2009, Iramuteq. Interface de R pour les Analyses Multidimensionnelles de Textes et de Questionnaires, Lerass. www.iramuteq.org

Rieder B., 2015, YouTube Data Tools, v. 1.22, Digital Methods Initiative. https://tools.digitalmethods.net/netvizz/youtube/

Haut de page

Annexe

Annexes

Tableau 1. Les vidéos les plus populaires.

Titre de la vidéo Langue Type de la vidéo Date Longueur Nombre de vues Nombre de commentaires Les 10 mots les plus fréquents (avec nombre d’occurrences)
1 « Emmanuel, il ne faut pas avoir peur » - « Vladimir, je n’ai pas peur » Ru/Fr Doublée en français Extraits d’une interview au Forum économique international de Saint-Pétersbourg 25.05.2018 01:38 2 278 579 4 759 Emmanuel Macron (47), Vladimir Poutine (30), peur (24), France (22), Russie (18), armée (10), aller (10), français (9), voir (8), guerre (8)
2 Poutine hilare en réalisant que son ministre de l’Agriculture est à l’ouest en géographie Ru Sous-titrée en français Extrait d’une conférence de presse 14.10.2017 00:40 2 247 881 1 368 V. Poutine (221), porc (149), musulman (122), pays (121), aller (93), Indonésie (89), manger (83), ministre (83), voir (70), russe (64)
3 Vladimir Poutine : « Donald Trump est une personne haute en couleur » Ang/Ru Sous-titrée en français Extraits d’une interview au Forum économique international de Saint-Pétersbourg 18.06.2016 04:15 1 967 761 2 237 V. Poutine (643), Russie (323), pays (306), aller (264), russe (232), Donald Trump (231), France (216), voir (213), monde (200), parler (184)
4 La finale France-Croatie rejouée par des enfants N/A Sport/Divertissement 18.07.2018 01:52 1 555 885 536 Blanc (36), France (34), noir (33), raciste (25), enfant (23), Russie (19), russe (19), couleur (19), aller (19), monde (18)
5 ONU : une journaliste démonte en deux minutes la rhétorique des médias traditionnels sur la Syrie Ang Sous-titrée en français Extrait d’une conférence de presse 13.12.2016 03:28 1 492 785 2 359 Voir (444), média (384), propagande (372), journaliste (368), russe (349), aller (336), vidéo (315), Syrien (310), Syrie (290), France (221)
6 L’interview de Vladimir Poutine aux chaînes américaines : les meilleurs extraits Ang/Ru Doublée en français Extraits de l’interview de Vladimir Poutine pour les chaînes américaines d’actualité 28.09.2015 19:41 1 327 436 1 568 V. Poutine (609), président (199), monde (157), pays (150), russe (149), Russie (145), homme (136), grand (135), journaliste (129), aller (115)
7 Kim Jong-un est arrivé à Vladivostok à bord de son train blindé Fr Diffusion en direct/reportage 24.04.2019 14:25 1 176 741 626 Kim Jong-un (73), aller (56), voir (43), V. Poutine (43), monde (43), pays (41), France (41), Russie (37), russe (33), parler (30)
8 MiG, Sukhoï : les secrets des avions de combat russes Fr Documentaire 22.03.2018 25:51 1 075 045 1 073 Russe (382), Russie (219), avion (161), voir (140), rafale (135), pays (127), France (127), aller (106), guerre (100), parler (93)
9 « Laissez-moi parler !» : interrompu, Poutine répond en allemand à un journaliste autrichien Ru Sous-titrée en français Interview 05.06.2018 00:43 959 675 1 083 V. Poutine (263), journaliste (105), voir (101), russe (88), parler (72), homme (71), allemand (70), Russie (69), président (64), venir (61)
10 Vladimir Poutine explique ce qui s’est réellement passé entre la France et la Russie Ru Sous-titrée en français Extrait d’une interview de Vladimir Poutine pendant le 8e Forum de l’investissement de VTB « Russia Calling ! » 12.10.2016 05:48 946 537 948 V. Poutine (259), France (246), Russie (192), français (147), russe (136), aller (136), voir (135), pays (119), politique (109), peuple (87)
11 Dépigmentation : la douleur des Sénégalaises Fr/Wolof Documentaire 05.04.2018 26:19 892 266 2 539 Noir (856), peau (747), femme (664), blanc (547), beau (490), couleur (255), clair (224), voir (222), beauté (201), naturel (192)
12 Roué de coups sous une pluie de projectiles, un CRS exfiltré par un Gilet jaune N/A Séquence en direct 01.12.2018 00:53 882 600 Les commentaires sont désactivés
13 Le mystère du permafrost Ru Doublée en français Documentaire 30.01.2018 26:23 880 384 425 Aller (64), eau (59), terre (56), voir (51), gaz (46), méthane (40), permafrost (38), glace (34), parler (27), grand (27)
14 Interdit d’interdire : Michel Onfray et Juan Branco : le pouvoir en question Fr Émission de débat 05.06.2019 55:06 877 769 2 081 Onfray (425), Branco (314), voir (216), débat (206), aller (178), France (177), Juan (149), peuple (148), parler (19), politique (132)
15 Acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes à Paris N/A Diffusion en direct 08.12.2018 10:25:11 844 830 222 France (57), E. Macron (41), jaune (36), peuple (35), gilet (32), français (30), aller (30), voir (29), crs (18), casseur (16)
16 USA : Le mur de la discorde Ang Doublée en français Documentaire 29.01.2018 51:08 839 372 841 Pays (186), aller (106), France (98), mur (89), monde (88), voir (83), Mexique (81), français (78), mexicain (77), venir (64)

Tableau 2. Les caractéristiques statistiques des commentaires

Nombre de commentaires Les commentaires du 1er niveau Les commentaires du 2e niveau Nombre d’utilisateurs uniques Nombre de personnes avec plus de 10 commentaires Nombre maximal de commentaires pour 1 personne Nombre de super participants (plus de 2 % de commentaires) Nombre de personnes avec un seul commentaire
1 4 759 2 142 (45 %) 2 617 (55 %) 2 857 33 146 1 2 189
2 1 368 604 (44 %) 764 (56 %) 1 004 4 16 0 821
3 2 237 791 (35 %) 1 446 (65 %) 1 085 29 170 2 829
4 536 212 (40 %) 324 (60 %) 356 4 20 4 290
5 2 359 796 (34 %) 1 563 (66 %) 1 106 35 60 2 808
6 1 568 932 (59 %) 636 (41 %) 1 051 10 26 0 861
7 626 256 (41 %) 370 (59 %) 404 4 17 2 311
8 1 073 309 (29 %) 764 (71 %) 467 16 52 6 327
9 1 083 540 (50 %) 543 (50 %) 750 6 48 1 632
10 948 340 (36 %) 608 (64 %) 518 10 24 1 363
11 2 539 1 225 (48 %) 1 314 (52 %) 1 583 17 82 1 1 243
12 Les commentaires sont désactivés
13 425 201 (47 %) 224 (53 %) 280 2 26 2 211
14 2 081 1 272 (61 %) 809 (39 %) 1 351 12 79 1 1 066
15 222 127 (57 %) 95 (43 %) 164 0 8 1 134

16

841

271 (32 %)

570 (68 %)

417

16

20

2

296

Haut de page

Notes

1 « RÈGLEMENT (UE) 2022/350 DU CONSEIL du 1er mars 2022 modifiant le règlement (UE) n° 833/2014 concernant des mesures restrictives eu égard aux actions de la Russie déstabilisant la situation en Ukraine », Journal officiel de l’Union européenne, 2 mars 2022. Accès : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/PDF/?uri=CELEX:32022R0350&from=FR.

2 « YouTube : le blocage des médias financés par Moscou va s’appliquer dans le monde entier », France 24, 12 mars 2022. Accès : https://www.france24.com/fr/europe/20220312-youtube-le-blocage-des-m%C3%A9dias-financ%C3%A9s-par-moscou-va-s-appliquer-dans-le-monde-entier.

3 « Le point sur les sanctions de l’UE contre la Russie », Conseil européen, 2023. Accès : https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/sanctions/restrictive-measures-against-russia-over-ukraine/sanctions-against-russia-explained/.

4 Accès : https://www.actu-juridique.fr/annonces-legales/rt-france-jugement-tc-procedures-collectives-2/.

5 M. Alcaraz, « RT France devant BFM TV ou TF1 sur YouTube », Les Échos, 17 janv. 2020. Accès : https://www.lesechos.fr/tech-medias/medias/rt-france-devant-bfm-tv-ou-tf1-sur-youtube-1163991.

6 « RT devient le premier réseau de chaînes d’information au monde avec 10 milliards de vues sur YouTube », RT France, 29 janv. 2020. Accès : https://francais.rt.com/communiques-de-presse/rt-devient-premier-reseau-chaines-information-au-monde-avec-10-milliards-de-vues-sur-youtube.

7 Les traductions libres des passages issus des sources anglaises et russes sont effectuées par l’autrice.

8 « Имидж России собираются улучшить при помощи нового телеканала » [L’image de la Russie se veut améliorée à l’aide d’une nouvelle chaîne de télévision], Lenta.Ru, 6 juin 2005. Accès : https://lenta.ru/news/2005/06/06/channel/.

9 « Нет никакой объективности » [L’objectivité n’existe pas], Kommersant, 7 avr. 2012. Accès : https://www.kommersant.ru/doc/1911336.

10 « Lancement sous vigilance de la chaîne russe RT en France », Le Monde, 18 déc. 2017. Accès : https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2017/12/18/lancement-sous-vigilance-de-la-chaine-russe-rt-en-france_5231583_3236.html.

11 « La Guyane, la Guadeloupe, Villeurbanne... Les trois bourdes géographiques d’Emmanuel Macron », France info, 27 mars 2017. Accès : https://www.francetvinfo.fr/economie/crise-en-guyane/la-guyane-la-guadeloupe-villeurbanne-les-trois-bourdes-geographiques-d-emmanuel-macron_2116907.html (consulté le 27 août 2023).

12 « Diplomatie. L’annulation de la visite de Poutine aggrave les tensions entre la Russie et l’Europe », Courier international, 12 oct. 2016. Accès : https://www.courrierinternational.com/article/diplomatie-lannulation-de-la-visite-de-poutine-aggrave-les-tensions-entre-la-russie-et (consulté le 27 août 2023).

13 N. Janakiram et Y. Zunger, « We hear you: Better commenting coming to YouTube », YouTube Official Blog, 24 sept. 2013. Accès : https://blog.youtube/news-and-events/youtube-new-comments/ (consulté le 27 août 2023).

14 Pétition « Non à l’interdiction de RT France, oui au droit à l’information ! », Change.org, 2 mars 2022. Accès : https://www.change.org/p/gouvernement-non-%C3%A0-l-interdiction-de-rt-france-oui-au-droit-%C3%A0-l-information?utm_content=cl_sharecopy_32544198_fr-FR%3A5&recruiter=1255851090&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition (consulté le 27 août 2023).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gulnara Zakharova, « Le rôle des affordances dans la mise en avant des discours d’extrême droite dans l’espace des commentaires YouTube de RT France »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/32786 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.32786

Haut de page

Auteur

Gulnara Zakharova

Université Paris-Panthéon-Assas, Carism, F-75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search