Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Dossier. La diplomatie publique à...Vers une diplomatie numérique tra...

Dossier. La diplomatie publique à l’heure des réseaux

Vers une diplomatie numérique transnationale

Le cas des instituts culturels franco-allemands de Bichkek et de Ramallah
Towards a transnational digital diplomacy. The case of the Franco-German cultural institutes in Bishkek and Ramallah
Adrien Houguet et Benoît Josset
p. 155-182

Résumés

Le traité d’Aix-la-Chapelle en 2019 a entériné une volonté franco-allemande de fonder des instituts culturels binationaux à l’échelle internationale. Avec ces derniers, apparaissent les prémices d’une diplomatie publique transnationale prometteuse pour les valeurs européennes dans un contexte concurrentiel de plus en plus rude en termes de soft power. Aussi l’arrivée de nouveaux moyens de communication – notamment via les réseaux sociaux – a-t-elle fait émerger une diplomatie numérique indispensable à chaque puissance d’influence. Nous étudierons ici le cas des instituts culturels franco-allemands (ICFA) de Bichkek (Kirghizstan) et de Ramallah (Palestine). Ces derniers illustrent les enjeux de la diplomatie numérique transnationale dans des zones de tension géopolitique. Celle-ci soulève un double défi communicationnel pour les acteurs et actrices, le premier étant un défi interculturel qui pose la question du plurilinguisme et la capacité à jongler entre les différents systèmes administratifs. Le second défi étant transculturel et concerne la projection d’une synergie franco-allemande hypothétique au niveau local. Par le biais d’interviews avec les acteurs et actrices concerné·es par la diplomatie numérique franco-allemande, mais aussi d’une analyse de leurs réseaux sociaux, nous montrons qu’il semble toutefois que les ICFA apportent une valeur ajoutée conséquente en termes de moyens, de visibilité et d’impact sur la scène locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous faisons référence ici aux excellentes contributions de M. Audinet sur les stratégies d’influe (...)

1Nombreuses sont les publications sur les stratégies de communication et d’influence des États autoritaires, notamment la Chine et la Russie1. Ceci ne doit pas nous faire oublier que les pays démocratiques occidentaux disposent eux aussi d’une diplomatie publique certainement plus mesurée et tout aussi innovante. Par exemple, l’Allemagne et la France ont su prendre le virage du numérique et s’avèrent être les premiers États à institutionnaliser une diplomatie publique transnationale. Dans la concurrence globale pour l’influence, ceci se révèle être un outil efficace pour lutter contre le soft power des grandes puissances américaine, chinoise et russe, particulièrement en ces temps de recomposition géopolitique.

  • 2 C. Demesmay (2022) aborde cet aspect à la fin de son article. Les coopérations franco-allemandes e (...)

2La diplomatie numérique, traduite de digital diplomacy dans la littérature anglo-saxonne, est une notion qui gagne en popularité. Apparue dans les années 2000 avec la montée en puissance de l’internet, la diplomatie numérique est au cœur des préoccupations des services d’action culturelle et des instituts culturels français dans leur pratique quotidienne de communication en ligne. Toutefois, le terme manque de bases scientifiques solides et mériterait un travail de recherche en profondeur. La diplomatie publique transnationale est une nouveauté dans les relations internationales. Nous nous efforcerons de jeter les bases d’une première définition en nous appuyant sur quelques précurseurs et précurseuses comme Sigrid Weigel (2019). S’il existe de nombreuses et excellentes publications sur une approche comparatiste entre les diplomaties publiques allemande et française (voir Demesmay, 2022), les articles scientifiques portant sur la coopération franco-allemande en matière d’action culturelle et de communication sont plus rares2. Nous explorerons les modalités de cette collaboration dans la pratique. Nous insisterons à la fois sur la communication en interne, représentant le défi interculturel de l’entente franco-allemande, et sur la communication numérique vers l’extérieur, amenant à la problématique transculturelle pour les visuels, notamment.

3Pour illustrer ce double défi, nous utiliserons le cas des instituts culturels franco-allemands (ICFA) de Bichkek et de Ramallah. Si le premier est, au moment où nous écrivons ces lignes, encore en projet et destiné à devenir un institut culturel intégré, le second est actif depuis 2004 sous forme de colocalisation entre un Institut français et un Goethe-Institut. Notre approche est multidisciplinaire, à la croisée de la science politique, de la sociologie de la culture et des sciences de l’information et de la communication. Nous étudierons d’abord le contexte culturel local dans lequel est implanté l’institut culturel. Nous retracerons ensuite son développement institutionnel, notamment depuis le traité d’Aix-la-Chapelle en 2019. Par le biais d’entretiens semi-directifs avec les acteurs et actrices concerné·es par les ICFA nous soulignerons les défis que posent ces derniers en ce qui concerne la communication interne entre Allemand·es et Français·es, mais aussi ses contournements. Pour saisir la problématique transculturelle des ICFA en matière de visibilité, une analyse qualitative des contenus publiés en ligne s’impose, particulièrement sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter). Les contenus étudiés seront comparés aux stratégies évoquées par les acteurs et actrices de la diplomatie publique allemande et française.

Vers une diplomatie publique transnationale

4Selon l’école néoréaliste consacrée à l’étude des relations internationales, ces dernières restent caractérisées par des rapports entre nations. Ainsi la diplomatie publique d’un État vise-t-elle à communiquer avec la population d’un autre pays, celle-ci étant considérée comme fondamentalement différente de la sienne. Il s’agit là d’une idée de la nation élaborée par le philosophe allemand Johann Gottfried von Herder (1744-1803). Selon lui, cultures et nations se confondent. Elles forment des « sphères » homogènes avec un centre de gravité qui leur est propre, tout en se distinguant des autres cultures-nations (Antor, 2020 : 69). La diplomatie publique peut alors se résumer à une série de dialogues : le dialogue franco-allemand, le dialogue franco-palestinien, le dialogue germano-kirghiz, etc.

5Or, cette vision de la nation semble dépassée aujourd’hui. En effet, les sociétés forment des conglomérats hétérogènes, complexes et dynamiques. Les processus d’homogénéisation et d’hybridation culturelle se déroulent au-delà du cadre national. Pour ces raisons, S. Weigel (2019) invite à penser la diplomatie publique de manière transnationale : ces dialogues ne doivent pas figer des différences culturelles, mais, au contraire, amener à un métissage. Dans un monde toujours plus interconnecté, ces croisements paraissent inévitables. Toutefois, nous observons un repli national qui se manifeste, entre autres conséquences, par la montée du populisme dans les régimes démocratiques avec, par exemple, Donald Trump (États-Unis) et Jair Bolsonaro (Brésil) en 2016, ou le retour au pouvoir de Benyamin Netanyahou (Israël) en 2022. À cela s’ajoute la percée du Rassemblement national (RN) en France ou de l’Alternative für Deutschland (AfD) en Allemagne. Les régimes autoritaires ne sont pas en reste et exaltent également la verve nationale-civilisationnelle dans leur pays (voir, pour la Russie, l’ouvrage de Taras Kuzio [2022]). Enfin, la pandémie de covid-19 et la guerre en Ukraine sont des freins importants aux échanges et aux interconnexions.

La diplomatie transnationale dans la pratique

  • 3 L’Allemagne s’engage à défendre ces valeurs à l’intérieur comme à l’extérieur. Ceci est confirmé d (...)
  • 4 L’article 1 bis du traité de Lisbonne (2007) déclare : « L’Union est fondée sur les valeurs de res (...)
  • 5 L’UE ne possède qu’une compétence d’appui en matière de culture (art. 6 du traité sur le fonctionn (...)

6C’est ainsi qu’une diplomatie publique transnationale au service des valeurs entre autres du pluralisme, de la non-discrimination et de la tolérance prend son sens. Ces valeurs font aussi partie intégrante des intérêts nationaux défendus par l’Allemagne et la France3 et sont également portées par l’Union européenne (UE4). Il semble donc possible de parler d’une voix commune à leur propos. Parmi les outils de la diplomatie publique en Europe (communicationnels, éducationnels ou linguistiques notamment), c’est la panoplie culturelle qui s’est dotée en premier d’instruments transnationaux via les instituts culturels nationaux financés par les États membres, comme le Goethe-Institut et l’Institut français. C’est l’idée par exemple du réseau EUNIC (European Union National Institutes for Culture), créé en 2006, afin de mieux coordonner les différentes politiques culturelles extérieures des membres de l’UE5. À ce niveau, l’Allemagne et la France vont encore plus loin : le traité d’Aix-la-Chapelle du 22 janvier 2019 prévoit notamment la création de plusieurs instituts culturels colocalisés et intégrés (art. 9).

7Le centre culturel franco-allemand de Ramallah a servi de précurseur à ces initiatives. Ce centre a ouvert en 2004 sous la forme d’une « colocalisation » entre l’Institut français et le Goethe-Institut. En effet, ces derniers se situent dans un seul et même bâtiment et organisent ensemble des événements. Toutefois, leur budget et leur personnel sont bien distincts. En juin 2022, le centre a pris le nom d’institut culturel franco-allemand de Ramallah après une inauguration officielle6. Il existe quatre autres instituts colocalisés dans le monde : celui d’Atlanta (États-Unis) a été inauguré en septembre 2022, tandis que les ICFA de Córdoba (Argentine) et Glasgow (Royaume-Uni) sont encore en projet. Le projet à Minsk (Biélorussie) est en suspens, compte tenu des relations tendues entre l’Union européenne et ce pays. Un autre type de collaboration existe depuis peu de temps : il s’agit d’instituts intégrés. Ils établissent un programme culturel commun et en partagent les coûts financiers. Le premier institut intégré sous le slogan franco-allemand « Kultur Ensemble » a été inauguré à Palerme le 14 juin 2021. Il accueille un programme de résidence d’un·e artiste français·e et d’un·e artiste allemand·e (dont certains projets sont soutenus par l’Office franco-allemand pour la jeunesse). Le projet de l’institut culturel franco-allemand de Bichkek s’articule autour d’une coordination franco-allemande avec un programme mutualisé. Il ne dispose cependant pas encore de lieu physique et le projet est co-porté pour l’instant par le Goethe-Institut à Almaty (Kazakhstan) et l’Alliance française de Bichkek. Il existe deux autres projets d’instituts culturels franco-allemands à Erbil (Irak), dont la première pierre a été posée le 22 janvier 20227, et à Rio de Janeiro (Brésil), encore à l’état de projet8.

  • 9 En Sicile, les Frères d’Italie (FdI) arrivent en tête des élections régionales en 2022 avec 15 %, (...)

8Le choix de ces implantations s’explique, selon le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), par un contexte institutionnel local favorable. Un des facteurs décisifs a été l’habitude des agents locaux à communiquer et travailler ensemble dans des lieux où la situation locale n’est pas toujours évidente : le contexte politique peut être difficile et au centre de tensions géopolitiques intenses (Erbil, Minsk, Ramallah) ; la présence européenne peut y être peu développée (représentée en grande partie par le noyau franco-allemand comme à Bichkek, qui n’accueille qu’une seule autre ambassade résidente d’État membre de l’UE, celle de la Hongrie) ; ou bien la popularité locale de l’UE se dégrade, comme en Sicile9. Enfin, les instituts culturels allemand et français peuvent faire en général face à un manque de moyens, de personnel, de public ou à un réseau interpersonnel et institutionnel réduit : mutualiser toutes ces ressources peut s’avérer bénéfique pour les deux parties afin de mettre en place une diplomatie culturelle de plus grande envergure. Pour cela, une communication rapprochée entre les Allemand·es et les Français·es est indispensable, bien que parfois complexe.

9En effet, outre la barrière linguistique qu’il faut surmonter, l’Allemagne et la France présentent des concepts et des systèmes institutionnels différents en termes de diplomatie culturelle. Pour schématiser, les instituts culturels allemands mettent plutôt l’accent sur la coopération culturelle internationale, tandis que du côté français c’est la promotion de la culture nationale qui est plutôt mise en avant dans les stratégies des acteurs et actrices de la diplomatie culturelle (Houguet, 2022). « Ces différences sont notamment liées à la structure interne des deux réseaux culturels : la centralisation du réseau culturel autour de l’ambassade côté français a tendance à utiliser la culture comme un prolongement de sa représentation diplomatique à l’étranger. Les structures plus autonomes de l’Allemagne permettent de s’affranchir en partie du cadre national pour mieux penser les coopérations interculturelles » (Houguet, 2023). Entre coopération et promotion culturelle, ainsi qu’entre centralisation et autonomisation, il s’agit ici de trouver un compromis.

Vers une diplomatie numérique

10La diplomatie publique ne pourrait pas exister sans communication. C’est pour cette raison qu’au vu des évolutions technologiques, la communication a dû s’adapter et prendre en compte de nouveaux médiums de communication (Facebook, Twitter, Instagram). Cet article utilise la définition de Fergus Hanson (2012) de la diplomatie numérique consistant en l’utilisation de l’internet et des technologies de l’information et de la communication pour contribuer à la réalisation des objectifs diplomatiques, y compris les objectifs connexes, ici la mise en avant d’événements culturels. La diplomatie numérique est considérée par Christian Lequesne (2021 : 14) comme un outil important dans la promotion de la politique étrangère d’une nation : elle permet une interaction et un engagement directs avec des publics étrangers, les réseaux sociaux permettant d’atteindre un auditoire global et diversifié. Un post en principe destiné à une cible spécifique dans le cas de notre article, la population locale et celle des expatrié·es s’avère toucher un public beaucoup plus large en réalité avec une visibilité des publications à l’échelle internationale. La diplomatie numérique est issue de la diplomatie publique, une forme de pratique diplomatique, qui a été définie comme un « instrument utilisé par les États pour comprendre les cultures, les attitudes et les comportements, établir et gérer des relations, influencer les pensées et mobiliser les actions pour faire progresser leurs intérêts et leurs valeurs » (Melissen, 2013).

11Alors que les technologies numériques continuent de remodeler le paysage dans lequel se déroule la diplomatie publique, la communication publique est de plus en plus dominée par l’utilisation des réseaux sociaux, repoussant les frontières entre les politiques étrangère et intérieure. Les frontières entre ces dernières s’estompent pour faire place à la diplomatie numérique. Malgré ces défis inévitables, l’avenir de la diplomatie publique à l’ère numérique reste prometteur si les acteurs et actrices relèvent le défi en travaillant de manière créative et proactive avec la technologie numérique, pour s’engager à construire des ponts entre les communautés en ligne et hors ligne (Bjola et al., 2019).

12Ainsi, dans une situation d’instituts colocalisés ou intégrés, comment communiquer les projets et événements en commun sur la toile et les réseaux sociaux ? La multiplication des plateformes dans un contexte transnational ne risque-t-elle pas d’exposer des divergences du fait de la diffusion de messages contradictoires ? Quelles langues utiliser ? Quelle est la place de l’image nationale au niveau des visuels ? Disparaît-elle au profit d’un graphique plus abstrait ? Le programme culturel propose-t-il une répartition équilibrée entre les côtés allemand et français ? En bref, la diplomatie publique transnationale – afin de porter ensemble des valeurs communes – ne risque-t-elle pas de compromettre l’un des autres objectifs du soft power qui est de promouvoir l’image de son propre pays, à moins que les instituts transnationaux cherchent à promouvoir des valeurs plus larges ?

Méthodes

13Pour comprendre comment une diplomatie publique se met en place dans un contexte transnational et numérique, il paraît pertinent de recourir à une approche pluridisciplinaire croisant la science politique, la sociologie de l’action publique et les sciences l’information et de la communication. La multidisciplinarité scientifique permet d’appréhender notre objet dans sa complexité (Barrault-Stella et Goastellec, 2015). En effet, nous avons un double intérêt dans la réalisation de cette étude, de par notre posture et nos sujets de recherche. Ce dialogue consiste à explorer l’articulation entre le discours et l’action politiques, à travers une comparaison entre les politiques française et allemande pour leurs actions culturelles extérieures respectives. Mais aussi via la mise en place d’une diplomatie numérique transculturelle franco-allemande (institut colocalisé, intégré ; et ce, dans leurs contextes locaux).

14Pour ce faire, l’étude exploratoire sera réalisée avec une approche qualitative d’analyse de contenu, pratiquée selon deux intentions : formuler des hypothèses et identifier des recompositions en cours dans la trajectoire politique des instituts français et Goethe-Instituts, et des récents ICFA. La finalité de l'étude n’est pas de mesurer les effets en matière de résultats, mais bien de saisir la restructuration de la politique de promotion culturelle transnationale et de montrer le rôle des acteurs et actrices dans certaines bifurcations ou orientations prises par la politique culturelle franco-allemande.

  • 10 La liste des entretiens est détaillée en annexe.

15Cette analyse de contenu reposera sur des rapports, documents de travail et publications sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Twitter) des institutions françaises et Goethe de Bichkek et de Ramallah, qui ont été croisés ; à cela s’ajouteront des entretiens semi-directifs10 avec les acteurs et actrices de cette diplomatie publique transnationale à l’institut culturel franco-allemand de Ramallah et du futur institut culturel franco-allemand de Bichkek.

Le cas de l’ICFA Ramallah

Contextualisation – Proche-Orient, Territoires palestiniens, Ramallah

16La Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza représentent certains des territoires occupés par Israël depuis 1967 et composent ce que la France définit comme les Territoires palestiniens11 et ce que l’Allemagne, dans une traduction similaire, désigne comme « die Palästinensischen Gebiete ». L’Organisation des Nations unies (ONU) emploie la dénomination de « territoires occupés » dans la résolution 242 (adoptée en 1967) puis, depuis la résolution 58/292 du 6 mai 2004, la notion de « territoires palestiniens occupés ». Ramallah, qui est la capitale administrative de facto de l’Autorité palestinienne, se situe en Cisjordanie et son agglomération est composée de 326 008 habitant·es en 2017, sa population est très jeune : environ 55 % de la population a moins de 24 ans12.

  • 13 « Procedure for entry and residence of foreigners in the Judea and Samaria Area », gov.il, 20 févr (...)

17Depuis le premier mandat de B. Netanyahou comme Premier ministre israélien, le développement des colonies s’est accéléré avec, par exemple, la légalisation de 53 colonies implantées en Cisjordanie à laquelle Israël fait référence en tant que Judée-Samarie, malgré la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies du 23 décembre 2016 qui a clairement rappelé que la colonisation, sous toutes ses formes, est illégale au regard du droit international. À cette tension géographique s’ajoute depuis le 20 octobre 2022 une nouvelle restriction des libertés individuelles avec la mise en application d’une procédure d’entrée en Cisjordanie enclavant encore plus la population palestinienne13.

18Les politiques artistiques et culturelles mises en œuvre à Ramallah témoignent de la volonté de réinvestir les centres-villes et de construire une métropole culturellement dynamique. En effet, la capitale jouit de facto d’une scène culturelle assez dynamique depuis les accords d’Oslo de 1993, avec des écoles de musique, des espaces d’expositions, des centres culturels et d’arts visuels. De plus, tous ces espaces d’art et de culture se trouvent localisés dans le vieux centre de Ramallah.

Le choix de Ramallah pour un ICFA

19La situation géopolitique israélo-palestinienne peut faire écho aux divergences qui ont opposé pendant plus de 70 ans la France et l’Allemagne. Ce conflit est désormais dépassé depuis 1963, date à laquelle le traité de l’Élysée a scellé la réconciliation entre les deux pays. Depuis, une collaboration s’est instaurée entre les deux pays. Elle s’illustre par la création des ICFA suite au traité d’Aix-la-Chapelle, initiative qui pourrait servir d’inspiration pour un éventuel rapprochement entre Israël et Palestine.

20Traditionnellement traitée par la diplomatie européenne, la question palestinienne, prend principalement place dans le cadre de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC). L’UE a cherché à définir une position commune, ce qui n’a pas été sans difficulté pour les États membres qui ont eu du mal à trouver un consensus en raison de leurs points de vue parfois divergents. Cette absence d’accord a empêché le Conseil d’association entre l’UE et Israël de se tenir pendant dix ans, bloquant les négociations de coopération avec l’État hébreu, mais aussi d’aborder la question du conflit palestinien, qui a néanmoins pu se réunir le 3 octobre 2022.

21La Palestine est devenue le lieu d’une lutte d’influence entre les bailleurs occidentaux et arabes, l’UE y participe à hauteur de 600 millions d’euros par an dans la région (dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban et en Syrie) avec des financements alloués à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugié·es de Palestine dans le Proche-Orient. L’UE cofinance aussi des projets pour promouvoir l’engagement civique avec par exemple la radio Atheer14, projet porté par le Goethe-Institut et qui se trouve dans les locaux de l’ICFA.

  • 15 À ce titre, la Turquie délivre de nombreuses bourses d’études avec le « Turkiye Scholarship Gradua (...)

22Après le mandat de D. Trump, un retour des États-Unis dans la zone s’observe aussi avec une nette reprise de l’aide internationale, ceux-ci disposant d’une forte influence sur le territoire en parallèle d’initiatives étatiques individuelles de pays non arabisants. L’Allemagne, la Norvège, la Grande-Bretagne, la France et le Japon sont parmi les pays les plus engagés à aider les Palestinien·nes. Les pays arabes investissent aussi très fortement en Palestine, au premier rang desquels se trouvent l’Arabie saoudite, mais aussi, au niveau de l’éducation, la Turquie, avec un important programme de bourses d’études15.

23Néanmoins, c’est dans ce contexte, depuis 2004, que le centre culturel franco-allemand (CCFA) rassemble deux institutions sous un même toit : le Goethe-Institut Territoires palestiniens et l’Institut français de Jérusalem – antenne de Ramallah. Cette initiative n’était pas liée à une volonté politique, mais elle était le fruit d’une action isolée des acteurs locaux et actrices locales (Schäfer et Schmid, 2005). Le CCFA a évolué au cours des années, et ce, après le traité d’Aix-la-Chapelle, pour devenir, en juin 2022, l’institut culturel franco-allemand (ICFA) de Ramallah, toujours sous la forme d’une colocalisation.

  • 16 Il est important de dissocier la présence d’un Institut français d’Israël, basé à Tel-Aviv et ayan (...)

24L’antenne de l’Institut français de Ramallah dépend de l’Institut français de Jérusalem et elle est rattachée au service de coopération et d’action culturelle (SCAC) du consulat de France à Jérusalem pour les Territoires palestiniens. Le fonctionnement des instituts et centres culturels a profondément évolué depuis 2010, dans le cadre de la réforme ainsi que de la création de l’Institut français à Paris. Une seule appellation est adoptée, celle d’Institut français, avec la fusion des instituts et du SCAC. Le conseiller/la conseillère de coopération et d’action culturelle (COCAC) est alors institué·e en tant que directeur/directrice de l’Institut français dans chaque pays du monde où se trouve un tel établissement. L’Institut français vient en appui aux 137 services de coopération et d’action culturelle des ambassades de France, ainsi qu’aux 93 Instituts français et 135 antennes répartis dans le monde (relevant du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères16). Il est aussi important de préciser que les instituts conservent leur autonomie financière et en font bénéficier toutes les activités du SCAC (Lombard, 2022).

25Le Goethe-Institut est l’Institut culturel de la République fédérale d’Allemagne qui opère dans le monde entier et, bien qu’il soit financé par l’État, il affiche une distance vis-à-vis du pouvoir central (Lequesne, 2021), il travaille en partenariat avec le « Deutsches Vertretungsbüros Ramallah », présent depuis 1998 à Ramallah. Le choix de Ramallah s’est ainsi fait naturellement, car « Ramallah est un bon endroit avec une société civile dynamique, avec beaucoup de jeunes qui parlent bien l’anglais, qui s’intéressent à l’Allemagne et à la France. Il s’agit toujours de deux institutions au même endroit qui coopèrent aussi étroitement que possible, mais l’une est française, l’autre est allemande » (responsable au Goethe-Institut Ramallah, 2022).

  • 17 « Inauguration du nouvel institut franco-allemand Kultur Ensemble », Institut Français de Jérusale (...)

26L’ICFA relève aussi d’une autre dimension encore plus symbolique dans les Territoires palestiniens. « Dans la plupart de mes discours de chef de mission, nous faisons référence à 120 ans d’inimitié entre la France et l’Allemagne. Et nous utilisons généralement cela comme un point explicatif que l’animosité, la haine et l’histoire de la guerre peuvent être surmontées » (diplomate allemand à Ramallah, 2022). À cela s’ajoutent la volonté de créer un tiers-lieu qui, selon un·e responsable du Goethe-Institut Ramallah, est rare en Palestine, pour y accueillir un espace de culture diversifiée et inclusive17.

Le cas du projet ICFA de Bichkek

Contextualisation – Asie centrale, Kirghizistan, Bichkek

  • 18 Dans son sens le plus élargi, l’Unesco y ajoute le sud de la Sibérie, la Mongolie, le Xinjiang, le (...)
  • 19 C. Putz, « Parviz Mullojonov on the Kyrgyzstan-Tajikistan Border Dispute. What explains the dramat (...)
  • 20 En 2020, le Kirghizistan avait un indice de démocratie de 4,21 (France : 7,99). Même si ce dernier (...)

27Le Kirghizistan est l’une des 15 républiques issues de l’éclatement de l’URSS en 1991. Le pays est situé en Asie centrale, composée – dans le sens étroit de la notion18 – de quatre autres anciennes républiques de l’URSS : le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan et le Tadjikistan. Le Kirghizistan borde aussi la Chine avec une frontière de 1 063 kilomètres au niveau de la région autonome du Xinjiang. Il existe des conflits frontaliers avec l’Ouzbékistan et le Tadjikistan pour des raisons ethniques, de tracés arbitraires des frontières datant de l’URSS, mais aussi de gestion des ressources – notamment de l’eau. Les affrontements avec les Tadjiks en septembre 2022 ont fait plus de 100 mort·es et des milliers de déplacé·es19. Le Kirghizistan est longtemps resté l’une des rares démocraties dans la région. Sa situation intérieure se détériore toutefois depuis ces dernières années20.

  • 21 National Statistical Committee of the Kyrgyz Republic, population 2022. Accès : http://www.stat.kg (...)
  • 22 « За рубежом работает 1 миллион 188 тысяч граждан Кыргызстана » [1,188 million de citoyen·nes kirg (...)
  • 23 « Частичная мобилизация. Депутаты обеспокоены наплывом россиян в Кыргызстан », [Mobilisation parti (...)
  • 24 Ces statistiques sont toutefois à relativiser. La source n’indique pas clairement les motivations (...)

28La capitale du Kirghizistan est Bichkek. Sa population est très jeune : environ 50 % de la population a moins de 25 ans21. Toutefois, à cela s’ajoute une forte émigration de la population en âge de travailler. Avant la guerre en Ukraine, plus d’un million de Kirghizes vivaient à l’étranger, notamment en Russie22. Cependant des changements notables sont observables depuis ces derniers temps : certain·es Kirghizes sont revenu·es et environ 190 000 Russes sont arrivé·es sur le territoire depuis l’annonce de la mobilisation partielle le 21 septembre 202223 24. En termes de culture, la capitale du pays jouit d’une scène culturelle relativement dynamique, avec cependant des infrastructures datant pour la plupart de l’URSS (Philharmonie, théâtre d’opéra et de ballet, théâtre russe d’art dramatique, musée national des Beaux-Arts, cinéma Ala-Too, bibliothèque nationale, bibliothèque Bayalinov, musée national d’Histoire, etc.). Bichkek abrite aussi une culture « grassroots » en pleine effervescence, faite de multiples initiatives de petite et moyenne envergure (centre culturel « Kuduk », Lab CI, BishCA, théâtre 705, festival « Kol Fest » par exemple). Cette scène culturelle est portée par une jeunesse dynamique. À ce niveau, l’arrivée massive récente de Russes offre l’opportunité d’augmenter encore plus la demande culturelle, mais elle menace aussi le pays d’une insécurité culturelle alors que la construction de l’identité nationale kirghize est encore en développement (Kadirov et Shanov, 2021).

Le choix de Bichkek pour le futur ICFA

29Comme évoqué plus haut, le choix d’implantation d’un ICFA nécessitait une coopération institutionnelle sur place déjà bien rodée, avec une situation géopolitique justifiant un tel investissement.

  • 25 L’OET est une organisation créée en 2009, regroupant l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan (...)
  • 26 À ce titre, voir le rapport de A. Houguet et M. Akmatova sur les relations entre les différentes « (...)
  • 27 Par exemple, le théâtre d’art dramatique Tchinguiz Aïtmatov à Bichkek devrait être rénové en parti (...)

30Pour ce qui est du dernier aspect, le Kirghizistan est resté jusqu’en 2021 la seule démocratie, même si imparfaite, d’Asie centrale selon Economist Intelligence Unit (2022). Sa situation est précaire et le pays est soumis à de multiples influences. Effectivement il est possible d’affirmer que le Kirghizistan est au centre d’un nouveau « Grand Jeu » entre États-Unis, Russie et Chine (Crone, 2006). À côté de ces trois puissances d’influence, la Turquie ne ménage pas ses ambitions dans la région, notamment par le biais de l’Organisation des États turciques (OET), dont le volet culturel et religieux est important25. Les gouvernements européens, en particulier l’Allemagne et la France, ne souhaitent pas laisser le jeu libre à ces quatre acteurs. Les diplomates de ces deux pays assurent qu’il est important de « faire entendre une voix ouest-européenne dans la région », même si la coopération franco-allemande ne dispose pas des mêmes moyens que les quatre autres grands soft powers cités plus haut26 . Ceux-ci jouent sur une autre échelle en finançant par exemple la construction de l’Université américaine d’Asie centrale côté États-Unis, celle de la Mosquée centrale de Bichkek côté turc, en entretenant l’infrastructure culturelle héritée de l’Union soviétique côté russe27, ou en investissant massivement dans les médias locaux côté chinois (Yau, 2022). Toutefois, la concurrence ne se fait pas tant ressentir puisqu’il existe des niches différentes selon les influences (responsable au Goethe-Institut Kasachstan, 2022). Côté allemand et français, on cible plutôt une élite culturelle sur laquelle exercer une attractivité européenne, tandis que côté russe, c’est plutôt la masse qui est visée pour attirer les travailleurs ou travailleuses immigré·es nécessaires à l’économie russe. De plus, la Chine n’est pas encore très attractive, pour la plupart des étudiant·es (Kulturabteilung, 2022). L’influence américaine, mais aussi coréenne et japonaise, se fait quant à elle ressentir sur la population adolescente du pays, qui est plus jeune que le public ciblé par les événements franco-allemands (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022).

  • 28 Signé en 2014 ce protocole reconnaît officiellement l’Alliance française comme opérateur culturel (...)

31En ce qui concerne la coopération franco-allemande sur place, une heureuse coïncidence a fait que les ambassadeurs allemand et français ont proposé un rapprochement de deux institutions culturelles au moment où le traité d’Aix-la-Chapelle était en cours de préparation. Il s’agissait de l’Alliance française de Bichkek, association de droit local liée à l’ambassade de France au Kirghizistan par un protocole28, et une salle de lecture allemande soutenue par le Goethe-Institut d’Almaty. Ces deux institutions logeaient dans le même bâtiment : la bibliothèque Bayalinov, située en plein centre-ville. Cette initiative locale de rapprochement institutionnel a abouti à ce que Bichkek figure sur la liste des futurs instituts culturels intégrés en annexe du traité d’Aix-la-Chapelle, aux côtés d’Erbil, de Palerme et de Rio de Janeiro.

  • 29 La situation pourrait avoir évolué lorsque cet article sera publié, car, du côté français, un atta (...)
  • 30 Ici aussi, la situation pourrait changer lorsque cet article sera publié : les Allemand·es réfléch (...)

32Cette décision ne doit pas masquer le fait qu’au moment de la signature du traité le projet de l’ICFA Bichkek reposait sur une structure institutionnelle fragile dans un milieu extrêmement compétitif en termes de soft power. En effet, l’Alliance française est de petite taille avec un budget réduit. Certes, il s’agit d’une association de droit local liée à la France, mais ce n’est pas un Institut français, c’est-à-dire un véritable centre culturel rattaché au SCAC de l’ambassade. Un tel service n’existe pas (encore) au Kirghizistan, où l’ambassade de France est un simple poste de présence diplomatique, à format très réduit29. Côté allemand, il n’existe pas de Goethe-Institut à Bichkek. Le projet est piloté depuis Almaty, ce qui peut entraîner des difficultés de communication entre Allemand·es et Français·es (toutefois la coordination du projet côté allemand est implantée à Bichkek depuis l’été 2022). La présence culturelle allemande, assurée par un centre de langues et la salle de lecture mentionnée plus haut, semble aussi restreinte pour construire un projet franco-allemand solide : le premier est une structure privée soutenue ponctuellement par le Goethe-Institut et la seconde a perdu son statut30. La construction de l’ICFA Bichkek – contrairement à d’autres lieux, comme Palerme – devra donc se faire de manière quasiment ad hoc (diplomate français·e à Bichkek, 2022).

  • 31 À ce titre, « les Suisses sont très actifs et, depuis longtemps, le plus gros bailleur de fonds po (...)

33À cela s’ajoute une présence européenne limitée, sur laquelle l’ICFA devra néanmoins s’appuyer pour être visible face aux Russes, aux Américain·es, aux Chinois·es et aux Turcs et Turques. En effet, en plus de l’Allemagne et de la France, comme déjà évoqué, seule la Hongrie possède une représentation diplomatique au Kirghizistan. L’UE entretient une délégation auprès de la République kirghize qui est relativement active. Il existe aussi des coopérations ponctuelles avec les Suisses31 et, plus rarement, avec les Britanniques afin d’étoffer la présence européenne (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022).

34Si l’ICFA Bichkek, en tant que véritable institut culturel intégré, n’est pas encore finalisé, l’Allemagne et la France n’ont pas attendu son inauguration pour commencer à initier des projets culturels en commun sous les doubles auspices de l’Alliance française de Bichkek et du Goethe-Institut à Almaty. Ainsi, en ce qui concerne l’aspect communicationnel entre Allemand·es et Français·es, est-il nécessaire de différencier les négociations en cours afin de définir à quoi ressemblera le futur ICFA Bichkek et les mécanismes déjà existants dans la mise en place de projets culturels communs.

Communication interne franco-allemande : le défi interculturel de l’ICFA

  • 32 Cela est notamment le cas localement, par exemple à Erbil et à Córdoba, où en vue de la mise en pl (...)

35Un des premiers problèmes qui se pose pour communiquer en franco-allemand est celui de la langue. Il n’est pas rare que les partenaires allemand·es maîtrisent la langue de Molière. Ainsi le français est-il parfois utilisé comme langue de travail la réciproque est plus rare (chargé·e de communication du Goethe-Institut à Ramallah, 2023). Dès lors qu’un collègue ne parle pas la langue du ou de la partenaire, l’anglais devient la langue principale de communication (idem). Avec le français, cette langue est majoritairement utilisée entre les ministères allemands et français ainsi qu’au siège du Goethe-Institut (chargé·e de projet du Goethe-Institut, administration centrale, 2023). C’est l’anglais qui prime entre les directions au niveau régional (responsable du Goethe-Institut Kasachstan, 2022) et dans la mise en place des projets au jour le jour entre les coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022). À cet échelon, le russe est aussi une langue de communication en fonction des sujets et des projets. Le défi linguistique est important, en effet parler anglais fait perdre parfois quelques subtilités lorsque ce n’est la langue maternelle d’aucun des interlocuteurs/interlocutrices (Barbier, 2016). L’apprentissage de la langue du ou de la partenaire s’avère donc être une priorité pour surmonter certaines incompréhensions interculturelles32.

  • 33 À ce titre, l’invasion russe en Ukraine et les tensions géopolitiques qui s’en suivent ont eu pour (...)

36Par ailleurs, Allemand·es et Français·es n’ont pas la même manière de fonctionner, du moins en ce qui concerne la diplomatie culturelle. Nous prendrons majoritairement des exemples de l’ICFA de Bichkek, mais la situation se transpose facilement au contexte de l’ICFA de Ramallah. En ce qui concerne les différent·es interlocuteurs et interlocutrices, les discussions ont lieu en format tripartite entre le MEAE, côté français, l’Auswärtiges Amt (AA – « Office des Affaires étrangères ») et le Goethe-Institut de Munich, côté allemand. Les instituts régionaux du Goethe, qui jouent un rôle important dans la mise en place des ICFAs, n’ont pas vraiment d’équivalent côté français (chargé·e de projet du Goethe-Institut, administration centrale, 2023)33. L’ambassadeur de France a comme principale interlocutrice la directrice du Goethe-Institut à Almaty et non l’ambassadrice de l’Allemagne au Kirghizistan. De plus, le Goethe-Institut a cette culture d’indépendance vis-à-vis du pouvoir politique (responsable du Goethe-Institut Ramallah, 2022). Cela concerne non seulement les autorités locales, mais aussi l’appareil diplomatique allemand. Il assume sa distance vis-à-vis de ce dernier, même si les coopérations sont nombreuses (Kulturabteilung, 2022) et qu’il reste subventionné par l’AA. Le Goethe-Institut affirme également son indépendance vis-à-vis des postes diplomatiques français sur les projets ICFA : « Tous les autres Goethe-Instituts travaillent seuls. Ils n’ont pas à lutter en permanence avec le consulat français. Ils n’avaient pas à lutter pour savoir quelles langues nous pouvons utiliser, et ils n’avaient pas à lutter pour ne pas utiliser les mêmes systèmes. Ainsi les autres Goethe-Instituts ont moins de difficultés, c’est certain » (chargé·e de communication du Goethe-Institut à Ramallah, 2023).

37Côté français, les acteurs et actrices de la diplomatie culturelle sont étroitement lié·es aux ambassades. Dans la plupart des pays, il existe une fusion entre les SCAC et les Instituts français : le conseiller/la conseillère de coopération et d’action culturelle est aussi le directeur/la directrice de l’Institut. Ce dernier/cette dernière est ainsi mis·e sous tutelle de l’ambassade. Au Kirghizistan, le corps diplomatique français ne souhaite pas abandonner ses prérogatives en matière de culture dans le projet de l’ICFA Bichkek : « Il ne sera pas autonomisé [...]. En tout cas, la programmation annuelle de l’ICFA devra être validée par l’ambassadeur de France » (diplomate français·e à Bichkek, 2022). De son côté, le Goethe-Institut à Almaty aimerait « que cet institut soit indépendant et […] qu’il puisse agir le plus librement possible » (responsable au Goethe-Institut Kasachstan, 2022). Les différences institutionnelles entre les deux pays semblent donc être un point majeur pour de possibles incompréhensions. Il faudra pourtant trouver un accord qui puisse satisfaire « la juridiction française et la juridiction allemande sur le sol kirghiz » (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022).

38Au Kirghizistan, s’il existe une concurrence franco-allemande dans certains pays et domaines, il n’y a pas de situation concurrentielle en matière culturelle. Chacun a son public. Le but de l’ICFA est justement d’atteindre ces deux publics (Kulturabteilung, 2022) et de partager ses réseaux dans le domaine de la culture (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022). En termes de financement, la parité est de mise. Sur certains projets, il est possible d’avoir un déséquilibre « de l’ordre de 60 %/40 %, voire 70 %/30 %, mais jamais plus » (diplomate français·e à Bichkek, 2022). Là encore, les systèmes comptables sont différents et entraînent des difficultés supplémentaires dans le financement commun des projets (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022).

39Nous avons vu que la langue et les différences institutionnelles entre l’Allemagne et la France peuvent complexifier la communication interculturelle, les aspects financiers et concurrentiels ne semblant pas jouer un rôle majeur ici. En revanche, des relations interpersonnelles franco-allemandes amicales peuvent faciliter la mise en place des projets. Est-il nécessaire de rappeler que ce sont elles qui, au niveau local, ont initié le projet ICFA Bichkek ? Tous les acteurs et actrices interviewé·es affirment a minima avoir des rapports professionnels et des contacts réguliers entre eux, même si lors de la pandémie les échanges réalisés uniquement en ligne ont rendu les relations moins personnelles et ont réduit la proximité (responsable au Goethe-Institut Kasachstan, 2022). À Bichkek, les rapports semblent chaleureux (diplomate français·e à Bichkek, 2022) ; il en est de même entre les deux coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022). À cause de la distance géographique – les deux institutions ne se situant ni dans la même ville ni dans le même pays – les rapports entre le Goethe-Institut à Almaty et l’ambassade de France en sont restés au niveau cordial et professionnel sans aller plus loin (responsable au Goethe-Institut Kasachstan, 2022). Si la rotation des postes apporte un nouvel élan et d'idées fraîches, les partenaires allemands et français doivent apprendre à se connaître et à établir de nouvelles méthodes de coopération (chargé·e de projet du Goethe-Institut, administration centrale, 2023). Ainsi, en ce qui concerne le personnel allemand et français, « l’envie et l’enthousiasme sont là [pour la mise en place des ICFA], même si ce n’est pas si simple qu’il n’y paraît, et que ça peut être exigeant » (chargé·e de projet du Goethe-Institut, administration centrale).

40Malgré certaines difficultés liées à la langue, aux différents systèmes diplomatiques et à la distance, la personne en charge de la communication du Goethe-Institut à Ramallah (2023) déclare, elle, à propos de l’ICFA de cette ville, que « le fait de travailler dans cet environnement et avec nos collègues français n’est pas seulement une source de difficultés, c’est aussi une valeur ajoutée ». Lorsqu’on lui demande si elle travaille pour les Français·es ou les Allemand·es, elle rétorque : « Je travaille pour tous. Cela ne fait aucune différence ».

Communiquer un projet franco-allemand vers l’extérieur : le défi transculturel de l’ICFA

  • 34 Tous les chiffres concernant les abonné·es côté Bichkek datent du 15 avril 2023.

41Puisque l’ICFA Bichkek n’existe pas encore à proprement parler, il n’a pas encore de page sur les réseaux sociaux. Les projets organisés entre l’Alliance française et le Goethe-Institut à Almaty sont communiqués sur leurs pages respectives. L’Alliance française dispose d’un site internet, d’une page Instagram (3,6k abonné·es34) et d’une page Facebook (3,4k abonné·es). Côté allemand, le Goethe-Institut à Almaty (@goetheinstitut_kasachstan), en plus de son site internet, a une page Instagram (6,9k abonné·es) et Facebook (4,2k abonné·es). L’information est également relayée par l’ambassade de France au Kirghizistan (Facebook, 2,5k abonné·es), l’ambassade d’Allemagne (Instagram, 9,1k abonné·es ; Facebook, 4,7k abonné·es), le centre de langue allemande (Instagram, 4,2k abonné·es ; Facebook, 2,8k abonné·es), la délégation de l’UE au Kirghizistan (Instagram, 5,7k abonné·es ; Facebook, 17k abonné·es), les établissements partenaires et l’annonceur d’événements locaux Sxodim Bichkek (Instagram, 227k abonné·es). Ceci permet ainsi d’atteindre une assez large partie de la population bichkékoise. Les abonné·es du Goethe-Institut à Almaty sont toutefois majoritairement basé·es dans la ville kazakhe et se sentent moins concerné·es par les annonces franco-allemandes à Bichkek.

  • 35 Tous les chiffres concernant les abonné·es de l’ICFA de Ramallah datent du 1er décembre 2022.

42Pour sa part, l’ICFA de Ramallah a été officiellement inauguré le 8 juin 2022 et s’est vite doté d’une page Instagram (419 abonné·es35) et d’une page Facebook (17k abonné·es), gérée par le service de communication du Goethe-Institut de Ramallah. Les projets organisés entre l’antenne de Ramallah de l’Institut français de Jérusalem et le Goethe-Institut de Ramallah sont aussi communiqués sur leurs pages respectives. Le côté français dispose d’un site internet pour l’Institut de Jérusalem, d’une page dédiée à l’antenne de Ramallah sur Instagram (1 674 abonné·es) et d’une page Facebook (5,8k abonné·es). Côté allemand, le Goethe-Institut, en plus de son site internet, a une page Instagram (2 243 abonné·es) et Facebook (12k abonné·es). L’information est également relayée par le consulat de France à Jérusalem (Twitter, 4,6k abonné·es ; Facebook, 9,9k abonné·es), l’office de Représentation allemand à Ramallah (Twitter, 2,4k abonné·es ; Facebook, 1,6k abonné·es), la délégation de l’UE et les Palestiniens (Instagram, 11,8k abonné·es ; Facebook, 160k abonné·es). Ceci permet d’atteindre une assez large partie de la population de Ramallah et de son agglomération. En effet, 56,8 % des visites des pages Facebook de Kultur Ensemble sont faites depuis les Territoires palestiniens, 9,9 % depuis Israël, 6,1 % depuis l’Allemagne, 5,1 % depuis l’Égypte, 3 % depuis la France, 2,5 % depuis les USA, 1,6 % depuis la Jordanie, pour les lieux de connexion des visiteurs (communication du Goethe-Institut, 2023). Ceci ramène aussi à l’analyse portant sur la politique linguistique : « Il y a un public local qui est notre public ciblé. Mais il y a aussi une communauté internationale touchée par la communication dans les réseaux sociaux, on veut ainsi démontrer et montrer globalement ce qu’on fait. Ce n’est pas la priorité numéro un pour la communication. Mais évidemment, ça vient aussi avec l’avantage de pouvoir montrer les activités à l’international » (responsable du Goethe-Institut Ramallah, 2022).

43En revanche, en ce qui concerne le nom et le logo de l’institut, ils ont déjà été établis au préalable au niveau ministériel. Le choix s’est porté sur « Kultur Ensemble » pour les instituts culturels franco-allemands (qu’ils soient colocalisés ou intégrés). Il s’agit d’un mot allemand et d’un mot français compréhensibles par les deux parties (en allemand « Ensemble » signifie un ensemble musical). On y retrouve l’idée principale qui est de faire culture ensemble. Au niveau du logo, les deux drapeaux s’entrecroisent dans un globe. Ainsi les symboles nationaux y sont repris. Il aurait été en effet possible d’imaginer une identité visuelle franco-allemande moins basée sur les armoiries. À Rio de Janeiro – en attendant l’inauguration de l’institut –, un autre choix a été fait avec une traduction en portugais « Juntes na Cultura » et l’intégration des couleurs brésiliennes dans le logo : « Cet ICFA nous le voulions vraiment territorial et impliqué dans la vie culturelle locale » (diplomate français·e à Rio, 2022).

44Si la dénomination de l’Institut en deux langues paraît être une évidence à Paris et à Berlin/Munich, la communication dans le pays concerné est plus ardue. Le Kirghizistan a deux langues officielles : le kirghize et le russe, les Territoires palestiniens ont une langue officielle, l’arabe. Les visuels des différents projets peuvent ainsi être composés en quatre langues, comme lors du Festival de cinéma franco-allemand « Femme Welle » (AF/GI, 01/06/2022). À la suite des affrontements frontaliers avec le Tadjikistan à partir du 14 septembre 2022, une des soirées de jazz « Maqom » coorganisées par les coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek a été annulée « par respect et solidarité envers les victimes » (AF, 17/09/2022). Les stories Instagram de l’Alliance française et du Goethe-Institut ont été rédigées en quatre langues (dans l’ordre : français, allemand, russe – au centre –, kirghize) pour prévenir les intéressés (idem). L’anglais s’ajoute parfois sur les visuels (voir AF/GI, 17/05/2022 et GI, 17/05/2022) pour des raisons de traduction et d’anglicisme (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022). Lors des événements, la communication peut se faire jusqu’en cinq langues. Lors du concert de musique classique joué en duo par le Français Maxime Zecchini et l’Allemand Theo Bross, les salutations se sont faites en kirghize, les discours des ambassadeurs allemand et français ont été prononcés dans leur langue respective avec une traduction en russe, tandis que les musiciens ont expliqué leurs morceaux en anglais. Dans le cas de l’ICFA de Ramallah, les publications sur les pages communes se font en deux langues, l’arabe puis l’anglais. L’anglais supplante les langues des institutions hôtes pour promouvoir l’institut dans l’esprit d’un tiers-lieu permettant des rencontres informelles et des interactions sociales. La démarche favorise la créativité et les projets collectifs avec une approche éthique, inclusive et écologique (Kultur Ensemble, 2022). « L’arabe et l’anglais sont les deux langues les plus utilisées pour la plupart de nos communications. L’arabe, à cause de la population locale. Si nous organisons des événements culturels, ce sont surtout les locaux qui viennent. L’arabe est donc la langue la plus importante, mais il y a aussi une grande communauté d’expatriés qui vivent surtout ici à Ramallah, et ce sont eux qui comprennent l’anglais » (chargé·e de communication du Goethe-Institute à Ramallah, 2023). Pour les publications propres à l’antenne de l’Institut français à Ramallah, l’usage est principalement la publication en arabe, puis en français et pour le Goethe-Institut, en arabe et en anglais. Mais, dans le cadre de la newsletter de l’ICFA, les quatre langues sont utilisées, l’Institut français ayant pour usage d’utiliser le français, ce qui conduit par souci d’équité à la création d’une version en langue allemande.

  • 36 Il s’agit de la mise en place de plusieurs événements autour des langues européennes : les enfants (...)

45Pour ce qui est de l’aspect graphique, le dénominateur commun reste la présence des nombreux et différents logos en bas des visuels. Concernant les publications sur les réseaux de l’ICFA de Ramallah, on observe l’utilisation du logo de « Kultur Ensemble » et parfois de celui du fonds culturel franco-allemand (Kultur Ensemble, Ramallah, 2022, 18/10/2022). L’accent est ensuite plus porté sur l’événement en lui-même que sur des traits nationaux de l’Allemagne et de la France ou une forme d’identité commune (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022) qui serait basée sur des belligérances révolues, « une amitié éternelle, locomotive de l’intégration européenne, au service de l’idéal de paix et de développement » (diplomate français·e à Bichkek, 2022). À ce niveau, les coordinatrices rappellent toutefois qu’il s’agit plutôt de valeurs européennes portées par une institution franco-allemande (coordinateur·ices projet ICFA Bichkek, 2022). Ces dernières transparaissent explicitement sur deux visuels montrant une femme émancipée pour le Festival de cinéma « Femme Welle » (AF/GI, 17/05/2022 ; GI, 17/05/2022 ; AF/GI, 01/06/2022). Les questions écologiques ressortent sur le visuel de l’exposition « Kondicioner ne rabotayet » [L’air conditionné ne fonctionne pas] au Novotel de Bichkek (CCK, 14/11/2022). Ainsi que la mise en valeur du plurilinguisme avec l’organisation de la journée européenne des langues à Ramallah36 (KE-R, 05/10/2022). Pour ce qui est des autres publications, que ce soit au Kirghizistan ou en Palestine, c’est peut-être l’idée de « faire (de la) culture ensemble » qui transparaît (AF/GI, 09/09/2022 ; AF/GI, 14/09/2022), bien que pour la soirée musicale « Ritmo Fest » à Bichkek, les visuels ont été réalisés séparément (AF, 07/06/2022 ; GI, 08/06/2022 ; GI, 19/06/2022). Enfin, les couleurs et les symboles nationaux des deux pays n’apparaissaient sur aucune des publications – si ce n’est sur les logos. À ce niveau, il est important de noter que le projet ICFA Bichkek ne réalise pas lui-même tous les visuels (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022), notamment en ce qui concerne la série d’événements organisés dans le cadre du projet « Eco-Art » en partenariat avec le centre culturel « Kuduk » ou la Fête de la musique. Le Goethe-Institut à Almaty a réalisé les visuels pour l’appel à projet (AF/GI, 17/05/2022 ; GI, 17/05/2022), le Festival de cinéma « Femme Welle » (AF/GI, 01/06/2022) et les concerts de jazz « Maqom » (AF/GI, 09/09/2022). Pour le reste, il s’agit de designers locaux/locales auxquel·les les coordinatrices ont laissé une grande liberté de création (coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 2022).

  • 37 Le logo et le slogan « Kultur Ensemble » seront toutefois utilisés dès que l’ICFA sera mis en plac (...)

46La plupart des événements organisés par le projet ICFA Bichkek ont rencontré un franc succès. Les concerts de musique classique du 22 octobre 2022 et du 21 janvier 2023 ont fait plus que salle comble. Une partie du public est restée debout sans place assise, une autre a dû être refusée à l’entrée, car les capacités de la Philharmonie ont largement été dépassées. Le vernissage de l’exposition « Kondicioner ne rabotayet » [L’air conditionné ne fonctionne pas] a aussi attiré de nombreuses personnes intéressées par l’art contemporain. Il existe un réel engouement de la part de la population pour ce genre d’événements (Kulturabteilung, 2022). Le côté franco-allemand des manifestations organisées par le projet ICFA Bichkek ne semble toutefois pas transparaître au niveau du public : il manque pour cela une identité visuelle commune (coordinateur·ices projet ICFA Bichkek, 2022)37. Les partenaires locaux/locales, quant à eux/elles, en prennent conscience après de longues explications (id.). Certain·es s’en émerveillent, comme le directeur adjoint de la Philharmonie avant le concert de musique classique : « C’est magnifique, Allemands et Français, vous jouez un concert ensemble après toutes ces années. Si nous pouvions faire pareil avec les Kirghizes et les Tadjiks… » (id.).

47Ainsi le couple franco-allemand promeut-il les mêmes valeurs et se présente lui-même comme un modèle de paix. Toutefois, la manière de les promouvoir diffère selon les deux pays. Le compromis entre coopération culturelle et promotion culturelle évoqué plus haut transparaît sur le programme commun de l’Alliance française de Bichkek et du Goethe-Institut à Almaty. L’approche française consiste en la venue d’un duo franco-allemand et afin qu’ils s’expriment devant un public kirghiz nombreux – comme ce fut le cas avec les concerts de musique classique. L’approche allemande s’efforce quant-à-elle d’exploiter le potentiel de la synergie qui peut émaner d’un échange interculturel entre Français·es, Allemand·es et locaux/locales. En suivant ce raisonnement, la France met plutôt l’accent sur la présence de Mathis Rochat et Florian Schmidt-Barta à la Philharmonie pour les 60 ans du traité de l’Élysée. Côté allemand, c’est plutôt le fait de mettre le duo au contact des étudiant·es du conservatoire afin d’engager un dialogue interculturel fructueux qui semble important. Ce compromis n’entrave pas les possibilités d’actions des deux pays, mais, au contraire, y ajoute une plus-value : la diplomatie culturelle transnationale franco-allemande peut bénéficier des points forts du rayonnement de la France à l’étranger et de l’engagement allemand pour le dialogue interculturel.

Conclusion

48La diplomatie culturelle transnationale n’en est qu’à ses prémices. L’Allemagne et la France en sont les précurseuses. Si elle est incarnée par les ICFA, elle prend des formes différentes selon les lieux où les instituts sont implantés. Les grands traits de la coopération sont certes dessinés au niveau ministériel et avec les opérateurs centraux. La mise en place concrète des ICFA revient cependant aux acteurs et actrices diplomatiques locaux/locales qui doivent faire preuve de pragmatisme selon les contextes. Ainsi il n’y aura-t-il pas un modèle de diplomatie culturelle transnationale, il n’y aura pas simplement deux types d’ICFA – colocalisés ou intégrés –, mais un fonctionnement spécifique à chaque institut.

49Le développement des ICFA repose donc en partie sur la bonne volonté des acteurs locaux et actrices locales allemand·es et français·es, notamment là où il y a nécessité de se serrer les coudes dans des contextes économiques et politiques délicats en mutualisant les ressources. Les acteurs et actrices doivent surmonter beaucoup de barrières : si l’aspect linguistique joue un rôle secondaire dans la communication entre Allemand·es et Français·es, ce sont les différents systèmes administratifs et diplomatiques qui posent le plus de défis dans la mise en place des ICFA. Il est donc nécessaire de comprendre le fonctionnement de l’autre, mais aussi de trouver un compromis entre autonomie et tutelle administrative. À ceci s’ajoute une accommodation aux réalités locales selon la législation, la situation politique et l’infrastructure culturelle du pays.

50La diplomatie culturelle d’un pays cible finalement un public restreint. Il n’y a pas de concurrence en termes de soft power à proprement parler. Chaque puissance d’influence a ses niches. Les ICFA ne mutualisent pas vraiment les publics francophone et germanophone. Le profil et le nombre des personnes présentes aux événements organisés dans les tiers-lieux ou qui sont touchées par la communication numérique dépassent largement ce cadre. Il ne s’agit donc pas de promouvoir la culture nationale en espérant une retombée sur les cours de langue ou de faire plaisir à une population déjà adepte de l’Allemagne ou de la France. Il s’agit plutôt de faire entendre une voix ouest-européenne décuplée par la présence franco-allemande. Via les réseaux sociaux, elle permet la mise en place d’interactions entre les publics locaux et les publics à l’échelle internationale. Cela concerne aussi bien la valorisation des actions menées et la promotion notamment des thématiques du multilinguisme, de la diversité culturelle, de l’égalité des genres, de l’écologisme ou des processus de paix. À ce niveau, l’expérience franco-allemande est hautement symbolique à Bichkek et à Ramallah. Elle apporte une note d’espoir à la résolution de conflits locaux profondément enracinés depuis des générations.

Haut de page

Bibliographie

Antor H., 2020, « Interculturality or Transculturality? », dans G. Rings et S. Rasinger (éds), The Cambridge Handbook of Intercultural Communication, Cambridge, Cambridge University Press, p. 68-82.

Audinet M., 2021, Russia Today (RT). Un média d’influence au service de l’État russe, Bry-sur-Marne, INA Éd.

Barbier J.-C., 2016, « Les dommages de l’anglais comme langue véhiculaire : tous les niveaux de la société contemporaine en Europe sont concernés », Hermès. La Revue, 75 (2), p. 111-119. https://doi.org/10.3917/herm.075.0111

Barrault-Stella L. et Goastellec G., 2015, « Introduction : L’éducation entre sociologie et science politique, des convergences contemporaines à leurs limites », Éducation et sociétés, 36 (2), p. 5-18. https://doi.org/10.3917/es.036.0005

Baumer C., 2012, The History of Central Asia. The Age of the Steppe Warriors, vol. 1, Londres/New York, I.B. Tauris.

Bjola C., Cassidy J. et Manor I., 2019, « Public Diplomacy in the Digital Age », The Hague Journal of Diplomacy, 14 (1-2), p. 83-101.

Crone O., 2006, « Rivalités géostratégiques en Asie centrale : le Kirghizstan au centre d’un nouveau “Grand Jeu” ? », Outre-Terre, 16 (3), p. 329-343. https://doi.org/10.3917/oute.016.0329

Demesmay C., 2022, « Les outils de la diplomatie culturelle et d’influence : analyse comparatiste France-Allemagne », Revue internationale et stratégique, 127 (3), p. 145-153.

Economist Intelligence Unit (EIU), 2022, Democracy Index 2021: The China Challenge, rapport. https://www.eiu.com/n/campaigns/democracy-index-2021/

Hanson F., 2012, « Baked in and wired: eDiplomacy@State », Foreign Policy Paper Series, Washington, Brookings Institution, 25 oct. 2012, p. 1-41.

Hooghe I. (d’), 2015, China’s Public Diplomacy, Leiden/Boston, Brill/Nijhoff.

Houguet A., 2022, La Diplomatie culturelle allemande et française en fédération de Russie. Entre soft power et accommodation, thèse de doctorat en sciences du langage, Université de Rouen Normandie/Université de technologie de Chemnitz et Haute école de Zittau/Görlitz.

Houguet A., 2023, « La diplomatie culturelle française et allemande en fédération de Russie. Entre soft power et accommodation », Trajectoires, 16, https://doi.org/10.4000/trajectoires.9746

Houguet A. et Akmatova M. 2023, In the middle of influence struggles : Are Central Asia and Kyrgyzstan an ideal context for an in-depth study on soft power?, Paris, Institut d’études de géopolitique appliquées.

Kadirov T. D. et Shanov T. M., 2021, « Culture of Sovereign Kyrgyzstan [КУЛЬТУРА СУВЕРЕННОГО КЫРГЫЗСТАНА] », International Journal of Humanities and Natural Sciences, 3-2 (54), p. 150-152, https://www.doi.org/10.24412/2500-1000-2021-3-2-150-152

Kultur Ensemble, 2022, « Inauguration de l’Institut Culturel Franco-Allemand de Ramallah », dossier de presse, 8 juin, https://www.institutfrancais-jerusalem.org/ramallah/wp-content/uploads/sites/11/2022/06/DP_Inauguration-ICFA_Dossier-de-presse.pdf

Kuzio T., 2022, Russian Nationalism and the Russian-Ukrainian War. Autocracy-Orthodoxy-Nationality, Londres/New York, Routledge.

Lequesne C. (dir.), 2021, La Puissance par l’image. Les États et leur diplomatie publique, Paris, Presses de Sciences Po.

Lombard A., 2022, « Chapitre IV. Un réseau », dans A. Lombard (dir.), La Diplomatie culturelle, Paris, Presses universitaires de France, p. 48-57.

Melissen J., 2013, « Public diplomacy », dans A. Cooper, J. Heine et R. Thakur (éds), The Oxford Handbook of Modern Diplomacy, Oxford, Oxford University Press, p. 436-452.

Schäfer I. et Schmid D., 2005, « L’Allemagne, la France et le conflit israélo-palestinien », Politique étrangère, 2, p. 411-422. https://doi.org/10.3917/pe.052.0411

Schliebs M., Bailey H., Bright J. et Howard P. N., 2021, China’s Public Diplomacy Operations. Understanding Engagement and Inauthentic Amplification of PRC Diplomats on Facebook and Twitter, Oxford, University of Oxford. https://demtech.oii.ox.ac.uk/wp-content/uploads/sites/127/2021/05/Chinas-Public-Diplomacy-Operations-Dem.Tech-Working-Paper-2021.1-4.pdf

Weigel S., 2019, Transnationale Auswärtige Kulturpolitik - Jenseits der Nationalkultur: Voraussetzungen und Perspektiven der Verschränkung von Innen und Außen, Stuttgart, Institut für Auslandsbeziehungen.

Yau N., 2022, Managing Sentiments in the Western Periphery: Chinese Information Operations in the Kyrgyz Republic, rapport de l’OSCE Academy in Bishkek. https://www.osce-academy.net/upload/file/Chinaaffairsinkg.pdf

Haut de page

Annexe

Annexe

Entretiens

Acteurs et actrices concerné·es par les ICFA à l’étranger

Diplomate français·e à Rio de Janeiro, 22/11/2022, transcription.

Chargé·e de projet – Goethe-Institut, administration centrale, 15/09/2023, prise de notes.

Chargé·e de projet – ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, 07/07/2022, prise de notes / 02/02/2023, communication personnelle.

Acteurs et actrices concerné·es par l’ICFA Bichkek

Coordinateur·ices du projet ICFA Bichkek, 15/11/2022, transcription / 01/12/2022, communication personnelle.

Diplomate français·e à Bichkek, 26/06/2022, transcription / 19/05/2023, communication personnelle.

Service culturel de l’ambassade d’Allemagne au Kirghizistan (Kulturabteilung), 06/07/2022, prise de notes.

Responsable au Goethe-Institut Kasachstan à Almaty, 29/09/2022, transcription.

Acteurs et actrices concerné·es par l’ICFA Ramallah

Chargé·e de communication du Goethe-Institut à Ramallah, 05/05/2023, transcription.

Responsable au Goethe-Institut de Ramallah, 14/12/2022, transcription.

Diplomate allemand·e à Ramallah, 14/10/2022, transcription.

Diplomate français·e à Jérusalem, 19/09/2022, prise de notes.

Événements et visuels du projet ICFA Bichkek

  • Appel à projets pour jeunes artistes du 15 mai au 15 juin 2022. Accent mis sur les thématiques d’écologie. Public ciblé : jeunes femmes de moins de 30 ans. Projet non observé.

Visuel : Publication Instagram – afbichkek (17 mai 2022), Open Сall для начинающих художников/ Өнүгүп келе жаткан сүрөтчүлөр үчүн ачык сынак [Open Call pour les artistes débutants]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CdqCHPVonDf/​. Publication Instagram – Goethe-Institut_kasachstan (17 mai 2022), Open Сall для начинающих художников [Open Call pour les artistes débutants]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CdqIsDdo8SH/​.

  • Festival de cinéma « Femme Welle » du 7 au 12 juin 2022 autour des problématiques de genres. Projections de films allemands et français au cinéma Ala-Too. L’ouverture du festival a fait l’objet d’une observation participative par Adrien Houguet. Les films ont été ensuite projetés dans d’autres villes du Kirghizistan fin juillet.

Visuels : Publication Instagram – afbichkek/Goethe-Institut_kasachstan (1er juin 2022), немецко-французский кинофестивал Femme Welle [Festival de cinéma franco-allemand « Femme Welle »]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CeQaPfbI8_q/​.

  • Ritmo Fest le 25 juin 2022 au parc Flamingo en partenariat avec Synergy life (organisateur d’événements culturels « urbains »). Soirée en compagnie de DJ allemands et français entre autres. Événement non observé.

Visuels : Publication Instagram – afbichkek (7 juin 2022), Aubry. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CegS-1SIEbi/​.

Publication Instagram – goetheinstitut_kasachstan (8 juin 2022), DJ Acell. Accès : https://www.instagram.com/​p/​Cei6b77IP9L/​.

Publication Instagram – goetheinstitut_kasachstan (19 juin 2022), Zuhour. Accès : https://www.instagram.com/​p/​Ce_ZlytoGFw/​.

  • Concerts de jazz « maqom » du 16 au 18 septembre 2022 avec des musicien·nes de jazz allemand·es, français·es et traditionnel·les kirghizes à la Philharmonie, au conservatoire national et au bar « Chocos ». Événements gratuits. Ils ont été observés par le biais d’une vidéo résumant la rencontre musicale (accès : https://www.instagram.com/​reel/​CjUkW4nI_yB). La soirée du 17 septembre a été annulée en raison des affrontements à la frontière avec le Tadjikistan.

Visuels : Publication Instagram – afbichkek/goetheinstitut_kasachstan (9 sept. 2022), Jazz maqom. концерты французских, немецких и кыргызских музыкантов в Бишкеке [Jazz Maqom, concerts de musiciens français, allemands et kirghizes à Bichkek]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CiSBH3XoPta.

Story et publication Instagram – afbichkek (17 sept. 2022), annulation d’un concert jazz « maqom ». Accès : https://www.instagram.com/​p/​CimT9R4NyMk/​.

  • Concert de musique classique le 22 octobre 2022 avec le pianiste français Maxime Zecchini et le violoncelliste allemand Theo Bross à la Philharmonie. Entrée gratuite. Salle plus que comble. L’événement a fait l’objet d’une observation participative par Adrien Houguet.

Visuels : Publication Instagram – afbichkek/goetheinstitut_kasachstan (14 oct. 2022), концерт классической музыки. Maxime Zecchini & Theo Bross [Concert de musique classique Maxime Zecchini & Theo Bross]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CjrpRp1IfBi.

  • Série d’événements organisés dans le cadre du projet « éco-art et écodesign » en partenariat avec le centre culturel « Kuduk », dont :

    • L’atelier « Go na Eco », animé par Ralf Weiß, président du réseau 2N2K en Allemagne, sur les liens entre écologie et culture. Il s’est achevé par une table ronde avec les participants de l’atelier – activistes et créatrices locales – mais ouverte à tous et gratuite. L’événement a eu lieu au centre culturel « Kuduk » les 11 et 12 novembre 2022. Il a fait en partie l’objet d’une observation participative par Adrien Houguet.

Visuel : Publication Instagram – cckuduk (8 nov. 2022), Го на Эко. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CkslfTAsNs0/​.

    • L’exposition « Kondicioner ne rabotaet » [L’air conditionné ne fonctionne pas] du 27 novembre au 5 décembre 2022 accompagnée d’une série d’ateliers et de projections cinématographiques. Elle y présente les travaux d’artistes locaux sur des thèmes écologiques et des motifs traditionnels, en mêlant notamment recyclage et techniques de confection vestimentaire ancestrales. L’événement a eu lieu au sous-sol du Novotel de Bichkek. Il a fait en partie l’objet d’une observation participative par Adrien Houguet.

Visuel : Publication Instagram – cckuduk (14 nov. 2022), кондиционер не работает. Accès : https://www.instagram.com/​p/​Ck8E1bSM2xc/​?utm_source=ig_web_copy_link.

  • Concert franco-allemand du 21 janvier 2023 avec l’altiste franco-suisse Mathis Rochat et le violoncelliste allemand Florian Schmidt-Barta ainsi que l’Orchestre symphonique académique d’État « A. Dzhumakhmatov » à la Philharmonie. Entrée gratuite. Salle plus que comble. L’événement a fait l’objet d’une observation participative par Adrien Houguet. Les artistes allemand et franco-suisse ont également donné des cours à des étudiants du conservatoire pendant le séjour.

Visuel : Publication Instagram – afbichkek/goetheinstitut_kasachstan (13 janv. 2023), немцко-французский концерт. Матис Роша & Флориан Шмит-Брата [Concert franco-allemand. Mathis Rochat & Florian Schmidt-Barta]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CnWlyjAI4XS/​.

  • Exposition Marcus Brandt, un photographe allemand, du 27 avril au 21 mai 2023 au musée national d’art Aitiev. Réutilisation des clichés pris par l’artiste lors de sa visite à Bichkek dans le cadre d’une collaboration avec un chercheur français sur l’architecture soviétique. En parallèle : intervention sur l’architecture soviétique.

Visuel : Publication Instagram – afbichkek/goetheinstitut_kasachstan (20 avr. 2023), фотовыставку немецкого фотографа Маркуса Бредта « Точка зрения » [Exposition photos du photographe allemand Marcus Brandt « point de vue »]. Accès : https://www.instagram.com/​p/​CrQIZQzoLPg/​.

Événements et visuels de l’ICFA Ramallah

  • Appel à projets pour jeunes musiciens palestiniens du 18 octobre au 7 novembre 2022. Public ciblé : artistes émergents en objectif de professionnalisation.

Visuel : Publication Instagram – kulturensemble_ramallah (18 oct. 2022), “The Palestine Music Space and Sada Application Form”. Accès : https://www.instagram.com/​p/​Cj2fcy-O_PA/​.

  • Journée des langues européennes à l’ICFA le 26 septembre 2022. Public ciblé : familles. Projet non observé.

Visuel : Publication Facebook – Kulturensemble.Ramallah (5 oct. 2022), Pictures from the European Language Day at the French-German Cultural Institute [Photos de la Journée européenne des langues à l’Institut culturel franco-allemand]. Accès : https://www.facebook.com/​Kulturensemble.Ramallah/​posts/​pfbid0fArnjdSQNAUQKDwNYtZ2MteTqgruyTgkGHi2YUEmyoU95QZAwfLjLVQ5cDDhet86l.

  • Analytics des pages Facebook et Instagram des comptes du Goethe-Institut Ramallah et de Kultur Ensemble Ramallah, document de travail Goethe-Institut, mai 2023.

Haut de page

Notes

1 Nous faisons référence ici aux excellentes contributions de M. Audinet sur les stratégies d’influence de la Russie, notamment sa thèse sur les médias russes (Audinet, 2021). Côté chinois, les publications détaillées sur la diplomatie publique chinoise sont moins récentes (d’Hooghe, 2015). En ce qui concerne la diplomatie numérique chinoise, un article récent dresse un portrait des opérations de communication du pays (Schliebs et al., 2021).

2 C. Demesmay (2022) aborde cet aspect à la fin de son article. Les coopérations franco-allemandes en matière de diplomatie culturelle sont au cœur de la thèse d’A. Houguet (2022).

3 L’Allemagne s’engage à défendre ces valeurs à l’intérieur comme à l’extérieur. Ceci est confirmé dans l’accord de coalition entre les sociaux-démocrates (SPD), les Verts (die Grünen) et les libéraux (FDP) en 2021 (p. 130-131). Dans ses derniers discours, le président de la République française E. Macron persiste sur la défense des valeurs face aux menaces de la désinformation, des démocraties illibérales et des grandes puissances autoritaires (voir notamment la déclaration du 1er décembre 2021 sur la défense des valeurs de l’Union européenne. Accès : https://www.vie-publique.fr/discours/282744-emmanuel-macron-01122021-valeurs-de-lunion-europeenne).

4 L’article 1 bis du traité de Lisbonne (2007) déclare : « L’Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d’égalité, de l’État de droit, ainsi que de respect des droits de l’homme, y compris des droits des personnes appartenant à des minorités. Ces valeurs sont communes aux États membres dans une société caractérisée par le pluralisme, la non-discrimination, la tolérance, la justice, la solidarité et l’égalité entre les femmes et les hommes ». Accès : https://www.assemblee-nationale.fr/13/projets/PL%20690%20Trait%C3%A9.pdf.

5 L’UE ne possède qu’une compétence d’appui en matière de culture (art. 6 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne). La Commission n’est ni en mesure de diriger les politiques culturelles sur le territoire, ni de mettre en place un réel institut culturel européen à l’étranger. Toutefois, elle dispose d’outils tels que Creative Europe (accès : https://culture.ec.europa.eu/creative-europe) ou European Union National Institutes for Culture (EUNIC) pour soutenir les politiques culturelles des États membres en Europe ou à l’étranger.

6 Le 8 juin 2022, l’ICFA de Ramallah a été inauguré en présence, du côté français, du consul général à Jérusalem, du directeur général de la mondialisation du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et de la présidente de l’Institut français de Paris. Du côté allemand, étaient présents le directeur du département de la culture et de la communication de l’office des Affaires étrangères, le directeur de l’office de la Représentation de la République fédérale d’Allemagne, et le secrétaire général du Goethe-Institut. L’inauguration de tels instituts nécessite une cérémonie protocolaire avec de nombreux homologues.

7 Accès : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/irak/evenements/article/irak-cooperation-franco-allemande-pose-de-la-premiere-pierre-de-l-institut.

8 Cependant il existe un programme culturel franco-allemand pour l’année 2023 sous le nom de « Juntes na Cultura – Cooperação Cultural Franco-Alemã no Rio de Janeiro ».

9 En Sicile, les Frères d’Italie (FdI) arrivent en tête des élections régionales en 2022 avec 15 %, le Mouvement 5 étoiles y fait 14 % et la Ligue du Nord 7 %.

10 La liste des entretiens est détaillée en annexe.

11 Accès : https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/dossiers-pays/israel-territoires-palestiniens/presentation-des-territoires-palestiniens/.

12 « Palestinians at the End of 2021 », Palestinian Central Bureau of Statistics, 2021. Accès : https://www.pcbs.gov.ps/Downloads/book2595.pdf.

13 « Procedure for entry and residence of foreigners in the Judea and Samaria Area », gov.il, 20 févr. 2022. Accès : https://www.gov.il/en/departments/policies/judeaentry2022. Nous pouvons supposer que les événements du 07 octobre 2023 ont encore accentué l'enclavement de la Cisjordanie.

14 Accès : https://www.radioatheer.com.

15 À ce titre, la Turquie délivre de nombreuses bourses d’études avec le « Turkiye Scholarship Graduate Program » et une politique de visa attractive pour les étudiants palestiniens (Diplomate français·e à Ramallah, 2022).

16 Il est important de dissocier la présence d’un Institut français d’Israël, basé à Tel-Aviv et ayant pour périmètre les frontières d’Israël avant 1967, de l’Institut français de Jérusalem, localisé à Jérusalem-Est, qui dispose d’une annexe de celui-ci à Ramallah et agissant dans les Territoires palestiniens.

17 « Inauguration du nouvel institut franco-allemand Kultur Ensemble », Institut Français de Jérusalem – Ramallah, 21 juin 2022. Accès : https://www.institutfrancais-jerusalem.org/ramallah/inauguration-du-nouvel-institut-franco-allemand-kultur-ensemble/.

18 Dans son sens le plus élargi, l’Unesco y ajoute le sud de la Sibérie, la Mongolie, le Xinjiang, le Tibet, le nord de l’Inde et du Pakistan, l’Afghanistan et une partie de l’Iran (Baumer, 2012).

19 C. Putz, « Parviz Mullojonov on the Kyrgyzstan-Tajikistan Border Dispute. What explains the dramatic escalation of violence along the Kyrgyz-Tajik border? », The Diplomat, 1er nov. 2022. Accès : https://thediplomat.com/2022/10/parviz-mullojonov-on-the-kyrgyzstan-tajikistan-border-dispute/.

20 En 2020, le Kirghizistan avait un indice de démocratie de 4,21 (France : 7,99). Même si ce dernier reste très moyen, il s’agit de l’indice le plus élevé dans la région. En 2021, la République kirghize chute dans le camp des « régimes autoritaires » avec un indice de 3,62 – ce qui reste toujours le score le plus élevé de la région (Economist Intelligence Unit, 2022).

21 National Statistical Committee of the Kyrgyz Republic, population 2022. Accès : http://www.stat.kg/en/statistics/naselenie/.

22 « За рубежом работает 1 миллион 188 тысяч граждан Кыргызстана » [1,188 million de citoyen·nes kirghizes travaillent à l’étranger], 24.kg, 10 févr. 2022. Accès : https://24.kg/obschestvo/223469_zarubejom_rabotaet_1million_188_tyisyach_grajdan_kyirgyizstana/.

23 « Частичная мобилизация. Депутаты обеспокоены наплывом россиян в Кыргызстан », [Mobilisation partielle. Les député·es s’inquiètent de l’arrivée en masse des Russes au Kirghizistan], 24.kg, 12 oct. 2022. Accès : https://24.kg/vlast/247826_chastichnaya_mobilizatsiya_deputatyi_obespokoenyi_naplyivom_rossiyan_vkyirgyizstan/.

24 Ces statistiques sont toutefois à relativiser. La source n’indique pas clairement les motivations des personnes venues dans le pays (tourisme, travail ou séjour de longue durée). En termes de flux migratoires, il s’agit de 760 000 entrées de Russes dans le territoire. En outre, sur les 190 000 cité·es, beaucoup sont en fait des Kirghizes ethniques, voire binationaux/binationales. Selon les chiffres de l’ambassade de France au Kirghizistan, 50 000 Russes sont arrivé·es, dont environ 30 000 sont resté·es (Diplomate Français·e à Bichkek, communication personnelle, 19 mai 2023).

25 L’OET est une organisation créée en 2009, regroupant l’Azerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan, et la Turquie ainsi que le Turkménistan (depuis septembre 2022). La Hongrie en est membre observateur. Son objectif est de favoriser la coopération entre les différents pays. Le volet culturel et religieux y représente une part importante. En effet, le Kirghizistan est un pays à majorité musulmane (environ 90 % de la population, selon la CIA en 2023 (accès : https://www.cia.gov/the-world-factbook/countries/kyrgyzstan/) même si l’État reste séculaire. À ce niveau, la Turquie soutient le renouvellement religieux après la chute de l’URSS (État officiellement athéiste). Elle a notamment financé la Mosquée centrale de Bichkek.

26 À ce titre, voir le rapport de A. Houguet et M. Akmatova sur les relations entre les différentes « puissances douces » en Asie centrale et au Kirghizistan (2023).

27 Par exemple, le théâtre d’art dramatique Tchinguiz Aïtmatov à Bichkek devrait être rénové en partie grâce à un financement de l’État russe. « Россия намерена оказать финансовую поддержку 15 русским театрам за рубежом » [La Russie est prête à apporter une aide financière à 15 théâtres russes à l’étranger], Interfax.ru, 7 avr. 2023. Accès : https://www.interfax.ru/culture/895005.

28 Signé en 2014 ce protocole reconnaît officiellement l’Alliance française comme opérateur culturel de l’ambassade de France au Kirghizistan. Cela lui permet de recevoir une subvention du MEAE (Diplomate français·e à Bichkek, 2022). L’association de droit local est labellisée par la Fondation des Alliances françaises à Paris, qui confirme son statut officiel de centre de langue et de culture françaises.

29 La situation pourrait avoir évolué lorsque cet article sera publié, car, du côté français, un attaché culturel est arrivé en octobre 2023 à Bichkek et un Institut français est en cours de création au Kirghizistan. Il constituera la partie française de l’ICFA.

30 Ici aussi, la situation pourrait changer lorsque cet article sera publié : les Allemand·es réfléchissent en effet à une évolution de leur présence à Bichkek, notamment par l’implantation d’un Goethe-Institut qui constituerait la partie allemande de l’ICFA.

31 À ce titre, « les Suisses sont très actifs et, depuis longtemps, le plus gros bailleur de fonds pour la culture en Asie centrale » (Projet ICFA Bichkek, communication personnelle, 1er déc. 2022).

32 Cela est notamment le cas localement, par exemple à Erbil et à Córdoba, où en vue de la mise en place des instituts culturels franco-allemands, les partenaires se sont échangés des cours de leurs langues respectives (français et allemand). À Erbil, c’est encore le cas actuellement, à raison de deux fois par mois. À noter que, lors de l’événement, de pose de la première pierre symbolique de l’institut culturel franco-allemand d’Erbil (22 janvier dernier), les discours des autorités françaises et allemandes ont eu lieu respectivement en français et en allemand (traduits en kurde)

33 À ce titre, l’invasion russe en Ukraine et les tensions géopolitiques qui s’en suivent ont eu pour conséquence le rapatriement de l’Institut régional responsable de la région « Europe de l’Est/Asie centrale » en Allemagne.

34 Tous les chiffres concernant les abonné·es côté Bichkek datent du 15 avril 2023.

35 Tous les chiffres concernant les abonné·es de l’ICFA de Ramallah datent du 1er décembre 2022.

36 Il s’agit de la mise en place de plusieurs événements autour des langues européennes : les enfants ont pu découvrir le français, l’allemand, mais aussi l’italien, l’espagnol et le portugais.

37 Le logo et le slogan « Kultur Ensemble » seront toutefois utilisés dès que l’ICFA sera mis en place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Houguet et Benoît Josset, « Vers une diplomatie numérique transnationale »Questions de communication, 44 | 2023, 155-182.

Référence électronique

Adrien Houguet et Benoît Josset, « Vers une diplomatie numérique transnationale »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33083 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33083

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search