Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de rechercheNostalgies et remédiations du pas...

Notes de recherche

Nostalgies et remédiations du passé en politique, ou le danger des abus de la mémoire

Nostalgia and remediation of the past in politics, or the danger of the abuse of memory
Emmanuelle Fantin, Katharina Niemeyer et Corine Dufresne-Deslières
p. 263-282

Résumés

Ancrée dans les études critiques sur la nostalgie et la mémoire, la présente recherche analyse la manière dont le passé est soumis au risque d’une fictionnalisation mue par un désir d’idéalisation de l’histoire sur la scène politique. Nous étudions en particulier la mise en place d’un nationalisme nostalgique dans la vidéo d’annonce de candidature à l’élection présidentielle en France d’Éric Zemmour, publiée sur YouTube le 30 novembre 2021. L’article déconstruit la mise en scène d’un passé fantasmé à travers le récit imaginaire d’un âge d’or perdu qui ne semble exister que pour souligner son propre déclin. Cette nostalgie régressive repose par ailleurs sur la construction d’une méta-mémoire portée par une obsession identitaire. Les abus de la mémoire et la représentation chaotisée du présent sont des leviers pour arrimer la nostalgie à la xénophobie et au rejet de l’altérité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le International Media and Nostalgia Network est un regroupement international d’universitaires, p (...)

1En tant que spécialistes de la nostalgie et de ses exploitations marchande, médiatique et institutionnelle, nous analysons comment le passé n’a cessé d’être manipulé, commercialisé, inventé, décrété, flouté, euphémisé, embelli ou encore institué dans des discours contemporains. Notre démarche s’inscrit dans un courant de pensée très actif depuis une quinzaine d’années : les études critiques sur la nostalgie et la mémoire. Il s’agit d’un travail minutieux mené à l’international auxquel·les œuvrent de nombreux·euses enseignant·es chercheur·es en histoire, philosophie, études médiatiques, sociologie et anthropologie1. Soucieuses de comprendre et de décrypter la façon dont le passé est soumis au risque d’une fictionnalisation mue par un désir d’idéalisation de l’histoire, nous analysons comment cette idéalisation est devenue un outil omniprésent pour capter des publics. Il s’agit aussi d’étudier les risques que ces mêmes publics, entourés par ces pressions nostalgiques largement banalisées, finissent par adhérer à ces récits mémoriels enjolivés et dramatisés à outrance. La fictionnalisation du passé n’est bien entendu pas un problème en soi, elle peut même s’avérer passionnante et féconde sur le plan éducatif, dès lors qu’elle est énoncée et assumée comme telle.

2En revanche, dans des discours politiques, la mobilisation accrue d’éléments esthétiques et narratifs propres à la fictionnalisation de la mémoire partagée, menant à une historicisation idéalisée et décontextualisée du passé, ne présente pas les mêmes enjeux : la surenchère visuelle et sémantique se référant à un supposé passé glorieux peut contribuer à la construction d’une nostalgie régressive et fétichisée, une nostalgie aux allures réactionnaires dont la forme contemporaine prend pour partie racine dans l’émergence du concept de nation (Menke et Wulf, 2021 : 237-249). Communauté symbolique et discursive mêlant en son sein altérité et ipséité, distinction et identité, les nations sont comme le rappelle Stuart Hall (2019 : 153) : « Formées et transformées au sein de discours et d’autres systèmes de représentation » et constituent le cœur de scenarii, d’images, de symboles mémoriels constamment instrumentalisés sur la scène politique.

  • 2 La Russie a envahi l’Ukraine le 22 février 2022. La guerre court toujours, à l’heure où nous final (...)
  • 3 Avant son retrait de Youtube, l’adresse de la vidéo d’annonce de candidature d’É. Zemmour à à l’él (...)
  • 4 Le décompte des vues et des commentaires obtenus par la vidéo a été effectué le 24 février 2022.

3Les distorsions historiques et les manipulations de mémoires émanant de la rhétorique du président russe depuis une vingtaine d’années en sont un exemple (Koteyko et Ryazanova-Clarke, 2009 : 112-127), et font partie du chemin tracé vers la guerre qui touche l’Ukraine actuellement2. Un autre exemple récent de ces fictionnalisations et distorsions sur les plans esthétique et narratif est la vidéo d’annonce de candidature d’Éric Zemmour à l’élection présidentielle en France. Chroniqueur, essayiste et polémiste d’extrême-droite pendant plusieurs décennies, Éric Zemmour s’est lancé dans la politique au moment de la première diffusion de cette vidéo, le 30 novembre 2021. Publiée sur son site web de candidature, la vidéo fut retirée après quelques semaines. Elle restait accessible sur Youtube3 encore quelques mois. Elle a été visionnée 3  126  009 et commentée 62  239 fois4 par des internautes. Durant dix minutes, le candidat, assis dans un bureau de style présidentiel, endossant l’allure légèrement désuète de l’homme politique faisant des annonces au peuple dans un vieux micro, lit son discours sur sa vision de la France, la plupart du temps le regard détourné de la caméra. Il y a un lent zoom sur lui, s’approchant de son visage à mesure que la vidéo avance. Son discours est accompagné d’images d’archives informationnelles de la télévision française, d’images amateurs dont la provenance est difficilement identifiable ainsi que d’extraits de films. L’ensemble est rythmé par la Symphonie no 7 en la majeur, op. 92, 2e mouvement de Ludwig van Beethoven.

Exemple 1. Vidéo d’annonce de candidature à l’élection présidentielle d’É. Zemmour, Plan rapproché : É. Zemmour, vêtu d’un complet sombre, est assis à un bureau face à un micro. Il lit son discours, imprimé sur des feuilles de papier. Des bibliothèques remplies de livres sont en arrière-plan (00 m 29 s)

  • 5 Voir les articles suivants : Fritel L., 2021, « Éric Zemmour s’élance vers la présidentielle sur u (...)

4Aussitôt, la vidéo a fait débat, attirant l’attention médiatique et ses retentissements, qu’il s’agisse de la louer ou à l’inverse, de témoigner d’un écœurement5 : hommage au général Charles de Gaulle, usage abusif de la musique de L. van Beethoven, récupération d’images de personnalités publiques à leur insu et vision sinistre et décliniste d’une France qui devrait être sauvée de multiples menaces qui pèsent sur son futur et la gangrènerait déjà de l’intérieur. Les analyses et interprétations n’ont donc pas manqué. On note 3010 entrées sur la base de données Europresse entre le 31 novembre 2021 et le 31 décembre 2021 pour la recherche avec les deux mots-clés (l’ensemble du texte) Zemmour et vidéo. En revanche, seulement 63 publications incluent la mention de la nostalgie dans le contexte d’analyse de la vidéo, et elle n’est jamais vraiment problématisée dans les analyses médiatiques qui lui sont consacrées. Elle figure aussi uniquement en filigrane de certaines réflexions universitaires publiées depuis sa mise en ligne. Par exemple, Pierre Rigoulot (2021 : 936) décrit É. Zemmour dans son commentaire comme suit :

« Zemmour n’est pas un penseur, adepte de la confrontation rationnelle. C’est un polémiste parfois habile, un histrion cultivé, capable de sortir de son chapeau une citation percutante. Il est, lui aussi – pourquoi le lui reprocher ? –, un nostalgique de la douce France de son enfance, de surcroît un bon vivant et un convive agréable. Mais pas un Président souhaitable, tant sa pensée est soumise, et comme une évidence, à de vieilles conceptions du pouvoir qui affleurent dans quelques points d’intérêt, qu’on déniche à l’issue d’une lecture patiente. »

5Jean-Yves Pranchère (2022 : 60) tisse lui aussi un lien entre É. Zemmour et la nostalgie :

« Au moment où toutes les énergies devraient être tournées vers les moyens de faire face à l’enchevêtrement des crises sociale, démocratique et écologique, on assiste ainsi au spectacle consternant d’un espace public colonisé par la nostalgie pétainiste d’un Zemmour, par des mythes complotistes contre la vaccination, par des paniques morales autour d’un “wokisme” fantasmatique ou par des indignations sans objet. »

6Certaines analyses de la vidéo sous forme de décryptage précis sont proposées6, comme celles de la rubrique des « Décodeurs » du quotidien français Le Monde7. L’analyse proposée sur le site web Hacking Social8 avance des pistes intéressantes autour de la nostalgie d’une douce enfance disparue et des valeurs traditionnelles de la France perdue, mais la nostalgie en tant que telle n’est pas problématisée, et il nous semblait qu’une analyse académique des multiples ressorts des fantasmes nostalgiques qui irriguent le discours et la vidéo d’É. Zemmour restait à faire. À notre tour, nous avons donc analysé ces derniers en détail9, ainsi que les processus sémio-discursifs déployés par le choix des images et des mots. Un soin particulier a été porté à l’étude du montage qui révèle les mécanismes de la nostalgie régressive élaborée par l’équipe de production de cette vidéo. Nous souhaitons déconstruire la mise en scène d’un passé fantasmé qui ne semble exister que pour mettre en exergue son propre déclin, déconstruire la mise en scène d’une mémoire emplie d’allégresse – et au passage, posée en équivalence voire en synonymie d’un monde blanc – qui viendrait pointer du doigt sa propre disparition aux allures apocalyptiques.

7En outre, cet article souhaite mettre l’accent sur la grande banalité des mécanismes d’idéalisation nostalgique à l’œuvre dans cette vidéo. En effet, cette dernière a été présentée comme exceptionnelle – elle l’est peut-être par sa longueur, par la modalité choisie pour annoncer une candidature à l’élection présidentielle, ou encore par le cadre scénique proposée par le candidat (lecture d’un discours et sa diffusion). En revanche, nous souhaitons démontrer que, du point de vue des études mémorielles et en particulier de la construction d’une vision nostalgique du passé, il n’y a dans cette vidéo aucun caractère d’exception, pas même une once de nouveauté. Bien au contraire, le candidat se saisit de l’ensemble des processus de manipulation de la mémoire déjà abondamment présents dans la sphère des discours et des représentations publiques (politiques, mais aussi médiatiques ou marchandes), s’inscrivant dans une longue tradition de nationalisme nostalgique (Franklin, 2019 ; Cinpoeş et Norocel, 2020) qui ne dit pas son nom. La manière dont le passé est instrumentalisé repose sur un ensemble de techniques et de processus propres à tout discours porté par une nostalgie – une mémoire qui édulcore, qui omet que ce passé idéalisé éclipse des moments et faits historiques non glorieux comme les droits restreints des femmes ou des personnes marginalisées, pour ne citer que deux exemples. Un passé porté au pinacle, contrasté par un présent horrifié et chaotisé, et entre les deux un candidat dont les mots donnent aux images un nouveau sens, naviguant dans le tourbillon d’un montage audiovisuel qui mélange les codes de la publicité, de la vidéo musicale, de l’annonce politique d’envergure historique et de la bande-annonce cinématographique, permettant ainsi d’élaborer le récit imaginaire d’un âge d’or perdu, d’instituer une méta-mémoire politisée portée par une obsession identitaire, et enfin, d’arrimer la nostalgie à la haine et au rejet d’une altérité dessinée sous le spectre omniprésent d’un dangereux fantôme.

Construire l’âge d’or : les structures sémiotiques et narratives du déclinisme

8D’abord, la nostalgie qui habite les discours politiques semble conditionnée par une lecture narrative de la mémoire simpliste : un apogée, présenté comme la regrettée cime indépassable d’un paysage mémoriel en partage, auquel aurait succédé une chute, vécue sur une modalité brutale, qui correspondrait au présent d’énonciation du discours qui constate la perte (de la gloire) du passé. Cette structure binaire innerve précisément l’ensemble du discours d’É. Zemmour, comme en témoignent ces quelques extraits : « Depuis des décennies, nos gouvernants de droite comme de gauche nous ont conduits sur ce chemin funeste du déclin et de la décadence » 05 m 20 s, ou encore « ce pays que vous chérissez et qui est en train de disparaître » 02 m 07 s, associés aux images d’un chantier de reconstruction d’un vieux bâtiment, dont on peut supposer qu’il métaphorise et appuie la proposition politique du candidat, reconstruire pierre après pierre ce passé glorieux qui aurait été détruit.

Exemple 2. Vidéo d’annonce de candidature à l’élection présidentielle d’É. Zemmour.
Plan moyen : images d’archives provenant de l’Ina, un individu semble construire un mur de pierres (02 m 10 s)

9En conséquence, les propositions politiques qui nous sont livrées dans la vidéo mettent en exergue de nombreuses actions qui proposent un mouvement vers un état antérieur, comme en témoignent les nombreux verbes construits autour du préfixe « re- » (« ré-industrialiser » 04 m 03 s à 04 m 04 s, « ré-équilibrer » 04 m 06 s à 04 m 07 s, « ramener en France nos entreprises » 04 m 10 s à 04 m 11 s, « redonner du travail à nos chômeurs » 04 m 13 s à 04 m 14 s, « restaurer notre école républicaine » 04 m 36 s à 04 m 38 s, « reconquérir notre souveraineté » 04 m 52 s à 04 m 54 s, etc.). La narration ainsi hantée par une obsession décliniste se fait le chantre d’une perte énoncée comme une vérité indubitable. Le discours d’É. Zemmour postule une périodisation temporelle nette : un avant, et un après ; un passé, et un présent. Cette périodisation fait écho à celle avancée par l’ensemble des récits « nativistes », qui supposent que les droits acquis dans un pays seraient corrélatifs à l’ancienneté de la présence de ses ancêtres sur un territoire : « Sous l’angle de la grâce ou de la chute, l’un des ressorts de la nostalgie nativiste est donc de condamner tout rapport critique au passé » (Bertossi et al., 2021 : 99). Ce fantasme du déclin est d’ailleurs tout sauf nouveau ; la Restauration a par exemple fait éclater une profonde « discordance des temps » (Charle, 2011), entre ceux pour qui la Révolution constituait une cassure, et les récits déclinistes qui cherchaient à « restaurer » cet Ancien Régime.

  • 10 Voir aussi Ricœur, 1990.

10É. Zemmour parvient à mettre en discours et en images ce fantasme de la « chute » en déployant dans la vidéo un imaginaire mémoriel qui vient en tout point corroborer sa passion pour le déclinisme. C’est que la mémoire tire sa force « de sa capacité même d’être altérée – déplaçable, mobile, sans lieu fixe » (de Certeau, 1990 : 131), et elle est par ailleurs arrimée à la capacité de narrativiser, comme l’a solidement analysé Paul Ricœur, notamment dans les trois tomes de son ouvrage Temps et Récit10.

  • 11 « Patterned in a highly structured manner that both shapes and distorts what we actually come to m (...)

11Dans son étude des structures et les modélisations narratives de la mémoire, Eviatar Zerubavel (2003 : 11) démontre quant à lui que les discours mémoriels, parce qu’ils prennent la forme d’une narration du passé, sont souvent pensés sous forme d’intrigues préconstruites qui cherchent à tracer une continuité et une cohérence entre passé et présent. Notre mémoire serait « basée sur une forme très structurée qui modèle et déforme à la fois ce que nous parvenons à retenir mentalement du passé »11. Ainsi, le récit du déclin perçoit le lien du passé vers le présent comme une régression schématisée par une flèche descendante, et structure le versant régressif de la perception nostalgique du passé, alors considéré comme un horizon à atteindre, prévalent sur un présent moins appréciable : on reconnaît ici, bien sûr, la lecture narrative du temps proposée par É. Zemmour.

Figure 1. « Le récit du déclin » (d’après Zerubavel, 2003 : 16)

Figure 1. « Le récit du déclin » (d’après Zerubavel, 2003 : 16)

12Un autre élément propre au discours d’É. Zemmour vient appuyer ce déclinisme : l’absence de références temporelles précises, ou autrement dit, un certain attrait pour le flou chronologique. Ainsi, le point de départ de la supposée grandeur de la France se situerait, nous apprend-il à la 8e minute, il y a « 1000 ans » (« Depuis 1000 ans, nous sommes une des puissances qui a écrit l’histoire du monde » 08 m 11 s à 08 m 15 s). La préposition temporelle « depuis » est par ailleurs utilisée à plusieurs reprises, avec la même indétermination, pour signaler le point de bascule du récit de la chute : « Depuis des années, un même sentiment vous étreint, vous oppresse, vous hante, un sentiment étrange et pénétrant de dépossession » 00 m 10 s et « Depuis des décennies, nos gouvernants, de droite comme de gauche, nous ont conduits sur ce chemin funeste du déclin et de la décadence » 05 m 22 s. Cette indistinction et cette incapacité à dater précisément les phénomènes historiques sur lesquels É. Zemmour affirme pourtant s’appuyer pour construire sa démonstration constitue un procédé narratif mémoriel courant pour alimenter ce type de nostalgie régressive. En effet, les mythes instituant des âges d’or « effacent derrière eux les traces des approximations mémorielles dans lesquelles ils puisent leurs origines » (Fantin et Le Hégarat, 2016 : 11). C’est justement à partir de ce flou que va pouvoir être naturalisé le récit d’un passé fantasmé, parce que l’indistinction renforce la dynamique du consensus mémoriel : « “L’âge d’or” demeure avant tout la construction collective d’un consensus d’où procède sa dimension quasi performative » (ibid. p. 8). L’utilisation d’images d’archives joliment désuètes et savamment sélectionnées, par leur simple remédiation, porte en elle ces effets de contraste entre ces imaginaires antagonistes, un passé encensé auquel succède un présent dévalué.

Exemple 3. Quelques images d’archives à l’appui du discours du candidat : plan d’ensemble : Images d’archives d’une rue parisienne où circulent des voitures anciennes (00 m 54 s). Plan rapproché : images d’archives d’hommes blancs distingués (00 m 55 s). Gros Plan : images d’archives en noir et blanc, Alain Delon, puis Brigitte Bardot sourit (01 m 37 s)

13Ces images n’échappent pas à leur fonction première plus ou moins assumée : elles incarnent un geste de mémoire et viennent désigner une supposée valeur de certification historique « Comme si […] on avait obtenu le privilège de “toucher le réel” » d’une époque révolue (Farge, 1989 : 18). É. Zemmour les donne à lire comme une ponction matérialisée du passé dont la mise en visibilité semble brute. Ainsi deviennent-elles les opératrices de légitimation symbolique d’une présumée réalité historique parce qu’elles sont nimbées par la valeur de toute-puissance du discours véridictoire de la trace, bien qu’elles soient décontextualisées. Par ailleurs, les images fonctionnent comme des anecdotes – dont on connaît la valeur de parabole pour É. Zemmour (Alduy, 2022 : 31) – qui mobilisent un savoir ou un sentiment du déjà-vu, posant une stricte équivalence entre les images de fiction et images informationnelles. D’ailleurs, le discours relaye cette fonction d’équivalence totalement assumée entre fiction et histoire : « Vous vous souvenez du pays que vous retrouvez dans les films ou dans les livres » 01 m 00 s. On voit s’élaborer sous nos yeux l’imaginaire d’un « âge d’or » de la France devenu tangible via la parole du candidat dont les mots se veulent porteur d’une vision morale, une bonne vision de l’histoire, qui mêle sans complexe une multitude de références culturelles plus ou moins fictionnelles ou mythifiées à la prétention de s’appuyer sur la réalité historique de cette France qui aurait disparu.

14La description de cet « âge d’or » commence à la 54e seconde, en mobilisant le souvenir de l’auditoire par une adresse directe (« Vous vous souvenez du pays ») qui sera reprise à la manière d’une anaphore, telle une litanie mémorielle. Cette interpellation sous le mode de l’apostrophe péremptoire n’est pas sans rappeler le formatage habituel de la rhétorique du candidat et de son goût pour le présent de vérité générale, dont la chercheuse Cécile Alduy (2022 : 35) a démontré qu’il usait et abusait – et plus largement de son goût pour l’indicatif, mode verbal du réel – pour transformer une proposition en une maxime catégorique : « La syntaxe vaut preuve ». S’en suit une longue énumération de personnalités historiques, de personnalités publiques issues du monde de la politique comme du cinéma, d’événements, de grands noms de la littérature ou du monde scientifique, relayés par des images d’archives. La démonstration décliniste, sous l’angle de la chute, est d’abord implicite : elle est paradoxalement construite sémiotiquement par la montée en tension dramatique, portée par le rythme de l’anaphore, l’effet d’accumulation des images et des références, soutenue par la musique et son mouvement ascendant. Ce mélange d’images d’archives pourrait créer une mosaïque incohérente, mais il devient à l’inverse très solide et parfaitement lisible, parce que tissé par la volonté de créer une construction paroxystique. L’énumération s’achève sur un punctum de déchéance : « La France n’était plus la France, et tout le monde s’en était aperçu » 03 m 03 s. On retrouve ici la personnification de la France courante dans les discours et ouvrages d’É. Zemmour, finement étudiée par Gérard Noiriel (2019 : 75), en lien avec le déclinisme : « Puisque la France est vue comme une personne, de même que tout être humain, elle est condamnée à mort. “La France se meurt, la France est morte”, affirme É. Zemmour dans Le Suicide français [2016 : 527]. L’une des fonctions essentielles de ce type de récit historique, c’est de détecter dans le passé les premiers signes de la maladie mortelle qui emportera la France ».

Exemple 4. Enchaînement de séquences sur 8 secondes (de 01 m 25 s à 01 m 33 s). Les images sont accompagnées du texte suivant en voix off : « et les clochers dans les villages, le pays de Gavroche et de Cosette, le pays des barricades et de Versailles, le pays de Pasteur et de Lavoisier, le pays de Voltaire et de Rousseau, de Clémenceau ». On y voit : un plan d’ensemble d’un enfant qui saute une barricade, un plan d’ensemble d’une foule sur une barricade brandissant des drapeaux français- les individus sont habillés de vêtements d’époque, un plan général et aérien des jardins de Versailles, un plan poitrine d’un homme blanc d’âge mûr qui prend une jarre en verre sur une étagère, un plan objet d’une lampe devant une bibliothèque de livres où l’ouvrage Le sexe et l’effroi de Pascal Quignard est bien visible et finalement un plan américain d’images d’archives en noir et blanc où trois hommes discutent.

  • 12 Le Lagarde et Michard est un manuel scolaire de littérature française, publié depuis 1948 et désor (...)

15Les références insérées dans la vidéo ne suivent aucune logique chronologique identifiable. Autrement dit, elles se succèdent et l’orateur jongle d’un siècle à un autre, d’un univers à un autre dans un ordre aléatoire plutôt thématique, au gré de bonds temporels erratiques. Le choix des références culturelles demeure consensuel, s’apparentant au récit national de l’histoire et la culture française proposé quelque part entre le Largarde et Michard et le Petit Lavisse12. É. Zemmour suppose que la connaissance encyclopédique du récepteur lui permettra d’articuler symboliquement par son activité inférentielle le sens de ces fragments de savoir, maîtrisant le caractère normatif des références proposées marquées par une « régularité constatée dans les pratiques » (Legrand, 2007 : 8). C’est d’ailleurs ainsi que l’on pourrait expliquer la fondation d’une compétence encyclopédique, qui reposerait « sur des données culturelles socialement acceptées en raison de leur “constance” statistique » (ibid. : 20). Ainsi É. Zemmour cite-t-il une multitude de « héros » de l’histoire culturelle, sociale, politique, littéraire, cinématographique de la France, connus de toutes et tous : Jeanne d’Arc, Louis XVI, Napoléon Bonaparte, le général C. de Gaulle (deux fois), Victor Hugo, Renée de Chateaubriand, Blaise Pascal, René Descartes, Jean de La Fontaine, Molière, Jean Racine, Gavroche, Cosette, Louis Pasteur, Antoine Lavoisier, Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Georges Clémenceau, les poilus de de la Première Guerre mondiale, Jean Moulin, Jean Gabin, Alain Delon, Brigitte Bardot, Jean-Paul Belmondo, Johnny Hallyday, Charles Aznavour, Georges Brassens, Barbara, Claude Sautet, Henri Verneuil.

16Ces héros successivement cités et parfois redoublés par une représentation à l’écran sous forme de plusieurs portraits en gros plan, ou d’illustrations exemplificatrices, servent deux fonctions dans l’établissement de la nostalgie zemmourienne. D’abord, ils contribuent directement à la construction d’une vision du passé comme un apogée. Comme le note Eviatar Zerubavel (2003 :17), les récits d’âges d’or déchus se construisent précisément sur cette tendance à « représenter les ancêtres, réels ou symboliques, individuels ou collectifs, comme des héros surhumains ». Par ailleurs, le héros engage une dimension historicisante dans la médiation du passé : l’arrimage à une figure illustre permet à l’orateur de signifier l’histoire et la montrer dans un même mouvement. Évoquer un héros, c’est dénouer le champ symbolique de l’histoire et prétendre donner accès à un système de savoir. Le héros du passé possède une fonction rhétorique propre à la référenciation historique : « Une des manières les plus courantes d’en appeler à l’histoire était (au ive siècle avant notre ère) de citer des personnages célèbres » (Nouhaud, 1982 : 74) au détriment des événements et guerres. La nostalgie d’É. Zemmour fait ici éclore les ressorts classiques des nationalismes identitaires, la stratégie mémorielle consistant à instituer des âges d’or du passé en lien avec la constitution de l’idée de nation étant devenue un aspect dominant des politiques contemporaines de la nostalgie et de leurs remédiations réactionnaires, comme en témoignent par exemple les travaux de Paul Gilroy (2020) ou encore l’ouvrage Nostalgia and Hope… (Norocel et al., eds. 2020) .

L’invention d’une méta-mémoire politisée : les structures mémorielles d’un « nous »

17L’élaboration d’une identité en partage repose essentiellement sur la représentation d’une méta-mémoire légitimée comme étant une réalité historique. L’actualisation de structures collectives d’un passé médiatique, historique, populaire et culturel savamment sélectionnées et érigées comme représentatives de la France permet à É. Zemmour de confondre consciemment réalité d’une mémoire historique et méta-mémoire partagée. Cette confusion est renforcée par la posture didactique et pédagogique que s’auto-institue É. Zemmour, qui se présente souvent, depuis plus de quinze ans, en médiateur de l’histoire dans ses prises de paroles journalistiques et médiatiques. Les références à la culture populaire et à une « grammaire » commune qui se présentent comme fédératrices et péremptoires sur ce passé faussement sublimé de la France produisent un discours sur la manière dont ce « nous » devrait se souvenir collectivement. Autrement dit, la sélectivité des souvenirs partagés présentés dans la vidéo est en soi un discours sur ce qu’É. Zemmour suppose être des souvenirs partagés, sans pour autant que l’on puisse attester la réalité de ce partage :

« Lorsque plusieurs informateurs affirment se souvenir comme ils croient que les autres se souviennent, la seule chose attestée est leur métamémoire collective : ils disent et croient tous se souvenir comme ils croient que les autres se souviennent. Le fait de le dire est évidemment vrai. Le fait de le croire également. Le contenu du dire et du croire peut l’être ou pas. Or, ce métadiscours a, comme tout langage, des effets sociaux extrêmement puissants. Il nourrit l’imaginaire des membres du groupe en les aidant à se penser comme une communauté et contribue à modeler un monde où le partage mémoriel s’ontologise » (Candau, 2005 : 79).

18Le candidat joue donc sur la fine ligne de crête qui peut exister entre mémoire et métamémoire ; en prétendant que l’identification des souvenirs partagés vaudrait pour réalité mémorielle, il leur confère une valeur véridictoire ou authentificatoire.

19Étonnamment, il érige même indirectement cette pratique métamémorielle en témoignage légitimant la nostalgie à deux reprises au moins. À la 57e seconde, il évoque la présence indirecte de souvenirs transmis par les parents (« vous vous souvenez du pays que vos parents vous ont décrit » 00 m 57 s à 01 m 00 s), puis à la deuxième minute, la présence indirecte d’une nostalgie du monde perdu des parents, du point de vue des enfants cette fois (« […] ce pays que vous cherchez partout avec désespoir, dont vos enfants ont la nostalgie sans même l’avoir connu » 02 m 00 s à 02 m 07 s). Probablement sans s’en rendre compte, É. Zemmour met en acte le concept de « armchair nostalgia », théorisé par Arjun Appadurai (1996 : 78), à savoir le déploiement d’un sentiment nostalgique pour une époque que l’on n’a pas connue – une modalité nostalgique qui constitue un ressort désormais classique des productions médiatiques et marchandes liées à la fétichisation du passé. Ainsi non seulement le candidat élabore-t-il un discours nostalgique d’idéalisation d’un passé, mais il s’en défend, et pose l’existence de ce principe d’idéalisation en preuve autolégitimante. Il devient alors nécessaire de se souvenir que la mémoire culturelle en partage constitue « sans doute davantage la somme des oublis que la somme des souvenirs, car ceux-ci sont avant tout essentiellement le résultat d’une élaboration individuelle alors que ceux-là ont en commun, précisément, d’avoir été oubliés » (Candau, 2005 : 73).

  • 13 La figure rhétorique de dérivation qui permet de stigmatiser une altérité supposée intervient à la (...)

20La nostalgie construite par É. Zemmour se fonde donc sur la mise en exergue d’une altérité présentée comme cause principale du déclin du temps présent. Cette altérité est (re)présentée à de multiples reprises au cours de la vidéo, mais la dérivation initiale (qui intervient à la 19seconde), « étrange et pour tout dire étrangère » 00 m 19 s à 00 m 22 s13, incarne le glissement rhétorique et symbolique sur lequel se fondera pratiquement l’ensemble du discours. La vidéo commence par l’évocation d’un « un sentiment étrange et pénétrant de dépossession » 00 m 10 s suivie par la description d’actions du quotidien des citoyen·nes auxquel·les s’adresse le candidat (marcher en ville, regarder une publicité, aller au cinéma, prendre le métro, etc.), mais certaines de ces actions sont déjà circonscrites par la présence du possessif de la seconde personne du pluriel (« vous marchez dans les rues de vos villes» 00 m 14 s à 00 m 15 s). Les étranges étrangers évoqués au tout début du discours légitiment le paradigme possession/dépossession sur lequel s’ouvre la vidéo, de même qu’ils sont la première pierre à l’édiction d’une identité collective imaginaire (le « nous » dans lequel s’inclut É. Zemmour) dont ils sont exclus. Non seulement ils en sont exclus, mais ils sont au cœur de la chute de ce « nous » imaginé par le candidat, tout comme celles et ceux qui leur seraient d’une manière ou d’une autre favorables, car É. Zemmour « construit un récit obsessionnel, qui ramène toute évolution historique à un affrontement entre la France, son essence et ses héros d’un côté, et de l’autre les acteurs de son “déclin” ou de son “suicide”, des huguenots aux islamistes en passant par les révolutionnaires ou les féministes » (Collectif, 2022 : 4). En effet, les coupables énoncés du déclin et de sa supposée euphémisation sont multiples dans la vidéo d’É. Zemmour, car aux étrangers s’ajoutent leurs protecteurs imaginaires, « les puissants, les élites, les biens pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses » 03 m 10 s qui sont érigés en communauté d’opposition à ce collectif auquel s’adresse É. Zemmour. La morale manichéenne et la mise en place d’un affrontement supposé sont immédiatement scellées : « Vous avez compris avec le temps que c’était eux qui étaient un leurre, que c’était eux qui avaient tout faux, que c’était eux qui vous faisaient du mal » 03 m 29 s.

  • 14 « Based on a single transhistorical plot, a Manichaean battle of good and evil and the inevitable (...)

21Le discours d’É. Zemmour incarne parfaitement la mise en récit d’une nostalgie restauratrice telle que conceptualisée par Svetlana Boym (2001 : 43). En effet, pour la chercheuse, la nostalgie se déploierait par deux types de relations au passé qui tissent deux types d’imaginaires bien distincts. Un petit détour étymologique est indispensable ; la nostalgie est un terme forgé de toute pièce au xviie siècle par un médecin suisse, Johann Hofer (1688), autour de deux substantifs grecs « nostos » (le retour) et « algia », (la douleur). S. Boym s’appuie sur cette double valence au cœur de l’histoire du concept pour élaborer la théorie suivante : à la nostalgie réflective, plutôt portée sur le algia de la nostalgie, répondrait une autre forme de nostalgie, restauratrice, portée sur le versant du nostos. La nostalgie réflective comprendrait le passé comme une source de langueur et de délectation dans les mémoires individuelles, elle s’incarnerait dans des rêveries distraites et le plaisir des ruines, de la patine, ou de la contemplation des signes du temps qui passe, comme une source critique et nuancée de ce qui a été… À l’inverse, la nostalgie restauratrice considèrerait le passé comme un marqueur mémoriel et émotionnel à la fois fort, stable et inspirant pour le présent. L’accent est alors porté sur les mythes de l’histoire qui mettent en scène une gloire passée ou encore la reconstruction de monuments anciens. Pour S. Boym (2001 : 43), la nostalgie restauratrice s’incarne plus précisément par deux types d’intrigues narratives : la nécessaire restauration des origines ou les théories complotistes « basées sur un scénario transhistorique unique, une bataille manichéenne entre le bien et le mal et l’inévitable bouc émissaire incarné par un ennemi mythique14 ».

22Au-delà des pistes fécondes dans l’étude de l’élaboration de récits mémoriels et de leurs instrumentalisations soulevées par ces éléments d’analyse, la proposition de S. Boym éclaire amplement le rapport au passé qui se tisse dans les instrumentalisations politiques de la nostalgie. La mise en récit manichéenne de l’histoire s’instaure – débouchant sur un présent représenté comme déchu et affaibli par contraste avec passé chatoyant évoqué comme point d’origine et comme horizon indépassable – avec en ligne de mire l’imaginaire de deux forces en présence, un collectif, une identité commune dégradée au fil du temps par des altérités en présence. Le récit mêle donc question identitaire et structures mémorielles, car comme le rappelle Stuart Hall (2019 : 128) : « Les identités culturelles ne sont pas fixées par un quelconque “retour à l’origine” réel, mais plutôt par les points d’identification ou de suture produits au sein des discours de l’histoire et de la culture, étant donné que le positionnement du sujet par rapport à sa perception du passé est toujours une question discursive ». Dans le discours d’É. Zemmour, l’idée du continuum identitaire de même que celui de la transmission qui permet une continuité culturelle endogène est valorisée à plusieurs reprises, par exemple lorsqu’il souhaite que « que nous puissions transmettre [à nos enfants et à nos petits-enfants] la France telle que nous l’avons connue et reçue de nos ancêtres » 07 m 02 s, juste après s’être insurgé « pour que nos filles ne soient pas voilées » 06 m 58 s, le tout appuyé par des images d’un groupe de jeunes femmes et hommes en majorité blancs, manifestement soutien d’É. Zemmour.

Exemple 5. Images de campagne d’É. Zemmour appuyées par le discours suivant : « Pour que nos enfants et nos petits-enfants ne connaissent pas la barbarie, pour que nos filles ne soient pas voilées, et que nos fils ne soient pas soumis. Pour que nous puissions leur transmettre la France telle que nous l’avons connue et reçue de nos ancêtres » (06 m 58 s à 07 m 11 s). Les images représentent des jeunes blancs dynamiques qui acclament É. Zemmour.

23Ce « nous » en présence qui irrigue la vidéo du candidat émane de la représentation plutôt consensuelle et classique de références à l’histoire et la culture française. Mais il est à noter que ce « nous » autoproclamé, cette identité supposément partagée par l’auditoire de ce discours, est surtout aménagée à la convenance des idéaux réactionnaires du candidat, et outrepasse donc par moments la question culturelle et nationale. Ainsi, bien que la plupart des éléments distinctifs de ce « nous » imaginé par É. Zemmour renvoient implicitement à des éléments liés à la nationalité, la religion, l’origine ethnique ou la tradition, ils peuvent aussi renvoyer à la thématique des préférences sexuelles ou de genre, comme l’illustre l’extrait ci-dessous.

Exemple 6. Images de campagne d’É. Zemmour (04 m 47 s, 04 m 48 s). Plan moyen de travailleurs qui décorent l’extérieur d’un bâtiment avec la phrase « over the rainbow », puis le vidéo enchaine sur des fenêtres couvertes de symboles liés au masculin et au féminin, un drapeau arc-en-ciel, symbole des fiertés LGBTQ2IA+ recouvre le mur.

24Alors que l’on observe des images d’individus en train d’installer pacifiquement des symboles LGBTQ2IA+, le candidat commente : « C’est pourquoi nous devons restaurer notre école républicaine, son excellence et son culte du mérite et cesser de livrer nos enfants aux expériences égalitaristes des pédagogistes et des docteurs Folamour des théories du genre » 04 m 47 s. L’altérité dessinée par le discours d’É. Zemmour prend la forme d’une péjoration associée à la tolérance vis-à-vis du respect des expressions et identités de genres non conformes selon lui ainsi que des orientations sexuelles sortant du cadre hétéronormatif. En outre, ce respect est assimilé au corps professoral ou à l’institution scolaire telle qu’elle serait construite aujourd’hui.

25Chez É. Zemmour en particulier, cette identité collective promue passe aussi, comme nous l’avons vu plus haut, par la personnification de la France. Ainsi la France est-elle transformée en une « une entité collective, un “personnage” dénoncé ou défendu dans le cadre des luttes politiques du moment » (Noiriel, 2019 : 15). Comme le rappelle Gérard Noiriel (2019 : 77), les discours identitaires s’octroient l’énonciation d’un « nous » pour parler de la France : « Cet usage du “nous” leur permet de se comporter comme des porte-parole de la France. Pourtant, comme ils n’ont été mandatés par personne pour occuper cette fonction de représentant, ils la justifient par un autre argument : ils défendent l’intérêt des Français en menant un combat courageux pour la vérité ». Tout l’enjeu se situe donc dans les pourtours à esquisser autour de ce « nous », un territoire dont il faudrait définir strictement les limites pour mieux mettre en relief et déployer tout un imaginaire de ce qui relèverait de l’endogène et de l’exogène. Plus globalement, cette prétention à définir une réalité de ce qui relèverait d’une identité et d’une mémoire commune, et ce qui s’en distinguerait, s’inscrit dans une forme de « bataille des réels » (Corbillé, 2021 : 268) dans laquelle sont engagé·es plusieurs acteur·ices politiques (mais aussi des acteur·ices marchand·es, ou des industries culturelles et du divertissement). Autrement dit, il s’agit de se positionner en vainqueur sur la scène d’une conflictualité instaurée, de l’édiction de rapports de forces qui postulent une « réalité » univoque, laquelle prétend révéler au grand jour une immanence ou encore une objectivité par un travail de représentation et de légitimation. Tout en mettant à distance plus ou moins implicitement le concept d’idéologie, alors pointé comme une distorsion délétère du « réel » que l’on cherche à restaurer.

Sceller nostalgie et xénophobie : le succès facile d’un pacte performatif

26L’aboutissement de la création de ce « nous » imaginaire sculpté dans la nostalgie est le déploiement d’un discours xénophobe. En effet, on saisit bien comment la xénophobie se scelle habilement à la nostalgie dans l’énoncé d’É. Zemmour, dans la mesure où il renvoie à « la conception imaginaire de l’origine comme plénitude, à un passé dont la plénitude et la complétude sont toujours postulées » (Hall, 2019 : 128). Les glissements et les troubles qui sont distillés dans la vidéo entre la nostalgie et la xénophobie sont très nombreux, et reposent sur divers processus.

27D’abord, É. Zemmour semble maîtriser parfaitement la fonction sémiotique « d’ancrage » de l’image. Dans le désormais classique texte « Rhétorique de l’image », Roland Barthes (1964 : 44) définit l’un des usages du message linguistique comme « une sorte d’étau qui empêche les sens connotés de proliférer ». Il s’agit de la manière dont la mise en discours peut emprisonner les images dans une signification univoque. Cette fonction d’ancrage est peut-être le ressort rhétorique le plus puissant de cette vidéo. Par exemple, on observe une décorrélation totale entre les plans 14 et 15 de la vidéo (des images de grandes violences, dans la rue ou aux urgences d’un hôpital) et le texte de la voix off au même moment : « Vous attendez votre fille ou votre fils à la sortie de l’école, vous accompagnez votre mère aux urgences de l’hôpital », qui suggère que ce sont des scènes courantes, emblématiques. Le même mécanisme est utilisé aux alentours de 3 m 39 s et des suivantes : des images d’émeutes ou de voitures de police enflammées sont accompagnées de la mention d’un « leurre » brandi par les « puissants, les élites, les bien-pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses » qui, d’après É. Zemmour, seraient dans le déni et condamneraient le « sentiment de dépossession » partagé par la communauté du « nous » auquel il s’adresse. L’ancrage est clair : les membres n’appartenant pas à la communauté du « nous » zemmourien font une fois de plus preuve d’une grande violence et de velléités destructrices, et sont soutenus par une communauté de personnalités et de corps professionnels divers qui seraient collectivement dans le déni. Autre choix d’ancrage linguistique à la symbolique forte : la mention de « la disparition de notre civilisation » 03 m 38 s à 03 m 40 s au moment où sont diffusées des images du chantier de reconstruction d’une cathédrale. Cette sélection n’est pas étonnante : on peut supposer que É. Zemmour joue sur une forme d’ambiguïté : il s’agit de la démolition de l’Église de Saint-Jacques d’Abbeville, mais le souvenir de l’incendie (purement accidentel) de cathédrale Notre-Dame de Paris en 2019 peut être présent pour le public.

Exemple 7. Images d’archives de France 3 : une grue travaille sur une partie d’une cathédrale endommagée (03 m 38 s, 03 m 39 s).

28La création d’une communauté mémorielle imaginaire, d’un « nous » méta-mémoriel évoqué précédemment, s’arrime rapidement dans la vidéo à désignation de coupables tout aussi imaginaires, et dont les contours identitaires sont à peine voilés, de même que leurs rejets en bloc. À cet égard, le passage de la cathédrale et les plans qui suivent sont intéressants : « La disparition de notre civilisation n’est pas la seule question qui nous harcèle, même si elle les domine toutes. L’immigration n’est pas la cause de tous nos problèmes, même si elle les aggrave tous. La tiers-mondisation de notre pays et de notre peuple l’appauvrit autant qu’elle le disloque, le ruine, autant qu’elle le tourmente. C’est pourquoi vous avez souvent du mal à finir vos fins de mois. » (03 m 58 s).

Exemple 8. Images de campagne d’É. Zemmour. Plan général d’une voie ferrée et des amoncellements de déchets. De grands blocs appartement apparaissent en arrière-plan (03 m 52 s). Plan moyen d’individus à majorité « racisés », qui semblent regroupés dans un campement de fortune (03 m 57 s)

29D’abord, ces images alimentent bien sûr l’idée d’une paupérisation de la France, d’autant qu’elles suivent toute la première partie de la vidéo portée par la glorification du passé français. Il faut surtout noter que la supposée dégradation actuelle est directement énoncée et représentée comme étant liée à l’immigration, et que l’utilisation d’images de personnes de couleur intervient de manière flagrante uniquement lorsqu’il s’agit de désigner les coupables de cette chute. Ainsi, sans ambiguïté, la France du « nous » qui s’éteint doucement est la France d’hommes et de femmes à la peau blanche, reflétant ainsi les idées centrales du suprématisme blanc. Les moteurs de ce mouvement peuvent être définis comme :

  • 15 « An ideology that asserts national identity and belonging in terms of European descent. According (...)

« Une idéologie qui affirme l’identité nationale et l’appartenance à partir de la descendance européenne. Par conséquent, les nationalistes blancs considèrent que leurs pays sont menacés par l’immigration et les avancées sociales par les non-Blancs. Ils se battent pour l’idée que l’identité nationale et l’appartenance doivent être construites autour de la blancheur raciale – plutôt que la culture, la langue, ou le lieu – et que c’est la blancheur du passé d’une nation, de son présent et de son futur, qui assurent une continuité du développement historique et de sa survie15 » (Geary et al., 2020 : 2-3)

30On peut noter aussi le lien de cause à effet directement établi entre l’immigration, la paupérisation, et les difficultés financières éprouvées par certains Français·es (« c’est pourquoi vous avez du mal à finir vos fins de mois » [3 m 58 s]). Un autre passage paraît revêtir une importance capitale dans l’analyse de la nostalgie mise au service de la xénophobie : « Ce pays que vous chérissez, et qui est en train de disparaître. Vous n’avez pas déménagé, et pourtant vous avez la sensation de ne plus être chez vous. Vous n’avez pas quitté votre pays, mais c’est comme si votre pays vous avait quitté. Vous vous sentez étranger dans votre propre pays. Vous êtes des exilés de l’intérieur » (02 m 12 s et suivantes). On retrouve des éléments définitoires de l’émergence d’un sentiment nostalgique. Les mots d’É. Zemmour rappellent précisément la manière dont Vladimir Jankélévitch (1974 : 341) circonscrit la nostalgie : un « pathos d’exil » qui « exalte à l’extrême cette grisante poésie de l’espace » et possède « des effets sanctifiants ». La nostalgie, nous dit-il encore, « fabrique des lieux saints, condense la valeur autour d’une maison ». L’être nostalgique est « exilé d’un ailleurs atmosphérique et vaporeux, une ville pneumatique que l’exilé entrevoit par transparence et comme en filigrane à travers l’agitation de la ville étrangère » (id. : 346). Mais là où V. Jankélévitch décrit cet exil comme une métaphore puissante portée par notre imagination et le pouvoir de nos fantasmes, ou encore comme la construction d’un « horizon chimérique » (id. : 349), É. Zemmour pose en absolu cette chimère, et décrète qu’une altérité serait responsable de la disparition de ses propres chimères. La nostalgie est ici au service d’un désir absolu pour une homogénéisation qui elle seule permettrait de remonter le temps et retrouver une gloire que l’on estime perdue. Encore une fois, le nativisme est à l’œuvre : « Le présent est le miroir négatif de cette nostalgie identitaire purement fictive. Il est une version détériorée, tout aussi fictive, de qui “nous étions alors”. Pour trouver les preuves indiscutables de la réalité de cette fiction, le nativisme mobilise le regard public. Il l’attire vers des marqueurs capables de désigner ce par quoi cette communion identitaire serait aujourd’hui perturbée : le voile, la couleur de peau, la construction de mosquées » (Bertossi et al., 2021 : 101). Ainsi É. Zemmour instaure-t-il un discours du sauvetage de sa vision de la France par sa future politique avec des objectifs identitaires et patrimoniaux qui éclipsent le souci commun de l’écologie et du dérèglement climatique ou encore les relations internationales : « Pour que nous puissions encore conserver nos vies, nos traditions, notre langue, nos conversations, nos controverses sur l’histoire ou la mode, notre goût pour la littérature et la gastronomie. Pour que les Français restent des Français, fiers de leur passé et confiants dans leur avenir » 07 m 20 s.

Conclusion

31La mise en place d’un discours audiovisuel remédiant une histoire et une mémoire glorieusement fantasmées sous forme de méta-mémoire sclérosée, nourrie par des images et mots d’un déclinisme du temps présent, permet à É. Zemmour de produire un univers nostalgique, réactionnaire et xénophobe. Ce discours l’érige en capitaine du sauvetage d’une France qui n’a jamais existé, mais représentée telle qu’il aurait aimé qu’elle soit. En instaurant une méta-mémoire qui prétend sortir l’oubli de son éclipse, cette vidéo de campagne aux allures cinématographiques et publicitaires, rythmée comme un clip musical de fanfare politique et d’héroïsation, s’insère dans une mouvance qu’Erick Felinto et Richard Grusin (2021 : 19) nomment gore mediation (la médiation gore) dans le contexte de la politique des présidents Jair Bolsonaro et Donald Trump. Il s’agit d’utiliser massivement et abusivement les réseaux sociaux et des médias comme armes « non seulement pour représenter leurs personnalités autoritaires ou leurs croyances et politiques néofascistes, mais comme des agents ou actants qui eux-mêmes menacent et horrifient les gens, qui inflige de la violence psychologique et physiologique via la médiation ». É. Zemmour n’a pas fait de différence à l’élection et conserve donc un pouvoir limité pour exécuter la gore mediation sur une large échelle, mais il a mis en place son opérationnalisation qui consiste à ignorer la véracité des faits (ibid.) tout en mêlant à la médiation gore la fantasmagorie d’un passé glorifié et transformé.

32Par sa récursivité restauratrice et mensongère dans le passé, É. Zemmour omet la force créatrice et prospective de la nostalgie (Kisukidi, 2014 : 191-202) en la détournant et en abusant de cette dernière à des fins politiques et identitaires. En volant la nostalgie des possibles et en imposant sa seule vision du futur, l’avenir est déjà sclérosé dans un passé faussement restauré au présent.

Haut de page

Bibliographie

Alduy C., 2022, La Langue de Zemmour, Paris, Éd. Le Seuil.

Appadurai A., 1996, Modernity at large. Cultural Dimensions of Globalizations, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Barthes R., 1964, « Rhétorique de l’image », Communications, 4, p. 40-51. https://doi.org/10.3406/comm.1964.1027

Bertossi C., Taché A., Willem Duyvendak J., 2021, Nativisme. Ceux qui sont nés quelque part et veulent en exclure les autres, Paris, Les Petits Matins

Boym S., 2001, The Future of Nostalgia, New York, Basic Books.

Candau J., 2005, Anthropologie de la mémoire, Paris, A. Colin.

Certeau M. De , 1990, L’Invention du quotidien, t.1, Arts de faire, Paris, Union générale d’édition.

Charle C., 2011, Discordance des Temps. Une brève histoire de la modernité, Paris, A. Colin.

Cinpoeş R. et Norocel O. C., 2020, « Nostalgic nationalism, welfare chauvinism, and migration anxieties in central and Eastern Europe », in O. C. Norocel et al.(eds.), Nostalgia and Hope. Intersections between Politics of Culture, Welfare, and Migration in Europe, Springer, Cham, p. 51-65. https://doi.org/10.1007/978-3-030-41694-2_4

Collectif, 2022, Zemmour contre l’histoire, Paris, Gallimard.

Corbillé S., 2021, Fantasmagorie du capital dans un parc à thème pour enfants. Enquête sur la culture contemporaine mondialisée, Manuscrit d’Habilitation à Diriger des Recherches, Sorbonne Université.

Fantin E. et Le Hégarat T., 2016, « L’Age d’or. Introduction », Le Temps des médias, 27, p. 5-15. https://doi.org/10.3917/tdm.027.0005

Farge A., 1989, Le Goût de l’archive, Paris, Éd. Le Seuil.

Felinto E. et Grusin R., 2021, « Gore Mediation and the Bromance of Jair Bolsonaro and Donald Trump », Intermédialités. Histoire et théorie des arts, des lettres et des techniques / Intermediality. History and Theory of the Arts, Literature and Technologies, 37-38, p. 1-31. https://doi.org/10.7202/1086245ar

Franklin S., 2019, « Nostalgic nationalism. How a discourse of sacrificial reproduction helped fuel Brexit Britain », Cultural Anthropology, 34 (1), p. 41-52. https://doi.org/10.14506/ca34.1.07

Geary D., Sutton J. et Schofield C., 2020, White Nationalism. From Apartheid to Trump, Manchester, Manchester University Press.

Hall S., 2019, Race, ethnicité, nation. Le triangle fatal, trad. de l’anglais par K. Mercer, Paris, Éd. Amsterdam.

Hofer J., 1688, Dissertatio Medica de nostalgia, Bâle, Bertschius.

Jankélévitch V., 1974, L’irréversible et la Nostalgie, Paris, Flammarion.

Gilroy P., 2020, Mélancolie post-coloniale, trad. de l’anglais par M. Saint-Upéry, Paris, Éd. B42

Kisukidi N. Y., 2014 « Nostalgia and Postcolonial Utopia in Senghor’s Négritude » dans Niemeyer K. (éd.), Media and Nostalgia, Londres, Palgrave Macmillan, p. 191-202. https://doi.org/10.1057/9781137375889_15

Koteyko N. et Ryazanova-Clarke L., 2009, « The path and building metaphors in the speeches of Vladimir Putin. Back to the future ? », Slavonica, 15 (2), p. 112-127. https://doi.org/10.1179/136174209X12507596634810

Legrand S., 2007, Les Normes chez Foucault, Paris, Presses universitaires de France.

Menke M. et Wulf T., 2021, « The dark side of inspirational pasts. An investigation of nostalgia in right-wing populist communication », Media and Communication, 9 (2), p. 237-249. https://doi.org/10.17645/mac.v9i2.3803

Noiriel G., 2019, Le Venin dans la plume. Édouard Drumont, Éric Zemmour et la part sombre de la République, Paris, Éd. La Découverte.

Norocel O. C., Hellström A. et Jørgensen M. B. (dirs), 2020, Nostalgia and Hope. Intersections between Politics of Culture, Welfare, and Migration in Europe, Cham, SpringerOpen.

Nouhaud M., 1982, L’Utilisation de l’histoire par les orateurs attiques, Paris, Éd. Les Belles Lettres.

Pranchère J.-Y., 2022, « L’illusion souverainiste », Esprit, 2022/3, p. 59-71. https://doi.org/10.3917/espri.2203.0059

Ricœur P., 1990, « Mimèsis, référence et refiguration dans Temps et Récit », Études phénoménologiques, 6 (11), p. 29-40. https://doi.org/10.5840/etudphen19906118

Rigoulot P., 2021, « Les certitudes d’un polémiste », Commentaire, 176, 935-936. https://doi.org/10.3917/comm.176.0935

Zemmour É., 2016, Le Suicide français, Paris, A. Michel.

Zerubavel E., 2003, Time Maps. Collective Memory and the Social Shape of the Past, Chicago/London, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Le International Media and Nostalgia Network est un regroupement international d’universitaires, professionnelles et artistes qui s’intéressent aux multiples manifestations de la nostalgie dans l’histoire et à l’heure actuelle. Accès : https://medianostalgia.org/.

2 La Russie a envahi l’Ukraine le 22 février 2022. La guerre court toujours, à l’heure où nous finalisons cet article, fin novembre 2023.

3 Avant son retrait de Youtube, l’adresse de la vidéo d’annonce de candidature d’É. Zemmour à à l’élection présidentielle française était la suivante : https://www.youtube.com/watch?v=k8IGBDK1BH8 (consulté le 24 février 2022).

4 Le décompte des vues et des commentaires obtenus par la vidéo a été effectué le 24 février 2022.

5 Voir les articles suivants : Fritel L., 2021, « Éric Zemmour s’élance vers la présidentielle sur un air de Beethoven », Le Figaro, https://www.lefigaro.fr/musique/eric-zemmour-s-elance-vers-la-presidentielle-sur-un-air-de-beethoven-20211130 ; Fournier B., 2021, « La récupération idéologique de la “7e Symphonie”de Beethoveen par Eric Zemmour relève de la tromperie », https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/12/28/la-recuperation-ideologique-de-la-7e-symphonie-de-beethoven-par-eric-zemmour-releve-de-la-tromperie_6107487_3232.html.

6 Consulter : Hassan A. et Segui J., 2021,« Ce que dit l’analyse linguistique de la vidéo de campagne d’Éric Zemmour », Le Guiti News, https://guitinews.fr/a-la-loupe/ce-que-dit-lanalyse-linguistique-de-la-video-de-campagne-deric-zemmour/ ; Perrot, E., 2022, « Analyse critique de la vidéo de candidature d’Éric Zemmour », KIP, http://kipthinking.com/analyse-critique-de-la-video-de-candidature-deric-zemmour/

7 Romain Imbach et al., 2021, « Le clip de campagne d’Éric Zemmour décortiqué : 114 séquences “empruntées” et quelques contresens », Le Monde, 3 déc. Accès : https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/12/03/le-clip-de-campagne-d-eric-zemmour-decortique-114-sequences-empruntees-et-quelques-contresens_6104627_4355770.html

8 Accès : https://www.hacking-social.com/2021/12/02/decryptage-de-la-video-de-zemmour/

9 Notre analyse s’appuie sur une étude détaillée des 304 plans (formant 78 scènes) qui composent la vidéo, incluant une retranscription du discours jointe aux captures d’écran.

10 Voir aussi Ricœur, 1990.

11 « Patterned in a highly structured manner that both shapes and distorts what we actually come to mentally retain from the past » (Zerubavel 2003 : p. 11 ; pour cette citation et les suivantes, notre traduction).

12 Le Lagarde et Michard est un manuel scolaire de littérature française, publié depuis 1948 et désormais édité chez Bordas. Le Petit Lavisse est un manuel scolaire d’histoire, imaginé par l’historien du même nom à la fin du xixe siècle. Il est désormais réédité chez Armand Colin.

13 La figure rhétorique de dérivation qui permet de stigmatiser une altérité supposée intervient à la deuxième phrase « Mes chers compatriotes, depuis des années, un même sentiment vous étreint, vous oppresse, vous hante, un sentiment étrange et pénétrant de dépossession. Vous marchez dans les rues de nos villes, et nous ne les reconnaissez pas, vous regardez vos écrans, et on vous parle une langue étrange et pour tout dire étrangère… ».

14 « Based on a single transhistorical plot, a Manichaean battle of good and evil and the inevitable scapegoating of the mythical enemy. » (Boym, 2001 : 43).

15 « An ideology that asserts national identity and belonging in terms of European descent. Accordingly, white nationalists see their countries as threatened by immigration and social advancement by non-whites. They contend that national identity and belonging must be built around racial whiteness- rather than culture, language or place- and that it is the whiteness of the nation’s past, present and future that ensures its continued historical development and survival » (Geary et al., 2020 : 2-3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. « Le récit du déclin » (d’après Zerubavel, 2003 : 16)
URL http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/docannexe/image/33290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Fantin, Katharina Niemeyer et Corine Dufresne-Deslières, « Nostalgies et remédiations du passé en politique, ou le danger des abus de la mémoire »Questions de communication, 44 | 2023, 263-282.

Référence électronique

Emmanuelle Fantin, Katharina Niemeyer et Corine Dufresne-Deslières, « Nostalgies et remédiations du passé en politique, ou le danger des abus de la mémoire »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33290 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33290

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Fantin

Celsa Sorbonne Université, Gripic, F-92200, Neuilly-sur-Seine, France

Katharina Niemeyer

Université du Québec à Montréal, Celat, CA-QC H2X 1L5, Montréal, Canada

Articles du même auteur

Corine Dufresne-Deslières

Université du Québec à Montréal, Celat, CA-QC H2X 1L5, Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search