Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44FocusSur Donald l’imposteur ou l’impér...

Focus

Sur Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants d’Ariel Dorfman et Armand Mattelart

Focus on How to read Donald Duck. Imperialism ideology in the Disney comic of Ariel Dorfman and Armand Mattelart
Michel Sénécal
p. 301-330

Résumés

L’article a pour ambition de retracer la généalogie du livre Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants d’Ariel Dorfman et Armand Mattelart, publié en 1976 aux éditions Alain Moreau à Paris. L’ouvrage s’inscrit dans la dynamique politico-culturelle de la transition vers le socialisme impulsée par l’Unité populaire au Chili à partir de 1970, qui fut dramatiquement interrompue par un coup d’État militaire à peine trois ans plus tard. Il convient donc de situer l’ouvrage dans les contextes politique, médiatique et universitaire de cette période sociohistorique, tout en prenant en compte les débats sur les politiques culturelles issus de ce qui a été appelé le « laboratoire chilien » ainsi que les pratiques médiatiques inédites élaborées en opposition de l’impérialisme états-unien qui affectait les pays dits dépendants comme le Chili, dans des secteurs variés, des mines aux banques, en passant par les médias et la culture. À la fois décryptage idéologique des valeurs et conceptions du monde véhiculées par les comics de Disney et mise en évidence des structures politiques et économiques qui en sont les fondations, le livre constitue un exemple d’une approche critique matérialiste qui conçoit dialectiquement la société comme un ensemble de contextes et de dimensions indissociables.

Haut de page

Texte intégral

« [Ce livre] est rapidement devenu un véritable best-seller et se lit avec le temps comme l’icône d’une époque dédiée à la critique de la culture de masse et à la dénonciation de ce qui était alors nommé impérialisme culturel, faisant de ses auteurs les caricatures par excellence de l’intellectuel politisé latino-américain »
Zarowsky (2013a)

1Dans le champ de la culture et de la communication, rares sont les ouvrages ayant obtenu un tel succès de librairie tout en demeurant l’objet d’une constante controverse sur sa nature, au moment de sa publication originale comme au cours des cinq décennies qui ont suivi. Et le passage du temps ne facilite guère la tâche de procéder à sa généalogie, en espérant se distancier d’une vision par trop nostalgique ou encore des interprétations qui, depuis, lui ont attribué diverses intentions. D’autant que les auteurs Ariel Dorfman et Armand Mattelart ont connu de longues carrières universitaires, dans lesquelles s’insère ce livre, parmi tant d’autres à leur actif, aussi représentatifs, sinon plus, de leur démarche intellectuelle.

2Qui pouvait pourtant prédire, en 1971, que Para leer el Pato Donald, comme le proclame la quatrième de couverture de la dernière édition en anglais parue en 2018 aux éditions OR Books, atteindrait le million d’exemplaires vendus à travers le monde et ferait l’objet de traductions en dix-sept langues ? Que ce livre serait jugé subversif au point de faire l’objet d’un autodafé, tandis que ses auteurs seraient physiquement menacés et forcés à l’exil ? Que cet essai provenant du continent sud-américain et d’obédience marxiste acquerrait une telle notoriété au pays de Disney en dépit de son geste de lèse-majesté envers l’une des icônes du marché de la culture populaire ?

3Alors que Disney, l’une des plus imposantes multinationales du divertissement, célèbre son centième anniversaire d’existence avec une pléthore d’événements à l’échelle internationale et que cela fait cinquante ans, le 11 septembre 2023, que s’est produit le coup d’État militaire au Chili à l’encontre du gouvernement démocratiquement élu de Salvatore Allende, ce retour sur la traduction en français sous le titre de Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants, prend un sens tout à fait particulier. Bien sûr, le Donald du titre fait référence à l’une des figures mythiques de la ménagerie disneyenne qui depuis longtemps n’a plus de frontières, tandis que l’impérialisme dont il est question est celui de la puissance états-unienne, qui, ne se limitant pas à sa prédominance culturelle, dont Disney est assurément un des fleurons, s’est largement investie dans l’imposition de sa conception monolithique du monde. Celle-ci ne laisse guère de place à la critique ni à la recherche de modèles de gouvernance collective divergents, notamment à ceux ayant émergé en Amérique latine, comme cette coalition politique de gauche que représentait l’Unité populaire (UP) au Chili.

« Comme tout empire, l’américain est persuadé d’offrir – c’est sa légitimité, sa bonne conscience, son gage d’avenir – la réponse idéale à la question du bonheur des hommes. Il se présente comme la meilleure formule, celle qui dispense d’en chercher d’autres » (M. Mattelart, 1976 : 13).

4Publié originellement en espagnol en 1971, le livre, s’est inscrit dans la durée et a acquis au cours des cinquante dernières années, pour des raisons qui seront explorées plus loin, une portée symbolique faisant souvent abstraction de la volonté initiale des auteurs et du contexte de réalisation de l’essai, une société chilienne alors en pleine transformation. D’où l’attention qui sera accordée par la suite aux motivations et aux dynamiques à l’origine de l’ouvrage afin de « rendre compte du travail de la pensée au cœur des expériences historiques » (Altamirano, 2005 : 10).

  • 1 « Rien qu’au Chili, à en croire la propagande narcissique qui s’étale dans ses revues, les dessins (...)

5Selon Mariano Zarowsky, qui a consacré plusieurs écrits au parcours intellectuel d’A. Mattelart et, notamment, à la réception de ses travaux séminaux en Amérique latine, il est indéniable que ce livre, devenu un classique, constitue une étape importante dans l’émergence des études en communication et l’histoire culturelle du continent. Il explique qu’il est particulièrement paradoxal qu’un livre ayant eu pour ambition première de démystifier les comics les plus lus de Disney1 soit à son tour devenu un mythe, en raison « de certaines interprétations textualistes et reconstructions anhistoriques » (Zarowsky, 2010 : 1-2) et constitue par conséquent « une extraordinaire source de malentendus quant à ses origines » (Zarowsky, 2013b : 99). En effet, il serait difficile de saisir la signification profonde de l’ouvrage, une fois celui-ci soustrait du contexte sociohistorique dans lequel il s’imbriquait, à savoir

« le contenu du débat politico-culturel dans le Chili socialiste et l’existence d’une série d’espaces sociaux aux multiples imbrications, de formations culturelles et d’institutions, où de nouvelles formes de production de connaissances scientifiques et d’intervention intellectuelle ont été expérimentées » (ibid. : 100).

6Et si l’on insistait pour considérer ce livre comme un artefact de cette époque, ce serait plutôt parce qu’il a été au confluent des initiatives suscitées au sein de la gauche chilienne pour dénoncer « le rôle de reproduction de l’idéologie dominante qu’ont les médias, dans la société capitaliste » et pour « mettre l’appareil de la communication de masse au service de la libération » (M. Mattelart, 1976 : 24-25).

  • 2 Cette expression d’A. Gramsci caractérise le rôle de l’intellectuel qui, selon lui, doit contribue (...)

7Il convient de souscrire aux préoccupations épistémologiques d’A. Mattelart pour la généalogie des phénomènes et processus communicationnels, y compris les conditions de réalisation de son propre travail, sachant qu’il s’agit du « résultat de conditions intellectuelles et matérielles singulières, dépendantes de contextes sociopolitiques, historiquement et géopolitiquement situés » (Granjon, 2015 : 165). De fait, il s’agit d’adopter aussi cette approche matérialiste de la culture qu’il a faite sienne et « qui cherche à la fois le sens, la structure significative de l’objet étudié et sa production, sa genèse, c’est-à-dire le besoin fonctionnel qui l’a engendré à l’intérieur d’une structure plus vaste dans laquelle il remplit une fonction » (Goldman, 1980 : 121). D’où l’importance de retracer les conditions d’émergence particulières de l’ouvrage afin de le remettre dans la temporalité de la bataille idéologique dans laquelle le Chili s’était engagé et qui a conduit les auteurs à devenir des « intellectuels organiques2 » dans la construction d’alternatives médiatiques et culturelles.

De quel livre parle-t-on au juste ?

  • 3 D’ailleurs, l’ouvrage original est dédié aux enfants des Dorfman et des Mattelart et, par-delà, à (...)
  • 4 A. Mattelart et H. Schmucler fonderont, avec le théologien catholique brésilien Hugo Assman, la re (...)
  • 5 Cette édition est préfacée par M. Rodriguez Bethencourt, de l’école de journalisme de l’université (...)

8Lorsque Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants3 est publié en français par l’éditeur Alain Moreau en 1976, il s’agit de la traduction du livre original en espagnol, Para leer al Pato Donald, édité au Chili en 1971 par les presses universitaires de l’université catholique de Valparaiso. L’année suivante, une édition latino-américaine est publiée par la maison d’édition Siglo XXI (Buenos Aires et Mexico) et dont le préfacier est Hector Schmucler4. Et déjà, en 1976, celle-ci est rendue à sa seizième réédition (Dorfman et Mattelart, 1976). En 1974, une édition est aussi produite à La Havane par l’Institut cubain du livre5. Dès 1972, les éditions Feltrinelli de Milan en ont déjà assuré la publication en italien sous le titre Come leggere Paperino. Iniciativas Editorias de Lisbonne entame le pas avec une version en portugais en 1975, Para ler a Pato Donald.

  • 6 S. Siegelaub a coédité avec A. Mattelart l’anthologie en deux volumes Communication and Class Stru (...)

9Du côté anglophone, il faut patienter quelques années. Beacon Press, l’éditeur pressenti au départ, qui avait pourtant publié les Pentagone Papers en 1971, abandonne vite le projet par crainte de représailles de la part de l’empire Disney, connu pour ses litiges fréquents en matière de copyright. C’est donc en 1975 que la première édition en anglais est publiée par International General (New York), dirigée par Seth Siegelaub6, avec pour titre How to Read Donald Duck. Imperialist ideology in the Disney comic, dont la traduction et la préface sont réalisées par un historien britannique de l’art, David Kunzle, pionnier des études sur la bande dessinée.

10L’édition d’International General comporte un tirage de 4 000 exemplaires imprimés à Londres et expédiés aux États-Unis. Étant donné que, pour illustrer le propos, l’ouvrage reproduit quelques planches de bandes dessinées de Disney sans autorisation, il est soupçonné de contrefaçon et saisi aux douanes américaines. À la suite d’une saga juridique dont fait état la postface du philosophe John Shelton Lawrence (2018) dans les éditions suivantes en anglais, seulement 1 500 exemplaires furent autorisés à être diffusés aux États-Unis. Il faut attendre 2018 pour que la maison d’édition états-unienne OR Books consente pour la première fois à publier l’ouvrage, à l’initiative d’A. Dorfman qui en signe une nouvelle introduction personnelle. C’est probablement grâce aux rééditions anglaises et espagnoles que le livre a pu connaître une telle diffusion, car il n’y a eu qu’une seule édition en français en 1976, traduite et préfacée par la sociologue Michèle Mattelart – conjointe de A. Mattelart –, faisant en sorte qu’il est devenu à présent rarissime dans cette langue.

11Si cette énumération peut paraître quelque peu redondante à première vue, elle témoigne cependant de l’engouement que suscite très tôt l’ouvrage. Des journaux étrangers à l’affut de la situation politique chilienne inédite à plusieurs égards en font vite des recensions.

« L’intérêt que suscita la sortie de ce livre sous toutes les latitudes correspond certainement à une période où la tension géopolitique, s’exprimant notamment à travers la critique de toute forme d’impérialisme, se développe et touche également les secteurs de la culture et de la communication » (A. Mattelart, 2010 : 118).

  • 7 À la sortie de l’édition française du livre de A. Dorfman et A. Mattelart (1976), ce dernier a été (...)

12Bien qu’il ait été écrit en tandem, du côté des sciences de l’information et de la communication (SIC) francophones, l’ouvrage est probablement davantage associé au parcours de l’enseignant-chercheur A. Mattelart, qui, une fois revenu en France en 1973 à la suite du coup d’État militaire au Chili, contribue de façon significative au développement de la discipline des SIC alors en émergence (Mattelart, 2010). Ses livres Mass média, idéologies et mouvement révolutionnaire (1974) et Multinationales et systèmes de communication (1976a), parus aux éditions Anthropos, proposent des traductions de ses travaux produits jusque-là exclusivement en espagnol. Et comme le souligne alors Robert Escarpit (1977 : 17), auteur de la Théorie générale de l’information et de la communication, « l’œuvre d’Armand Mattelart dans le domaine de la communication de masse est abondante et originale, mais encore trop peu connue en France, car la plus grande partie a été publiée en espagnol au Chili où Mattelart a travaillé de 1962 à 19737 ».

  • 8 A. Mattelart « découvre à travers les stratégies médiatiques instaurées par les experts états-unie (...)
  • 9 Il est pertinent de mentionner que, contrairement à l’université du Chili, qui est publique, l’uni (...)

13Belge d’origine, A. Mattelart avait décidé de s’installer au Chili en 1962 après avoir terminé des études de démographie. Il fait la transition vers les études en communication à partir d’analyses qu’il effectue en particulier sur la planification des naissances en élaborant une critique du diffusionnisme fortement relié aux théories fonctionnalistes de la communication8. Il enseigne à l’université pontificale catholique du Chili9. De son côté, l’écrivain A. Dorfman, argentin de naissance, a vécu aux États-Unis qu’il quitte avec ses parents dans les années 1950, à l’époque du maccarthysme et de la chasse aux communistes pour émigrer au Chili, y poursuivre des études et devenir professeur de littérature latino-américaine à l’Université du Chili. Tous les deux œuvrent sur différents chantiers politico-culturels qui, érigés dans la foulée de la prise du pouvoir de l’UP, susciteront de réels espoirs de mettre en place des pratiques anti-hégémoniques dans le secteur de la culture et de la communication.

Une situation (géo)politique sous tension

  • 10 L’UP est une coalition des partis socialiste, communiste et social-démocrate, ainsi que du Mouveme (...)

14Le contexte politique particulier au Chili de 1970 à 1973 est marqué par l’élection de l’UP le 4 septembre 1970, une coalition de partis de gauche et de centre gauche10, avec, à la présidence, le candidat socialiste S. Allende Gossens, ouvertement marxiste – une première dans l’hémisphère occidental. Très tôt,

« [le] monde a les yeux rivés sur l’expérience de “révolution dans la légalité” [que celui-ci] entend construire. La modération du président, sa promesse de respecter les libertés démocratiques, le calme de la rue, le soutien de la démocrate-chrétienne et la loyauté affichée par les forces armées constituent des motifs d’optimisme » (de La Souchère, 1970 : 1).

15Preuve de cette volonté d’agir démocratiquement, S. Allende accepte d’amender la constitution afin de garantir une série de libertés, dont celle des partis et des syndicats, et de faire en sorte qu’il n’y ait aucune entrave à la liberté de la presse ni à la liberté d’expression de tous les secteurs de la société.

  • 11 L’expression « voie chilienne vers le socialisme » est selon les termes mêmes du président S. Alle (...)

16Fidèle à son programme progressiste, l’UP a clairement pour but de créer un État socialiste de manière tout à fait légale et sans le recours à la force qui, pourtant, avait caractérisé par le passé certaines prises de pouvoir en Amérique latine, à l’exemple de la révolution cubaine de 1959 ou du coup d’État au Brésil de 1964. Le Chili faisait alors face à une grave crise politique, économique et financière, car, jusque-là, « [le pays] était complètement à la merci des intérêts des entreprises américaines, sa dette extérieure étant la deuxième plus élevée au monde par habitant » (Kunzle, 2018 : 2). Cette « voie chilienne vers le socialisme »11 envisage une nouvelle politique économique qui, dès lors, s’appuie sur des mesures visant à faire passer des secteurs clés de l’économie sous le contrôle de l’État. Il est donc prévu d’accélérer le processus de nationalisation totale des mines de cuivre – la principale ressource du pays – jusque-là largement entre les mains de multinationales nord-américaines. Les industries du charbon et de l’acier suivent le même processus. Entre-temps, le gouvernement a commencé à étatiser les banques privées en rachetant leurs actions afin d’orienter le crédit en fonction des nécessités économiques les plus urgentes du pays. De la même manière, il a entamé la nationalisation de certaines industries en situation de monopole, sans toutefois viser l’étatisation complète de l’économie, le secteur privé cohabitant avec les entreprises mixtes ou publiques. Il n’est nulle question d’interdire les investissements étrangers, mais de mieux les orienter en regard des intérêts nationaux.

  • 12 Selon l’analyse qu’en fera F. Mitterrand, rapportée dans Manière de voir (2022 : 12).

17Autre chantier important, celui de la réforme de la loi agraire, amorcée sous le gouvernement précédent d’Edouardo Frei de la démocratie-chrétienne, qui suppose une « utilisation rationnelle du sol en vue de mettre fin aux déficiences de la production agricole » (de La Souchère, 1966 : 10). Par ailleurs, l’UP propose d’améliorer les conditions d’accès à l’éducation, aux soins médicaux, au logement et au travail. Bref, il s’agit de « bouleverser les structures économiques tout en maintenant les libertés individuelles12 ». En revanche, tout semble en place pour irriter l’aristocratie terrienne et la bourgeoisie urbaine chiliennes. Et, alors que l’on assiste à des fuites massives de capitaux du Chili, les classes défavorisées et les paysans sans terre y voient les « possibles » d’un avenir meilleur, pendant que le PIB progresse et le chômage diminue, la Sécurité sociale est étendue et les sols sont redistribués.

18Par conséquent, à peine un an après son élection, les réformes de l’UP sont toujours contestées par l’opposition, d’abord par la droite classique qui les récuse en bloc depuis le début, mais aussi par la démocratie chrétienne, pourtant un allié au départ, qui s’avère de plus en plus critique. Par la suite, l’opposition conservatrice passera à une offensive plus radicale en sabotant l’économie, alors que se multiplient les boycottages et les lockouts patronaux, auxquels répliqueront les travailleurs avec l’occupation des usines et l’instauration de modèles d’autogestion.

  • 13 Les États-Unis ne veulent surtout pas que se multiplient les révolutions à l’image de celle de Cub (...)

19Mais la violence symbolique qui commence à se faire sentir dans l’espace médiatico-politique se double d’actes de violence physique. Il est impossible de passer sous silence la situation géostratégique du Chili en Amérique latine et les velléités des États-Unis de contrôler le sous-continent de peur de la multiplication d’autres Cuba13 en comptant sur les acteurs de la communication. Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler que le premier complot, en vue d’empêcher le président élu d’assumer son mandat, a été concocté, en octobre 1970 par la multinationale de télécommunications l’International Telegraph and Telephone (ITT), de concert avec les agences de renseignement des États-Unis et un secteur de l’extrême droite chilienne :

« L’assassinat du commandant en chef de l’armée, le général René Schneider (le 25 octobre 1970) par un commando d’extrême droite et la découverte […] de diverses tentatives d’attentats dirigés contre le président S. Allende lui-même [tendraient] à prouver que certains milieux sont prêts à jouer le tout pour le tout » (Buhrer, 1971 : 15).

20Si jusqu’ici l’armée est restée neutre, évitant probablement le pire, l’éventualité d’un affrontement plus radical entre la gauche et la droite ne peut être toutefois négligée. D’ailleurs, l’antagonisme était si intense que certains secteurs privilégiés espéraient ouvertement que les militaires osent un coup d’État.

  • 14 Fondé en 1827, El Mercurio est le journal conservateur le plus influent du Chili, lequel se targue (...)

21En effet, l’élection de l’UP s’est produite avec pour arrière-plan la polarisation géopolitique internationale que constitue la Guerre froide entre les blocs de l’Est et de l’Ouest. C’est peu dire que les États-Unis se montreront hostiles à cette transition chilienne, fusse-t-elle non violente et légale, vers le socialisme. La contre-offensive des États-Unis pour déloger le gouvernement de S. Allende est double. D’une part, les agences gouvernementales et de renseignements, la Central Intelligence Agency (CIA) en tête, se préparent à soutenir un coup d’État militaire dès que cela sera possible et, entre-temps, financent les activités des appareils idéologiques de la droite chilienne dont le principal journal de la réaction, El Mercurio14, s’est lancé dans une campagne systématique de dénigrement envers le président S. Allende (Gaudichaud, 2015). À l’instar de l’ITT, les multinationales états-uniennes contribuent aussi à l’orchestration de cette propagande, afin de maintenir un climat d’incertitude propice à décourager les milieux industriels et financiers à y investir ou à y poursuivre leurs activités (Lemoine, 2015). D’autre part, en réplique aux nationalisations et expropriations, le président des États-Unis Richard Nixon et son conseiller à la sécurité nationale Henry Kissinger ont très tôt œuvré à déstabiliser le pays en imposant un embargo économique.

22Si le « blocus invisible » imposé au Chili le paralyse et entraîne une sérieuse pénurie de denrées, cyniquement vite dénoncée par les élites, des produits étrangers ont tout de même pu y être importés, dont du matériel militaire destiné aux putschistes, mais aussi des programmes télévisés, des publicités, des magazines, des sondages d’opinion pour les médias de masse chiliens « qui continuent pour une large part d’être entre les mains d’un petit groupe en train de perdre ses privilèges » (Dorfman et Mattelart, 2018 : xiii). Les bandes dessinées d’aventure de Mickey Mouse et Donald Duck font assurément partie de ces transgressions.

23Les conditions propices à un coup d’État sont proprement mises en place. Conduit par le général Augusto Pinochet, il a lieu le 11 septembre 1973 et est activement appuyé par les États-Unis. Il conduit à l’instauration d’une dictature militaire et à une répression brutale qui fera des milliers et des milliers de victimes, de personnes torturées ou disparues. Celle-ci durera jusqu’au 1er mars 1990, à la suite du référendum de 1988.

Un espace médiatique inégalitaire

24Si la volonté de pallier les inégalités de la société chilienne se concrétise dans une série de mesures sociales et économiques aux résultats tangibles, elle ne se traduit pas pour autant dans l’atteinte d’un accès plus égalitaire à l’espace médiatique, donnant à penser que « la politique de l’information en période de rupture n’est généralement pas considérée comme prioritaire. L’expérience chilienne tend [plutôt] à montrer que lorsqu’elle se pose ce problème, la gauche se trouve bien démunie pour le résoudre » (M. Mattelart, 1978 : 10). Or, il en résulte un combat inégal, alors que « sur 64 journaux et 134 stations de radiodiffusion (le média le plus influent dans un pays comme le Chili) seuls 10 journaux et 36 stations de radio [soutiennent] le gouvernement » et que « la presse, la télévision et la radio [sont] aux mains de la bourgeoisie des instruments puissants pour mobiliser contre la tentative socialiste de vastes secteurs de la population » (ibid.). Toutes les pièces sont agencées pour créer « une véritable pollution informative, par le lancement de nouvelles publications et l’importation redoublée de magazines et de feuilletons de télévision made in U.S.A. (l’idéologie qu’ils véhiculent n’est pas précisément porteuse d’idées révolutionnaires). Le respect de la liberté de circulation de l’information qui, du premier au dernier jour, anima le gouvernement Allende lui interdit de mettre des limites à cette véritable invasion » (ibid.). Aucune expropriation n’est effectuée par l’UP, ni de frein mis à la liberté de presse. En revanche, « l’opposition intérieure garda sa chaîne de télévision, ses journaux, ses radios, ses magazines, ses agences de publicité, et on ne vit jamais un gouvernement, plus soucieux de la liberté de presse, se faire aussi conspuer au nom de cette même liberté d’expression » (M. Mattelart, 1976 : 24). Il semble donc plus aisé de nationaliser le cuivre que de libérer les médias de l’influence états-unienne. « La chaîne EV la plus populaire du Chili importait environ la moitié de son matériel des États-Unis […] et jusqu’en juin 1972, 80 % des films projetés dans les cinémas (le Chili n’avait pratiquement pas d’industrie cinématographique) provenaient des États-Unis » (Kunzle, 2018 : 2-3).

25De son côté, la presse écrite quotidienne est fortement concentrée entre les mains de grands groupes financiers.

« Avec son navire enseigne El Mercurio, ses deux journaux populaires dans la capitale et une dizaine d’autres en province, le groupe Edwards contrôle plus de 60 % du marché. Même concentration éditoriale dans le domaine des hebdomadaires aux mains de deux entreprises, dont celle qui possède El Mercurio » (Mattelart, 2010 : 67).

  • 15 « Dans les années 1960, A. Edwards Eastman est à la tête de quelque soixante sociétés anonymes. De (...)
  • 16 Pour une analyse de ce mouvement insurrectionnel de droite contre le gouvernement de l’UP mis en é (...)

26Il ne faut pas omettre les campagnes de presse orchestrées, tout au long des trois ans contre le gouvernement de S. Allende, par l’agence United Press International (UPI), qui est omniprésente dans les dépêches internationales et dont les télétypes sont d’ailleurs centralisés dans les bureaux du El Mercurio. De plus, il y a ce lien évident entre les grands quotidiens des États-Unis et d’Amérique latine réunis dans la Société interaméricaine de presse (SIP), créée par le département d’État états-unien au seuil de la Guerre froide et dont le propriétaire du groupe de El Mercurio, Agustin Edwards Eastman15, était le président en 1970. Son journal s’est converti en véritable instrument de propagande, d’agitation et d’organisation de l’opposition chilienne ou, selon le vocabulaire gramscien, en intellectuel collectif, travaillant systématiquement à l’unification et à la mobilisation de différents secteurs de la société (corporations patronales, industrielles et agraires, syndicats, ordres professionnels, femmes, étudiants, etc.) jetant les bases du mouvement insurrectionnel de droite qui conduira au putsch final16. « Il s’agissait, pour reprendre les mots de Pinochet, de “conquérir les esprits” ou bien, si on préfère l’entendre dire par la bouche de Donald, de “restaurer le roi” comme le contait, sans prendre garde aux coïncidences, une revue Disneyland [parue à l’époque] » (M. Mattelart, 1976 : 24).

27D’ailleurs, la première étude d’A. Mattelart consacrée aux médias analyse le traitement du quotidien à l’égard de l’occupation étudiante, en mai 1967, de l’université pontificale catholique du Chili. L’auteur examine la campagne virulente du quotidien envers le mouvement étudiant à partir d’une approche textuelle, tout en retraçant justement la structure du groupe industriel auquel appartient le journal ainsi que ses liens qu’il entretient avec les agences de presse internationales et les groupes de presse d’autres pays d’Amérique latine et des États-Unis. Cette articulation des analyses structurales critiques et de l’économie politique marxiste lui permet de conjuguer l’étude formaliste des textes et la mise en évidence des structures de propriétés des médias. « Cette approche hybride d’appropriation à la fois des concepts sémiologiques (contenu latent, connotation, sens caché, signification implicite, mythes, etc.) et des catégories matérialistes (mode de production, idéologie, fausse conscience, etc.) » (Sénécal, 2022 : 195) lui permet d’élaborer une analyse des messages et des structures constitutives d’une critique idéologique des messages de la communication de masse (Mattelart, 1970). C’est ce type d’étude qui préfigure en quelque sorte le décryptage de la propagande impérialiste en s’attaquant aux comics de Disney.

Un virage intellectuel et académique

28La montée politique des partis de gauche au Chili a certainement eu un impact sur les sciences humaines et sociales car, à partir des années 1960-1970, il y a un net virage à gauche, suscitant par ailleurs l’intérêt d’intellectuels de tous horizons. Le Chili était devenu le refuge de bien d’exilés politiques venus de pays de l’Amérique latine, alors sous le joug de dictatures militaires. Durant cette période, circule une vision contre-hégémonique des rapports internationaux dans le domaine de la culture et de la communication. La priorité va à la construction d’une théorie et d’une pratique critiques ayant, entre autres thèmes, l’éducation et les cultures populaires, la lecture idéologique des textes médiatiques, l’analyse des structures de pouvoir, le questionnement du rapport de la communication aux stratégies d’émancipation.

29Ces courants de pensée dans le secteur de la communication vont à l’encontre de la sociologie fonctionnaliste qui est largement importée en Amérique latine à partir des États-Unis, à laquelle A. Mattelart (1970) s’attaque plus particulièrement dans son texte « Criticas a la Communication Research ». Cette critique remet également en question les études institutionnalisées dans le champ spécifique de la « communication internationale » qui ont pour principaux représentants Paul Lazarsfeld, Ithiel de Sola Pool, Daniel Lerner et Wilbur Schramm dont certains travaux sont financés par le Pentagone. Ces recherches administratives sont alors conditionnées par le contexte de la Guerre froide et ont des visées essentiellement opérationnelles en lien avec la propagande et la guerre psychologique. Elles participent alors de ces « études sur les conditions culturelles, économiques et politiques du “comportement insurrectionnel” et les stratégies de communication pour y faire face » (Mattelart, 2013 : 19).

30S’il existe une forte politisation de la recherche latino-américaine en communication, c’est qu’elle est la résultante des conditions matérielles et sociales d’existence et de production du savoir dans ces sociétés. Ce caractère politique de la recherche est un signe distinctif des approches critiques auxquelles A. Mattelart contribue. D’une part, il y a une nette remise en question de la conception des rapports entre les pays du Nord et du Sud, entre le centre et la périphérie, ainsi que la prise en compte des conditions de possibles pratiques de résistance de la part de pays dits dépendants. De l’autre, s’impose la critique de l’orthodoxie marxiste et de la subordination de la superstructure à l’infrastructure. Ce dogme déterministe justifiait que les problématiques de la culture et de la subjectivité soient exclues des stratégies de changement social. Au demeurant, pour A. Mattelart, il s’agit de

« [la] réhabilitation de la problématique de l’idéologie, mais couplée à un refus du réductionnisme économique que suppose l’orthodoxie marxiste sur la dichotomie superstructure/infrastructure, la seconde étant censée “déterminer” la première » (Mattelart, 2014 : 32).

31Ainsi, celui-ci entreprend de

« [constituer] une économie politique critique de la communication en mettant au jour la genèse des appareils de production symbolique, le rôle qu’ils jouent dans la structure des rapports sociaux, ainsi que la manière dont ils évoluent en fonction des contradictions du capital et des affrontements de classe » (Granjon, 2015 : 169).

32Bref, en d’autres mots, ses travaux permettent « de relier les “phénomènes communicationnels” à la totalité sociale » (ibid.).

33Bien au-delà de ses frontières, l’expérience chilienne a déclenché une prise de conscience de la dimension globale du système transnational de communication, et de la nécessité de développer des alternatives médiatiques et de rééquilibrer les flux des échanges asymétriques. L’une des retombées institutionnelles qui s’ensuivront dans la foulée de ces initiatives des années 1970, est le rapport produit sous la gouverne de Sean MacBride (1980) et parrainé par l’Unesco, prônant l’instauration d’un Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (Nomic). Celui-ci confronte la doctrine du free flow of information qui constitue

« l’appareil conceptuel [permettant] aux firmes transnationales de reproduire les conditions de leur survie et de leur légitimité, de juger elles-mêmes leurs actions, voire de s’autocritiquer pour redresser les bavures et les excès sans être effleurées un instant par un doute sur leur nature et leur fonction. » (Mattelart, 2015 : 223)

34A. Mattelart contribue donc de manière significative à ce débat en se référant au concept d’hégémonie, hérité du philosophe italien Antonio Gramsci (1978 : 382), qui écrivait entre les quatre murs de sa prison

« [qu’une] idéologie, née dans un pays plus développé, se propage dans des pays moins développés, en intervenant dans le jeu local des combinaisons […]. Ce rapport entre forces nationales et forces internationales se complique encore de l’existence, à l’intérieur de chaque État, de plusieurs divisions territoriales, différentes par la structure et par le rapport de forces à tous ses degrés. »

35Ainsi A. Mattelart jette-t-il les bases épistémologiques de la rédaction de Donald l’imposteur en procédant à la critique de l’hégémonie culturelle en avançant la nécessité de rompre avec une approche par trop unilatérale et économiste des phénomènes liés à l’impérialisme culturel. Il le fait à partir d’une vision marxiste hétérodoxe de la culture et de l’idéologie et d’une conception du pouvoir en tant qu’enjeu de médiations et de négociations entre intérêts divergents dans une configuration d’acteurs et de rapports de forces. De fait, la notion d’impérialisme culturel cristallise un ensemble de réflexions critiques sur l’internationalisation des systèmes de communication.

« Prenant appui sur les théories marxistes classiques de l’impérialisme formulées par Lénine et Rosa Luxemburg, ainsi que sur les développements plus contemporains provenant des théories latino-américaines de la dépendance, la thèse centrale des théories de l’impérialisme culturel est que la domination culturelle doit être considérée conjointement avec la domination économique et politique » (Ouellet, 2019 : 40).

36Par conséquent, la notion a donné lieu à « une riche tradition au sein de la pensée socialiste qui s’appuie sur l’idée que la culture consiste en un universel concret sur lequel doivent s’appuyer les peuples afin de s’émanciper politiquement et économiquement » (ibid. : 42).

37Dès lors, le monde intellectuel et académique chilien doit se positionner en regard du processus de transformation qui s’est amorcé avec l’avènement de l’UP au pouvoir. Individuellement ou collectivement, toutes les personnes œuvrant entre autres domaines, dans les sciences sociales, la littérature, le journalisme ou le cinéma, sont interpellées sur leur place et leur rôle dans le cadre de formations culturelles ou d’espaces plus institutionnalisés.

Des institutions clés au cœur des débats

38Les débats sur les politiques culturelles ont pour principal foyer le Centre des études de la réalité nationale (Ceren) de l’Université pontificale catholique du Chili,

« [dont] l’ambition est de promouvoir de nouvelles conditions pour la production de connaissances, notamment fondées sur la recherche de nouveaux liens avec les acteurs du monde social, ce qui impliquait à son tour des redéfinitions épistémologiques dans le domaine des sciences sociales » (Zarowsky, 2010 : 3).

  • 17 Il est encore possible de consulter en ligne des exemplaires des Cuadernos de la Realidad National(...)
  • 18 A. Mattelart a publié avec M. Piccini et M. Mattelart une livraison thématique de Cuadernos de la (...)

39Le Ceren publie Cuadernos de la Realidad National17, revue à laquelle A. et M. Mattelart18, ainsi qu’A. Dorfman, contribuent à maintes reprises. Cette imbrication de l’activité académique et de la recherche d’alternatives en matière de culture et de communication est aussi bien visible au sein de la maison d’édition nationale Quimantú, qui mobilise divers acteurs du monde universitaire. La nature des débats dans ces deux lieux d’émergence d’une nouvelle dynamique intellectuelle et sociopolitique favorise en fait les conditions de réalisation de l’ouvrage, voire ils seront, en quelque sorte, déterminants.

« En deux ans et demi, [Qumantú] a publié cinq millions de livres, soit deux fois plus que le montant qui avait été publié dans tout le Chili au cours des 70 dernières années. De plus, elle a transformé le contenu de certains magazines dont elle avait hérité d’avant le gouvernement d’Unité populaire et en a créé de nouveaux. C’est dans ce contexte multiforme, avec un peuple en marche vers la libération culturelle – un processus qui signifiait aussi critiquer la marchandise culturelle “de masse” exportée avec tant de profit par les États-Unis dans le Tiers-Monde – que Donald l’imposteur a été généré » (Dorfman et Mattelart, 2018 : xiv).

40Puisque Quimantú réunissait les différentes factions politiques présentes au sein de l’UP, il en allait de même de la diversité des analyses et des pratiques en matière de culture et de communication, considérant qu’elles décalquaient des tensions politiques préexistantes à sa création.

« Au risque de simplifier à l’extrême, on peut parler, d’une part, d’une ligne représentée en grande partie par le parti communiste, tendant à la “démocratisation culturelle”, qui vise à élargir l’accès du peuple à certains biens culturels, et, d’autre part, d’une ligne représentée par le parti socialiste, qui cherche à promouvoir l’éducation politique à des fins de sensibilisation et de mobilisation populaire. Il n’est pas exagéré de dire que les différences de politique éditoriale et culturelle ont été une sorte de traduction des divergences sur la stratégie politique générale » (Zarowsky, 2010 : 4).

  • 19 Au sujet de H. M. Enzensberger, voir la notice du Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et (...)
  • 20 Au sujet de B. Brecht, voir la notice du Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique (...)

41Cependant, c’est en ce qui concerne les publications de masse – magazines journalistiques, magazines pour enfants, bandes dessinées – que les antagonismes apparaissent plus formellement, en particulier entre la préservation des formes culturelles héritées de l’histoire, en dépit du fait qu’elles soient à vocation mercantile, et la création de nouveaux contenus à la faveur de l’instauration d’une nouvelle culture guidée par des objectifs politiques. A. Mattelart questionnait déjà l’ambiguïté de recourir à des formes narratives orientées par leur usage marchand pour véhiculer des valeurs propres au système en train d’être mis en place par l’UP (Mattelart, 1971). Cette critique rappelle celles formulées, entre autres pensées, par Hans Magnus Enzensberger19 (1970) et Jean Baudrillard (1972) qui, au même moment, récusaient l’idée répandue dans la gauche selon laquelle il suffit de détourner les messages, sans pourtant en changer la forme, pour transformer la nature des médias, en oblitérant de l’équation les structures politiques et économiques qui en constituent les fondements, ou pour employer l’expression de Bertold Brecht20, qui en sont les « raisons d’être ».

42Dans le projet théorique d’A. Mattelart, l’indissociabilité des contenus et des contenants, l’inclusion de la culture dans une problématisation sociale totalisante ou encore la prise en compte des rapports classistes de pouvoir dans les dispositifs culturels et communicationnels président au développement d’un argumentaire fondé sur la rupture, voire le renversement, d’un processus de communication autoritaire et vertical de la communication afin de favoriser la participation à la création de messages destinés à la diffusion d’une nouvelle conception de la société. Ainsi, pour A. et M. Mattelart (1972), ne suffisait-il pas de transformer à la fois la forme et le contenu des messages, mais aussi de modifier l’organisation culturelle globale dans laquelle ils sont produits, distribués et consommés, sachant que la création d’une nouvelle culture exige l’élaboration à la fois d’une nouvelle vision du monde et d’une nouvelle façon de l’organiser, reposant sur la participation de différents secteurs de la société.

Des conditions de production déterminantes

43M. Zarowsky insiste clairement sur l’exigence de resituer la production du livre à la fois dans le contexte du « laboratoire chilien », mais aussi dans le conflit politico-culturel qui émerge lors de la nationalisation en 1971 de ZigZag, l’une des plus grandes maisons d’édition d’Amérique latine, à la suite d’un conflit entre les travailleurs et les propriétaires. Les tensions se révèleront au fur et à mesure de l’élaboration de son projet éditorial de démocratisation culturelle concernant notamment la littérature pour les enfants et les jeunes. Une fois renommée Quimantú (« soleil du savoir » en langue mapuche) et devenue une maison d’édition publique, elle fait vite l’objet de vives attaques de la part des organes d’opinions des secteurs dominants. Non seulement parce qu’elle publiera un nombre considérable de classiques et d’ouvrages critiques dans différents domaines, mais surtout parce qu’elle tente de créer une littérature jeunesse qui œuvre à contrer les stéréotypes (de genre, classe, ethnie, etc,). Sans surprise, de nouveau, le journal El Mercurio est prompt à la riposte, en dénonçant de manière quasi caricaturale le gouvernement de l’UP de chercher au moyen d’un discours marxiste à endoctriner les jeunes générations par le biais de magazines pour enfants.

44A. Dorfman et A. Mattelart ont particulièrement mis l’accent sur la dynamique qui animait autant le monde académique de l’époque que celui de la production médiatique, spécifiquement dans le cadre de la maison d’édition gouvernementale, à laquelle tous deux contribuaient. En effet, A. Dorfman y est membre de la division des publications pour enfants et éducatives, tandis que A. Mattelart est à la fois chef de la section d’enquête et d’évaluation des médias et directeur de recherche au Ceren. C’est d’ailleurs grâce à des détachements institutionnels qu’ils ont pu s’adonner pleinement à la rédaction de l’ouvrage en moins de deux semaines, dans l’effervescence d’un climat politique ni plus ni moins révolutionnaire.

45A. Mattelart (2010 : 117) rappelle à ce sujet que,

« [même] si aujourd’hui il est inscrit au programme des Postcolonial ou des Cultural Studies, de littérature ou des sciences de la communication dans nombre d’universités anglo-saxonnes et latino-américaines, ce livre n’est pas à proprement parler un essai académique. C’est avant tout un manifeste conçu à la chaleur du processus que nous vivions. Il porte donc la marque du contexte de sa production. »

46S’il existe un fil rouge dans cet ouvrage, c’est donc bien celui de la prise en compte du caractère idéologique de la production culturelle, des valeurs qu’elle véhicule et de la manière dont elles sont perçues. Ainsi les auteurs orientent-ils leur travail en fonction de la demande sociale qui émerge au sein de la société chilienne et lors d’ateliers consacrés à une lecture critique de produits culturels (pas seulement ceux de Disney) qui étaient plutôt défavorables au projet démocratique chilien.

47D’après A. Dorfman (2017),

« [il] s’agissait de répondre à un besoin très pratique : les récits des médias de masse que les Chiliens avaient consommés, qui colonisaient mentalement la façon dont ils vivaient et rêvaient de leurs circonstances quotidiennes, ne correspondaient pas du tout à l’extraordinaire nouvelle situation de leur pays. Largement importés des États-Unis et disponibles dans toutes sortes de médias [bandes dessinées, magazines, télévision, radio], ils devaient être critiqués et les modèles et valeurs qu’ils véhiculaient, ainsi que tous les messages cachés de cupidité, de domination et de préjugés qu’ils contenaient, devaient être dévoilés. »

48Avant même l’élection de l’UP, dans le cadre de son enseignement en études littéraires à l’université du Chili, A. Dorfman avait mis sur pied des séminaires sur la littérature jeunesse afin de comprendre ce qu’est l’idéologie au quotidien et de décrypter ces comics que les jeunes continuaient à lire même après l’enfance. Il n’était pas question « d’étudier comment ces textes sont reçus par ces jeunes lecteurs, mais de répondre à une interrogation née de leur propre pratique assidue de ce produit culturel emblématique de la naturalisation des rapports impériaux avec les peuples subalternes » (Mattelart, 2010 : 118). D’ailleurs, A. Mattelart (1971) avait déjà insisté sur la mise en place de ce type de rencontres dans divers milieux sociaux afin de certes, connaître l’accueil réservé par différents publics, mais plus fondamentalement de les faire progressivement participer au processus même de la production des messages.

49Par ailleurs, tandis que la circulation des bandes dessinées de Disney se compte en plusieurs milliers d’exemplaires par semaine, les typographes, conscients de leur orientation propagandiste, contestent le fait de devoir les imprimer sur les presses de Quimantú en vertu du pacte de garanties constitutionnelles.

« Faisant feu de tout bois, les secteurs opposés aux réformes de l’Unité populaire n’hésitaient pas à mobiliser les personnages de ces comics à leur cause. Les histoires sélectionnées correspondaient souvent à des narratifs où il était question d’un tyran, représentant sans le moindre doute le président Allende, et dont les bulles de dialogues étaient extrêmement politisées, car, une fois traduites de l’original en langue anglaise, il était possible d’en forcer le trait. Ou, du moins, faire en sorte que les gens en comprennent tout de suite le double langage » (Mattelart, 2010 : 117).

« Il y a, par exemple, un fameux comic où le roi-tyran représentait Allende sans le moindre doute. Ce qui montre à la fois la violence des réactions et l’utilisation totale de tous les médias par l’opposition » (Mattelart et Sénécal, 2008 : 10).

50Ces interactions avec une diversité de publics (de la ville comme de la campagne, des enfants comme des adultes, des milieux ouvrier comme universitaire) ont été déterminantes pour la rédaction de l’ouvrage et, de ce fait, les auteurs ont souligné qu’il s’agissait en quelque sorte d’une œuvre collective devant être retournée à la collectivité. Dans leur préface de la version en espagnol (« Prologo para Pato-logos », 1972 : 9-10) et ensuite dans la version anglaise (« Apology for Duckology », 2018 : 23-24) qui, pourtant, ne figure pas dans la version en français, les auteurs soulignent qu’ils n’ont nullement l’intention de limiter l’ouvrage au seul milieu universitaire et visent un large lectorat en vue de susciter une réflexion critique à la fois sur la dimension idéologique de la production culturelle et sur le caractère hégémonique des rapports sociaux qu’elle entretient.

« Il ne s’agit pas de nier le rationalisme scientifique, ni sa spécificité, ni de faire appel à un populisme grossier, mais de rendre la communication plus efficace et réconcilier le plaisir avec la connaissance. La meilleure démarche critique intègre, outre l’analyse de la réalité, une certaine autocritique méthodologique. Le problème ici n’est pas celui de la complexité ou de la simplicité relative, mais celui de l’examen des termes mêmes de la critique » (Dorfman et Mattelart, 2018 : 23-24).

51Une partie de la préface défend aussi l’idée d’une littérature jeunesse qui ne serait plus le produit de la communication de masse, mais celui d’une prise de conscience collective et d’une contribution à la mise en place d’une réplique culturelle anti-hégémonique.

« Cette expérience, que le lecteur devra juger, non pas en tant que consommateur, mais en tant que producteur, constitue le fruit d’un travail conjoint, celui de deux chercheurs qui, ayant observé les limites de leurs disciplines respectives, les sciences humaines et sociales, se sont vus obligés de changer leur approche de la réalité et de la manière de la communiquer […]. Ce travail […] doit être considéré comme un effort commun de conception et d’écriture. » (ibid. : 24)

52Puisque le livre converge avec la nature de la réflexion en ateliers ayant lieu au sein de Quimantú et que, de manière générale, il est tout à fait cohérent avec les enjeux idéologiques soulevés par cette maison d’édition, il aurait été logique qu’il y soit publié, mais penser cela reviendrait à oublier la polémique qu’il suscitait déjà tant dans la coalition de la gauche que du côté de ses opposants. Et, paradoxalement, pour un livre qui, de prime abord, ne se souhaitait pas être perçu comme un ouvrage scientifique, il sera finalement publié par des presses universitaires.

Le décryptage d’une vision impérialiste du monde

53Avant d’aborder plus précisément le contenu de l’ouvrage, son objet est très bien résumé dans ces mots éloquents d’A. Mattelart (2010 : 116-117) :

« Produit allégorique d’un mode de vie, cette série de bandes dessinées incarne une vision du monde à l’opposé du projet de société, d’égalité et de justice sociale dans lequel le Chili s’est alors engagé. Le livre met en évidence les représentations des réalités du tiers-monde perpétuées par les aventures destinées aux enfants et dont l’apparente innocence donne à croire qu’elles transcendent l’idéologie. Or, ce que le décryptage idéologique met à jour, ce sont les relations de ces héros avec les autochtones des contrées lointaines qui sont emblématiques d’un type de rapport inégal et ethnocentrique reconduisant ainsi la mythologie du “peuple-enfant”, aussi vieille que la conquête des Amériques. […] Nous démontions le mécanisme par lequel se naturalisait l’acte d’expropriation des richesses de ces peuples-enfants. Le Mexicain ou le Péruvien figés dans leur passé aztèque ou inca. L’Africain pour qui le téléphone n’était encore qu’un gri-gri. Dans leur innocence de bon sauvage, ces peuples coupés de l’histoire et de la modernité allaient jusqu’à offrir spontanément aux étrangers de la métropole leur or, leurs gisements, puisqu’ils n’en connaissaient pas la valeur et qu’ils n’en avaient point d’utilité. C’est la même mutilation de l’histoire et de la culture de l’autre, le colonisé, que dévoilait Barthes dans ses Mythologies. »

54Les diverses problématiques dont fait état la présentation de A. Mattelart se déclinent tout au long des six chapitres de l’ouvrage qui adopte explicitement une lecture classiste de la société et des rapports de pouvoir fondés sur la conquête des esprits.

« Le mécanisme de la propagande – on a envie de dire de la persuasion clandestine – [y] est démonté avec une impitoyable rigueur. Et l’on voit s’élaborer à travers le Disneyland un monde parfaitement logique, avec ses tabous, ses hiérarchies, ses comportements stéréotypés, sa technologie absurde et conquérante, qui, lui, n’a rien d’une féerie ni d’un jeu » (Escarpit, 1977 : 17).

55Bien que cela puisse être jugé quelque peu didactique, il est pertinent de reprendre succinctement chacun des chapitres du livre pour en retracer à la fois l’argumentation générale et les divers traits sous lesquels peut se traduire une vision impérialiste du monde, en tant que stade avancé du capitalisme, mais aussi comme forme exacerbée du colonialisme. D’ailleurs, la version argentine préfacée par H. Schmucler met en exergue dans son titre Para leer al pato Donald. Comuniciõn de masa y colonialismo (1972) cette dimension spécifique de l’ouvrage qui attire l’attention sur le fait qu’il constitue « un instrument clairement politique qui dénonce la colonisation culturelle commune à tous les pays d’Amérique latine » (Schmucler, 1972 : 7).

56Le premier chapitre revient sur la façon dont les enfants sont représentés comme un public idéalisé dans et par les bandes dessinées, un public d’emblée acquis et sans capacité de regard critique ou d’expression de ses propres attentes. Il décrit un modèle particulier de domination interne aux comics de Disney qui repose sur un étrange système familial (absence de parents géniteurs, personnages masculins essentiellement célibataires, présence uniquement d’oncles, de tantes, de neveux et nièces, rareté de personnages féminins, vision paternaliste, calque du monde adulte à l’enfance, stéréotypes de genre, etc.).

« Il nous faut bien constater que cette absence du père et de la mère ne relève pas du hasard. Tout cela débouche évidemment sur une situation paradoxale, à savoir que pour cacher aux enfants les aspects normaux de la sexualité, Disney se voit obligé de construire un monde aberrant qui, par-dessus le marché, transpire la coquetterie et les insinuations sexuelles […] » Dorfman et Mattelart, 1976 : 47).

57Il gomme ainsi les relations parentales ou sociales conventionnelles, et par conséquent, les rapports implicites d’autorité. Pourtant, il s’agit d’un monde hiérarchisé, mais tout est en place pour que cela ne se voie pas au premier coup d’œil. Or, la suppression de la relation familiale dans Disney semble correspondre à une volonté, consciente ou non mais certaine, d’éjecter complètement toute dimension historique (Mattelart et Escarpit, 1977).

58Le deuxième chapitre aborde les rapports entre le centre et la périphérie en prenant en compte les représentations qui sont faites du Sud en général, et de la manière dont Disney caricature les « étrangers » en les imaginant comme des peuples ignorants, primitifs, méchants, barbares ou encore des bons sauvages, des criminels ou des révolutionnaires. En fait, dans près de la moitié de la centaine des revues décryptées par les auteurs et qui constitue leur matériel de base, les héros sont aux prises avec des créatures d’autres origines ou d’autres territoires. Là encore, les stéréotypes (genre, ethnicité, classe, etc.) y sont multiples. « Pour Disney, les sous-développés sont pareils à des enfants. Il faut les traiter comme tels et s’ils n’acceptent pas cette définition d’eux-mêmes, il faut leur baisser la culotte et leur administrer une bonne fessée » (Dorfman et Mattelart, 1976 : 80). Il y a les États-Unis d’un côté, la métropole d’où viennent les protagonistes de Disney, puis la périphérie, le reste du monde dans lesquels ces derniers évoluent, soutirant aux populations qu’ils jugent sous-développées des biens ou des ressources naturelles, dont ils ne connaissent ni la valeur d’usage ni la valeur d’échange – autrement dit, accomplissant des pillages déguisés sous forme de cadeaux qu’ils s’attribuent eux-mêmes pour services rendus. De la sorte, « [la] fantaisie de Disney procède du même moule que celui dans lequel le système capitaliste mondial coule la réalité » (ibid. : 192). Par conséquent, le culte de l’argent y règne en maître. En outre, confrontés à cette configuration bipolaire de ce monde partagé entre les venus de la métropole qui représentent le génie, l’avenir, la supériorité et les habitants de la périphérie qui penchent plutôt vers l’innocence, le passé, la balourdise, les enfants sont conduits à s’identifier à l’un ou l’autre de ces camps.

« Ainsi s’ouvrent pour le jeune lecteur deux projets d’enfance entre lesquels il va falloir se décider pour se tailler une bonne conduite […] choisir d’imiter les neveux et autres dégourdis, opter pour la ruse, et donc se tirer d’affaire à la façon des grandes personnes, gagner la course [ou] suivre l’enfant-bon sauvage, qui ne bouge ni ne gagne » (ibid. : 77-78).

59Le chapitre trois s’attarde davantage au passage de l’emprise colonialiste à celle de l’impérialisme mettant en évidence des références directes à la géopolitique, alors que Donald se retrouve dans des pays fictifs tels que Aztecland et San Bananador, pour lesquels il est aisé de trouver des correspondances géographiques en Amérique latine, où il est confronté à des populations indisciplinées, des bandes d’indigènes malchanceux, des criminels ou des révolutionnaires. Chose certaine, « l’infériorité raciale est soulignée dans chaque aventure se déroulant dans un lieu du monde dit sous-développé » (Rodríguez Bethencourt, 1974 : 3). Dans l’un des nombreux exemples qui viennent soutenir l’argumentaire, Donald est envoyé en mission pour destituer le roi de la lointaine « Congolie » où certaines dispositions économiques nationales ont considérablement réduit les bénéfices de l’oncle Scrooge. Le monarque ne récupérera son trône qu’à la condition d’adopter des politiques de libre-échange, ce qu’il s’empresse de faire pour garder quelques privilèges, favorisant ainsi l’exode de capitaux… vers Donaldville (ibid. : 84-85). Dans une autre livraison, publiée en pleine guerre du Viêt Nam, Donald appuie le prince Char Ming dans la répression d’une insurrection de guérilla communiste. Et ce type de mise en scène est loin d’être isolée dans la rhétorique disneyenne. Alors qu’il se prétend universel et intemporel, Disney semble au contraire réagir concrètement face à des situations historiques en suivant de près les mouvements de l’actualité. Et l’avertissement que lancent les auteurs au détour d’une page « Le Chili aura aussi son tour » avait quelque chose de prémonitoire (ibid. : 98). En fait, « le rapport d’autorité [que dégagent les auteurs] entre les enfants-adultes qui débarquent avec leur civilisation et leurs techniques, et les enfants bons-sauvages qui acceptent l’hégémonie étrangère et livrent leurs richesses, s’avère être la réplique exacte du rapport entre la métropole et la périphérie, l’empire et la colonie, les maîtres et les esclaves » (ibid. : 80). Et, pourrait-on ajouter, du rapport entre l’impérialisme états-unien et les pays dépendants comme le Chili.

60Le quatrième chapitre décortique une conception enchantée du mode de production où tous les objets apparaissent comme par magie, sans effort, sans travail. Il suffit de récolter les fruits de la terre nourricière et d’en tirer le meilleur profit. Ainsi les marchandises ne sont-elles pas les résultats de l’exploitation, de la violence ou de la conquête, mais essentiellement des bienfaits de la nature, sans intervention humaine. Pourtant, toutes les relations entre les personnages de l’étrange parenté disneyenne « obéissent au rythme obsédant de la consommation et sont placées sous le signe du marché », voire d’un certain fétichisme, en faisant abstraction des conditions réelles de production.

« [Le] monde de Disney est un monde qui aspire à être immatériel : toutes formes de productions (industrielles, sexuelles, historiques) ont été éliminées et le conflit n’a jamais de base sociale, mais est toujours présenté comme le bien qui rivalise avec le mal, le chanceux avec le malchanceux, le sot avec le malin » (ibid. : 186-187).

61Le chapitre 5 s’attarde sur la figure du personnage de Donald pour examiner la nature du travail et de la propriété. Alors qu’il lui est attribué le rôle d’un prolétaire ordinaire, oscillant entre précarité et aisance, maladroit et distrait, souvent congédié pour son inefficacité, il est toujours à la recherche d’un emploi. Sans salaire apparent, des petits boulots lui assurent des revenus vite gaspillés dans des achats compulsifs et superflus. Pour les auteurs, l’aventure prévaut ici en tant que forme abstraite de travail.

« Le canard n’est pas la fantaisie, mais la fantasmagorie dont parlait Marx : “le travail” de Donald est là pour dissimuler les contradictions de la mythologie des patrons et pour camoufler le divorce entre la valeur de la force de travail et le travail créateur de valeur » (ibid. : 135-136).

62Le dernier chapitre met en lumière les signes distinctifs des comics de Disney en regard des héros conventionnels (Superman, Batman, etc.). Si ces derniers sont soumis à des lois et des structures à cause de leur double personnalité, de son côté Donald, profite de l’autonomie et de la liberté illimitée de choix que suppose le monde magique de Disney, dans lequel l’imagination ignore les contradictions de l’existence sociale concrète : « Les personnages évoluent dans le royaume du loisir, c’est-à-dire dans un monde où les êtres humains cessent d’être sollicités par les besoins matériels » (ibid. : 187). Par conséquent, Donald évolue libre des contraintes imposées à la classe ouvrière ou à tout peuple sous l’emprise de l’impérialisme. D’ailleurs, les auteurs notent ironiquement que, « tant que Donald pourra se promener en toute innocence, sa frimousse riante dans nos rues, tant qu’il sera pouvoir et représentation collective, l’impérialisme et la bourgeoisie pourront dormir sur leurs deux oreilles » (ibid. : 193).

63Maintenant, qu’en est-il de la forme du livre ? Sur ce plan, M. Zarowsky (2013b : 101) constate que les critiques et commentateurs ont fait peu de cas des procédés intertextuels qu’il juge « plus proches du roman moderne que du traité scientifique », dont les auteurs usent au fil de l’ouvrage. Par exemple,

« [ils] ont anticipé les possibles critiques du livre par la presse adverse, mais aussi dans tout le corps de l’ouvrage, ils ont incorporé, pour polémiquer, des fragments d’articles de journaux avec lesquels la presse libérale a essayé de délégitimer la politique éditoriale de Quimantú. [Ces] articles (dont plusieurs attaquaient explicitement de nombreux intellectuels et chercheurs en sciences sociales qui travaillaient dans la maison d’édition) avaient été publiés avant la parution du livre. »

64Aussi, comme le note David Kunzle (2018 : 5) dans son introduction de la version anglaise, les auteurs ne se gênent pas pour adopter un ton « rageur, satirique et politiquement passionné », tout en ne négligeant pas la documentation et l’illustration du propos. En effet, ils ont examiné plus d’une centaine de magazines (avec en moyenne deux à quatre bandes dessinées par revue) en accordant autant d’attention au dessin qu’au texte. Et bien que le cadre de production du livre soit en dehors du cadre de la neutralité axiologique, et que l’analyse ne soit pas « exempte d’une position ouvertement classiste, [elle] est objective et rigoureuse, avec une inévitable marge de spéculation qui, loin de l’affecter, soulève des points de départ pour des conclusions plus larges » et éventuellement l’élaboration d’une analyse critique générale de ces formes de divertissement (Rodríguez Bethencourt, 1974 : 7).

65La bibliographie commentée proposant des ouvrages critiques sur les divers thèmes abordés dans le livre correspond à ce souci de fournir des outils théoriques et documentaires à la poursuite de la réflexion. Toutefois, le mode d’écriture, tantôt très littéraire, tantôt ironique et pamphlétaire, laisse parfois songeur quant à l’efficacité de communication recherchée et à la possibilité de s’adresser à des publics variés, étant donné les connaissances requises pour bien saisir les subtilités de l’analyse et les références théoriques mobilisées.

Une réception fortement polarisée

66La réception de l’ouvrage est révélatrice des questions et des enjeux sensibles sur lesquels il s’est attardé, mais elle est aussi éloquente sur la réaction des opposants au gouvernement de l’UP, et démontre autant la divergence des positions sur la conception de la culture au sein des institutions politiques que la polarisation des critiques exprimées dans le domaine académique de la communication.

67Au confluent de deux débats politico-médiatiques, celui des comics propagandistes de Disney et celui des initiatives de la maison d’édition Quimantú en matière de littérature jeunesse, l’ouvrage avait tout lieu, à l’époque, d’exaspérer les forces conservatrices chiliennes et la presse de droite. Au premier chef, le journal El Mercurio du 13 août 1971 qui, sous le titre « Avertissement aux parents », dénonce les deux auteurs comme participants d’un « complot » ourdi par le gouvernement afin de prendre le contrôle de l’éducation et des médias, et visant à « laver le cerveau » des jeunes, à leur injecter de la « contrebande idéologique subtile » et à « empoisonner » leur esprit dans la perception des personnages de Disney. L’article fait référence à plusieurs reprises à des « mentors chiliens et étrangers » (les noms des auteurs étant d’origine germano-juive et belge) faisant alors état d’une xénophobie décomplexée (Kunzle, 2018 : 3).

68Comme le souligne H. Schmucler (1972), le livre a vite quitté la rubrique des recensions littéraires pour se retrouver comme point de mire de l’actualité politique. La réaction est à ce point démesurée, dit-il, que l’agence Associated Press avait transmis à tous ses abonnés internationaux une dépêche alarmiste à propos du sacrilège que représentait ce brûlot à l’égard des inoffensives créations de Disney, à qui il était inimaginable de porter atteinte, puisqu’elles faisaient naturellement partie du quotidien. Dans la foulée, et donnant vie au personnage imaginaire, « France Soir, le plus grand quotidien de France, a publié en première page “Le canard Donald contre Allende” » dans son édition du 31 décembre 1971 (ibid., 1972 : 4). Sous prétexte qu’il s’agit là d’un simple divertissement, l’anthropomorphisme avec lequel sont traitées les créatures disneyennes n’aurait-il pas eu pour but de faire en sorte que les individus s’identifient mieux et davantage à leurs comportements et les défendent par la même occasion comme si elles étaient des leurs, des membres de la famille ? « Comme les animaux ne tolèrent pas […] les vicissitudes de l’histoire et n’ont pas plus le cœur à droite qu’à gauche, ils sont tout indiqués pour représenter ce monde de pur azur qui plane au-dessus des barrières de classe, et pour incarner des types humains quotidiens, communs à toutes les catégories sociales, tous les pays, toutes les époques » (Dorfman et Mattelart, 1976 : 36).

69Toutefois, ce qui est plus surprenant encore, c’est la réception qui est réservée au livre par certaines factions politiques. Mais, faut-il le rappeler, « les objections de certains secteurs progressistes à l’encontre du livre s’inscrivent dans le débat sur le rôle de la culture et de la vie quotidienne dans le processus de changement et, plus précisément, sur les politiques éditoriales de Quimantu » (Zarowsky, 2013b : 102). Tandis que sous la plume de certains universitaires, le livre et par conséquent ses auteurs sont accusés sans ambages d’anti-intellectualisme, faisant de leur cas un « exemple emblématique de l’idéologisme […] qui – au détriment de la scientificité, de l’autonomie de la recherche ou de la réflexivité caractéristique de la discipline semi-logique – aurait caractérisé les études de communication dans les années 1970 » (ibid. : 100). Encore là, les dissidences qui étaient aussi nombreuses dans les approches théoriques de la culture et de la communication au sein du milieu académique chilien – et plus largement latino-américain – ont eu des résonances certaines dans les interprétations de l’ouvrage qui les éloignaient de facto de la considération de ses ambitions premières et de ses conditions particulières de réalisation.

70Peut-être que les auteurs avaient pressenti, à juste titre, la formulation de ce type de réactions de la part de potentiels détracteurs lorsqu’ils écrivaient dans leur conclusion, « [ce] livre n’a pas été écrit par des hurluberlus enfermés dans leur tour d’ivoire, mais s’enracine dans un contexte de lutte, pour vaincre l’ennemi de classe sur son terrain et qu’il “n’y a pas d’experts en refonte de la culture”. Ce qui viendra après Disney, c’est la pratique sociale des masses en lutte pour leur émancipation qui le décidera » (Dorfman et Mattelart, 1976 : 193-194).

Conclusion

71A. Dorfman, contraint de quitter le Chili en 1973, après le coup d’État qui a mené au suicide du président S. Allende, vit par la suite à Paris, Amsterdam et Washington. Il est devenu citoyen américain en 2004. Il est professeur de littérature et en études latino-américaines à l’université Duke, à Durham (Caroline du Nord) depuis 1985. Il est maintenant surtout connu à titre de romancier, essayiste, dramaturge. Il est, entre autres activités, l’auteur de la pièce de théâtre La Jeune Fille et la mort (1991) qui s’inscrit dans la trame narrative du drame chilien. A. Mattelart s’exile de son côté en France avec M. Mattelart. Il deviendra professeur des universités à partir des années 1980, d’abord à l’université de Rennes II, puis à l’université Paris VIII. Il a été coréalisateur du film La Spirale en 1976, décortiquant la dynamique politico-médiatique et économique qui a mené au putsch (Mattelart, 1976b, 2009). Il a écrit, seul ou avec M. Mattelart, plusieurs livres analysant les phénomènes et processus communicationnels dans une perspective historique et géopolitique. Il est professeur émérite de l’université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis depuis 2005.

72Comme ses auteurs, le livre a survécu, en dépit de la rage des militaires qui pensaient le voir disparaître à tout jamais. Mais c’était ignorer la détermination des personnes forcées à l’exil et qui ont persisté à faire connaître à la fois ce que fut le « laboratoire chilien » et le sort qui lui a été réservé, tant par l’opposition réactionnaire endogène que par les forces de l’impérialisme états-unien. Cela était loin d’être une fiction. Si beaucoup de choses ont changé depuis 1973, relire Donald l’imposteur rappelle celles qui ont perduré et qui doivent être l’objet d’un travail de mémoire pour la suite du monde. Le projet politique d’autodétermination qui a uni les peuples de l’Amérique latine durant cette période et la critique culturelle au service de la lutte politique demeurent actuels, tout autant que l’est la nécessité de décrypter toutes latitudes confondues l’usage de la propagande, qu’elle soit de masse ou ciblée individuellement.

73Ainsi, avec leur livre, A. Dorfman et A. Mattelart participent-ils de la critique de la propagande telle qu’elle se présente alors dans les pays de l’Amérique du Sud, dans le contexte de la Guerre froide. Le propos se situe déjà au carrefour des approches de l’économie politique critique de la culture et de la communication et des études culturelles (Cultural Studies) qui émergent dans les années 1960-1970. Elles procèdent de manière dialectique à l’analyse, d’une part, des structures des industries de la culture et, de l’autre, des produits qui en résultent. En fait, il s’agit pour ces approches d’expliquer comment l’idéologie se structure sur le plan économique et politique et comment ces structures consolident l’idéologie sous-jacente à travers des biens concrets. Tout au long de son parcours – et sa contribution avec Donald l’imposteur n’y est pas étrangère – A. Mattelart n’a eu de cesse de produire une critique idéologique qui, non seulement expose les intérêts des classes dominantes matérialisées dans la production médiatique, mais aussi montre comment les théories fonctionnalistes de la communication – dont il a été un fervent pourfendeur –, peuvent être « des branches militantes de l’ordre dominant et des sciences sociales qui lui sont fonctionnelles [en servant] de support logistique direct à des politiques concrètes et des intérêts commerciaux et industriels bien définis » (Mattelart et Siegelaub, 1979 : 38).

74L’ouvrage s’impose sans aucun doute comme un acte de résistance contre-hégémonique. Celui-ci se traduit dans la posture critique prise par les auteurs répondant à la prise en compte de la réception de ces comics auprès de divers groupes sociaux, dans un contexte démocratique où il n’est pas question de les censurer pour autant. Il fait aussi appel à un décryptage de l’idéologie impérialiste sous une forme culturelle dite anodine, dans un contexte où l’ennemi politique est bien réel et où il se manifeste par des actions belliqueuses et sans scrupules. Le fait de désigner les États-Unis (et les produits culturels qui leur sont associés) comme de potentiels ennemis de la société chilienne et de son projet de transition vers le socialisme semble avoir anticipé la mise en place progressive des conditions politico-médiatiques (propagande) et économiques (blocus) pour soutenir les acteurs du coup d’État deux ans plus tard.

75Bien qu’il s’agisse d’une démonstration étayée d’une approche matérialiste de la culture et de la communication, le livre ne donne pas pour autant de mode d’emploi en la matière, et il faut certainement une lecture attentive pour en saisir toute la portée et extraire une quelconque procédure d’analyse. Les enseignements que nous laissent les auteurs sont peut-être ailleurs, comme dans cette généalogie de l’ouvrage qui a permis d’en dégager quelques-uns dont la discussion est encore pertinente aujourd’hui, notamment en ce qui concerne les rapports entre science et politique, théorie et pratique, l’articulation dialectique entre infrastructure (économique) et superstructure (idéologique), le besoin d’histoire, le militantisme intellectuel, le renouvellement des modes de production de la culture et de la communication, ou encore le transfert de connaissances à des fins de prise de conscience collective. Par ailleurs, il est sans doute à propos de redire, à l’instar de Joseph Gabel (1970), que des approches théoriques aux incidences politiques ne deviennent jamais un système de pensée figé et que leur signification objective varie en fonction du contexte socio-historique dans lequel elles sont mises en application. Ou pour simplement reprendre les mots de R. Escarpit (1976 : 3) dans son avertissement au lectorat dans Théorie générale de l’information et de la communication, « une théorie n’est jamais qu’une façon de voir les choses. C’est une expérience faite d’expériences et organisée en un système plus ou moins fragile, plus ou moins résistant à l’usure de l’histoire ».

76Aussi inspirant puisse-t-il être, l’ouvrage de A. Dorfman et A. Mattelart n’est guère généralisable, tant les variables appartiennent à une période singulière de la politique chilienne et des idéaux qui animaient alors divers secteurs de la société dans la recherche d’une vie quotidienne plus égalitaire, libérée de toutes formes de colonialisme ou d’impérialisme. D’ailleurs, quel contexte peut aujourd’hui être comparable à celui du Chili de l’époque dans lequel s’expérimentaient autant de nouvelles formes de production de connaissances et d’intervention culturelle, sur fond de lutte idéologique, loin de la neutralité axiologique, et ayant comme adversaire l’impérialisme états-unien sous toutes ses formes ?

77À la sortie de l’édition française, R. Escarpit (1977 : 17), relevait que « tant que les impérialismes exportent leurs réalités, il y a toujours moyen de les combattre, mais quand ils se mettent à exporter leurs propres illusions sur eux-mêmes, alors ils deviennent vraiment dangereux ». Une réflexion qui, pour troublante qu’elle soit au regard de l’actualité mondiale, tranche encore par son réalisme et sa prescience, incitant d’autant plus à poursuivre, à l’instar de A. Dorfman et A. Mattelart, la valorisation d’une approche critique matérialiste de l’idéologie dominante telle qu’elle prend forme dans et par la culture et la communication.

Haut de page

Bibliographie

Sorry! Internal error. Please contact the webmaster and try reloading the page. 
Haut de page

Notes

1 « Rien qu’au Chili, à en croire la propagande narcissique qui s’étale dans ses revues, les dessins de Disney attirent et gratifient, chaque semaine, plus d’un million de lecteurs » (Dorfman et Mattelart, 1976 : 32).

2 Cette expression d’A. Gramsci caractérise le rôle de l’intellectuel qui, selon lui, doit contribuer non seulement à la production de connaissances, mais aussi s’engager au sein de la société dont il fait l’analyse pour la transformer. En cela, il traduit ce que Marx formulait dans la onzième de ses Thèses sur Feuerbach : « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde de différentes manières, mais ce qui importe, c’est de le transformer » (Engels et Marx, 1970 [1845]).

3 D’ailleurs, l’ouvrage original est dédié aux enfants des Dorfman et des Mattelart et, par-delà, à « tous les petits neveux et nièces », entendre ici les jeunes en général, voire les générations à venir.

4 A. Mattelart et H. Schmucler fonderont, avec le théologien catholique brésilien Hugo Assman, la revue d’inspiration gramscienne et fortement marquée du sceau latino-américain Comunicación y Cultura. A. Mattelart et H. Schmucler publieront ensemble en 1983, L’Ordinateur et le Tiers-Monde. L’Amérique latine à l’heure des choix télématiques (Paris, Éd. La Découverte).

5 Cette édition est préfacée par M. Rodriguez Bethencourt, de l’école de journalisme de l’université de La Havane.

6 S. Siegelaub a coédité avec A. Mattelart l’anthologie en deux volumes Communication and Class Struggle (Capitalism, Imperialism en 1979 ; Liberation, Socialism en 1983). Il a aussi publié le livre de Y. de la Haye, Marx and Engels on the Means of Communication (New York, Bagnolet, International General/IMMRC, 1980).

7 À la sortie de l’édition française du livre de A. Dorfman et A. Mattelart (1976), ce dernier a été invité à se joindre à R. Escarpit lors d’une émission de France Culture (Mattelart et Escarpit, 1977). Cette rencontre radiophonique vaut le détour d’une écoute attentive, car elle permet de comprendre l’état d’esprit qui animait alors ces deux figures intellectuelles des SIC.

8 A. Mattelart « découvre à travers les stratégies médiatiques instaurées par les experts états-uniens en vue de persuader les femmes des classes populaires à utiliser les méthodes contraceptives, les effets de réalité d’une sociologie diffusionniste des innovations qui fraie avec les méthodes du marketing, faisant par exemple appel à des célébrités pour promouvoir les bienfaits de la planification familiale. Son questionnement sur les idées supportant les politiques natalistes l’amène à scruter davantage la notion de développement dans son rapport avec celles de communication et de culture, et à examiner aussi les configurations sociopolitiques des acteurs qui les formulent et les traduisent en actes. La pierre angulaire du diffusionnisme est alors le paradigme du changement qui [selon lui] renvoie à une linéarité de l’histoire du progrès et de la modernité » (Sénécal, 2022 : 193-194).

9 Il est pertinent de mentionner que, contrairement à l’université du Chili, qui est publique, l’université pontificale catholique du Chili est privée et alors la seule institution universitaire à embaucher des personnes venant de l’étranger. D’où le fait que A. Mattelart ait pu y trouver un emploi en 1962, à l’École de sociologie nouvellement fondée. Bien que le Chili ne fût pas a priori son premier choix de destination en Amérique latine, ironie du sort, il avait été convaincu de s’y installer en raison de la stabilité politique du pays (Mattelart, 2010).

10 L’UP est une coalition des partis socialiste, communiste et social-démocrate, ainsi que du Mouvement d’action populaire unitaire (Mapu) et de l’Action populaire indépendante (API). La gauche chrétienne se joint à l’UP en 1970. L’UP avait alors l’appui de la Fédération syndicale nationale et de la Centrale unique des travailleurs (CUT).

11 L’expression « voie chilienne vers le socialisme » est selon les termes mêmes du président S. Allende, (« La via chilena al socialismo », discours devant le Congrès de la République, 31 mai 1971) qui sont souvent repris par les analystes pour présenter le concept de cette révolution sociale sans violence entreprise par le gouvernement de l’UP.

12 Selon l’analyse qu’en fera F. Mitterrand, rapportée dans Manière de voir (2022 : 12).

13 Les États-Unis ne veulent surtout pas que se multiplient les révolutions à l’image de celle de Cuba (1959) qui était devenue un modèle pour les guérillas anti-impérialistes du continent sud-américain, dont l’une des figures marquantes fut le révolutionnaire Ernesto « Che » Guevara. De plus, ils craignent, comme ce le fut dans le cas de Cuba, que d’autres pays se rapprochent du bloc communiste.

14 Fondé en 1827, El Mercurio est le journal conservateur le plus influent du Chili, lequel se targue d’être le Times de l’Amérique latine. Constituant un des piliers du pouvoir de la droite au pays, il revêt très tôt un rôle crucial dans le mouvement d’opposition de la classe dominante chilienne au gouvernement Allende.

15 « Dans les années 1960, A. Edwards Eastman est à la tête de quelque soixante sociétés anonymes. Des médias aux grandes propriétés agricoles en passant par les entreprises agro-industrielles, des firmes industrielles, des activités financières ou de commercialisation. Son partenaire étranger est la famille du magnat du pétrole, Rockefeller (Chase Manhattan Bank), qui contrôle plus de la moitié de leur capital » (A. Mattelart, 2010 : 68).

16 Pour une analyse de ce mouvement insurrectionnel de droite contre le gouvernement de l’UP mis en évidence dans le film La Spirale, consulter A. Mattelart (1976b, 2009).

17 Il est encore possible de consulter en ligne des exemplaires des Cuadernos de la Realidad National. Accès : https://www.socialismo-chileno.org/PS/ceren/ceren.html.

18 A. Mattelart a publié avec M. Piccini et M. Mattelart une livraison thématique de Cuadernos de la Realidad National intitulé « Los medios de comunicación de masas. La ideología de la prensa liberal en Chile », en mars 1970.

19 Au sujet de H. M. Enzensberger, voir la notice du Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics rédigée par L. Cassagnau (2023). Accès : https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/enzensberger-hans-magnus/.

20 Au sujet de B. Brecht, voir la notice du Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics rédigée par M. Silhouette (2022). Accès : https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/brecht-bertolt/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Sénécal, « Sur Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants d’Ariel Dorfman et Armand Mattelart »Questions de communication, 44 | 2023, 301-330.

Référence électronique

Michel Sénécal, « Sur Donald l’imposteur ou l’impérialisme raconté aux enfants d’Ariel Dorfman et Armand Mattelart »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33375 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33375

Haut de page

Auteur

Michel Sénécal

Université du Québec à Montréal, Cricis, CA-H2X 3J8 Montréal, Canada

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search