Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureCulture, esthétiqueDoïna Lemny, Brancusi et ses muses

Notes de lecture
Culture, esthétique

Doïna Lemny, Brancusi et ses muses

Montreuil, Éd. Gourcuff Gradenigo, 2023, 176 pages
Claudia Moisei
p. 365-367
Référence(s) :

Doïna Lemny, Brancusi et ses muses Montreuil, Éd. Gourcuff Gradenigo, 2023, 176 pages

Texte intégral

1Résultat de recherches approfondies sur la vie et la création du sculpteur Constantin Brancusi, cet ouvrage met en lumière ses relations avec les femmes. Doïna Lemny avait déjà abordé le sujet, de manière succincte, dans le chapitre « “Les femmes” de Brancusi : muses, amies, amantes », dans le livre chroniqué dans cette même revue, Constantin Brancusi. La chose vraie, paru chez le même éditeur, en 2022. Cette fois, elle s’arrête plus longuement sur quatorze de ses muses, tout en évoquant plus d’une vingtaine d’autres figures féminines qui ont intersecté le chemin de l’artiste.

2Classifiées, dès l’introduction, en « muses inspiratrices » et « muses protectrices » (p. 6), on apprend que les femmes ont toujours fait partie de l’univers de C. Brancusi, de sa représentation de l’amour et de son idée de transition de la vie vers l’art. Toutefois, jusqu’à son arrivée en France, en 1904, à l’âge de 28 ans, aucune relation amoureuse ne lui est connue et il n’en a jamais parlé. D. Lemny suppose que ce serait à cause de la discrétion légendaire du sculpteur ou encore tout simplement parce que ses premières aventures n’ont pas eu d’impact sur sa vie d’homme et d’artiste.

3Adoré par toutes celles qu’il a rencontrées, l’autrice présente une face moins connue du sculpteur, celle d’un grand séducteur, qui a suscité des désirs amoureux, mais presque jamais des conflits ou des jalousies. Souvent beaucoup plus jeunes que lui, ses muses étaient des artistes, des danseuses, des musiciennes ou des collectionneuses d’art. Charmeur et jovial, discret et courtois, mais surtout accueillant et généreux, C. Brancusi attirait les femmes en quête de sérénité, de richesse spirituelle et de tendresse, par l’ambiance joyeuse et bienveillante de son atelier. Heureux de se voir entouré de tant d’admiratrices, il ne s’est toutefois jamais engagé dans une relation amoureuse plus sérieuse.

4Les chapitres mentionnent la durée exacte de chaque amitié importante de C. Brancusi, dès le titre. Les titres résument d’ailleurs en quelques mots, à travers des noms des sculptures, des citations de l’artiste ou des courtes définitions faites par l’autrice, les qualités de chaque muse et son rapport avec le sculpteur.

5Renée-Irana Frachon est « La muse endormie : la baronne-muse, l’amie d’une vie » (p. 22). Mondaine cultivée, passionnée de littérature et d’art, pratiquant elle-même la musique et l’écriture, elle a fréquenté C. Brancusi dès 1907. Ses poses ont donné naissance à une ébauche en terre glaise que le sculpteur finit par détruire, un buste en pierre qui ne l’a pas satisfait, afin qu’il arrive, après un long travail d’observation et de réflexion, à trouver le moyen de rendre la délicatesse et la sensualité de son portrait, en le libérant de tout détail anatomique.

6La relation du sculpteur avec l’artiste peintre hongroise Margit Pogany, « l’amour contenu » (p. 34), est caractérisée comme « très discrète et ambiguë » (p. 36). Cette rencontre a laissé une empreinte importante dans la création de C. Brancusi et a projeté M. Pogany dans l’histoire de l’art. En partant d’une commande initiale, le sculpteur a travaillé le buste Mlle Pogany pendant une vingtaine d’années, en le transformant et en le photographiant des dizaines de fois. D’autres muses furent à l’origine des œuvres moins connues. Ce fut le cas de Léonie Ricou, femme moderne et indépendante, salonnière, mécène et collectionneuse d’art dans le Montparnasse des années 1900-1920, qui aurait inspiré la très mystérieuse sculpture en bois portant le titre Portrait de Madame LR. Elle a voué au sculpteur une tendre amitié. L’Américaine Eileen Lane, qui trouva en C. Brancusi, de 1922 à 1930, un ami et un confident prêt à l’aider à dépasser des moments difficiles, lui inspira une sculpture qui porte son nom et qui conserve tout son mystère. L’extravagante poétesse, éditrice et artiste anglaise, Nancy Cunard, hanta l’imaginaire de C. Brancusi qui la représenta en Jeune fille sophistiquée.

7Le sculpteur a été inspiré par les femmes, mais il a lui-même inspiré des artistes, comme Mina Loy, poétesse et artiste américaine. Si elle avait fasciné C. Brancusi avec sa personnalité excentrique et sensuelle qui se combinait harmonieusement avec son esprit et son intelligence, la sculpture L’Oiseau d’or lui inspira, à son tour, un poème qu’elle publia dans le numéro de novembre 1922 de The Dial [Le Cadran], avec l’illustration de la photo du chef-d’œuvre de C. Brancusi. Ensuite, vers 1924, elle dessina un portrait du sculpteur.

8Parmi les admiratrices de C. Brancusi, il y avait un grand nombre de jeunes filles. Certaines ont vu en lui une figure paternelle, comme Lizica et Irène Codréano. Surnommées par l’autrice « les filles de Brancusi » (p. 54), elles étaient arrivées à Paris en 1919 afin de parfaire leur éducation artistique, la première à la recherche d’une école de danse, la deuxième, d’un atelier de sculpture. Après l’avoir affublée du surnom masculin « Costica », le sculpteur accepta Irène comme apprentie dans son atelier et poursuivit l’évolution de Lizica, qu’il surnommait « la Tzigane ». Avec le compositeur Marcel Mihalovici, les deux sœurs formèrent un cercle restreint autour de C. Brancusi, qui les considéra comme des membres de sa propre famille.

9À part Irène Codréano, C. Brancusi accepta dans son atelier d’autres jeunes apprenties. Parmi elles, D. Lemny évoque Margareta Cossaceanu-Lavrillier et Milita Petrascu, mais elle accorde un chapitre entier à l’artiste chilienne Juana Muller, une des rares sculptrices que C. Brancusi avait autorisée à l’assister dans certains travaux, en dépit du fait qu’il aimait habituellement travailler tout seul ses œuvres, sans l’aide de personne. Le maître ne prodiguait pas de leçons non plus, en considérant que l’art devait être vécu, non enseigné. Juana laissa derrière elle des sculptures prometteuses, dont certaines portent l’empreinte du souvenir des moments de grâce passés dans l’atelier de C. Brancusi.

10D’autres jeunes filles sont devenues ses maîtresses, comme ce fut le cas de la danseuse suisse Marthe Lebherz. De trente ans sa cadette, elle avait entretenu avec C. Brancusi, âgé alors de cinquante ans, une liaison amoureuse cachée, révélée par une correspondance enflammée, agrémentée de nombreux dessins et détails inédits que D. Lemny se fait un plaisir d’évoquer et de reproduire. C’est ainsi qu’on apprend que les amoureux se faisaient surnommer entre eux Tantan et Tonton, que le sculpteur aurait voulu publier sa correspondance avec sa bien-aimée et qu’ils sont allés jusqu’à faire des projets de mariage, avant que la flamme de leur liaison ne s’éteigne.

11Devant certaines admiratrices, comme Beatrice Wood, artiste liée au mouvement dada américain, et son amie Helen Freeman, C. Brancusi se défile avec habilité pour échapper à leur emprise.

12À part des admiratrices isolées, les femmes de toute une famille et sur plusieurs générations sont également tombées sous le charme de l’artiste, comme ce fut le cas des Dudley, une famille d’intellectuelles de Chicago. Pendant plus de trente ans, Anna, surnommée « la comtesse » (p. 109), ses quatre filles Katharine, Dorothy, Helen et Caroline, et sa petite-fille Annie, n’ont pas manqué de témoigner leur affection à C. Brancusi, en le considérant comme un artiste prodigieux. Cette amitié a influencé leurs propres créations et a laissé des traces dans la presse américaine, Dorothy ayant écrit un des articles les plus pertinents sur C. Brancusi en s’appuyant, notamment, sur ses célèbres aphorismes, ainsi que sur des observations recueillies lors de ses visites à son atelier.

13Dans une autre famille américaine, celle des Meyer, la mère Agnes, intellectuelle raffinée et femme d’action très impliquée dans de nombreux combats, comme la reconnaissance du vote des femmes aux États-Unis et le bien-être des enfants défavorisés, inspira C. Brancusi pour sa Reine pas dédaigneuse. Agnes lui acheta trois œuvres et servit d’intermédiaire entre le sculpteur et quelques collectionneurs. Les enfants Meyer ont tous été très proches de C. Brancusi, en compétition pour remporter son amitié et son amour. Si les sœurs Elizabeth et Katharine se sont contentées de fréquenter l’atelier de l’artiste, d’entretenir une correspondance suivie et de lui confier leurs sentiments, leurs espoirs, leurs désespérances et leurs projets professionnels, D. Lemny suppose des liens plus affectifs et amoureux entre la fille aînée, Florence, et le maître.

14C. Brancusi fut impressionné également par la belle Marina, une amie de Florence, la fille du chanteur d’opéra russe Fédor Chaliapine. De son côté, Marina apprécia la présence du sculpteur qu’elle considéra, à la fois, comme son confident, son conseiller, son professeur et son amoureux. Il l’a inspirée et rendue heureuse, tout en la perturbant. C. Brancusi, à peine plus jeune que son père, n’a toutefois pas souhaité s’engager dans une histoire amoureuse avec elle. Dans les notes de fin de chapitre, l’autrice mentionne avoir rencontré en 2002, à Rome, Marina qui lui a montré la correspondance avec C. Brancusi. Le livre est d’ailleurs abondamment illustré de portraits et de documents inédits qui lui donnent un peu plus de saveur.

15Le dernier chapitre est dédié au dernier grand amour de C. Brancusi, la pianiste anglaise née en Nouvelle-Zélande, Vera Moore. Commencée comme une relation de travail, en dehors de la préparation de ses propres concerts, Vera s’occupant de la correspondance du sculpteur avec les collectionneurs américains et du suivi des contacts avec les galeristes et les éditeurs de publications d’art, cette relation se transformera vite en un grand amour, qui surprit C. Brancusi, alors proche de la soixantaine, qui se croyait guéri de ce sentiment. De cet amour naîtra un enfant, John Constantin Brancusi Moore, que le sculpteur refusa toujours de voir, de reconnaître et même de prononcer son nom. Cette curieuse réaction de la part de l’artiste surprend, en comparaison avec son attachement à la figure de l’enfant dans sa création. D. Lemny suppose que cette étrange attitude est due au fait que « Brancusi semble avoir vécu l’expérience de la paternité en insufflant la vie à des œuvres symbolisant l’âme et l’innocence de l’enfant. [...] à presque soixante ans, ayant connu d’autres expériences et aussi une libération sexuelle au sein d’un cercle préoccupé par la création en toute insouciance, sans attache familiale, il ne peut envisager de s’engager dans une vie de famille ordonnée » (p. 164). Dans les notes, l’autrice avoue avoir pu rencontrer Vera et son fils. Très âgée et atteinte de la maladie d’Alzheimer, elle a refusé de parler de C. Brancusi, sa relation avec lui restant son secret. Omission d’impression, les notes de ce dernier chapitre ne sont pas présentes dans le livre et m’ont été fournies directement par l’autrice. Elles feront l’objet d’un erratum.

16L’ouvrage est passionnant, tant par les informations inédites que par la quantité et la qualité de documents qu’il apporte. Spécialiste affûtée de C. Brancusi, D. Lemny a mené un vrai travail d’enquête parfaitement réussi, afin de démêler le vrai du faux, l’amitié de l’amour dans les nombreuses relations que le sculpteur et ses muses ont si bien dissimulé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Moisei, « Doïna Lemny, Brancusi et ses muses  »Questions de communication, 44 | 2023, 365-367.

Référence électronique

Claudia Moisei, « Doïna Lemny, Brancusi et ses muses  »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33498

Haut de page

Auteur

Claudia Moisei

Université Paris 2 – Panthéon Assas, claudiamoisei[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search