Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureCulture, esthétiqueAnaïs Mauuarin, À l’épreuve des i...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Anaïs Mauuarin, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950)

Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Cultures visuelles, 2022, 484 pages
Katerina Seraïdari
p. 368-370
Référence(s) :

Anaïs Mauuarin, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950). Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. Cultures visuelles, 2022, 484 pages

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue en 2018, ce livre révèle, d’une part, comment le langage de l’anthropologie a été formé par les images ; et, d’autre part, quels sont les documents visuels qui caractérisent cette période pionnière, l’ethnologie s’institutionnalisant en France à la fin des années 1920. Il nous permet de suivre le passage du musée d’ethnographie du Trocadéro (marqué par la direction de Paul Rivet entre 1928 et 1936) à la création du musée de l’Homme en 1937. Pour cette nouvelle discipline, la période de l’entre-deux-guerres est cruciale, dans la mesure où les images (photographies, dessins et séquences filmiques) et leur utilisation se modifient progressivement. Le changement se fait par étapes : de l’Exposition internationale des arts et techniques de 1937 (marquant l’ascension de la publicité qui deviendra une source d’inspiration pour l’organisation du musée de l’Homme), l’autrice nous conduit jusqu’à « la parenthèse de la guerre », qui impose la fermeture du musée en septembre 1939. Mais les bases sont déjà posées. La photothèque du nouveau musée, au sein de laquelle un « service commercial » est organisé dès 1938, devient dans les années 1950 « un modèle de référence pour la gestion vertueuse des photographies » (p. 172). La vision commerciale du service s’affirme avec la mise en place du contrat-régie. En effet, les épreuves photographiques sont classées en trois catégories : celles appartenant au musée, celles prêtées au musée et celles placées sous contrat-régie, sur lesquelles le musée touche 50 % des droits de reproduction (p. 181). Même en temps de guerre, des revues comme Voilà et France Magazine collaborent avec la photothèque, ce qui provoque une augmentation du chiffre d’affaires pour le musée entre 1940 et 1942 (p. 189). Des photographies sont même envoyées à des camps d’internement d’officiers et de soldats (oflags et stalags) ; ces derniers peuvent ainsi regarder des épreuves photographiques sur l’Indochine, l’Afrique ou la Syrie (p. 191-192). En somme, le musée de l’Homme a participé à la constitution d’un marché des images (souvent coloniales et exotiques), en plein essor pendant cette période. Malgré sa contribution à la marchandisation des images, la photothèque a aussi posé des mesures de régulation, puisqu’elle a fonctionné comme une agence photographique qui, grâce à un dispositif juridique, a pu assurer la protection des droits d’auteur.

2L’ouvrage s’intéresse à l’évolution de ce musée et à sa relation aux images produites, exposées ou exploitées, mais aussi à deux missions ethnographiques : celle de Dakar-Djibouti (1931-1933), qui a constitué un lieu d’expérimentations visuelles fécond avec la participation d’une véritable équipe de professionnels ; et celle d’Ogooué-Congo, de juillet à décembre 1946. Les péripéties de cette dernière sont analysées dans le chapitre IV, qui est intitulé « La tentation du spectacle » et qui examine le rapprochement des ethnologues avec la figure de l’explorateur. Alors que le Club des explorateurs français est créé en 1937 (suivi vingt ans plus tard par une émission de télévision, Le Magazine des explorateurs, diffusé de 1956 aux années 1970), c’est le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) qui voit le jour en 1939. La tension entre discours scientifique et processus de conceptualisation d’un côté, et quête d’une autorité médiatique qui s’appuie sur la « mystique de l’aventure » de l’autre côté, traverse l’ethnologie pendant cette période charnière. C’est pour s’opposer aux différentes formes de « journalisme publicitaire » et « aux concessions à l’esprit du siècle » que Claude Lévi-Strauss met en ouverture de Tristes Tropiques en 1955 (Paris, H. Plon) sa fameuse phrase lapidaire : « Je hais les voyages et les explorateurs » (p. 282-284).

3Mais revenons à la mission Ogooué-Congo, qui a été soutenue par le musée de l’Homme et financée par d’autres institutions publiques. Annoncé comme un « reportage sensationnel », un article sur elle paraît dans Images du monde en février 1947, c’est-à-dire deux mois après la fin de la mission (p. 236). Anaïs Mauuarin nous montre, images à l’appui, comment le montage des photographies, l’arrangement des légendes, mais aussi la mise en scène par l’équipe de cinéastes sur le terrain ont conduit à une « spectacularisation volontaire » des populations autochtones (p. 247-248). Elle prolonge cette interrogation avec les « images douteuses » qui déforment la réalité en raison des objectifs commerciaux, en se tournant vers les cartes postales, mais aussi vers l’Exposition coloniale de 1931 qui « déploie une rhétorique de la rupture » et qui promet de « vraies reconstitutions » et non des « danses du ventre » ou des « étalages de bazar » : toutefois, le public ne peut être que trompé, puisque toute reconstitution implique une orchestration hors du contexte d’origine ; le cas des « chants guerriers traditionnels » qui s’avèrent, en fait, avoir été « récemment inculqués par les missionnaires », met en lumière une des formes que la manipulation du public peut prendre (p. 252). La soif des visiteurs et des lecteurs pour l’exotisme et l’aventure pousse ainsi vers des falsifications et des imitations, souvent grossières et exécutées par des professionnels. En questionnant les conditions de production des images, des films et des spectacles, A. Mauuarin insiste sur la capacité de façonner le réel, qui peut aller jusqu’à produire un « réel falsifié » et à fabriquer des croyances indigènes qui s’avèrent sans « aucun fondement réel » (p. 254-263). Les pages sur la manière d’agir sur le réel (que les ethnologues sont censés enregistrer) posent une question plus large, qui est au centre du livre : quel est le rôle des images dans la construction des savoirs, surtout quand une discipline scientifique, comme l’anthropologie, recherche aussi la médiatisation et la vulgarisation ?

4L’autrice nous fait ainsi entrer dans les coulisses du travail scientifique pour montrer les failles qui imposent des reconsidérations méthodologiques et la porosité des frontières qui existe parfois entre image commerciale et données visuelles recueillies sur le terrain ethnographique. Dans quelle mesure un ethnologue peut-il être directif et demander à ses informateurs de « se placer dans les zones de lumière ou d’éviter de regarder la caméra » (p. 263) ? D’autant plus que, en Afrique, les cérémonies sont souvent rejouées et reproduites, hors contexte rituel, pour les voyageurs occidentaux et sont même commandées par le pouvoir colonial (p. 278). Non seulement des spectacles sont organisés par les administrateurs coloniaux, mais aussi les touristes occidentaux viennent poser avec les indigènes pour une « photographie-souvenir », transformant ces derniers en décor (p. 312-315). C’est à ces excès que Jean Rouch va s’opposer avec son cinéma ethnographique et ses « ethnofictions » à partir de la fin des années 1940, en privilégiant les prises sur le vif et l’improvisation, tout en évitant de « tenter le moindre trucage » (p. 336). Le discours de J. Rouch n’est pourtant pas nouveau, puisque « les fondements d’une idéologie de l’instantanéité en ethnologie » étaient posés dès le début du siècle en France par Marcel Mauss (p. 32).

5Ainsi deux processus différents sont-ils décrits dans ce livre : a) les conditions de production d’images ethnographiques, qui ne sont pas toujours appropriées d’un point de vue scientifique – non seulement selon notre lecture actuelle mais aussi selon les critères de chercheurs comme M. Mauss, J. Rouch ou C. Lévi-Strauss qui essaient de définir des règles déontologiques ; et b) les conditions de diffusion de ces images, qui sont publiées dans divers contextes éditoriaux et qui peuvent souvent sortir du champ académique. La diffusion est analysée dans le chapitre III (dédié à la photothèque du musée de l’Homme), alors que la question de la production occupe une grande partie du livre. Malheureusement, les deux phénomènes ne sont pas vraiment pensés ensemble. Malgré sa qualité indiscutable et son apport important, l’ouvrage souffre tantôt d’un éparpillement d’informations, tantôt d’un foisonnement de données pas suffisamment exploitées, qui fragilisent parfois sa structure. Par exemple, le chapitre III décrit le mécanisme de la diffusion des images (afin que celles-ci « puissent vivre et infuser dans la société », p. 201), mais aussi le fonctionnement de la photothèque comme institution, les enjeux économiques qui se développent autour d’elle, ainsi que les discours justifiant les différents choix (comme la notion d’éducation populaire qui motive les décisions de P. Rivet). Dans ce cadre, il est également question de l’archivage et de la classification comme moyens pour créer de la valeur (p. 185).

6Les conditions de production d’images sont traitées dans le chapitre IV, et dans deux autres chapitres, le premier et le cinquième. Dans le premier, il est question de la mission Dakar-Djibouti et de Marcel Griaule, qui considère « le point de vue surplombant » comme un « outil d’investigation supérieure » : en fait, M. Griaule, avant de se tourner vers l’ethnologie, avait été « observateur aérien dans l’armée de l’air » (p. 80). Ce cas de figure laisse entrevoir comment des choix personnels, liés aux expériences de vie de ceux qui embrassent à un moment donné l’ethnologie, influent sur la discipline et sur les images qu’elle produit – même si A. Mauuarin n’emprunte pas cette piste et choisit de montrer comment une « rhétorique de la révélation » est associée à la photographie aérienne dès ses débuts (p. 89). Quant au chapitre V, il examine la « relation photographique » et les idées autour du refus des indigènes d’être photographiés – refus qui révèle un rapport contrarié et l’échec d’une opération de mise en confiance : la prise en image peut donc être « un acte subi par le photographié » (p. 314). La question de la séduction, en tant qu’argument explicatif de la part des Occidentaux, est très justement posée. Ainsi, quand des femmes du Zaïre refusent de se laisser photographier, Michel Leiris met-il leur décision en rapport avec leur apparence physique (« elles étaient justement vieilles et laides », p. 305). Dans ce cas, l’effort d’éviter l’appareil photographique est censé être motivé par la conscience d’un manque de « photogénéité ». Même si A. Mauuarin ne fait aucun commentaire sur l’attitude sexiste que de tels propos font émerger, comment ne pas voir derrière ce type de réaction l’idée que toutes les femmes (indigènes ou occidentales) veulent plaire et sont hantées par l’impression qu’elles produisent sur les hommes ? Notons encore que les ethnologues que nous suivons ici sont tous des hommes, qui imposent sur les populations rencontrées un regard à la fois masculin et occidental.

7Le chapitre V illustre la chasse aux images dans laquelle les ethnologues sont impliqués – parfois contre rétribution monétaire ou en donnant du tabac. Des cas où ce sont les indigènes qui réclament des photographies sont également cités : ils se figent dans des poses avantageuses et deviennent les commanditaires, prenant ainsi « le dessus au sein de la relation photographique » (p. 314-318). Afin de montrer comment les prises de vue photographiques peuvent devenir des moments de création collective, l’autrice décrit les étapes d’une aventure éditoriale audacieuse : Le Petit Dan, un ouvrage d’une quarantaine de pages à destination du jeune public, paru en 1948 (Paris, Éd. Arts et métiers graphiques) et fondé sur un conte merveilleux issu de la tradition orale africaine, fait une grande place aux photographies de J. Rouch et aux dessins d’Oumarou Ousmane, qui est le conteur de Firgoun, sur le fleuve Niger. Le projet implique la participation de nombreux habitants, qui deviennent à cette occasion des acteurs (p. 322-334).

8En fin de compte, le livre d’A. Mauuarin analyse deux types de relations : celle entre l’ethnologue et les populations étudiées (ce qui correspond à la phase de la collecte de données et de la production des images) ; et celle entre l’ethnologue, en tant que médiateur d’un savoir, et le public occidental, une fois le voyage terminé (rapport qui s’établit à travers la diffusion d’images et de textes). C’est un travail documenté et foisonnant, qui utilise un grand nombre de sources primaires (archives, contrats, lettres). Pour un ouvrage dédié à la photographie et à l’importance de son interaction avec le texte, on ne peut que regretter les renvois erronés de huit images (planches 22-30). De même, il faut remarquer l’absence de toute référence à la mission Citroën Centre Afrique, appelée Croisière noire, qui a traversé l’Afrique entre 1924 et 1925 – d’autant plus que l’analyse d’A. Mauuarin est centrée sur ce continent et sur les ethnologues africanistes. Cela aurait pu montrer comment la tension entre méthodes scientifiques et objectifs commerciaux se manifeste déjà dès les années 1920, puisque les membres de cette expédition organisée par Citroën à but publicitaire reviennent avec des relevés topographiques, des études géologiques, 8 000 photographies et des milliers de mètres de pellicules de films ethnographiques. Toutefois, ces quelques lacunes n’enlèvent rien à la valeur du livre d’A. Mauuarin, qui pose les bonnes questions et qui ouvre de fécondes perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraïdari, « Anaïs Mauuarin, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950) »Questions de communication, 44 | 2023, 368-370.

Référence électronique

Katerina Seraïdari, « Anaïs Mauuarin, À l’épreuve des images. Photographie et ethnologie en France (1930-1950) »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33501

Haut de page

Auteur

Katerina Seraïdari

Institute for Mediterranean Studies, GR-74131 Rethymno, Grèce, k.seraidari[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search