Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésNancy Bouchard, Le Vivre-ensemble

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Nancy Bouchard, Le Vivre-ensemble

Mustapha Guenaou
p. 383-386
Référence(s) :

Nancy Bouchard, Le Vivre-ensemble, Laval, Presse universitaire de Laval, coll. Travaux communs, 2021, 80 pages

Texte intégral

1Dans ce petit volume de 80 pages, Nancy Bouchard, en collaboration avec Nicolas Haeck et Maxime Plante, propose d’éclairer la notion du vivre ensemble. Célébrée depuis 2018 le 16 mai de chaque année, la journée internationale du vivre-ensemble en paix fête en 2022 ses cinq ans. Son slogan – « vivre ensemble en paix » – nous invite à l’acceptation de la différence, l’écoute de l’Autre pour mettre en avant le respect et la considération, synonyme de l’estime, voire la reconnaissance vis-à-vis de l’Autre. La célébration vise la mobilisation des efforts de la communauté internationale en faveur de ce thème de recherche en sciences humaines et sociales (SHS). Elle diffuse les notions du « triptyque adapté au vivre-ensemble en paix » (TAVEP) qui regroupe la tolérance, l’inclusion, la compréhension, l’acceptation et la solidarité (TICAS).

2Il faut penser dans cet esprit au développement pérenne d’une intégration dans la société fondée sur la différence et la diversité, pour pouvoir bâtir un monde ayant pour objectif l’avancée technologique et l’amélioration de la vie des hommes et des femmes, de la faune et la flore – un monde viable, dans un environnement vivable.

3La préface de Thomas De Koninck renvoie aux travaux antérieurs déjà réalisés par de nombreux philosophes (p. xv), en particulier ceux de Jürgen Habermas sur l’agir communicationnel (ibid.), ceux d’Axel Honneth sur désir de reconnaissance (ibid.) et ceux de Georg W. F. Hegel et son système de la vie éthique (ibid.). Il évoque l’essence de la reconnaissance chez Johann Gottlieb Fichte et son omniprésence chez G. W. F. Hegel, son contemporain. Dans ce cadre, il insiste sur « le pur reconnaître » (ibid.) de la Phénoménologie de l’esprit (Garnier Flammarion, 2012 [1807]). Puis, il définit la reconnaissance par la notion de laisser l’autre libre de reconnaître ou non (ibid.) avec des marqueurs de liberté et d’acceptation mutuelle émancipatrice par les notions de l’acceptation non forcée, de l’aisance et de la disponibilité (ibid.). T. De Koninck n’aura de cesse d’insister sur la solidarité comme pierre angulaire du bon fonctionnement de cet esprit du « vivre-ensemble », appuyé par l’action mutuelle et la réciprocité. D’ailleurs, il n’est pas possible d’être solidaire sans le vivre -ensemble. Nous pouvons parler de la complémentarité, qui s’exprime par une action mutuelle, appréciée et respectée (ibid.). Nous insistons, en effet, sur un champ triangulaire qui regroupe le triptyque, constitué du texte, de son contexte et de son prétexte. En somme, il s’agit de deux relations marquées par la réciprocité (ibid.). Son raisonnement se poursuit sur la base de la dialectique du maître et de l’esclave (p. xvi-xvii). Afin de nous convaincre, il illustre son texte d’extraits pour rappeler l’« amour » qui est cette connaissance de l’unité (p. xviii). La notion de « se reconnaître dans l’autre » présente « la caractéristique distinctive de la conscience humaine » (p. xix). Pensant que « l’individu humain est d’emblée social, alors que l’Homme, qu’il soit une femme ou un homme, est socio-sociétal puisqu’il présente la dyade de la socio-sociétalité dans le sens d’être social d’une part et sociétal d’autre part » (ibid.).

4De ce fait, T. De Koninck évoque une sorte de triptyque de la réussite où sont imposés les trois éléments fondamentaux liés à l’esprit : la communication, l’échange et le partage. Nous les retrouvons chronologiquement cités : « Culture, langues, institutions, valeurs partagées, le social, le politique, l’agir éthique, le savoir, l’amour » constituent ce qui est « esprit » (ibid.). Il pense que la dignité naturelle de l’Homme (l’être humain) se fonde sur l’amour et la pensée (ibid.). Pour cette raison, l’Homme et sa dignité se découvrent (ibid.), au fur et à mesure, dans le temps et dans l’espace. Ils sont exprimés par son pouvoir-être et son être (p. xx). T. De Koninck en vient donc à conclure dans sa préface que l’amour et l’amitié sont les seuls fondements qui peuvent donner un plein sens au vivre-ensemble.

5« De quoi le vivre-ensemble est-il le nom ? », tel est le titre introductif choisi par N. Bouchard, qui permet, d’une part, d’introduire les cinq sections de cet ouvrage, mais surtout, d’autre part, de poser la question du « vivre-ensemble », expression devenue omniprésente dans le discours socio-sociétal et politique (p. 1-2). Sa curiosité la conduit à faire valoir l’importance du travail de recherche, approprié aux Sciences Humaines et Sociales : l’analyse du contenu de plusieurs travaux, en privilégiant la méthodologie de recherche qualitative et interprétative (p. 2). Dans cette entrée en matière, elle propose donc quatre déclinaisons comme quatre réponses relatives à une définition au « bien vivre-ensemble » (ibid.).

6Le premier chapitre, intitulé « Un lien-frontière » (p. 3-4), questionne l’éducation au vivre-ensemble, longuement débattu en 2011 lors d’une rencontre scientifique « Penser l’éducation au vivre-ensemble » (p. 3). L’auteur évoque l’approche d’Aline Giroux qui aborde le thème « sous l’angle du Sujet » d’un côté et « sous les rapports des contraires complémentaires de l’altérité et du vivre-ensemble » de l’autre (ibid.). Ces contradictions interpellent puisqu’elles évoquent les éléments de ce que nous appelons la socio-anthropologie du versus : l’humain est confronté à l’opposition, au contraire et à la réciprocité dans la vie sociale et sociétale, marquée par toutes ses caractéristiques et ses particularités. A. Giroux s’inspire donc clairement des travaux de Hannah Arendt. De cette intervention, N. Bouchard rappelle que le savoir vivre-ensemble est dépendant du « soi », de « l’altérité » et « des institutions » (p. 4). Cette triade est exprimée par Alain Touraine comme suit : « La liberté du Sujet personnel, la reconnaissance des différences culturelles et les garanties institutionnelles » (ibid.). Ces trois éléments fondamentaux sont les protecteurs de la liberté et de la différence (ibid.).

7Dans le deuxième chapitre, « Une expression d’apparence consensuelle » (p. 5-9), l’autrice parle d’un détail qui interpelle et qui différencie le vivre-ensemble (avec trait d’union) du vivre ensemble (sans trait d’union). Cela pourrait aboutir à d’autres pistes de recherche. N. Bouchard fournit l’explication suivante : l’expression se présente sous une forme verbale et sous une forme substantivée (p. 5). La question de la substantivation de l’infinitif n’est pas sans importance dans le contexte de la compréhension de l’expression phare, « vivre-ensemble » (ibid.). La question du trait d’union et de son usage est venue plus tard puisque la substantivation est utilisée dans les différents discours dont ceux associés à la sociopolitique, aux médias et surtout à la publicité (ibid.). Elle est provocatrice et productrice d’un effet d’ordre sémantique de nouveauté et d’attractivité autour du vocable (ibid.) que nous utilisons dans le texte, le contexte et le prétexte. Bien que composé de deux mots, le concept « vivre ensemble » et « vivre-ensemble » plonge dans les profondeurs de la langue française autour d’expressions telles qu’« un vouloir vivre-ensemble » et « un vivre-ensemble démocratique ». Par son sens, elle dynamise la conscience, qu’elle soit socio-sociétale ou socio-professionnelle, y compris les valeurs socio-humanistes telles que « (la) confiance, (la) solidarité, (le) partage, (l’)engagement », une grande portée et des finalités intéressantes : « paix, démocratie, progrès social » (p. 5).

8L’autrice place ensuite le concept dans le temps et l’espace, via les publications qu’elle cite afin de mettre en avant l’importance de l’expression à travers le monde. Dans la sphère de l’éducation et dans le développement des programmes d’étude, le vivre-ensemble s’explique par un sens socio-anthropologique et sa forme d’apprentissage. Dans la politique, le vivre-ensemble vise, selon l’autrice, des objectifs qui seraient attachés aux principes en faveur du développement d’une aptitude à vivre ensemble dans un pays où la citoyenneté prime. Pour une meilleure compréhension, N. Bouchard insiste sur une République avec ses principaux marqueurs tels que l’indivisibilité, la laïcité, la démocratie et le socio-sociétal (p. 6). Sous un autre aspect, l’autrice renvoie à la notion d’objectifs qui aident à faire valoir les manières, les méthodes et les principes relatifs à la question d’« apprendre à vivre ensemble » et surtout « d’apprendre à penser ». Cette question demeure le pilier des objectifs prioritaires tels que la découverte des autres cultures (ou des cultures des autres) et des traditions socio-culturelles et socio-sociétales, voire des pratiques socio-humanitaires et humanistes. Elle permet de prendre en compte le développement de la notion d’une responsabilité d’ordre éthique. D’ailleurs, elle vise la promotion d’un bon et meilleur vivre-ensemble favorisant la construction d’une culture, véritablement commune et publique (p. 6).

9Dans sa démarche, l’autrice évoque l’apport des dictionnaires qu’elle a consultés pour relever des définitions relatives au vivre-ensemble. Par ce moyen, elle cherche à enrichir la notion du vivre-ensemble en résumant les résultats sous la forme de points : la cohésion et la solidarité d’ordre socio-sociétal ; la tolérance ; la civilité ; la volonté en faveur de la cohabitation inter-communautaire marquée par une harmonie que nous désignons comme socio-sociétale (les hommes ou les femmes de différentes communautés) ; l’esprit de groupe où sont impliqués le respect et l’égalité dans les communautés ; la citoyenneté ; la vie concitoyenne harmonieusement acquise où est impliqué le triptyque de l’harmonie et de l’entente (THE), regroupant les éléments de celui du rapprochement adopté mutuellement (Tram).

10En effet, dans le cadre du vivre ensemble, il faut insister sur le respect, l’égalité et la solidarité (p. 7-9). Ces différentes définitions conduisent à faire valoir l’importance de la notion et du concept dans les SHS : le « vivre-ensemble » se présente différemment et rappelle, dans le contexte scientifique et culturel, les différents cadres (de norme, d’objectif et de motivation ; p. 9).

11Le troisième chapitre est intitulé « Une expression à définir » (p. 10-15). L’autrice s’implique dans la recherche d’une meilleure définition de la notion dans les SHS en utilisant l’analyse de contenu, outil le plus approprié. Elle définit sa démarche comme étant une sélection ou collecte des documents (pré-analyse), le dépouillement des documents ou du corpus et l’exploitation des documents (exploitation matérielle) permettant de relever quatre éléments spécifiques à la notion : universel, commun, général et singulier (p. 11-15).

12Dans le chapitre « Résultats » (p. 16-46), N. Bouchard présente des résultats par rapport à une définition et des déclinaisons du terme, de la notion et du concept du « vivre-ensemble ». Sur la base de trois critères d’ordre distinctif, l’autrice avait projeté une définition : la nature, la situation d’emploi et la pertinence des caractères (p. 16-17). Elle propose deux définitions du « vivre-ensemble » dont la première est une définition initiale (p. 20-38) et l’autre une définition finale (p. 39-46). Pour la première, elle rappelle que « vivre-ensemble » se définit comme étant une donnée naturelle, une problématique et une nécessité de l’existence du lien socio-sociétal. Elle livre les résultats de ses connaissances en matière de marqueurs des SHS en évoquant les formes de déclinaison : la déclinaison verticale, la déclinaison horizontale, la déclinaison verticale-horizontale et la déclinaison horizontale-verticale. Pour l’autrice, ces quatre déclinaisons sont les réponses possibles, jugées pertinentes en matière de réponses à la question d’A. Tourainep. 37-38). Pour la seconde définition, qu’elle nomme définition finale, l’autrice cherche l’identification du « vivre-ensemble » à travers les quatre déclinaisons évoquées précédemment. Le vivre-ensemble présente les marqueurs, en SHS, d’espace de parole. Dans ce contexte, l’autrice conduit à faire valoir plusieurs points forts du vivre-ensemble tels que l’avènement de la parole – source de la démocratie dans le champ socio-sociétal et le champ de l’éducation – et la négociation qui est source de l’interrogation collective et de l’articulation de l’Homme. L’être humain joue un rôle d’acteur socio-sociétal et de citoyen (acteur socio-humain avec des sentiments patriotiques et citoyenneté). L’espace dont il est question ici nous rappelle qu’il se place parmi les prérequis de l’harmonie du vivre-ensemble (voir supra). Ce chapitre rappelle le rôle prépondérant de la communication impliquant la parole, la négociation, le dialogue et la discussion (p. 20-46).

13En conclusion, l’autrice propose de considérer le « Vivre-ensemble [comme] projet en chantier » (p. 47-48). Par les résultats de ses recherches (bibliographiques, étymologiques et analytiques des documents recueillis et collectés pour constituer son corpus), N. Bouchard pense avoir mis en évidence une définition commune du vivre-ensemble : lui donnant un sens spécifique, d’une part, et commun, d’autre part. Le vivre-ensemble reste un projet en chantier au regard de l’évolution du monde actuel et des problématiques socio-sociétales. Ainsi ce petit ouvrage ne démérite-t-il pas par la documentation placée en annexe, par les nombreux textes utilisés comme références dans les recherches ainsi que par les sources bibliographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Guenaou, « Nancy Bouchard, Le Vivre-ensemble »Questions de communication, 44 | 2023, 383-386.

Référence électronique

Mustapha Guenaou, « Nancy Bouchard, Le Vivre-ensemble »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33576 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33576

Haut de page

Auteur

Mustapha Guenaou

Université de Mostaganem, CRASC, DZ-31000 Bir El Djir, Algérie, guenaoum[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search