Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésRémi Dalisson, Au plus près du pe...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Rémi Dalisson, Au plus près du peuple. Les voyages politiques de Napoléon III

Erwan Le Gall
p. 392-394
Référence(s) :

Rémi Dalisson, Au plus près du peuple. Les voyages politiques de Napoléon III. Paris, Éd. Vendémiaire, 2022, 340 pages

Texte intégral

1Proposer un ouvrage sur les voyages de Napoléon III à travers la France, d’abord en tant que Prince-président puis en tant qu’Empereur, a à première vue tout de la gageure tant il s’agit là d’un terrain richement balisé. En effet, on sait combien les travaux de l’historien Éric Anceau ont contribué, depuis bientôt 25 ans, à renouveler notre compréhension du Second Empire. Quant à ceux du politiste Nicolas Mariot (Bains de foule. Les voyages présidentiels en province, 1888-2002, Paris, Belin, 2006), ils ont considérablement réévalué l’adhésion pouvant transparaître des inévitables bains de foule qui émaillent les voyages présidentiels en province. Pourtant, l’historien Rémi Dalisson, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Rouen et spécialiste des fêtes et cérémonies publiques, trouve avec cet ouvrage une voie originale qui montre que ce sujet est loin d’être épuisé.

2Cet intérêt renouvelé ne doit pas étonner tant la compréhension d’un tel objet relève d’enjeux qui dépassent de très loin le cadre de l’histoire du Second Empire, et de la discipline historique même. R. Dalisson le confie d’ailleurs en préambule : les voyages de Louis-Napoléon Bonaparte « inaugurent une pratique politique reprise par bien des régimes autoritaires jusqu’à Vichy, avant d’être encore pratiquée de nos jours dans un cadre démocratique, comme le montrent les déambulations du président Macron à l’automne 2018 puis à l’été 2021 » (p. 5). Toute histoire est nécessairement contemporaine et cette enquête ne fait nullement exception à la règle. Aussi ce volume attirera-t-il certainement l’attention de maints politistes et spécialistes des questions de communication, réalité qui justifie à l’évidence une recension dans le cadre de cette revue.

3Il est vrai que, tout au long de ces pages, la gestuelle politique de Napoléon III ne manque pas de frapper par sa modernité. Bien entendu, celle-ci est soigneusement mise en scène, conformément à l’image que l’Empereur souhaite donner de lui-même et de son règne. Du voyage en train aux aérostats publicitaires, comme à Bordeaux en 1852 (p. 41), en passant par les innombrables arcs de triomphe érigés pour l’occasion, les outils de communication politique sont nombreux et parfois incongrus. À Clermont-Ferrand, en 1862, la commune organise par exemple « une grande éruption factice sur le Puy de Dôme grâce à 6 000 fagots de bois, 8 000 kilogrammes d’huile de résine et 20 chars de bois enflammés ! » (p. 99). Comme quoi la « politique spectacle » n’est pas une réalité complètement neuve…

4La rencontre entre l’Empereur et ses sujets est en vérité tout sauf spontanée. Non seulement elle est ardemment organisée en amont, comme l’atteste l’importante mobilisation des services de l’État et des communes placées sur le trajet du couple impérial, mais elle est abondamment médiatisée par des journalistes « invités » ; on dirait aujourd’hui « accrédités ». Les voyages de Napoléon III sont en effet indissociables de la culture de masse de l’époque et des milliers de journaux, brochures, almanachs et autres illustrés de l’époque, sans compter les médailles commémoratives, qui en multiplient l’écho, comme les réseaux sociaux et les chaînes d’information en continu peuvent aujourd’hui relayer tel ou tel déplacement de chef d’État. Aussi, c’est presque sans surprise que l’on apprend qu’en 1853 « le sous-préfet de Valenciennes fait venir à Lille 1 100 ouvriers, dont 700 mineurs, 200 métallurgistes et 2 000 ouvriers des fabriques de sucre pour montrer la force de sa région et augmenter le nombre de spectateurs » (p. 113). De la même manière qu’aujourd’hui, le voyage de chef d’État ne peut se concevoir sans bain de foule, foule dont la taille revêt une importance politique capitale.

5Cependant, il convient de ne pas faire fi de la perspective diachronique et de bien garder à l’esprit que l’environnement technique et culturel de Napoléon III n’est pas nécessairement celui de ses successeurs. Le train que l’Empereur emploie est non seulement exceptionnel, mais assumé comme tel : quatre puis six et bientôt sept wagons de luxe aménagés par Eugène Viollet-le-Duc et capables de circuler à 100 km/h, vitesse ô combien fascinante pour l’époque (p. 39). On est donc ici aux antipodes d’un François Hollande qui, élu en 2012 et soucieux d’incarner une présidence voulue « normale », décide de se rendre en mai 2012 à Bruxelles en Thalys. Rapidement rattrapé par la réalité des contraintes de sécurité entourant un chef d’État, l’Élysée ne transforme d’ailleurs l’essai par la suite qu’à de rares exceptions, et notamment pour un médiatique départ en vacances pour le fort de Brégançon.

6Il est pourtant une permanence de ces voyages qui mérite d’être signalée et qui est au cœur de l’ouvrage de R. Dalisson : la volonté de venir au contact du « peuple » – notion éminemment construite comme l’ont bien montré les travaux aujourd’hui classiques de Benedict Anderson (Imagined Communities. Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, New York, Verso Books, 1991 [1983]) – sans en passer par les corps intermédiaires, comme si ceux-ci travestissaient la réalité, déconnectaient le chef d’État du quotidien « vrai » de ses concitoyens, l’empêchant de prendre la juste mesure de leurs problèmes et donc, en dernière instance, de les résoudre. Pour l’auteur, ce qui apparaît en ce mitan du xixe siècle n’est ni plus ni moins que « la marque d’une nouvelle gouvernance que l’on peut qualifier de populiste », en ce sens qu’elle permet un lien « direct » entre « le souverain et son peuple » (p. 8). Dans ce cadre, « la société est séparée en deux groupes homogènes et antagonistes, le peuple face à l’élite corrompue et qui soutient que la politique devrait être une expression de la seule volonté populaire (ou générale) » (p. 16). Nécessairement issu du peuple, le dirigeant populiste en constitue une manière de prolongement qui n’échappe pas aux stéréotypes de genre : à l’Empereur la modernité technique et les ancestrales vertus guerrières quand l’Impératrice, elle, est reléguée aux bonnes œuvres. En effet, la charité est le véritable « domaine réservé » (p. 153) d’Eugénie, à tel point que R. Dalisson n’hésite pas à l’ériger en « première dame de France » (p. 154). Mais la portée politique de ce que l’on qualifierait aujourd’hui d’actions caritatives ne doit pas être perdue de vue : « Si Eugénie conforte le rôle traditionnel de la femme dans une société qui ne la libère guère, elle complète surtout les actions de son époux qui multiplie de son côté les gestes sculptant son image de sauveur énergique, rassurant et populaire » (p. 159).

7Le recours au concept de populisme – notion particulièrement difficile à cerner il est vrai – pourra sans doute, çà et là, ne pas emporter pleinement l’adhésion. La datation précise du phénomène reste sujette à débats. Ainsi, pour l’historien Bertrand Joly (Aux origines du populisme. Histoire du boulangisme [1886-1891], Paris, CNRS Éd., 2022), est-ce quelques années plus tard, à la fin des années 1880 et avec le général Georges Boulanger, que cette pratique politique voit le jour. Toutefois, on nous permettra d’avancer ici l’idée que sous le même vocable sont en fait désignées deux réalités bien distinctes : celle, d’une part, examinée par le livre de R. Dalisson, qui consiste pour un chef d’État à venir au contact du peuple pour lui délivrer un message ; celle, d’autre part, qui se résume, pour un aspirant au pouvoir, à attirer sur son nom toutes les protestations du moment, mais en en disant le moins possible, afin de renverser le « système ».

8Pour le dire autrement, ce qui distingue Napoléon III de G. Boulanger, c’est son projet politique. Et là est assurément tout l’intérêt de ce livre que de le donner à lire, et ce sur plusieurs niveaux. D’un point de vue stratégique, R. Dalisson montre de manière assez convaincante combien la triangulation est au cœur de la pratique politique de ce Prince-président devenu Empereur qui n’hésite pas à « aller symboliquement sur le terrain de l’adversaire pour le priver d’arguments et récupérer une partie de ses soutiens » (p. 29). En témoigne le voyage à Lyon, dans le quartier républicain de la Croix-Rousse en 1865, ou encore l’escale du 15 août 1858 à Auray, dans le Morbihan, c’est-à-dire en plein fief légitimiste. Incarnation de « l’ordre », l’Empereur ne cesse, tout au long de son règne, d’interpréter la mélodie de la « stigmatisation des ennemis » (p. 133), à telle enseigne qu’on en vient presque à se demander si ces derniers ne deviennent pas essentiels au maintien du régime. Sur le fond du message délivré, l’auteur rappelle combien Napoléon III, qui incarne par définition l’Empire et donc la Nation (p. 133), prend un soin méticuleux à non seulement intégrer à son discours mais mettre en valeur un certain nombre de « particularismes locaux » (p. 134), qu’il s’agisse de musiques et d’instruments populaires, de costumes, de spécialités gastronomiques ou même de héros des temps anciens, de Bertrand du Guesclin à Dinan en 1858 au général Pierre Cambronne à Nantes en 1852 en passant par Pierre Corneille à Rouen et Jacques-Bénigne Bossuet à Meaux. Dans cette optique, les affiches annonçant les voyages impériaux ne sont pas nécessairement en français et on en connaît, par exemple, certaines imprimées en breton mais aussi en arabe, à l’occasion des deux voyages effectués en Algérie en 1860 et en 1865. Bien entendu, ceci n’étonnera pas les connaisseurs chevronnés de ce xixe siècle qui se passionne pour le « folklore » et les « traditions populaires », comme une réaction au nouveau régime d’historicité né de la Révolution française et de l’abandon de la coutume (Hartog François, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. Le Seuil, 2003). Cependant, ce que met en lumière R. Dalisson avec cet ouvrage, ce ne sont ni plus ni moins que les racines impériales de la pédagogie des « petites patries » mise en œuvre par la Troisième République (Thiesse Anne-Marie, Ils apprenaient la France. L’exaltation des régions dans le discours patriotique, Paris, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1997). Et là est, assurément, un apport essentiel de ce volume.

9Toutefois, on nous permettra de regretter que R. Dalisson n’interroge pas un peu plus l’efficacité de cette rhétorique dont on a vu qu’elle est déployée avec tous les moyens du régime. Car les voyages, en ce qu’ils délimitent les contours du « pays rêvé par l’Empereur, cette France idéale et régénérée » (p. 43), participent aussi du processus de construction du sentiment national. Or, quiconque se plonge dans les carnets et mémoires des contemporains de la guerre de 1870 est frappé par la facilité avec laquelle les acteurs sociaux abandonnent l’Empire après la bataille de Sedan, et accablent immédiatement ou presque le régime de tous les maux en le tenant pour responsable de la défaite (p. 229). D’ailleurs, à partir du 4 septembre, c’est la République qui reprend le flambeau du combat et un historien comme Stéphane Audoin-Rouzeau (1870. La France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989) a pu voir, dans cette perpétuation du combat, un « consentement patriotique » semblant annoncer celui que la France connaît entre 1914 et 1918. Dès lors, il n’est pas interdit de penser que les voyages de Napoléon III servent en définitive moins le régime que le pays. Une leçon intéressante à méditer en ce qu’elle n’est pas sans interroger, par ricochet, les répertoires politiques d’actions les plus contemporains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Le Gall, « Rémi Dalisson, Au plus près du peuple. Les voyages politiques de Napoléon III »Questions de communication, 44 | 2023, 392-394.

Référence électronique

Erwan Le Gall, « Rémi Dalisson, Au plus près du peuple. Les voyages politiques de Napoléon III »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33611 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33611

Haut de page

Auteur

Erwan Le Gall

Université Ouest-Bretagne-Sud, Centre de recherche bretonne et celtique, F-29238 Brest, France. Hautes études internationales et politiques, F-35000 Rennes, France, erlegall[at]omnesintervenant.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search