Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésStéphane François, Une avant-gard...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Stéphane François, Une avant-garde d’extrême droite. Contre-culture, conservatisme radical et tentations modernistes

Christophe Cosker
p. 394-396
Référence(s) :

Stéphane François, Une avant-garde d’extrême droite. Contre-culture, conservatisme radical et tentations modernistes. Lyon, Éd. de la Lanterne, 2022, 160 pages

Texte intégral

1Dans cet essai, Stéphane François historien des idées aborde la droite radicale, qui est son domaine de spécialité, non pas comme une idéologie, mais comme une culture. Pour le faire de façon pertinente, il propose de renoncer à un certain nombre d’idées préconçues. La première est qu’il n’existerait qu’une seule droite radicale ou extrême ; en réalité, il y a multiplicité de courants. La deuxième est la disqualification du militant de la droite radicale comme émanant d’un milieu fruste et violent ; le problème n’est pas si simple et tous les militants de ces mouvances ne sont pas démunis culturellement loin s’en faut, indépendamment de la caricature du skinhead. Le troisième et dernier préjugé est celui qui réduit toute contre-culture ou subculture à la gauche, qu’elle soit extrême ou non.

2Le grand thème des droites radicales ou extrêmes est celui du déclin de la civilisation. Ce point de départ entraîne des productions culturelles qui entendent revivifier et régénérer. Du point de vue des sciences de l’information et de la communication, l’intérêt de l’ouvrage réside donc dans l’analyse des mises en forme culturelle et artistique des droites radicales, ainsi que dans la façon dont fonctionne ce réseau de formes et d’informations, sans oublier l’identité et la trajectoire de ses agents : « Ces approches sont importantes pour cerner l’humeur idéologique et culturelle dans laquelle baignent les militants d’extrême droite. Cet ouvrage propose une histoire des idées, élaborée dans une démarche anthropologique et sociologique, et interroge les modalités de diffusion de ces discours, ce que Dan Sperber appelle la “contagion des idées” (La contagion des idées. Théorie naturaliste de la culture. Paris, Odile Jacob, 1996). Pourquoi certains discours extrémistes qui paraissent aberrants pour beaucoup d’observateurs se diffusent-ils autant ? Pourquoi les milieux de l’extrême droite sont-ils autant attirés par des matériaux radicaux comme l’ésotérisme ? Quel est le rôle des médias culturels, comme la musique, dans l’élaboration d’une contre-culture radicale de droite ? Quoi qu’il en soit, ces sujets n’ont pas leurs pareils pour refléter, condenser, télescoper l’esprit et le malaise d’une époque, comme le montre l’essor de la nouvelle mouvance identitaire depuis cette période. L’étude de ces courants est donc nécessaire et utile pour la compréhension non seulement des milieux de l’extrême droite mais aussi, plus largement, de notre époque » (p. 19).

3Ainsi S. François est-il en quête de « l’humeur idéologique et culturelle » qui se présente comme le « bain » de l’extrême droite. Il étudie donc. À la suite de D. Sperber, la « contagion des idées » dans ce milieu idéologique et culturel qui n’a rien d’homogène. Mais l’extrême droite n’est pas une enclave étudiée en elle-même et pour elle-même, elle apparaît comme une source idéologique et culturelle qui essaime également en dehors de son milieu d’origine et irrigue l’ensemble du discours social. C’est la raison pour laquelle nous parlerons quant à nous, à la suite de Marc Angenot, d’« idiosyncrasies argumentatives » (Angenot Marc, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Fayard/Mille et une nuits, 2008, p. 314). En d’autres termes, les différents courants d’extrême droite combinent, chacun de façon originale, plusieurs lieux communs dont l’essai de S. François dresse le répertoire.

4Le premier d’entre eux est l’ésotérisme, plus précisément son usage idéologique. L’auteur lui retire son aura mystérieuse comme ensemble de symboles réputés ne pouvoir être décryptés que par l’initié. S. François plaide pour une sémiologie de l’ésotérisme afin de lutter contre une marginalisation qui explique sa récupération par les extrêmes. De façon plus fondamentale encore, l’ésotérisme relève d’un mode de pensée où le religieux l’emporte sur le rationnel, selon un mode de pensée dominant dans les milieux d’extrême droite. On rejoint ici le thème de l’occultisme nazi qui associe le nazisme à la magie noire et à la quête d’objets symboliques comme le Graal ou la lance de Longin.

5Le deuxième lieu commun est celui du rapport à la religion. Même s’il reste vrai que l’antisémitisme apparaît comme une marque de fabrique de l’extrême droite, les rapports qu’elle entretient avec les autres monothéismes et la religiosité en général ont de quoi surprendre lorsqu’on entre dans le détail. En effet, l’extrême droite française semble souvent alliée au catholicisme, mais il existe aussi des courants anticléricaux et agnostiques, voire athées. Il en va de même du rapport à la franc-maçonnerie. L’extrême droite est souvent réputée aujourd’hui islamophobe, mais elle peut également être islamophile, en raison d’un certain nombre de valeurs communes : domination masculine et idéal viriliste, goût de la tradition, antimodernité, opposition à l’Occident sans oublier anticapitalisme. Il existe en effet deux géographies au moins de l’extrême droite, celle qui inclut les États-Unis dans l’Occident et celle qui se borne aux limites de l’Europe.

6Le troisième lieu commun est celui de l’antimodernisme. Ses principaux critères de définition sont : la contre-révolution, l’hostilité aux Lumières, le pessimisme, la référence au péché originel, l’esthétique du sublime et le style imprécatoire. On retrouve ici le sens premier de la réaction, à savoir le refus de la Révolution française, des valeurs qui en sont issues et du monde auquel elle a donné naissance. Par conséquent, la période de prédilection de l’extrême droite est bien souvent un Moyen Âge idéalisé qui offre une vision ordonnée, religieuse, conservatrice et élitiste du monde. Dans sa mise en scène de l’esthétique nazie, Heinrich Himmler donne une grande importance au château de l’Ordre.

7Le quatrième et dernier lieu commun que nous identifions est l’idéal humain de l’extrême droite. S. François le développe sous un double aspect : le chevalier et le Viking. En ce qui concerne le chevalier, la convocation de sa figure apparaît comme une preuve de plus de l’idéalisation du Moyen Âge. À partir de ce contexte, le chevalier se présente comme l’émanation élitiste d’un monde de valeurs. Il est ensuite un personnage actif, capable de se mettre en mouvement pour défendre ses valeurs. Dans cette perspective, le mythe pris au sérieux du combat contre des dragons et non contre des moulins permet de faire varier les ennemis réels et symboliques qu’il affronte en de nouvelles croisades. Quant au Viking, sa raison d’être est moins historique que religieuse. Le Viking, en tant que personne, rejoint l’idéal aryen de l’homme septentrional supérieur de race blanche. En tant que culture, il permet de proposer une religiosité émancipée des monothéismes et permettant une nouvelle forme de paganisme.

8En conclusion, ésotérisme, religiosité, antimodernité, chevaliers et Vikings apparaissent comme autant de lieux communs permettant de construire la multiplicité des idiosyncrasies argumentatives des droites radicales. Il n’y a donc pas une extrême droite facile à identifier, mais des courants complexes et évolutifs d’idées dont il existe plusieurs versions. Pour cette raison, l’auteur émaille l’essai de monographies au premier rang desquelles celles de Julius Evola et René Guénon, sans oublier la figure originale de Kristian Vikernes. S. François montre enfin comment la lutte idéologique et culturelle d’extrême droite utilise l’internet à travers l’exemple de la librairie en ligne Librad. Du point de vue des sciences de l’information et de la communication, l’ouvrage permet enfin d’identifier la « contagion des idées » d’extrême droite, selon un vocabulaire médical dont il convient de se méfier en étudiant la circulation de thèmes de la droite radicale et en scrutant la façon dont le discours médiatique les associe ou non à une idéologie politique et, ce faisant, les disqualifie ou pas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Cosker, « Stéphane François, Une avant-garde d’extrême droite. Contre-culture, conservatisme radical et tentations modernistes »Questions de communication, 44 | 2023, 394-396.

Référence électronique

Christophe Cosker, « Stéphane François, Une avant-garde d’extrême droite. Contre-culture, conservatisme radical et tentations modernistes »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33623 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33623

Haut de page

Auteur

Christophe Cosker

Université de Bretagne Occidentale, HCTI, F-29285 Brest, France. Université de La Réunion, LCF, F-97744 Saint-Denis, France, christophecosker[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search