Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésHervé Le Bras, Le Grand Enfumage....

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Hervé Le Bras, Le Grand Enfumage. Populisme et immigration dans sept pays européens

Maxime Chervaux
p. 406-409
Référence(s) :

Hervé Le Bras, Le Grand Enfumage. Populisme et immigration dans sept pays européens. La Tour-d’Aigues, Éd. de L’Aube/Fondation Jean-Jaurès, coll. Monde en cours, 2022, 159 pages.

Texte intégral

1Lors d’un rassemblement politique à Davenport, dans l’Iowa, en mars 2023, Donald Trump a présenté sa candidature à l’élection présidentielle de 2024 comme une « dernière bataille » pour sauver les États-Unis des dangers qui les menacent. Dans ce discours fleuve, il a notamment promis de mettre fin à « l’invasion [des États-Unis] par la frontière sud » et s’en est pris à son successeur, Joe Biden, qu’il accuse de ne pas renvoyer les immigrants illégaux dans leur pays d’origine. Il a aussi joué de tropes racistes et antimusulmans. Il a ainsi promis de mettre fin à la politique de l’eau de Barack Hussein Obama – insistant sur le deuxième prénom de son prédécesseur, qu’il a longtemps accusé de ne pas être né aux États-Unis.

2L’immigration est très souvent présentée comme un thème phare de la droite et de l’extrême droite populiste aux États-Unis comme en Europe. Mais, dans le même temps, les chercheurs s’opposent sur la définition du populisme. Le modèle qui a longtemps prévalu, celui des populismes d’Amérique latine, comme celui des populistes agrariens russes et américains, ne permet pas d’analyser les stratégies politiques et communicationnelles des partis populistes européens après 2008. Pourtant, la recherche actuelle reconnait la centralité du sujet de l’immigration chez ces partis (Taggart Paul, « Populism in Western Europe », dans C. R. Kaltwasser (éd.), The Oxford Handbook of Populism, Oxford, Oxford University Press, 2017, p. 248-264).

3Dans Le Grand Enfumage, le démographe Hervé Le Bras remet en partie en question la centralité de l’immigration dans l’appareil idéologique des partis populistes d’extrême droite en Europe. Il explique que « le rejet de l’immigration est une clé universelle utilisable pour résoudre tous les problèmes, l’opérateur par lequel toutes les difficultés transitent ou encore un attracteur idéologique » (p. 143). Il montre, notamment, que l’immigration n’est pas toujours un élément fondateur de la rhétorique d’un parti populiste de la droite radicale. Grâce à une série d’études de cas, pensée comme les ouvrages du géographe Jared Diamond, et un appareil cartographique riche, il compare la valence de la question migratoire chez ces partis en Allemagne, Autriche, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni et en Suisse. Il explique ensuite que le thème n’est pas existentiel pour l’extrême droite européenne. Il permet plutôt d’unifier un électorat lorsque l’un de ces partis cherche à élargir son assise électorale. Si, dans certains cas, le sujet est consubstantiel à la création du parti, dans d’autres, il prend progressivement une place centrale à mesure que le parti cherche à se démarquer de la droite traditionnelle lors des élections (chez Vox en Espagne, par exemple).

4Ce travail s’inscrit à la suite des travaux de politologues et sociologues qui ont abordé le populisme comme une idéologie faible (thin-centered ideology). Selon ceux-ci, un populiste « considère que la société est en fin de compte séparée en deux camps homogènes et antagonistes, “le peuple pur” contre “l’élite corrompue”, et […] affirme que la politique doit être l’expression de la volonté générale du peuple » (Mudde Cas et Kaltwasser Cristóbal Rovira, Populism. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press, 2017). Dans ce contexte, la figure du « migrant » est utilisée comme un marqueur de cette différence, un « antipeuple par construction » (p. 142), même si certains partis d’extrême droite avaient pu tenir un discours plus modéré sur cette question avant d’adopter une rhétorique populiste. Par ailleurs, tous les partis étudiés ont une définition de l’immigrant qui diffère. Certains partis peuvent cibler des immigrants précis (ceux qui viennent de pays musulmans en France ou en Allemagne, par exemple) tandis que d’autres ne les différencient que peu et une xénophobie plus large prévaut (en Suisse).

5L’originalité de cet essai, qui se veut accessible par sa construction et par sa taille (159 pages), est d’utiliser un appareil d’analyse spatiale des élections dans ces sept pays pour déconstruire le lien souvent rapide qui est fait entre extrême droite et immigration. Si l’auteur fait le choix d’exclure les partis populistes de la gauche radicale de cette étude, on ne peut que souhaiter un tel travail comparatif à l’avenir. Le sujet de l’immigration reste peu étudié au sein de la gauche radicale populiste.

6Dans un premier temps, l’auteur revient sur un trope souvent ressassé et pourtant depuis longtemps discrédité quant au lien entre présence de populations immigrantes et vote pour l’extrême droite. Comme il l’explique dès le premier chapitre, sur la comparaison entre le FN (Front national) en France et le FPÖ (Freiheitlitche Partei Österreichs, Parti de la liberté d’Autriche) en Autriche, il n’y aucune corrélation entre ces deux données. On aurait aimé voir ici une comparaison entre des jeux de données contemporains l’un de l’autre (les données sur la présence des immigrés datent de 2019 tandis qu’une partie des cartes de ce chapitre présente les résultats du FN et du FPÖ de 1986). Mais H. Le Bras montre que le vote d’extrême droite et l’installation des populations migrantes répondent à deux logiques différentes : une économique dans le second cas, car les migrants s’installent à proximité des bassins d’emploi, et une politique dans le premier.

7Les deux s’opposent, mais de manière variable. La logique politique prend en compte des éléments différents, y compris la concurrence des partis et le jeu électoral existant ou la permanence de traits culturels et historiques existants ou imaginés (p. 87). Il n’y a pas de corrélation entre les deux logiques (p. 125) et les électeurs de ces partis parlent d’immigration tout en habitant assez loin des populations qui sont visées. Dans certains cas, la carte du vote populiste d’extrême droite et celle de la présence des migrants semblent être superposées, comme en France. Cependant, H. Le Bras explique qu’un changement d’échelle dans l’analyse (ici, des régions aux départements) montre que cette ressemblance est fausse. Dans d’autres cas, pour l’Allemagne par exemple, les deux cartes sont complètement différentes : le vote populiste d’extrême droite se situe dans l’ancienne RDA (République démocratique allemande) tandis que les concentrations de personnes migrantes sont les plus fortes dans l’ancienne RFA (République fédérale d’Allemagne). Dans les sept cas étudiés, il n’y a pas de corrélation entre les deux. Le lecteur aurait toutefois pu disposer d’une analyse cartographique à plus grande échelle (les cantons pour la France), car le niveau choisi présente des limites qui ont déjà été notées (Bussi Michel, Éléments de géographie électorale, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 1998).

8Quant aux causes du vote d’extrême droite, elles diffèrent d’un pays à un autre : car ni les catégories socio-économiques ni la démographie n’expliquent ce vote de manière claire et constante dans les sept pays (p. 126). Le reste du corpus idéologique diffère également, car certains mouvements populistes d’extrême droite sont régionalistes (telle la Lega Nord en Italie) tandis que d’autres demandent plus de centralisme (Vox en Espagne). Si certains soutiennent un projet européen, d’autres s’y opposent (les conservateurs soutenant le Brexit au Royaume-Uni ou les Suisses de l’UDC [Union démocratique du centre]).

9Dans tous les cas, la question migratoire est présentée comme un outil stratégique pour ces partis. Elle leur permet d’élargir leur base électorale en adoptant un sujet qui clive l’électorat de droite et les différencie des partis politiques de la droite traditionnelle. Ainsi la question migratoire n’était-elle pas centrale à la Lega Nord italienne jusqu’à l’élection de Matteo Salvini en 2012. Elle coïncide avec un changement de stratégie : le parti s’écarte de son programme historique (l’autonomie des régions du Nord) pour conquérir un électorat sur l’ensemble du territoire au détriment des autres partis de droite (dont Forza Italia). La question migratoire permet de rallier une partie de cet électorat, qui doute de Silvio Berlusconi après ses déboires personnels et son expérience gouvernementale. Ce changement sera payant, car le parti passe de 8 % des voix aux élections de 2008 à 17,4 % à celles de 2012, et il forme un gouvernement avec le mouvement populiste centriste M5S (Mouvement 5 étoiles). En devenant ministre de l’Intérieur, M. Salvini est en mesure de passer des paroles aux actes et de renforcer son assise sur cette question devenue centrale pour unifier son électorat.

10Qui plus est, en France et en Autriche, selon H. Le Bras, l’immigration permet au RN (Rassemblement national) et au FPÖ de maintenir ensemble des « strates » successives d’électeurs qui se sont accumulées à mesure de l’évolution des partis dans le temps et de l’élargissement de leur électorat. Il note que cette évolution laisse des traces. On retrouve la division entre un Nord plus « social » et un Sud plus « idéologique » au RN, qui a été identifiée au moment de l’élection du président du parti à l’automne 2022. En Autriche, les cartes montrent l’héritage des années Jörg Haider et du BZÖ (Bündnis Zukunft Österreich, Alliance pour l’avenir de l’Autriche) dans la répartition géographique du vote FPÖ (p. 34). Ce thème politique est donc un marqueur de différenciation entre les partis de l’extrême droite et la droite, mais crée du lien entre les différentes sociabilités sociales et régionales des électorats (p. 129-130).

11On regrette l’absence des partis politiques d’extrême droite belges et néerlandais dans les études de cas. La victoire du BBB (BoerBurgerBeweging, Mouvement agriculteur-citoyen) aux élections régionales néerlandaises de 2023 et la chute du FvD (Forum voor Democratie) de Thierry Baudet rappellent la volatilité des résultats des populistes lorsque d’autres problèmes politiques prévalent. Cela permet en partie d’expliquer pourquoi, à l’échelle européenne, il est si difficile de réunir ces partis sous une même structure ou autour d’un projet politique commun. Certes, le stratège américain Steve Bannon a essayé de créer une telle dynamique après l’élection de D. Trump aux États-Unis, mais, même unis autour de la question de l’immigration, les intérêts et stratégies divergent. Au Parlement européen, Vox travaille avec Fratteli d’Italia (Frères d’Italie), et non avec la Lega Nord au sein du groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR), avec le N-VA flamand (Nieuw-Vlaamse Alliantie, Alliance néo-flamande) et les Démocrates de Suède, notamment. L’AfD (Alternative für Deutschland, Alternative pour l’Allemagne), le RN, la Lega Nord et le FPÖ sont eux réunis dans le groupe Identité et démocratie (ID). L’analyse des partis en vignettes est utile pour comprendre les écarts dans la valence de l’immigration chez ces partis à l’échelle européenne, ainsi que les stratégies de chaque parti dans leurs contextes nationaux, mais une analyse plus large en Europe de l’Ouest et des rapports entre ces partis aurait pu permettre de faire le lien avec l’échelle européenne, à laquelle les sujets migratoires sont de plus en plus discutés et traités.

12Le contexte international manque aussi. Par exemple, le politologue Stéphane François rappelle à quel point la fin de la Guerre froide a été un moment grave pour les différents partis d’extrême droite. La disparition de la menace communiste, qui avait structuré le champ politique depuis 1945, a forcé ces partis à chercher une nouvelle menace à partir de laquelle construire une différenciation politique et idéologique (François Stéphane, Géopolitique des extrêmes droites. Logiques identitaires et monde multipolaire, Paris, Éd. Le Cavalier bleu, 2022). On aurait ainsi aimé savoir si cela a pu influencer l’évolution idéologique des partis étudiés dans cet ouvrage, ainsi que leur choix d’adopter des codes et outils propres au populisme. À l'aurée des élections européennes, cela aurait eu le mérite de donner des clés de lecture pour comprendre l’impact que l’invasion russe de l’Ukraine pourrait avoir sur les stratégies de ces différents partis. En effet, l’extrême droite européenne échoue en effet souvent à trouver un dénominateur commun au moment des élections, là où les autres partis européens présentent un même programme et un candidat unique tous les cinq ans. La crise migratoire syrienne de 2015 a fait figure d’exception. Avec des millions d’Ukrainiens réfugiés en Europe de l’Ouest, la question de leur instrumentalisation par les partis populistes d’extrême droite devrait nous intéresser davantage aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Chervaux, « Hervé Le Bras, Le Grand Enfumage. Populisme et immigration dans sept pays européens »Questions de communication, 44 | 2023, 406-409.

Référence électronique

Maxime Chervaux, « Hervé Le Bras, Le Grand Enfumage. Populisme et immigration dans sept pays européens »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33661 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33661

Haut de page

Auteur

Maxime Chervaux

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, IFG, F-93200 Saint-Denis, France, maxime.chervaux[at]univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search