Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésJean-François Loudcher, André Suc...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jean-François Loudcher, André Suchet et Pauline Soulier (dirs), Héritages sportifs et dynamiques patrimoniales

Raymond Ndtoungou Schouamé
p. 409-410
Référence(s) :

Jean-François Loudcher, André Suchet et Pauline Soulier (dirs), Héritages sportifs et dynamiques patrimoniales, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2022, 460 pages

Texte intégral

1Avant de se hisser au statut qui est le sien aujourd’hui à travers le monde entier, la pratique du sport est longtemps restée l’apanage de quelques privilégiés. En effet, c’est par cooptation et moyennant le paiement d’un droit d’entrée que toute admission était obtenue dans la plupart des pays en Occident jusqu’à la moitié du xixe siècle. L’illustration la plus expressive de cette différence de traitement est fournie par les usages en vigueur dans les sociétés de tir de l’Ancien Régime, précisément au xviie et au xviiie siècles : en plus d’exiger l’appartenance à la religion catholique, apostolique et romaine, un point d’honneur était mis à ce que les personnes ayant choisi d’exercer certains métiers soient tenues à bonne distance.

2La réalité est désormais toute autre. De pratique réservée à quelques « élus » dans les sociétés anciennes, le sport, dans ses différentes déclinaisons, a atteint les seuils de popularité les plus insoupçonnés : en France, on estime à près de 12 millions, le nombre de pratiquants de disciplines sportives (p. 11). Cet engouement se traduit de manière notable dans la place accordée ces dernières années au sport dans les informations audiovisuelles, comme le révèlent de nombreuses enquêtes réalisées par l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Pour la seule décennie 2000-2010, les sujets consacrés au sport à la télévision française, ont été supérieurs aux autres thématiques (p. 12).

3C’est à une aventure extraordinaire retraçant la naissance et la prodigieuse transformation du sport qu’invite cet ouvrage. En le parcourant, on y découvre le rôle central des Anglais qui, dans les années 1840, furent déterminants dans la démocratisation de sa pratique, mais surtout dans la mise en œuvre de stratégies visant à « valoriser des vainqueurs en les sélectionnant à partir de la base jusqu’au sommet » (p. 14). Au-delà de la mise en relief de ces évolutions, la question centrale que pose cet ouvrage met en discussion la relation entre sport et transmission du patrimoine. Ce d’autant plus que le sport a souvent été perçu comme objet impropre à toute réflexion à dimension patrimoniale, car « illégitime » et « bas de gamme » (p. 28). Une autre considération rend complexe le questionnement : « Il y a même un contresens entre, d’une part, le fait de capitaliser qui suppose une rétention et la patrimonialisation qui invite à une transmission d’un “capital” au moins symbolique » (p. 29).

4L’ouvrage comporte quatre parties. La première est intitulée « Le patrimoine immatériel des jeux traditionnels et des exercices corporels » (p. 39-134) et présente plusieurs expériences de pratiques des jeux dans quelques sociétés, notamment au Maroc, au Sénégal et chez les Premières Nations américaines. On y apprend que la préservation de ces jeux a été menacée de disparition par l’entreprise coloniale, qui a travaillé à dévaloriser les pratiques autochtones. En plus des causes exogènes, il existe des menaces endogènes à la préservation du patrimoine des jeux : « le dialecte berbère ne s’écrit pas, c’est pour cela que la transmission du patrimoine culturel y compris des jeux traditionnels est faite de générations en générations par voie orale » (p. 44). Quelques solutions sont proposées pour sauvegarder le patrimoine des jeux traditionnels, en particulier au Maroc : mettre en place une dynamique sportive originale ; œuvrer activement pour l’organisation des manifestations dédiées aux jeux ; élaborer et tenir à jour un fichier de jeux pratiqués dans les différentes régions du pays ; mettre ces jeux traditionnels à la portée du plus grand nombre par le recours à la diversification des supports de transmission de ces savoirs (p. 48). De la même manière, les fondements socio-éducatifs de la lutte traditionnelle au Sénégal sont revisités. En œuvrant à l’éducation collective des hommes et à la maturation de leur identité, la lutte traditionnelle se positionne comme un lieu de mise en relation entre le passé, le présent et l’avenir (p. 58).

5La deuxième partie porte sur les « dynamiques locales du patrimoine sportif » (p. 135-246). À travers plusieurs contributions, elle inscrit l’activité physique et ses lieux d’expression dans le cadre d’une culture populaire à préserver. L’histoire du stade de l’abbé Prévost illustre bien cette orientation éditoriale (p. 189-203). Convoité par les opérateurs immobiliers montpelliérains, cet espace sportif est défendu farouchement comme lieu socio-historiquement symbolique par le monde associatif et les riverains du quartier des Beaux-Arts à Montpellier. Dans ce sillage, d’autres questions sont abordées. L’exemple des personnalités qui accèdent à la visibilité à l’échelle nationale, en raison de leur œuvre à valeur patrimoniale, est très édifiant en ce sens. Un développement spécial est notamment consacré à Fernand Lagrange, connu et reconnu comme le père de la physiologie du sport et couronné par l’Académie des sciences et l’Académie de médecine (p. 205-220).

6Intitulée « Le patrimoine de l’éducation physique française : sources et actualité du passé » (p. 247-340), la troisième partie a la particularité de combler un vide. En effet, avant la parution de cet ouvrage, la question du patrimoine sportif et éducatif semblait quelque peu délaissée, à la lumière de la revue critique des travaux disponibles sur l’histoire et l’évolution des pratiques corporelles dans le système éducatif français. Grâce à six contributions dignes d’un grand intérêt, le potentiel patrimonial de certains lieux et pratiques chargés d’histoire est questionné : les films fixes pédagogiques, les archives de l’Association pour l'enseignement de l'éducation physique et sportive (AE-EPS), le fonds Jean Zoro, les récits de vie professionnelle et le Movnat (ou mouvement naturel), qui semble néanmoins confiner à l’autodidaxie.

7Le chapitre consacré aux enjeux et à la portée de l’exécution de l’hymne national lors des événements sportifs aux États-Unis (p. 407-416) constitue un moment discursif essentiel de la dernière partie de l’ouvrage intitulée « Sport, guerre et patrimoine militaire » (p. 341-416). On y apprend que « cette tradition a débuté en septembre 1918 lors du premier match des championnats nationaux de la Ligue majeure de baseball professionnel […] lorsque les États-Unis étaient profondément engagés dans la Première Guerre mondiale et que plus de cent mille soldats américains ont été tués » (p. 409). C’est dire que l’hymne national constitue une ressource patrimoniale susceptible de transmettre des valeurs fondamentales d’une nation, d’une génération à une autre.

8Cet ouvrage mérite d’être lu en vertu de l’originalité de l’objet dont il s’est saisi et, surtout, des orientations données à son traitement pluridisciplinaire. On peut néanmoins relever au passage une ou deux inexactitudes, comme la date d’ouverture des Jeux Olympiques de Sydney que les auteurs situent en 1992 (p. 23), ou le livre de Robert Parienté consacré à « la fabuleuse histoire de l’athlétisme », cité dans le texte (note de bas de page, p. 20), mais absent des références bibliographiques en fin d’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond Ndtoungou Schouamé, « Jean-François Loudcher, André Suchet et Pauline Soulier (dirs), Héritages sportifs et dynamiques patrimoniales »Questions de communication, 44 | 2023, 409-410.

Référence électronique

Raymond Ndtoungou Schouamé, « Jean-François Loudcher, André Suchet et Pauline Soulier (dirs), Héritages sportifs et dynamiques patrimoniales »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33675

Haut de page

Auteur

Raymond Ndtoungou Schouamé

Université Grenoble-Alpes – Gresec, Agence de régulation des marchés publics du Cameroun, CM-6835 Yaoundé, Cameroun, raymondns2j[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search