Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésJérôme Pozzi, Jean-Jacques Servan...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Jérôme Pozzi, Jean-Jacques Servan-Schreiber et la Lorraine. Un météore politique

Metz, Éd. Les Paraiges, coll. Terre d’entre-deux, 2022, 184 pages.
Maxime Chervaux
p. 416-419
Référence(s) :

Jérôme Pozzi, Jean-Jacques Servan-Schreiber et la Lorraine. Un météore politique. Metz, Éd. Les Paraiges, coll. Terre d’entre-deux, 2022, 184 pages.

Texte intégral

1Les initiales JJSS ne résonnent plus aujourd’hui. Peu de personnes connaissent encore l’ancienne figure des médias, née en 1924 dans une famille d’industriels, son éphémère carrière ministérielle (13 jours, la 3e plus courte durant la Ve République) – une anecdote préférée dans l’histoire politique contemporaine de la France – ou son rôle dans la création de L’Express avec Françoise Giroud. Son élection à l’Assemblée nationale et son rôle en politique nationale sont généralement relégués, voire oubliés, dans les ouvrages d’histoire politique.

2L’historien Jérôme Pozzi fait le pari d’un livre sur cet homme pour retracer un aspect peu documenté de sa carrière : son expérience politique et électorale en Lorraine. Son arrivée en 1970 sera en effet le tremplin vers la réalisation, éphémère, de ses ambitions nationales. Jean-Jacques Servan-Schreiber et la Lorraine. Un météore politique est un travail non seulement bien documenté, mais surtout intéressant et instructif. Il permet de se plonger dans l’histoire du parachutage d’un homme nationalement connu dans cet ancien « Texas français » qu’était la Lorraine des années 1960.

3Le livre débute par une brève présentation de l’histoire politique de sa famille (p. 10-12), qui permet de la situer à l’intersection des mondes politique et journalistique, et cela bien avant que le jeune J.-J. Servan-Schreiber n’y montre une appétence. Maire de Meulan et future sénatrice des Yvelines, sa sœur Brigitte Gros était une femme influente au sein du Parti radical. Lui va d’ailleurs être appelé à en prendre le secrétariat général très jeune, aidé par sa proximité avec Pierre Mendès France (PMF) et grâce à L’Express, dont il a fait un véhicule de promotion des idées et de la personne de PMF. Au demeurant, sa propre carrière va profiter du magazine, qu’il avait imaginé comme une version française de Time Magazine, ainsi que des nombreux outils médiatiques contrôlés par sa famille, à commencer par le journal Les Échos.

4Les deux premiers chapitres se concentrent sur le contexte nancéien à la fin des années 1960 et les raisons de l’arrivée de J.-J. Servan-Schreiber. J. Pozzi explique qu’une crise municipale à Nancy lui a offert une opportunité (p. 30-35) et qu’il s’est présenté comme un homme providentiel en mesure de défendre les revendications de cette ville et de ses électeurs face à Metz, et à Paris. Il disposait d’une carrure nationale, et du réseau dans les médias et le monde des affaires, ainsi qu’en politique, qui l’ont positionné comme « capable d’apporter dans son sillage un nouveau souffle pour la Lorraine » (p. 35). En effet, à l’époque, « Metz est associée [au] ministre Raymond Mondon, Reims […] [au] député-maire Jean Taittinger, Strasbourg au ministre démocrate-chrétien Pierre Pflimlin » (p. 39) et une partie des difficultés de Nancy face à sa concurrente régionale (choix de la ville de Metz comme capitale régionale, pour accueillir l’autoroute de l’Est, etc.) ont été imputées, par ses habitants, à l’absence d’une figure d’envergure nationale dans la ville. L’électorat nancéien était donc à la recherche d’un tel homme pour le représenter à Paris. La démission du député Roger Souchal (Union des démocrates pour la République [UDR], dans la 1re circonscription de la Meurthe-et-Moselle) au printemps 1970 ouvre la voie à JJSS. Il est alors soutenu par des figures de la droite et du Parti radical, dont son président Maurice Faure, ainsi que par le puissant propriétaire de L’Est républicain. Après être arrivé en tête au premier tour de l’élection partielle (45,5 %), il est assez largement élu face au sortant et à un candidat du PCF (Parti communiste français) au second tour (55,4 %).

5Grâce à une étude de cas sur le parcours lorrain de J.-J. Servan-Schreiber, cet ouvrage permet de déconstruire en partie une représentation qui lui colle à la peau. Il a en effet souvent été décrit comme une figure politique « moderne » chez ses contemporains. L’élection législative partielle de 1970 présente et analyse deux aspects de cette image de « modernité » : ses idées économiques et politiques ainsi que les méthodes de sa campagne. Ce deuxième élément est particulièrement mis en avant dans l’ouvrage.

6L’une des particularités de sa campagne fut d’instiller des méthodes venues des États-Unis. Comme le sénateur démocrate du Massachusetts John F. Kennedy avant lui, J.-J. Servan-Schreiber a adopté les méthodes publicitaires et de la communication d’entreprise qui ont été développés dans les années 1920 et se sont répandues après la Seconde Guerre mondiale, y compris dans le champ politique. Ce sont ces codes qui ont vendu avec succès une American Way of Life dans les banlieues de la classe moyenne américaine et à l’étranger mais aussi J. F. Kennedy lors des élections présidentielles de 1960. Comme aux États-Unis, l’homme d’affaires français y a ajouté les « codes de mise en scène » issus du monde du spectacle pour établir « une sorte de communication [directe] avec le public » (p. 45-46). L’objectif était alors très différent de la mise en scène solennelle du pouvoir politique sous Charles de Gaulle et de la distance maintenue entre élus et électeurs dans la France des années 1960. Par exemple, l’auteur décrit le début d’une réunion de campagne du candidat : « Il arrive sur scène depuis le fond de la salle plongée dans la pénombre et n’apparaît que sous le halo d’un projecteur, un peu comme une vedette de showbiz » (p. 45). Le déroulé de la réunion était différent : plutôt qu’une succession de discours des élus locaux puis du candidat depuis la tribune, J.-J. Servan-Schreiber s’asseyait au niveau du public et parlait quelques minutes avant de lui donner la parole et d’échanger avec lui sous la forme de questions et de réponses. C’est le format du town hall américain, et son adoption à Nancy a attiré l’attention des électeurs et du pays tout entier.

7Cette stratégie a contribué à construire l’image d’un homme politique moderne. Elle a été méticuleusement préparée par son équipe à L’Express et par plusieurs conseillers en communication politique passés par Havas, Publicis, et ayant l’expérience des campagnes électorales aux États-Unis. La campagne de J. F. Kennedy fait figure de modèle par ses méthodes et pour son utilisation de codes nouveaux en politique (par exemple, la jeunesse du candidat). Et le Français va entretenir la comparaison avec l’ancien président américain. Dans le cas de J.-J. Servan-Schreiber comme dans celui de J. F. Kennedy, réseau et célébrité vont apporter une couverture médiatique que peu de candidats peuvent espérer.

8Au fur et à mesure de la lecture de l’ouvrage, il est évident que, derrière l’image, le bilan du député est limité. Il n’a pas véritablement cherché à construire une implantation locale, se reposant sur son image et son réseau. En revanche, il a encouragé des entreprises américaines à investir dans sa circonscription en discutant directement avec les chefs d’entreprise, sans tenir compte du fait que d’autres facteurs peuvent jouer dans leur décision. Certains sont politiques, comme l’usine Ford, qui sera finalement construite dans la circonscription (2e de la Gironde) de Jacques Chaban-Delmas (p. 70-72). D’autres sont économiques (pourquoi le premier hôtel français d’Holiday Inn serait-il placé à Nancy ?). S’il n’a jamais pu prétendre effectivement à la présidence, J.-J. Servan-Schreiber partage avec J. F. Kennedy l’image d’un homme politique moderne, charismatique, mais dont le bilan est limité et l’efficacité politique contestée (voir Michelot Vincent, Kennedy, Paris, Gallimard, 2013).

9Comme cela a été le cas pour le président américain, J.-J. Servan-Schreiber est accusé d’avoir utilisé sa fortune personnelle et ses réseaux pour « s’acheter » un poste de député. Si la campagne a effectivement coûté 100 millions de francs, comme le soutient le député sortant R. Souchal (p. 40), c’est une somme avec laquelle les autres candidats ne pouvaient pas rivaliser, même avec le soutien d’un parti. Ce qui pose question quant à la légitimité de son élection. Finalement, cette campagne est peut-être une indication des excès financiers qui auraient pu marquer la politique française si le pays avait continué de s’inspirer des États-Unis et n’avait pas adopté des règles strictes sur le financement des campagnes dans les années 1980. Outre-Atlantique, faire campagne était, et demeure, un business et un marché comme un autre.

10L’ouvrage de J. Pozzi est une étude de cas intéressante sur l’échec d’un parachutage à moyen terme. On peut y voir les limites d’une communication politique à laquelle n’ont pas succédé un travail de terrain et une communication directe avec les électeurs, la retail politics qui est au cœur des campagnes américaines. Ainsi, son élection indique que la politique consiste bien construire des routes, n’en déplaise au député des Bouches-du-Rhône Joseph Comiti (p. 54). Pour autant, J.-J. Servan-Schreiber ne retient pas la leçon qu’il a infligée à son adversaire UDR en 1970. Faute de s’investir au Parlement et de travailler de concert avec les ministères sur les sujets qui importent à Nancy, il n’a jamais véritablement donné une réalité aux nombreux projets annoncés. Peut-être n’avait-il d’ailleurs jamais caché son manque d’intérêt pour les sujets trop techniques ou pour les détails, car, après tout, n’avait-il pas dit dès 1970 : « Je suis un agent de publicité et c’est peut-être ce qu’il faut à la Lorraine » ? Ses nombreuses idées ont aussi pu pâtir de son opposition à l’UDR. Il n’a en effet pas travaillé avec les personnalités gaullistes de la majorité, s’attaquant même directement au premier ministre J. Chaban-Delmas. Il n’a pas non plus cherché à acquérir la connaissance institutionnelle qui lui aurait permis de défendre ses dossiers à Paris : il papillonne d’une commission parlementaire à une autre, hésitant, et sa défaite coïncide avec sa transition vers des sujets régaliens (p. 119-124, chapitre VI). En 1978, il parle d’essais nucléaires dans le Pacifique et critique durement un projet industriel phare, le Concorde, alors qu’il est élu dans une région qui, faute d’imagination et d’investissements, perd ses industries. Si ses positions se défendent, et ont été présentées par J. Pozzi comme avant-gardistes, elles détonnent, et peuvent être perçues comme contre-productives pour sa circonscription.

11Qui plus est, si J.-J. Servan-Schreiber habite bien à Nancy avec sa famille, il ne prend pas le temps de s’y créer des réseaux politiques. On ne peut qu’être d’accord avec l’auteur lorsqu’il suggère que sa décision de ne pas être candidat aux élections municipales de 1977 semble avoir été une erreur politique importante (p. 97). Elle lui aurait permis de montrer sa capacité à faire aboutir ses idées (get things done), pour reprendre une formule chère à la politique américaine. D’ailleurs, sa recherche d’une circonscription apparaît comme opportuniste. Après un échec en Seine-Maritime et une tentative avortée à Cannes, Nancy est un choix fortuit qui ne l’empêchera pas de tenter sa chance à Bordeaux quelques semaines après son élection. Difficile de comprendre pourquoi J. Pozzi défend qu’il ne doit pas « être considéré comme un candidat parachuté classique » (p. 17). Avec le recul, on a l’impression que, malgré quelques efforts, les méthodes de communication politique n’ont pas permis d’implanter – de vendre ? – ce candidat « hors-sol » car, pour lui, Nancy n’était qu’un prétexte vers une carrière politique à plus haute échelle. Les électeurs ont tranché huit ans plus tard. Réélu en 1973, et de justesse aux élections de 1978 (avec 22 voix d’avance), il est battu quelques semaines après, à la suite de l’annulation de l’élection par le Conseil constitutionnel, mettant fin à une courte carrière politique nationale et locale. Toutefois, si le risque d’une biographie est de surestimer et de surinterpréter le rôle et l’influence d’un élu comme J.-J. Servan-Schreiber, on aurait aimé en apprendre un peu plus sur les liens entre le député et les élus locaux, qui n’apparaissent pas toujours clairement.

12En dépit de son rôle au Parti radical et lors de la création de l’UDF – Union pour la démocratie française –, les tentatives de J.-J. Servan-Schreiber pour enraciner l’un et/ou l’autre en Lorraine sont peu abordées. Dans la conclusion, J. Pozzi revient sur l’héritage de l’élu à Nancy (p. 167-173), mais le lecteur aura des difficultés à saisir si J.-J. Servan-Schreiber a joué un rôle significatif, pour des élus comme André Rossinot, par exemple. Si le contexte géopolitique local est bien décrit dans le premier chapitre du livre, ainsi que lors des élections municipales durant les années 1970, on peine à resituer précisément le rôle joué par le député – s’il en a eu un – dans les tractations et les alliances politiques locales au moment de la reconfiguration de la droite et du centre. Ainsi, lors des élections législatives de 1978, on apprend que J.-J. Servan-Schreiber a influé sur l’investiture du général Marcel Bigeard (p. 157-158), et que la députée Anne-Marie Fritsch (1973-1978, 6e circonscription de la Moselle) était elle aussi radicale, mais on n’en saura pas plus sur les autres investitures dans la région ou sur l’existence d’une stratégie d’implantation et de structuration de la branche radicale de l’UDF en Lorraine. Que cela ait été voulu ou non par l’auteur, J.-J. Servan-Schreiber apparaît parfois comme étranger à la vie politique locale. D’ailleurs, la décision de se séparer de son suppléant en 1978, qui semblait pourtant lui avoir apporté une implantation dans le canton de Pont-à-Mousson (dont il était le conseiller général), n’est que brièvement mentionnée et n’est pas commentée.

13Si J.-J. Servan-Schreiber a disparu de l’histoire de la Ve République, c’est en partie du fait de sa « maladresse » politique (p. 151), comme le notait un ancien député giscardien de Paris. Mais on doit y ajouter un empressement qui n’est pas compatible avec le temps long des politiques publiques. « L’homme pressé » (p. 168) n’a jamais réussi à s’imposer comme un notable local ni comme un homme politique « efficace » tant son bilan politique est limité. Après huit ans comme député de Meurthe-et-Moselle, la plupart des projets qu’il a présentés pour faire face à la crise économique (technopole, salle de spectacle, hôtel Holiday Inn, etc.) n’ont pas abouti par manque de réalisme et de suivi de ces dossiers. Exemple de communication politique novatrice en son temps, J.-J. Servan-Schreiber a aussi été un élu « hors-sol », faute d’avoir voulu (ou pu) adopter une stratégie de retail politics qui est la clé de l’implantation durable d’un homme politique. Non sans une certaine curiosité pour cet homme, l’historien J. Pozzi nous offre une étude locale intéressante d’un homme que Valéry Giscard d’Estaing décrivait – non sans malice peut-être – comme l’homme le plus « brillant de sa génération » (p. 170). Cet ouvrage contribue à mieux comprendre cet homme politique, mais il ne viendra pas clore un chapitre sur son rôle en Lorraine comme ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Chervaux, « Jérôme Pozzi, Jean-Jacques Servan-Schreiber et la Lorraine. Un météore politique »Questions de communication, 44 | 2023, 416-419.

Référence électronique

Maxime Chervaux, « Jérôme Pozzi, Jean-Jacques Servan-Schreiber et la Lorraine. Un météore politique »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33708 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33708

Haut de page

Auteur

Maxime Chervaux

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, IFG, F-93200 Saint-Denis, France, maxime.chervaux[at]univ-paris8.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search