Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésPierre-André Taguieff, Le Grand R...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Pierre-André Taguieff, Le Grand Remplacement ou la politique du mythe. Généalogie d’une représentation polémique

Pierre Mourier
p. 419-422
Référence(s) :

Pierre-André Taguieff, Le Grand Remplacement ou la politique du mythe. Généalogie d’une représentation polémique . Paris, France, Éd. de l’Observatoire, 2022, 325 pages

Texte intégral

1Directeur de recherche honoraire au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Pierre-André Taguieff est une des références françaises sur les questions de racisme, et ce dès les années 1990. Il est historien des idées, philosophe et politologue. Il a publié de nombreux ouvrages autour des questions de la race et du racisme (Face au racisme, 2 tomes, Paris, Éd. La Découverte, 1991), de l’antisémitisme (Les Protocoles des Sages de Sion. Faux et usages d’un faux, Paris, Berg International, 1992), mais aussi de l’extrême-droite (Sur la Nouvelle droite. Jalons d’une analyse critique, Paris, Éd. Descartes et Cie, 1994). D’abord engagé à gauche, P.-A. Taguieff est désormais publié par des journaux de droite. Il se positionne au-delà de la binarité politique droite/gauche, résumant son engagement principal à la lutte contre tous les racismes. Il rejoint ainsi la racine de ses premiers combats et de son engagement à la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) et à la Ligue des droits de l’Homme (LDH).

2Publié en 1994, son ouvrage Sur la Nouvelle droite a pour objectif de répondre non par des anathèmes, mais bien par des arguments au renouveau de l’extrême-droite française. Avec le présent ouvrage : Le Grand Remplacement ou la politique du mythe, il poursuit dans cette direction philosophique, suivant ainsi le conseil de son ami le philosophe libéral Raymond Aron. Mythe des nouvelles droites nationalistes, le « grand remplacement » est défini par P.-A. Taguieff comme « visant à conjurer [par ses défenseurs] la double menace d’un “changement de peuple” et d’un effacement de l’identité nationale ou civilisationnelle, la condition du salut est dans l’arrêt total de l’immigration et l’expulsion immédiate des catégories de personnes d’origine étrangère jugées indésirables » (p. 12). Ce récit est mis en place par le mouvement suprémaciste blanc mondial et serait orchestré par les « démocrates, gauchistes, multiculturalistes et, parfois, Juifs » (p. 2). Le « Grand Remplacement » est le « thème central d’un mythe répulsif ou d’une utopie négative […] qui constitue un puissant récit mobilisateur » (p. 57). Ce récit n’a pas seulement d’influence qu’en Europe puisqu’aux États-Unis, le « grand remplacement » est devenu le principal mythe mobilisateur. P.-A. Taguieff observe que « ce qui caractérise la dimension passionnelle de [l’engagement politique des suprémacistes blancs] est un mélange de peur de désespoir et de ressentiment. Un redoutable cocktail de passions négatives » (p. 258).

3L’auteur examine la naissance puis la diffusion d’un récit conspirationniste qui est « doté d’une valeur d’évidence auprès d’une grande partie de l’opinion » (p. 17). Cela peut s’expliquer par la peur de disparaître et naît donc de la peur la plus intime de l’homme : s’effacer et mourir. Cette perspective anxiogène renvoie au noyau familial immédiat et place l’individu dans une société hostile. P.-A. Taguieff explique donc que « le rejet du mélange et de l’hybridation se justifie donc en associant trois thèmes inducteurs de panique : domination, colonisation et remplacement » (p. 24).

4Ce mythe répulsif du « Grand Remplacement » trouve ses racines, selon l’auteur, en particulier chez Arthur de Gobineau, pour qui la « dégénération » (p. 78), induite par un processus de métissage est un processus de médiocrisation de la société : « Gobineau ne raisonne pas en nationaliste français : il pense la décadence comme un effet du mélange des sangs, qui détruit la pureté de la race supérieure et non pas comme la conséquence d’une rupture d’héritage civilisationnel ou de transmission historico-culturelle » (p. 79). La nature est donc conservatrice de l’ordre social. La peur du métissage induit la remise en cause d’une suprématie blanche. Ce mythe arrive dès le début du xixe siècle aux États-Unis, notamment par les écrits de Karl Pearson qui expose sa thèse de « la supériorité raciale et civilisationnelle de l’Occident » (p. 101). L’histoire montrera que la rhétorique du « Grand Remplacement », de l’ennemi intérieur et extérieur, trouvera sa place aux États-Unis à la fois dans les discriminations antisémites, mais aussi dans la politique ségrégationniste qui suivra l’abolition de l’esclavage dans certains états. Ensuite, P.-A. Taguieff trace la genèse et la transformation du « grand remplacement » chez Charles Maurras. Ce dernier comprend « la race française […] moins biologiquement que culturellement et historiquement, ce qui a été reçu doit être transmis » (p. 85). C. Maurras amorce un changement dans le concept de race sans en changer le but : la conservation d’un ordre social. La question nationale est abordée avec l’affaire Dreyfus. L’auteur rappelle que, dans ce contexte, « l’étranger dangereux par excellence, c’est “le Juif”, et plus particulièrement “le Juif allemand” » (p. 89). L’Autre est racisé, essentialisé et nationalisé. Pourtant, le « grand remplacement » ne vise pas les populations internes à l’Europe, mais plutôt l’immigration extra-européenne, signe que l’ailleurs change de forme sans que l’on change de méthode. « Le Grand Remplacement » n’est pas seulement soutenu par des scientifiques ou des historiens, il est également porté par des écrivains ou journalistes, tels que Louis-Ferdinand Céline, Urbain Gohier ou encore Maurice Muret qui portent une « vision apocalyptique d’une fin de la race blanche » (p. 155).

5C’est au sortir de la Seconde Guerre mondiale que l’extrême-droite française se saisit du mythe répulsif qu’est le « Grand Remplacement », via les écrits de Dominique Venner, et en particulier les partisans de la Nouvelle droite qui défendent un « conservatisme civilisationnel » (p. 181). Le « Grand Remplacement » est aussi repris par le Front national et notamment par François Duprat, ancien numéro un du parti nationaliste. En 1973, la parution du roman Le Camp des Saints par Jean Raspail (Paris, R. Laffont) dépeint une invasion migratoire en France et les conséquences de celle-ci. Cette vision apocalyptique romancée rejoint les écrits de L.-F. Céline et la longue lignée de l’utilisation littéraire du mythe de « Grand Remplacement ». Selon P.-A. Taguieff, Ce roman est, devenu « aux États-Unis, dans les milieux nationalistes et suprémacistes blancs […] mythique, jouant le rôle d’un texte initiatique » (p. 200). L’auteur indique que la moitié des ventes de l’ouvrage en France s’est réalisée sur la période 2011-2016, surfant sur le double effet Camus-Zemmour. En effet, c’est pendant cette période que le premier multiplie les publications et que le deuxième est chroniqueur pour le quotidien Le Figaro et la chaîne d’extrême-droite CNews. Renaud Camus, auteur d’extrême-droite français, définit, dans son ouvrage Le Grand Remplacement (Paris, David Reinhar, 2011), le « Grand Remplacement » comme un « changement de peuple » (p. 238). C’est pour lui, un « processus à la fois ethnique, culturel et civilisationnel » (p. 239). P.-A. Taguieff écrit que [R.] Camus, emporté par son prophétisme, donne dans l’hyperbole : il construit des processus mythiques, intrinsèquement répulsifs, avec les majuscules de rigueur » (p. 238). Il est donc animé d’une volonté de transformer le mythe en concept, de créer une loi de la nature n’étant pas opposable car elle se pare d’une allure scientifique et donc détachée du plan politique. Dans une perspective historique, on peut considérer que R. Camus réalise une synthèse des apports historiques du mythe, facilitant, de ce fait, une possible diffusion auprès d’un public plus large. C’est ainsi qu’un récit devient un « mythe politique moderne, et un mythe apocalyptique parmi d’autres » (p. 308).

6Cette dissémination s’effectuera par le truchement d’une personnalité politique de premier plan, Éric Zemmour. Celui-ci est, pour P.-A. Taguieff, un passeur. É. Zemmour rencontre R. Camus et déclare qu’ils établissent « le même diagnostic, sur ce que [R. Camus] a appelé d’une formule [qu’il fait sienne] le Grand Remplacement » (p. 264). É. Zemmour incarne, selon P.-A. Taguieff, « un nationalisme culturel et politique » (p. 268), ce qui le place dans la lignée des auteurs identifiés par P.-A. Taguieff, à l’instar de C. Maurras, J. Raspail ou encore R. Camus. É. Zemmour a installé dans l’espace médiatique des thèmes et une rhétorique auparavant recluse à l’intérieur de l’extrême-droite : c’est un passeur de l’idéologie au champ du politique. Il participe de l’élargissement de la masse des partisans du mythe du « Grand Remplacement ». P.-A. Taguieff attribue les différentes polémiques et propos pour lesquels É. Zemmour a été condamné à un « désir de paraître à tout prix non conformiste et politiquement incorrect » (p. 281). Ainsi l’auteur propose-il une explication cynique à une stratégie politique dangereuse consistant à promouvoir un mythe répulsif d’extrême-droite qui peut s’avérer fatal. P.-A. Taguieff prend pour exemple, de la propagation de ce mythe le fait que le manifeste du suprémaciste blanc Brenton Tarrant se nomme The Great Replacement: Towards a New Society (p. 251). B. Tarrant assassinera le 15 mars 2019 plus d’une centaine de musulmans à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

7P.-A. Taguieff analyse avec profondeur trois dimensions de ce mythe : religieuse, nataliste mais également naturelle. Tout au long de son ouvrage, il renvoie à la religion musulmane comme étant le catalyseur de cette théorie du « Grand Remplacement » car c’est, selon lui, « sur la base sombre de perspectives d’une guerre civile à base religieuse-civilisationnelle que se concluent nombre d’études et de réflexions socio-historiques sur la question de l’immigration massive en France et en d’autres pays européens » (p. 32-33). Le « Grand Remplacement », dans son itération la plus contemporaine, a pour objet d’essentialisation les croyants musulmans dans une perspective belliciste.

8La question de la natalité, sujet repris par les suprémacistes blancs, est centrale dans la construction de ce mythe répulsif. L’auteur cite notamment Thilo Sarrazin, homme du centre-gauche, encarté au Sozialdemokratische Partei Deutschlands (SPD), analyse que « l’autodestruction du peuple allemand a pour causes le faible taux de reproduction et le vieillissement de la population de souche » (p. 35). Cela a pour but, selon lui, de favoriser une immigration allemande qui provoquerait un changement ethnico-religieux. La question de l’ordre naturel surgit aussi quand on parle de « Grand Remplacement ». P.-A. Taguieff cite Bruno Mégret qui se prononce en faveur de la « conservation de notre patrimoine naturel » (p. 47), liant ainsi nature et population. La lecture de cette citation peut être double, assignant les femmes à un rôle naturel « écologiste », faisant de la défense de l’environnement le prolongement ou le but d’une politique suprémaciste blanche visant à conserver la nature et donc, comme A. Gobineau, à conserver « les inégalités naturelles de race ».

9Qu’opposer au « Grand Remplacement » ? P.-A. Taguieff aborde le terme de « créolisation », « le nom d’une régénération, nouvelle promesse d’un avenir radieux. L’utopie est celle de la création progressive, jugée inévitable, d’un peuple nouveau » (p. 17). L’auteur analyse la séquence politique des élections présidentielles de 2022 via une opposition entre un mythe répulsif, le « Grand Remplacement », accompagné de son cortège prophétique d’écrivains apocalyptiques, et un mythe attractif que serait la « créolisation ». Pour lui, cette dernière ne répond pas aux quelques situations qui, amalgamées et amplifiées, constituent une des justifications principales du mythe répulsif. P.-A. Taguieff choisit la grille de lecture suivante : « enracinement/émancipation », car selon lui « les humains ont intrinsèquement besoin à la fois de racines et d’affranchissement » (p. 23). Elle permet d’aller plus loin, explique-t-il, que ceux qui « dénoncent bruyamment l’immigration-invasion dans une France “passoire” et ceux qui, à gauche, affirment dogmatiquement que l’immigration ne pose aucun problème » (p. 65).

10De prime abord, le livre de P.-A. Taguieff désarçonne le lectorat habitué aux ouvrages traitant de l’extrême-droite. L’auteur est prudent, exigeant, consciencieux, délaisse les effets de manche pour se situer sur un plan historico-philosophique et répondre argument par argument aux nombreux partisans de ce mythe répulsif qu’est le « Grand Remplacement ». Cependant, l’analyse du champ politique actuel pour l’auteur peut parfois manquer de clarté. Ainsi, Jacques Attali, haut-fonctionnaire, écrivain, ancien conseiller de François Mitterrand, est qualifié comme étant « de gauche » (p. 309), alors que « le think-tank néo-gauchiste baptisé “Institut La Boétie” » (p. 17) est pour lui l’émanation de l’extrême-gauche. Qualifier le premier de figure actuelle de centre-droite et le deuxième de laboratoire d’idées de la gauche radicale serait observer la situation politique contemporaine avec plus de justesse. Pour P.-A. Taguieff, il y a, à gauche, « une centration obsessionnelle sur les questions de race » (p. 314). Pourtant, on peut observer que la situation a évolué depuis les années 1990 et que la lutte contre le racisme est revenue dans le débat public. Son retour peut s’expliquer par les inégalités structurelles sociales, mais encore par les faits divers ayant représenté des situations considérées comme relevant du racisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Mourier, « Pierre-André Taguieff, Le Grand Remplacement ou la politique du mythe. Généalogie d’une représentation polémique  »Questions de communication, 44 | 2023, 419-422.

Référence électronique

Pierre Mourier, « Pierre-André Taguieff, Le Grand Remplacement ou la politique du mythe. Généalogie d’une représentation polémique  »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33711

Haut de page

Auteur

Pierre Mourier

Université Lumière Lyon 2, Triangle, F-69300 Lyon, France, pierre.mourier[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search