Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureHistoire, sociétésCatherine Wihtol de Wenden, Figur...

Notes de lecture
Histoire, sociétés

Catherine Wihtol de Wenden, Figures de l’Autre. Perceptions du migrant en France, 1870-2022

Paris, CNRS Éd., 2022, 240 pages
Claudia Farini
p. 422-424
Référence(s) :

Catherine Wihtol de Wenden, Figures de l’Autre. Perceptions du migrant en France, 1870-2022. Paris, CNRS Éd., 2022, 240 pages

Texte intégral

1L’Autre, étranger, migrant, réfugié, sans papiers, autour duquel se construisent les représentations collectives, est au cœur de cet ouvrage. Quarante ans de recherche sur l’immigration en France, en Europe et dans le monde conduisent Catherine Wihtol de Wenden à dresser un état de l’art sur la façon dont l’Autre est désigné, perçu et soumis par les politiques migratoires, décrit et théâtralisé par l’opinion publique. Directrice de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), spécialiste des migrations internationales, politologue et juriste, l’autrice recueille dans cet ouvrage les catégorisations et les mises en scène de l’Autre de 1870 à 2022, en montrant comment ces représentations se sont progressivement construites jusqu’à préciser, par opposition, un « nous » qui est à la base des identités collectives.

2Composé de trois parties et huit chapitres, le livre s’ouvre, dans la première, sur la question de base : « Qui est l’Autre ? ». En France, « [l]e migrant entre en scène » (chapitre I, p. 17-38) dans le domaine de la recherche en sciences sociales et économiques relativement tard, dans les années 1970, avec des études liées aux domaines du marché du travail ou de luttes de classes, toujours dans la perspective un peu myope d’une présence seulement temporaire des migrants dans le pays d’accueil. Dans ce premier chapitre, l’autrice met en perspective les figures de l’Autre telles qu’elles apparaissent dans les travaux de philosophes, sociologues, politologues, essayistes et metteurs en scène, qui se sont penchés sur « la fabrique de l’altérité » (p. 25) dans les sociétés d’immigration du monde entier. Le chapitre offre un état de l’art riche et complet autour des études sur le concept de melting pot, sur la théorie du « choc des civilisations », sur le processus de définition identitaire (la figure du « beur », la distinction entre « vrais » et « faux » Français), et de la création de l’altérité, entre autres.

3Le chapitre II, « Les catégorisations de la migration. Une guerre de chiffres et de droits » (p. 39-58), met en relief le fait que les données statistiques et juridiques de la migration, sous prétexte de scientificité, calculent et définissent les migrants sur la base de critères souvent anachroniques ou non adaptés aux situations réelles. En fait, dans un monde où les formes de la migration sont multiples, le statut de migrant change tellement vite que les chiffres ne peuvent pas décrire la réalité et sont plutôt à la base des catégorisations construites par les politiques et les lois. Travailleur, étudiant, frontalier, demandeur d’asile, sans papiers, mineur isolé : au cours d’une vie, on peut appartenir à une catégorie ou à une autre, ou à plusieurs en même temps ; « les catégories des migrants ont surtout pour objet de définir l’Autre et de lui accorder ou refuser des droits » (p. 40). De plus, les nouvelles mobilités depuis 1990 et les nouvelles frontières depuis la création de l’Union européenne créent des glissements de distinctions de migrants : la mobilité semble alors s’organiser de plus en plus en une série de cercles concentriques qui accordent le passage des frontières avec ou sans visa, en fonction du statut que l’on possède. Néanmoins, malgré les changements des profils des migrants, les idées reçues restent les mêmes.

4Dans le chapitre III (« L’Autre, construit par les idées reçues », p. 59-94), l’autrice dresse un inventaire des idées reçues sur les immigrés, qui se sont construites lentement mais qui perdurent de nos jours. Des arguments culturels (« des immigrés chrétiens aux migrants musulmans »), démographiques (le thème du « grand remplacement », de « l’Afrique [qui] va nous envahir »), économiques (« coûts/bénéfices de l’immigration », « les immigrés qui prennent le travail des nationaux » ; « l’appel d’air » soit les migrants qui arrivent pour bénéficier des aides sociales, les immigrés qui appellent d’autres immigrés) et géopolitiques sont abordés dès leurs origines, décortiqués et contextualisés pour en comprendre les évolutions et leur enracinement dans l’opinion commune mais aussi et surtout pour démonter les fausses croyances, en prenant appui sur les enquêtes menées par C. Wihtol de Wenden. Devrait-on donc « fermer les frontières » et promouvoir « le développement comme alternative aux migrations » ? « En réalité, prévient l’autrice, développement et migration sont plus complémentaires qu’alternatifs » (p. 79). Finalement, toutes ces idées reçues ne reposent que sur une seule raison : la peur de l’Autre.

5C’est ce que la deuxième partie de l’ouvrage, intitulée « Migrations et peur de l’Autre en France, cent cinquante ans d’évolution », vise à mettre en relief en identifiant quatre périodes historiques qui vont de 1870 à nos jours. Confrontée très tôt à l’immigration, la France a considéré tout d’abord l’Autre comme intrus (si l’on considère les inimitiés engendrées par la présence de Catherine de Médicis, de Marie-Antoinette et de leur entourage), ensuite comme concurrent et enfin comme nouveau barbare. Le chapitre IV, « De 1870 à 1975. Le temps des travailleurs étrangers » (p. 97-118), montre comment depuis la deuxième moitié du xixe siècle la France est presque le seul État européen à être une terre d’immigration de travail. Grâce à sa croissance économique et marqué par son passé colonial, en carence de main d’œuvre, ce pays se trouve bientôt confronté au migrant, dans la vie de tous les jours ainsi que dans le discours politique. C’est ainsi que le « mythe du Gaulois », né au début du xxe siècle, développe l’invention d’une identité française ethnicisée et alimente un patriotisme qui nie la participation de l’étranger dans la construction de la population française à un moment où le pays risquait d’être dépeuplé. L’entre-deux-guerres ajoute une hiérarchisation raciale entre étrangers sur le sol national et favorise la montée de la xénophobie et de l’antisémitisme qui paraissent dans la presse et l’opinion publique. La prospérité économique des Trente Glorieuses (1945-1974) crée une image plus neutre de l’Autre. La question migratoire est dépolitisée, surtout dans le contexte ouvrier, où les syndicats cherchent à tisser des liens avec les travailleurs étrangers. Avec la guerre d’Algérie (1954-1962) s’instaure « une vision globalisante selon la nationalité » (p. 116). À côté des Européens qui sont devenus invisibles, des Asiatiques très discrets, des Africains noirs toujours pauvres, les Arabes, « traîtres à la France » (ibid.), deviennent « les mauvais immigrés ».

6Les premiers mouvements porteurs du rejet de l’étranger voient le jour, jusqu’à la complète politisation du thème de l’immigration, présentée dans le chapitre V, « Les années 1975-2000. Une exacerbation des images négatives de l’Autre » (p. 119-148). L’autrice dépouille la presse de cette période pour y déceler les thèmes récurrents : précarité, emploi, logement, racisme, « la mal vie » (p. 121), pour employer une formule parue à l’époque. À partir des années 1980, l’Autre devient le musulman, l’islam devient la religion de l’Autre, des pauvres, des ex-colonisés, dans un État qui veut défendre sa laïcité. Cette religion qui marque donc l’identité arrive sur les lieux de travail, crée des conflits, enquêtés à cette époque par C. Wihtol de Wenden au sein du CNRS. Les années 1980 sont aussi celles de la « seconde génération » ou des « jeunes issus de l’immigration », de nouvelles étiquettes collées aux Français d’origine maghrébine, traduisant « un malaise de la société française à l[es] inclure comme citoyens à part entière » (p. 133). Le terme « beur » évoque une nouvelle réalité, celle des jeunes qui vivent dans les banlieues, qui ont des difficultés scolaires, protagonistes d’épisodes de violence, dont l’intégration suscite bien des interrogations de la société française. C’est une époque où les notions de nationalité, intégration, citoyenneté, assimilation, engagement citoyen sont très débattues, pour aboutir à l’idée qu’ils sont « Citoyens pas comme les autres, mais Français comme les autres » (p. 141).

7Au tournant du xxe siècle, avec l’accord de Schengen, l’Europe se découvre « un continent d’immigration malgré lui » (p. 153). De nouvelles frontières se dessinent, l’Autre devient un « instrument de construction de l’identité nationale » (chapitre VI, p. 149-162), sa présence contribue à la définition d’un « nous » par rapport à un « eux » et souvent un nouvel Autre « permet d’incorporer l’autre précédent » (p. 161). On assiste ici à la renaissance de l’idée du Français « de souche » et à la parution de racismes différentialistes qui hiérarchisent les étrangers selon leurs origines. Au fil des pages, les recherches et les études de l’autrice montrent que l’Autre se révèle être une figure amplement délinéée par les différents contextes historiques, économiques et sociologiques et aussi par les différents acteurs qui en façonnent les représentations.

8La dernière partie du livre, consacrée à « Déconstruire et reconstruire l’Autre », se présente justement comme la pars construens de cet essai : il existe aussi des acteurs privés et collectifs qui, animés d’éthique civique, « contribuent à faire de l’Autre un “nous” partagé, comme un autre soi-même » (p. 163), grâce à de multiples initiatives visant à transformer l’imaginaire collectif. La frontière, ligne de démarcation de l’Autre, l’exclut du droit à la mobilité, le transforme en ennemi défiant l’État, en objet de contrôle. Encore une fois « l’Autre comme ennemi » justifie « les politiques sécuritaires européennes », comme annonce le titre du chapitre VII (p. 165-189). Néanmoins, alors que d’un côté, les frontières alimentent les phénomènes négatifs tels que passages tarifés, douaniers, contrebandiers, de l’autre, en nom d’un « droit à l’hospitalité » (p. 187), des gestes solidaires s’engagent, allant vers une citoyenneté inclusive, même au risque de sanctions. « Des ponts contre des murs : citoyenneté, lutte contre les discriminations, l’immigration au musée » est le titre du dernier chapitre, qui laisse entrevoir la possibilité d’aller vers plus de cohésion sociale en travaillant sur la notion de diversité, en engageant la lutte contre la discrimination en général et l’exclusion urbaine en particulier, en construisant un imaginaire collectif, aussi par le biais d’initiatives telles que les musées de l’immigration, pour « rendre visible une histoire faite d’invisibilité » (p. 217).

9L’ouvrage, unique dans sa démarche, car l’étude s’étale sur une période très longue en mêlant un corpus varié tiré de la presse, des films, des essais, des débats télévisés, des travaux des historiens et des politiques publiques, propose une réflexion sur un sujet toujours actuel dans tous les pays d’Europe ainsi que dans le monde entier. Très récemment, avec l’arrivée des Ukrainiens fuyant la guerre, la figure de l’Autre a changé à nouveau. L’Europe se découvre plus accueillante, surtout dans certains pays qui, autrefois, s’étaient opposés à l’accueil des réfugiés syriens et afghans par exemple. Néanmoins, travailler sur les images et représentations collectives oblige toujours à adopter un regard au second degré. Les analyses qui montrent comment les discours fabriquent l’imaginaire en France sont souvent mises en perspective avec les situations d’autres pays européens, notamment l’Italie, très touchée par l’arrivée des migrants de la Méditerranée. Surtout dans ce cas, certaines analyses notamment de la situation italienne doivent être lues avec esprit critique et ouvert, car elles reflètent un positionnement politique de l’autrice qui parfois ne prend pas appui sur le même corpus de documents proposé pour la France. Cependant, la volonté de contextualiser la France dans le cadre européen et plus en général mondial est appréciable. Enfin, un langage clair, sec, sans épanchements ni technicismes, favorise la lecture aussi pour ceux qui ne sont pas des spécialistes en politologie. L’excursus diachronique, qui arrive jusqu’à la période contemporaine, se termine en laissant une ouverture sur l’avenir et une réflexion qui se focalise sur le fait que « les idées reçues sont tenaces avant d’accepter que l’Autre nous ressemble dans des sociétés amenées à être plus cosmopolites » (p. 221).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Farini, « Catherine Wihtol de Wenden, Figures de l’Autre. Perceptions du migrant en France, 1870-2022 »Questions de communication, 44 | 2023, 422-424.

Référence électronique

Claudia Farini, « Catherine Wihtol de Wenden, Figures de l’Autre. Perceptions du migrant en France, 1870-2022 »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33721 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33721

Haut de page

Auteur

Claudia Farini

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France, claudia.farini[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search