Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureLangue, discoursMarlène Coulomb-Gully, Sexisme su...

Notes de lecture
Langue, discours

Marlène Coulomb-Gully, Sexisme sur la voix publique. Femmes, éloquence et politique

Laetitia Biscarrat
p. 434-436
Référence(s) :

Marlène Coulomb-Gully, Sexisme sur la voix publique. Femmes, éloquence et politique. La Tour-d’Aigues, Éd. de l’Aube, coll. Monde en cours, 2022, 272 pages

Texte intégral

1Spécialiste de l’emblématique triptyque genre, politique et médias, Marlène Coulomb-Gully est l’autrice de nombreux ouvrages et rapports consacrés à la place des femmes dans les médias et au traitement médiatique de celles qui ont embrassé une carrière politique. Le présent ouvrage traite de la réception médiatique de la parole des femmes en politique. Delphine Dulong et Frédérique Matonti (« Comment devenir un[e] professionnel[le] de la politique ? L’apprentissage des rôles au Conseil régional d’Île-de-France », Sociétés & Représentations, 24 [2], 2007, p. 251-267) ont montré que la prise de parole publique est un exercice qui se conjugue au masculin. À partir du poste d’observation que constituent les médias, M. Coulomb-Gully traite aussi de cette distribution inégalitaire, fruit d’une socialisation genrée, en adoptant une perspective renouvelée, celle de la voix, qu’elle définit comme du « social incorporé » (p. 32). Surface de projection des imaginaires sociaux, la voix témoigne du corps au travail en politique. Elle porte les discours, elle les incorpore. La voix incarne la parole par sa matérialité vocale : grave, elle est le marqueur de l’autorité et du pouvoir masculin ; aigüe, elle connote un déficit de crédibilité marqué au féminin. L’autrice rappelle que les femmes politiques sont ainsi contraintes à des « voix de camouflage » (p. 35) pour négocier une norme d’éloquence construite au masculin, qu’il s’agisse du coaching vocal des candidates aux élections ou du vocal fry, cette laryngalisation qui permet de parler deux octaves sous sa fréquence de voix habituelle.

2Revendiquant une démarche prosopographique, c’est au travers de cinquante ans d’histoire politique française – lieux, fonctions et parcours – que M. Coulomb-Gully fait voyager. Elle évoque d’abord le « chaudron de l’Assemblée nationale » (p. 43) qui, malgré les lois de parité, demeure un haut lieu de la domination masculine, les députées formant un groupe minoritaire par leur nombre mais aussi le traitement qui leur est réservé. Insultes à caractère sexiste, domination sonore (bruits, bavardages et cris de basse-cour) mais aussi discursive, tant les attendus hégémoniques de l’éloquence sont historiquement structurés par une norme masculine. Trois discours emblématiques sont ainsi analysés à l’aune de leurs commentaires journalistiques. Soucieuse d’une approche relationnelle du genre, l’autrice a conçu un corpus-témoin secondaire portant sur des discours d’hommes politiques, ce contrepoint permettant, par sa visée contrastive, une confirmation des analyses. Simone Veil, Édith Cresson et Christiane Taubira : elles ont porté des projets de lois capitaux ou incarné pour la première fois une fonction jusque-là toujours masculine. L’étude de la réception médiatique de leurs discours permet d’interroger la notion d’éloquence en politique. S. Veil a joué avec succès les codes de la féminité bourgeoise traditionnelle, figure maternelle et humilité revendiquées. Elle souligne cette « posture de dominée » (p. 61) dans son discours en se qualifiant de « femme et non parlementaire », une tactique, explique l’autrice citant Michel de Certeau, caractéristique du registre d’action des dominé·es. À l’inverse, le discours de politique générale d’É. Cresson a fait l’objet d’une disqualification unanime. Sa parole comme sa voix font l’objet de critiques acerbes : « Marchande à la criée », « catalogue des Galeries Lafayette » (p. 85 sq.). L’autrice conclut, à la suite de D. Dulong, qu’É. Cresson est victime de son manque de conformité aux normes de genre traditionnelles. Elle ne souscrit pas à l’hypercorrection langagière attendue des femmes ; ce qui, avec son parler cru, a alimenté une critique acerbe de ses talents d’oratrice, tant sur le fond que sur sa vocalité, les analyses de traitement du signal sonore montrant pourtant qu’elle n’était pas spécialement élevée. Enfin, C. Taubira a, quant à elle, été consacrée comme tribun – terme qu’on ne saurait féminiser sans en dévoyer le sens – par la presse, ses partisan·es mais aussi ses opposant·es. Son discours défendant le mariage homosexuel articule magistralement technicité, lyrisme et culture. Mobilisant le « style flamboyant de la rhétorique classique » (p. 107), elle fait consensus tant elle performe là une mythologie nationale du pouvoir politique. Femme et noire, C. Taubira, consacrée pour son éloquence, parvient à échapper aux assignations de genre habituellement faites aux femmes politiques ; on se souvient en revanche du racisme dont elle a fait l’objet, marqué par les injures les plus violentes à son endroit, mais aussi, de manière plus subtile, dans le commentaire journalistique de sa voix, associée au gospel et à Billie Holiday, ce que contredit pourtant l’analyse comparée de leurs signaux sonores.

3La deuxième partie de l’ouvrage, particulièrement stimulante, traite du porte-parolat féminin. La fonction de porte-parole du gouvernement est traditionnellement détenue en France par des personnalités politiques, au contraire de nombreux pays où il s’agit d’une fonction de communication portée par des attaché·es de presse. Le porte-parolat joue un rôle central dans la fabrique de la parole politique, il opère une médiation visant à construire une représentation cohérente et compréhensible de l’action du gouvernement. Parce qu’il est une « fonction au cœur de l’activité langagière du gouvernement » (p. 120), M. Coulomb-Gully a choisi d’étudier l’ensemble des femmes ayant occupé cette fonction sous la Ve République. La tâche est rendue possible par leur nombre restreint puisqu’elles sont six : Georgina Dufoix, Catherine Trautmann, Christine Albanel, Valérie Pécresse, Najat Vallaud-Belkacem et Sibeth Ndiaye. C’est à François Mitterrand que l’on doit la nomination en 1984 de la première femme porte-parole du gouvernement, en la personne de G. Dufoix. Elle satisfait au casting de la féminité puisqu’elle est mère de quatre enfants à Nîmes, incarnant ainsi une féminité provinciale et traditionnelle. Les journalistes louent sa sincérité, son franc-parler et sa fraîcheur. Treize ans et dix porte-parole masculins plus tard, C. Trautmann devient la deuxième femme porte-parole d’un gouvernement. Quoique épouse et mère « pour cocher les bonnes cases du casting politique des années 1990 » (p. 139), C. Trautmann incarne un ethos différent du porte-parolat féminin. Au lieu du sempiternel commentaire vestimentaire des femmes politiques, les journalistes préfèrent dépeindre son pouvoir, son autorité et sa rigueur, elle qui fume des Gitanes et apprécie les bons vins à l’instar de ses homologues masculins. Sa voix déroge également au timbre aigu assigné au féminin. À ces pionnières – ayant pour dénominateur commun leur statut de mère de famille, leur ancrage provincial et protestant – ont succédé C. Albanel, qui n’a occupé la fonction qu’un mois, puis V. Pécresse. Mère de famille– la figure de la mauvaise mère agissant comme une figure repoussoir –, elle fait le choix du « parler pro » (p. 147) pour porter la voix du gouvernement. Mais surtout, elle a explicité son rapport à la parole et à la voix dans plusieurs entretiens accordés à la presse. Elle souligne la violence du « bizutage » (p. 151) que les hommes politiques imposent aux femmes en couvrant leurs voix et plaide pour « un autre art oratoire » (p. 152), déconstruisant les siècles de conjugaison au masculin de l’éloquence. Lorsque N. Vallaud-Belkacem lui succède, être femme et mère ne constitue plus un marqueur suffisant de modernité : la nouvelle porte-parole est certes mère, mais aussi jeune, féministe et racisée. Au propos policé qui la caractérise dans l’incarnation du porte-parolat s’ajoute une volonté d’innover. Elle met en place des stratégies de proximité, sur le terrain et aussi en recourant aux outils numériques. Le goût du numérique est aussi le marqueur de la sixième et dernière femme porte-parole de gouvernement, connue pour son usage abondant des réseaux sociaux et ses prises de parole détonantes. S. Ndiaye offre une « personnalité iconoclaste » (p. 167) qui, si elle est mère de famille également, est aussi la porte-parole noire et récemment naturalisée d’un gouvernement entièrement blanc, suscitant un « racisme […] palpable » (p. 168) chez ses, quasi unanimes, détracteurs. « La langue, en France, est toujours une affaire politique » (p. 165) et son usage de la parole, qui déroge à l’hyper-normativité attendue de par sa fonction, ne lui a pas été pardonné.

4La troisième partie de l’ouvrage mobilise cette fois un corpus relatif aux candidatures féminines aux élections présidentielles. À la suite de Denis Barbet et Damon Mayaffre (« 2007. Débats pour l’Élysée », Mots. Les langages du politique, 89, 2009, p. 5-9), l’autrice définit la campagne électorale comme « un événement discursif » (p. 176) émaillé de formules qui nourrissent la mémoire collective, constituant ainsi un « patrimoine politique national » (p. 176) dont la voix des femmes est absente. Arlette Laguiller a subi des critiques très vives, teintées de sexisme et de mépris de classe. On a notamment reproché un effet récité, une diction monocorde à celle qui voulait être « la voix de ceux qui n’en ont pas » (p. 178). Huguette Bouchardeau (PSU, Parti socialiste unifié) a emprunté quant à elle un chemin différent. Candidate à l’élection présidentielle de 1981, elle ne veut pas être porte-parole des sans-voix, mais au contraire les inciter à prendre la parole. Pour ce faire, celle qui défend la « parole comme source d’empouvoirement » (p. 181) n’a pas hésité à donner son temps de parole à des voix minoritaires étouffées. Une autre candidature marquante de la présidentielle de 1981 est celle de Marie-France Garaud. Sa maîtrise parfaite des codes de la rhétorique n’a pas suffi à convaincre. Avec respectivement 1,11 % et 1,3 % des voix, c’est bel et bien au silence que les urnes ont renvoyé ces deux candidates. « La voix est métonymique du corps » (p. 189) et c’est en assumant avec force son accent, retournant ainsi le stigmate, qu’Eva Joly a fait campagne. Première étrangère naturalisée candidate à l’élection présidentielle de 2012, elle a fait l’objet d’attaques glottophobes et racistes. Comme le souligne M. Coulomb-Gully, l’accent est pourtant une norme construite socialement, et sa supposée absence désigne en réalité « l’accent des dominants » (p. 190). Les chapitres suivants portent sur deux candidates qui ont eu accès à l’emblématique débat de l’entre-deux-tours, Ségolène Royal et Marine Le Pen. Voix, diction, silences ont fait l’objet de critiques aiguisées lors de la campagne présidentielle de S. Royal. Elle est néanmoins parvenue à porter sa voix, au « cœur de l’incarnation politique » (p. 201), jusqu’au débat de l’entre-deux-tours de 2007. Première femme à atteindre ce niveau de compétition, elle a fait les frais de la stratégie discursive de disqualification mise en œuvre par son opposant, Nicolas Sarkozy. M. Coulomb-Gully identifie trois motifs : l’évincement, l’ironie et une feinte courtoisie concourent à dévaloriser la candidate. Dix ans plus tard, la prestation de M. Le Pen lors du débat de l’entre-deux-tours fait l’objet d’un consensus. Le fiasco est tel qu’elle aurait d’ailleurs perdu trois points à sa suite, fait rare qui a contribué à réinterroger l’importance de ce rituel électoral sur l’issue du scrutin. L’invective permanente dont elle a fait preuve l’éloigne d’un ethos de présidentiable. Elle est perçue comme agressive, sarcastique ; son sourire – marqueur de l’assignation à l’écoute, la bienveillance et la disponibilité qui est faite aux femmes –, est détourné de son classique usage genré. Elle « montre les dents » (p. 248), tandis que son rire puissant déroge aux normes de genre.

5La conclusion de l’ouvrage appelle à « conjurer la male-diction » (p. 255) de la parole publique des femmes, à faire évoluer le canon de l’éloquence et à éduquer l’écoute, pour que les voix dans leur diversité, de classe, d’accent, mais aussi de diction, de hauteur et de timbre puissent incarner la parole publique dans sa diversité. En effet, la voix ne saurait être le privilège des uns ou même de quelques-unes tant l’accès à la parole publique est un enjeu démocratique crucial. En suivant à la trace les voix des femmes politiques de la Ve République, M. Coulomb-Gully propose ainsi plusieurs niveaux de lecture. La question des matérialités vocales d’abord, encore assez peu explorée en sciences de l’information et de la communication, vient alimenter la réflexion sur le genre et les médias. En ce sens, l’ouvrage constitue un matériau fécond pour de futures analyses sur les voix politiques et médiatiques. Rendant audibles des femmes, le voyage historique qu’elle offre contribue par ailleurs à nourrir la mémoire collective de référents féminins, une initiative bienvenue notamment pour les étudiant·es en communication publique et politique. Enfin, un troisième niveau de lecture, officiant comme un sous-texte, donne à entendre les enjeux de la prise de parole féminine dans les collectifs de travail, dans la sphère politique mais aussi bien au-delà dans les différents espaces d’échanges entre pairs qui jalonnent la vie professionnelle. Dans la presse féminine (Elle, Terrafemina) tout autant que celle de référence (Le Monde, Le Canard enchaîné, Le Parisien), la réception critique de l’ouvrage témoigne des lectorats multiples que cet ouvrage peut intéresser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laetitia Biscarrat, « Marlène Coulomb-Gully, Sexisme sur la voix publique. Femmes, éloquence et politique »Questions de communication, 44 | 2023, 434-436.

Référence électronique

Laetitia Biscarrat, « Marlène Coulomb-Gully, Sexisme sur la voix publique. Femmes, éloquence et politique »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33750 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33750

Haut de page

Auteur

Laetitia Biscarrat

Université Côte-d’Azur, Lirces, F-06204 Nice, France, laetitia.biscarrat[at]univ-cotedazur.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search