Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureLangue, discoursVanessa Frangville, Françoise Lau...

Notes de lecture
Langue, discours

Vanessa Frangville, Françoise Lauwaert et Florent Villard (dirs), Mots de Chine. Ruptures, émergences, persistances

Olivier Arifon
p. 440-442
Référence(s) :

Vanessa Frangville, Françoise Lauwaert et Florent Villard (dirs), Mots de Chine. Ruptures, émergences, persistances. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Essais, 2022, 448 pages

Texte intégral

1La dynamique de publication autour des ouvrages consacrés à un ou plusieurs aspects de la Chine, telles sa culture, sa politique ou ses actions, est réelle et déjà ancienne. Cette civilisation, puis son projet politique et social depuis 1949, plus encore depuis les changements récents, inspirent, car le pays interroge. Cela invite les chercheurs à s’emparer soit d’un sujet, soit de proposer un regard particulier afin de favoriser le débat et de nourrir la réflexion autour d’un pays devenu moins ouvert et prompt à intimider. L’ouvrage s’inscrit dans cette lignée : Mots de Chine examine l’origine, le sens et les transpositions de concepts lors des mouvements d’idées entre Occident, Japon et Chine. L’idée est de creuser les notions, de voir les évolutions afin de proposer une image précise et anthropologique de la réalité de la société, de la culture et du régime chinois.

2Les termes examinés dans ce livre collectif de 448 pages reflètent les débats et les tensions autour du sens des mots entre Chine et Occident, et examinent leurs variations selon les régimes politiques chinois. Dans cet ouvrage, la plupart des mots choisis explorent les transitions de sens entre les périodes de l’Empire, de la République et de la République populaire. Disons-le d’emblée, le projet porté par les initiateurs et réussi par les auteurs reflète bien les débats autour de la modernité et de la possible variation de sens de ces concepts dans différentes cultures. En d’autres termes, l’ouvrage examine les principes d’universalité – ou de non-universalité – de termes et notions. Chaque auteur a choisi un mot et le traite selon son approche propre. Or, comme ceux-ci viennent d’horizons divers – littérature, anthropologie, histoire, politique… –, le résultat contribue à préciser la réalité sociale et politique de la Chine actuelle. Dit autrement, l’image de la Chine devient plus précise.

3Le livre explore les divergences et les convergences fécondes en intégrant le contexte sociologique de l’objet/mot étudié. Ces mots peuvent être traduisibles, intraduisibles, importés du Japon ou d’Occident. Chacun mot interroge sur le contenu et sur l’évolution de la culture chinoise qui a toujours insisté pour nommer les choses correctement afin de, selon elle, bien catégoriser le réel. Or, les mots peuvent souvent contenir un certain flou, parfois mis à profit par les auteurs, les chercheurs ou les politiques. Dans cet ouvrage, la plupart des mots choisis explorent les transitions de sens entre l’Empire, la République et la République populaire du Parti communiste.

4Les auteurs gardent une distance sans inscrire d’emblée les mots dans une modernité globale où une grille de lecture éliminerait les hybridations ou la capacité des Chinois à réinvestir les mots quotidiens, de la culture, de la société ou du pouvoir dans un nouveau contexte. Au passage, une critique de la pensée d’Edward Saïd montre que ce dernier, considérant les Orientaux comme des récepteurs passifs, néglige la participation des Chinois à la constitution des mots et concepts que cette population va forger et utiliser. Ainsi les lettrés empruntaient-ils largement des notions et donc une conception du monde pour penser leur société et les changements du xixe siècle. Conscient de ceci, ce livre trace les concepts et contribue largement à expliquer un pays, une population et une culture. À ce jour, nous ne connaissons pas de travaux identiques sur un autre pays.

5Les mots choisis sont les suivants : moderne, nation, nationalité, ethnie, race, Chine, étudier à l’étranger, le pronom il/elle, voyager, prendre refuge, performance, héros-héroïne, démon, revenants, nature, Route de la soie, civilisation. Les auteurs affirment qu’il reste impossible ou difficile de trancher sur leur signification, tant les mots restent ambigus, flous et sont utilisés aussi bien par le pouvoir que par la population. Une sélection de ces derniers reflète ces dimensions.

6Moderne. Dès le début, le concept intègre le sens de « meilleur », puis ouvre un débat chinois entre les tenants conservateurs/occidentalistes et les autres. Avec le communisme et sans surprise, le sens de « modernisation » s’impose. Puis « le Parti au pouvoir actuellement en Chine s’efforce, lui, d’expurger la promesse d’autonomie individuelle et collective initialement contenue dans les signifiants du moderne et l’histoire de leurs usages en Chine » (p. 81).

7Minzu (nation, nationalité, ethnie, race). Variable selon les époques, trois influences sont repérées par l’auteur : modèle issu du système impérial, concept de nation importé d’Occident et pensée soviétique sur la question nationale. Actuellement, minzu est le signe d’une reconstruction développée par le régime communiste et son ambivalence autorise toutes les évolutions, de la nation aux discours de Xi Jinping sur la réjuvénation du pays.

8Chine, zhongghuo. Le concept fluctue et cherche à définir une identité qui révèle des couches de significations sociales successives, ce qui semble loin des commentaires usuels des médias et de certains experts sur ce concept qui insistent sur un temps long quasi immuable.

9Étudier à l’étranger, liuxue. Le terme révèle les tensions entre ouverture et acculturation. À la fin du xixe siècle, étudier est proche de moderne au sens de l’Occident et parfois dans une dimension de savoir-être plus que de connaissance. Ainsi, « liuxue est encore associé à une augmentation de capital symbolique dans les termes définis par la tradition intellectuelle et scientifique occidentale […] » (p. 159).

10Performance. Le sens signifie s’amuser ensemble, refaire des arts révolutionnaires comme activités corporelles de jeu et de respiration face aux évolutions de la société. Ceci vaut surtout pour les personnes âgées et recouvre une activité de socialisation articulée autour des moments clés de la période révolutionnaire.

11Héros/Héroïne. La notion est discutée à travers les époques et les régimes et retrace la place de l’héroïne dans la culture impériale, républicaine et communiste. L’auteur montre la perception de la femme et le glissement de sens. À cet égard, la période révolutionnaire donne à la femme une place politique, inutile après propagandage, qui intègre tous les éléments symboliques de la période.

12Nature, ziran. C’est une réflexion entre le temps long, la logique politique du régime et la réalité de la croissance chinoise. L’argument « civilisation écologique » se trouve pris dans une contradiction entre le contenu et la réalité du modèle de la croissance chinoise, illustrée par les exemples de pollution des villes, des eaux et autres dégâts. Il y a ici une forte tension entre un discours volontariste affiché et une réalité difficile. Cet écart, comme bien d’autres du régime actuel, est l’un des éléments contribuant à la compréhension de la Chine contemporaine.

13Civilisation, wenming. Comme d’autres, ce mot contient une forte charge de progrès et de civilisation tout en proposant une distinction entre civilisation matérielle et civilisation spirituelle. Et, « instrument rhétorique aux mains du pouvoir, wenming est en effet régulièrement adapté aux nécessités politiques du moment et participe à (re)définir, en permanence, l’ensemble des conventions (sociales, relationnelles, mais également morales, politiques) auxquelles le citoyen modèle est censé se conformer pour permettre le développement d’une nation moderne et “civilisée” » (p. 409).

14Divisé en trois parties – « Mots de la modernité », « Mots anciens, sens nouveaux » et « Nouveaux mots du pouvoir » –, ce livre permet deux conclusions. D’abord, les mots s’adaptent aux impératifs des différents pouvoirs qui règnent sur le pays au cours du temps. En Chine, plus qu’ailleurs, ce point est important. D’une part, parce que cette civilisation est attachée au sens des mots, comme le montrent les auteurs. Ensuite, parce que le régime communiste en place, comme ceux d’autres pays, est très attaché à en contrôler le sens. Cette combinaison en fait un cas assez unique dans l’histoire : le gouvernement fait de la langue un outil de gouvernance. Le lecteur me permettra ce raccourci : George Orwell l’a écrit, le gouvernement chinois l’a inscrit dans sa réalité.

15Ce même lecteur peut alors repartir avec l’élément suivant qui émerge : c’est sous le régime de Xi et X. Jinping que cette écriture et ce contrôle du sens des termes ont atteint leur apogée. À notre connaissance, c’est le premier exemple de désoccidentalisation réussie d’un mot, surtout pour le contenu des termes « modernité » et « civilisation ». Conforme à lui-même, dès 2012, le régime avait commencé ce travail avec le concept de soft power pour le proposer avec des caractéristiques chinoises, avec le succès que l’on sait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Arifon, « Vanessa Frangville, Françoise Lauwaert et Florent Villard (dirs), Mots de Chine. Ruptures, émergences, persistances »Questions de communication, 44 | 2023, 440-442.

Référence électronique

Olivier Arifon, « Vanessa Frangville, Françoise Lauwaert et Florent Villard (dirs), Mots de Chine. Ruptures, émergences, persistances »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33770 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33770

Haut de page

Auteur

Olivier Arifon

Université Côte-d’Azur, SIC.Lab Méditerranée, F-06000 Nice, France, olivier.arifon[at]pm.me

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search