Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureLangue, discoursBuata B. Malela, Les Discours lit...

Notes de lecture
Langue, discours

Buata B. Malela, Les Discours littéraires francophones. Réseaux, esthétiques et postures

Amine El Alami
p. 444-445
Référence(s) :

Buata B. Malela, Les Discours littéraires francophones. Réseaux, esthétiques et postures . Paris, Hermann, 2021, 170 pages

Texte intégral

1En vue de mettre en exergue les modalités d’analyse des textes littéraires dans un contexte socio-politique bien précis, l’essai fait appel à des notions inhérentes à l’analyse du discours littéraire, notamment les paramètres du discours, l’ethos et les postures. En d’autres termes, il examine le rapport qu’entretient le texte littéraire francophone au contexte culturel, social et politique dans les pays francophones de l’Afrique, par le biais de l’analyse des pratiques langagières, des textes et des contextes, au cours du xxe et du xxie siècles. L’objectif ultime est double : discuter le texte et le contexte, mais aussi réfléchir à la possibilité d’une science des œuvres culturelles francophones, avec pour toile de fond la relation entre l’œuvre et le contexte. Ainsi sont mises en évidence les conditions sociales de la production littéraire francophone et la production elle-même, du moment que le souci primordial de l’auteur est d’approcher les productions littéraires et artistiques sous l’angle de l’analyse du discours, tout en apportant un éclairage sur le rapport établi avec l’esthétique classique, en dehors de son existence physique.

2En effet, la relation du texte au contexte dans le cadre culturel francophone incite à s’interroger sur le processus de création, sur les institutions littéraires, appelées « les réseaux », et sur les fonctionnements textuels, dits « les esthétiques ». Donc, il s’agit d’une double analyse esthétique : une analyse du discours littéraire et du discours social, dans un espace francophone à la fois varié et variable. De là, la question centrale demeure l’éventuel rapport entre le réseau intellectuel et les formes ou les thèmes, dans le sens où le réseau intellectuel correspond au contexte social, culturel et littéraire, alors que les formes et les thèmes renvoient essentiellement à l’œuvre ou au texte.

3Pour ce faire, l’auteur se livre à tout un travail de définition et de redéfinition en vue d’expliciter davantage sa démarche méthodologique et d’élucider les fondements de son approche analytique. Ainsi, une première précision semble importante : la notion du discours englobe les pratiques langagières, tandis que l’appellation « réseaux francophones » se veut une qualification de la France hexagonale et de ses ex-colonies africaines. En outre, il faut signaler que l’objectif ultime de cette démarche de : « parvenir à une théorie générale, cohérente, fruit d’une construction patiente, qui trouve bon de relire les discours littéraires francophones à partir d’un point de vue ni externe, ni interne, mais bien relationnel » (p. 9-10). Interroger la production littéraire francophone, ainsi que ses conditions sociales, incite l’auteur à proposer une modalité de lecture instable des œuvres littéraires francophones en Afrique, tout en s’attardant sur les relectures des productions culturelles et sur la théorie du champ.

4Selon B. B. Malela, l’étude des mécanismes de ces notions aide à révéler l’identité sociale, littéraire et politique de l’écrivain francophone. De l’autre côté, le corpus examiné est de nature hétérogène, car il englobe le réseau littéraire parisien, un réseau d’agents qui incarnent les forces principales les plus actives dans le microcosme littéraire afro-antillais (le contexte), à Paris, entre 1920 et 1960. C’est ainsi que l’auteur a pu introduire des concepts et des notions propres au champ littéraire francophone, tout en adoptant une répartition selon des chantiers théoriques ; lesquels chantiers sont proposés en vue d’analyser les thématiques clés de la production intellectuelle, littéraire et artistique de l’Afrique francophone, notamment : le processus de subjectivation, la quête de liberté, le mythe de l’Afrique, le voyage, la nature, l’espace, la modernité, la colonialité du pouvoir et de l’être, le sujet, l’auteur, la mondialisation, la violence, l’oralité, la musique, les représentations sociales des questions littéraire et politique.

5En ce sens, les œuvres proposées à l’analyse sont abordées par le biais des conditions sociales de leur production, relecture des productions culturelles via trois chantiers : le premier se veut une réflexion sur la théorie du champ, en plus de penser la dispersion du corpus littéraire francophone et les modalités de son unité, tandis que, dans le deuxième chantier, l’auteur vise à expliciter la relation texte/contexte à partir du corpus (plusieurs thèmes et concepts) ; le troisième chantier examine la notion de posture et de discours littéraire et artistique dans l’Afrique francophone en particulier. Parallèlement, l’auteur définit le concept de « configuration » : « Les configurations sont donc des modes de régulation de la complexité du discours littéraire, ou bien une manière simplifiée d’approcher le fait littéraire » (p. 17). La démarche de B. B. Malela cherche à proposer une alternative des deux modes de lecture des faits littéraires, jugés dépassés selon lui. Autrement dit, il appelle à se méfier de la lecture interne des œuvres littéraires francophones (la tradition formaliste) soutenue par la logique de l’institution universitaire et qui repose essentiellement sur le commentaire de textes littéraires au point de les sacraliser.

6Selon l’auteur ceci dit, ni l’analyse du texte – d’inspiration formaliste russe –, ni la méthode biographique sur laquelle est axée la lecture externe, qui est d’inspiration marxiste, peuvent approcher pleinement le fait littéraire francophone. Pourtant, la biographie reste l’élément déterminant qui organise la vie littéraire de tout écrivain. Donc, la vie des écrivains francophones de l’Afrique est gouvernée par la logique du reflet ou ce que B. B. Malela nomme « la logique du miroir », du moment que « l’œuvre se présente comme l’expression symbolique du monde social ou d’un groupe social sans que celui-ci en soit nécessairement conscient » (p. 20). Tout compte fait, seule une approche transdisciplinaire peut résoudre le réductionnisme qui sévit dans le champ de l’analyse du discours littéraire francophone. En abordant la relation entre le texte et le contexte, le discours littéraire francophone met en avant la logique du reflet, qui signifie que la liaison est établie entre le contexte social, culturel et littéraire, dit « réseau intellectuel », et les œuvres ou les textes, dits les « formes » ou les « thèmes ».

7L’analyse du discours, d’une part, la philosophie relationnelle, de l’autre, voilà les deux piliers de l’analyse que propose l’ouvrage dont le constat clé est le suivant : le discours littéraire est une variante du discours social, lieu d’élaboration de multiples expériences et représentations culturelles. Ces expériences sont approchées en se référant à l’étude des réseaux comme méthode privilégiée en vue de lire les œuvres francophones. En conséquence, B. B. Malela invite à mener une réflexion sur la manière d’être artiste et de porter le discours artistique, particulièrement dans la culture populaire, et à dépasser la doxa impressionniste qui accentue davantage les approches réductionnistes en matière d’études littéraires propres à l’espace francophone. En somme, le discours littéraire s’avère une manière d’aborder la littérature et de restituer les productions dans l’espace qui les rend possibles, comme les institutions, le réseau et le statut de l’écrivain. Des éléments qui nous renvoient directement vers la notion de posture et celle de l’ethos.

8L’analyse du fait littéraire dans l’espace culturel francophone révèle la présence des postures et d’ethos littéraire et discursif relatifs aux discours multiples (discours artistique et littéraire, discours politique, discours francophones pluriels). Deux questions s’imposent alors : « Comment ont-ils procédé pour construire leur discours sur l’Afrique et quels liens directs ou indirects avec le politique ? Quelle est la nature de la liaison entre littérature et politique ? » (p. 128). En effet, l’ethos est mis en place par les agents mobilisés dans l’objectif de produire une énonciation à la première personne du singulier (je) et, surtout, pour confirmer l’identité culturelle des Africains, celle de la communauté des afrodescendants dans le monde entier, dans une société dite postcoloniale où la mondialisation a fait de l’Afrique des marges décousues. En corrélation, la posture des écrivains capables de garantir leur ancrage dans les enjeux de l’ordre temporel (politique, sociale) et ceux de l’ordre symbolique (littéraire, culturelle, intellectuelle) ; lesquels écrivains s’engagent dans une démarche de prise de position générale et particulière pour mettre en relief les points de jonction et de disjonction dans l’espace culturel francophone, ce qui facilite en quelque sorte l’analyse esthétique des objets de la littérature et de la culture francophone et favorise le schématisme relationnel. En effet, l’auteur cite quelques figures de proue, notamment Alain Mabanckou, Michel Houellebecq, Alioum Fantouré, In Koli Jean Bofane, Chéri Samba, Scholastique Mukasonga, Fawzia Zouari, Calixthe Beyala, Christine Angot et Édouard Glissant, entre autres. Force est de constater alors qu’il est commode de s’établir des liens entre les mondes littéraire et artistique grâce à la posture et à la notion de réseau. En revanche, le recours à la posture invite à une ouverture vers le champ de « l’ethnologie du littéraire » qui conçoit les textes littéraires comme des univers culturels spécifiques, des mondes verbaux polyphoniques, des bricolages symboliques plus ou moins singuliers.

9Dans le tourbillon de la mondialisation et du dialogue interculturel/intercivilisationnel, la notion de posture est apte à être utilisée lorsqu’elle se caractérise par des généralités discursives, individualistes – en ce qu’elle a trait au corps et à la subjectivité – et mélancoliques lorsqu’elle indique l’instabilité du sujet ou bien se réfère à la mémoire, au moment même où la littérature francophone fait davantage appel à d’autres modalités de lecture et de relecture des textes et de contextes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amine El Alami, « Buata B. Malela, Les Discours littéraires francophones. Réseaux, esthétiques et postures »Questions de communication, 44 | 2023, 444-445.

Référence électronique

Amine El Alami, « Buata B. Malela, Les Discours littéraires francophones. Réseaux, esthétiques et postures »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33788 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33788

Haut de page

Auteur

Amine El Alami

Université Hassan 1er, Ensab, Lideal, MA-26000 Berrechid, Maroc, elalaminet[at]hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search