Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureLangue, discoursOlivier Mannoni, Traduire Hitler

Notes de lecture
Langue, discours

Olivier Mannoni, Traduire Hitler

Pierre Morelli
p. 446-449
Référence(s) :

Olivier Mannoni, Traduire Hitler. Paris, H. d’Ormesson, coll. Controverses, 2022, 125 pages

Texte intégral

1Dans Traduire Hitler, Olivier Mannoni, germaniste, traducteur de nombreux philosophes, sociologues et historiens allemands et grand spécialiste des textes du Troisième Reich, dévoile les coulisses de sa traduction en français de Mein Kampf. Cette redoutable tâche l’a conduit à prendre de lourdes décisions qu’il relate dans cet opus de 125 pages, à travers cinq chapitres, associant le lecteur aux difficultés d’habiter un écrit aussi sulfureux qu’indigeste et agressif qui va le hanter dix années durant. La violence ne se limite pas ici aux propos du futur chancelier et dictateur développés dans ce livre de haine (p. 13), « fétiche maléfique » (p. 14) dans lequel s’exprime « la monstrueuse frustration d’un petit politicien raté qui a décidé d’y réécrire sa biographie civile et militaire » (ibid.). Elle réside aussi dans le principe même d’entreprendre la traduction, labeur violemment discuté dans la sphère médiatique. Traducteur expérimenté rompu aux subtilités linguistiques de la langue allemande, O. Mannoni fut confronté à une commande impérieuse et paradoxale : restituer, de la manière la plus fidèle qui soit, les imperfections mêmes du style d’Adolf Hitler. Par principe tout traducteur s’emploie, faut-il le rappeler, à lisser le texte, à en gommer les maladresses afin de le rendre compréhensible pour le lecteur. Pareille tâche devient particulièrement ardue ici tant, aux dires d’O. Mannoni, la syntaxe d’origine est catastrophique et tant les propos sont alourdis par une médiocrité lexicale et un goût prononcé pour les barbarismes.

2La question de la traduction de ce pamphlet politique, qu’A. Hitler avait commencé en prison et rédigé entre 1924 et 1925, s’est posée et imposée alors qu’au 1er janvier 2016, sa publication devenait libre de droit. Il faut préciser que cet ouvrage sulfureux n’a, dans le monde entier, presque jamais été traduit (p. 9). Pareil exercice devient alors une gageure face aux idées extrémistes et négationnistes qui peuplent les réseaux sociaux. Ne risque-t-on pas de redonner à Mein Kampf une aura médiatique, de favoriser la réintroduction de ses idées funestes voire de le « Re-hitlériser » (p. 54) ?

3Le traducteur disposait « de photocopies du texte original de 1924 en Fraktur » (p. 31), caractère appelé à tort « gothique » en France (p. 32), ce qui en atteste l’authenticité, et d’un exemplaire de l’édition française publiée en 1934 aux Nouvelles Éditions latines qu’il n’a pas utilisé, préférant ne travailler exclusivement qu’à partir de l’original. Cette précaution historique et scientifique est bienvenue puisque, pour des raisons politiques évidentes, la traduction de 1934 « gomme l’illisible » (p. 10). En effet, voulant être adaptée au lecteur français de l’époque, elle déforme et exagère les propos du futur dictateur à grands coups d’envolées lyriques du traducteur des années 1930, sensible aux idées d’extrême droite. Ce qui caractérise l’édition originelle de Mein Kampf, insiste O. Mannoni, c’est avant tout son illisibilité, les lourdeurs de style qui font fi des subtilités propres à la langue allemande et notamment sa propension à nuancer le propos. Dans Mein Kampf, la langue de Goethe et de Schiller est asservie au profit d’une visée politique que le traducteur connait bien pour avoir traduit une cinquantaine d’ouvrages consacrés aux exactions nazies. On comprend alors aisément pourquoi, sollicité par l’historien et éditeur Fabrice d’Almeida, O. Mannoni va entreprendre cette traduction à la condition sine qua non qu’elle soit encadrée « par un appareil critique solide établi par des historiens incontestés » (p. 31). Réalisée deux ans durant sans remarque ni demande de correction (p. 33), cette tâche ingrate, tant le livre est pénible à lire, sera par la suite totalement à reprendre. Succédant à la direction scientifique du projet d’édition, l’historien Florent Brayard demandera en effet à O. Mannoni de retravailler complètement les mille deux cents feuillets de Mein Kampf de manière à restituer le livre « dans l’état […] où A. Hitler l’a laissé en 1925 : bourbeux, criblé de fautes et de répétitions, souvent illisible, doté d’une syntaxe hasardeuse et truffé de tournures obsessionnelles » (p. 34).

4Pourquoi prendre autant de précautions dans la traduction de Mein Kampf, livre aussi mal écrit, pourra-t-on se demander ? Si, par essence, le traducteur s’engage, pour reprendre l’expression de Umberto Eco, à « dire presque la même chose » dans une autre langue (Dire quasi la stessa cosa. Esperienze di traduzione, Milano, Bompiani, 2003 [2000]), un écart inévitable et irréductible ne manque pas de se glisser entre l’original et la traduction. Le différentiel est généralement dû à l’interprétation du traducteur, à sa liberté de décider de renoncer par moment à une traduction mot à mot avec comme visée l’accessibilité du texte au lecteur. En effet, le traducteur s’engage dans une négociation entre sa compréhension du texte et l’écriture d’une version qui se veut fidèle d’une langue à une autre. Un an après avoir remis sa traduction, sommé d’être fidèle, non seulement au sens, mais aussi et surtout à la formulation des phrases, O. Mannoni dût reprendre intégralement la tâche. La négociation devint alors extraordinairement bridée car il fallait restituer au plus près la forme du texte publié au milieu des années 1920, avec ses aspérités, ses glissements sémantiques récurrents qui compliquent la compréhension mais constituent d’authentiques traces historiques de l’idéologie de l’époque. D’où la double injonction consistant à « laisser repousser, mais dans leur version française, les fleurs noires des marécages » (p. 35) et à retranscrire le plus fidèlement qu’il soit les imperfections stylistiques d’A. Hitler, la médiocrité lexicale et les barbarismes. Cette nouvelle traduction de Mein Kampf se veut alors une archive historique accessible pour le lecteur francophone.

5En 2021, est édité Historiciser le mal. Une édition critique de Mein Kampf (Paris, Fayard), une encyclopédie qui équipe la traduction de Mein Kampf réalisée par O. Mannoni d’un appareil critique substantiel prenant la forme « de notes, de longues introductions […] d’éclairages, de contextualisations, de rectifications des infinis mensonges du futur Chancelier du Troisième Reich » (p. 92). Les textes sont rédigés par une cinquantaine d’historiens travaillant sous la coordination de F. Brayard et Andreas Wirsching, éminent historien allemand. Cette production scientifique originale n’est accessible que sur commande, les bénéfices étant perçus par la Fondation Auschwitz-Birkenau.

6Composé de cinq parties aux titres fort explicites (« Incipit. L’invasion », « Le flot brun », « La tempête », « Le bourbier » et « Échos lugubres »), Traduire Hitler tisse un fil de contextualisation d’une autre nature que ceux proposés par les historiens français et allemands ayant collaboré à l’édition critique de Mein Kampf publiée en 2021 par Fayard. Cet essai expose les effets produits par la rencontre entre O. Mannoni et cet ouvrage qu’il va côtoyer et « dont on ose à peine prononcer le nom » (p. 9) mais dont, pour Johann Chapoutot et d’autres historiens, le rôle central dans l’histoire du nazisme est loin d’être démontré (p. 90). L’essai Traduire Hitler présente les questions techniques et historiques posées par la traduction de Mein Kampf et explicite les enjeux politiques et mémoriels de la republication de cet objet « fétiche » (p. 11 et p. 14) diffusé à douze millions d’exemplaires en Allemagne. Si « la portée, le parcours sulfureux et “l’aura maléfique” […] avaient depuis longtemps dépassé le contenu » (p. 11), précise O. Mannoni, le livre n’a pas été jeté, certains l’auraient brûlé, d’autres l’auraient « enterré, comme pour le désactiver » (p. 12) et ceux l’ayant conservé en auraient peur « comme d’un talisman susceptible de se réveiller en pleine nuit » (ibid.).

7Après un premier chapitre faisant figure d’introduction générale, O. Mannoni raconte, dans « Le flot brun », son parcours de traducteur, ce qui atteste de son expertise dans le domaine de la traduction de l’allemand et plus précisément des textes liés au Troisième Reich. Il rappelle les nombreuses facettes du nazisme qu’il a rencontrées au fil de ses travaux : l’antisémitisme en Allemagne, la sociologie et l’organisation des camps de concentration, les expérimentations médicales inhumaines, les méthodes de manipulation des foules…

8Le chapitre suivant (« La tempête ») relate la tourmente médiatique dans laquelle O. Mannoni se retrouve lorsque son nom fut inopinément dévoilé à l’automne 2015, par le magazine Livres Hebdo, malgré l’engagement de l’éditeur à maintenir le secret pour des raisons de sécurité. L’article fait état de la rupture entre F. d’Almeida et Sophie de Closets, alors présidente des éditions Fayard. Il porte sur la place publique la question de l’opportunité d’engager le projet de traduction de Mein Kampf, travail en proie à un climat de doute scientifique partagé par des historiens et des décideurs politiques (p. 48). Dans l’arène médiatique, d’autres papiers viennent nourrir les controverses, à commencer par « un article erroné du Figaro » (p. 41), texte effacé par la suite et qui confond date de parution de l’édition critique et date de libération des droits de Mein Kampf dans le domaine public, alors que les médias et certains hommes politiques découvrent le projet d’édition. Présentée comme imminente, la sortie de l’édition augmentée par un appareil critique alimente pendant près d’un trimestre des controverses médiatico-politiques, tant le titre Mein Kampf est anxiogène. Le candidat Jean-Luc Mélenchon va même jusqu’à condamner d’avance l’idée (« Non ! Pas “Mein Kampf” quand il y a déjà Le Pen ! » [p. 39]), ignorant l’existence d’une version traduite en 1934 dépourvue d’appareil critique ainsi que, paradoxalement, l’opposition d’A. Hitler lui-même à pareille entreprise en son temps (ibid.). Les nombreux débats politico-médiatiques portant sur le bien-fondé de cette encyclopédie critique éludent alors les questions de fond. La traduction étant à reprendre intégralement, il faut attendre 2021 pour la finalisation du projet.

9Le chapitre « Le bourbier » montre, exemples à l’appui, combien la langue allemande fut martyrisée par les auteurs nazis, combien sa polysémie qui offre pourtant aux traducteurs « une infinie palette de nuances » (p. 74) fut dévoyée. Sous leur plume, la langue allemande est pervertie, « manipulée » (p. 94). Sa syntaxe se prêtant « assez bien au maniement de l’extrême complexité dépourvue de fond » (p. 82), l’allemand devient pour les nazis une arme redoutable au service de l’endoctrinement, de la désinformation et de la haine de l’autre, en particulier le Juif. Pour O. Mannoni, les nazis manipulent la langue allemande. Compliquer le propos pour cacher les faiblesses de l’argumentation, tel fut le mécanisme retenu. Rédigé dans un style volontairement lourd, Mein Kampf en constitue un exemple flagrant : au lieu d’introduire des nuances et d’articuler les propositions entre elles, il complique voire condamne d’avance la compréhension (p. 79-80). S’appuyant sur plusieurs passages qu’il dissèque, O. Mannoni présente le « chaos syntaxique et intellectuel » (p. 83) auquel il a eu affaire, une rhétorique particulière qui, du fait de la complexité syntaxique et grammaticale, veut donner l’impression d’une profondeur intellectuelle mais qui est en vérité destinée à assommer le lecteur (p. 85). On comprend alors combien la tentation d’interprétation, que tout traducteur serait amené à engager face à de telles faiblesses textuelles, est forte, initiative qu’O. Mannoni doit désormais s’interdire (p. 80-81). Si, selon le dicton italien, « traduire c’est trahir » (traduttore traditore), ici la traduction ne doit modifier, réduire ou exagérer ni la forme ni les imperfections du texte initial. Dans sa seconde version, la traduction de Mein Kampf doit donc restituer au plus près les scories, les aspérités, les lourdeurs, les incohérences et les approximations propres à la langue du nazisme afin de comprendre pourquoi, pour brutale et arbitraire (p. 64) qu’elle soit, ces paroles performent. Englués dans des théorisations fumeuses, insiste l’auteur, les mots de Joseph Goebbels, Alfred Rosenberg et Heinrich Himmler (p. 64-67) font appel à des émotions primitives, ce qui participe d’une réécriture de l’histoire au service d’une idéologie radicale faisant peu de cas de la réalité mais qui atteint son but. Le travail critique consiste alors à démonter les mécanismes communicationnels à l’œuvre. Chez les acteurs de la propagande nazie, ce qui surprend est la médiocrité des personnages qu’ils représentent. L’auteur les qualifie d’« intellectuellement lamentables » (p. 66), utilisant le langage pour accéder au pouvoir et pousser à des crimes monstrueux qu’ils délèguent à « une armée de centaines de milliers de tueurs » (ibid.). Pour O. Mannoni, les nazis sont passés maîtres dans la production de vocables destinés à « déguiser la réalité de leurs crimes » (p. 69), d’abréviations et de néologismes parlants pour les acteurs de la machine d’extermination mais inintelligibles pour les personnes extérieures au régime. Ils privilégient les sens cachés (p. 68-69), cultivant l’art du non-dit (p. 73) et du codage à destination « d’hommes qui n’ont besoin d’aucune traduction pour comprendre le message » (ibid.). O. Mannoni renvoie aussi à LTI (Lingua Tertii Imperii [La Langue du Troisième Reich]), l’imposant ouvrage de Victor Klemperer publié en 1947 dans lequel la langue du Troisième Reich est qualifiée de « langue d’acier » qui enferme la réalité dans un jargon réservé aux initiés et qui transpire la haine « de l’autre et de la différence » (p. 76). Cette référence conduit alors à une mise en garde : traduire A. Hitler et les dignitaires nazis « n’est pas traduire de l’allemand » mais traduire une « langue manipulée au service d’un totalitarisme […] destinée à faire peur […] tromper, mentir […] abrutir » (p. 76-77). Dans Mein Kampf, prenant toutes libertés avec les faits historiques, A. Hitler s’emploie en effet à construire une « réalité alternative » (p. 84) façonnée à force « d’arguments fallacieux ou mensongers » (p. 86), à travers laquelle il se présente comme un orphelin persécuté, notamment par les Juifs, et qui, par ses actes héroïques, devient le héraut qui va guider le peuple allemand (le Führer).

10Bénéficiant de multiples interactions avec F. Brayard et l’équipe d’historiens d’Historiciser le mal, la seconde traduction de Mein Kampf participe donc d’un « travail de mémoire […] fort utile aujourd’hui alors que les thèses complotistes gangrènent le débat public et la vie en société » (p. 93). En outre, le traducteur souligne en outre que les dévoiements idéologiques et les arrangements avec la vérité qui peuplent les écrits nazis en général et Mein Kampf en particulier se retrouvent dans bon nombre d’écrits révisionnistes contemporains, cela montre combien certains mécanismes de communication actuels plongent leurs racines dans l’idéologie et le savoir-faire nazis.

11Le dernier chapitre (« Échos lugubres ») établit un lien avec la montée de l’extrême droite en France à partir des années 1980, mouvement politique dont la stratégie médiatique reprend les principes communicationnels nazis, redoutablement inventifs d’après O. Mannoni (p. 62-63) : l’art de disséminer de petites phrases percutantes et choquantes destinées à être reprises, à faire écho et qui augmentent la popularité des idées extrémistes. L’auteur se réfère notamment aux dérapages perçus ou avérés de Jean-Marie Le Pen et de différents candidats du Front national, ainsi qu’au fantasme du « grand remplacement » faisant florès dans les écrits d’extrême droite et dont la paternité serait indûment attribuée à l’écrivain nationaliste Renaud Camus. À bien y regarder, nous dit l’auteur, cette obsession figure déjà dans un chapitre de Mein Kampf qui dénonce le remplacement des Aryens par une population « nomade » (p. 105) et parasite venue occuper le pays et amenée à se sédentariser. Cette idée sera reprise par le candidat Éric Zemmour à l’élection présidentielle de 2022 proposant dans son projet la création d’un « ministère de la Remigration » (p. 107), terme emprunté au « “Bloc identitaire” néonazi » (ibid.). Ce projet confirme que les mécanismes politico-communicationnels inventés par les nazis sont toujours à l’œuvre. En effet, les préjugés racistes de Mein Kampf sont présents et menaçants, insiste l’auteur, tout comme le profond dédain exprimé par certains à l’encontre du savoir et des scientifiques (p. 111). Fait aggravant, la « remontée des égouts de l’histoire » (p. 112) fait peu réagir, ce qui rend d’autant plus précieux le travail des historiens : ramener à la source, étudier et exposer les faits et les commenter en contexte.

12Traduire Hitler se termine par un parallèle entre le dictateur allemand et la grossièreté de la posture et des propos du président des États-Unis Donald Trump qui privilégie les faits alternatifs à la réalité et inscrit dans son projet politique le complotisme (p. 121) qu’il revitalise et exacerbe. Prisant le premier degré, le 45e président des États-Unis s’interdit toute référence culturelle. Il martèle des vérités hautement contestables à travers un langage simpliste et sans se soucier du ridicule (p. 117). Or, comme le font les écrits nazis, à coup de conclusions réductrices et abrutes, de vérités « aussi définitives qu’inconsistantes » (p. 119) présentées comme le fruit d’intenses réflexions, les simplifications du discours conduisent à la violence et favorisent l’endoctrinement des masses.

13Traduire A. Hitler, c’est donc « s’armer contre ses épigones contemporains » (p. 214). C’est rappeler combien la question du langage est cruciale car les mots peuvent tromper, mentir, blesser et tuer. N’en déplaise aux dénigreurs du savoir et de la science que sont ou qu’ont été A. Hitler et D. Trump, il faut des savants, des écrivains, des enseignants et des traducteurs (p. 123) pour (re)définir et faire parler les mots, d’où l’importance de les mettre au service de la recherche scientifique, donc de la collectivité : plaidoyer salutaire qui conclut l’essai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Morelli, « Olivier Mannoni, Traduire Hitler »Questions de communication, 44 | 2023, 446-449.

Référence électronique

Pierre Morelli, « Olivier Mannoni, Traduire Hitler »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33803 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33803

Haut de page

Auteur

Pierre Morelli

Université de Lorraine, Crem, F-57000 Metz, France, pierre.morelli[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search