Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureLangue, discoursAnne Régent-Susini et Yana Grinsh...

Notes de lecture
Langue, discours

Anne Régent-Susini et Yana Grinshpun (dirs), L’Indignation entre polémique et controverse

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021, 254 pages.
Jean-Louis Chiss
p. 456-459
Référence(s) :

Anne Régent-Susini et Yana Grinshpun (dirs), L’Indignation entre polémique et controverse, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2021, 254 pages.

Texte intégral

1Publié par les Presses Sorbonne Nouvelle, l’ouvrage réunit sept autrices et auteurs (sur quatorze) ayant appartenu ou appartenant à l’université éditrice (pour l’essentiel au même département) – sans doute ces proximités institutionnelles ont-elles favorisé les collaborations scientifiques. L’opus est divisé en trois parties : « L’indignation : entre conceptualisation et cas limites » ; « L’indignation : une émotion politique » ; « La langue, objet d’indignation ». Le titre suscite une certaine perplexité : on ne sait pas ce que signifie l’identité et l’inversion des termes par rapport à l’ouvrage de Patrick Charaudeau (Le Débat public. Entre controverse et polémique. Enjeu de vérité, enjeu de pouvoir, Limoges, Lambert-Lucas, 2017), connu des coordinatrices et cité par plusieurs contributeurs.

2Les maîtresses d’œuvre, Anne Régent-Susini et Yana Grinshpun, y signent ce qu’on peut appeler, faute d’indication précise sur son statut, le texte de cadrage (« L’indignation, entre émotion et construction », p. 8-24). Ce texte initial ne se contente pas de « présenter » les articles et les problématiques qui les fondent, mais les inscrit dans un ensemble de travaux conceptualisant l’indignation. Cette émotion « foncièrement idéologique » (p. 9) est source de rassemblement et donc de démarcations tout en apparaissant solidaire d’une montée contemporaine de la subjectivité. Le sujet « ému » procède à une simplification de son discours qui justifie souvent l’énoncé par l’énonciation.

3La contribution de Georgeta Cislaru (« L’indignation est-elle une colère comme les autres ? Une étude sémantique », p. 27-46) cherche à spécifier le « concept » (?) par distinction avec ces autres émotions ou sentiments que sont la colère ou le ressentiment à l’aide du jeu entre ces trois instances que sont l’ethos, le pathos et le logos. Elle en marque le caractère intrinsèquement discursif (repris dans la troisième partie) et propose trois illustrations : l’abbé Pierre, Nicolas Hulot et Greta Thunberg. Elle évoque le fameux Indignez-vous de Stéphane Hessel (Montpellier, Éd. Indigène, 2010) – examiné plusieurs fois dans l’ouvrage – et qu’on peut situer comme la matrice d’une historicité contemporaine de l’indignation.

4La contribution d’Emmanuelle Damblon (p. 47-60) – plus appropriée à la deuxième partie – s’inscrit dans une histoire théorique plus longue qui va de la Rhétorique d’Aristote à la « Nouvelle Rhétorique » de Chaïm Perelman (avec Lucie Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation, la nouvelle rhétorique, Presses universitaires de France, Paris, 1958). C’est l’occasion de pratiquer là aussi une démarcation avec les figures de l’ « envie » ou du « ressentiment » jusqu’à l’ « indifférence ». Comment ne pas songer au discours ambiant autour de la réforme des retraites qui dépeint le « peuple » (la « foule » ?) oscillant entre colère et résignation. Revenant dans la deuxième partie de son article sur le succès foudroyant de l’opuscule de S. Hessel, générateur de mouvements politiques parfois éphémères, E. Damblon mentionne la dérive nihiliste et violente que représente l’incarnation dans la figure du Joker (dans le film éponyme de Todd Philips), vengeur des frustrations et des inégalités qui heurtaient la sensibilité de S. Hessel. Très loin de ses « intentions », dit-elle. Peut-être, puisque l’ancien résistant et diplomate n’était pas un théoricien de la réception… Sans doute, la machine à alimenter le ressentiment n’est-elle pas l’apanage des régimes totalitaires. Dans un lumineux et très court essai écrit en 1937, Menno ter Braak, intellectuel néerlandais, analyse le national-socialisme comme une « doctrine de la rancune » (Le National-socialisme. Doctrine de la rancune, trad. du néerlandais par Pierre-Marie Finkelstein, rééd. Éd. La Barque, 2022), ce qui a déjà été avancé et discuté. Il montre surtout la présence de cette disposition comme consubstantielle aux sociétés démocratiques, comme omniprésente dès lors que l’idéal d’égalité prévaut : rien ne saurait étancher le ressentiment et surtout pas une satisfaction partielle des revendications.

5Dans une contribution approfondie (p. 61-76), Ruth Amossy revient sur le cas de l’écrivain italien Curzio Malaparte, sans citer l’écrivain et philosophe Pierre Pachet et son Conversations à Jassy (Paris, Maurice Nadeau, 1997) ni les pages que lui consacre le journaliste et écrivain Lionel Duroy dans Eugenia (Paris, Julliard, 2018). Cela aurait enrichi son questionnement : « Faut-il se montrer indigné pour indigner ? L’exemple d’un récit de pogrom dans Kaputt de Malaparte ». Il reste que R. Amossy met en avant la nécessaire prise en compte de la doxa de l’auditoire à qui s’adresse « l’indigné » et des modalités énonciatives, ici la froideur descriptive du narrateur puis sa poétisation de l’événement. Il faut sûrement se montrer indigné pour indigner, mais comment ? Vis-à-vis de qui ? Et qui est celui qui tient le rôle ? Au-delà du cas de C. Malaparte, des ambiguïtés du personnage et de l’exercice du mentir-vrai (voir, par exemple, « Curzio Malaparte, témoin et visionnaire », Cahiers d’études italiennes, 24) se maintient la question de la représentation de l’horreur qu’ont illustrée, entre autres auteurs, aux extrémités du spectre, Claude Lanzmann et Jonathan Littel.

6Avec le bel article de Marc Hersant (« Saint-Simon et Meslier : deux grandes figures de l’indignation à l’époque des Lumières », (p. 77-97), nous voici de retour au xviiie siècle où l’auteur rapproche deux figures éclatantes d’un style de l’indignation dans le déploiement de l’énergie émotive. Nécessairement, les « objets » d’indignation cèdent le pas aux « crises » d’indignation comme constructions rhétoriques (c’est le propre des crises) qui, chez Saint-Simon, ne recherchent pas l’adhésion de l’auditoire potentiel. Le comment l’a emporté, seule nous intéresse la manière dont s’illustre « le génie de l’indignation » (p. 97), même si le destinateur nous rappelle sa position de témoin (« il a vu ») dont on sait, depuis les interrogations contemporaines sur la « littérature de témoignage », la revendication d’authenticité qu’elle emporte au-delà de l’examen de ses fragilités. C’est aussi cette catégorie de l’authenticité que met en débat la problématique de l’indignation, ici comme ailleurs.

7En ouverture de la deuxième partie de l’ouvrage, et après Saint-Simon, se dresse la figure de Victor Hugo, avant celle d’Émile Zola, dans la galerie des grands Indignés. Myriam Roman intitule sa contribution « Risques et périls de la Muse Indignation : Victor Hugo » (p. 101-121) et examine les fonctions de l’indignation dans son œuvre, qu’il s’agisse de la réaction à la misère et l’injustice dans Les Misérables (Paris, Hetzel-Quantin, 1880-1889) ou de la juste colère à l’égard de l’Empereur dans Châtiments (Paris, A. Lemerre, 1853). Le plaidoyer en faveur de son fils, comme les envolées politiques à la Chambre des députés, révèlent une forme d’ubris qui constitue la face sombre d’une indignation que tempère la pitié, une complémentarité déjà théorisée par Aristote. Si, suivant le slogan de Mai 1968, « on a toujours raison de se révolter », a-t-on toujours raison de s’indigner ?

8C’est bien cette double face de l’indignation (justice et violence) qui sert d’entrée à Alain Pagès dans son texte intitulé « Émile Zola : ʺvivre indignéʺ… » (p. 123-133) et qui montre un É. Zola intitulant son premier recueil critique Mes Haines (Paris, A. Faure, 1866). Connotée positivement, la haine apparait comme une force, une espèce d’élan vital qui se prévaut de la sincérité, pente naturelle d’une indignation qui pourtant, au moment de l’affaire Dreyfus, tend à se rationaliser et s’ouvrir vers un espoir collectif. « L’indignation, et après ? » (p. 110) se demande M. Roman à propos de V. Hugo. Peut-être n’y a-t-il pas d’après s’il s’agit de « vivre indigné », mais la question ne se résume pas à l’ethos du sujet indigné.

9En effet, Catherine Brun nous rappelle la centralité d’autrui dans l’éthique de l’indignation et revient, après d’autres contributeurs, sur les raisons qui fondent cette émotion. Sa contribution (p. 135-148) « De quoi nous parle l’indignation ? L’exemple des débats sur la torture durant la guerre d’Algérie » s’appuie sur quatre textes connus de dénonciation de la torture où l’objet, le référent (la torture) tend à s’effacer derrière les motifs des indignés. Néanmoins, il s’agit d’un mouvement susceptible d’inclure les victimes comme d’autres nous-mêmes. Mais l’identification sincèrement émotionnelle aux victimes n’a plus bonne presse : l’empathie pour elles est désormais récusée au nom des appartenances communautaires. Il est interdit de se mettre à la place des autres, de s’y essayer en quelque manière, sous peine d’usurpation. Chacun doit rester à sa place avec ceux réputés être les siens.

10Quant à Roselyne Koren, elle étudie à son tour le texte de S. Hessel et surtout la réaction de l’avocat Sydney Chouraqui, résistant et défenseur des droits humains comme son interlocuteur. D’où le titre « Existe-t-il une éthique du discours indigné ? Ou quand un “compagnon de combat” juge son semblable ? » (p. 149-169). Le concert de louanges qui accompagne le manifeste Indignez-vous ! n’empêche pas les critiques portant sur la transformation d’un discours subjectif et discutable, éloigné de l’ « indignation éclairée » (p. 159), en un bréviaire de vérités assénées que ses « silences » et son intention punitive (à l’égard d’Israël) disqualifient largement. Les emportements indignés ne sauraient effacer la complexité du réel et justifier la sélection d’une seule cause au milieu des malheurs du monde.

11La troisième partie de l’ouvrage s’ouvre sur le regard porté par Delphine Denis sur une figure de la charnière xvie-xviie : « Le vitupère de Marie de Gournay : défense et illustration de la langue littéraire » (p. 173-183). Pourfendeuse indignée, après d’autres, de la « réforme linguistique » prônée par Vaugelas et l’Académie française, l’écrivaine et poète décline toutes les « qualités » d’une langue française dont le « génie » n’est pas exempt d’ambiguïtés et de contradictions, ainsi qu’il sied à toutes les idéologies linguistiques.

12Pour sa part, Gilles Siouffi montre dans son article l’originalité du débat public contemporain (« L’indignation sur les mots dans l’espace public : quelques réflexions », p. 185-201) marqué par les indignations suscitées par les « mots » porteurs de violence. « Le poids des mots, le choc des photos », c’était le slogan du magazine Paris Match. G. Siouffi s’attarde avec raison sur le verbe « choquer », signe d’une interpellation réussie. A-t-il remarqué un usage positif de ce verbe dans un certain sociolecte parisien ? « Je suis choqué par la beauté de ce tableau ». Il semble juste d’indiquer que le pouvoir du langage se décline sur deux plans : il fait violence et atteste ainsi de sa puissance. Mais pourquoi s’en tenir aux mots des « personnalités puissantes » ? (p. 201). Ne sommes-nous pas en permanence soumis de la part de tout un chacun à ce qui peut être appelé pudiquement des « abus de langage » quand on assimile le sort des agriculteurs à un « génocide » ou les tirs de lacrymogènes à un « gazage » ? La force du langage, c’est le sens de l’historicité, ce dont ne manque pas, par ailleurs, G. Siouffi.

13C’est ce même sens de l’historicité que met en œuvre Sonia Branca-Rosoff quand elle examine « L’indignation contre le racisme dans la France du xxie siècle : sentiment de colère et arme politique » (p. 203-225). La pétition contre le « racisme » de V. Hugo (2017) a les vertus qu’on reconnaît à l’indignation mais méconnaît celles de la contextualisation. Elle autorise tous les renversements et la polémique subséquente ouvre à une forme de lutte de tous contre tous. Analysant d’autres déclarations autour de la « censure », du « politiquement correct » ou de l’« appropriation culturelle », S. Branca-Rosoff démonte la machine à fabriquer de la différenciation sur des bases ethniques, sur un fantasme, de pureté qui exclut tous les métissages. Il y a une langue de bois de l’indignation traduite dans un « jargon de l’authenticité », selon l’expression du philosophe allemand Theodor W. Adorno.

14La contribution d’Alain Rabatel clôt ce recueil en revenant sur une controverse scientifique, pédagogique et politique des années 2016-2017 déjà commentée (voir, en particulier, la livraison 175-176 de la revue Pratiques. Linguistique, littérature, didactique) : « Indignation contenue (ou hyperbolisée) en régime de controverse (ou de polémique) dans ʺl’Affaire du prédicatʺ » (p. 227-247). Le titre dit tout de l’affaire tout en reprenant les deux termes emblématiques de l’ouvrage (voir supra) dont il souligne la fragilité de leur opposition. Au fond, celle qu’A. Rabatel appelle la « controversiste » aura pour elle la force de conviction face aux clameurs aussi vives que confuses de ses détracteurs. Le débat ne confronte pas les passions à la raison (sur le plan scientifique et didactique la question sur le prédicat reste ouverte) : il illustre des postures différentes d’indigné·es et montre que la crédibilité est un enjeu.

15Trois réflexions pour conclure. Dans la continuité, noter, en songeant à certains comportements dans certaines enceintes (l’Assemblée nationale, par exemple) que le caractère répétitif des indignations de tribune (ou de façade) émousse la crédibilité, voire provoque la défiance, l’èthos indigné n’est pas un métier et ne fournit pas une politique. Ensuite souligner, comme les auteurs de ce recueil le savent bien, que la complexité des émotions politiques ne se résume pas à l’indignation : la honte, par exemple, a donné lieu à des analyses comme celles de Frédéric Gros (La Honte est un sentiment révolutionnaire, Paris, A. Michel, 2021), montrant cette ambivalence entre rage impuissante et moteur de l’action. Enfin regretter que les caricatures de Mahomet et le cortège d’empoignades autour du blasphème, de l’outrage, de l’offense n’aient pas été appréhendés dans cet ouvrage. Mais innombrables sont les objets d’indignation dans un monde marqué par l’appel éperdu à la reconnaissance et où se pose cette question : de quoi avons-nous le droit d’être fiers ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Chiss, « Anne Régent-Susini et Yana Grinshpun (dirs), L’Indignation entre polémique et controverse »Questions de communication, 44 | 2023, 456-459.

Référence électronique

Jean-Louis Chiss, « Anne Régent-Susini et Yana Grinshpun (dirs), L’Indignation entre polémique et controverse »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33840

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Chiss

Université Sorbonne Nouvelle, Diltec, F-75012 Paris, France, Jean-louis.chiss@sorbonne-nouvelle.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search