Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationGilles Antonowicz et Isabelle Mar...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Gilles Antonowicz et Isabelle Marin, La Fabrique des innocents. L’affaire Mis & Thiennot, histoire d’une manipulation médiatique

Paris, Éd. Les Belles Lettres, 2022, 207 pages
Philippe Martin
p. 459-460
Référence(s) :

Gilles Antonowicz et Isabelle Marin, La Fabrique des innocents. L’affaire Mis & Thiennot, histoire d’une manipulation médiatique. Paris, Éd. Les Belles Lettres, 2022, 207 pages

Texte intégral

1En ce temps où la justice se règle sur les réseaux sociaux, par articles de presse interposés ou par déclarations sensationnelles, la lecture de cet ouvrage est indispensable. Derrière un fait divers, il révèle les ressorts d’une société qui, trop souvent, cède à la compassion au risque d’oublier les preuves.

2Tout commence dans la nuit du 31 décembre 1946 : Louis Boistard, garde-chasse du château de Blizon appartenant à Jean Lebaudy, est tué, criblé de plombs. Très vite, les enquêteurs ont une certitude : c’est une vengeance perpétrée par des paysans locaux. Deux sont désignés : Raymond Mis et Gabriel Thiennot. Après interrogatoire de témoins, ils finissent par avouer. La presse s'empare de l’affaire. L’Écho – La Marseillaise, journal communiste, souligne la « diligence des inspecteurs [et] l’aide précieuse que leur a apporté la gendarmerie ». Il conclut : « Raymond Mis et Gabriel Thiennot ont fini par avouer leur forfait ». Le procès, en janvier 1947, mobilise deux ténors du barreau : André Le Troquer (1884-1963), qui sera ultérieurement président de l’Assemblée nationale, est l’avocat de la défense ; face à lui, Maurice Garçon (1889-1967), avocat et membre de l’Académie française. Le combat judiciaire est donc intense, loyal et rigoureux. Le verdict tombe : les deux accusés sont coupables. Des procès en appel menés entre 1947 et 1950 confirment les condamnations. Six requêtes en révision déposées entre 1980 et 2015 ont été rejetées, une dernière a été déposée en 2022. L’affaire semble entendue. Pourtant, beaucoup estiment que c’est une erreur judiciaire. Gilles Antonowicz et Isabelle Marin ne cherchent pas à explorer le sordide fait divers. Ils désirent avant tout démonter les mécanismes qui font d’une anecdote une « affaire », qui transforme ce qui peut sembler une évidence judiciaire en une pseudo-erreur judiciaire.

3Sont d’abord à l’œuvre les opérateurs de la révision. Le premier est Léandre Boizeau, enseignant, militant communiste, élu local, écrivain qui, en 1980, publie Ils sont innocents ! (Châteauroux, La Bouinotte Éd.). Le livre a une énorme répercussion ; il est suivi par la création d’un comité de défense de R. Mis et G. Thiennot. L’affaire est née. D’autres lui donnent ses lettres de gloire. Gilbert Collard, dans La Prière des juifs. Justice d’après-guerre : l’affaire Mis et Thiennot (Paris, Éd. Denoël, 1991), dénonce la torture dont auraient été victimes les témoins : à genoux des heures durant sur une règle qui fait horriblement mal ; un supplice cher aux nazis. Daniel Sarne, avec Le Crime des puissants. L’affaire Mis et Thiennot (Paris, J.-C. Lattès, 1995), s’en prend à une « justice de classe » : le « maître du château » qui se croit encore sous l’Ancien Régime fait condamner par les juges des pauvres. D’autres suivent, provoquant un véritable emballement médiatique. Sont oubliées les vraies victimes ; en particulier l’homme assassiné et son épouse devenue veuve. La société a choisi ses martyrs, ce seront R. Mis et G. Thiennot. L’heure est à la compassion, même si elle trahit la vérité.

4En effet, face à cette publicité, les faits sont distordus. Quarante ans après, des témoins apparaissent, d’autres reviennent sur leurs déclarations. L’un d’entre eux, enfant du pays, qui pendant l’enquête dîne chez un gendarme, déclare avoir été torturé par son hôte : est-ce bien logique ? Mange-t-on tranquillement la soupe dans le salon de son tortionnaire après une séance éprouvante ? Remercie-t-on sa femme pour un repas délicieux ? Des villageois se souviennent opportunément avoir entendu des cris de douleur sortir des caves de la gendarmerie ; ce que personne n’avait noté en 1946-1947. Les souvenirs sont si fragiles. Et puis, comment résister à des journalistes qui veulent entendre un discours qui vend, celui de l’erreur judiciaire ? Ceux qui tiennent un discours cohérent sont repoussés dans l’ombre, ignorés. Les plateaux de l’information ne délivrent qu’une donnée : R. Mis et G. Thiennot sont innocents, c’est une erreur judiciaire. La compassion fait plus recette que la vérité ; la facilité, voire la fainéantise intellectuelle, empêche d’aller aux sources, on se contente de la parole de ceux qui crient le plus fort ; les innombrables documents des procès sont négligés et, quand ils sont ouverts, tout ce qui ne correspond pas à la « nouvelle vérité » est repoussé. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à inventer, à tordre le déroulement des faits. Les explications les plus saugrenues apparaissent. Un chien a-t-il reniflé un tas de bois qu’une explication surgit : le corps de L. Boistard était caché dessous.

5L’édifice se justifie lui-même. Tout cela dissimulerait une profonde lutte des classes. J. Lebaudy serait un riche industriel, collaborateur avec l’occupant pendant la guerre, qui aurait voulu écraser toute velléité de révolte de la part d’une population chez laquelle le Parti communiste commençait à s’implanter. Pour faire un exemple propre à maintenir son pouvoir, il corrompt les gendarmes et désigne deux boucs émissaires. Cela semble logique. Mais quelle tromperie ! J. Lebaudy a été un actif résistant dont l’action a été unanimement saluée. C’est un homme proche de ceux qu’il emploie. Une réalité bien éloignée du portrait à charge. Si ce n’est pas une affaire politique, c’est une affaire de mœurs. La femme de L. Boistard aurait eu des amants et le crime serait l’acte d’un de ces mystérieux amoureux. Une fois de plus, une belle invention car nul en 1946 n’a imaginé un tel rebondissement rocambolesque. Et les affabulations se multiplient. On « désigne » même un coupable. Quelle importance puisque les principaux intéressés sont morts, incapables désormais de se défendre.

6Le climat est maintenant tel que les témoins de 1946-1947 changent leurs versions : ils se souviennent de bruits et de mouvements. Ils n’hésitent pas à se contredire, accusant les forces de l’ordre de les avoir malmenés… La pesanteur de l’affaire écrase tout ; nul ne veut aller contre la nouvelle parole ; celle qu’imposent médias et leaders d’opinion. Même les autorités leur cèdent. Aujourd’hui, une trentaine de communes d’Indre et du Cher ont des rues, des places ou des plaques « Mis & Thiennot » dénonçant « une des plus graves erreurs judiciaires du xxe siècle ». Comment des édiles peuvent-ils afficher de tels propos alors que les tribunaux ont été clairs ? Comment un préfet peut-il entendre ces discours sans réagir alors que c’est l’autorité même de l’État qui est bafouée ? Pour certains, c’est la « possibilité ainsi offerte de s’acheter une bonne conscience à très bon marché, démagogie, clientélisme » (p. 192). Beaucoup croient devenir les héritiers d’Émile Zola et inventer de nouveaux Alfred Dreyfus. D’autres trouvent une cause qui anime leur vie. D’autres encore, une belle histoire qui fait vendre car elle émeut une population prompte à oublier la complexité du quotidien.

7Au-delà de l’assassinat du garde-champêtre, le livre de G. Antonowicz et I. Marin illustre les dérives d’une société qui fonctionne sur l’affect et non sur le raisonnement, qui tolère les changements de langage à condition qu’ils provoquent des larmes, qui préfère la compassion aux vraies victimes, qui impose des opinions au détriment des vérités. La parole du témoin s’impose, surtout si elle est accompagnée de quelques larmes et de descriptions d’horreur ; comme l’a expliqué le romancier Javier Cercas dans L’Imposteur (publié en 2014 en espagnol ; l’année suivante en français chez Actes Sud [Arles]), nos sociétés vivent écrasées sous le poids du témoin et de la victime ; même s’ils sont fictionnels et menteurs. C’est une machine effroyable faite de lâcheté et de compromission ; surtout faite de facilités et de renoncements. L’affaire Mis et Thiennot est révélatrice d’une communication corrompue et d’une perversion de l’information. Il s’agit bien, comme l’annonce le titre, d’une « manipulation médiatique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Martin, « Gilles Antonowicz et Isabelle Marin, La Fabrique des innocents. L’affaire Mis & Thiennot, histoire d’une manipulation médiatique »Questions de communication, 44 | 2023, 459-460.

Référence électronique

Philippe Martin, « Gilles Antonowicz et Isabelle Marin, La Fabrique des innocents. L’affaire Mis & Thiennot, histoire d’une manipulation médiatique »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33856 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33856

Haut de page

Auteur

Philippe Martin

Université Lumière Lyon 2, Larhra, F-69363 Lyon, philippe.martin[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search