Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationLuc Boltanski et Arnaud Esquerre,...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Qu’est-ce que l’actualité politique ? Événements et opinions au xxie siècle

Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2022, 352 pages
Paul-Arthur Tortosa
p. 460-463
Référence(s) :

Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Qu’est-ce que l’actualité politique ? Événements et opinions au xxie siècle. Paris, Gallimard, coll. NRF Essais, 2022, 352 pages

Texte intégral

1Après la rédaction d’un ouvrage portant sur une mutation récente du capitalisme, le développement d’une économie de l’enrichissement (Boltanski Luc et Esquerre Arnaud, Enrichissement. Une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017), les deux auteurs proposent une réflexion approfondie sur la notion d’actualité, entendue comme « de multiples savoirs concernant le monde et ce qui s’y passe » constituant « un environnement au sein duquel à peu près tous les membres de nos sociétés se trouvent plongés » (p. 10-11). L’actualité est étudiée au prisme de deux dynamiques liées. D’une part, le processus de « mise en actualité », c’est-à-dire la manière dont les médias « font connaître à un grand nombre de personnes l’existence de faits qu’elles n’ont pas […] directement vécu, généralement en les accompagnant d’une description et d’une interprétation » (p. 9). D’autre part, le processus de « politisation », par lequel des faits mis en actualité sont problématisés comme problèmes politiques, c’est-à-dire concernant la collectivité et dont la gestion doit être du ressort de l’État. Politisation et mise en actualité sont des processus distincts mais liés : l’actualité s’oriente en priorité vers des problèmes politisés ou susceptibles de l’être, tandis que les processus de politisation « puis[e]nt dans l’actualité des cas susceptibles de les nourrir » (p. 10). L’ouvrage se divise en deux grandes parties. Les trois premiers chapitres proposent une approche largement théorique de la notion d’actualité. Les cinq chapitres suivants reposent sur l'analyse de matériaux empiriques, en l’occurrence l’étude d’un corpus de commentaires en ligne, divisés en trois catégories. D’abord, 120 000 commentaires des abonné·es du quotidien Le Monde (septembre et octobre 2019) pour les actualités contemporaines, et respectivement 7 000 et 1 300 commentaires des vidéos de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) et de l’INA politique pour les actualités passées (l’INA conserve d’importantes archives audiovisuelles, notamment des journaux télévisés). L’étude de ce corpus vise à suivre les acteurs/actrices dans leurs hésitations et dans leurs « déplacements », d’étudier la formation des opinions politiques « en train de se faire » plutôt que de se laisser aller aux « routines explicatives de la sociologie classique qui se hâte d’aller directement à des propriétés dites “sociales” des acteurs à leurs énoncés ou à leurs actions » (p. 15).

2Le premier chapitre propose une généalogie de la notion d’actualité et une histoire succincte de la presse dans le monde occidental. En s’appuyant sur le travail d’Andrew Pettegree (The Invention of News. How the World Came to Know About Itself, New Haven, Yale University Press, 2014), Luc Boltanski et Arnaud Esquerre font remonter l’invention de « l’actualité » à la fin du xviiie siècle, un moment où le nombre et la diffusion des journaux augmentent, et où leur propos change. Si la presse de l’époque moderne servait avant tout les élites commerciales soucieuses de s’informer sur les événements lointains pouvant perturber leurs affaires, la presse contemporaine tend à privilégier l’analyse partisane des « mouvements politiques et sociaux de grande ampleur » (p. 38). C’est donc le propre de l’actualité que de faire « participer à distance » les acteurs/actrices aux événements situés dans des contextes peu ou pas accessibles, soit parce qu’ils/elles sont géographiquement éloigné·es, soit parce qu’ils/elles sont séparé·es des mondes vécus par « des limites institutionnelles ou physiques » (p. 34). Les auteurs soulignent ainsi le caractère paradoxal des actualités, qui sont la plupart du temps « inaccessibles » depuis notre monde vécu, sur lequel il n’existe aucun moyen d’agir directement, et qui affectent les cadres de notre vie quotidienne (conflit armé, crise économique, etc.). De même, ils relèvent les deux principales critiques adressées à l’actualité. D’une part, la critique de la « culture de l’instant » qui en ferait un mode de connaissance manquant de « recul » et de connaissance des causes profondes, par opposition à l’histoire (notamment universitaire). D’autre part, ce qui est qualifié de « critique de l’inauthenticité de l’actualité », c’est-à-dire de l’accusation selon laquelle les médias « mentent » ou « déforment » la réalité par leur traitement de l’actualité.

3Les deuxième et troisième chapitres analysent le travail de sélection des faits pertinents, toujours lié aux valeurs et centres d’intérêt des journalistes. En effet, comme le rappellent les auteurs, « l’actualité n’a pas d’objet préétabli » et elle se construit en isolant des faits et en construisant autour d’eux un contexte jugé pertinent et une interprétation (p. 63). Chaque fait peut être « mis en actualité » de différentes manières en fonction du style de rédaction de l’article, mais aussi de la chaîne de causalité dans laquelle il est inscrit (« fait divers » ou cas typique de grandes dynamiques). Dans la comparaison des événements, les auteurs distinguent la taille et la force : un « gros » événement comme un séisme majeur va faire la Une des journaux, mais rapidement disparaître de l’actualité, parce qu’il ne possède pas de « faits dérivés », c’est-à-dire d’éléments liés qui sont susceptibles de lui donner une portée plus générale. Les auteurs montrent ainsi comment la « tuerie de Saint-Just », lors de laquelle trois gendarmes sont tués par balles (23 décembre 2020), est initialement traitée comme la « petite » histoire d’un forcené relevant du fait divers, avant de prendre de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure de la progression de l’enquête, révélant la proximité du tueur avec la mouvance survivaliste, entraînant une reproblématisation de l’affaire en termes de laxisme dans la surveillance des potentiels terroristes d’extrême droite en France. En s’appuyant sur ce cas étudié en détail, L. Boltanski et A. Esquerre montrent que c’est généralement la politisation qui renforce un événement, c’est-à-dire le processus par lequel des faits traités comme singuliers, résultant d’actions individuelles qui « sont rapprochées et mises en série, en sorte qu’ils sont considérés comme relevant d’un “problème public” » nécessitant une action politique spécifique de la part de l’État (p. 84-85).

4Le quatrième chapitre marque la transition entre la première partie de l’ouvrage, très théorique, et la deuxième, où le matériau empirique est plus visible. Il commence par quelques pages consacrées à l’émergence au xviiie siècle d’une « culture du débat » stigmatisant les antagonismes vifs et personnels au profit d’échanges plus courtois. Ainsi les discussions politiques sont-elles généralement évitées ou en tout cas encadrées et contenues en raison de la menace qu’elles représentent pour le lien social : « Parler politique, c’est indissociablement, d’un côté, faire référence à ce qui est commun, en désignant des alliés et des adversaires, ou même des amis et des ennemis » (p. 121). Dans le cinquième chapitre, les auteurs présentent Le Monde, son histoire, son lectorat et son positionnement politique. Fondé après la Seconde Guerre mondiale, il s’inscrit néanmoins dans la continuité du journal Le Temps, créé en 1861, dont il reprend la typographie, une partie du personnel et le ton. Le Monde se distingue cependant de son prédécesseur, proche du patronat, par une ligne anticolonialiste et opposée aux États-Unis (tout en restant anticommuniste). Le Monde est en France un journal de référence, qualifié par les auteurs de « quasi-institution », qui traite principalement de politique nationale et internationale, pour un lectorat majoritairement urbain, aisé, masculin et de plus en plus vieux. La ligne éditoriale est d’adopter un ton très mesuré, désignant peu d’ennemi·es (à part l’extrême droite), s’inscrivant dans la tradition de la « culture du débat » étudiée dans le chapitre précédent.

5Le sixième chapitre étudie les contraintes qui pèsent sur la rédaction des commentaires, au premier rang desquelles se trouve la « modération » qui est en censure institutionnalisée et déléguée à un organisme privé chargé par Le Monde de surveiller l’espace commentaire. Toujours « doublement totale » (un·e modérateur/modératrice supprime le message dans son intégralité, pas un passage, et il/elle en supprime l’accès à l’ensemble du public contrairement aux restrictions d’âge), cette censure concerne 17 % de l’ensemble des messages. La modération cible essentiellement des propos jugés contraires à la loi : ce n’est pas un langage trivial ou vulgaire qui est ciblé (et pour cause, il est très peu utilisé par les abonné·es du Monde) mais les discours relevant de l’incitation à la haine de telle ou telle ethnie ou groupe social. Par ailleurs, la tonalité des commentaires étudiés diffère radicalement de celle du courrier des lecteurs du même journal dans les années 1980 (Boltanski Luc, Darré Yann et Schiltz Marie-Ange, « La dénonciation », Actes de la recherche en sciences sociales, 51, 1984, p. 3-40) : les lettres des années 1980 étaient le plus souvent fondées sur une expérience personnelle qu’il s’agissait de rendre publique, alors que les commentaires tendent à donner leurs opinions sur les problèmes « à une échelle institutionnelle, comme le feraient des personnalités politiques participant au gouvernement » (p. 163). Une fois établis la forme et le ton des commentaires, le septième chapitre se penche sur ce qui motive leurs auteur·es à les écrire. Selon L. Boltanski et A. Esquerre, la réponse est différente pour les personnes dont le pseudonyme révèle leur identité réelle et celles qui ont un pseudonyme la dissimulant au public. En effet, les commentaires étudiés étant ceux des abonné·es, les services du Monde connaissent l’identité de chaque contributeur et contributrice, « ce n’est donc pas [la] censure des modérateurs que ceux qui recourent à un pseudonyme cherchent à éviter, mais à assumer le poids de leur parole » (p. 183). Pour les personnes utilisant un nom propre, l’hypothèse de L. Boltanski et A. Esquerre est que la motivation première est « d’exister socialement, c’est-à-dire de faire reconnaître et maintenir une autorité attachée à leurs noms », cette posture étant mise en relation avec le lectorat, composé majoritairement de personnes ayant souvent occupé des positions de pouvoir dans leur carrière professionnelle, mais dont la position sociale s’érode en vieillissant (p. 184). À l’inverse, considèrent les auteurs, les commentateurs et commentatrices utilisant un pseudonyme cherchent avant tout à manifester un sentiment d’indignation ou de violence « sans avoir à assumer les conséquences de leurs paroles sur le regard des autres ». En revanche, les deux profils ont en commun de se concentrer essentiellement sur le commentaire des problèmes « politisés », dont l’étude fait l’objet du huitième chapitre. Un problème est qualifié de politique, rappellent les auteurs, lorsqu’il est considéré comme relevant du champ de compétence des pouvoirs publics, et affectant la société tout entière. Cependant, le champ des problèmes politiques ne cesse de se déplacer, par des processus de politisation et de dépolitisation des sujets. Ainsi certains problèmes voient-ils leur politisation contestée par certain·es acteurs/actrices, qui considèrent par exemple que tel ou tel sujet relève de la sphère privée et non de la sphère politique, tandis que d’autres groupes en font le cœur de leurs revendications (la question de la sexualité étant un exemple). Ces sujets sont ceux qui attirent le plus de commentaires et de débats en raison du sentiment d’incertitude et d’inquiétude qu’ils suscitent, expliquent les auteurs, et favorisent les discours manichéens qui soutiennent « la promesse d’un retour à l’ordre » à la fois cognitif et moral (p. 204). Le neuvième et dernier chapitre offre une perspective historique sur la « dynamique des politisations » en montrant ce qu’elle doit aux idéologies (notion au cœur du Nouvel Esprit du capitalisme de L. Boltanski et Ève Chiapello [Paris, Gallimard, 1999]), c’est-à-dire aux discours structurés articulant l’identification de menaces et la proposition de solutions particulières, en définissant un ensemble d’ennemi·es et d’allié·es. Les auteurs soulignent le changement majeur intervenant au milieu des années 1970, avec une transformation de « l’idéologie dominante », avec l’émergence de nouvelles problématiques (rejet de l’ordre industriel, liberté sexuelle, féminisme, etc.), alors que le débat politique était jusque-là dominé par les questions économiques liées au travail et au salaire, familières à la fois aux partis de gauche et de droite (p. 233). Les auteurs concluent en montrant que, même si Le Monde, depuis ses origines, revendique une position de surplomb loin des prises de position partisanes, il n’en demeure pas moins un acteur politique, dans la mesure où toute interprétation d’un fait politique est porteuse d’un « jugement plus ou moins explicite sur le caractère positif ou négatif de l’état des choses concernées », mais aussi en vertu de son travail de sélection des faits traités et de leur mise en contexte (p. 250).

6Riche et dense, cet ouvrage offre une réflexion stimulante, alimentée par la discussion d’une bibliographie riche et variée, et prolonge la réflexion entamée par L. Boltanski dès les années 1980 : étude du courrier des lecteurs, traitement de la notion d’idéologie, etc. Il offre aussi une contribution importante à la fois à la sociologie des médias, de la construction des problèmes publics et de la politisation. Si la focalisation presque exclusive sur les commentaires d’un seul journal pendant deux mois peut par moments sembler réductrice, il faut souligner que l’accès à de tels contenus est très difficile pour les chercheur·es, notamment en ce qui concerne les commentaires censurés. De même, les réflexions et hypothèses avancées dans cet ouvrage peuvent servir de base à de travaux ultérieurs portant sur d’autres titres, qu’il s’agisse de journaux d’autres bords politiques ou encore de commentaires rédigés par des non-abonné·es, ce qui pose cependant le très épineux problème du tri entre « vrais » et « faux » commentaires, les trolls financés par des États et des groupes d’intérêts étant nombreux. Cet ouvrage est donc intéressant autant par les thèses qu’il avance que par les difficultés méthodologiques que ses auteurs ont rencontrées, et qui invitent à essayer de trouver de nouvelles perspectives pour faire entrer certains espaces numériques dans le champ de la recherche sociologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Arthur Tortosa, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Qu’est-ce que l’actualité politique ? Événements et opinions au xxie siècle »Questions de communication, 44 | 2023, 460-463.

Référence électronique

Paul-Arthur Tortosa, « Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Qu’est-ce que l’actualité politique ? Événements et opinions au xxie siècle »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33866

Haut de page

Auteur

Paul-Arthur Tortosa

Université de Strasbourg, Sage, F-67000 Strasbourg, France, patortosa[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search