Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationFrédéric Chauvaud et Denis Mellie...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dirs), Gestes et bandes dessinées

Laurent Husson
p. 469-471
Référence(s) :

Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dirs), Gestes et bandes dessinées. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Essais, 2022, 435 pages

Texte intégral

1L’ouvrage élabore la question du geste dans la bande dessinée à partir d’une série d’études regroupées en quatre sections, précédées d’une introduction, suivies d’une conclusion et de trois index. Il a pour ambition d’ouvrir à l’« empire des gestes » pour reprendre le titre de la conclusion de Jean-Philippe Martin (p. 407-410) par un recueil d’études mettant en œuvre une pluralité d’approches (historique, sémiologique, iconique).

2Au-delà du geste, l’introduction précise ainsi les notions de gestuelle, gestuaire, gestique et gestualité (p. 10-13). La problématique est celle d’une lecture du geste dans le contexte spécifique de la bande dessinée. Elle a pour horizon la constitution d’une anthropologie des gestes comme manière d’être dans le monde. Ce travail revendique une approche interdisciplinaire et attentive au détail, qui fait sa part à la description fine, au rebours d’une approche « supérieure » et plus généralisante qui risquerait de tourner à la « glose » (p. 22).

3Le titre de la première partie, « Animés », s’explique par l’objectif des analyses qui interrogent la fonction du geste comme servant en premier lieu à « mouvoir le personnage dans la page, à le porter dans le récit […] à lui faire occuper pleinement un espace diégétique » (p. 33). Cette fonction est présente dès le début de la bande dessinée et en caractérise la singularité, comme le montre l’étude de Naoko Morita, « Le geste et la narration chez Rodolphe Töpffer » (p. 59-71), et peut prendre des formes expérimentales extrêmes, comme le montre, avec l’appui de Gilles Deleuze, Benoît Preteseille, l’exemple de l’œuvre de Guy Peellaert, Pravda la Survireuse (Paris, É. Losfeld, 1968) (p. 53-58). C’est entre ces deux bornes qu’on peut situer les deux autres études de cette première partie. Quoique de manière différente, Nathalie Rouphael, dans « Poétique de la gestuelle dans un corpus de BD adaptées d’œuvres littéraires » (p. 73-86), et Henri Garric, dans « Le doigt d’honneur interrogé par la mise en scène comique dans L’histoire du serpent qui mordit Tom de Jean-Yves Ferry » (p. 87-102), s’inscrivent entre ces deux bornes : dans le premier cas, c’est à partir d’un cadre narratif prédéfini (problématique de l’adaptation) que sont envisagées la gestuelle et sa polysémie comme aspects d’une transposition fine de l’œuvre littéraire au-delà du langage. Dans le second cas, la perspective est inversée : on ne part plus du récit et de ses contraintes vers la mise en bande et du geste comme opérateur de l’adaptation, mais au contraire de l’effet de la mise en bande sur le geste et l’investissement de ce dernier. Nous avons gardé pour la fin la première étude de cette partie, consacrée à l’analyse du geste, du corps et du mouvement chez le dessinateur américain Steve Ditko (p. 39-52) par Xavier Fournier. Celle-ci est paradoxale puisque le mouvement est refusé par S. Ditko, de telle sorte que « le corps selon Ditko ne cesse de raconter le contraire de l’histoire apparente » (p. 51).

4La seconde partie – « Expressifs » – envisage « l’expressivité des gestes » (p. 105) et leur traitement spécifique. L’approche est donc fonctionnelle. Nous nous situons dans le récit. Certaines de ces études, comme celle de Sylvain Forichon, « Les gestes et les expressions faciales des spectateurs des courses de chars dans Alix, Murena et Gloria Victis : regards croisés avec les textes et les images antiques » (p. 109-125), ont une perspective historienne en interrogeant la conformité des gestes et attitudes au regard de ce qu’en montrent les sources antiques. À l’inverse, en étudiant la gestuelle de l’index dans Gabonitudes de Lybek (p. 127-150), Judicaël Etsila met en évidence la manière dont s’incarne une analyse des rapports sociaux de domination par l’usage d’un geste. L’objet de l’étude de Jérôme Dutel (p. 151-162) sur le doigt d’honneur s’inscrit dans la même logique, tout en étant plus centré sur des enjeux de mise en évidence de la spécificité du médium de la bande dessinée. Quant à l’analyse monographique de l’apprentissage des gestes des œuvres de Bastien Vivès par Irène Le Roy Ladurie (p. 163-193), elle fait du geste l’enjeu central à la fois de l’histoire et de sa représentation, soutenue par une riche illustration, ce qui permet d’interroger ses ambiguïtés et ses enjeux éthiques.

5Alors que les deux parties précédentes mettaient principalement l’accent sur le rapport entre le geste et la spécificité du médium, et sur la construction du sens du geste par le médium, les deux dernières se situent dans un registre différent, ouvert pour une part par la dernière étude de la seconde partie. Elles interrogent l’expressivité du geste, posant ainsi quelques jalons pour une gestuelle. Deux pôles opposés sont explorés : les gestes « vindicatifs » (p. 195-296) et ceux « apaisants » (p. 297-406). On ne sera pas étonnés pour les gestes « vindicatifs » que les études se situent principalement dans le champ guerrier, politique ou dramatique. Ce champ est traité par Marie-Cécile Charles, non à partir du mouvement, mais de l’immobilité, son usage jouant ainsi sur des contrastes où l’immobilité renvoie à un bouleversement interne des personnages, d’une destruction intérieure où quelque chose se fige et meurt définitivement. Pour sa part, le champ politique est abordé par des situations où la politique touche à l’affrontement, via de figures révolutionnaires ou dictatoriales. De ce point de vue, les deux études de Camille Pouzol (p. 245-270) et Éric Vial (p. 271-293) sont opposées : la première, centrée sur une biographie, étudie la fonction et le fonctionnement du geste pour rendre compte de l’action du personnage, et notamment de son action rhétorique qui est geste et théâtralité ; et cela par un jeu entre dessin et photographie, l’enjeu du dispositif étant de rendre compte de la construction d’un certain charisme. Dans la seconde, à rebours de cette perspective, É. Vial interroge la représentation de la posture dictatoriale dans des œuvres satiriques renvoyant à des dictatures imaginaires. Le résultat est assez déceptif, notamment en ce qui concerne la constitution d’une gestuelle spécifique, et interroge sur la représentation du politique. L’étude consacrée à l’œuvre de Didier Comès par Camille Roelens (p. 221-243) renvoie plus à une scénographie d’attitudes, à une scène et à ce qu’elle entraîne (la violence et le meurtre), qu’à un geste stricto sensu.

6La quatrième et dernière partie concerne les gestes apaisants. Son introduction en définit la motivation en même temps que l’horizon : « […] la bande dessinée, du moins certaines planches ou cases est, à sa manière, un traité des gestes apaisants » (p. 297). Dans la première étude, on retrouve une approche historienne à propos de « [l]a mise en scène des gestes amoureux des Romains de l’Antiquité dans la bande dessinée historique » (p. 301-322), qui insiste sur l’empreinte des imaginaires dans la représentation historique, même dans une volonté informative. L’autre étude, d’Anne Vial-Logeay, renvoyant au monde romain à partir du manga Pline (p. 387-406) ; adopte un parti pris différent dans l’abord du paradoxe d’un geste sans geste, ce qui fait écho au mouvement immobile de la partie précédente et au mouvement figé de la première étude du recueil. Ici, l’absence de geste est une part essentielle de la construction de l’austérité du personnage en lien avec l’adoption d’un certain détachement constitutif du rapport de connaissance. Cette immobilité se retrouve, même si c’est pour des raisons différentes, dans l’étude par Pascal Robert « [des] gestes du silence sur Lulu femme nue », où le silence renvoie à un étonnement, à une bifurcation du récit à travers une certaine forme de présence au monde. Les deux études restantes renvoient, pour celle de Frédéric Chauvaud (p. 347-369), à la lecture, aux gestes du lecteur et à leur mise en scène au sein du récit, ou, plus exactement, au geste de la lecture et à sa portée au sein du monde social, et pour celle de Lauranne Poharec (p. 371-386) à la problématique de la lecture des gestes en s’appuyant notamment sur les acquis de la psychologie cognitive et sur le rapport du lecteur à un personnage toujours caché.

7Comme dans tout ouvrage de cet ordre, rassemblant et articulant des études diverses, l’intérêt peut venir autant de telle ou telle étude prise pour elle-même que de leur agencement. Le présent collectif travaille cet arrangement en proposant un parcours et en guidant le lecteur, d’autres étant possibles (nous avons essayé de le suggérer dans cette recension). Ces autres parcours possibles permettent par exemple de voir l’espace couvert par l’ensemble des études, poser ainsi quelques questions et suggérer quelques prolongements.

8Le champ géographique couvert par ces études est majoritairement un champ européen, plus spécifiquement tourné vers l’aire latine (13 études), et plus particulièrement franco-belge (11 études). Néanmoins il y a une étude prenant pour appui des productions de l’aire africaine, une autre l’aire américaine, et une dernière l’aire japonaise (prenant pour point de départ un manga à thématique européenne). Sur le plan historique, l’ouvrage couvre la bande dessinée depuis son invention (« Le geste et la narration chez Rodolphe Töpffer ») jusqu’à la période contemporaine. On pourrait ici regretter la faible part de l’espace extra-européen, notamment en ce qui concerne les comics et les mangas, les deux études présentes renvoyant à des problématiques apparemment atypiques de l’exploitation de l’immobilité. Il y a donc là un travail à poursuivre, ce qui permettrait d’interroger le lien entre geste et tradition culturelle, notamment tradition culturelle graphique, non pas au sens de l’interrogation d’une conformité à celle-ci, mais du jeu introduit avec cette tradition.

9Ces différents domaines sont couverts par des corpus variables d’auteurs, comparatifs ou thématiques entre la focalisation sur un album, un auteur, ou une approche comparative plus ou moins large, ce qui n’est pas sans réagir parfois sur la précision et la pertinence de ces dernières. Avouons ici notre préférence pour la démarche monographique, celles thématiques restant plus en extériorité (nous pensons notamment aux deux études partant de la représentation du monde romain dans la bande dessinée occidentale, qui pose moins la question du geste que celle de la pertinence historique globale). Cependant, même dans ces études, la dérive entre l’étude du geste et une étude globale de l’auteur n’est pas toujours évitée.

10De manière plus générale, les notions de geste, de gestuelle, de gestuaire et de gestique ainsi que les différentes analyses proposées suscitent des questionnements et interrogent quant à l’extension de la notion de geste, depuis la centration sur un geste précis (l’index dans l’analyse de Gabonitudes et le doigt d’honneur dans l’étude de J. Dutel, ces études faisant écho à celle de C. Pouzol à partir du Che) à une attitude corporelle globale, voire à une situation ou à une scène, au risque parfois de diluer la notion (et, de fait, la conclusion évoque le corps autant que le geste). À l’inverse, on pourrait dire qu’un geste en cache toujours un autre, même si cette idée effleure quelques études : les gestes sont ici ceux de la bande dessinée, voire ceux du lecteur (comme cela est suggéré dans les études de F. Chauvaud et L. Poharec). On pourrait y ajouter ceux de l’auteur (ce qui est évoqué quand on aborde la singularité du médium) y compris dans sa dimension purement graphique qui semble un peu absente, notamment en ce qui concerne l’usage des signes graphiques qui accompagnent généralement la représentation des gestes. Il est à cet égard intéressant de remarquer que la plupart des illustrations proposées sont marquées par l’immobilité et l’absence de toute ligne de vitesse (seuls les extraits de Gabonitudes font exception). L’étude du geste ne figerait-elle pas le geste de l’étude ?

11En somme, l’ouvrage présente beaucoup de coups de sonde, suggère des orientations de recherche à poursuivre et peut être à la source de multiples questionnements pour un lecteur actif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Husson, « Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dirs), Gestes et bandes dessinées »Questions de communication, 44 | 2023, 469-471.

Référence électronique

Laurent Husson, « Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dirs), Gestes et bandes dessinées »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33900

Haut de page

Auteur

Laurent Husson

Université de Lorraine, Écritures, F-57000 Metz, France, laurent.husson[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search