Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationÉric Dacheux, Comprendre pourquoi...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Éric Dacheux, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas

Sylvie Thiéblemont-Dollet
p. 481-483
Référence(s) :

Éric Dacheux, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas . Paris, CNRS Éd., coll. Biblis, 2023, 216 pages

Texte intégral

1Éric Dacheux, professeur en sciences de l’information et de la communication (SIC) à l’université Clermont-Auvergne, propose un ouvrage de vulgarisation sur les multiples complexités posées par le terme même de communication. Comprendre pourquoi on ne se comprend pas, scindé en trois parties, est agrémenté de tableaux récapitulatifs et d’exemples concrets, tels que le Grand Débat national de janvier à mars 2019, le mouvement des Gilets jaunes et quelques situations de communication « ordinaire » (p. 19), vécues entre différentes protagonistes choisies par l’auteur – Amandine, Cerise, Fatou, Ludivine et Yasmina (p. 20) –, lesquels ont pour objet d’expliciter les théories et/ou hypothèses avancées. En effet, l’auteur questionne les difficultés, voire les dédales définitionnels de la communication, notamment en raison des usages qui en sont faits par des professionnels – « agents de publicité, communicants d’entreprise, formateurs free-lance » (p. 11) – et du savoir « erroné et dépassé » (ibid.) que ces derniers transmettent. Ou encore, il pointe la confusion entre information et communication, provenant selon lui dans la plupart des cas de certains journalistes. Il note également la profusion d’articles et d’ouvrages sur la question qui relèvent à son sens de huit clichés du « prêt-à-penser communicationnel » (ibid.) qui, même s’ils ne sont pas totalement décalés d’une certaine vérité, portent et propagent de fausses interprétations de la et sur la communication. Aussi tente-t-il de montrer comment il est possible de s’affranchir, grâce aux SIC, de cette doxa dans la lignée de la pensée bourdieusienne.

2Plus précisément, l’objectif de son livre est de mettre en perspective les raisons du « pourquoi on ne se comprend pas » (p. 19), dans le cadre de ce qu’il appelle la « communication ordinaire » (ibid.), ce qui n’intègre pas des formes de communication spécifiques comme la communication diplomatique, politique, associative, etc. Il s’emploie à redéfinir trois sens spécifiques donnés à la communication, à savoir son sens originel, son sens courant et son sens scientifique, à l’appui de travaux scientifiques établis et reconnus par la communauté des SIC, dont il se fait en quelque sorte le porte-voix. Il insiste longuement sur « la complexité de la communication » (p. 35), ou tout du moins sur les ambiguïtés du terme en fonction des contextes, de l’espace, du temps et des techniques. D’ailleurs, il écrit que : « La communication demeure, pour chacun d’entre nous, un problème complexe sans solution parfaite » (p. 39), la communication demeurant une notion polysémique et ambivalente, voire incertaine, selon les lieux, les événements, les temporalités. Pour lui, la communication est un « phénomène social, massif » (p. 50), dont personne ne peut se passer, et les enchevêtrements qui l’entourent engendrent une maîtrise imparfaite pour tout un chacun ; et si la communication est une mise en relation, une connexion, elle regroupe des intentions, des co-constructions de sens et « elle s’appuie sur l’égalité et la réalité » (p. 53). Ce qui induit que la compréhension et la réception d’un message peuvent devenir en certaines circonstances une opération plurivoque, les mots ayant parfois plusieurs sens, comportant de l’implicite, du non-dit, voire des intonations qui peuvent en changer la signification et limiter « très fortement les cas de compréhension parfaite » (p. 116).

3Pour appuyer sa démonstration, É. Dacheux revisite les apports théoriques d’auteurs connus dans les SIC à l’image de Roland Barthes, d’Umberto Eco, de Claude Shannon et de Warren Weaver, de Marshall McLuhan, mais encore du philosophe Michel Foucault. Il illustre dès lors son propos avec des exemples de situations de communication ordinaire (voir Introduction générale), selon une approche pédagogique qui a pour objet d’accompagner le lecteur dans l’appropriation des théories et notions convoquées. Il invite ainsi les citoyens à « décrypter » (p. 80) l’invisibilité d’un message pour mieux l’appréhender, même si le déroulé reste évidemment difficile selon certains contextes (exemple des chaînes d’information en continu qui « construisent un point de vue sur le monde », ibid.). Il revient sur la différenciation nécessaire à poser entre s’exprimer et communiquer, expliquant que si l’expression – qu’elle soit intime ou publique – s’adresse par effet à soi-même ou à un large public, l’acte de communiquer a pour adresse un « public identifié » (p. 86). D’où trois grandes contraintes majeures que l’auteur souligne et qu’il faut, selon lui, apprendre à s’emparer. Autrement dit, il faut maîtriser l’art du discours parce qu’il s’adresse à un autre. Puis trouver en permanence « la bonne distance avec cet [autre] » (p. 92), en mobilisant « l’intropathie, la sympathie et l’empathie » (p. 93), qualités humaines, certes de bon sens, mais peu simples à exécuter. Il suffit de posséder des codes culturels différents et cette « bonne distance » (ibid.) peut alors s’altérer ou complexifier les rapports interpersonnels. Enfin, la troisième difficulté soulevée dans l’ouvrage consiste en une bonne connaissance et en l’application du respect des règles sociales et culturelles de chacun ; ce qui en soi part d’un bon principe, mais relève d’une approche relativement utopique.

4Relire les travaux des fondateurs de la communication interculturelle (Edward T. Hall, Geert Hofstede, Fons Trompenaars, Stuart Hall, etc.), que l’auteur cite pour partie, et de certains de leurs successeurs (Christian Agbobli, Gaby Hsab, Carmen Rico de Sotelo, Gina Stoiciu, Tristan Mattelart, Joanna Nowicki, Jacques Demorgon, etc.), permet d’appréhender que l’acte de communiquer et de se comprendre n’est pas acquis dans tous les cas de figure ou tout du moins très difficile, voire parfois impossible. En effet, ces règles culturelles varient avec le temps, les incompatibilités temporelles (chapitre VI), la proxémie, les notions de vie et de mort (ibid.), l’évolution des sociétés, la géopolitique, mais encore avec « l’intériorité » de chaque être humain (p. 134) et « la monade » (chapitre V), que l’auteur développe via les travaux de Gottfried Wilhelm Leibniz, Baruch Spinoza, Paul Ricœur. De même, É. Dacheux signale l’invisibilité récurrente de certaines populations auxquelles la parole n’est pas donnée. Ce qui renvoie aux travaux du philosophe Jacques Rancière (La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Éd. Galilée, 1995), lorsqu’il parle des « sans-part », et du sociologue Jacques Ion (« Engagements, espace public et sphère politique en France. Essai d’analyse diachronique », Questions de communication, 3, 2006, p. 127) qui explique que ces personnes ne peuvent pas réussir à « passer par le filtre des organisations légitimées pour avoir droit de cité ». Aussi l’auteur en vient-il à redire, exemples à l’appui, que « la communication […] [peut être encore] une danse relationnelle […] régie par des règles culturelles et sociales qui offrent un cadre sécurisant permettant aux danseurs de rentrer en contact sans se heurter violemment » (p. 148). Il n’en demeure pas moins un obstacle essentiel déjà évoqué plus haut : un contrôle approximatif ou un ajustement trop rudimentaire des règles en question et par conséquent une potentielle incommunicabilité. Pour finir, dans le dernier chapitre de son ouvrage, É. Dacheux démontre que les outils numériques, si tant est qu’ils soient la panacée pour certains, ne « facilitent pas la communication entre les êtres humains » (p. 179). Certes, s’il admet que ces outils, en tant que machines, sont nécessaires à de nombreux usages comme les connexions à distance ou certaines solutions liées à l’intelligence artificielle, ils n’en sont pas pour autant des machines à communiquer. Et d’écrire que « si la communication numérique possède une dimension phatique qui permet de lutter contre la non-communication (l’absence de relation), […] elle ne facilite pas la communication réciproque » (p. 195). Autrement dit, ces outils ne servent pas à « bien » communiquer, mais ne sont qu’une « tentative de mieux communiquer » (p. 197).

5La conclusion générale n’est pas moins positive : les différentes formes d’incompréhension communicationnelles illustrées tout au long de l’ouvrage auxquelles les individus peuvent être confrontés incitent néanmoins ces derniers à rechercher, presque naturellement, « une compréhension réciproque » (p. 201). D’où, sans doute, pour chaque être humain le désir de comprendre, autant que possible, pourquoi « on ne se comprend pas toujours », et par conséquent comment essayer de mieux communiquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Éric Dacheux, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas »Questions de communication, 44 | 2023, 481-483.

Référence électronique

Sylvie Thiéblemont-Dollet, « Éric Dacheux, Comprendre pourquoi on ne se comprend pas »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33948 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33948

Haut de page

Auteur

Sylvie Thiéblemont-Dollet

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France, sylvie.thieblemont[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search