Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationNicolas Hatzfeld, Les Frères Bonn...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Nicolas Hatzfeld, Les Frères Bonneff reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914

Muriel Prévot-Carpentier
p. 486-488
Référence(s) :

Nicolas Hatzfeld, Les Frères Bonneff reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914. Paris, Éd. Classiques Garnier, coll. Archives du travail, 2021, 416 pages

Texte intégral

1Avec ce volume, Nicolas Hatzfeld, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université d’Évry, inaugure une nouvelle collection d’« Archives du travail » aux éditions Classiques Garnier, dirigée par Paul Boulland, Michel Pigenet et lui-même. Proposé en deux formats, l’un spécialement pour les bibliothèques avec une couverture rouge cartonnée et l’autre à la couverture jaune souple, ce véritable outil de travail permet de plonger dans les conditions de travail de la Belle Époque, avec un plaisir, parfois de l’effroi, et une curiosité stimulant la lecture. L’ouvrage offre une préface et une postface de l’auteur, une liste de l’intégralité des 269 articles publiés à quatre mains par Léon et Maurice Bonneff dans L’Humanité entre 1908 et 1914 (p. 383-396) parmi les 370 qu’ils publièrent durant cette période, ainsi qu’un index des termes, extrêmement utile pour retrouver les thèmes centraux disséminés dans les articles : par exemple « durée du travail », « toxicité », « travail à domicile (travail en chambre) » ou encore « sweating system » (p. 403-405). Affirmant s’inscrire dans la suite de plusieurs « transmissions » (p. 10), il parachève un travail entamé par Michelle Perrot qui écrivit la préface de la réédition de 1984 du roman La Vie tragique des travailleurs publié par L. et M. Bonneff en 1908, puis du mémoire d’Isabelle Dauzat (Léon et Maurice Bonneff, peintres de la condition ouvrière dans les années 1900, maîtrise d’histoire, Université Paris 7, 1989, sous la direction de M. Perrot) et du site dédié aux travaux des frères Bonneff tenu par le syndicat Solidaires et porté par un ancien inspecteur du travail, Yves Sinigaglia (accès : https://bonneff.sud-travail-affaires-sociales.org/​ [consulté le 11/10/2023]).

2N. Hatzfeld a choisi une centaine d’articles dont il propose un classement en 14 sections, toujours assorties d’une présentation contextualisant leur champ, problématique et progression durant les années d’écriture des deux journalistes. Ces sections proposent une entrée par thèmes, secteurs, types de risques professionnels ou encore territoire avec la « Normandie » dans la dernière section, une majeure partie des articles prenant cependant place dans le « Paris travailleur » (p. 357). Le corpus d’articles des frères Bonneff n’a pas de prétention à une représentativité ; régulièrement initiés à partir de coopérations syndicales, leurs articles s’attachent à des secteurs variés, certains secteurs majeurs restant non traités (sidérurgie, métallurgie légère, textile) car pris en charge par d’autres dans un quotidien socialiste dont l’« équipe en recomposition » confie « le suivi du monde du travail et des luttes sociales […] à quelques responsables syndicalistes », explique N. Hatzfeld dans sa postface (p. 356).

3L’Humanité, quotidien de la grande presse fondé par Jean Jaurès en 1904 et devenu en 1907 « unique quotidien central du Parti socialiste », dont ce dernier a obtenu qu’il reste ouvert « à l’ensemble des forces socialistes et ouvrières, aux révolutionnaires comme aux réformistes, aux coopérateurs comme aux syndicalistes, y compris lorsque ceux-ci sont teintés d’anarchisme » (p. 25), apparaît comme un espace propice pour déployer leur travail de précurseurs de l’enquête sociale. Malgré leur apprentissage du métier d’« écrivain du social » et leur sympathie marquée « pour la cause syndicale et socialiste » (p. 19), il faut souligner que les idées politiques des deux frères ne permettent pas d’identifier le « signe d’un positionnement net dans la gauche syndicale et socialiste » (p. 376). En effet, la dynamique d’écriture de leurs articles repose avant tout sur la description précise et fouillée des métiers sur le volet des revenus, des conditions de logement, du temps de travail, des techniques propres à chaque métier et du statut d’emploi, ainsi que des risques professionnels. Il s’agit bien pour Léon et Maurice, sillonnant la France, « carnet de notes en poche » (p. 9), de « prendre le parti du réalisme et de la précision » (p. 27). Atteignant par ce procédé « l’expérience vécue par les travailleurs, et l’expression de celle-ci par eux-mêmes » (p. 27), ils parviennent à susciter la même stupéfaction et indignation chez le lecteur que celles qui sont les leurs, afin de mieux en appeler à la puissance publique, la solidarité ou la syndicalisation, qu’ils présentent comme une nécessité pour l’amélioration des conditions de travail.

4Leurs articles réguliers leur permettent de faire des liens d’une enquête à l’autre, avec parfois, l’annonce d’une suite, et ainsi des articles en plusieurs volets, sur les passementiers de Saint-Étienne par exemple dans un récit sur cette industrie faisant face à la concurrence allemande sauvée par la solidarité ouvrière, en une « entente internationale des tisseurs de rubans » (p. 207-212). Établir une familiarité avec leur lectorat les autorise également à lui transmettre des adresses directes, notamment en tant que consommateurs des produits alimentaires passés d’artisanaux à industriels (p. 43-46), ou pour un appel à souscription argumenté de manière poignante sur la dimension de la dignité ouvrière afin de soutenir les meuliers en grève : « Il faut empêcher la famine de leur faire réintégrer les chantiers en vaincus » (p. 118). En plus des liens entre leurs terrains d’enquête, ils peuvent proposer un résumé d’une enquête du ministère du Travail récemment créé en 1906, qu’ils dépouillent et dont ils rendent compte aux lecteurs : « Les horreurs du travail à domicile. Les résultats d’une enquête officielle » sur « les ouvrières lingères, principalement à Rouen, Beauvais et Amiens » (p. 204-206). Dans le même mouvement de mise à disposition de connaissances sur les situations de travail considérées, leur connaissance fine des pathologies professionnelles leur permet de bien mettre en lien les conditions de travail et leurs effets pathogènes : le développement de la tuberculose chez les blanchisseuses ne se limite pas à une dénonciation mais les conduit à investiguer « les résultats d’un surmenage si intensif en un milieu très malsain » dans le service d’un professeur de médecine, dont ils citent les propos mais aussi une communication scientifique du « Congrès international de la tuberculose publiée dans le Bulletin de l’inspection du travail » pointant « la morbidité représentée par les affections d’ordre gynécologique » chez les travailleuses de la blanchisserie (p. 155). Soulignons que leur approche du genre paraît, à de multiples reprises, empreinte d’une modernité remarquable.

5La section « Danger, travail » (p. 235-260) aborde différents agents agresseurs déjà connus à l’époque. Le plomb, l’amiante dont ils appellent à la réglementation de l’industrie (p. 255-257) ou encore le phosphore blanc qui provoquait « l’affreuse nécrose qui cariait les dents, émiettait les os ». Il avait alors déjà été remplacé dans les fabriques d’allumettes reprises par l’État par une pâte « à base de sesquisulfure de phosphore et chlorate de potasse » comme ils le dépeignent dans l’article « Chez les bouts de bois d’Aubervilliers. La réhabilitation des allumettes. Comment on transforme une industrie malsaine. La semaine anglaise dans les manufactures » (p. 258-260). Cette section montre de nouveau une évolution de l’analyse des frères Bonneff, refusant tout fatalisme voire naturalisation des dangers du travail pour affirmer que celui-ci ne doit pas abîmer celles et ceux qui le réalisent. De plus, porter le regard sur les risques du travail leur fait adopter des points de vue nuancés comme sur la mécanisation considérée comme ouvrant à des innovations forçant « les employeurs à sortir de la routine », ce qui serait propre à diminuer la pénibilité du travail et les risques professionnels, comme l’analyse N. Hatzfeld dans le texte introductif de la troisième section « Terrassiers et bâtisseurs. Le corps, la tâche, la machine » (p. 81).

6Présentant des analyses très fines du travail avec une attention rare portée à l’activité, à ses moyens, techniques et stratégies opératoires, beaucoup d’articles montrent l’inverse de ce que prônera ensuite l’ergonomie : l’adaptation du travail à l’homme. En effet, dans la France de cette décennie d’avant-guerre, ce sont encore les humains qui s’adaptent au travail. Ainsi « les ouvrières d’avant-aube » en charge de la « première toilette de Paris » à quatre heures du matin (p. 156-158) attendent « longuement leur nomination » par le préfet puis doivent passer « un examen médical rigoureux […] le poste est dur », mais il n’est pas question de proposer des améliorations sur le volet des conditions d’exercice de l’activité pour penser élargir le vivier de recrutement. Logeant dans des arrondissements éloignés de ceux cossus où ces balayeuses travaillent, alors que les transports en commun n’ont pas encore repris leurs rotations, la plupart fournissent « une longue marche à travers les rues désertes ». Il ne leur est plus fourni de capuchon, « l’administration en fournissait naguère de détestables qui laissaient passer l’eau et durcissaient sous la première averse », pour autant elles n’ont pas le droit de s’abriter même momentanément car elles s’exposent à des « peines disciplinaires ». Les frères Bonneff concluent cet article en appelant à « leur attribuer pour les nuits de mauvais temps, un petit capuchon de toile caoutchoutée », argumentant qu’il est considéré pour ces travailleuses comme « un raffinement superflu de bien-être » mais que « les sergents de ville » en sont bien dotés (p. 157-158).

7La lecture de l’ensemble des articles montre que les deux journalistes se donnent pour mission de donner à voir les grandes injustices sociales subies par la classe ouvrière mais aussi éducatives. À propos de la crise de l’apprentissage, ils la dénoncent en analysant la dérive que vivent les garçons bouchers « logés dans des pièces trop souvent malsaines, étroites mal aérées, hantées de vermine », transformés en « commis-livreurs » dans des journées de quinze heures passées en courses chez les clientes à travers la ville et qui reçoivent pour « seul enseignement professionnel […] de la journée » un moment consacré à faire « de petits désossages » le matin (p. 265-266). De même pour les « petites crémières, des fillettes de quinze ans qui travaillent à Paris dix-huit heures par jour », levées à 4 h 30, été comme hiver, épuisées par leurs livraisons demandant sans cesse des ascensions dans les étages, « elles subissent à l’âge de la croissance, un surmenage que beaucoup payent de leur vie » (p. 267).

8À la campagne, suivant des ramasseurs et ramasseuses de cailloux manquant l’école pour œuvrer pour un tâcheron qui contrôlera le calibrage de leur collecte et la vendra « à l’administration des Ponts-et-Chaussées pour l’empierrage des routes » (p. 126), L. et M. Bonneff font à la fois une nouvelle dénonciation du tâcheronnat, mais aussi celle de « tout l’illogisme et toute l’iniquité de notre organisation sociale qu’évoque la petite troupe de gamins et de fillettes, qui la manne au dos, vont “à cailleux” chaque matin à travers la campagne picarde » (p. 127). Le patois picard fait aussi partie de leur restitution de cette situation témoignant de l’importance qu’ils accordent à l’expression en première personne des travailleurs qu’ils suivent et interrogent sur leurs conditions de travail situées et acceptées en fonction de cultures de territoires marqués par la misère. Leur conviction selon laquelle l’amélioration de la santé et la sécurité au travail passe par la solidarité ouvrière et le développement de la syndicalisation est étayée par les victoires de travailleurs dans des milieux exposés à des risques professionnels. La mise en récit de ces succès majeurs participe de leur promotion de la fédération des ouvriers isolés et fait contraste avec les situations de travail où les travailleurs acceptent des conditions de travail dégradées. Car bien des accidents du travail apparaissent alors évitables : absence de garde-corps, exhortation au courage par l’entrepreneur au compagnon pour se passer de protection (p. 94), à de multiples reprises dans leurs articles est mise en exergue l’usure d’une corde qui rompt, n’ayant pu résister au poids du corps de celui qui y était suspendu. Ce sont là des vies perdues – « un homme s’abat, une traînée de sang rougit le trottoir » –, qui tiennent à des cordes non vérifiées, laissées aux intempéries, en dépit de règlements qui veulent que « toutes les défenses et cordes à nœuds soient passées au cabestan chaque année. L’appareil les soumet à une tension considérable et brise celles qui présentent un défaut » (p. 95).

9Le non-respect de la loi est souligné dans ses effets mortifères mais également dans les oppositions que rencontrent les agents de l’État pour la faire appliquer, avec un inspecteur du travail « lapidé » par une foule de verriers le 5 septembre 1912 à Laignelet (p. 226-230) ou un autre « désarmé » par l’indulgence de la loi, de nouveau « dans une verrerie qui surmenait des gamins et fillettes de 10 ans » assignés au travail de nuit (p. 302-306).

10Ce sont aux verriers que L. et M. Bonneff ont consacré la majeure partie de leurs articles, premier métier qu’ils étudièrent (Les Métiers qui tuent. Enquête auprès des syndicats ouvriers sur les maladies professionnelles, Paris, Bibliographie sociale, 1905). Cependant N. Hatzfeld souligne dans la section qui leur est consacrée, « Les verreries, “un véritable enfer ouvrier” » (p. 213-233), que leur point de vue sur ce métier évolue au fil du temps. Nulle complaisance ouvriériste de leur part pour ces maîtres-verriers qui maltraitent des enfants. Les deux frères sont choqués par la manière dont les verriers brûlent ces très, voire trop, jeunes travailleurs, que ce soit volontairement pour maintenir leur vigilance mais aussi pour les réveiller ou encore les punir. Trois articles racontent le recrutement parfois illégal, du fait de leur âge, de ces enfants démunis, fait par des « racoleurs » jusqu’à l’étranger (p. 292-300). Les verreries ce sont aussi des univers de travail où les ouvriers engagés « sur de belles promesses [voient] les frais de voyage et d’installation [absorber] leurs économies » (p. 214-217). Ils peuvent s’y endetter en travaillant, piégés par le système de l’économat malgré la loi les interdisant (p. 217-219). Les économats, lieux d’achalandage qui amorcent une spirale de la dette, font que des hommes acculés ne gagnent jamais de monnaie réelle et commencent le mois sans pouvoir faire leurs courses ailleurs que dans la société coopérative qui a remplacé l’économat mais appartient toujours au patron qui leur fait avance et les rend définitivement dépendants. D’où l’appel des frères Bonneff à la création de cantines ouvrières coopératives qu’ils « encouragent » pour faire « contrepoids à l’emprise paternaliste » (p. 377).

11Cette emprise, et les voies pour tenter de s’en déprendre métier par métier, marquera très concrètement la mémoire du lecteur contemporain après avoir parcouru l’ensemble des articles proposés dans ce volume d’archives du travail. Morts dans les premiers mois de la guerre de 1914, ces deux journalistes tout juste trentenaires n’ont pas eu un avenir qui aurait pu les voir évoluer vers une pratique politique ou syndicale. Il en reste un conséquent corpus d’articles, traversé par leur fort humanisme, toujours indispensable pour comprendre ce que le travail peut construire ou dégrader de l’humain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Prévot-Carpentier, « Nicolas Hatzfeld, Les Frères Bonneff reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914 »Questions de communication, 44 | 2023, 486-488.

Référence électronique

Muriel Prévot-Carpentier, « Nicolas Hatzfeld, Les Frères Bonneff reporters du travail. Articles publiés dans L’Humanité de 1908 à 1914 »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33958

Haut de page

Auteur

Muriel Prévot-Carpentier

Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis, Paragraphe, F-93526 Saint-Denis, France, murielprevot[at]univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search