Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationRémy Rieffel, L’Emprise médiatiqu...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Rémy Rieffel, L’Emprise médiatique sur le débat d’idées. Trente années de vie intellectuelle (1989-2019)

Jean-François Tétu
p. 489-492
Référence(s) :

Rémy Rieffel, L’Emprise médiatique sur le débat d’idées. Trente années de vie intellectuelle (1989-2019). Paris, Presses universitaires de France, 2022, 414 pages

Texte intégral

1Certes, on ne trouve plus aujourd’hui à la télévision l’équivalent de ce que fut Apostrophes : l’échange argumenté entre quatre ou cinq invités a fait place à un duo ou plutôt un duel entre deux protagonistes choisis pour faciliter la logique du spectacle de l’altercation et de l’émotion. Certes, la doxa contemporaine voudrait que les intellectuels ne soient plus guère audibles ou aient disparu. Mais, pour peu qu’on change le regard et qu’on examine non pas les intellectuels, mais la vie intellectuelle et la circulation des idées depuis trente ans, le résultat est très différent.

2C’est ce que fait Rémy Rieffel dans son dernier ouvrage, très riche d’une foule de références et d’analyses, qui cherche à repérer les effets de la médiatisation croissante des idées via les supports numériques. Il s’agit donc de la vie intellectuelle plus que du groupe social des intellectuels, redéfinis à partir d’une lecture critique de Jean-Paul Sartre, Pascal Ory, et Gérard Noiriel. La période retenue s’ouvre avec la chute du mur de Berlin et la naissance du Web, et s’achève en 2019 pour ne pas être parasitée par des débats trop proches. L’auteur privilégie les modalités de circulation et de transmission des idées, en un mot la matérialité des phénomènes plus que les œuvres et les thèmes des débats.

3Trois axes guident ce livre : les intellectuels n’ont pas disparu ; la circulation des idées et les modes de débat sont transformés par le numérique ; la vie intellectuelle est de plus en plus fondée sur l’opposition entre producteurs d’idées nombreux mais peu visibles, et les intellectuels médiatiques ou très médiatisés. L’ouvrage examine successivement la configuration intellectuelle selon quatre sphères (les mondes du savoir académique, de la création, de l’édition et du journalisme) et la configuration médiatique : la production, diffusion et réception de l’information ; les tribunes et instances de prescription ; les débats dans les studios ; les nouveaux forums numériques. Il combine les deux approches macro et microsociologiques et s’appuie sur de très nombreux travaux de recherche récents (dont des mémoires d’étudiants) et l’analyse d’une foule de supports médiatiques (presse, revues, magazines et sites numériques).

4La seconde moitié du xxe siècle avait été marquée par la montée de figures intellectuelles issues du monde académique et la moindre visibilité du monde littéraire. Les années 1980-1990 ont vu croître le poids de personnalités des médias (journalistes), et d’intellectuels (notamment philosophes) médiatiques ou issus du monde du spectacle : y a-t-il eu vraiment une perte d’influence des intellectuels ? Pour répondre, il faut d’abord examiner le triple contexte politique, économique et technologique (p. 41-63). Politiquement, il y eut d’abord (années 1990-2005) une expansion de la démocratie à l’issue de la chute du mur de Berlin et de la fin de l’Union soviétique, puis un « épuisement du principe démocratique » (p. 43), la montée de l’islam et des populismes, et, globalement, une montée de la droite autour de trois thèmes : l’avenir de l’État-nation, les mémoires du passé colonial, et les avatars de la mondialisation. L’idée de progrès est en crise et le prolétariat est absorbé par les classes moyennes si bien que le socle historique du socialisme s’effondre. Les sociétés sont hantées par une hypertrophie du présent (Hartog François, Régimes d’historicité, Paris, Éd. Le Seuil, 2003).

5L’économie cesse assez rapidement d’être subordonnée à l’autorité publique et, de plus en plus, la politique est dominée par une approche gestionnaire des problèmes. Du coup, le thème de l’exploitation des travailleurs est remplacé par celui de l’exclusion dans la critique sociale, d’où la montée de thèmes comme l’indignation dans l’opinion. Les changements technologiques ne sont pas en reste avec l’intégration de l’audiovisuel, de l’informatique et des télécommunications d’où le triple paradigme industriel successif de la convergence, de la collaboration, et de la création : les « industries culturelles » sont supplantées par les « industries créatives ». Enfin, un nouveau paysage médiatique s’impose avec la montée des GAFAM – Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft – autour des fonctions d’agrégation, de certification, et d’authentification. Dans ce nouveau contexte, on assiste à une très inégale visibilité des savants et des universitaires dont les conditions de travail se dégradent fortement, au profit de la montée de figures à la forte notoriété (dont très peu de femmes), ce qui se traduit par une nouvelle hiérarchie des disciplines en fonction de leur médiatisation (p. 65-99). En face de ces figures, une masse de chercheurs est devenue invisible, mobilisée par l’explosion des effectifs étudiants. Tandis que les universitaires du groupe interdisciplinaire croissent rapidement, les disciplines littéraires perdent leur prestige. Globalement, l’hyperspécialisation et la fragmentation croissantes des savoirs les rendent absents du débat public, phénomène aggravé par l’inflation du travail administratif et pédagogique des universitaires au détriment de la recherche. Cependant de nouveaux penseurs émergent dans de nouveaux supports et lieux de culture, mais l’extension pourtant importante des producteurs d’idées est mal perçue et mal connue du public.

6Le monde de la création se modifie beaucoup (p. 101-135). Dans les années 1960-1980, les écrivains ont perdu de leur influence au profit des sciences sociales ; et la pensée marxiste s’est vu délégitimée. On assiste en revanche à une montée des experts, des essayistes, et des journalistes. L’impératif de la médiatisation a contribué à la marginalisation (et à la précarisation) des écrivains, mais pas des écrivaines dont la visibilité a cru rapidement, facilitée par l’impératif autobiographique actuel. La montée des polémiques, souvent issue de la droite radicale, a marqué les dernières décennies où la presse écrite maintient son rôle au sein de l’ensemble des médias qui jouent un rôle décisif dans l’instauration des hiérarchies.

7Les éditeurs sont étudiés plus précisément ensuite (p. 137-173), car l’édition a connu une concentration industrielle sans précédent : à côté du duopole (Hachette et Éditis) qui domine le marché, les maisons moyennes (Gallimard, La Découverte, L’Harmattan par exemple) se sont restructurées fortement, et une nébuleuse de petits éditeurs reste influente sur le modèle plus ancien de François Maspéro ou de Jérôme Lindon et constitue un cercle restreint de « passeurs de savoir ». L’édition, qui reste un pilier essentiel de la diffusion des idées, est marquée par un fossé croissant entre les titres à succès et une foule d’ouvrages méconnus, car il y a eu une très forte inflation du nombre des publications (50 % de plus au tournant des années 2000) suivie par une forte montée des réimpressions qui marque fortement les années 2010. La dématérialisation du livre annoncée il y a 20 ans a été beaucoup plus limitée que prévu, et la logique marchande dominante oppose désormais le petit nombre de best-sellers et la « longue traine » des autres.

8La médiation journalistique, définie comme « force de prescription et de consécration » (p. 175-209), est devenue dominante. R. Rieffel y prolonge son excellent livre sur L’Élite des journalistes. Les hérauts de l’information (Paris, Presses universitaires de France, 1984) et s’appuie sur l’étude collective faite par les chercheurs de l’Institut français de presse (IFP) pour 1990 et 1999 (Les Journalistes français à l’aube de l’an 2000, Paris, Éd. Panthéon-Assas, 2001) et les statistiques de la Commission de la carte d’identité des journalistes professionnels pour 2019. Le profil socioculturel des journalistes reste globalement homogène et marqué par une forte endogamie sociale, mais a connu une forte hausse des formations et une féminisation très marquée. Devenu « journalisme de communication », le journalisme vit sous la double contrainte des verdicts du marché et de la routinisation des pratiques ; de nombreux exemples montrent son pouvoir de cadrage et de consécration, où la télévision joue un rôle dominant. Mais il y a eu une profonde mutation de la critique journalistique entre analyse et stratégie promotionnelle, liée à une approche très consumériste de la culture. Il reste que le journaliste est devenu à son tour producteur d’idées (p. 205-207), dont les livres sont particulièrement promus par leurs collègues, avec un brouillage fréquent des frontières entre université et journalisme.

9Pour conclure cette première partie, la prédominance des logiques économiques et financières domine désormais l’activité des acteurs de la vie des idées, très marquée par un regain de la veine pamphlétaire et polémique : en somme la configuration intellectuelle penche vers la configuration médiatique.

10L’attraction des médias numériques est donc l’objet de la seconde partie, consacrée aux modes de publicisation des idées ou plus exactement aux mutations de la configuration médiatique à l’heure des technologies numériques.

11Le « nouvel écosystème de l’information » (p. 223-237) est fondé sur le multimédia, la mobilité, l’interaction et le partage. L’information, passée à un mode plus horizontal et collaboratif, a remis en cause le discours des élites, et d’abord parce que les rendez-vous fixes ont été remplacés par l’information en continu. C’est donc l’accélération qui domine (Rosa Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, trad. de l’allemand par D. Renault, Paris, Éd. La Découverte, 2010 [2005]) et la vitesse (Cagé Julia et al., L’Information à tout prix, Bry-sur-Marne, INA Éd., 2017) ; cela conduit à une intense redondance, d’où l’uniformité qui pousse à scénariser le plus possible l’information pour masquer la répétition. Avec les plateformes contemporaines, les points de vue radicaux sont devenus visibles car le coût d’entrée y est faible. En outre, la consommation est désormais choisie, car la logique de l’offre a été remplacée par une logique de réponse à la demande. Mais, contrairement à l’idée reçue qui prête à l’information numérique une richesse introuvable (voir les nombreux travaux de Franck Rebillard), on assiste à une polarisation sur un très faible nombre de sites originaux, car la véritable nouveauté est la mise en conversation de l’actualité, apparue au début des années 2000 (Gillmore Dan, We the Media, Sebastopol, O’Reilly Media, 2004) : les internautes sont émetteurs sous des formes qui ont d’ailleurs fortement évolué depuis 20 ans, et cela met à mal le précédent monopole journalistique. R. Rieffel prolonge ici son ouvrage sur la volution numérique, révolution culturelle ? (Paris, Gallimard, 2014).

12Il faut donc examiner de près les « instances de prescription » (p. 239-269), d’où un examen attentif et une synthèse précieuse des études récentes sur ce point dans les tribunes des journaux et périodiques. On y voit sans surprise que Le Monde demeure un acteur central de la vie intellectuelle, mais aussi la montée en puissance de la presse de la droite et de l’extrême droite, imprimée et en ligne, avec les deux exemples du Figaro et de Valeurs actuelles, tandis que le rôle de Libération diminue. Les revues intellectuelles les plus influentes de la génération précédente, à l’exemple des Temps Modernes, du Débat ou d’Esprit, ont connu une relative perte d’influence avec la montée des communautés d’opinion, ce qui montre bien la mauvaise posture actuelle des revues généralistes, alors qu’on voit de nouvelles expérimentations de revues récentes, certes savantes, mais plus militantes et plus radicales, et aussi le succès éditorial du journalisme au long cours dans ce qu’on nomme les mooks (« livres-magazines »), par exemple la Revue du crieur, ou France Culture Papiers, ou encore la collection « Tracts » de Gallimard. Ainsi, avec le souci de la mesure qui fait la qualité de ses ouvrages, R. Rieffel montre-t-il l’essoufflement de formules désormais passées de mode, mais aussi une redynamisation indiscutable de la prescription journalistique. La critique en ligne (p. 261 sqq.), apparue d’abord dans les blogs, s’est concentrée sur les ouvrages grand public par le biais des plateformes et des réseaux sociaux ; le phénomène le plus marquant est la dilution des frontières entre production, diffusion, et critique, tandis que s’est accru le rôle très injonctif des « influenceurs » actuels et l’efficacité des procédures d’évaluation soumises à des algorithmes généralement opaques.

13La nature et le rôle des débats dans les médias audiovisuels est examiné ensuite (p. 271-317), et d’abord à la radio dont la complémentarité avec l’internet s’est affirmée dans les podcasts qui conduisent à de nouveaux usages de la radio dont l’audience se maintient à un haut niveau (voir notamment France Culture et ses invités p. 272-276). Sommes-nous passés d’une culture médiatique à une « culture numérique » (sur ce point, voir la longue note 1 p. 279) ? La réponse est sans doute à chercher dans l’examen croisé de la télévision et de l’internet : alors que la télévision a imposé l’émotion, le mélange des genres, et la sérialisation des œuvres, avec l’internet, la parole autorisée n’est plus confisquée par les « sachants » ; mais la télévision reste un vecteur essentiel de la vie intellectuelle, du fait d’une légitimité qui lui vient de son exclusivité que ni l’internet ni les réseaux sociaux ne peuvent offrir. Mais l’autorité a basculé du côté du spectacle et de ses animateurs ; la grammaire du spectacle est d’ailleurs assez simple : l’authenticité, la comparution, l’aveu, et la transparence (p. 283). Il faut cependant distinguer débats et talk-shows qui abolissent la frontière entre privé et public et favorisent le spectacle du conflit. Le débat à la télévision se fait désormais dans des formats courts (liste des invités p. 284-285), qui ont un impact notable sur les ventes des livres. Divers types de débats sont analysés et réservent quelques surprises comme la place des intellectuelles dans Ce soir (ou jamais !). L’auteur insiste sur la visée polémique des talk-shows et leur mélange des genres où la logique publicitaire l’emporte, ou encore la stratégie du clash dans On n’est pas couché (p. 307) ou la posture de Michel Onfray (p. 311). Très clairement, les médias choisissent les intervenants les plus conformes à leurs attentes.

14Ce parcours s’achève avec une étude originale et très convaincante des nouveaux forums sur le Web et les réseaux sociaux (p. 319-353). De nouvelles modalités de la prise de parole sont apparues, où l’histoire personnelle est souvent plus importante que la condition des intervenants ; la parole du « centre » y est de plus en plus court-circuitée par l’irruption de la « périphérie » : ainsi les hashtags #JeSuisCharlie, #MeToo ou #BalanceTonPorc avec le succès que l’on sait. Les règles définies par les professionnels (les gate-keepers) ont cédé devant le fait que tout est désormais publiable et diffusable sans intermédiaire, d’où par exemple le résultat inattendu de la ratification du traité constitutionnel européen de 2005.

15La nouveauté est que ce sont les moteurs de recherche qui filtrent et promeuvent ceci ou cela, d’où le faible pourcentage de contenus réellement vus par les internautes, contenus restructurés en trois pôles : une zone informationnelle classique, celle des médias, une zone conversationnelle (Facebook, Snapchat, etc.), et une zone d’influence (Twitter, entre-temps devenu X) qui débordent tous deux de l’espace de l’information.

16L’espace médiatique fortement polarisé selon l’opposition droite-gauche est aussi un espace très hiérarchisé (p. 326), avec un cœur, une couronne, des satellites et des « niches », ce qui autorise une comparaison utile avec les États-Unis, et des exemples assez nombreux (p. 329-344).

17Peut-on parler d’une brutalisation ou d’une hystérisation des débats ? Ce qui est certain est le constat des changements dans la façon de parler qui ont modifié le répertoire de l’action collective et la mise en discussion des savoirs et des connaissances : une démocratie d’opinion a supplanté le débat contradictoire, brouillé par les fake news. Cela dit, contrairement aux prévisions, les supports numériques n’ont pas vraiment révolutionné la dynamique de la vie intellectuelle et les modalités du débat public, car les médias traditionnels (et surtout la presse écrite) restent des instruments essentiels de la reconnaissance publique des chercheurs, des idées et des œuvres. Les médias ont un effet majeur d’étiquetage des figures intellectuelles, d’où la difficulté pour un intellectuel de trouver un équilibre entre une médiatisation à outrance et une médiatisation raisonnée, et cela dans un contexte de domination sans cesse croissante des intérêts financiers et des impératifs d’audience.

18La nouvelle configuration médiatique est marquée par la prépondérance du référencement et de l’indexation qui rendent essentielle la visibilité en ligne. Mais les intellectuels, en majorité, ne se sont pas rués sur ces nouveaux supports et sont restés en retrait, car l’internet, au fond, reste davantage un espace conversationnel qu’un espace de renouvellement de la pensée. L’intolérance, la conflictualité, la brutalité du débat sont des effets pervers de l’élargissement de la prise de parole aux « sans voix ». Ce phénomène est lié à la croissance du rôle de certaines catégories d’intermédiaires (journalistes-animateurs, et vulgarisateurs) mais les échelles des pratiques intellectuelles n’ont pas été radicalement modifiées : la vie intellectuelle est davantage fragmentée, mais la richesse de la production des idées est marquée par un foisonnement renouvelé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Rémy Rieffel, L’Emprise médiatique sur le débat d’idées. Trente années de vie intellectuelle (1989-2019) »Questions de communication, 44 | 2023, 489-492.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Rémy Rieffel, L’Emprise médiatique sur le débat d’idées. Trente années de vie intellectuelle (1989-2019) »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33973

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon, Élico, F-69365 Lyon, France, jf-tetu[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search