Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureMédias, technologies, informationDenis Ruellan et Josiane Ruellan,...

Notes de lecture
Médias, technologies, information

Denis Ruellan et Josiane Ruellan, Reporters en guerre. Communication militaire et information médiatique en Indochine (1945-1954)

Jean-François Tétu
p. 492-496
Référence(s) :

Denis Ruellan et Josiane Ruellan, Reporters en guerre. Communication militaire et information médiatique en Indochine (1945-1954). Bruxelles, Éd. de l’Université de Bruxelles, coll. Journalisme et communication, 2022, 213 pages

Texte intégral

1La « guerre d’Indochine », qui n’a jamais été appelée par son nom, fut pour l’armée française le moment d’une transformation radicale de son rapport à l’information, aux journalistes et aux médias en général. Il ne s’agissait plus, pour la « Grande Muette », de se taire, mais au contraire, de saturer l’espace médiatique de son point de vue. Il lui fallut donc inventer un mode particulier de coopération avec les médias et les journalistes, inventer aussi des moyens propres de production de photographies et de films, et se doter de ses propres reporters, généralement anonymes, pour fournir des images aux médias qui ont le plus souvent tu l’origine de ces documents, évidemment orientés ; au reste, il n’y eut qu’un relativement faible nombre de journalistes, souvent éloignés des combats quand ils ne leur étaient pas interdits (le camp de Diên Biên Phu leur fut totalement inaccessible).

2Autant dire d’emblée que ce livre est le résultat d’un très important travail d’archives, notamment la collection complète des photographies conservées à l’Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense (Ecpad), les archives de la Défense à Vincennes, et de l’outre-mer à Aix-en-Provence, les témoignages et souvenirs de journalistes et de militaires, et bien sûr les publications, notamment des magazines, et une analyse très approfondie des sources des textes et photographies publiées par les journaux, notamment pour la bataille de Diên Biên Phu (23 tableaux au total) ; ajoutons aussi une recension très précise de la trentaine de journalistes qui font l’objet d’une note biographique.

3Pendant toute la durée de cette guerre, si l’Indochine semblait bien éloignée des Français de la métropole, notamment parce que le contingent n’y fut jamais engagé, elle l’est à coup sûr bien davantage encore aujourd’hui. On ne peut donc qu’être reconnaissant aux auteurs d’avoir exhumé tant de journalistes souvent oubliés qui, au péril de leur vie, ont couvert, autant que possible, ce conflit insaisissable et largement invisible, cette guerre non conventionnelle qui blessait et tuait autant de civils et de combattants (environ 500 000 côté vietnamien, et 100 000 côté français). Il aurait sans doute été utile d’ajouter quelques cartes et un index des journalistes cités, et aussi peut-être quelque allusion aux informations radiophoniques (nous pensons à Geneviève Tabouis sur les ondes de Radio Luxembourg) et à quelques journaux francophones non illustrés mais fortement lus dans les rédactions comme le vénérable Journal de Genève.

4Certes, le journalisme de guerre est plus ancien et semble avoir débuté avec les guerres de Crimée (1853-1856), d’Italie (1859), de Sécession (1861-1865), etc. où il dut faire face à la censure. Certes aussi, la restriction de l’information s’appuie sur les représentations personnelles des journalistes qui soutenaient un camp et leur gouvernement, attitude favorisée par l’encadrement cognitif et matériel des journalistes depuis la première guerre mondiale jusqu’à l’embedding du conflit en Irak. Certes, le droit international donne un statut aux journalistes et reporters de guerre depuis 1907, mais c’est la première fois que les institutions militaires et civiles tendent à saturer les espaces et contenus informationnels, notamment par la création de « soldats-reporters » (inspirés des Propagandakompanien allemands du récent conflit mondial) qui transforment l’armée en agence d’images.

5Cette guerre fut à la fois anticoloniale et révolutionnaire (communiste) (p. 15), premier épisode de la guerre froide où les États-Unis fournirent à la France la moitié au moins de son effort de guerre ; guerre de mouvement, guerre « totale », elle imposait une nouvelle doctrine dont le principal instigateur, côté français, fut le général Jean de Lattre. Si le second conflit mondial avait été une guerre de propagande, celle-ci fut après 1950 une guerre psychologique, où il était vital de lutter d’abord contre la démoralisation de ses propres troupes. Cette guerre psychologique, qui deviendra guerre contre la subversion en Algérie, s’est construite en Indochine, en grande partie grâce à l’expérience des méthodes du Viêt-Minh. Parmi ses promoteurs, on trouve une bonne part des officiers qui seront plus tard parfois des défenseurs de l’Algérie française, et même de l’Organisation de l’armée secrète (OAS), comme Roger Trinquier ou le colonel Charles Lacheroy, brillant théoricien de la guerre contre-insurrectionnelle, et les généraux Raoul Salan et Jacques Massu, ou le colonel Marcel Bigeard, par exemple, pour qui l’Indochine fut une véritable « école de guerre » (p. 24).

6Il se construit ici une culture de la communication qui aura une grande influence dans les conflits ultérieurs, pensés comme « guerre totale » (p. 29). Ce fut aussi une école pour des professionnels de l’information qui eurent parfois ensuite une carrière brillante dans les médias d’information, comme Henri Amouroux, Lucien Bodard, Raymond Cartier, Jacques Chancel, Brigitte Friang, Danielle Hunebelle, Jean Lacouture, Jean Lartéguy, etc., ou au cinéma comme Pierre Schoendoerffer (Le Crabe-Tambour) ou Raoul Coutard, chef opérateur de la Nouvelle Vague.

7Ce livre est structuré en cinq chapitres : I. « Une communication faite système » : l’organisation de l’armée et de sa propagande (p. 35-57) ; II. « Des soldats-reporters », formule qui désigne les militaires et journalistes engagés pour l’occasion, dont l’activité est la communication (p. 59-105) ; III. « Des journalistes en camp » : l’activité et la vie quotidienne des journalistes (p. 107-135) ; IV. « Un dispositif de coproduction » entre armée et médias (p. 137-157) ; enfin, chapitre V, « L’enjeu des images » (p. 159-195), le plus nouveau sans doute du fait de l’établissement inédit des sources des images.

8Donc, d’abord, le dispositif militaire, plutôt complexe, ce qui rend parfois la lecture difficile. Avant J. de Lattre, le Haut-commissariat (civil) dirige le service français d’information (SFI), et l’armée le service presse information (SPI), destiné à fournir l’information de source militaire aux journalistes, mais aussi, à côté du bureau de la presse et de l’information (BPI), un nombre variable et mouvant de services spécialisés, dont l’action psychologique. En outre, un journal, Caravelle, est destiné au corps expéditionnaire (où on trouve d’abord J. Lacouture, Philippe Mullender, etc.).

9Le général J. de Lattre va unifier et réorganiser tout cela, et d’abord le BPI, où on voit que « les pouvoirs civil et militaire partagent la même conception de l’information » (p. 37) ; le rôle de la troupe est conçu comme propagandiste, et les caravanes cinéma parcourent le territoire car le cinéma est pensé dans l’œuvre de « pacification ». Ensuite, l’organisation de la propagande, « l’empire de la guerre psychologique » (p. 46 sqq.), la distinction de l’information, destinée aux journalistes, et de la propagande, destinée à l’opinion publique, le service moral information et ses avatars, et la transformation du BPI en véritable agence de presse.

10Les auteurs insistent sur le rôle décisif de J. de Lattre, à la fois commandant en chef et haut-commissaire en Indochine, qui pourtant, « ne saisit pas le caractère révolutionnaire de la guerre d’indépendance » (p. 55), car il n’y voit « que manipulation par les communistes vietnamiens marionnettes de la Chine » (ibid.). Et, finalement, ils soulignent la place privilégiée de l’information par les médias, car, selon la formule attribuée par L. Bodard à J. de Lattre, « frapper l’ennemi c’est bien, frapper l’imagination c’est mieux » (p. 55). La création par l’ancien normalien Jean-Pierre Dannaud du camp de presse de Hanoï caractérise au fond la conception d’ensemble qui peut se résumer dans la formule « servir la presse pour s’en servir » (p. 57). Tout cela est assez compliqué et les transformations sont développées en divers endroits du livre (voir note 1, p. 59).

11Avec J. de Lattre, les rôles étaient redistribués : « Le SFI a délégué au SPI la direction, l’exploitation et la diffusion des reportages tandis qu’il gère les tirages papier destinés aux journaux » (p. 59), mais, après sa mort, la partie militaire regimbe, et la situation est confuse. Retenons que l’essentiel des reportages est assuré par le vénérable service cinématographique des armées (SCA), dissous en 1919 et réorganisé en 1946, qui est au départ équipé de matériels confisqués en Allemagne. Le SPI dispose d’effectifs importants : en moyenne 41 reporters-photographes entre 1951 et avril 1956 (tableaux 1 et 2, nombre de reporters et de reportages p. 65), avec une forte baisse en 1954 ; outre le fait que les images des trois reporters sur place sont bloquées à Diên Biên Phu après mars 1954. Il faut dire aussi que, de façon générale, l’armée avait beaucoup de mal à recruter ses reporters du fait de la dangerosité de la situation.

12Bref, il y a une grande confusion dans les statuts, militaire ou civil, des reporters qui sont généralement vêtus en civil. D’ailleurs, les journalistes travaillent globalement pour d’autres supports, ce qui complique encore leur double statut de soldat chargé de l’information et de journaliste, double identité d’ailleurs normée (p. 73). Ce « flou identitaire » favorise la construction de cette catégorie que les auteurs désignent comme « soldats-reporters ».

13Qui étaient-ils et d’où venaient-ils ? C’est l’occasion de revenir sur le parcours de plusieurs d’entre eux (p. 74-75) et le projet personnel qui a conduit en Indochine des personnalités comme B. Friang ou D. Hunebelle (p. 76-77). Tous ces personnages, journalistes et soldats-reporters, ont en commun d’avoir un « parcours dense et une identité fluide ». On trouve donc ici une série de portraits (Philippe Devillers, Jean-Dominique Lajoux [170 reportages], Pierre Ferrari [150 reportages], Nguyen Manh Dan, Paul Corcuff, ou Jean Péraud, évadé de la colonne de prisonniers en 1954 et depuis disparu).

14L’Indochine fut pour beaucoup une voie royale pour leur carrière postérieure dans le journalisme, comme Daniel Camus, Jacques Chancel et Jules Roy, outre les reporters précités. Pour d’autres, ce fut l’ouverture des portes vers le cinéma, notamment Claude Bernard-Aubert et P. Schoendoerffer ou des opérateurs de la Nouvelle Vague comme Georges Liron et R. Coutard. Mais beaucoup d’autres sont restés dans l’ombre (p. 88-89). De façon plus générale, l’Indochine fut « le théâtre d’innovations en stratégie de communication » dans l’armée ou les entreprises (p. 89).

15Que font ces journalistes, combien sont-ils, comment travaillent-ils ? Autant de questions difficiles, tant la situation fut mouvante et relativement peu documentée. Certes, la première source est constituée par les médias eux-mêmes, français ou indochinois (liste p. 108), et, au moins pour la période de 1945 à 1949, le BPI en a établi la liste (139 au total). On voit ainsi une forte variation selon les périodes et une forte minorité de journalistes étatsuniens (49), tous hommes à ce moment ce qui vérifie la quasi-exclusivité des hommes dans la profession à cette date (sur ce point, voir Ruellan Denis, Reportères de guerre, Paris, Presses des Mines, 2018). En outre, fut créée ensuite une carte professionnelle de correspondant de guerre distribuée jusqu’en décembre 1954 (148 cartes au total, voir tableaux 4 et 5). À cette époque, il n’y a pas de « grands » du journalisme sur place, mais des jeunes gens animés par le goût de l’aventure (voir Max Clos, p. 117).

16Les véritables correspondants sont très peu nombreux, et les journalistes ne restent sur place que pour une relativement courte période, si bien que, pour limiter l’impact de voix discordantes, l’incorporation dans l’armée est le meilleur moyen de les contrôler, comme elle est, pour les journalistes, le seul moyen d’accéder aux opérations : c’est donc en fait un embedding avant la lettre. Au reste, la proximité avec les officiers est le meilleur moyen d’obtenir des informations, d’où le regroupement des journalistes au « club de la presse » de Saïgon (en fait, un local de l’Alliance française transformé en restaurant), puis du « camp de presse » à Hanoï après 1951 (en fait, deux villas), où ils peuvent voir régulièrement des officiers. En somme, les journalistes, ceux du moins qui ne sont pas soldats, ne « voient » pas la guerre, car, outre l’invisibilité caractéristique de la guérilla, l’armée tient les journalistes à l’écart des zones de combat. Ils se servent des moyens militaires pour aller d’une ville à l’autre (ces voyages sont comptabilisés par le SPI qui paye la facture, p. 129) et le même SPI organise parfois des « sorties », qui donnent l’illusion de vouloir rapprocher les journalistes du front mais sans le faire. Il reste qu’il existe bien une « culture militaire partagée », car les journalistes sont à la fois choisis et choyés par l’armée (p. 134) ; ce qui explique le nombre assez substantiel des décorations qu’ils reçoivent, notamment la croix de guerre des TOE (Théâtres d’opérations extérieurs) pour leurs faits de bravoure. Il faut donc imaginer la vie de ces journalistes, au Continental de Saïgon ou au Metropole de Hanoï, un peu à l’image de l’Holiday Inn de Sarajevo en 1994, où les journalistes échangent leurs informations et questionnent leurs informateurs qui étaient souvent ici leurs collègues devenus soldats-reporters, de retour de quelque mission. Le nombre assez élevé de journalistes blessés s’explique par ce double statut.

17Mais comment expliquer que l’opinion publique française, qui, dans sa majorité, se désintéresse de l’Indochine, ait été à ce point favorable au corps expéditionnaire ? Les journaux qui se questionnent sur le bien-fondé de ce conflit ou s’y opposent sont au fond très peu nombreux : la presse communiste, Les Temps Modernes, Témoignage chrétien, et Le Monde. À cela, plusieurs sortes de réponses. D’abord, cette sorte de « sur/bienveillance » de l’armée à l’égard des journalistes, ensuite la censure (plus risquée pour les médias vietnamiens que pour les métropolitains), dont l’efficacité tenait moins aux coupes (assez rares) dans les télégrammes de presse qu’au fait que les journalistes, soucieux de la rapidité de leur envoi, craignaient les retards de transmission dus à la censure, et préféraient donc s’autocensurer que risquer de tels retards.

18Ainsi les autorités agissaient-elles sur trois plans : couper le robinet des nouvelles négatives, abreuver les médias d’une représentation positive des opérations, et utiliser les événements pour construire un récit par l’image conforme à la vision politique du moment (surtout via les actualités cinématographiques et les magazines illustrés). En outre, la régulation par l’armée de l’accès aux territoires était efficace, et aussi celle de l’accès aux briefings, source essentielle pour les journalistes (L. Bodard et M. Clos, mal vus, ne sont pas prévenus de la conférence de presse du général Henri Navarre après la chute de Diên Biên Phu, p. 140).

19Le but de l’armée, qui brandit cette guerre comme rempart contre le communisme après le début de la guerre de Corée, est d’abord d’obtenir la coopération des journalistes, souvent délicate car il s’agit aussi de masquer les aspects les plus désagréables et violents de cette guerre, dont la torture, bien peu dénoncée quand la plupart des journalistes légitiment les violences qui n’ont pu être masquées (p. 152). La clé de tout cela est à chercher du côté de ce qu’il faut bien appeler l’appartenance à un cercle restreint de reporters et de soldats. La proximité des journalistes et des soldats-reporters ne fait pas de doute, même si ce sont les soldats qui se trouvent dans les situations les plus difficiles et fournissent aux journalistes la matière de leurs papiers (« ils nous pompaient, dit Lacouture, pour avoir un peu de substance à mettre dans leur article », p. 157) : ces soldats-reporters étaient des « porteurs d’eau », des stringers comme on disait alors, qu’on dirait aujourd’hui des « fixers ».

20Le dernier chapitre, fruit d’un travail patient de recherche des sources des images, notamment pour la période de novembre 1953 à l’été 1954, montre à la fois la façon dont le BPI a été utilisé comme agence de presse, et aussi comment la presse a utilisé des images dont la source est le Viêt-Minh, sans le citer bien sûr. Il faut dire que l’armée avait échoué à rédiger des articles à la place des journalistes, et que les sociétés qui alimentent alors les actualités cinématographiques refusaient d’envoyer leurs propres reporters, trop coûteux (et c’était bien trop dangereux !), si bien que le BPI s’est peu à peu transformé en agence de presse et banque d’images. Ce ne sont pas d’ailleurs que des images de guerre, car le BPI tient à montrer aussi « la vie laborieuse et pittoresque des populations » (p. 162), ce qui fait partie intégrante de sa propagande. Il est intéressant de noter que l’armée avait équipé ses reporters de Rolleiflex de format 6x6, adapté aux images institutionnelles et facile à recadrer, quand la presse s’était convertie au format 26x36 des Leica et Contax plus propres aux situations d’action. Les auteurs fournissent des tableaux précis et utiles des reportages par catégories et sujets et par date (tableaux 8 à 10 p. 164, 166, 167) ; ce qui permet aussi de voir la floraison de publications d’illustrés du moment. On voit aussi que des revues comme France Illustration, Radar ou Point de Vue-Images du Monde ne citent pas les auteurs des images qu’elles publient. Le modèle est alors celui de Life, qui s’abstient bien de dire que ses images de Diên Biên Phu viennent du service de communication vietminh (ce que révèle Paris Match). Bref, beaucoup d’images orphelines, notamment sur Diên Biên Phu où les deux soldats-reporters et un seul soldat ciné-reporter (P. Schoendoerffer) ont pu envoyer des images et pendant deux semaines seulement. Quant aux saisies d’images sur les cadavres et prisonniers vietminh, on peut imaginer que cela faisait partie de la propagande communiste destinée justement aux publics étrangers : la défaite de la France coloniale (p. 194-195).

21Au total, les journaux et journalistes ont donc coopéré avec l’armée pour construire une représentation biaisée du conflit, « la France a perdu la guerre, mais la communication militaire quitte l’Indochine sur une victoire » (p. 198). L’information faite arme, c’est ce dont les armées sauront se souvenir par la suite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Tétu, « Denis Ruellan et Josiane Ruellan, Reporters en guerre. Communication militaire et information médiatique en Indochine (1945-1954) »Questions de communication, 44 | 2023, 492-496.

Référence électronique

Jean-François Tétu, « Denis Ruellan et Josiane Ruellan, Reporters en guerre. Communication militaire et information médiatique en Indochine (1945-1954) »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/33978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.33978

Haut de page

Auteur

Jean-François Tétu

Université Lumière Lyon 2, Sciences Po Lyon, Élico, F-69365 Lyon, France, jf-tetu[at]orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search