Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureThéories, méthodesSémir Badir et Christine Servais ...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Sémir Badir et Christine Servais (dirs), Médiations visibles et invisibles. Essais critiques sur les dispositifs médiatiques contemporains

Aurélie Pourrez
p. 502-504
Référence(s) :

Sémir Badir et Christine Servais (dirs), Médiations visibles et invisibles. Essais critiques sur les dispositifs médiatiques contemporains. Louvain-la-Neuve, Éd. Academia, coll. Extensions sémiotiques, 2021, 211 pages

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage pourrait convoquer tant la philosophie de Maurice Merleau-Ponty (Le Visible et l’Invisible, Paris, Gallimard, 1988 [1964]), soulignant ce passage de l’invisible au visible, que l’anthropologie de Philippe Descola (Les Formes du visible, Paris, Éd. Le Seuil, 2021) accentuant le dispositif par lequel se fait la construction de sens. En effet, le titre de cet ouvrage suggère un caractère officieux et impensé de certaines médiations malgré des usages réels et existants. Bien que l’introduction indique clairement (p. 5) que les textes proposés ne cherchent pas à définir ce qu’est la médiation, il aurait été intéressant de le faire en énonçant en quoi les notions de visibilité et d’invisibilité des dispositifs techniques et médiatiques l’interrogent. Si cette économie laisse le lecteur avide de cet éclairage sur les registres de médialité (Citton Yves, Médiarchie, Paris, Éd. Le Seuil, 2017) mobilisés dans l’ouvrage, la proposition des deux motifs d’analyse « transparence et collectivité » comme enjeux de visibilité et d’invisibilité annonce une convergence intéressante des textes. Un visible respect des usages conduit les directeurs de l’ouvrage à placer leur texte respectif en dernier, ce qui rend parfois peu perceptible, jusqu’à leur lecture, le lien avec le cadre d’analyse annoncé. Chaque proposition est en revanche une critique captivante sur un dispositif actuel de médiation.

2Erik Bertin développe une interrogation sur la mesure de l’image dans les médias sociaux et son analyse massive informatique (p. 19). Par cet exemple de conversion d’énoncé visuel en données numériques et textuelles, il met en exergue l’effacement non seulement de l’œuvre dans son entièreté et de l’intentionnalité, mais aussi du sens : « Ici, inversement, le discours visuel est considéré comme un lieu où circule purement de l’information, et non comme un tout de signification intelligible » (p. 30). Pour l’auteur, idéologie visuelle et technologie témoignent dans l’intéressant chapitre « Croire voir » (p. 32), de la recherche d’une visibilité immédiate au défaut d’une recherche de signification et de la production de croyances plutôt que de savoirs. Néanmoins, on regrette l’absence d’un fil conducteur avec l’introduction du recueil. Les deux motifs d’analyse semblent être dans ce texte traités par la neutralité du logiciel d’analyse des images. Non énoncée, l’invisibilité ne figure qu’en ouverture aux rôles des sciences de la signification.

3« Les influenceurs et l’économie des identités dans les réseaux sociaux » est un chapitre de dialogue entre le point de vue sémiotique et le point de vue des sciences de l’information et de la communication proposé par Enzo D’Armenio. Son approche souligne l’économie de valeurs fondée sur l’appréciation collective. Dans la partie « Le support et le labyrinthe » (p. 44), l’auteur dégage la force des réseaux sociaux à se développer en une « unité informatique capable de condenser ces pratiques en une plateforme singulière » (p. 48). Le reste de son analyse porte sur les selfies avec une richesse épistémologique allant de l’identité-ipse de Paul Ricœur à la sémiotique du portrait d’Anne Beyaert-Geslin. La réactivité sémiotique de like, share et follow est présentée comme un manifeste de socialisation.

4Pour sa part, Pierre-Yves Hurel, Alexis Messina et Maxime Godfirnon partagent ensuite l’expérimentation LiègeCraft durant laquelle les participants ont été invités à reproduire un quartier de Liège dans le jeu de construction Minecraft. Des perspectives de médiations culturelle et esthétique ont initié ce projet au cours duquel les chercheurs se demandent en quoi Minecraft fait-il médiation. Si le descriptif de l’expérimentation est précis et intéressant, il y a néanmoins ici aussi l’absence du développement des motifs d’analyse, resté à charge du lecteur.

5La contribution suivante permet à Alexandre Lansmans de développer une analyse critique d’une pratique de médiation culturelle pensée dans un espace public urbain. Une présentation est faite du dispositif innovant de médiation qui propose des œuvres d’art dans des vitrines commerciales vides ainsi mises en visibilité. Le dispositif comporte une stratégie de communication professionnelle déclinant un site web, un community manager, des articles de presse locale et nationale et des documents officiels pour les propriétaires, pour les sponsors et pour les artistes. Avec réflexivité, l’auteur examine la médiation et ses tensions impensées entre visibilité et invisibilité, comme le « conflit de sémiose » (p. 104) dans lequel peut se trouver le piéton qui explore volontairement, ou non, cet espace urbain. La question de la possibilité et de la légitimité de l’invisibilité d’une médiation est abordée en ouverture de cette intéressante proposition.

6Une réflexion sur le « barbouillage » militant anti-publicitaire contestant cette captation visuelle urbaine est ensuite proposée par François Provenzano. Les concepts de médiation, de ripostes communicationnelles à la publicité et d’espace public y sont explorés. L’argumentaire du jugement de relaxe à l’encontre de six militants (p. 133) interpelle autant que l’analyse qui suit. La visibilité est en effet abordée ici par le caractère contraint du visuel pour le passant. Une note méthodologique sur la notion de culture rhétorique constitue une ouverture intéressante. Au-delà de l’approche sémiotique, nous aurions apprécié une approche sensible des panneaux publicitaires et de leurs recouvrements, en écho à l’atmosphère décrite par Alain Mons (Les Lieux du sensible. Villes, hommes, images, Paris, CNRS Éd., 2013).

7Autrice du chapitre « Escorter le fact-checking », Élise Schürgers cadre son utilisation de la notion de médiation, au prisme de l’interprétation des données discursives (p. 142). La visibilité est celle de la médiation affichée au travers des discours d’escorte du fact-checking. Le décryptage minutieux proposé de l’auto-légitimation des dispositifs par une indignation morale face à la désinformation transgressive et par la ligne narrative du fact-checking (p. 155) permet une mise en perspective inaccoutumée. L’angle mort du discours d’escorte, l’invisibilité de cette médiation, y est ainsi développé.

8L’apport de Christine Servais appréhende « le statut politique d’une énonciation médiatique transparente » par un rapport entre sphère publique et sphère médiatique pensée dans « [sa] dimension performative de “mise en corps” de leur audience » (p. 168). La chercheuse propose une mise en évidence de la transparence énonciatrice du discours journalistique et une mise en perspective de cette notion. Le cadre d’analyse énoncé en introduction domine dans ce texte.

9L’ouvrage se termine par une réflexion de Sémir Badir dans laquelle il met en perspective la conversation de la communication en médiation. Il propose une intéressante « archéologie d’un certain rapport social considéré en fonction d’une théorie du langage » (p. 204). Trois rapports au langage distinguent ainsi une expression d’intention engageant l’action d’un seul sujet, la communication comme paradigme développant un lien avec l’idéal démocratique et les techniques médiatiques. Ces dernières incarnent des dispositifs de langage qui constituent la médiation. La médiation est ici pensée comme l’écologie du dispositif de langage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Pourrez, « Sémir Badir et Christine Servais (dirs), Médiations visibles et invisibles. Essais critiques sur les dispositifs médiatiques contemporains »Questions de communication, 44 | 2023, 502-504.

Référence électronique

Aurélie Pourrez, « Sémir Badir et Christine Servais (dirs), Médiations visibles et invisibles. Essais critiques sur les dispositifs médiatiques contemporains »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34011 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.34011

Haut de page

Auteur

Aurélie Pourrez

Université de Lorraine, Crem, F-57100 Thionville, France, aurelie.pourrez[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search