Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureThéories, méthodesAntoine Vauchez, Public

Notes de lecture
Théories, méthodes

Antoine Vauchez, Public

Christian Ruby
p. 520-523
Référence(s) :

Antoine Vauchez, Public. Paris, Éd. Anamosa, coll. Le mot est faible, 2022, 104 pages

Texte intégral

1Substantif ou adjectif, le signifiant « public » se voit offrir un regain d’intérêt ces dernières années. On ne cesse de reparler des « services publics » ou du « public » des arts et de la culture. De son côté, en témoin, le Publictionnaire fait aussi la part belle à la versatilité de réflexions et de domaines que recouvre ce terme. L’ouvrage chroniqué ici s’intéresse à la fois à l’usage politique, juridique et étatique de ce terme, et aux déplacements de sa signification dans ce cadre.

2Toutefois, avant d’en venir à lui, signalons l’intelligence de cette collection intitulée « Le mot est faible » qui consiste à témoigner de la labilité des mots. Leurs conditions d’usage semblent, pour beaucoup, leur ôter leur signification prétendument première. Comme si les mots recouvraient des essences. Certes, des termes positifs à certaines époques peuvent devenir négatifs à d’autres ; ils peuvent aussi changer entièrement de registre et de sens. En réalité, il n’y a pas d’essence fixe à laquelle des mots pourraient référer. Au mieux, ils ont une histoire et sont tributaires de dispositifs linguistiques qui n’excluent d’ailleurs pas la survie, la réapparition, le transfert ou l’invention de significations.

3Antoine Vauchez se coule parfaitement dans cette optique de rendre compte des enjeux qui président à la variation de signification du terme « public », et d’interroger ce que nous pouvons « faire » de nos jours avec ce terme, en situation de crise, d’inflation et de paupérisation de beaucoup. Il est politiste, directeur de recherches au CNRS (Centre national de la recherche scientifique). Ses travaux portent sur l’histoire du centre du pouvoir européen, du Marché unique à l’euro, et les transformations néolibérales du droit et de l’État. S’il s’attache ici au terme « public », c’est d’abord pour rappeler son acception démocratique la plus classique : ce qui sert un intérêt collectif fort ou fait signe vers ce qui se trame « au nom de tous ». Mais il se demande ce que sont devenues les pratiques qu’il sollicitait, alors que nous sommes passés sous un régime néolibéral. Enfin, il s’inquiète de savoir si, de nos jours, avec cette notion, nous ne pourrions pas dire des choses nouvelles, l’utiliser en la définissant autrement. S’il était possible de mobiliser ce langage en fixant, différemment de ce qu’on nous propose, des énoncés et un sujet qui les articule, alors quelque chose changerait dans ce que nous disons, pensons et désignons et sans doute faisons dans le cadre politique. Finalement, tel est le projet. Le sujet que serait alors ce qui est « public » s’impliquerait différemment dans les mutations sociales. En un mot, ce que souhaite A. Vauchez, c’est de rendre possible avec le terme « public » des récits et des inventions sans précédent, des enchaînements qui trouveraient une validité dans des actions concrètes opposées au néolibéralisme actuel.

4Néanmoins, il convient d’insister sur le fait que, le terme prenant sens dans plusieurs champs, l’auteur se restreint à un seul. Les autres (les arts notamment) mériteraient des analyses différentes, même si, remarque-t-il, ils renvoient aussi à des obligations positives de l’État, toutes orientées vers la nécessité de cimenter ­– tant bien que mal – la société. Dans le seul cadre qui l’occupe, la politique, il remarque que les usages actuels de ce terme « public » laissent parfois penser qu’il est devenu un signifié flottant. Ce qui peut s’entendre en deux sens : soit que ces usages le rendent flou, soit que son extension soit devenue trop grande. Et pour plus de précision encore, l’auteur a raison d’insister sur le fait que la réflexion sur « public » est de nos jours un préalable à nos discussions sur la réforme ou la transformation de l’État et des politiques publiques. Surtout à l’heure de l’Europe où, dit le chercheur, on ne semble plus adhérer à l’idée de décisions publiques produites au plus près des lieux et des acteurs de la démocratie et d’un gouvernement de toutes et tous, mais aussi pour toutes et tous.

5L’auteur se cale d’emblée sur la réémergence de l’opposition entre le discours sur la valeur des services publics et le discours d’instrumentalisation de l’intérêt général. Cette opposition prend possession du discours lui aussi public, au sein d’une longue période de libéralisme attaché au privé. En effet, il importe d’analyser la rentrée en grâce des mots du « public », s’agissant du registre politique et de la sphère de l’action publique, tels qu’ils sont donnés comme régime juridique, mode de production (non marchand) et horizon social. Cette rentrée en grâce est décrite à partir de la restructuration du terme autour de l’opposition privé/public, notamment autour des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), des anciens services publics devenus sociétés de capitaux (SNCF, France Télécom) ou propriétés publiques dont les facteurs principaux sont la gestion par des sociétés commerciales (gares, aéroports) agissant sous les méthodes du New Management Public. Ces méthodes placent les agents publics sous contraintes continues de réduction des coûts. Cette rentrée en grâce intervient aussi au moment où des sociétés privées revendiquent pour leur part un rôle civique, une part de la gestion des biens publics (eau, autoroutes), ou des missions d’intérêt stratégique (santé, vaccination).

6Dès lors, nous n’assistons pas à une crise nominale de cette notion. C’est une crise démocratique qui se déploie et décompose les institutions. On ne sait même plus très bien s’il s’agit d’un échec du politique ou d’une absence de politique. En tout cas, c’est une crise de confiance des citoyennes et des citoyens à l’égard de l’État dont ils interrogent la nature publique, la capacité, voire la volonté de se faire le relais et le garant des intérêts collectifs. Une crise qui dure depuis un moment et dont les dirigeants de la Ve République ont su profiter pour eux-mêmes, grâce à la formation d’élites indépendantes des soucis communs, mais décidées à accéder au pouvoir et à l’utiliser.

7Nous vivons et travaillons au terme de trente années de restructuration des rapports État/marchés. Longues années terminées par la pandémie du Covid-19, et par l’incapacité où s’est trouvé l’État de réagir puissamment face à l’expansion du virus. Mais pas uniquement. Sous un autre mode, le « public » est apparu comme un puissant générateur de dévouement professionnel : ce fut le cas de beaucoup, parmi lesquels les soignants, les enseignants… Il y a là une situation intéressante, montre le chercheur. Les acteurs étatiques semblent soucieux de montrer qu’ils agissent comme des opérateurs privés, soucieux des finances ; inversement, des entreprises privées mettent une énergie inédite à placer leur action sous le label de l’intérêt général ; et entre les deux les professionnels des services publics tentent de défendre leur position.

8Tout cela n’indique-t-il pas que le « public », la sphère d’action publique, s’est libéré de la tutelle étatique, et que l’État n’a plus le monopole de l’intérêt général ? État et public ne coïncideraient plus, et surtout plus automatiquement. L’analyse proposée conduit bien à penser que nous avons assisté ces dernières années à ce découplage de la sphère du public, entendue comme espace de la démocratie, et de la sphère du gouvernement, entendue comme espace de décision collective. De ce fait, les actes privés qui investissent ce champ « public » décident alors seuls des causes à défendre, et n’en rendent compte qu’aux directoires des sociétés.

9Afin de mieux éclairer ce découplage, par quelques allusions nécessaires, A. Vauchez précise derechef la manière dont la sphère publique s’est constituée à partir des xvie-xviie siècles. Chacun sait que la sphère du « public » n’existait pas auparavant, si ce n’est à être restreinte à la cour, et sous forme d’une simple technique de mise en scène du pouvoir monarchique. C’est à partir de la Renaissance qu’émerge un espace de discussion indépendant de la cour, entraînant dans son sillage la formation d’intellectuels, la diffusion des idées par l’imprimerie et les Salons. « Public » devient à la fois une sphère d’action et un collectif devant lequel les gouvernements doivent justifier leurs actions. Une corrélation entre « public » et problème de l’intérêt général s’instaure. La sphère du public inclut les médiateurs (écrivains, artistes…), les institutions (parlement), et les réunit dans une fonction critique qui prospère. En ce sens, et en se réclamant de Jürgen Habermas, l’auteur définit l’espace public comme l’horizon normatif d’une « sphère de tous » (et de toutes). Ce qui est « public » est le levier par lequel certains biens sont mis à l’abri de l’économie marchande. L’allusion à Rome est ici transparente, d’autant qu’elle revient de nos jours : il y a des biens publics intangibles. De nos jours, si ce ne sont pas les mêmes, ils existent bien sous forme de systèmes collectifs d’assurance sociale, services publics affranchis des logiques marchandes.

10L’auteur ne néglige pas la critique possible de cette idée de l’espace public instauré historiquement, tel qu’il est réfléchi par J. Habermas. Il fait allusion aux critiques des inégalités, des genres, etc. À juste titre, il signale les limites de son analyse. Pour autant ce n’est pas sur ce plan qu’il se situe. Il voulait surtout montrer comment l’État et la sphère du public se sont arrimés l’un à l’autre.

11Avec A. Vauchez, reprenons le fil : le découplage État-public a eu lieu. L’État ne s’est pas pour autant effondré. Il est préservé. Le néolibéralisme qui occupe la scène politique de nos jours, et qui n’est en rien semblable à la politique de Margaret Thatcher ou de Ronald Reagan, ou à celle des lobbies, a affiché un programme de transformation de l’État, mais pas de sa suppression. L’État est chargé du démantèlement des pôles publics, et devient matrice d’un nouveau mode de gouvernement destiné à conduire les privatisations. Dans ce dessein, il s’appuie sur de nouvelles élites, les professionnels du marché et leur expertise en affaires publiques. Un gouvernement de privatisation s’est instauré qui diffuse une nouvelle conception de la propriété publique, en forme d’actifs évalués sur des marchés privés. C’est le cas de France Télécom, EDF, La Poste, etc. Ces sociétés sont toujours détenues par des capitaux publics, mais gérées comme des actifs privés. Le chercheur prend l’exemple des gares : elles sont gérées par des capitaux publics et privés, et sont transformées en espaces commerciaux privés. Enfin, les régimes de liberté y sont de plus en plus incertains.

12Dès lors, la sphère du gouvernement a changé de nature, elle est même dépolitisée. Ses points d’ancrage nouveaux sont l’Europe, le business et les managers. Désormais, ce qui est « public » est dépendant de décisions prises à un autre échelon. D’autant que les bureaucraties sont mises en réseau, du fait de la collusion du gouvernement avec les grandes entreprises et le monde du conseil, ce lieu où se définissent les règles du jeu des marchés privés. Par ailleurs, l’auteur signale les bénéfices que le privé tire du pantouflage des anciens ministres, intégrés aux entreprises par fait de carnets d’adresses disponibles. Les acteurs privés sont entrés dans la chaîne de la décision publique. En outre, au niveau de l’Europe, un nouvel embryon de classe politique fédérale, issue des partis de centre gauche comme de centre droit, et enrôlée dans le projet central de marché unique, se forme, mais sans disposer du type d’autorité précédent, rationnel, traditionnel ou charismatique, tel que défini par Max Weber.

13La sphère du public a-t-elle pour autant disparu ? Non, précise A. Vauchez. Il y a toujours une vie démocratique qui se réalise le long des chaînes d’existence. Mais sa prise sur la conduite des affaires collectives s’est affaiblie. Ce qui relève du « public » s’apparente à une sphère de consommateurs ou de bénéficiaires de prestations et n’a plus d’impact sur les agences, les commissions européennes, les cours de justice, et les banques centrales. Les expertises sont réservées aux grands groupes. Coincés dans les espaces de négociation semi-publics, et hyper-techniques, les intérêts diffus du public peinent à se frayer un chemin. L’intérêt général est rabattu sur les « parties prenantes ».

14Rien n’étant fatal, comment retrouver l’esprit public de l’État ? Le chercheur ne cède pas à la nostalgie ou à la déploration. Pour lui, il n’y a d’ailleurs pas eu d’âge d’or des rapports de l’État et du public. Mais nous avons besoin de l’État, notamment pour contrebalancer les « superstarfirms ». Pour conclure son ouvrage, il cherche donc à aider à passer des affaires publiques aux affaires du public, à se déprendre des savoirs du gouvernement néolibéral. Il se focalise sur les sciences sociales afin qu’elles poussent à redéfinir le public et les biens publics, et permettent de déjouer la marginalisation du public. Pourquoi ne pas en passer par un parlement transnational qui aurait le dernier mot en matière budgétaire et fiscale ? Ce serait un levier politique susceptible de mettre fin aux huis clos de l’Eurogroupe. Il défend cette position. D’ailleurs, il serait possible de faire fructifier ce parlement autour de l’écologie. Contre l’écologie de marché, cela reviendrait à mobiliser le droit qui permet d’ouvrir des brèches au sein de l’État. De telles nouvelles causes du commun déploieraient une nouvelle science du public et une politique de la participation, dans lesquelles « se dessineraient aujourd’hui les soubassements possibles d’une nouvelle sphère publique ». Tels sont les mots sur lesquels le livre se referme (p. 98).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Ruby, « Antoine Vauchez, Public »Questions de communication, 44 | 2023, 520-523.

Référence électronique

Christian Ruby, « Antoine Vauchez, Public »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34093

Haut de page

Auteur

Christian Ruby

F-37100, Tours, christianruby1[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search