Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureThéories, méthodesAlbin Wagener, Mèmologie. Théorie...

Notes de lecture
Théories, méthodes

Albin Wagener, Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes

Alexandre Eyries
p. 523-525
Référence(s) :

Albin Wagener, Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes. Saint-Martin-d’Hères, Université Grenoble Alpes Éd., 2022, 160 pages

Texte intégral

1Depuis les débuts du Web 2.0 et juste après l’essor des réseaux sociaux, on a constaté que les usagers des technologies numériques de l’information et de la communication développaient une série d’aptitudes et d’habiletés pleinement inscrites dans le champ des humanités numériques et caractéristiques de nouvelles formes de culture numérique reposant sur l’humour, l’irrévérence, la parodie, le détournement et le clin d’œil soit à des individus célèbres, soit à des fictions populaires, soit à des événements ou à des personnalités du monde médiatique ou institutionnel. Ces pratiques, repérées aussi bien sur les réseaux socionumériques que sur les plateformes de partage de contenus, rassemblent des productions textuelles, graphiques et polysémiques prennant appui sur la culture populaire pour traiter de thématiques sociales, économiques, politiques ou culturelles variées. Ces créations décalées rassemblées sous la dénomination générique de « mèmes » constituent précisément le cœur de l’ouvrage original et stimulant du linguiste Albin Wagener Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes. Dans cet ouvrage composé de trois parties, respectivement consacrées à l’« univers numérique et à la théorie digitale » (p. 11-46), à l’« écosystème du mème » (p. 47-93) et à « analyser les mèmes » (p. 95-139), l’auteur développe une lecture théorique et une grille d’analyse originales de ces mèmes représentatifs d’une culture numérique émergente.

2Dans l’introduction (p. 5-10), A. Wagener, s’inspirant de Richard Dawkins et de son ouvrage de 1976 The Selfish Gene (Oxford, Oxford University Press), écrit : « Le mème est une unité culturelle et sociale : elle est censément reproduite telle quelle de génération en génération, assurant la durabilité d’une culture » (p. 5). Les mèmes sur l’internet ont été exploités, diffusés et réutilisés à l’envi par des internautes qui ont repris à leur propre compte et à nouveaux frais le terme de mèmes qui ont progressivement « délaissé leur statut d’humour marginal pour devenir de véritables phénomènes communicationnels de société. Ils ont de facto abandonné le berceau des réseaux communautaires underground pour s’échanger par SMS ou messagerie WhatsApp : […] ces productions transgénérationnelles qui mélangent, dans un joyeux bricolage chaotique, références à la pop culture, à la politique, aux petites inconvenances de la vie quotidienne ou encore aux relations sociales » (p. 6). Moment anthropologique de déploiement de la créativité et de la communication au sein de l’écosystème digital, les mèmes empruntent à différentes pratiques créatives et collaboratives nées sur le Web 2.0.

3Dans la première partie de l’ouvrage (p. 11-46), A. Wagener rappelle fort justement que le numérique est systématiquement rabattu sur l’informatique et sur les technologies d’information et de communication sans forcément que des liens ne soient établis avec une dimension anthropologique et collective. Partisan de la théorie postdigitale, l’auteur voit au contraire dans le numérique des « interactions sociales, de nouvelles formes de communauté et de circulation d’information entre individus qui utilisent leurs dispositifs pour regarder, transformer, documenter et commenter le monde qui les entoure » (p. 12). Les sociétés contemporaines, voire postmodernes pour reprendre la terminologie de Jean-François Lyotard (La Condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Éd. de Minuit, 1979) sont des systèmes complexes dont les moyens de communication contraignent la réorganisation complète de nos rapports sociaux et de nos structures politiques. Les flux de communication sont ouverts à tous et en croissance incessante, ce qui affecte profondément notre monde : « C’est ainsi que nous entrons dans l’ère postdigitale : le web 2.0 n’est plus un outil, mais il devient une manière d’être au monde, une excroissance de nos besoins communicationnels devenue quasiment organique, qui invite à reparamétrer l’architecture de nos sociétés » (p. 33). Allant à l’encontre des discours déclinistes sur la perte de maîtrise de la communication orale et écrite chez les jeunes en raison de l’omniprésence des supports et des plateformes numériques, le linguiste explique que, au contraire, « la littératie est bien présente dans notre ère postdigitale. Plus encore les individus n’ont jamais autant écrit (de SMS, d’e-mails, de messages en ligne), lu (articles, communications interpersonnelles), ne se sont jamais autant informés (vidéos, reportages) qu’à notre époque » (p. 36). Notre époque ultraconnectée est celle de l’hypernarrativité selon A. Wagener, du retour aux contes mélangeant différentes strates sémiotiques (textes, images, sons, etc.) dans une communication qui devient virale dès lors que le contenu engendre une réaction de nature émotionnelle.

4La seconde partie (p. 47-94) est consacrée à l’écosystème mémétique et souligne une relation de contiguïté entre l’émergence des mèmes et les moments sociaux, politiques, discursifs, fictionnels qui marquent l’actualité nationale et/ou internationale : « En fonction des évènements, les créatrices et créateurs de mèmes seront plus ou moins inspirés. Qu’il s’agisse des élections à la présidence américaine de 2020 ou de la pandémie de Covid-19, des Jeux olympiques de Londres de 2012 (Wagener, 2013 ; Wagener, 2014) ou de la sortie de nouveaux jeux vidéo comme Among Us, nombreuses sont les occasions qui vont exciter la créativité en matière de production de mèmes » (p. 48). Le succès d’un mème tiendra ensuite au succès qu’il aura rencontré sur des plateformes comme Reddit, 4Chan ou encore 9GAG. Les mèmes sont des technodiscours au sens où l’entend Marie-Anne Paveau et ils sont pris dans une dynamique interdiscursive incessante (Garric Nathalie et Longhi Julien, « Atteindre l’interdiscours par la circulation des discours et du sens », Langage et société, 144 (2), p. 65-83, 2013). Productions sociales inédite, les mèmes constituent selon le chercheur en sciences du langage un langage à part entière qu’il s’agit d’étudier avec tout le sérieux et le caractère scientifique requis. En d’autres termes, « un mème peut être considéré comme un signe grapho-textuel ou vidéo-textuel […] Sa caractéristique est donc la multimodalité : il existe par une combinaison fusionnelle entre l’image en tant que telle et le texte qui l’accompagne » (p. 50). Les mèmes constituent des objets typiquement postdigitaux, qui passent nécessairement par une phase purement technodiscursive au début de leur existence interactionnelle : « Les mèmes n’échappent pas à cette logique interdiscursive ; ils se positionnent même au sein d’environnements discursifs aux trajectoires variées » (p. 78). Ensuite, A. Wagener prend soin de développer une taxonomie éclairante et précise de la production mémétique. Le premier pan de la création de mèmes emprunte à la culture populaire et « [prend] appui sur les jeux vidéo, les films issus des séries, Star Wars ou des héros Marvel, les séries télé ou encore les tableaux de la renaissance ou de l’époque médiévale » (p. 88-89). Le recyclage et la récupération de formes artistiques anciennes et moins connues par le grand public sont caractéristiques de l’écosystème spécifique des mèmes. Ceux-ci peuvent aussi simplement s’inspirer de manière très libre « des images et autres productions glanées par les mémophiles, et faire intervenir parfois l’intime ou le personnel (et donc le hors-ligne) au sein de la production technodiscursive ; en effet il est possible, pour toute personne ayant un smartphone, de prendre une photo sur son smartphone et de la transformer en mème via une application comme Meme Generator, pour ensuite la partager avec WhatsApp – un processus ontologiquement postdigital » (p. 89).

5Dans la troisième et dernière partie (p. 95-139) l’auteur s’attache à analyser les mèmes sous un triple angle discursif, linguistique et sémiotique qui soit de nature à leur rendre grâce. En tant que langage, les mèmes peuvent communiquer un ensemble d’états mentaux et affectifs : « Ils servent également à communiquer des opinions à propos de l’état du monde (à ce titre, les mèmes à topème politique sont très éloquents), et disposent de leur propre registre, avec des mèmes à charges différentes en fonction des modalités énonciatives – le mème Pepe the Frog, par exemple, est souvent associé à des discours de discrimination, et utilisé par les partisans de l’ultradroite sur internet » (p. 95). L’intérêt d’analyser ces mèmes est non seulement de mieux comprendre leur structure et leur construction sémiologique, mais d’en saisir aussi la dimension sociale et pragmatique, afin de comprendre les représentations qu’elle permet d’activer, de faire circuler, d’incarner ou d’habiter. « Comme tout discours, en effet, les métasignes mémétiques charrient des éléments d’ordre représentationnel : les mèmes disent l’état du monde et de la société, à partir du point de vue des individus et/ou des communautés qui les partagent » (p. 98).

6Dans la conclusion (p. 141-146), A. Wagener revient sur le propos de l’ouvrage et son objectif principal qui est de fournir une contribution significative à l’ouverture d’un champ de recherche autour de l’étude des mèmes dans un écosystème postdigital : « Les mèmes représentent une nouvelle forme langagière qui concerne l’ensemble de l’espèce humaine, à partir du moment où les groupes humains s’engagent dans des interactions postdigitales et peuvent partager des topèmes et des référèmes communs » (p. 141). Différents fondamentalement des émojis et des émoticônes dans leur essence et dans leur finalité (imitant les codes et l’instantanéité des interactions orales), les mèmes ne « procèdent pas d’une conversation à proprement parler ; en tous les cas, ils ne s’inspirent pas des interactions orales, même s’il est tout à fait possible pour des individus d’avoir une conversation par messagerie en procédant uniquement par échange de mèmes ou de gifs » (p. 142).

7Ils constituent un capital culturel qui se reconfigure et trouve sa légitimité dans une sorte de chaos originel – tout comme la composition musicale ancre son inspiration dans des phénomènes mentaux et affectifs chaotiques complexes à cerner. La sphère mémétique doit alors être comprise comme un système dont l’équilibre trouve sa stabilité dans une instabilité constante, qui est alimentée par la créativité des individus et les négociations sociales et culturelles des internautes actifs sur les réseaux et les plateformes de partage de contenus. La dimension culturelle des mèmes ne doit pas être ignorée, elle est ce qui permet aux communautés de s’engager dans des interactions « qui favoriseront la création, la transmission, la réception et le remix […] de cette dimension culturelle : ils en sont les véhicules et les agents actanciels, […] ils charrient les représentations de cette nouvelle culture langagière tout en transformant les sociétés » (p. 145).

8Les mèmes constituent des productions communicationnelles extrêmement récentes dans l’histoire numérique de l’humanité, et plutôt que de « changer la face du monde ou de nos sociétés, ils constituent surtout une manifestation concrète et particulièrement révélatrice de la manière dont nos interactions sont en train de changer – et avec elles la manière dont nous faisons société » (p. 146).

9Original dans son approche et son objet de recherche, cet ouvrage d’A. Wagener défriche un pan de la culture digitale émergente et donne à voir une créativité sans limites permettant de dire le monde, d’y intervenir par des productions à haute valeur ajoutée sémiotique et symbolique. Je recommande vivement la lecture de ce livre à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux dernières évolutions de la culture numérique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Eyries, « Albin Wagener, Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes »Questions de communication, 44 | 2023, 523-525.

Référence électronique

Alexandre Eyries, « Albin Wagener, Mèmologie. Théorie postdigitale des mèmes »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34103 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.34103

Haut de page

Auteur

Alexandre Eyries

Université de Lorraine, Crem, F-54000 Nancy, France, alexandre.eyries[at]univ-lorraine.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search