Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureCulture, esthétiqueMélanie Bourdaa, Les Fans. Public...

Notes de lecture
Culture, esthétique

Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés

Caen, C&F Éd., coll. Les enfants du numérique, 2021, 312 pages
Simon Ngono
p. 335-337
Référence(s) :

Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés . Caen, C&F Éd., coll. Les enfants du numérique, 2021, 312 pages

Texte intégral

1Depuis l’avènement de l’internet et des réseaux sociaux numériques, les habitudes de téléspectateurs et notamment celles des fans de séries télévisées sont en pleine reconfiguration. La consommation de programmes audiovisuels sur diverses plateformes permet dorénavant aux publics de pouvoir interagir, émettre leur avis à propos du contenu, favorisant par ce fait une construction du sens. Il émerge donc une nouvelle catégorie de publics beaucoup plus actifs et dotés d’une capacité critique des offres médiatiques notamment des séries télévisées. La culture de la participation, encore appelée culture fan au sens d’Henry Jenkins, ouvre une nouvelle voie des travaux de recherche sur cette question en mobilisant les références se situant « à la jonction des Cultural Studies et des sciences de l’information et de la communication » (p. 19).

2L’objet mis en évidence dans le livre s’inscrit dans un champ d’études peu exploré dans le contexte de recherche francophone. Afin de l’explorer et rendre scientifiquement intelligible les pratiques à l’œuvre, l’autrice a recours à une démarche protéiforme, mêlant à la fois un travail de terrain à travers l’ethnographie, des entretiens semi-directifs auprès des publics d’acteurs concernés, les sondages par questionnaires et la collecte des traces numériques. L’ouvrage analyse de manière concrète les pratiques quotidiennes des fans de séries télévisées américaines et leur contribution au débat public. En effet, reprenant une définition déjà proposée par H. Jenkins en 2008, M. Bourdaa souligne que « les fans de médias sont des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent et des spectateurs qui participent » (p. 13) et s’engagent dans un univers narratif. Dès lors, les commentaires des fans à propos de séries télévisées peuvent être envisagés comme des interprétations actives, des lectures et des décodages spécifiques (p. 19).

3La réflexion est organisée en deux grandes parties. La première s’articule autour de « Politique(s) du et des fans ». Elle se penche notamment sur l’activisme et l’engagement social des fans. La seconde restitue finement les pratiques de ceux-ci, telles qu’elles résultent de l’analyse de données de terrain. Les deux parties sont équitablement traitées puisqu’elles comportent chacune trois chapitres. Abordons dès à présent le contenu de la première partie. Le premier chapitre est intitulé « Les fans studies en question » (p. 26-64). Il est consacré au cadrage théorique dans lequel M. Bourdaa s’appuie sur un certain nombre de travaux éprouvés sur la question, notamment ceux d’H. Jenkins sur la « culture de la participation » et ceux de Patrice Flichy concernant « le sacre de l’amateur » (Le Sacre de l’amateur, Paris, Éd. Le Seuil, 2010). M. Bourdaa met en évidence les évolutions en ce qui concerne les modalités de consommation de produits télévisuels. Elle souligne que les pratiques de consommation de produits culturels sont en pleine mutation depuis l’avènement de l’âge numérique. Le lien est ainsi établi entre « la convergence culturelle qui découle, selon elle, d’une convergence technologique » (p. 30). Les contours théoriques présentés par l’autrice vont dans le sens d’une appropriation active de contenus par les fans, battant ainsi en brèche toutes les considérations autour de la toute-puissance du numérique. L’analyse de la « culture de la participation » liée à l’exploration des fans permet également à M. Bourdaa de donner des éléments de précision quant aux « ficelles » mises en œuvre pour aborder son objet d’étude. L’approche méthodologique se situant à rebours du déterminisme technologique, de plus en plus décrié dans le champ des sciences de l’information et de la communication. Cette démarche permet à l’autrice de combiner à la fois les technologies du numérique et la posture scientifique du chercheur, généralement caractérisée par la « rupture épistémologique » au sens de Gaston Bachelard (La Formation de l’esprit scientifique, Paris, J. Vrin, 1938). Ainsi M. Bourdaa développe-t-il une méthode adéquate essentiellement fondée sur la cyber-ethnographie, laquelle se traduit par une immersion prolongée dans la communauté et les publics étudiés, en prenant aussi en compte les modalités multiplateformes et transmédiales de l’activité des fans.

4Le deuxième chapitre est consacré à l’« activisme culturel et social des fans » (p. 65-94). Il s’intéresse d’abord à la description de comment les membres d’une communauté de fans peuvent se saisir des valeurs ou des personnages d’une série, pour faire avancer une cause ou améliorer la représentation des minorités (p. 81-82). Aussi est-il question dans ce chapitre de la manière dont se construisent ou se co-construisent les univers fictionnels, lesquels débordent ainsi vers le social. L’autrice relève que les activités de fans peuvent parfois se situer à l’intersection de la participation culturelle et de la participation politique. Elle prend pour exemple le lobbying des fans pour sauver leur série de l’annulation (p. 66). L’activisme s’inscrit dans la défense de la série favorite des fans. L’action de ces derniers peut influencer la série et ses futurs épisodes, ceci grâce à des campagnes conduites par les fans afin qu’une place primordiale soit accordée à un personnage ou autre, le plus souvent pour des raisons politiques (p. 88). De la sorte, M. Bourdaa établit un lien entre les valeurs véhiculées par un personnage et le processus d’identification du fan, qui s’auto-identifie aux acteurs en question (p. 86).

5Dans le troisième chapitre, « Representation Matters » (p. 95-156), la chercheuse développe plus spécifiquement la représentation des minorités sexuelles dans les productions télévisuelles aux États-Unis. L’autrice met ici à contribution les procédés de visibilisation des minorités et les enjeux afférents (p. 96-97). Sa description s’accompagne de cas précis montrant le traitement inégal de celles-ci. Ainsi M. Bourdaa fait-elle savoir que les personnages LGBTQ+ sont généralement cantonnés aux seconds rôles quand ils ne sont pas mis en scène à partir de représentations stéréotypées (p. 98). En proposant la mise en récit du coming out, l’autrice arrive à la conclusion selon laquelle « le fait de voir des comédiens issus de la diversité peut servir de levier à l’affirmation de son identité sexuelle » (p. 126). De nombreuses pratiques sont ainsi évoquées par la chercheure, à savoir : l’écriture de fanfiction, la confection de costumes, la construction de collections et d’encyclopédies sur les univers fictifs. Toutes ces pratiques participent au processus d’identification aux protagonistes notamment des séries télévisées.

6Dans la seconde partie de l’ouvrage, M. Bourdaa débute par un chapitre en lien avec l’identité du fan. Elle l’intitule comme suit : « L’individu et le collectif » (p. 160-195). Dans ce chapitre, la chercheure mobilise les travaux déjà éprouvés à l’instar de ceux qui font le parallèle du fan au fandom (p. 160). Cette expression fait référence à la dimension collective de la construction du sens à partir d’un objet culturel, les séries télévisées, en l’occurrence. M. Bourdaa explique que les plateformes numériques sont des lieux où des membres de fandoms peuvent s’exprimer, émettre des opinions participant à la construction, voire la co-construction collective des identités à la fois individuelles et collectives (p. 161). Dans cet univers offert par le numérique, l’autrice remarque d’ailleurs que, « dans un environnement qui favorise de plus en plus l’expression de soi et le dévoilement identitaire, les fans disséminent leurs goûts d’une communauté à l’autre, transformant et propageant le lien social » (p. 180). Elle en conclut que grâce au numérique et aux nouveaux usages le caractère dynamique de l’activité de fans est modifié. On remarque ainsi le mouvement migratoire opéré d’une communauté à une autre ou vers d’autres objets culturels.

7Le deuxième chapitre de cette partie, intitulé « Pratiques de fans et acquisitions de compétences » (p. 196-247), se penche sur l’exploration des répertoires des créations de la communauté et la pratique du cosplay. En effet, M. Bourdaa procède à une description de cinq répertoires des créations de la communauté. Ainsi, le premier consiste en une re-création du lien social à travers les discussions sur les forums et les live-tweets qui participent à une forme de visionnage en communauté et en direct. Le deuxième fait référence au fansubbing, c’est-à-dire une pratique des fans qui sous-titrent des séries étrangères et participent à l’activité de médiation culturelle (p. 14). Le troisième renvoie au fait que les fans peuvent, grâce à l’intelligence collective, mettre en place des tactiques de réception liées aux stratégies transmédia, collecter et partager les informations complètes afin de re-cartographier l’univers créé (ibid.). Le quatrième fait référence à la créativité, qui peut s’exprimer de plusieurs manières à travers l’écriture de fanfictions, le montage de fan vidéos, la tenue d’un compte Tumblr, par exemple. Le dernier se rapproche d’un engagement activiste qui va du simple fait de s’organiser en lobbies pour sauver sa série à un phénomène d’« acupuncture culturelle » selon une expression d’H. Jenkins, reprise par M. Bourdaa (p. 14). Concernant les compétences issues du cosplay, M. Bourdaa explique que, dans ce cas, « le fan utilise […] son corps pour montrer à voir l’affection et la relation qu’il entretient avec les univers fictionnels » (p. 224). Les adeptes peuvent ainsi participer à la construction de leur identité, en recourant au jeu et à la performance. Selon l’explication de l’autrice, le cosplay, qui accorde plus de place à la dimension créative du fan à partir d’un certain nombre de compétences, favorise la fluidité des identités qu’il met en jeu (p. 240-241).

8Le troisième et dernier chapitre a pour titre « Earpers : le “famdom”, la communauté comme famille » (p. 248-288). Il s’appuie sur une étude de cas notamment la série télévisée Wynonna Earp (p. 248). Afin d’observer et rendre intelligible comment s’opère la création des identités numériques des membres de la communauté, M. Bourdaa explique avoir eu recours à un questionnaire diffusé auprès de la communauté de fans (p. 250-251). L’action collective des fans trouve une légitimation lorsqu’il faut défendre des causes partagées, à savoir : la lutte contre les inégalités de genre, la représentation de la diversité, etc. Selon l’autrice, ces types d’action sont à inscrire dans les modalités dans l’engagement collectif (p. 268). Ce qui permet aux fans de téléréalités de sortir de leur statut de téléspectateur d’une série et se muer en acteur actif et engagé pour une cause sociale.

9Ce livre propose une approche culturelle du phénomène de consommation et de circulation des contenus médiatiques notamment les téléréalités. Il met en lumière les activités de fans dans le contexte d’une société conquise par le numérique et les transformations des modes de consommation de produits télévisuels, à l’instar des séries télévisées. Il élargit le spectre de compréhension de ce que font les publics aux produits télévisuels et non ce que les produits télévisuels font aux publics, comme à l’ère des théories des effets directs de produits médiatiques sur les individus. La culture de la participation plus ou moins favorisée par les univers numériques, eux-mêmes en pleine reconfiguration, recentre le débat autour des processus de consommation des produits culturels et l’engagement politique militant qui peut en découler, à partir de la dimension critique des fans.

10Cependant, quelques zones d’ombre peuvent être relevées à la lecture de cette production scientifique. Tout d’abord, peu de précisions sont apportées par l’autrice sur la question suivante : est-ce que c’est la consommation active et critique de produits télévisuels à l’instar des séries télévisés qui débouchent sur l’engagement politique militant ou ce sont des trajectoires militantes des fans qui en sont la cause ? L’autrice donne plutôt l’impression que c’est la consommation de séries télévisées qui conduit à l’engagement politique des fans. Une position qui reste tout de même discutable, tout comme celle qui établit le lien entre convergence technologique et convergence culturelle. La question ici est de savoir s’il existe réellement un continuum ou une discontinuité entre les deux. Pour l’autrice, il découle d’une convergence culturelle une concentration technologique. Un postulat que nous mettons en discussion ici, au regard du débat scientifique autour de la question du déterminisme technologique. M. Bourdaa ne semble pas enfin préciser si les pratiques de fans sont plutôt figées, évolutives, en fonction des enjeux politiques, sociaux ou des centres d’intérêt des communautés de fans sur les plateformes de visionnements et de commentaires en ligne. Ces questionnements ne sont pas formulés comme critiques, mais ils vont dans le sens de pistes de recherche afin de continuer à explorer l’activité sans cesse labile des communautés de fans des séries télévisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Ngono, « Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés  »Questions de communication, 44 | 2023, 335-337.

Référence électronique

Simon Ngono, « Mélanie Bourdaa, Les Fans. Publics actifs et engagés  »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34121 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.34121

Haut de page

Auteur

Simon Ngono

Université de La Réunion, LCF, F-97400 Saint-Denis, France, ngonosimon[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search