Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Notes de lectureCulture, esthétiqueDoïna Lemny, Constantin Brancusi....

Notes de lecture
Culture, esthétique

Doïna Lemny, Constantin Brancusi. La chose vraie

Claudia Moisei
p. 363-365
Référence(s) :

Doïna Lemny, Constantin Brancusi. La chose vraie. Montreuil, Éd. Gourcuff Gradenigo, 2022, 240 pages

Texte intégral

1Un des plus influents artistes du xxe siècle, le célèbre sculpteur roumain naturalisé français Constantin Brancusi, a suscité, de son vivant, curiosité, polémique et intérêt. Personnage atypique dans le monde de l’art, son œuvre révolutionnaire impressionne, tant par la pureté des formes créées et leur modernité que par une sorte d’archaïsme, difficile à classifier. L’important débat sur l’art moderne qu’il a ouvert est toujours d’actualité, sa création suscitant encore de nombreuses études et publications de spécialité.

2Doïna Lemny, docteure en histoire de l’art et archéologie et conservatrice honoraire au centre Georges-Pompidou, est l’autrice de plusieurs ouvrages collectifs et individuels sur l’artiste ; elle a assuré la publication des archives de C. Brancusi et le commissariat de nombreuses expositions qui lui ont été consacrées. Dans cet ouvrage richement illustré, elle ne se contente pas d’analyser le parcours du sculpteur, en examinant les moments les plus importants de son évolution artistique, sa méthode de travail ou les matériaux utilisés dans ses sculptures. Elle essaie de le présenter selon les exigences de l’artiste. Introverti, méditatif, méfiant, n’accordant pas d’entretien, C. Brancusi a toujours soigné méticuleusement son image et il a fait très attention, tout au long de sa vie, à recréer son personnage à l’attention du public. On ressent chez D. Lemny un égard particulier dans la présentation de l’artiste, comme si elle voulait respecter ses volontés. Chaque phrase est pesée, chaque image soigneusement choisie afin de révéler au public la dimension intime du travail d’atelier, parce que l’œuvre et la vie de C. Brancusi sont intimement liées à son atelier. D’ailleurs l’accent est mis sur les archives photographiques, qui ont eu un rôle primordial dans le processus de création du sculpteur. Riche de plus de 250 illustrations inédites d’archives, dont une grande majorité de photographies en noir et blanc, prises par C. Brancusi même, cet ouvrage répond à un autre souhait de l’artiste, qui aimait dire qu’il ne fallait pas écrire sur ses sculptures, mais se contenter de les regarder jusqu’à ce qu’elles délivrent leurs secrets. Du reste, l’autrice apporte un éclairage remarquable sur la pratique de la photographie à laquelle C. Brancusi s’est intéressé, dès son arrivée à Paris, sous l’influence d’Edward Steichen ou encore de Man Ray. On apprend ainsi que l’artiste prenait grand soin de la prise de vue, tout comme du travail de laboratoire, qu’il réalisait lui-même, ou encore qu’il aimait intervenir sur l’image photographique grâce à la technique de la surimpression. À travers ses photographies, avec des mises en scène élaborées où le jeu inattendu de la lumière sur les formes et les matières bouleversent la perception des œuvres, intemporelles et profondément modernes, il a réussi à imposer sa vision esthétique sur ses propres créations. En saisissant ses sculptures sous des éclairages différents, il est parvenu à leur transmettre sa pensée intime et toute l’émotion qui l’avait accompagnée pendant le processus de fabrication.

3Intrigué par le titre, le lecteur est vite éclairé sur « la chose vraie » que C. Brancusi s’est efforcé d’atteindre. Il s’agit de ce qu’il appelle « l’essence des choses », qu’il a réussi à capter après de longues périodes de réflexion, à travers la reprise d’un même thème ayant conféré à son travail un rythme cyclique.

4Pour présenter le sculpteur à travers les événements les plus importants de son évolution artistique, D. Lemny utilise des données issues d’abord des archives du legs de l’artiste à l’État français en 1957, complétées par une importante quantité de documents et puis des archives qui ont rejoint le fonds Brancusi en 2003, à travers une dation, fonds conservé à la bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou. C’est ainsi qu’elle arrive à fournir des informations nouvelles concernant les recherches de C. Brancusi sur les matériaux, surtout sur le bois (p. 74-109), sa réflexion sur la sculpture monumentale et sur son intégration harmonieuse dans les espaces publics (p. 124-147), ou encore des renseignements inédits sur ses principales œuvres, comme celles créées en 1907 : Le Baiser, La Prière et La Sagesse de la terre (p. 24-39).

5Un chapitre entier est consacré aux trois événements à scandale de la carrière de C. Brancusi (p. 40-60) : pendant deux décennies, tous les sept ans, une de ses sculptures avait fait l’objet d’un débat autour de la sculpture et de l’art moderne. Parmi celles envoyées à l’Exposition internationale d’art moderne de l’Armory Show de New York de 1913, ce fut Mlle Pogany qui a surtout attiré l’attention du public et de la presse américaine et a donné lieu à des critiques abondantes et des titres provocateurs dans les journaux. Ensuite, l’exclusion de sa Princesse X du Salon des indépendants de Paris, en 1920, a fait couler beaucoup d’encre, C. Brancusi étant accusé d’avoir voulu provoquer la morale publique. Enfin, le procès contre les douanes américaines, de 1926 à 1928, pour la version en bronze de l’Oiseau dans l’espace a suscité un débat international sur le statut de la sculpture moderne. D. Lemny considère ces événements comme « des étapes importantes dans la carrière de C. Brancusi, mais aussi dans l’histoire d’une période où la sculpture opérait enfin les transformations radicales que la peinture avait connues depuis plus d’un demi-siècle » (p. 40).

6Une place à part est accordée aux relations régulières de C. Brancusi avec ses compatriotes roumains : la presse, les amis et relations de jeunesse, avec qui il avait entretenu une correspondance, ou ceux qu’il avait connus à Paris et à qui il avait ouvert la porte de son atelier. L’autrice n’hésite pas à fournir des détails inédits et savoureux, comme les surnoms avec lesquels C. Brancusi baptisait souvent ses amis. On apprend aussi que le sculpteur donnait des surnoms masculins, utilisés sous la forme de leurs diminutifs familiers, à des jeunes filles qu’il avait accepté de prendre comme apprenties dans son atelier. En leur donnant des noms d’hommes, il pouvait se permettre d’être plus sévère avec elles pendant le travail. Copies des lettres manuscrites, cartes postales, cartes de visite ou partitions musicales avec les paroles de C. Brancusi viennent illustrer ce chapitre.

7Une grande partie de l’ouvrage, soit trois chapitres, est consacrée au milieu artistique dans lequel C. Brancusi a évolué et à ses amis les plus proches (p. 156-193). Parmi ceux-ci, Marcel Duchamp fut son ami fidèle, son agent et son conseiller pendant plus de trente ans. Il a mis en valeur son œuvre mieux que quiconque, en lui organisant des expositions et en communiquant avec la presse. Le compositeur Erik Satie avait occupé aussi une place privilégiée dans le cercle d’amis de C. Brancusi. Le besoin d’épurer les formes, la clarté, la simplicité et le souci de ne pas remplir inutilement les espaces étaient des approches communes aux démarches artistiques des deux amis. À l’aide des lettres et témoignages divers, photographies et dessins inédits, D. Lemny s’attarde plus largement sur d’autres amis de C. Brancusi comme les écrivains Ezra Pound et James Joyce, et évoque simplement d’autres rencontres célèbres, comme ce fut le cas avec les peintres Francis Picabia, Ossip Zadkine ou Amedeo Modigliani.

8L’autrice s’intéresse aussi aux relations de C. Brancusi avec les femmes (p. 194-209). Sans jamais évoquer ses liaisons, C. Brancusi a toutefois conservé les lettres reçues de la part de toutes ses muses, amies ou amantes. Parmi ces femmes, D. Lemny mentionne d’abord la baronne Renée-Irana Frachon, dont les séances de pose pour son portrait se sont transformées en une amitié qui avait duré cinquante ans. De la même nature ont été les relations de C. Brancusi avec Léonie Ricou qui ont abouti à un portrait abstrait, dont seul le titre, Portrait de Madame L. R., évoquait le modèle. Il avait lié une tendre amitié avec Margit Pogany, une artiste hongroise installée à Paris qui fréquentait son atelier ; ce qui le détermina à donner le nom de Mlle Pogany à une série de bustes. D’autres femmes, comme la jeune Roumaine Titina Barbulescu, que C. Brancusi présentait comme sa cousine, ou la belle Américaine Eileen Lane, qu’il présentait comme sa nièce, n’ont eu que des passages éclair dans la vie du sculpteur. Il avait entretenu aussi une correspondance avec la danseuse suisse Marcelle Valérie, qui voyait en lui un mentor. Une autre Suissesse, Marthe Lebherz, surnommée Tonton, deviendra sa secrétaire et sa maîtresse secrète, mais malgré leurs projets de vie commune, dans une maison que l’artiste rêvait de bâtir, l’intensité de cet amour s’atténua avec le temps. Parmi les amies de C. Brancusi, il y a également eu l’Américaine Agnes Meyer et ses filles Florence, Elisabeth, Katharine et Ruth. D’après la correspondance échangée avec le sculpteur, D. Lemny suppose que Florence Meyer aurait eu une liaison amoureuse cachée avec l’artiste. La meilleure amie de Florence, Marina, fille du chanteur russe Fédor Chaliapine, est tombée aussi sous le charme de l’artiste, attirée par la simplicité du dialogue avec C. Brancusi, son énergie créatrice et son côté mystérieux. Parallèlement à ces relations affectueuses qui alimentaient son imaginaire et qu’il aimait à entretenir, C. Brancusi a eu une liaison intense avec la pianiste anglaise née en Nouvelle-Zélande, Vera Moore, qui a duré jusqu’à la fin de sa vie.

9Dans le dernier chapitre (p. 210-225), D. Lemny réussit à recréer l’ambiance de l’atelier du sculpteur pendant les dernières années de sa vie, qu’il a consacrées à mettre au point son propre musée, afin de le léguer à la France, son pays d’adoption. Pour cette reconstitution, l’autrice utilise de nombreux articles de la presse internationale des années 1940-1950 et des entretiens avec ceux qui avaient fréquenté le sculpteur. Sans avoir épuisé le sujet, car la vie et l’œuvre de C. Brancusi gardent toujours une part de mystère, D. Lemny parvient à tracer un portait subtil et renouvelé de l’artiste qui s’adresse autant aux spécialistes d’histoire de l’art qu’à un public plus large, intéressé par la vie artistique du début du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Moisei, « Doïna Lemny, Constantin Brancusi. La chose vraie »Questions de communication, 44 | 2023, 363-365.

Référence électronique

Claudia Moisei, « Doïna Lemny, Constantin Brancusi. La chose vraie »Questions de communication [En ligne], 44 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.34227

Haut de page

Auteur

Claudia Moisei

Université Paris 2 – Panthéon Assas, claudiamoisei[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search