Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Notes de rechercheDire l’inceste sur Twitter : cara...

Notes de recherche

Dire l’inceste sur Twitter : caractéristiques discursives et dynamiques de circulation de #MeTooInceste

Telling Incest on Twitter: Discursive Characteristics and Circulation Dynamics of #MeTooInceste
Christine Barats, Laetitia Biscarrat et Camille Chanial

Résumés

Résumé : Dans le prolongement de #MeToo, en janvier 2021, le hashtag #MeTooInceste a contribué à réactualiser le problème public de l’inceste en France. Afin de prêter attention aux caractéristiques de ces prises de parole, différents matériaux ont été recueillis (corpus de tweets et entretiens). Les différents types de données ont permis de combiner et d’articuler des analyses quantitatives et qualitatives et de les contextualiser, dans une dynamique de méthodes mixtes. Les caractéristiques sémio-discursives de ces prises de parole ont été mises au jour, en particulier leurs caractéristiques lexicales et morphosyntaxiques. La diversité des prises de parole montre ainsi la centralité du témoignage et éclaire les ressorts de sa circulation, en l’occurrence le rôle de certains comptes qui contribuent à la dynamique de circulation du hashtag et à son déploiement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hashtag, mot clé ou mot-clic qui permet d’indexer des contenus et de regrouper ceux qui ont été in (...)
  • 2 Tweet, terme désignant un texte posté sur la plateforme Twitter.
  • 3 « #MeTooInceste : les enfants parlent, protégeons-les ! », pétition adressée à Adrien Taquet, secr (...)
  • 4 En janvier 2021, ont été relevé quatre pétitions qui portent sur l’âge du consentement.
  • 5 Loi du 21 avril 2021 visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l’inceste (d (...)

1En janvier 2021, après la publication du livre La Familia grande de Camille Kouchner (2021), un hashtag1 #MeTooInceste recueille en quelques jours des milliers de tweets2. Dans le prolongement de #MeToo et des mouvements en ligne autour des violences faites aux femmes, ce hashtag vise à briser un tabou et à libérer la parole des victimes (Bajos et Bozon, 2008). Il s’inscrit dans un contexte de mise en visibilité de l’inceste en France. Une pétition portée par Madeline Da Silva du collectif Nous Toutes3 est mise en ligne le 19 janvier 2021 sur la plateforme de pétitionnement Change.org. Elle vise à former les professionnel·les de l’enfance à la détection des violences sexuelles4. Le 23 janvier 2021, Emmanuel Macron, Président de la République, crée la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) et fait publier sur les réseaux sociaux une vidéo dans laquelle il s’adresse aux victimes. Notons aussi la concomitance avec le débat parlementaire sur la protection des mineur·es des crimes et délits sexuels et de l’inceste5. Par ailleurs, la campagne #MeToo de 2017 a contribué à transformer les violences sexistes et sexuelles en « un objet journalistique légitime » (Cavalin et al., 2022 : 62), ce qui participe à la prise en compte de la parole des victimes. Le contexte en janvier 2021 s’avère ainsi propice à la prise de parole et l’activisme en ligne est une pratique courante des collectifs féministes (Despontin-Lefèvre, 2022 ; Jouët, 2022).

  • 6 Citons pour illustrer quelques titres d’ouvrages emblématiques : L’Inceste de Christine Angot (199 (...)

2L’inceste procède d’un apparent paradoxe : il est interdit en théorie et en même temps pratiqué couramment (Dussy, 2021 : 378). Contrairement aux idées reçues, dans cet ordre du silence qui contamine l’économie familiale, des victimes parlent mais sont rarement écoutées (Le Caisne, 2016). On trouve trace de ces prises de parole dans la presse du xixe siècle, en particulier sous l’angle fait-diversier et, de manière plus intense, plus d’un siècle après, sous l’impulsion du féminisme de la deuxième vague qui fait du privé une affaire politique, dans les années 1980, avec notamment l’émission « Les dossiers de l’écran » du 2 septembre 1986 et le documentaire « Inceste : la conspiration des oreilles bouchées » réalisé en 1988 par Carole Roussopoulos. Dans les années 2000, l’affaire d’Outreau, qui a pour point de départ une situation d’inceste, fait aussi l’objet d’une médiatisation intensive. L’inceste a donc d’abord été médiatisé sous l’angle du fait-divers, puis de la judiciarisation et enfin de la souffrance des victimes (Ambroise-Rendu, 2016). Il est important de rappeler qu’en 2021 l’inceste n’est pas un problème public émergent, c’est-à-dire qui ferait l’objet d’une première publicisation au sein d’arènes publiques (Sheppard-Sellam, 2019). Depuis 30 ans, des enquêtes nationales mettent en évidence « l’ampleur des violences sexuelles, y compris sur des personnes mineures » : « La famille est la sphère de socialisation où se produisent le plus de violences sexuelles pour les femmes. Au total, 4,6 % des femmes et 1,2 % des hommes interrogés rapportent des violences incestueuses avant l’âge de 18 ans. » (Marsicano et al., 2023). Le traitement médiatique, tout autant que les œuvres littéraires6 et les prises de parole de collectifs féministes attestent de la récurrence de la dénonciation de l’inceste et de sa constitution en cause. Au moment de #MeTooInceste, des collectifs féministes et de protection de l’enfance sont mobilisés depuis longtemps sur cette question : dans les années 1980, « en luttant contre le viol des femmes, les militantes féministes sont les premières à découvrir, mesurer et prendre en compte la question de l’inceste et des agressions sexuelles sur les enfants dans leur ensemble » (Boussaguet, 2009 : 225). Il a été choisi de prêter attention à la réactualisation de ce problème public et, en particulier, aux caractéristiques des prises de parole autour de #MeTooInceste.

  • 7 Collectif initié par Laurence Allard et auquel participent : Laurence Allard, Christine Barats, La (...)

3Un collectif informel de chercheur·es7 s’est constitué afin de documenter et d’analyser cette prise de parole en ligne ainsi que son déploiement dans une perspective interdisciplinaire. Différents matériaux ont été recueillis dans le cadre de cette recherche : corpus de tweets et entretiens auprès d’actrices. Ces différents types de données ont permis de combiner et d’articuler, dans une dynamique de méthodes mixtes, les analyses de ces expressions en ligne. Dans cet article, l’accent est mis sur les caractéristiques sémio-discursives des corpus de tweets collectés ainsi que sur la dynamique de leur circulation. Après avoir rappelé les choix méthodologiques, une typologie des principales prises de parole sera proposée et l’accent sera mis sur la phraséologie des témoignages ainsi que leurs caractéristiques lexicales et morphosyntaxiques. Seront ensuite examinés les profils des comptes qui contribuent à la dynamique de circulation du hashtag afin de mettre au jour les ressorts de son déploiement.

Collecter et documenter une expression en ligne

  • 8 Le hashtag a été créé en 2007 par Tarana Burke, mais c’est en octobre 2017 que l’actrice Alissa My (...)
  • 9 Twitter, dénommé « X » le 23 juillet 2023 après son rachat par Elon Musk en octobre 2022.
  • 10 Le mouvement s’est aussi diffusé sur d’autres dispositifs numériques, en particulier Facebook et I (...)
  • 11 Deux premiers entretiens semi-directifs ont été conduits en mars et avril 2022 auprès d’actrices d (...)

4Les recherches sur le mouvement #MeToo8 se multiplient (Mendes et al., 2018 ; Boyle, 2019 ; Clark-Parsons, 2019 ; De Benedictis, Orgad et Rottenberg, 2019 ; Pavard et al., 2020 ; Ruffio, 2020 ; Cavalin et al., 2022), mais relativement peu de travaux ont abordé ses déclinaisons, même si #MeTooInceste a pu susciter un intérêt scientifique à l’échelle internationale (Mondragon, Munitis et Txertudi, 2022 ; Aguerri, Molnar et Miró-Llinares, 2023). Il a été choisi d’observer et d’analyser l’émergence, ainsi que la diffusion de #MeTooInceste sur Twitter9, premier dispositif numérique au sein duquel s’est déployée cette mobilisation en ligne10. Deux principaux types de matériaux ont été utilisés : deux corpus de tweets et des entretiens semi-directifs menés auprès d’actrices du mouvement afin de contextualiser et de documenter les corpus11. Pour la collecte de tweets, il a été décidé d’observer les premiers mois de prises de parole sur Twitter, depuis le 1er tweet du 14 janvier 2021 comportant le hashtag #MeTooInceste, premiers mois qui coïncident avec le lancement de la pétition et le débat parlementaire. Notre démarche, ni technocentrée, ni logocentrée, visait à mettre au jour les caractéristiques sémio-discursives et techno-discursives de ce moment de discours numérique (Moirand, 2004) que constitue l’émergence de #MeTooInceste. En d’autres termes, il a fallu prêter attention aux contenus des tweets, tout autant qu’aux spécificités de Twitter afin d’examiner la dynamique et la diffusion du hashtag. Les travaux sur l’activisme en ligne ont montré l’importance des hashtags comme outils de mobilisation, de ralliement ou de polémique qui facilitent la viralité (Cervulle et Pailler, 2014 ; Julliard, 2016 et 2017), ils soulignent également la concentration dans le temps des prises de parole ou des actes de soutien, comme dans le cas du pétitionnement (Barats et al., 2019). Les premiers jours du mouvement #MeTooInceste ont ainsi rassemblé des milliers de prises de parole. Un travail de veille mené depuis mars 2021 confirme cette tendance. En janvier et février 2023, le hashtag #MeTooInceste circule toujours sur Twitter, mais il ne recueille quasiment plus de témoignages, contrairement à janvier 2021. Sa dynamique conversationnelle (Cervulle et Pailler, 2014) est potentiellement réactivable, car le hashtag est présent, mais non significativement actif. Il est principalement utilisé dans des publications d’associations, d’éditeurs ou de personnalités qui relaient des informations judiciaires, associatives, éditoriales en lien avec l’inceste. Des personnalités comme Mié Kohiyama, présidente de l’association MoiAussiAmnésie, ou Arnaud Gallais, cofondateur de Mouv’Enfants et ancien membre de la Civiise, ont employé le hashtag dès le 16 janvier 2021 et continuent de l’utiliser en 2023. Si l’emploi du hashtag se poursuit en ligne, son activité n’est pas comparable à celle observée en janvier et février 2021.

  • 12 Nous remercions l’INA qui nous a donné accès au corpus collecté.

5Afin de collecter et documenter ces prises de parole en ligne, il a fallu définir un empan temporel et avoir recours à l’interface de programmation d’application (Application Programming Interface, API) de Twitter, ainsi qu’au dépôt légal de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Recourir à des corpus numériques pour observer des prises de parole en ligne, en particulier sur Twitter, implique de multiples choix quant au type de données à collecter et aux possibilités de collecte (Paveau, 2013a et 2013b ; Boyadjian, Olivesi et Velcin, 2017 ; Longhi, 2020). Via l’API de Twitter, un premier corpus de tweets du 14 janvier 2021 au 25 février 2021, soit 17 687 tweets (corpus 1), a été collecté. Afin de questionner les conditions de collecte et d’extraction de corpus issus de l’API de Twitter, l’INA12 a donné accès à un second corpus de tweets, collectés du 14 janvier 2021 au 18 avril 2021, soit 87 572 tweets (corpus 2).

  • 13 Cette recherche confirme l’importance de documenter les conditions de collecte des corpus numériqu (...)
  • 14 Retweet désigne l’action de partager les tweets.
  • 15 Followers, désigne les abonné·es à un compte sur un réseau social numérique.
  • 16 Emoji, pictogramme qui s’insère dans un système d’écriture, servant à indiquer l’émotion ou l’atti (...)

6Ces deux corpus ne comportent pas le même type de données. Ils contribuent par là à nourrir la réflexion méthodologique sur les conditions d’extraction13 et de conservation des données numériques et ont permis de prêter attention à différents aspects des prises de parole. Le premier corpus ne comporte pas les retweets14 (corpus 1). Il a fait l’objet d’une analyse qualitative et quantitative des tweets afin d’examiner leurs caractéristiques sémio-discursives et morphosyntaxiques et, ainsi, de mettre au jour les traits saillants du corpus. Le second comporte d’autres données, comme les retweets et les citations de tweets, ainsi que des données concernant l’auteur·ice du tweet, comme le nombre de followers15, le nombre de tweets et la date de création du compte (corpus 2). Ces données ont permis d’identifier quels sont les tweets qui ont été « retweetés » ou cités, ainsi que de recenser l’auteur·ice du retweet et son profil (nombre de followers, nombre de tweets, date de création du compte). Pour cet article, l’attention est portée sur certaines données issues de la matérialité techno-discursive des tweets : les contenus « tweetés » (données alphanumériques principalement), les énonciateurs des tweets (libellé du compte), les énonciateurs des retweets (libellé du compte) et le contenu « retweeté » (données alphanumériques principalement). S’agissant d’une recherche collective, et quoique conscient·es de la nature composite de cette pratique techno-langagière, sont exclus, dans le cadre de cet article, l’étude systématique des emojis16 et des images, ce travail étant conduit en parallèle par d’autres membres du collectif. L’approche quantitative des tweets est articulée à une analyse qualitative, qui n’exclut dès lors pas de prêter attention aux éléments visuels de ceux-ci. Cette « méthode mixte » (Anadón, 2019) est garante d’un « retour au texte » qui permet d’affiner les interprétations et négocier l’effet « boîte noire » (Boyadjian, Olivesi et Velcin, 2017 : 16) induit par la fouille outillée de données.

  • 17 Journée d’études du 16 septembre 2022, « #MeTooInceste : regards pluriels sur une mobilisation » à (...)
  • 18 La lecture du corpus ayant révélé qu’une grande majorité de témoignages partage la même phraséolog (...)

7Le parti pris d’une démarche de recherche collective et interdisciplinaire a deux effets principaux. D’abord, elle permet, par le biais de séminaires internes réguliers, puis d’une journée d’étude17, de mettre en commun des savoirs, mais aussi des questionnements. Ensuite, à une échelle davantage interpersonnelle, le collectif peut être un lieu de réflexivité sur les effets d’une recherche portant sur les violences sexuelles. Par ailleurs, le collectif a été le lieu d’une réflexion méthodologique transversale. Différents outils ont été testés – un environnement de lecture (Voyant Tools) et des logiciels d’analyse de données textuelles (Iramuteq, CorText et iTrameur) – afin de confronter les résultats. Les corpus numériques se caractérisent par une hétérogénéité de données et de graphies (Paveau, 2017 ; Barats et al., 2019 ; Longhi, 2020), se pose donc la question de leur préparation (Née et al., 2017). Outre le temps long de préparation, il s’agit de ne pas mésestimer le risque de modifier le contenu en le « nettoyant ». En effet, cette couche de traitement peut conduire à la perte de données (suppressions), mais aussi à leur homogénéisation (correction orthographique et syntaxique). Au regard de la place du témoignage, mais aussi de l’hétérogénéité des prises de parole dans le corpus, il a été dès lors fait le choix méthodologique d’un traitement des données sans préparation préalable. La présence dans le collectif de deux personnes formé·es en informatique a permis de confronter ces outils pensés pour les sciences sociales à des techniques de manipulation de données plus génériques utilisant le langage de programmation Python. L’utilisation de Python a permis d’identifier les tweets relevant du témoignage18 et d’effectuer l’analyse des acteurs présentée dans la dernière partie de cet article.

Un hashtag mobilisateur : diversité des prises de parole et centralité du témoignage

  • 19 « Le hashtag n’était pas notre premier choix, mais il a été choisi, car il parle aux journalistes  (...)

8Le hashtag #MeTooInceste, avec ses différentes graphies, constitue l’élément central de cette mobilisation en ligne. Forme technolangagière caractéristique de Twitter, il permet l’affiliation diffuse des personnes qui l’insèrent et il structure la technoconversation qu’il nourrit (Paveau, 2017 : 197). Son choix est lié au collectif Nous Toutes qui a réagi dès le 7 janvier 2021, date de la publication de l’ouvrage de Camille Kouchner, en rassemblant environ 200 militantes qui se sont concertées et mobilisées pour poster le hashtag19 dans une perspective de mobilisation et de réactivation du problème public de l’inceste. In fine, son choix a reposé sur des critères communicationnels qui indiquent une anticipation des logiques journalistiques et de la techno-conversationnalité du hashtag. Ce tag cliquable qui facilite une contextualisation réticulaire (Paveau, 2017) est un mot-argument caractéristique du militantisme en ligne (Husson, 2017). Inséré en début ou en fin de tweet, il contribue aussi à forger le sens de la parole des victimes et il incarne une dimension performative, car il réactualise un problème public.

9Afin d’examiner les caractéristiques discursives et morpho-syntaxiques des premiers mois du mouvement, ainsi que les emplois du hashtag, un premier corpus a été constitué ; il rassemble les énoncés des tweets (hors retweets et citations ; corpus 1). Compte tenu du volume des données (17 687 tweets) et de leur hétérogénéité (textes, images, emojis, données inscrites par l’internaute, données générées par le dispositif, etc.), différents types de données ont été sélectionnées pour constituer des corpus ad hoc selon les perspectives d’analyse. Des approches quantitatives ont été combinées en ayant recours à des outils de statistiques textuelles (Iramuteq, iTrameur et CorText) et des approches qualitatives (retour au texte, recherches ciblées sur des cooccurrences) afin d’examiner les traits discursifs saillants du corpus, les récurrences et également les éléments plus marginaux ou moins significatifs d’un point de vue statistique.

Les différentes prises de parole : centralité du témoignage

10Dans un premier temps, l’outil Iramuteq a été utilisé afin de mettre au jour les principaux univers lexicaux du corpus. La méthode Reinert (1983) s’appuie sur la fréquence et la proximité lexicale d’un corpus et procède par regroupement pour établir une classification hiérarchique du corpus.

Figure 1. Dendrogramme, méthode Reinert (Iramuteq).

Image

11Le classement des énoncés du corpus se fait sur la base de segments de texte, selon la fréquence et la proximité du lexique. Ce classement a mis au jour l’importance des témoignages et des soutiens aux victimes (Fig. 1). Quatre principaux univers lexicaux sont identifiables :

  1. l’univers lexical du témoignage (« père, mère, frère, famille, cousin, oncle, violer, vie, fille, souvenir, sœur, année », soit 35 % du corpus 1) ;
  2. l’univers lexical du problème public réactualisé (lien vers la pétition, « https, sexuel, MeToo, loi, MeTooGay, mineur, violence, consentement, crime, france, parole, Adrien Taquet », soit 34,8 %) ;
  3. l’univers lexical du soutien (« courage, témoignage, force, lire, soutien, cœur, bravo, hashtag, témoigner, courageux, briser, tellement, horreur, tweets, soutenir », soit 25,3 %) ;
  4. l’univers lexical des affaires de pédocriminalité médiatisées (en particulier, mais pas uniquement l’ouvrage de C. Kouchner (2021), « Jack Lang, pédophilie, Gérard Louvin, Lang, Olivier Duhamel, Richard Berry, Polanski », soit 5 %20).

12Ces univers lexicaux se sont avérés heuristiques pour établir une typologie des principales prises de parole. Des retours au texte et un examen fin du corpus ont permis d’identifier six principaux types de prises de parole en tenant compte du contenu des tweets et du profil des énonciateur·rices :

  • les témoignages et paroles des victimes (majoritairement anonymes) ;
  • les soutiens individuels aux victimes (anonymes et personnalités publiques, par exemple l’actrice Alexandra Lamy) ;
  • les soutiens des associations (Nous Toutes, Mémoire Traumatique… ) ;
  • les soutiens des représentant·es politiques ;
  • la référence au hashtag constitué comme information par les médias (Le HuffPost, BFMTV, L’Humanité, Le Parisien, 20 Minutes, Ouest France, France Inter, etc.) ;
  • les prises de parole, qualifiées de dissonantes.

13Les témoignages des victimes, majoritairement anonymes, sont centraux, c’est pourquoi ils seront étudiés plus précisément ci-après.

L’univers lexical du soutien aux victimes

  • 21 On a choisi de ne pas anonymiser les tweets émanant de personnalités publiques ou d’associations, (...)

14Différents profils d’énonciateurs21 produisent des messages de soutien aux victimes. Une première catégorie d’énonciateurs comprend des anonymes comme des personnalités publiques.

Anonyme : « Les personnes sur le #MeTooInceste sont vraiment très courageuses »

Alexandra Lamy : « #MeTooInceste pour les personnes qui ont le courage de parler, celles qui n’osent pas, qui ont peur, se sentent, seul(e), isolé(e). On vous écoute, on vous croit. @memoiretrauma @arnaud_gallais @LyesLouffok @NousToutesOrg @NBeausson … »

15D’autres messages émanent des associations et collectifs, à l’instar de Nous Toutes ou de Mémoire Traumatique. Enfin, des représentant·es politiques affichent également leur soutien, comme on peut le lire dans ce tweet de Delphine Batho, membre du Parti Europe Écologie Les Verts, du 16 janvier 2021 :

« Force et courage à toutes celles et ceux qui témoignent #metooinceste La société ne découvre pas l’étendue de ces crimes. Ni les souffrances et traumatismes qu’ils provoquent. La lâcheté qui les entoure doit enfin cesser. Stop #silence #omerta »

  • 22 En 2017, de nombreux messages de soutien sur le #MeToo se caractérisaient par l’adresse directe et (...)
  • 23 Tw (trigger warning) fournit un avertissement relatif à un contenu à potentielle réactivation traum (...)

16Les marques de soutien sont nombreuses, consensuelles et s’observent par la fréquence des termes « courage » et « courageux·euse ». Respectivement 78,78 % et 63,73 % de leurs occurrences sont associées à cette classe lexicale. En outre, nombre de ces messages de soutien recourent à un motif caractéristique des solidarités féministes. Le collectif Nous Toutes, partie prenante de cette campagne, a en effet contribué à populariser en France le motif discursif « Je te crois. Tu as bien fait de m’en parler […] »22 qui constitue la déclinaison française de ce que Clark-Parsons (2019, 12 sq.) qualifie de pratiques performatives de soutien dans le féminisme de hashtag. On retrouve de nombreuses occurrences de cette adresse directe aux victimes dans le corpus. Le recours à cette phraséologie témoigne d’une discursivité féministe qui se matérialise dans ces tweets par une balise du type « #jetecrois » ou encore la présence d’avertissements (« tw23 inceste ») et d’une graphie inclusive, à l’instar de ce tweet d’un collectif de colleuses : « Je te crois, nous vous croyons. Vous êtes fort•e•s et courageux•ses. #metooinceste ».

17Ces messages de soutien visent la reconnaissance de la parole des victimes, parole trop souvent silenciée dans le cas de l’inceste (Dussy, 2021 : 275 et sq.). Leur performativité s’observe doublement : à un niveau collectif par l’interdiscours mobilisé et à un niveau individuel par les marques d’intensité affective. La présence de l’énoncé « je te crois » dans les tweets de soutien atteste d’un interdiscours militant. Son emploi est un acte de langage militant qui fait advenir un collectif. Au niveau individuel, la performativité s’observe également par l’importance des recours à des marqueurs d’affects tels que des adverbes d’intensité (« vraiment », « tellement », « incroyablement »). On trouve dans ces tweets une description précise de l’effet corporel produit par la lecture des témoignages qui provoquent « nausée », « larmes » et font « froid dans le dos ». Ces marqueurs d’intensité affective (Quemener, 2022) accompagnés du motif militant ont une triple dimension performative. D’abord, énoncer l’intensité du ressenti corporel et contribuer à produire un effet de réel des témoignages. Ensuite, ces commentaires font de cette déclinaison #MeToo une cause importante, par la quantité de tweets produits sous le hashtag tout autant que par l’intensité affective énoncée. Enfin, leur grande homogénéité concourt à produire un « régime de respectabilité » (Quemener, 2022 : 122) de la cause défendue.

L’annonce du hashtag par les médias : le mouvement en ligne comme moment discursif

  • 24 Dépêche AFP du 16 janvier 2021, 17h23.

18À partir du 16 janvier 2021, la multiplication des témoignages fait figurer le hashtag en deuxième position dans les tendances sur Twitter24 ce qui, combiné à la dépêche de l’Agence France presse (AFP), amplifient la mise en visibilité de #MeTooInceste. Les comptes Twitter de différents organes de presse (BFMTV, L’Humanité, Le Parisien, 20 Minutes, Ouest France, France Inter, etc.) contribuent à constituer le mouvement en ligne comme un fait d’actualité, dans le prolongement du mouvement #MeToo. Les tweets des organes de presse mettent l’accent sur son déploiement, ce relais médiatique participe ainsi à la co-construction du hashtag comme moment discursif médiatique (Moirand, 2004) :

« Trois ans après #MeToo, un #MeTooInceste est en train de naître sur les réseaux sociaux https://t.co/95CBjOMyC9 » (16 janv. 2021, Huffington post, Le HuffPost)

19Les tweets annonçant le mouvement en ligne ne sont pas circonscrits au paysage médiatique français, le New York Times, la BBC, mais aussi les stations d’audiovisuel public d’Espagne RTVE, EITB (Pays basque), APuntnoticies (Comunitat Valenciana) et 3/24 (Catalogne) se font l’écho de la mobilisation, notamment à la suite de la prise de parole d’Emmanuel Macron le 23 janvier 2021.

De rares prises de parole dissonantes

  • 25 Les tweets dissonants n’ont pas été mis au jour avec Iramuteq, ce qui atteste de leur faible nombr (...)

20On remarque par ailleurs la très faible dimension agonistique des prises de parole25. Contrairement aux prises de parole féministes en ligne, objet d’attaques violentes (Mendes, Ringrose et Keller, 2018 : 244), les tweets qualifiés de « dissonants » n’attaquent pas les victimes qui témoignent. En effet, l’inceste constitue une cause consensuelle, en raison de l’âge des victimes. Alors que les autres vagues #MeToo ont fait l’objet de rhétoriques oppositionnelles anti-féministes, l’enfant est une figure de vulnérabilité qui génère un consensus. La promotion de l’enfant-sujet a eu pour corollaire la construction d’une norme de l’enfant-vulnérable, dont Gérard Neyrand (1999 : 11) identifie deux bornes principales : la carence affective chez les bébés et plus tard le risque pédocriminel, rendu insupportable. Si certaines insultes sont présentes (« demeurée ») et si certains tweets voudraient silencier la parole des victimes (« vos gueules »), ils sont rares. Les tweets dissonants qui figurent principalement dans la classe 4 présentée supra mettent l’accent sur « la présomption d’innocence » et mettent en cause la « gauche caviar » ou « Mai 68 ».

« Gauche caviar pro pedophile ? #duhamel #polanski #epstein #fredericmitterand #jacklang #finkelkraut #goldnadel #beigbeder #MionDemission #cohnbendit #Petition77 #metooinceste le caviar c bb desturgeons ils en raffolent de ces petites choses vierges et sans defense #metooinceste »

21Précieuse face à une telle volumétrie de données, l’analyse lexicométrique a ainsi permis de mettre au jour « les grandes architectures thématiques qui structurent le corpus » (Guaresi et Scrimieri, 2021 : 71). Ces univers lexicaux ont pour point de départ le témoignage qui joue un rôle pivot dans cette mobilisation en ligne, sur lequel viennent s’imbriquer les autres discours. Pour autant, cet usage stratégique du témoignage n’est pas issu de la pratique des réseaux socio-numériques, mais s’inscrit au contraire dans une histoire des luttes féministes qu’il s’agit maintenant de rappeler.

Parler de soi : production des savoirs et lutte féministe par le témoignage

  • 26 Jean-Louis Jeannelle (2004 : 88) parle d’une « scénographie du témoignage » qui produit une rupture (...)

22On trouve trace de ce que les historien·es désignent comme « écrits du fort privé » dès la fin du Moyen Âge (Chaperon, Grand-Clément et Mouysset à la suite de Madeleine Foisil, 2022 : 306). Au xxe siècle, la rencontre des trajectoires individuelles avec les grands événements historiques a donné lieu à une écriture du témoignage prolixe26 et les deux guerres mondiales constituent des jalons centraux (Jeannelle, 2004) dans l’avènement d’un siècle du témoin. Écrits à la première personne, mémoires, autobiographies et témoignages, à l’écrit comme à l’oral, ont connu un regain d’intérêt il y a un peu plus d’un demi-siècle (Mouysset et Lacoue-Labarthe, 2022) : en histoire, mais aussi en sociologie, anthropologie, psychologie, sciences de l’information et de la communication et linguistique, le témoignage est aujourd’hui saisi comme objet de recherche. L’histoire des femmes est particulièrement emblématique de ce geste. Il s’agit de contester les formes et productions du savoir hégémonique masculin en faisant émerger les voix silenciées, une démarche qui s’inscrit dans les tournants de la micro-histoire et de l’histoire par le bas du XXe siècle. Ce geste à la fois épistémologique et politique s’inscrit au cœur des réflexions féministes sur les liens entre action politique et production des savoirs (Bracke, Puig de la Bellacasa et Clair, 2013).

  • 27 Ou tout du moins de certaines femmes si l’on en réfère à la critique de la catégorie d’analyse fem (...)

23Quatre marqueurs soulignent dans les corpus la dimension féministe de la mobilisation : l’adossement au #MeToo, les collectifs participants, le motif discursif de soutien et enfin le recours à l’écriture inclusive. À cela s’ajoute le témoignage qui constitue le genre discursif emblématique de la mise en acte d’une agentivité qui passe par le récit de soi. La pratique s’est matérialisée en France à partir des années 1970 par la formation de groupes de parole au sein desquels les femmes27 partagent leurs expériences de la domination masculine : le témoignage conduit les femmes à « exister comme sujet » (Charpenel, 2016 : 20). Cet agencement constitue, selon Marion Charpenel (ibid. : 28), une « triple concrétisation de l’utopie féministe », c’est-à-dire à la fois l’affirmation d’un sujet autonome, la politisation du vécu et la construction d’un récit commun collectif.

24En 1986, dans le sillage des revendications féministes relatives à la pénalisation du viol, le témoignage est élargi vers le grand public – et celles qui n’ont pas accès aux groupes de parole féministes – par l’intermédiaire d’une permanence téléphonique, « Viols Femmes Informations », qui permet d’écouter les femmes victimes de violences sexuelles. Les bénévoles féministes de la ligne prennent alors acte de l’ampleur de la question des violences sexuelles, incluant l’inceste, sur les enfants. En effet, près de 45 % des témoignages font état de victimes mineures (Boussaguet, 2009). La question des violences sexuelles sur les enfants, et parmi elles l’inceste, est alors comprise par les militantes féministes comme constitutive du continuum des violences patriarcales. « Elles deviennent alors, de fait, les initiatrices de l’émergence du problème sur la scène publique française de l’époque » (ibid. : 225).

25La centralité du témoignage dans le corpus #MeTooInceste s’inscrit dans cette filiation testimoniale féministe. Le hashtag #MeToo a ouvert la voie à de nombreuses prises de parole et contribue à incarner le passage d’une parole individuelle à collective. Si cette filiation avec une pratique fondamentale de la deuxième vague peut être méconnue par les jeunes générations qui témoignent (Albenga et Dagorn, 2019), elle nourrit la culture militante des féministes à l’origine du hashtag. En effet, les entretiens effectués révèlent le caractère orchestré du lancement du mot-dièse (entretien réalisé le 1er avril 2022), qui fait suite à plusieurs campagnes antérieures n’ayant pas atteint le même seuil de viralité et notoriété, à l’instar de #Iwas, #Javais13ans, #MeTooAmnésie (entretien réalisé le 14 mars 2022). Néanmoins, une différence notable mérite d’être soulignée dans ce travail de réactivation et de publicisation d’un problème public. Alors que les groupes de parole et permanence téléphonique offraient une écoute davantage propice à l’accueil du témoignage, l’exposition médiatique sur les réseaux sociaux inscrit le témoignage dans un contexte de circulation élargi avec un cadre de réception voulu bienveillant et se donne à lire avec le motif discursif (Longrée et Mellet, 2013) « je te crois ». Il traduit le soutien féministe aux victimes de violences sexuelles et il s’oppose au processus de silence des victimes. Sa coexistence avec le hashtag #MeTooInceste donne alors à lire le travail de mise en circulation de la parole testimoniale opéré dans le cadre de la campagne.

Le poids des maux : rôle du hashtag et phraséologie de la parole testimoniale

26Les entretiens menés avec les initiatrices du mouvement ont permis de comprendre que le premier tweet, qui a pour pseudonyme le titre d’une chanson de Barbara, a été posté par une victime alors membre du collectif Nous Toutes.

Illustration 1. Premier tweet du corpus posté par une victime le 14 janv. 2021.

Image

  • 28 La dimension publique et centrale du 1er tweet a conduit à ne pas anonymiser le pseudonyme, car il (...)
  • 29 Il a fallu recourir au corpus 2 pour élaborer cet histogramme, car il porte sur une période plus l (...)

27Ce premier tweet28 est suivi par trois autres témoignages le 15 janvier ; à partir du 16 janvier, les témoignages et les réactions de soutien se multiplient. Pour rendre compte de la présence continue des témoignages, un histogramme montre que, s’ils ne sont pas constants, ils demeurent centraux29. Cet histogramme (Fig. 2) permet de mieux observer l’intensité du début (premiers jours) puis l’effet de traîne, tout en montrant la centralité du témoignage, dont il illustre la présence continue au cours des trois premiers mois. On observe une concentration dans les premières semaines, puis des pics de témoignages en lien avec l’actualité politique (déclaration politique, débat parlementaire), juridique (procès) ou médiatique (articles de presse).

Figure 2. Proportion (%) des témoignages (rouge) dans le volume global (bleu) de tweets (corpus 2).

Image

28Une autre caractéristique des témoignages relève des comptes utilisés : 20 % des comptes ayant posté un témoignage ont été créés le jour du tweet pour témoigner, ce sont des comptes qualifiables de comptes ad hoc et circonstanciés. Il s’agit d’une prise de parole qui se singularise par son unicité, ces comptes créés à dessein n’ayant pas posté d’autres tweets ; certains comptes ont d’ailleurs été supprimés après le témoignage ou sont inactifs, c’est par exemple le cas du compte du premier tweet qui est inactif depuis le 1er février 2021. Conformément à l’écosystème de Twitter, les témoignages sont courts et attestent d’une diversité des façons de dire les violences et le traumatisme. Cependant, d’un point de vue morpho-syntaxique et sémantique, certains traits récurrents ont été observés ; ils prennent la forme d’un patron discursif du type : « j’avais [x] ans » suivi ou précédé par « c’était » ou « ça ». Cette phraséologie met l’accent sur l’âge au moment des faits. Le démonstratif (« c » ou « ça ») renvoie à la parentèle, et/ou aux faits et à leurs conséquences. L’âge et le démonstratif fonctionnent comme des marques déictiques qui renvoient au moment de l’agression. Ont alors été recherchées les cooccurrences de « avais », c’est-à-dire les termes qui lui sont proches dans les tweets du corpus (corpus 1) pour mettre au jour ce motif lié à l’âge (Fig. 3).

Figure 3. Visualisation des cooccurrences de “avais”= 1024 (fq), iTrameur.

Image

29En effet, certains témoignages ne sont compréhensibles que par la présence du hashtag qui lève l’implicite de l’énoncé et contribue à sa sémantisation. Deux principaux emplois de cette phraséologie sont observables : des témoignages qui évoquent implicitement la violence sexuelle sans la nommer et d’autres qui mettent l’accent sur les violences. Dans le premier cas, le hashtag, qui figure soit à l’initiale, soit à la fin du tweet, fonctionne comme un opérateur signifiant :

« c’etais mon cousin, j’avais 12 ans et il en avais 15. #metooinceste »

30Dans ces témoignages, le hashtag oriente sémantiquement le tweet et stabilise le sens. D’une part, il constitue conformément aux hashtags militants, un mot-argument qui permet de rendre visible et d’indexer une cause ; d’autre part, en tant qu’opérateur signifiant, il participe à l’orientation sémantique de l’énoncé (Husson, 2015) et souligne l’indicible de la violence.

31L’intelligibilité du propos qu’autorise le hashtag se matérialise aussi dans une seconde stratégie discursive de l’implicite. Un ensemble de témoignages mobilise une phraséologie qui tait l’abus sexuel et met au contraire l’accent sur le système de l’inceste, notamment sa double rhétorique d’interdit et de banalisation.

« Il disait que c’était des jeux normaux à nos âges, que tout les enfants faisaient ça, j’avais 8 ans #metooinceste »

« j’avais 5 ans ça a duré pendant deux ans et comme j'étais un petit garçon je n’en ai jamais parlé je pensais que c était normal et comme étant un enfant je devais obéir et dire oui à tout #metooinceste »

32Dans ces deux exemples, l’usage du qualificatif « normal », l’accent mis sur l’univers de l’enfance (« jeux », « petit », « enfant ») donnent à lire, par le biais du hashtag opérateur signifiant, tout le système de l’inceste qui apprend aux victimes à se taire et (sur)vivre sous la domination.

33Un troisième ensemble de témoignages procède d’une stratégie inverse. Les victimes décrivent avec précision les faits. Le lexique du corps tout autant que des gestes est présent. La parentèle (« père », « oncle », « frère », etc.), les lieux (« chez ma grand-mère ») ou le moment (« un après-midi ») caractérisent également les témoignages. Le hashtag fonctionne alors principalement comme mot-argument et c’est ici le détail, la précision qui viennent dire la violence de l’inceste.

« Il nous surprenait sous la douche, aux toilettes. Les verrous étaient bannis. Il nous suçotait chaque doigt de pied avant de passer aux cunnilingus. Nous avions entre 6 et 14 ans. Chaque fête de famille était l’occasion d’assouvir ses pulsions. #metooinceste »

  • 30 Ces fréquences lexicales sont proches des résultats de l’enquête de l’Institut national d’études d (...)

34Ces traits récurrents du témoignage – phraséologie, usages du hashtag – ne doivent néanmoins pas masquer l’hétérogénéité des prises de parole. Par exemple, si les témoignages sont majoritairement écrits à la première personne, certains relatent des faits pour un·e proche. Par ailleurs, l’examen des fréquences du lexique de la parentèle indique l’importance de certaines figures dont le père ou beau-père,30 et souligne la diversité des prises de parole au regard de la variété des graphies présentées ci-après (Table 1).

Table 1. Fréquences du lexique de la parentèle (iTrameur, corpus 1).

Image

35L’emoji accolé au lexique de la parentèle exprime et incarne le sentiment qui est associé au lien de parenté. La présence du pluriel est un indice de la montée en généralité relative à la figure du père (« les pères ») ou de la mère (« les mères »).

« #metooinceste Et toutes les mères qui essaient de protéger leurs enfants des pères incestueux et qui voient leurs plaintes classées sans suite, on en parle ???!!! C'était en 2013, à la brigade des mineures de Créteil. »

36Notons que l’emploi des guillemets fonctionne comme mise à distance, tel que l’illustre l’exemple ci-après.

« #metooinceste. C’était mon “père”. J’avais 4 ans la première fois. Il a continué pour 12 longues et douloureuses années. 30 ans après les souvenirs ont remontés. Ma mère était dans son emprise aussi. Mais je ne suis pas morte ! Je suis plus forte qu’avant ! »

37Les témoignages indexés et référencés grâce au hashtag contribuent ainsi à rendre possible le passage du « je » au « nous » et à rendre visible le mouvement. Dans un second temps, il s’est alors agi de prêter attention à la dynamique de circulation des témoignages afin de comprendre les ressorts de leur diffusion. Pour ce faire, sur la base du corpus 2, ont été examinés les profils de celles et ceux qui « retweetent » et contribuent ainsi à l’amplification du mouvement en ligne et à la dynamique de circulation du hashtag.

Diffusion des témoignages et dynamiques de circulation

38Dès le 16 janvier 2021, le hashtag #MeTooInceste fait preuve d’un « fort rendement conversationnel » (Cervulle, Pailler, 2014) dont les retweets et citations sont les ressorts. Saisir ces techno-relations (ibid.) invite à prêter attention à qui « retweete », quand et quoi ? Il s’agit aussi d’observer les profils de ces « retweeteurs ». L’hypothèse émise est que tous les comptes ne se valent pas dans leur potentiel de mise en visibilité de l’inceste.

Identification des comptes de mise en circulation du témoignage

39L’objectif de cette section est de décrire le processus par lequel la campagne #MeTooInceste a trouvé des relais au point de devenir l’un des sujets les plus discutés sur Twitter. Notre attention s’est focalisée sur les tweets qui comportent un témoignage d’un acte incestueux : comment se fait-il que pendant plusieurs jours, des milliers d’utilisateur·rices de Twitter ont vu sur leur fil d’actualité des témoignages d’inceste ? 20 % des comptes qui ont publié un témoignage ont été créés le jour du tweet. Ces comptes n’ont donc en général que peu d’abonné·es susceptibles de voir apparaître le témoignage sur leur fil d’actualité : le nombre d’abonné·es médian des comptes ayant publié un témoignage est de seulement 6 alors que le nombre d’abonné·es médian des comptes ayant publié un tweet portant le hashtag #MeTooInceste qui n’est pas un témoignage est de 271. Toutefois, malgré un nombre d’abonné·es significativement moins élevé, les tweets de témoignage sont deux fois plus « retweetés » que les autres tweets portant le #MeTooInceste (25 retweets en moyenne contre 11).

Figure 4. Nombre de tweets selon le nombre de partages reçus (échelle logarithmique ; corpus 2).

Image

  • 31 L’une des difficultés des corpus numériques repose dans la large gamme de valeurs que peuvent pren (...)
  • 32 On retrouve cette méthode de calcul dans l’outil Tweet Binder. Voir https://www.tweetbinder.com/bl (...)

40On constate que le nombre de partages des témoignages reste faible (Fig. 431), la plupart des témoignages n’étant rarement relayés par plus d’une vingtaine d’internautes différents. La simple donnée du nombre de partages ne suffit donc pas pour expliquer ce qui a conduit de nombreux internautes à voir sur leur fil d’actualité des témoignages d’inceste. En réalité, la métrique du nombre de partages, pourtant très souvent utilisée pour évaluer la portée d’un tweet, ne permet pas de prendre en compte une réalité pourtant centrale de la propagation d’un contenu sur le web : tous les partages ne se valent pas. Un tweet partagé par un compte doté de milliers d’abonné·es apparaîtra sur le fil d’actualité d’un nombre bien plus grand de personnes qu’un tweet partagé par un compte avec une dizaine d’abonné·es. Pourtant, dans les deux cas, la métrique du nombre de partages n’est augmentée que d’un. La proposition est donc celle d’une manière d’être attentif·ves à ce phénomène en introduisant une mesure de visibilité d’un tweet. La visibilité, aussi appelée « impressions » d’un tweet dans le monde du marketing, correspond au nombre de personnes qui ont vu le tweet affiché sur leur fil d’actualité. Au moment de notre étude, les données rendues accessibles par Twitter via son API ne contiennent pas le nombre de vues d’un tweet. Il conviendrait donc d’estimer la visibilité d’un tweet par la somme du nombre d’abonné·es de tous les internautes ayant partagé ce tweet. Par exemple, si un tweet a été partagé par trois internautes dont les nombres d’abonné·es sont respectivement 10, 100 et 1 000, alors la visibilité du tweet sera de 1 110 vues potentielles. Cette estimation constitue une approximation du nombre de vues d’un tweet (Wang et al., 2021) et se retrouve dans certaines analyses de propagation de contenus sur Twitter (Iizuka et al., 2022) ainsi que dans le monde du marketing32.

41Cette métrique permet de passer d’une approche centrée sur les tweets à une approche centrée sur les acteurs, en particulier de répondre à la question : qui contribue le plus à la mise en visibilité des témoignages ? Pour chaque acteur ayant partagé au moins un témoignage, on mesure sa contribution à leur mise en visibilité en multipliant son nombre d’abonné·es par le nombre de témoignages qu’il ou elle a partagé. En classant les acteurs par leur contribution à la mise en visibilité des témoignages, on obtient les 20 comptes suivants :

Table 2. Principaux comptes Twitter ayant mis en visibilité les témoignages (corpus 2).

Nom d’utilisateur·rice

Nombre de témoignages partagés

Nombre d’abonné·es

Contribution à la visibilité

memoiretrauma

25

20 942

523 550

RaphaelleBacque

2

187 562

375 124

misspress

1

253 949

253 949

Facealinceste

30

7 992

239 760

etienneliebig

10

22 677

226 770

YLeBolloch

2

85 297

170 594

RokhayaDiallo

1

161 947

161 947

Compte anonymisé

6

21 414

128 484

AudreyPulvar

1

116 707

116 707

VillaniCedric

1

97 096

97 096

Compte anonymisé

11

7098

78 078

Compte anonymisé

3

25 172

75 516

NiUnaMenos21

28

2 586

72 408

MiKohiyama

12

5 950

71 400

NassiraELM

1

70 553

70 553

Compte anonymisé

19

3 651

69 369

Compte anonymisé

2

33 845

67 690

IncesteMe

126

513

64 638

CordaniOfficiel

6

10 529

63 174

JeanLucRomero

1

61 104

61 104

42On retrouve dans cette liste cinq catégories d’acteurs :

  • des personnes ou des collectifs militant sur les questions d’inceste. C’est le cas de @memoiretrauma, compte Twitter de Muriel Salmona, présidente de l’association Mémoire Traumatique. On retrouve également le compte de l’association Face à l’Inceste, celui de M. Kohiyama, ainsi que le compte @IncesteMe qui semble avoir un fonctionnement de « bot » qui partage tous les tweets portant le hashtag #MeTooInceste. Cette catégorie d’acteurs se distingue des autres par un nombre élevé de témoignages partagés, 126 pour le compte @IncesteMe, 30 pour l’association Face à l’Inceste, 25 pour le compte de Muriel Salmona et 12 pour celui de M. Kohiyama ;
  • Des militantes et collectifs féministes. Il s’agit du « collectif féministe de lutte(s) » Ni Una Menos, de Claudine Cordani et de Rokhaya Diallo ;
  • des journalistes et des personnalités des médias. On retrouve Raphaëlle Bacqué, grande reporter au journal Le Monde et autrice, avec Ariane Chemin, d’une enquête sur Olivier Duhamel ; les journalistes Françoise Laborde (anciennement sur France 2) ; Mélissa Bounoua (Louie Media) et Nassira El Moadem (Arrêt sur Images) ; Étienne Liébig (« Les Grandes Gueules » sur RMC) ;
  • des personnalités politiques et du monde de la culture comme Audrey Pulvar, Cédric Villani, Jean-Luc Romero, mais aussi le comédien Yvan Le Bolloch. Ces comptes partagent en général un nombre faible de témoignages, un ou deux au maximum ;
  • des comptes qui ne sont pas des personnalités publiques – anonymisés – où l’on retrouve essentiellement des militant·es affilié·es à gauche.

43La typologie établie ci-dessus fait coexister deux manières de contribuer fortement à la visibilité des témoignages : soit en étant un compte avec un nombre d’abonné·es élevé qui partage un petit nombre de témoignages (c’est le cas des personnalités politiques et médiatiques par exemple), soit en étant un compte avec un nombre d’abonné·es restreint, mais qui partage un très grand nombre de témoignages (c’est le cas des militant·es contre l’inceste et des féministes).

Différents profils de contribution à la visibilité

44La contribution à la visibilité des témoignages est concentrée dans les mains d’un petit nombre d’internautes : seulement 0,94 % des utilisateurs·rices ayant partagé au moins un témoignage (soit 91 sur 38 464) contribuent à 50 % de la visibilité des témoignages, appelés dans la suite les « comptes moteurs ». Une analyse des modalités de contribution à la visibilité de ces 91 « comptes moteurs » fait émerger les deux profils différents évoqués plus haut, ainsi qu’un profil intermédiaire.

Figure 5. « Comptes moteurs » en fonction du nombre de témoignages partagés et du nombre d’abonné·es (échelles logarithmiques ; corpus 2).

Image

  • 33 Ici, « activisme » ne présuppose pas d’engagement militant spécifique autour de l’inceste, mais dé (...)

45Sur la figure 5, chaque point est un « compte moteur » dont on représente le nombre de témoignages qu’il ou elle a partagé ainsi que son nombre d’abonné·es. Tout à gauche du graphique, on retrouve des utilisateurs·rices qui ont relayé seulement un ou deux commentaires, mais dont le partage a eu un fort impact sur la visibilité des témoignages en raison de leur grand nombre d’abonné·es. On les nommera les relayeurs « ponctuels ». Tout à droite, on retrouve des utilisateurs·rices ayant un nombre d’abonné·es plus faible, mais dont le fort impact sur la visibilité s’explique par le fait qu’ils ont relayé un grand nombre de témoignages. Il s’agit d’un profil d’« activistes »33, dont on peut supposer que l’objectif est de faire progresser le hashtag #MeTooInceste dans les tendances Twitter. Au milieu, on retrouve un profil intermédiaire, dénommé « sympathisant·e » dans la suite. Cette catégorisation de profils de contribution à la visibilité permet de suivre la dynamique temporelle de la circulation du hashtag #MeTooInceste.

46En mesurant la contribution à la visibilité totale par jour des témoignages pour les quatre catégories définies plus haut (activistes, sympathisant·es, relayeurs ponctuels et les autres, soit 99 % d’utilisateurs·rices qui ne font pas partie de ceux qualifiés de comptes moteurs), on constate que durant les deux premiers jours de la campagne, lorsque le hashtag #MeTooInceste est en tendances sur Twitter, les deux groupes qui ont le plus massivement rendu les témoignages visibles sont les relayeurs ponctuels et les sympathisant·es – respectivement 67 % et 25 % de la visibilité dans les deux premiers jours (Fig. 6). Il s’agit donc d’internautes plutôt éloignés du militantisme sur les questions d’inceste qui ont partagé un ou deux témoignages. Il est important de noter que la catégorie qualifiée d’activistes n’a pas contribué à la visibilité des témoignages dans les premiers jours. C’est seulement à partir du troisième jour, jour où les témoignages ont atteint leur pic de visibilité, que les activistes et le reste des utilisateur·rices (que l’on pourrait qualifier d’utilisateur·rices lambda de la plateforme) contribuent significativement à la visibilité.

Figure 6. Contribution à la visibilité totale par jour en fonction des catégories d’utilisateur·rices (corpus 2).

Image

47Le couplage de ces résultats quantitatifs avec les entretiens réalisés, notamment avec des militantes des collectifs engagés pour cette cause, suggère donc que la « propagation » des témoignages d’inceste sur Twitter s’est faite en quatre mouvements, avec des acteurs différents :

  1. la mise en ligne, coordonnée par Nous Toutes, du premier témoignage, puis la publication d’autres témoignages par des comptes souvent créés pour l’occasion ;
  2. le partage de ces témoignages par des comptes ayant une forte audience (célébrités, personnalités politiques, etc.) ;
  3. l’amplification de la visibilité des témoignages par un travail militant de partage massif ;
  4. l’appropriation par les utilisateur·rices « lambda » de Twitter.

48Les différents acteurs participent ainsi d’un « courant de la mobilisation » (Hassenteufel, 2021 : 128) qui, au sein d’un agenda littéraire, législatif et politique plus large, a offert au problème public de l’inceste une fenêtre de mise en visibilité.

Conclusion

49Dans le sillage des mouvements féministes en et hors ligne, on assiste ces dernières années à un regain de médiatisation du problème public des violences sexistes et sexuelles. C’est dans ce sillage que s’inscrit le #MeTooInceste analysé dans cet article. L’étude de deux corpus de tweets collectés à partir du hashtag, couplée à des entretiens avec des militantes, souligne d’abord le caractère construit de la campagne, attestant par là de la maîtrise des réseaux sociaux dont font preuve les militantes féministes. Dans le cas présent, la campagne a donné lieu à une prise de parole présidentielle le 23 janvier 2021 et à la création de la Ciivise. L’analyse lexicométrique a mis au jour quatre univers lexicaux qui procèdent d’une techno-conversationnalité (Paveau, 2013a) propre au réseau. L’accent est mis sur le rôle central du témoignage, en tant que point nodal de la stratégie déployée, il initie le hashtag et opère comme substrat conversationnel au travers de sa circulation. La seconde partie de l’étude propose justement de saisir l’objet non plus via ses discours, mais par sa dynamique. Pour cela, il a fallu s’intéresser aux profils de contribution et à la visibilité. Il a été montré que la mise en visibilité des témoignages est fondée sur un nombre restreint d’acteurs, mais qui disposent d’une forte audience, suivie par un effort de partage massif par des activistes, ouvrant la voie à des partages plus anonymes. La question est d’autant plus centrale que c’est cette visibilité même qui rend effective l’existence du mouvement. Le référencement du hashtag en trending topic l’a rendu visible tout autant qu’il lui a conféré un intérêt patrimonial dont témoignent les deux archivages, en propre et par l’INA, à partir desquels le travail est fait.

50Si d’autres angles d’analyse, tel que l’emploi des emojis, mais aussi la circulation sur d’autres réseaux sociaux, sont encore à déployer pour saisir au mieux la campagne #MeTooInceste, la présente contribution se distingue par deux apports principaux. D’abord, l’analyse des discours et de leur mise en circulation permet d’identifier un certain nombre de caractéristiques emblématiques du féminisme de hashtag (Mendes, Ringrose et Keller, 2018), comme le témoignage et le travail de soutien par les intensités affectives effectué sur les réseaux, mais aussi une spécificité de #MeTooInceste. Contrairement aux autres vagues de #MeToo, les réactions font preuve d’une faible dimension agonistique. Quoique largement pratiqué, l’inceste fait l’objet d’une condamnation unanime. Le second intérêt majeur de cette recherche réside dans sa réflexivité méthodologique en contexte interdisciplinaire. La réflexion sur les modalités de constitution des corpus numériques et le recours aux méthodes mixtes, soutenu par des retours au texte réguliers, a permis ici de proposer une méthode d’analyse qui pourra nourrir le chantier méthodologique des terrains numériques.

Haut de page

Bibliographie

Achin C., Albenga V., Andro A., Delage P., Ouardi S., Rennes J. et Zappi S., 2019, « Révoltes sexuelles. Éditorial », Mouvements, 99, p. 7-10.

Aguerri J. C., Molnar L. et Miró-Llinares F., 2023, « Old Crimes Reported in New Bottles: the Disclosure of Child Sexual Abuse on Twitter through the Case #MeTooInceste », Social Network Analysis and Mining, 13 (27). https://doi.org/10.1007/s13278-023-01029-4

Albenga V. et Dagorn J., 2019, « Après #MeToo : Réappropriation de la sororité et résistances pratiques d’étudiantes françaises », Mouvements, 99, p. 75-84.

Ambroise-Rendu A.-C., 2020, « Entre expressionnisme et euphémisation. Les représentations des violences exercées contre les enfants (xixe-xxie siècles), d’un régime sensible à un autre », Sociétés & Représentations, 50, p. 109-118.

Anadón M., 2019, « Les méthodes mixtes : implications pour la recherche “dite” qualitative », Recherches qualitatives, 38 (1), p. 105-123.

Angot C., 1999, L'Inceste, Paris, Stock.

Angot C., 2015, Un amour impossible, Paris, Flammarion.

Aubry I., 2008, La Première fois j’avais six ans d’Isabelle, Paris, Oh ! Éditions.

Bajos N., Bozon M., 2008, « Les violences sexuelles en France : quand la parole se libère », Population et sociétés, 445. https://www.ined.fr/fichier/s_rubrique/19113/pop_soc445.fr.pdf (consulté le 12 mars 2024).

Barats C., Dister A., Gambette P., Leblanc J.-M. et Peres-Leblanc M., 2019, « Ce que les données textuelles disent du pétitionnement en ligne : entre contraintes et appropriations du dispositif », Questions de communication, 36, p. 123-146. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.21042

Boussaguet L., 2008, La Pédophilie, problème public. France, Belgique, Angleterre, Paris, Dalloz.

Boussaguet L., 2009, « Les “faiseuses” d’agenda. Les militantes féministes et l’émergence des abus sexuels sur mineurs en Europe », Revue française de science politique, 59 (2), p. 221-246.

Boyadjian J., Olivesi O. et Velcin J., 2017, « Le web politique au prisme de la science des données. Des croisements disciplinaires aux renouvellements épistémologiques », Réseaux. Communication. Technologie. Société, 204, p. 9-31.

Boyle K., 2019, #MeToo, Weinstein and Feminism, New York, Palgrave.

Bracke S., Puig de la Bellacasa M. et Clair I., 2013, « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines », Cahiers du genre, 54, p. 45-66.

Cavalin C., Da Silva J., Delage P., Despontin Lefèvre I., Lacombe D. et Pavard B., 2022, Les violences sexistes après #MeToo, Paris, Presses des Mines.

Cervulle M. et Pailler F., 2014, « #mariagepourtous : Twitter et la politique affective des hashtags », Revue française des sciences de l’information et de la communication, 4. https://doi.org/10.4000/rfsic.717

Chaperon S., Grand-Clément A., Mouysset S. (dir.), 2022, Histoire des femmes et du genre. Historiographie, sources et méthodes, Paris, A. Colin.

Charpenel M., 2016, « Les groupes de parole ou la triple concrétisation de l’utopie féministe », Éducation et sociétés, 37, p. 15-31.

Clark-Parsons R., 2019, « I SEE YOU, I BELIEVE YOU, I STAND WITH YOU: #MeToo and the Performance of Networked Feminist Visibility », Feminist Media Studies, 21 (3), p. 362-380. https://doi.org/10.1080/14680777.2019.1628797

De Benedictis S., Orgad S. et Rottenberg C., 2019, « #MeToo, Popular Feminism and the News: A Content Analysis of UK Newspaper Coverage », European Journal of Cultural Studies, 22 (5-6), p. 718-738. https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1367549419856831

Despontin Lefèvre I., 2022, Stratégies de communication et pratiques militantes du mouvement féministe en France au début du 21e siècle. Étude de cas du collectif #NousToutes (2018-2021), thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Panthéon-Assas.

Despontin Lefèvre I., 2023, « Négocier sa position en et hors ligne en terrain féministe », Communication, 40 (2). https://doi.org/10.4000/communication.18019

Dussy D., 2021, Le Berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Paris, Éd. Pocket.

Guaresi M. et Scrimieri M. G., 2021, « Sorcières. Analyse textométrique et littéraire d’un projet éditorial de femmes », Cahiers Sens public, 30, p. 1-29. http://www.sens-public.org/static/git-articles/SP1591/SP1591.pdf (consulté le 12 mars 2024).

Halté P., 2023, « Emoji », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/emoji, (consulté le 13 mars 2024).

Hassenteufel P., 2021, Sociologie politique de l’action publique, Paris, A. Colin.

hooks b., 1981, Ne suis-je pas une femme ? Femmes noires et féminisme, trad. de l'anglais par O. Potot, Paris, Cambourakis, 2015.

Husson A.-C., 2015, « #ThéorieDuGenre, #Gender : deux hashtags à rôle argumentatif », (Dis)cursives. Linguistique discursive, études de genre, féminisme. https://doi.org/10.58079/nfs6

Husson A.-C., 2017, « Les hashtags militants, des mots-arguments », Fragmentum, 48, p. 105-127. https://doi.org/10.5902/fragmentum.v0i48.23295

Iizuka R., Toriumi F., Nishiguchi M., Takano M., Yoshida M., 2022, « Impact of Correcting Misinformation on Social Disruption », PLoS One, 17 (4). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0265734

Jeannelle J.-L., (2004), « Pour une histoire du genre testimonial », Littérature, 135, p .87-117. https://doi.org/10.3406/litt.2004.1863

Jouët J., 2022, Numérique, féminisme et société, Paris, Presses des Mines.

Julliard V., 2016, « #Theoriedugenre : comment débat-on du genre sur Twitter ? », Questions de communication, 30, p. 137-157. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10744

Julliard V., 2017, « “Théorie du genre”, #theoriedugenre : stratégies discursives pour soustraire la “différence des sexes” des objets de débat », Études de communication, 48, p. 111-136.

Kouchner C., 2021, La Familia grande, Paris, Éd. Le Seuil.

Larson S. R., 2019, « “Just let this sink in”: Feminist Megethos and the Role of Lists in #MeToo », Rhetoric Review, 38 (4), p. 432-444.

Le Caisne L., 2016, « Quand l’inceste va sans dire », Sociétés & Représentations, 42 (2), p. 111-126.

Longhi J., 2020, « Explorer des corpus de tweets : du traitement informatique à l’analyse discursive complexe », Corpus, 20. https://doi.org/10.4000/corpus.4567

Longrée D. et Mellet S., 2013, « Le motif : une unité phraséologique englobante ? Étendre le champ de la phraséologie de la langue au discours », Langages, 189 (1), p. 65-79.

Marsicano E., Bajos N., Pousson J-E., 2023, « Violences sexuelles durant l’enfance et l’adolescence : des agressions familiales dont on parle peu », Population et sociétés, 612, p. 1-4.

Mendes K., Ringrose J. et Keller J., 2018, « #MeToo and the Promise and Pitfalls of Challenging Rape Culture through Digital Feminist Activism », European Journal of Women’s Studies, 25 (2). https://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1350506818765318

Ménégaux M., 2017, Un fils parfait, Paris, Grasset.

Moirand S., 2004, « L’impossible clôture des corpus médiatiques, La mise au jour des observables entre catégorisation et contextualisation », Tranel, 40, p. 71-92. https://univ-sorbonne-nouvelle.hal.science/hal-01487209

Mondragon N. I., Eiguren Munitis A. et Belasko Txertudi N., 2022, « The Breaking of Secrecy: Analysis of the Hashtag #MeTooInceste Regarding Testimonies of Sexual Incest Abuse in Childhood », Child Abuse & Neglect, 123. https://doi.org/10.1016/j.chiabu.2021.105412

Mouysset S. et Lacoue-Labarthe I., 2022, « Se dire, s’écrire : traces de soi. Les récits personnels à l’épreuve du genre (xve-xxie siècle) », dans S. Chaperon, A. Grand-Clément, S. Mouysset (dir.), Histoire des femmes et du genre. Historiographie, sources et méthodes, Paris, A. Colin, p. 219-247.

Née É. (dir.), 2017, Méthodes et outils informatiques pour l’analyse des discours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Neyrand G., 1999, « Savoirs et normes sociales en matière de petite enfance », Recherches et prévisions, 57-58, p. 3-15.

Pavard B., Rochefort F. et Zancarini-Fournel M., 2020, Ne nous libérez pas, on s’en charge. Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours, Paris, Éd. La Découverte.

Paveau M.-A., 2013a, « Technodiscursivités natives sur Twitter. Une écologie du discours numérique », Epistémè, 9, p. 139-167. https://hal.science/hal-00859064

Paveau M.-A., 2013b, « Genre de discours et technologie discursive. Tweet, twittécriture et twittérature », Pratiques, p. 7-30. https://doi.org/10.4000/pratiques.3533

Paveau M.-A., 2017, L’Analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Hermann.

Quemener N., 2022, « De l’approche critique des représentations aux dynamiques affectives. Saisir les phénomènes d’intensification des échanges sur la chaîne YouTube de Dieudonné », Communication & langages, 212, p. 113-129.

Reinert M., 1983, « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Cahiers de l’analyse des données, 8 (2), p. 187-198.

Ruffio C., 2020, « #MeToo », Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/metoo (consulté le 12 mars 2024).

Sheppard-Sellam E., 2019, « Problème public », dans L. Boussaguet (éd.), Dictionnaire des politiques publiques, 5e éd., Paris, Presses de Sciences Po, p. 504-510.

Sinno N., 2023, Triste tigre, Paris, Éd. P.O.L.

Stassin B., 2022, « Hashtag » Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. https://publictionnaire.huma-num.fr/notice/hashtag (consulté le 13 mars 2024).

Wang L., Ramachandran A. et Chaintreau A., 2021, « Measuring Click and Share Dynamics on Social Media: A Reproducible and Validated Approach », Proceedings of the International AAAI Conference on Web and Social Media, 10 (2). https://doi.org/10.1609/icwsm.v10i2.14841

Haut de page

Notes

1 Hashtag, mot clé ou mot-clic qui permet d’indexer des contenus et de regrouper ceux qui ont été indexés de la même manière (Stassin, 2022).

2 Tweet, terme désignant un texte posté sur la plateforme Twitter.

3 « #MeTooInceste : les enfants parlent, protégeons-les ! », pétition adressée à Adrien Taquet, secrétaire d’État en charge de l'enfance et des familles auprès du ministre des Solidarités et de la Santé et Emmanuel Macron, Président de la République, qui a recueilli 43 471 signatures au 14 janvier 2021. Le collectif Nous Toutes a été cofondé en juillet 2018 par Caroline De Haas et Madeline Da Silva, militantes féministes. En septembre 2021, le collectif revendique l’implication de 6 000 à 8 000 militantes et environ 80 comités locaux. Il est composé majoritairement de femmes cisgenres et de femmes transgenres. Les militantes sont fortement dotées en capitaux scolaires (voir Despontin-Lefèvre, 2022 et 2023).

4 En janvier 2021, ont été relevé quatre pétitions qui portent sur l’âge du consentement.

5 Loi du 21 avril 2021 visant à protéger les mineurs des crimes et délits sexuels et de l’inceste (dépôt de la loi au parlement le 26 novembre 2020, examen, puis adoption le 15 avril 2021).

6 Citons pour illustrer quelques titres d’ouvrages emblématiques : L’Inceste de Christine Angot (1999) et Un amour impossible (2015) adapté au cinéma en 2018 ; La Première fois j’avais six ans d’Isabelle Aubry (2008) ; Un fils parfait de Mathieu Ménégaux (2017) et Triste tigre de Neige Sinno (2023).

7 Collectif initié par Laurence Allard et auquel participent : Laurence Allard, Christine Barats, Laetitia Biscarrat, Camille Chanial, Cécile Méadel, Giuseppina Sapio, Camille Alloing, Julien Pierre, Mariannig Le Bechec et Agnès Mustar. Nous remercions A. Mustar, Sorbonne Université, Institut des systèmes intelligents et de robotique, pour sa contribution à cet article.

8 Le hashtag a été créé en 2007 par Tarana Burke, mais c’est en octobre 2017 que l’actrice Alissa Mylano l’a utilisé, ce qui a participé à sa popularisation (Stéphanie R. Larson, 2019 ; Achin et al., 2019 ; Pavard et al., 2020 ; Jouët, 2022).

9 Twitter, dénommé « X » le 23 juillet 2023 après son rachat par Elon Musk en octobre 2022.

10 Le mouvement s’est aussi diffusé sur d’autres dispositifs numériques, en particulier Facebook et Instagram. Ces dispositifs sont étudiés par d’autres membres du collectif.

11 Deux premiers entretiens semi-directifs ont été conduits en mars et avril 2022 auprès d’actrices du mouvement. Ils ont porté sur les conditions d’émergence du mouvement, l’identification des principaux acteurs et actrices, l’organisation de l’action.

12 Nous remercions l’INA qui nous a donné accès au corpus collecté.

13 Cette recherche confirme l’importance de documenter les conditions de collecte des corpus numériques, par définition mouvants (quid de leur stabilité selon les outils de collecte) et hétérogènes (textes, images, emojis, etc.).

14 Retweet désigne l’action de partager les tweets.

15 Followers, désigne les abonné·es à un compte sur un réseau social numérique.

16 Emoji, pictogramme qui s’insère dans un système d’écriture, servant à indiquer l’émotion ou l’attitude du locuteur, ou à illustrer ce qui a été exprimé verbalement. Il peut également remplacer des mots (Halté, 2023).

17 Journée d’études du 16 septembre 2022, « #MeTooInceste : regards pluriels sur une mobilisation » à la Maison de la recherche Sorbonne Nouvelle, Paris.

18 La lecture du corpus ayant révélé qu’une grande majorité de témoignages partage la même phraséologie (« J’avais [X] ans », « C’était », « ça » (voir supra), une méthode de filtrage basée sur des expressions régulières (regex) via Python a permis de repérer les témoignages. Afin de vérifier la fiabilité du filtrage, ont été annotés à la main 200 tweets chacun·e, dont 50 étaient communs aux trois jeux de tweets à annoter. L’accord inter-annotateur est de 100 % pour chaque paire d’annotateur·ices, une précision de 85 %, un rappel de 59 %. Le F-score est de 0,7, ce qui est le signe d’une précision et d’un rappel satisfaisants.

19 « Le hashtag n’était pas notre premier choix, mais il a été choisi, car il parle aux journalistes », entretien réalisé le 1er avril 2022.

20 La majorité des énoncés du corpus – 87,24 % du corpus a été classé – figure dans ces 4 classes, attestant de la fiabilité de cette classification et de la pertinence de conserver les graphies natives sur cette volumétrie de données.

21 On a choisi de ne pas anonymiser les tweets émanant de personnalités publiques ou d’associations, car leurs profils contribuent à la diffusion et à la circulation du hashtag. Ces personnalités ont été contactées et ont donné leur accord afin de pouvoir citer leurs tweets. À l’inverse, toutes les autres prises de parole ont été anonymisées (victimes ou soutiens).

22 En 2017, de nombreux messages de soutien sur le #MeToo se caractérisaient par l’adresse directe et la reconnaissance du statut de victime/survivante de la manière suivante : « I see you, I believe you, I stand with you ».

23 Tw (trigger warning) fournit un avertissement relatif à un contenu à potentielle réactivation traumatique.

24 Dépêche AFP du 16 janvier 2021, 17h23.

25 Les tweets dissonants n’ont pas été mis au jour avec Iramuteq, ce qui atteste de leur faible nombre et de leur diversité ainsi que de l’intérêt de recourir à des méthodes mixtes et à ne pas mésestimer le retour au texte.

26 Jean-Louis Jeannelle (2004 : 88) parle d’une « scénographie du témoignage » qui produit une rupture dans les discours sociaux par ses modalités énonciatives. La phraséologie « j’avais » identifié dans notre corpus se retrouve ainsi dans le champ de l’édition où elle titre de nombreux ouvrages du genre.

27 Ou tout du moins de certaines femmes si l’on en réfère à la critique de la catégorie d’analyse femmes opérée par le Black Feminism (hooks, 1981).

28 La dimension publique et centrale du 1er tweet a conduit à ne pas anonymiser le pseudonyme, car il contribue à comprendre la généalogie du mouvement.

29 Il a fallu recourir au corpus 2 pour élaborer cet histogramme, car il porte sur une période plus longue par rapport au corpus 1.

30 Ces fréquences lexicales sont proches des résultats de l’enquête de l’Institut national d’études démographiques effectuée en 2021 : « Pour les femmes, une violence intra-familiale sur trois (32,7 %) a été commise par le père ou le beau-père ; les agresseurs sont ensuite les oncles (17,9 %), les cousins (14,4 %) et les frères (14,1 %). Pour les hommes, les principaux agresseurs sont les frères (21,8 %), suivis des pères ou beaux-pères (20,7 %), des cousins (17,8 %) et des oncles (16,7 %) » (Marsicano et al., 2023).

31 L’une des difficultés des corpus numériques repose dans la large gamme de valeurs que peuvent prendre les données collectées, ce qui est encore plus vrai pour les métriques de visibilité. C’est pourquoi, dans un souci d’améliorer la lisibilité des visualisations des résultats, le recours à l’échelle logarithmique sera fréquent dans la suite. Avec cette échelle, chaque graduation est un multiple de 10.

32 On retrouve cette méthode de calcul dans l’outil Tweet Binder. Voir https://www.tweetbinder.com/blog/twitter-impressions/ (consulté le 20 juillet 2023).

33 Ici, « activisme » ne présuppose pas d’engagement militant spécifique autour de l’inceste, mais dénote seulement des utilisateur·rices dont l’activité de relai des témoignages est soutenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Barats, Laetitia Biscarrat et Camille Chanial, « Dire l’inceste sur Twitter : caractéristiques discursives et dynamiques de circulation de #MeTooInceste »Questions de communication [En ligne], 45 | 2024, mis en ligne le 30 juin 2024, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/34785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11wx1

Haut de page

Auteurs

Christine Barats

Cerlis, Université Paris Cité, F-75006 Paris, France

Articles du même auteur

Laetitia Biscarrat

Lirces, Université Côte d’Azur, F-06103, Nice, France

Articles du même auteur

Camille Chanial

Médialab, Sciences Po Paris, F-75337 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search