Navigation – Plan du site

AccueilNumérosN° 37Comprendre l’expérience critique ...

Comprendre l’expérience critique ordinaire : Enjeux épistémiques et méthodologiques d’une enquête sur l’hésitation vaccinale

Understanding Ordinary Critical Experience: Epistemic and Methodological Issues in an investigation of vaccine hesitancy
Jérôme Gaillaguet

Résumés

Cet article interroge les enjeux épistémiques et méthodologiques d’une enquête sur l’hésitation vaccinale et ses interrelations entre les controverses publiques. Nous partons d’un double questionnement : 1) celui de la dynamique des jeux d’acteurs et d’arguments propres aux controverses, 2) et des attitudes critiques qui en découlent. En effet, l’un des aspects remarquables de l’hésitation vaccinale est qu’elle surgit au gré des controverses, et est soumise à des variations considérables au cours du temps. Dans cette perspective, on se demandera comment construire un dispositif d’enquête permettant d’analyser des attitudes en considérant leur variabilité au cours du temps, et les saisissant dans des contextes socio-culturels évolutifs ? D’abord, on discutera des outils permettant l’analyse des controverses. Ensuite, on proposera une méthode à travers trois logiques d’enquête visant à comprendre l’hésitation vaccinale en tant qu’expérience saisie sur le temps long. Enfin, on analysera deux résultats que notre méthodologie a permis : que l’hésitation vaccinale ne renvoie pas à une adhésion idéologique, et que l’attitude exprimée ne détermine pas la prise de décision.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Fin 2020, après quelques années de relatif calme médiatique, le thème de la vaccination est revenu dans le débat public avec intensité. La pandémie a en effet ramené le sujet sur le devant de la scène, et les nouveaux vaccins censés contrôler la propagation du virus (et ses variants) ont soulevé de nombreuses questions quant à leur fonctionnement (pour certains reposant sur des technologies nouvelles et jamais utilisées à grande échelle), leur efficacité, leur sécurité et la mise en œuvre de leur distribution. Mais une autre question, bien que liée aux précédentes, préoccupe particulièrement certains acteurs de la santé : celle de l’acceptation (ou du refus) de cette vaccination par le public.

  • 1 Si le terme « hésitation vaccinale » est couramment utilisé sciences sociales pour désigner une att (...)
  • 2 À titre d’exemple, en 2019, l’OMS considérait que l’hésitation vaccinale constituait l’une des dix (...)
  • 3 Nous définissons l’attitude comme une disposition mentale, psychologique et physique vis-à-vis d’un (...)

2Cette préoccupation n’est évidemment pas nouvelle : depuis les années 90, plusieurs controverses se sont ouvertes en France et dans le monde, favorisant la diffusion d’une forme de défiance au sein de la population. De par la nature même de l’objet controversé, cette défiance a mis en lumière un double problème intéressant directement les sciences sociales et la santé publique. Le premier concerne assez classiquement l’analyse des problèmes publics, des « jeux d’acteurs et d’arguments » qui les configurent (Chateauraynaud, 2011). Le deuxième se situe plutôt en aval des controverses instituées. Au-delà des questions de sécurité et d’efficacité des vaccins que les controverses soulèvent, ces dernières entrainent un phénomène aujourd’hui qualifié « d’hésitation vaccinale1 » (HV dans la suite du texte). Certains acteurs se sont inquiétés qu’il puisse mener à une baisse des couvertures vaccinales, donc à une résurgence de certaines maladies infectieuses2, ou encore à un échec de la campagne du vaccin contre la Covid-19 – à l’instar de celle contre la grippe A-H1N1 en 2009 – et donc à l’impossibilité de maitriser la pandémie de coronavirus. À ces deux titres, comprendre les ressorts d’une attitude3 critique constitue un défi majeur pour les acteurs de la santé et pour les sciences sociales.

  • 4 Traduit de l’anglais. Définition complète en langue anglaise : « delay in acceptance or refusal of (...)

3Au cours de la dernière décennie, l’expression « hésitation vaccinale » a fortement été investie. Elle fait suite à un important travail de redéfinition des attitudes critiques vis-à-vis des vaccins (Dubé et al., 2013 ; Larson et al., 2014 ; MacDonald, 2015 ; Peretti-Watel et al., 2015), longtemps ramenées au rejet pur et simple de la vaccination. Ce recadrage conceptuel a permis de rendre compte d’un large spectre d’attitude entre l’acceptation sans réserve de tous les vaccins, et le refus sans réserve de tous les vaccins. Plus précisément, pour l’OMS, l’HV renvoie à un « retard de l’acceptation ou du refus de vacciner, en dépit de la disponibilité de vaccins4 » (MacDonald, 2015), et a donc l’avantage de rompre avec une polarisation problématique, car réductrice, entre « pro » et « antivaccins ».

  • 5 D’après le « baromètre santé » de l’INPES, en 2005, 90% des Français se déclaraient « favorable à l (...)

4Partant de ce recadrage conceptuel, les chercheurs en sciences sociales en France et à l’étranger ont eu recours à différentes approches afin de mesurer l’ampleur du phénomène en termes statistiques (Larson et al., 2016), ou d’en comprendre les logiques dans le cadre d’enquêtes qualitatives. Ces dernières ont notamment décrit les logiques à l’œuvre dans les processus de décision des mères orientés vers leur enfant (Dubé et al., 2016), les rapports au « naturel » et à « l’artificiel » pouvant conduire au rejet des vaccins (Reich, 2016), ou encore le rôle de la confiance – notamment envers le médecin – dans le processus de prise de décision (Peretti‐Watel et al., 2019). Tous ces travaux suscitent l’ouverture de nombreuses pistes de recherche. Les hypothèses d’interprétation du phénomène sont multiples et non exclusives – la vaccination questionne notre rapport aux institutions, à la vérité scientifique, à la nature, à la liberté individuelle et à la démocratie. Toutefois, l’un des aspects remarquables de l’HV en tant qu’attitude est qu’elle semble surgir au gré des controverses, et, à en croire certaines enquêtes statistiques, soumise à des variations considérables5. De l’ouverture d’un questionnement à la fixation d’une attitude (et donc à la prise de décision consistant à vacciner ou non), l’expérience des acteurs peut être empreinte de doutes, de chocs, de revirements et de bifurcations. Tenir compte de cette variabilité est essentiel pour comprendre une attitude critique dans toute sa complexité, et éviter l’écueil de la réduire à une posture figée, à une « identité » vaccins-critique. Au contraire, pour comprendre comment un questionnement émerge et évolue au cours d’une trajectoire, on doit se donner les moyens d’interroger les épreuves susceptibles d’ouvrir et de faire évoluer ces questionnements, en ce que ces dernières ont la capacité à forger, ou faire bifurquer une attitude (Lahire, 2011, 2005 ; Martuccelli, 2006, 2015). C’est en effet au cours de leur expérience que les acteurs se saisissent de processus critiques se déployant à différentes échelles (individuelle, locale, nationale, etc…) et selon différentes temporalités (Chateauraynaud, 2022). À ce titre, la séquence liée à la pandémie de SARS-CoV2 nous offre un condensé spectaculaire de la manière dont d’innombrables processus critiques multi-scalaires et évolutifs peuvent s’ouvrir en cascade (on se rappelle des cas de thromboses, de l’essor spectaculaire d’une nébuleuse d’acteurs critiques sur internet, de certains personnels soignants refusant la vaccination…), et produire des effets sur les attitudes relatives à la vaccination. De ce point de vue, la pandémie a été l’occasion d’un renouvellement et d’une extension de la critique vaccinale, en particulier sur internet (Giry & Nicey, 2022)

5L’attention aux contextes socio-culturels évolutifs et aux situations qui influencent en permanence la manière dont une attitude se déploie et s’exprime (que ce soit lors d’une discussion entre amis, lors d’une consultation médicale, ou dans le cadre d’une réponse à un sondage ou à un entretien sociologique) nous mènent donc à nous interroger sur un plan méthodologique : quel dispositif d’enquête adopter pour décrire et analyser des attitudes à forte labilité ? Comment saisir ces attitudes dans la durée, dans leur variabilité, dans des contextes socio-culturels en constante transformation ? Ces questionnements méthodologiques n’ont pas seulement un intérêt heuristique – est-on sûr de « capter » toutes les dimensions de l’expérience des acteurs ? – : ils interrogent plus généralement l’attitude du chercheur face à des processus critiques à forte vulnérabilité épistémique tels que les controverses, et surtout face aux attitudes qui en découlent.

6Dans cette optique, et dans celle de contribuer à l’éducation aux controverses et à la citoyenneté critique, cet article propose de décrire un dispositif méthodologique mobilisé dans le cadre d’une thèse sur la trajectoire d’hésitants vaccinaux. Il ne s’agit pas de fournir un mode d’emploi rigide, mais plutôt de proposer et d’expliciter une méthode d’enquête et ses enjeux, et d’engager la discussion sur l’attitude du chercheur face à ces phénomènes en lien avec des controverses. On se donnera pour ambition de montrer les intérêts d’une démarche d’enquête pragmatique pour les sciences de l’éducation, en particulier sur des objets aussi controversés et sensibles que la vaccination. On procèdera donc en trois temps. D’abord, on exposera les outils dont on dispose dans la littérature scientifique pour décrire et analyser les controverses et l’expérience qui en découle sur le plan individuel. Ensuite, on proposera une méthode à travers trois logiques d’enquête visant à comprendre l’HV en tant qu’expérience saisie sur le temps long. Enfin on évoquera deux résultats que cette méthode a permis de faire émerger.

1. Quelle approche théorique pour saisir l’expérience individuelle et ses interrelations avec les controverses ?

7Comprendre l’HV dans une perspective sociologique implique d’être attentif aux liens entre cette attitude et les processus collectifs qui la travaillent. On propose donc d’analyser l’expérience individuelle au prisme des controverses publiques, et inversement. À l’instar d’Orélie Desfriches Doria et al. (2018), on considèrera la controverse comme un évènement social auquel un individu peut prendre part, ou qu’il peut mobiliser en tant que parent, citoyen, militant, journaliste, etc., c’est-à-dire selon un certain « concernement » (Chateauraynaud, 2007). On se demandera donc quels rapports les hésitants vaccinaux entretiennent-ils avec les controverses instituées, et quelles conséquences pouvons-nous en tirer quant à l’analyse des ressorts d’une attitude critique ? Il faut pour cela rapidement clarifier l’approche de la controverse que nous adoptons.

  • 6 Nous n’avons malheureusement pas le temps de restituer ici toute la complexité du champ des analyse (...)

8Cyril Lemieux en distingue deux principales6 : 1) une approche classique qui agirait comme un révélateur » d’une réalité socio-historique plus profonde », et 2) une approche qui considère les controverses comme des processus sui generis, attentives aux actions collectives et aux transformations du monde social qui en découlent (Lemieux, 2007). Le problème que pose la première approche, que l’on pourrait qualifier d’approche critique, est qu’elle réserve au seul chercheur le droit de dévoiler des rapports de force ou de pouvoir entre les acteurs. Dans cette perspective, les capacités critiques des acteurs passent au second plan, et si leur angle critique peut se confondre parfois avec celui du chercheur, il est considéré comme étant le produit d’un habitus militant, d’une socialisation, ou d’intérêts. L’individu n’est pas considéré comme un acteur, mais comme l’agent d’un groupe social donné, construit par le sociologue lui-même.

  • 7 Sociologie qui fut prolongée par Laurent Thévenot par la sociologie des régimes d’engagement. Voir  (...)

9La deuxième approche nous semble plus intéressante et pertinente. Inspirée par les science studies et prolongée par la sociologie pragmatique, elle a l’avantage de mettre au cœur de l’analyse les capacités d’actions des acteurs et leur impact sur la réalité. Cette approche a donné lieu à plusieurs courants de recherche depuis la fin des années 1980. Les travaux issus de l’anthropologie des sciences et des techniques, notamment ceux de Michel Callon et Bruno Latour à travers la théorie de l’acteur-réseau (ou Actor-Network Theory [ANT]), ont étudié le champ scientifique et l’innovation. Ils ont mis en lumière les capacités politiques des acteurs scientifiques, qui enrôlent humains et non-humains dans les causes qu’ils défendent par des opérations de médiation ou de « traductions » (Callon, 1986 ; Latour, 2011). Cette théorie de l’acteur-réseau mènera à la modélisation des forums hybrides, qui posent les conditions d’une politique des sciences conduite démocratiquement (en rompant avec le traditionnel partage entre scientifiques et profanes) au travers de formes de délibérations collectives (Barthe et al., 2001). Parallèlement, la perspective de Boltanski et Thévenot, notamment à travers la sociologie des régimes d’action, a permis d’analyser les contraintes des acteurs, leurs principes et valeurs de références dans le cadre d’opération de dénonciation (Boltanski et al., 1984), de justification (Boltanski & Thévenot, 1991)7, tout en restant attentive à leurs capacités critiques (Boltanski, 2009). À la différence de l’approche de Callon et Latour centrée sur le champ scientifique, leur sociologie analyse « des disputes et des affaires qui ont pour théâtre aussi bien le lieu de travail et le groupe professionnel que l’État, l’école, la famille ou encore le voisinage » (Lemieux, 2007). Enfin, une dernière approche a été principalement développée par Francis Chateauraynaud. Elle tend à analyser d’une part les processus de mobilisations collectives, notamment les alertes et leur trajectoire dans l’espace public (Chateauraynaud, 2011 ; Chateauraynaud & Torny, 1999), et les transformations qu’ils opèrent, en analysant les activités d’évaluation et de régulation, la fabrique des scénarios du futur, et la créativité des milieux en interactions (Chateauraynaud & Debaz, 2017). D’autre part, son approche accorde une place particulière aux « moments phénoménologiques » de l’enquête, c’est-à-dire au rôle des capacités perceptuelles des acteurs dans les processus d’élaboration de la preuve (2004), ou de « prises » sur le monde sensible (Bessy & Chateauraynaud, 1995).

  • 8 Nous distinguons donc l’hésitation vaccinale – soit une attitude individuelle – des mouvements vacc (...)

10Toutes ces approches constituent autant d’outils qui nous permettront d’articuler la sociologie des sciences et des controverses à la sociologie de l’HV. Cependant, cette dernière demande de repenser les liens entre expérience individuelle et controverses publiques. En effet, le courant pragmatique, dès lors qu’il s’est intéressé aux acteurs qui les composent, s’est surtout intéressé à la dimension collective de l’action (Akrich et al., 2010 ; Barbot, 2002 ; Cefaï, 2007), et a fortiori à des acteurs qui représentaient plus que leur propre personne, en agissant en tant qu’expert, chercheur, élu, victime, malade, citoyen, etc. L’étude de l’HV ne peut être ramenée à l’étude des mobilisations collectives. Bien qu’individuellement, les personnes hésitantes puissent se sentir concernées par la controverse, développer des formes « d’expertise profane » ou de « savoir expérientiel » (Corburn, 2005) (en ce que la vaccination s’immisce parfois dans leur quotidien et touche à leur corps ou celui de leur enfant, et renvoie à des préoccupations d’ordre sanitaires, politiques, écologiques ou éthiques), l’HV reste un phénomène diffus, non structuré politiquement8, recouvrant des attitudes très hétérogènes (Peretti-Watel et al., 2015) et travaillant des acteurs qui n’ont pas vocation à porter publiquement leurs revendications – si tant est qu’ils en aient. L’enquête doit donc permettre de rendre compte de l’expérience de personnes qui s’expriment parfois (ou souvent) à titre personnel, et pour qui les controverses ne sont pas forcément centrales dans le continuum de leur existence, voire parfois très secondaires. Par ailleurs, si notre démarche est particulièrement attentive aux interrelations entre expériences individuelles et controverses, elle doit cependant prendre acte du fait que les doutes ou les inquiétudes ne surgissent pas mécaniquement suite à la connaissance immédiate (au sens de sans médiation) d’une controverse. Il faut pouvoir restituer des processus travaillant les personnes dans le cadre de situations tout à fait ordinaires (une visite chez le médecin, une discussion entre amis…). En d’autres termes, il faut être capable de porter l’attention sur les situations ou des contextes qui, au cours l’expérience de la vie sociale, peuvent affecter les rapports à la vaccination et aux controverses qui l’entourent.

11Dans un article de Ward et Peretti-Watel (2020) qui s’arrête sur les limites de l’approche du Public Underdanding of Science pour appréhender l’HV, les auteurs en appellent à « réaliser une sociologie des rapports ordinaires aux sciences à la fois attentive à la structuration des controverses, mais aussi à leur inscription dans le quotidien ». Dans cet article, ils esquissent un premier modèle, en s’inspirant des travaux d’Eviatar Zerubavel, qui permet d’intégrer les dimensions sociales et culturelles de la cognition via le processus mental de catégorisation de la réalité. Or, et c’est peut-être la raison de leur appel, ils ne traitent pas de la question des épreuves, du processus au travers duquel la cognition, et a fortiori l’attitude, se transforme. Cette recherche, qui s’inscrira dans le cadre d’une sociologie pragmatique de l’expérience, propose donc de s’outiller méthodologiquement à cette fin, en se fixant deux ambitions épistémologiques.

12La première consiste à comprendre les logiques menant à l’ouverture d’un questionnement critique autour de la vaccination. Il s’agit d’être attentif aux influences des contextes socioculturels – que ces derniers renvoient à des sphères publiques ou privées – dans lesquels le doute apparait au cours des trajectoires, aux évènements ou situations qui ont pu mener vers des espaces d’incertitudes ou éloigner du dispositif vaccinal. Il s’agit ensuite de décrire les appuis et les capacités critiques des acteurs (Boltanski, 2009), l’élaboration des prises permettant de donner un statut à des objets techniques tels qu’un vaccin (Bessy & Chateauraynaud, 1995), les processus de subjectivation opérés par les acteurs (Dubet, 1994) et à leur interprétation, par exemple, d’une longue histoire de la médecine ou plus généralement de la modernité. Enfin, il faut porter attention aux réseaux d’acteurs qui influencent leur champ d’expérience, à travers les médias ou les réseaux sociaux (Citton, 2014), mais aussi dans le cadre d’interactions ordinaires (familiales, médicales, amicales, professionnelles...).

13La deuxième ambition consiste à analyser la dimension processuelle de l’attitude critique. Il s’agit à ce titre de considérer que l’analyse de l’HV doit être mise à l’épreuve du temps. À partir d’une démarche pragmatique attentive aux transformations des processus collectifs et aux effets performatifs des discours portés par d’autres acteurs (publics ou privés), nous revendiquons une sociologie longitudinale, capable de repérer les ruptures, les chocs, les revirements, les bifurcations, menant à de nouvelles configurations de leur espace de calcul, et a fortiori à un changement d’attitude. En d’autres termes, il s’agit de se donner les moyens d’observer les épreuves de réalité que les acteurs traversent, que ces dernières soient individuelles ou collectives.

2. Comprendre l’attitude et ses transformations : trois logiques d’enquête à articuler

14Dans cette section, après avoir présenté notre méthodologie, nous exposons trois logiques d’enquête que nous proposons d’articuler pour répondre aux enjeux épistémiques posés ci-dessus. D’abord, on décrira donc notre dispositif méthodologique (2.1.). Puis, (2.2.) on discutera une logique de mise en variation de l’échantillonnage en fonction de trois critères : les arènes de recrutement, le degré et la nature de la critique, le concernement (Chateauraynaud, 2007) au titre duquel parle l’enquêté. Ensuite (2.3.), on proposera une logique d’enquête inductive basée sur une théorie ancrée (Glaser & Strauss, 2010), et enfin (2.4.), une logique longitudinale attentive aux épreuves individuelles et collectives.

15Notre méthodologie s’inscrit dans une démarche pragmatique, et implique d’aller voir au plus près des acteurs en prenant au sérieux leurs interprétations, et en explorant le champ des attitudes possibles. Prendre le parti d’enquêter sur des attitudes critiques pose la question de la neutralité du chercheur. Ce parti-pris n’est pas toujours problématique dès lors qu’on l’explicite (Becker, 1967), mais il comporte tout de même un risque de développer une vision biaisée de la controverse. Si l’HV représente un large spectre d’attitudes, on doit, pour qu’elles soient pleinement comprises, les mettre en géographie dans l’ensemble des attitudes possibles. Cela se traduit par la constitution d’un échantillonnage qui multiplie les points d’entrée dans la controverse.

2.1 Description du dispositif méthodologique

16Avant de détailler les choix opérés lors du recrutement des enquêtés dans le cadre des différents terrains menés, présentons notre matériau d’enquête et les caractéristiques générales de notre méthodologie.

  • 9 Nous décrirons la composition du panel et les profils des enquêtés à la fin de la section suivante.
  • 10 Parmi ces acteurs, deux couples ont réalisé leurs entretiens respectifs ensemble.

17L’enquête se fonde sur un dispositif méthodologique qualitatif et longitudinal. Nous avons réalisé 88 entretiens semi-directifs, d’une durée comprise entre 53 minutes et 3h16, auprès de 39 acteurs âgés de 22 à 66 ans au début du terrain d’enquête (28 à 68 ans à la fin)9, ainsi que plusieurs observations. Nous avons mené cette enquête sur trois terrains différents. Le premier terrain – et le principal –, a été réalisé auprès de vingt-sept acteurs interrogés au titre de citoyen vaccins-critique10. Le second terrain a été réalisé auprès de deux activistes vaccins-critiques. L’un d’eux est président d’une association de personnes atteintes d’une maladie supposée en lien avec une vaccination ; l’autre était une figure publique opposée à toute forme de vaccination. Il est malheureusement décédé au cours de l’enquête des suites d’une infection au coronavirus. Nous avons par ailleurs mené des observations dans le cadre de deux colloques vaccins-critiques. Enfin, un troisième terrain a été réalisé auprès d’acteurs de la santé. Nous avons interviewé sept médecins généralistes, parmi lesquels quatre exerçant en PMI, une en libéral, deux en tant que généralistes-acupuncteurs (un libéral et un travaillant en institution). Nous avons également mené deux observations dans le cadre de consultations au sein de deux PMI parisiennes. Nous avons enfin interviewé deux journalistes spécialisées en sciences et en santé, et un consultant en santé. Si le premier terrain présenté constitue notre matériau central pour l’analyse des attitudes critiques, les deux autres terrains ont plutôt eu vocation à multiplier nos points d’ancrage dans la controverse afin d’explorer des hypothèses de recherche et des angles critiques auxquels nous n’aurions pas été confrontés.

18Comme nous l’avons évoqué, afin de satisfaire l’ambition d’analyser les variations d’attitude au cours des trajectoires, le dispositif comporte quatre phases d’entretiens réalisées entre 2016 et 2021 (2016-17, 2019, 2020, 2021). Pour des raisons liées à des choix méthodologiques et mais parfois aussi pour des raisons indépendantes de notre volonté, tous les acteurs n’ont pas participé aux quatre phases d’entretien. En effet, il a été décidé de ne retenir dans la durée que le premier terrain consacré aux citoyens critiques, ces derniers faisant l’objet principal de notre étude. Cependant, parmi ces acteurs, certains ont été « perdus » au cours de l’enquête. Toutefois, vingt-deux acteurs ont pu être interviewés au moins deux fois, et quatorze l’ont été à quatre reprises. Maintenant que nous avons décrit le design général de la méthodologie, nous pouvons discuter des trois logiques d’enquête que nous proposons.

2.2 Mise en variations de l’échantillonnage

  • 11 Certains sondages ont estimé, en 2016 par exemple, à 40% la part des français déclarant avoir des d (...)
  • 12 Même si une enquête qualitative n’a pas vocation à la représentativité statistique, nous tenons à f (...)

19Le recrutement dans le cadre d’une enquête sur l’hésitation vaccinale pose plusieurs problèmes heuristiques. Il s’agit en effet d’étudier des trajectoires qui renvoient à un large spectre d’attitudes critiques vis-à-vis de la vaccination. Il a été par conséquent difficile de savoir où recruter, qui recruter, et comment recruter. Ensuite, il s’agit d’un phénomène diffus11, répandu sur le territoire national, relativement invisible puisque le doute renvoie par définition à une opinion non tranchée et donc moins facilement sujette à revendication, et qui, d’après les enquêtes statistiques disponibles, touche toutes les catégories sociales, bien que les rares enquêtes sur la sociologie de l’hésitation vaccinale tendent à montrer qu’elle touche plutôt – mais pas seulement – des femmes d’âge intermédiaire et dont le niveau d’éducation est plus élevé que la moyenne (Peretti-Watel et al., 2014). Pour pallier la difficulté que constitue la représentation de profils variés12, il a donc été décidé d’élaborer un échantillonnage en faisant varier trois critères : 1) les arènes de recrutement, 2) le degré et la nature de la critique, 3) le rôle, ou le concernement au titre duquel s’expriment les enquêtés (Chateauraynaud, 2007), c’est-à-dire en quelle qualité. Ces trois variables sont conceptuelles et ne correspondent pas à trois modes de recrutement distincts. Par exemple, en faisant varier les arènes de recrutement, on en vient à recruter des personnes dont le degré et la nature de la critique sont différents, et dont le concernement différent. Le fait de faire varier chacun de ces critères mène donc parfois à en faire varier d’autres. Mais par souci de lisibilité, nous essayerons de décrire finement les moyens visant à produire un échantillon recouvrant différentes arènes, différentes attitudes, et différents rôles.

20Le premier enjeu pour l’élaboration du corpus consiste à faire varier les arènes de recrutement. Une arène publique, au sens de Daniel Cefaï, constitue « une arène sociale dont les acteurs visent des biens publics, se réfèrent à l’intérêt public, et sentent, agissent et parlent en conséquence » (Cefaï, 2016). Or, une arène est aussi un lieu où se côtoient différents milieux, et par conséquent des profils sociologiques et critiques variés, bien que réunis autour d’un objet commun. Selon Cefaï, l’arène publique peut être comparée à un forum de discussion sur internet : des acteurs individuels s’y retrouvent autour d’un objet commun, quand bien même cet objet est en constant devenir, du fait même du travail de construction collective par les acteurs. De plus, internet offre l’avantage d’un accès à des personnes répandues sur l’ensemble du territoire national. Pour cette raison, il nous a semblé intéressant de recourir à différents groupes de discussions sur le réseau social Facebook pour recruter les enquêtés de notre panel. Nous avons également, dans l’optique d’une « démarche combinatoire » (Dodier & Baszanger, 1997), procédé à des prises de contact spontanées auprès d’associations vaccins-critiques, auprès d’acteurs publics, et dans le milieu médical, par téléphone, ou directement en face à face.

21Malgré la quantité et la diversité impressionnantes des communautés d’utilisateurs qui s’expriment sur Facebook, le choix des arènes est crucial si l’on veut éviter le risque d’une population homogène, regroupant des profils sociologiques et critiques proches. Nous avons donc privilégié un recrutement dans différents « groupes » public, plutôt que dans mon réseau personnel. Six groupes ont été retenus. Le premier est un groupe spécifiquement dédié à la vaccination et à ses risques. Les administrateurs du groupe déclarent, dans l’encart dédié à la description du groupe, qu’il a été créé suite à la mort d’un bébé (les parents figurent parmi les onze administrateurs) survenue une semaine après une vaccination à l’Infanrix Prevenar®. Au moment du recrutement (entre 2016 et 2017), le groupe comptait environ 40 000 abonnés – il en compte 47 500 en septembre 2022. La ligne adoptée par les administrateurs renvoie aux travaux de Jeremy Ward sur le caractère stigmatisant de l’antivaccinalisme (Ward, 2015 ; Ward et al., 2019). En effet, le groupe est défini comme un groupe d’information sur la vaccination, bien que les contenus postés par les administrateurs remettent globalement toujours en cause l’efficacité et l’innocuité de toutes les vaccinations. Suite à une annonce lors d’une première tentative de recrutement (ratée) auprès du groupe, lors de laquelle on avait déclaré, assez naïvement, chercher des personnes « contre la vaccination », on nous avait répondu qu’une personne « contre » serait pour l’interdiction des vaccins, alors que « la majorité des gens sur ce compte plaident la liberté vaccinale ». Toutefois, si certains administrateurs semblent rejeter toutes les vaccinations, ce n’est pas toujours le cas des dizaines de milliers de membres. Cela dit, l’hypothèse de recrutement consistait à penser que les personnes recrutées ici (n =6) étaient susceptibles de se trouver assez haut sur le gradient de la critique. Pour contrebalancer cette entrée par un groupe critique, nous avons posté des annonces sur cinq autres groupes non dédiés à la vaccination. Ces groupes peuvent être définis comme des groupes d’entraide destinés aux résidents de plusieurs métropoles françaises : Bordeaux, Lyon, Marseille, Paris et Toulouse. L’hypothèse de recrutement consistait à penser que l’on pourrait maitriser les variations géographiques du corpus, et que les personnes recrutées ici (n =8) seraient moins systématiquement rattachées à des communautés vaccins-critiques. Au-delà du fait que les groupes n’étaient pas dédiés aux vaccinations, ils comptabilisaient, au moment du recrutement, plus de 400 000 abonnés cumulés. Par ailleurs, nous avons aussi recruté lors d’un colloque organisé par la Ligue pour la Liberté des vaccinations en 2019 (un acteur public et un « consultant en santé »), de manière spontanée à la fin de la journée, alors que le moment était propice aux discussions informelles. Nous avons aussi mené des entretiens et des observations (deux journées) au sein de trois PMI à Paris. Cette entrée par le milieu médical nous a semblé intéressante en partant de l’hypothèse selon laquelle les pratiques de vaccinations occupent une grande place dans l’activité d’un médecin-pédiatre exerçant en service de protection maternelle et infantile. C’était alors une occasion de recueillir l’expérience et la position de quatre médecins de PMI dans le cadre d’entretien, et de mener deux observations lors de journées de consultation avec leurs patients (et leurs parents). Enfin, nous avons mené des entretiens avec trois médecins généralistes, dont deux homéopathes acupuncteurs. Ces derniers représentaient un profil intéressant en ce qu’ils nourrissaient des doutes envers certaines vaccinations, et surtout sur la politique vaccinale telle qu’elle était menée au moment de l’entretien.

22Le deuxième enjeu du recrutement consiste à faire varier le degré et la nature de l’attitude critique. Nous venons de donner des éléments permettant de recruter des personnes dont les positionnements sont différents, puisqu’en faisant varier les arènes, on est susceptible de faire varier l’engagement critique des acteurs qui la composent). Mais nous apporterons une précision : les précautions prises dans la rédaction des annonces de recrutement peuvent avoir un effet sur leur efficacité. Ainsi, une attention est portée sur le cadrage des messages. Il était volontairement large et pensé pour attirer un large spectre de profils critiques. La sollicitation était formulée ainsi : « je voudrais m’entretenir de façon libre et anonyme avec des personnes réticentes au vaccin, qui s’intéressent de près au sujet, ou plus généralement qui s’intéressent à leur santé, à leur corps ou à leur liberté individuelle. » Lorsque je parvenais à établir un contact, les personnes m’avertissaient fréquemment du fait qu’elles n’étaient pas spécialistes ou pas « vraiment contre ». L’enjeu était alors de les convaincre de leur légitimité à s’exprimer même quand leur position n’était pas nécessairement tranchée.

23Enfin, nous avons recruté en fonction de différents types de concernement. La controverse peut en effet être envisagée comme un espace dans lequel échangent des acteurs qui sont (ou se sentent) concernés de différentes manières. Ainsi, notre méthode de recrutement vise à faire émerger différents types de concernement : les acteurs rencontrés peuvent ainsi s’exprimer en tant qu’individu ou citoyen, parent, professionnel, militants… Si l’enquête s’intéresse particulièrement à l’expérience critique ordinaire, nous avons pris en compte différents modes d’engagement à l’égard de la vaccination. Premièrement, nous avons constitué un corpus de personnes s’exprimant à titre individuel (27 personnes, 20 femmes et 7 hommes), dont 11 avaient au moins un enfant au début de l’enquête, ce qui les amenait aussi à s’exprimer en tant que parents. Deuxièmement, nous avons interviewé sept médecins exerçant dans des milieux différents (en PMI, en ville, en institution). Il nous semblait nécessaire de s’intéresser à leur expérience des phénomènes d’hésitation, et surtout aux problématiques auxquels ils avaient à faire face en tant que médecin. Troisièmement, nous avons aussi sollicité différents acteurs du débat public : une association militant pour le retrait de l’aluminium vaccinal par le biais de son président, deux journalistes scientifiques, un militant « vaccin-critique », auteur de plusieurs livres critiques sur les vaccins ou l’industrie du médicament, et conseiller médicament d’un chef de parti politique situé à droite de l’échiquier politique, et enfin un conférencier et consultant en santé, comme dit plus haut, rencontré lors d’une conférence de la Ligue pour la Liberté des Vaccinations.

2.3 Procéder par induction

24La deuxième logique consiste à élaborer nos questionnements théoriques à partir de la recherche de terrain, en s’inscrivant dans une démarche inductive inspirée par une théorie ancrée (Glaser & Strauss, 2010). Dans cette perspective, ce n’est pas au chercheur de poser ses hypothèses et de les vérifier sur le terrain. Il s’agit de comprendre l’expérience des acteurs en procédant par aller-retour entre l’analyse du contenu des entretiens et l’interprétation théorique du phénomène. Ainsi, les hypothèses de recherche se formulent au fur et à mesure de la confrontation au terrain d’enquête. Pour ce faire, suite aux premiers entretiens exploratoires, un guide d’entretien a pris forme, questionnant différents rapports au monde et aux objets à travers six thématiques : 1) le rapport à l’objet vaccin, 2) à la santé et au soin, 3) à l’institution médicale et aux professionnels de santé, 4) à l’industrie pharmaceutique, 5) aux sciences, et 6) à la nature. Lors des entretiens, nous avons pris soin de laisser aux personnes la possibilité de cadrer eux-mêmes leurs problématiques personnelles au début de l’entretien, par une invitation à faire part de « ce qui les préoccupe aujourd’hui vis-à-vis de la vaccination ». Ainsi, au cours de l’entretien, nous portions attention aux logiques argumentaires et interprétatives qui appuyaient le doute, mais aussi au rapport aux acteurs du débat public, ainsi qu’à leur construction de l’histoire de la vaccination et de la médecine.

2.4 Un dispositif longitudinal attentif aux épreuves

25Une des dimensions les plus innovantes de cette enquête est qu’elle consiste à accompagner la trajectoire individuelle par une enquête longitudinale. L’HV, comme nous l’avons dit, est influencée par les contextes socio-culturels dans lesquels les acteurs sont immergés, et notamment par des controverses, que l’on considère comme étant toujours en devenir. Certains travaux ont montré les vertus d’une méthodologie longitudinale, soit pour laisser aux enquêtés le temps d’installer un récit biographique lointain ou traumatique dans le cas des rescapés de la Shoah (Pollak, 1990), soit dans le but de tendre vers une certaine exhaustivité, ou afin de laisser apparaître les hésitations, les bifurcations, ou les « mises en veille » au cours des trajectoires (Lahire, 2005). Dans le cadre dans cette recherche, on propose de voir comment des évènements publics ou privés et les transformations qu’ils opèrent travaillent le corpus d’enquêtés, afin d’observer les variations individuelles et interindividuelles. Nous proposons donc de mettre les discours des enquêtés à l’épreuve du temps. Le dispositif longitudinal adopté consiste à s’entretenir avec les enquêtés à intervalle d’un an. À partir du deuxième entretien, on a demandé aux enquêtés de relire leur précédent entretien avant de commencer le nôtre. Il était difficile d’imposer un tel exercice dans la mesure où nous demandions déjà un entretien (et donc du temps parfois précieux), tous ne l’ont pas fait. Nous avons abandonné cette démarche l’année suivante. Aussi, à partir de la deuxième phase d’entretiens, le premier guide a été mis de côté au profit d’une conduite d’entretien la moins directive possible afin d’éviter l’écueil d’un cadrage des problématiques par l’enquêteur, et de permettre à l’enquêté de construire son discours par association libre (Michelat, 1975). Toutefois, en fonction de la loquacité des enquêtés, nous les relancions si nécessaire sur des éléments de l’entretien précédent, ou sur l’actualité médiatique en leur demandant de la commenter.

26Plusieurs avantages peuvent être tirés de ce mode d’enquête d’un point de vue épistémique. D’abord, multiplier les entretiens avec la même personne donne la possibilité à l’enquêté de préciser ses points de vue et revenir sur ce qu’il a pu dire. Ensuite, on a pu questionner les évolutions perçues par les enquêtés : des évolutions sur le plan personnel, c’est-à-dire si les personnes considèrent qu’elles ont changé ; et des évolutions sur des dimensions publiques, c’est-à-dire si elles considèrent que leur environnement socioculturel a changé. Enfin, on a pu questionner les épreuves vécues par les enquêtés en les comparant d’un entretien à l’autre, et interroger des évènements qui nous semblaient marquants pour les personnes sur le plan personnel – comme l’accès à la parentalité –, ou collectif – comme la pandémie de SARS-CoV2 qui s’est invitée dans le dispositif d’enquête de manière spectaculaire. Analyser l’expérience individuelle en la mettant à l’épreuve du temps a ainsi permis de dégager plusieurs résultats que nous allons maintenant présenter.

3. Deux résultats révélateurs de l’intérêt épistémique d’une démarche pragmatique et longitudinale

27Quel est l’apport de notre méthodologie d’enquête pour la connaissance des attitudes ? Pour répondre, on exposera deux résultats que notre méthodologie a pu faire émerger. D’abord, on montrera qu’on ne peut réduire l’expérience critique à une adhésion à un discours antivaccins. Ensuite, nous verrons en quoi l’attitude critique ne détermine pas toujours la décision vaccinale.

3.1 L’expérience critique ne se réduit pas à une adhésion aux discours antivaccins

28Si les recherches en sciences sociales se sont efforcées de redéfinir des attitudes critiques, force est de constater que les termes « antivax » ou « antivaccins » sont largement dominants dans les médias. Par exemple, à partir d’une recherche sur la base de données Europresse sur la période s’étalant de janvier 2015 à juin 2021, on trouve 925 articles contenant les termes « hésitation vaccinale », ou « hésitants » et « vaccins » dans la presse française. Sur la même période, en remplaçant ces termes par « antivax » ou « anti-vaccins », on trouve alors 4900 articles. Soit plus de 5 fois plus. Cette focalisation sur le phénomène antivax masque selon nous toute la complexité de l’expérience critique, par le recourt à des catégories aussi vagues que mal définies. Elle contribue à une situation paradoxale de stigmatisation d’une large part de la population, dans un contexte où l’État promeut la démocratie en santé depuis une vingtaine d’années. En effet, si l’étiquette antivaccins est d’une efficacité redoutable pour désigner les adversaires d’une science qu’il serait urgent de défendre (Ward et al., 2019), elle ne dit que peu de choses du contenu concret de l’expérience critique. Elle porte même à croire que le mouvement d’opinion observé dans les enquêtes statistiques renvoie à une adhésion pure et simple d’une partie de la population à des énoncées, des théories ou des discours considérés comme faux, ou trompeurs. Cela a de quoi inquiéter, particulièrement dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, qui s’est vite doublée d’une infodémie.

29Pourtant, l’analyse montre que les acteurs ne se laissent pas si facilement enfermer par les discours antivaccins. Si les attitudes vaccinales sont bien sûr influencées par des écosystèmes médiatiques – et notamment par internet (Betsch et al., 2012 ; Vrdelja et al., 2018) – en ce qu’ils constituent un réservoir critique inépuisable, notre enquête montre que l’hésitation vaccinale, bien qu’elle se manifeste au travers de discours qui prennent appuis sur des grammaires critiques, ne revient pas à adhérer systématiquement à tout énoncé critique qui conforte un système de croyance. Mais porter l’attention sur les capacités critiques des acteurs permet aussi, symétriquement, de faire émerger une analyse plus nuancée : les acteurs, pris dans les constellations d’arguments qui se déploient dans le cadre des controverses, procèdent aussi à des opérations critiques dirigées vers les critiques des vaccins eux-mêmes.

30Par exemple, Marjorie, 32 ans en 2017, mère de deux enfants, et très critique vis-à-vis de la vaccination, maintient à distance certaines données qui lui parviennent :

  • 13 Un documentaire-enquête sur un potentiel lien entre autisme, et le vaccin ROR.

je sais pas si t’as déjà entendu parler du film Vaxxed13 ? Alors effectivement c’est édifiant… […] mais voilà, on peut se poser plein de questions. Est-ce que c’est vrai ? Parce que ça fait tellement peur, que du coup on se dit c’est pas possible ! Dans ce cas-là, la balance bénéfices-risques on sait même plus, y a plus que du risque ! […] sur les réseaux sociaux on voit de tout et n’importe quoi.

31On voit dans cet extrait que les questionnements des acteurs ne se limitent pas aux dangers de la vaccination. La circulation dans l’espace des controverses au cours de l’expérience renvoie, plutôt qu’à une d’identité antivaccin figée, à un continuum dans lequel les acteurs se saisissent d’informations en fonction de leur « pertinence » (Sperber & Wilson, 1989), et procèdent à des évaluations qui ne vont pas toujours dans le sens de la validation d’un discours antivaccins. C’est par exemple le cas de Jean, 33 ans en 2021, qui, malgré son refus de se faire vacciner pendant la pandémie (même suite à l’entrée en vigueur du pass sanitaire), rejette totalement certaines théories qu’ils jugent complotistes et dont il a pris connaissance à la fois dans les médias et par des partages d’ami.e.s Facebook :

à entendre des trucs comme quoi dans le vaccin ils veulent nous injecter des puces pour nous suivre, nous tracer, là… je crois que c’est un petit peu aller loin. […] Ce n’est pas un simple vaccin qui va nous changer l’ADN. […] Non, il y a beaucoup de choses qui ont été dites, après y a beaucoup de choses aussi que je n’ai même pas lues. Parce que je me dis c’est complètement stupide, et je ne veux pas perdre mon temps à lire ou à écouter des conneries. Surtout quand j’entends des théories de complotistes de 5G avec les puces de… Oh, les mecs vous allez un peu loin dans votre Matrix.

32Il ne s’agit pas de dire qu’une adhésion ou une croyance sans faille à un discours antivaccins radical n’existe pas : une des manières de supporter l’existence d’incertitudes autour de la vaccination (et donc d’accepter une connaissance imparfaite de l’objet) peut consister à nourrir la certitude que les vaccins sont nocifs, par quelque moyen que ce soit – nous l’avons observé chez une de nos enquêtés. Mais les extraits ci-dessus nous montrent au contraire que l’expérience critique peut consister en une évaluation continue d’informations qui sont susceptibles de travailler ou même de reconfigurer l’espace d’incertitudes ouvert par les personnes.

33On prendra ainsi l’exemple de Sandrine qui, lors de notre dernier entretien en 2021, prend ses distances avec deux personnages (Henri Joyeux et Didier Raoult) auxquels elle accordait une grande confiance durant les trois premiers entretiens. Après avoir exprimé la difficulté à se forger une opinion dans la complexité des controverses, elle confie :

[Internet] ça permet de forger une vraie opinion, je pense. On n’a plus qu’un seul regard, on en a plusieurs. Mais après, les gens seraient prêts à aller jusqu’où pour qu’on adhère à leurs convictions ? Qu’est-ce qu’ils seraient prêts à dire et à faire ? [Enquêteur : de qui vous parlez ?] Je pense peut-être au professeur Joyeux, à tous ces scientifiques. Il faut mettre un curseur en fait, […] on peut pas adhérer pleinement… lui il a son idée sur les vaccins, mais qu’est-ce qui se cache ? Je crois qu’il est contre l’avortement et qu’il fait partie d’un mouvement religieux […]. Même le professeur Raoult, des fois, je me demande s’il pète pas un câble. Il est imbu de sa personne, c’est un truc de fou. Donc, qu’est-ce qu’il serait prêt à faire pour sa propre notoriété ? c’est tout ça après qu’on remet en question. 

34Cet extrait montre que les attitudes vis-à-vis de l’information ou de personnes considérées comme des autorités informationnelles ne sont pas figées et peuvent être réévaluées à l’aune d’évolutions individuelles et collectives.

35Ces résultats permettent de prendre la mesure des vertus du dispositif méthodologique proposé. Les attitudes vaccinales, saisies à partir des expériences des acteurs, et dans leur dimension processuelle, cessent de se réduire à une adhésion idéologique à des énoncés produits ou mis en avant par certains acteurs, et détachée de tout fond expérientiel, pour devenir des dispositions, certes ancrées dans des systèmes de croyance, mais qui sont mises à l’épreuve permanente d’une réalité en constant devenir.

3.2 L’attitude vaccinale ne détermine pas la prise de décision

  • 14 Nous ne pourrons pas dans le cadre de cet article décrire tous les changements observés dans le cad (...)

36En mettant à profit notre dispositif longitudinal, on s’autorise aussi à observer les décalages éventuels entre une attitude exprimée à un moment donné, et la prise de décision. Cela revient à analyser la manière dont l’attitude est mise à l’épreuve de l’acte vaccinal. Les quatre phases d’entretien menées permettent d’aller au-delà de la seule compréhension des raisons qui mènent les acteurs à douter. On a pu observer des évènements ou des situations qui, saisis par les personnes, peuvent parfois justifier une décision en décalage avec l’attitude manifestée jusqu’alors, voire même un changement d’attitude vis-à-vis de la vaccination. Ces évènements constituent autant d’épreuves – individuelles (accès à la parentalité, expérience de la maladie, évolution professionnelle) ou collectives (extension de l’obligation vaccinale, ou bien sûr, la pandémie de Covid-19) – par lesquelles nous avons pu entrer pour interroger le sens porté par ces changements. Ainsi, on a pu voir comment des attitudes critiques peuvent évoluer vers des décisions de vaccination pour soi ou ceux sur qui on exerce une autorité. De même, au contraire, une attitude volontariste, ou d’adhésion de principe, peut déboucher à un refus. On peut évoquer cinq types de variations qui ont mené à une décision qui n’était pas en adéquation avec l’attitude14.

37Le premier type de variation renvoie assez classiquement aux contraintes juridiques et sociales qui pèsent sur une personne non-vaccinée. Certains enquêtés ont par exemple fait vacciner leur enfant alors que leur attitude critique n’avait pas changé. C’est le cas par exemple de Zofia, mère d’un garçon de cinq ans en 2021 qui n’avait jusqu’alors reçu aucune vaccination. Suite à un contrôle d’une infirmière de la PMI à l’école, Zofia se sent prise de peur. Pour cause, le carnet de santé de son fils comportait une falsification de preuve d’injection avec un vaccin trivalent, ainsi que plusieurs certificats de contre-indications (de complaisance) prescrits par un médecin vaccins-critique. Après avoir été rassurée par ce dernier sur le fait qu’à cinq ans, le système immunitaire de son fils était « fait », ce qui, selon lui, amoindrissait grandement les risques, Zofia décide de faire administrer une dose de vaccin quadrivalent à son fils. Pour autant, elle restait toujours aussi réticente à la vaccination. De même, on a pu observer des décisions de vaccination contre la Covid-19 liée aux contraintes sociales jugées trop importantes suite à la mise en place du pass sanitaire.

38Le deuxième type consiste en un changement de décision circonstanciée. Par exemple, Monique, 62 ans en 2021, s’est faite vacciner sans aucune hésitation contre la Covid-19. Alors qu’elle juge les vaccinations infantiles proposées dans des contextes de faible diffusion des maladies infectieuses inutiles, voire justifiées par des logiques financières, elle a estimé au contraire que ce contexte sanitaire extraordinaire justifiait une vaccination massive et coercitive. Vivant dans une région très touchée par le virus, et ayant été témoins de morts ou malades graves dans son entourage, elle a estimé que la vaccination était, en l’état, le seul outil permettant d’aider à sortir de la crise sanitaire.

39Le troisième type de variation renvoie à un changement d’orientation. Certaines attitudes (4 enquêtées) ont en effet évolué vers une adhésion. Ainsi, Laetitia, 31 ans en 2017, m’avait affirmé que le jour où elle aurait un enfant, « jamais » elle ne le ferait vacciner. Devenue mère en 2019, son discours change :

J’ai réfléchi sur le fait de pas tous les faire, et je me dis, s’il chope [un virus], ça sera difficile de derrière prouver qu’il a bien eu le vaccin, et j’ai pas envie de rentrer là-dedans. […] Là c’est la vie du p’tit bout, c’est-à-dire [que] c’est lui qui va subir ma croyance. […] C’est plus seulement moi, mon avis perso.

40Ce premier revirement chez Laetitia s’accompagne d’autres évolutions, notamment professionnelle. Infirmière lors de notre rencontre, elle deviendra ensuite consultante en hygiène pour des établissements de santé. Prise alors dans d’autres logiques de responsabilité vis-à-vis des directeurs d’hôpitaux et des soignants, elle change petit à petit de rapport à la vaccination. À l’arrivée du Covid-19, elle épouse alors pleinement son nouveau rôle en proposant des formations pour la prévention du risque infectieux en hôpital. Au cours de cette expérience elle finit alors par s’identifier à un discours médical orthodoxe, et par se faire vacciner dès la mise à disposition des doses aux personnels soignants.

41Un quatrième type de changement renvoie à une résignation doublée d’une fatigue liée à l’expérience critique. C’est le cas de Marie, par exemple, qui a été prise dans d’autres problématiques au cours de la pandémie qui ont éclipsé son attention aux controverses vaccinales. Mère célibataire, professeur des écoles contractuelles et souffrant par ailleurs de difficultés psychologiques, elle me confie avoir complètement craqué au cours de la pandémie (surmenage et symptômes dépressifs). L’attitude critique de Marie, qui était en lien avec une « écologie de soi » (Adamiec, 2016) impliquant une hygiène de vie stricte (alimentation saine, tendance vers le zéro déchet, pratique soutenue du yoga dès 4 heures du matin), finira par l’épuiser. Lors de notre dernier entretien, en juin 2021, elle me confiera s’être « laissée porter par le mouvement », alors que ses collègues proposaient de prendre rendez-vous sur internet. Elle interprète sa décision comme la conséquence d’un épuisement moral qui la touche depuis plusieurs mois. Elle prend la forme d’un lâcher prise qui s’est d’ailleurs manifesté de plusieurs manières (par exemple, elle me dit avoir recommencé à manger des plats préparés).

42Enfin, un dernier type de changement renvoie à un renforcement de l’attitude critique. C’est le cas pour Jean. L’entrée en vigueur du pass sanitaire a ravivé son hostilité après une période où il avait presque changé d’orientation. Lors des deuxième (2019) et troisième phases (2020) d’entretien, Jean s’était désintéressé des controverses, et me confiait qu’il pensait avoir muri sur ces questions. Des enfants étaient nés dans son entourages proches, voir qu’il ne leur était absolument rien arrivé l’avait rassuré. En mars 2020, il songe même à se faire vacciner pour protéger son grand-père quasi-centenaire vivant avec lui. Pourtant, il rejette à nouveau le vaccin à partir de juillet 2021 en invoquant l’entrée en vigueur du pass sanitaire qui, selon lui, est un affront à sa liberté de choix.

43Les types de décalages et de variations que nous décrivons entre attitude et décision ne sont pas exclusifs les uns des autres. Certains processus se cumulent ou s’entrecroisent, et peuvent déboucher sur des variations d’autant plus grandes. On voit donc au travers de ces exemples que l’attitude critique ne détermine pas forcément une décision vaccinale. Cela vient nourrir la discussion sur le lien entre l’HV et la baisse des couvertures vaccinales. Ces résultats permettent de comprendre comment on peut en venir à prendre une décision en inadéquation avec une attitude exprimée à un moment donné.

Conclusion

  • 15 Voir à ce sujet le compte-rendu d’enquêtes de la fondation Jean-Jaurès du 17 novembre 2021. On y pa (...)

44La nature de notre objet d’étude nous conduit à revendiquer l’intérêt d’une méthodologie d’enquête pragmatique dont nous avons dégagé les principales caractéristiques. Partir des expériences des acteurs permet de gagner en finesse dans la description des attitudes. Si certains acteurs apposent sans examen le label antivaccins sur des populations sans doute très hétérogènes15, notre démarche permet d’explorer plus finement les configurations d’acteurs et d’arguments en allant coller au plus près de l’expérience de l’HV. Ensuite, elle permet de restituer les chemins d’enquête au cours des trajectoires, au travers des questionnements éthiques, épistémiques et politiques qui travaillent les personnes, en restant attentif aux situations et contextes qui justifient des variations au cours du temps. Nous avons montré 1) que l’expérience critique renvoie, plutôt qu’à une adhésion aux discours antivaccins, à un processus continu d’évaluation d’une constellation d’acteurs et d’arguments, bien qu’il soit influencé par des écologies médiatiques socialement situées. 2) Nous avons vu que les attitudes ne déterminent pas la prise de décision. Au cours de l’expérience, certaines situations ou contextes sont saisies pour justifier une variation d’attitude.

45Cette méthodologie et les résultats qui en découlent permettent d’engager la discussion sur les vertus d’une pragmatique de l’hésitation vaccinale pour l’éducation à la citoyenneté critique. Plutôt que d’adopter une perspective éducative qui discrédite les doutes en les ramenant systématiquement aux effets d’une inculture scientifique, de biais cognitifs, ou des réseaux sociaux, on peut imaginer un dispositif inspiré par ce type d’enquête. Cela peut prendre la forme d’une co-construction cartographique des doutes et des critiques recherchées par les élèves, et d’un travail de contre-enquête qui renversent la posture critique et les axiomes qui fondent l’argumentation, tout en restant attentifs aux incertitudes inhérentes aux controverses scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Adamiec, C. (2016). Devenir sain  : Des morales alimentaires aux écologies de soi. Presses universitaires de Rennes Presses universitaires François Rabelais de Tours.

Akrich, M., Barthe, Y., & Rémy, C. (2010). Sur la piste environnementale  : Menaces sanitaires et mobilisations profanes. Mines, ParisTech-Presses des Mines.

Barbot, J. (2002). Les malades en mouvements  : La médecine et la science à l’épreuve du sida. Balland.

Barthe, Y., Callon, M., & Lascoumes, P. (2001). Agir dans un monde incertain essai sur la démocratie technique. Seuil.

Becker, H. S. (1967). Whose Side Are We On? Social Problems, 14(3), 239‑247. https://doi.org/10.2307/799147

Bessy, C., & Chateauraynaud, F. (1995). Experts et faussaires  : Pour une sociologie de la perception. Editions Métailié.

Betsch, C., Brewer, N. T., Brocard, P., Davies, P., Gaissmaier, W., Haase, N., Leask, J., Renkewitz, F., Renner, B., Reyna, V. F., Rossmann, C., Sachse, K., Schachinger, A., Siegrist, M., & Stryk, M. (2012). Opportunities and challenges of Web 2.0 for vaccination decisions. Special Issue: The Role of Internet Use in Vaccination Decisions, 30(25), 3727‑3733. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2012.02.025

Boltanski, L. (2009). De la critique  : Précis de sociologie de l’émancipation. Gallimard.

Boltanski, L., Darré, Y., & Schiltz, M.-A. (1984). La dénonciation. Actes de la recherche en sciences sociales, 51(1), 3‑40. https://doi.org/10.3406/arss.1984.2212

Boltanski, L., & Thévenot, L. (1991). De la justification  : Les économies de la grandeur. Gallimard.

Callon, M. (1986). Éléments pour une sociologie de la traduction : La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc. L’Année sociologique (1940/1948-), 36, 169‑208. JSTOR.

Cefaï, D. (2007). Pourquoi se mobilise-t-on  : Les théories de l’action collective. Découverte  : M.A.U.S.S.

Cefaï, D. (2016). Publics, problèmes publics, arènes publiques…  : Que nous apprend le pragmatisme  ? Questions de communication, 30, 25‑64. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.10704

Chateauraynaud, F. (2004). L’épreuve du tangible. In B. Karsenti & L. Quéré (Éds.), La croyance et l’enquête (p. 167‑194). Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales. https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.11215

Chateauraynaud, F. (2007). La contrainte argumentative. Les formes de l’argumentation entre cadres délibératifs et puissances d’expression politiques1. Revue européenne des sciences sociales, XLV‑136, 129‑148. https://doi.org/10.4000/ress.93

Chateauraynaud, F. (2011). Argumenter dans un champ de forces  : Essai de balistique sociologique. Pétra.

Chateauraynaud, F. (2022). DES EXPÉRIENCES ORDINAIRES AUX PROCESSUS CRITIQUES NON- LINÉAIRES. Pragmata, 5, 75.

Chateauraynaud, F., & Debaz, J. (2017). Aux bords de l’irréversible. Petra. https://www.ehess.fr/fr/ouvrage/aux-bords-lirr %C3 %A9versible

Chateauraynaud, F., & Torny, D. (1999). Les sombres précurseurs  : Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque. Ecole des hautes études en sciences sociales.

Citton, Y. (2014). Pour une écologie de l’attention. Éditions du Seuil.

Corburn, J. (2005). Street science : Community knowledge and environmental health justice. MIT Press.

Desfriches Doria, O., Dessinges, C., & Ihadjadène, M. (2018). Controverses et Maîtrise de l’information  : Analyse et propositions méthodologiques. Technologie et innovation, 3(4). https://doi.org/10.21494/ISTE.OP.2018.0291

Dodier, N., & Baszanger, I. (1997). Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique. Revue française de sociologie, 37‑66. Persée http://www.persee.fr.

Dubé, E., Laberge, C., Guay, M., Bramadat, P., Roy, R., & Bettinger, J. A. (2013). Vaccine hesitancy : An overview. Human Vaccines & Immunotherapeutics, 9(8), 1763‑1773. https://doi.org/10.4161/hv.24657

Dubé, E., Vivion, M., Sauvageau, C., Gagneur, A., Gagnon, R., & Guay, M. (2016). “Nature Does Things Well, Why Should We Interfere?” : Vaccine Hesitancy Among Mothers. Qualitative Health Research, 26(3), 411‑425. https://doi.org/10.1177/1049732315573207

Dubet, F. (1994). Sociologie de l’expérience. Editions du Seuil.

Gaillaguet, J. (2023). Les attitudes critiques vis-à-vis de la vaccination à l’épreuve de la pandémie de Covid-19. Revue Française de Sociologie (à paraître).

Giry, J., & Nicey, J. (2022). Des vérités plurielles  ?  : Science et médiation au prisme des défiances et hésitations vaccinales en France. Revue des sciences sociales, 67, 96‑105. https://doi.org/10.4000/revss.8113

Glaser, B. G., & Strauss, A. L. (2010). La découverte de la théorie ancrée  : Stratégies pour la recherche qualitative. A. Colin.

Lahire, B. (2005). Portraits sociologiques  : Dispositions et variations individuelles. Armand Colin.

Lahire, B. (2011). L’homme pluriel  : Les ressorts de l’action (Nouvelle éd.). Pluriel.

Larson, H. J., de Figueiredo, A., Xiahong, Z., Schulz, W. S., Verger, P., Johnston, I. G., Cook, A. R., & Jones, N. S. (2016). The State of Vaccine Confidence 2016 : Global Insights Through a 67-Country Survey. EBioMedicine, 12, 295‑301. https://doi.org/10.1016/j.ebiom.2016.08.042

Larson, H. J., Jarrett, C., Eckersberger, E., Smith, D. M. D., & Paterson, P. (2014). Understanding vaccine hesitancy around vaccines and vaccination from a global perspective : A systematic review of published literature, 2007–2012. Vaccine, 32(19), 2150‑2159. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2014.01.081

Latour, B. (2011). Pasteur suivi de Irréductions  : Guerre et paix des microbes (Nouvelle éd.). la Découverte.

Lemieux, C. (2007). À quoi sert l’analyse des controverses  ? Mil neuf cent, n° 25(1), 191. https://doi.org/10.3917/mnc.025.0191

MacDonald, N. E. (2015). Vaccine hesitancy : Definition, scope and determinants. Vaccine, 33(34), 4161‑4164. https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2015.04.036

Martuccelli, D. (2006). Forgé par l’épreuve  : L’individu dans la France contemporaine. Colin.

Martuccelli, D. (2015). Les deux voies de la notion d’épreuve en sociologie. Sociologie, 6(1), 43‑60. Cairn.info. https://doi.org/10.3917/socio.061.0043

Michelat, G. (1975). Sur l’utilisation de l’entretien non directif en sociologie. Revue Française de Sociologie, 16(2), 229. https://doi.org/10.2307/3321036

Peretti-Watel, P., Raude, J., Sagaon-Teyssier, L., Constant, A., Verger, P., & Beck, F. (2014). Attitudes toward vaccination and the H1N1 vaccine : Poor people’s unfounded fears or legitimate concerns of the elite? Social Science & Medicine, 109, 10‑18. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2014.02.035

Peretti-Watel, P., Ward, J. K., Schulz, W. S., Verger, P., & Larson, H. J. (2015). Vaccine Hesitancy : Clarifying a Theoretical Framework for an Ambiguous Notion. PLoS Currents. https://doi.org/10.1371/currents.outbreaks.6844c80ff9f5b273f34c91f71b7fc289

Peretti‐Watel, P., Ward, J. K., Vergelys, C., Bocquier, A., Raude, J., & Verger, P. (2019). ‘I Think I Made The Right Decision … I Hope I’m Not Wrong’. Vaccine hesitancy, commitment and trust among parents of young children. Sociology of Health & Illness, 1467-9566.12902. https://doi.org/10.1111/1467-9566.12902

Pollak, M. (1990). L’expérience concentrationnaire  : Essai sur le maintien de l’identité sociale. Métailié.

Reich, J. A. (2016). Of natural bodies and antibodies : Parents’ vaccine refusal and the dichotomies of natural and artificial. Social Science & Medicine, 157, 103‑110. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2016.04.001

Sperber, D., & Wilson, D. (1989). La pertinence  : Communication et cognition : Trad. de l’anglais. Les éds. de Minuit.

Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel  : Sociologie des régimes d’engagement. Découverte.

Vrdelja, M., Kraigher, A., Verčič, D., & Kropivnik, S. (2018). The growing vaccine hesitancy : Exploring the influence of the internet. European Journal of Public Health, 28(5), 934‑939. https://doi.org/10.1093/eurpub/cky114

Ward, J. K. (2015). Les vaccins, les médias et la population  : Une sociologie de la communication et des représentations des risques.

Ward, J. K., Cafiero, F., Fretigny, R., Colgrove, J., & Seror, V. (2019). France’s citizen consultation on vaccination and the challenges of participatory democracy in health. Social Science & Medicine, 220, 73‑80. https://doi.org/10.1016/j.socscimed.2018.10.032

Ward, J. K., Guille-Escuret, P., & Alapetite, C. (2019). Les «  antivaccins  », figure de l’anti-Science : Déviance et Société, vol. 43(2), 221‑251. https://doi.org/10.3917/ds.432.0221

Ward, J. K., & Peretti-Watel, P. (2020). Comprendre la méfiance vis-à-vis des vaccins  : Des biais de perception aux controverses. Revue française de sociologie, 61(2), 243. https://doi.org/10.3917/rfs.612.0243

Haut de page

Notes

1 Si le terme « hésitation vaccinale » est couramment utilisé sciences sociales pour désigner une attitude, et nous semble pertinent dans de nombreux cas, nous lui préfèrerons parfois le terme de « vaccins-critique ». En effet, certaines attitudes renvoient à un refus catégorique de la vaccination qui ne renvoient pas à de l’hésitation, mais contraire un système de croyance fondé sur des certitudes.

2 À titre d’exemple, en 2019, l’OMS considérait que l’hésitation vaccinale constituait l’une des dix principales menaces pour la santé globale : https://www.who.int/news-room/spotlight/ten-threats-to-global-health-in-2019

3 Nous définissons l’attitude comme une disposition mentale, psychologique et physique vis-à-vis d’un objet, d’une entité, d’un individu ou d’un groupe. L’attitude se manifeste en réaction à des contextes socioculturels évolutifs, elle est donc une disposition en constat devenir, variable au cours du temps et de l’espace, et réversible.

4 Traduit de l’anglais. Définition complète en langue anglaise : « delay in acceptance or refusal of vaccination, despite availability of vaccine services. Vaccine hesitancy is complex and context specific, varying accross time, place and vaccine. It is influenced by factors such as complacency, convenience and confidence. »

5 D’après le « baromètre santé » de l’INPES, en 2005, 90% des Français se déclaraient « favorable à la vaccination » ; il n’était plus que 61% en 2010, suite à la controverse autour du vaccin contre la grippe H1N1, puis 79% en 2014, puis 75% en 2016. On peut donc penser qu’une part peut se déclarer favorable à un moment, et puis défavorable à un autre, et inversement.

6 Nous n’avons malheureusement pas le temps de restituer ici toute la complexité du champ des analyses sur les controverses. On peut par exemple difficilement donner une place aux travaux d’A. Giddens en reprenant la distinction de Lemieux. On la reprendra cependant car elle permet de comprendre la perspective dans laquelle nous nous plaçons tout en dressant un rapide état des lieux de l’analyse des controverses en France.

7 Sociologie qui fut prolongée par Laurent Thévenot par la sociologie des régimes d’engagement. Voir : Thévenot, L. (2006), L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement. Paris, La Découverte.

8 Nous distinguons donc l’hésitation vaccinale – soit une attitude individuelle – des mouvements vaccins-critiques ou anti-vaccins. Sur la structure de ces mouvements, voir : Ward, J. (2020). ”Comparing Forms and Degrees of Critique: Ontologies of Vaccine Criticism”. Science & Technology Studies, 33(1), pp. 54-75

9 Nous décrirons la composition du panel et les profils des enquêtés à la fin de la section suivante.

10 Parmi ces acteurs, deux couples ont réalisé leurs entretiens respectifs ensemble.

11 Certains sondages ont estimé, en 2016 par exemple, à 40% la part des français déclarant avoir des doutes à l’égard des vaccins. Voir (Larson, H. J., De Figueiredo, A., Xiahong, Z., Schulz, W. S., Verger, P., Johnston, I. G., ... & Jones, N. S. (2016). The state of vaccine confidence 2016: global insights through a 67-country survey. EBioMedicine, 12, 295-301.

12 Même si une enquête qualitative n’a pas vocation à la représentativité statistique, nous tenons à fournir des profils illustratifs de milieux sociaux variés.

13 Un documentaire-enquête sur un potentiel lien entre autisme, et le vaccin ROR.

14 Nous ne pourrons pas dans le cadre de cet article décrire tous les changements observés dans le cadre de la thèse, un autre article reviendra sur ces changements ailleurs (Gaillaguet, 2023).

15 Voir à ce sujet le compte-rendu d’enquêtes de la fondation Jean-Jaurès du 17 novembre 2021. On y parle indistinctement des « anti-vaccins », de la « défiance », sur la base des intentions de vaccination contre la covid-19 en septembre 2020 alors que le grand public n’avait aucune information sur leur efficacité et leur sécurité : https://jean-jaures.org/nos-productions/vaccins-la-piqure-de-defiance

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Gaillaguet, « Comprendre l’expérience critique ordinaire : Enjeux épistémiques et méthodologiques d’une enquête sur l’hésitation vaccinale »Questions Vives [En ligne], N° 37 | 2022, mis en ligne le 27 décembre 2022, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/questionsvives/6693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/questionsvives.6693

Haut de page

Auteur

Jérôme Gaillaguet

Doctorant au GSPR (EHESS), ATER à la faculté de médecine de Strasbourg (Laboratoire SAGE – UMR 7363)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search