Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14-3Dossier thématiqueLe domaine médicalVoir l’urgence

Dossier thématique
Le domaine médical

Voir l’urgence

Le regard expert des pompiers et paramédics du Québec
Seeing the emergency. The expert practice of seeing of firefighters and paramedics in Québec
Sentir la urgencia. La visión experta de los bomberos y paramédicos en Québec
Karine St-Denis

Résumés

Les pompiers et paramédics du Québec acquièrent une acuité visuelle spécifique, un regard expert. Ce regard expert est à la fois une technique du corps efficace pour percevoir les signes et symptômes des patients et à la fois porteur d’une vision du monde. À partir de données ethnographiques, cet article s’intéressera à ce regard expert sous deux angles. Premièrement, nous analyserons l’acquisition de cette technique du corps et sa pertinence en intervention, plus particulièrement pour l’élaboration d’hypothèses diagnostiques. Deuxièmement, nous montrerons comment les perceptions sensorielles et leurs mémorisations peuvent être marquées par les contextes d’urgence tout autant que par la lenteur des interventions non urgentes et des périodes d’attente entre les appels. Nous conclurons en portant un regard réflexif sur les transformations perceptuelles vécues en tant qu’anthropologue sur le terrain.

Haut de page

Texte intégral

Le 12 septembre 2012
Les pompiers en sont à la phase de déblai. L’officier à mes côtés me regarde en marchant vers le triplex dont il ne reste que la charpente : « Viens-tu voir le toit ? »  […]
Dans une pièce arrière du rez-de-chaussée, j’ai croisé le lieutenant R. et ses hommes. Détrempé, couvert de suie, le visage ruisselant de sueur, ses yeux sont épuisés mais heureux. R. m’accueille d’une franche accolade : « Je suis content que tu sois là, avec nous autres ». J’ai droit aux railleries amicales des pompiers : « Lieutenant, son bunker n’est même pas sale ». R. trouve une solution : une deuxième accolade qui sert cette fois clairement à … me salir ! Il sent ma crainte subite. Mes yeux sont rivés à la fenêtre : de la fumée ! De sa voix calme et posée entre les railleries de ses hommes, R. me chuchote à l’oreille : « Ne t’en fais pas, ce n’est que de la vapeur ; on fait tous ça la première fois »
(Extrait, journal de terrain)

Introduction

1En septembre 2012, j’en suis à mes premières armes en sécurité incendie. Anthropologue néophyte des casernes, on m’y a invitée pour un tout premier séjour. J’y entends mes premières alarmes, j’y revêts la lourde tenue intégrale de combat d’incendie – le bunker – malgré l’humidité et la chaleur des dernières belles journées d’été et j’y apprends à respirer dans un appareil de protection respiratoire. Certes, j’entendais le même langage que les pompiers mais la vision du monde ne se construit pas uniquement par le langage. Il m’a fallu y apprendre les gestes quotidiens, des règles du dortoir, à ceux des repas. Surtout, il m’a fallu apprendre à saisir ce métier trop souvent stéréotypé selon la compréhension de ceux qui le pratiquent. Pour y parvenir, j’ai tenté, au mieux, d’apprendre de leurs actions et de leurs conceptions de leur environnement de travail et de leurs interventions. Depuis 2012, je les ai observés tant lors des appels et des activités de formation, que lors des heures d’attente et d’entretien des équipements en caserne. Je les ai aussi écoutés en entrevues tout autant qu’en discussions informelles.

2Un de mes constats est que la vision experte est centrale pour les intervenants d’urgence. De la lecture de la couleur et de la vélocité de la fumée lors d’un incendie à l’observation de signes et de symptômes chez les patients, les pompiers et paramédics du Québec acquièrent, utilisent et transmettent un regard expert spécifique à leur profession. Protégés par la partie faciale de leur appareil de protection respiratoire, les pompiers n’auront souvent que leur vue pour capter les informations pertinentes à leurs interventions incendies.

3Chez les paramédics et chez les pompiers premiers répondants, plusieurs sens pourront être sollicités lors d’une même intervention. L’oreille exercée captera les subtils indices de difficultés respiratoires dans la tonalité de la voix du patient et le toucher expert décèlera rapidement pouls et blessures internes. Par contre, avant même d’être à une distance permettant de discuter avec leurs patients, les paramédics et premiers répondants utiliseront leur vue pour rapidement percevoir le positionnement et l’état de conscience des patients et les risques de l’environnement d’intervention.

4Le présent article expose les résultats de mes travaux récents auprès des pompiers et paramédics du Québec. Dans un premier temps, une analyse de la socialisation professionnelle permettra de montrer que les professionnels de la sécurité incendie et des soins préhospitaliers acquièrent un regard expert spécifique à leurs rôles professionnels et à leur culture professionnelle. Dans un deuxième temps, cette technique du corps sera réexaminée sous l’angle de l’intervention d’urgence. Nous nous attarderons alors sur l’effet de l’urgence et sur l’effet de la lenteur des appels non urgents et de l’attente sur ces « practices of seeing ».

  • 1 Au Québec, les formations initiales des pompiers varient selon les types de services. Pour les serv (...)

5Avant de débuter cette analyse, quelques précisions géographiques et méthodologiques sont de mise. Au Québec, les pompiers et les paramédics occupent deux rôles professionnels distincts et ont des formations différentes. Les pompiers québécois, à 80 % des volontaires, s’identifient eux-mêmes principalement à leur mandat traditionnel de combattants du feu. Leurs rôles comportent également plusieurs interventions de sauvetage (désincarcération, sauvetage nautique, sauvetage hors-route, etc.). Certains services de sécurité incendie couvrent également les appels de premiers répondants médicaux, ce qui est notamment le cas du Service de sécurité incendie de Montréal. Les pompiers premiers répondants sont régis par la même loi et les mêmes protocoles cliniques que les paramédics. Par contre, ces derniers, diplômés d’un cours technique de trois ans en soins préhospitaliers1, sont responsables de la prise en charge médicale des interventions et du transport vers les centres hospitaliers. En pratique, les pompiers premiers répondants et les paramédics couvrent les mêmes appels médicaux impliquant des urgences vitales et travaillent régulièrement de concert, en occupant des tâches distinctes mais complémentaires.

  • 2 Au total, entre 2012 et 2019, 129 heures d’observation d’activités de formation ainsi que 47 entrev (...)

6Nos travaux de recherche auprès des pompiers et paramédics ne portaient pas spécifiquement sur la vision ni sur l’anthropologie des sens. Depuis 2012, nous nous intéressons principalement à la professionnalisation des services de sécurité incendie (St-Denis, 2012, 2013, 2015) et, récemment, nos travaux se sont concentrés sur la prise de décisions médicales d’urgence (St-Denis, 2016, 2018). Les données présentées dans le présent article sont principalement issues de ces derniers travaux où pompiers et paramédics répondent conjointement aux appels d’urgences vitales telles que les arrêts cardio-respiratoires, les accidents de la route avec blessés, les accouchements d’urgence, les chocs anaphylactiques, etc.2

7Nos méthodes de prédilection sont l’ethnographie (Geertz 1996, 1986 ; Malinowski, 1922 ; Van Maanen, 1979 ; Van Maanen & Shein, 1979), et la théorisation enracinée (grounded theory) (Glaser, 2007 ; Glasser & Strauss, 2010 ; Luckerhoff & Guillemette, 2012). Nos données qualitatives sont issues du partage du quotidien professionnel, des observations et des entrevues semi-dirigées auprès de ces intervenants relèvent diverses composantes de l’identité professionnelle et des pratiques des pompiers et paramédics québécois.

8Nos travaux mettent en évidence, notamment, que les pompiers et paramédics sont formés quasi exclusivement sur la prise de décision opérationnelle et clinique et que leurs interventions sont jugées selon leur conformité à ces mêmes protocoles. Pourtant, dans la pratique, leurs interventions et leurs prises de décisions d’urgence ne se limitent pas aux aspects cliniques. Les intervenants doivent percevoir et décider dans des environnements physiques complexes, changeants et imprévisibles : froids hivernaux, appartements pouvant être exigus et encombrés, accidents de la route, etc. Ils doivent aussi percevoir et intervenir avec des humains aux émotions et besoins variés allant de la gestion de crise des parents impuissants lors de la noyade de leur fillette, à la dame âgée à mobilité réduite refusant le transport vers le centre hospitalier parce qu’elle n’a pas les moyens de revenir chez elle autrement qu’à pied.

9Les sens, en particulier, la vision, se sont révélés être un angle d’analyse incontournable tant pour comprendre les pratiques de formation professionnelle que pour saisir les pratiques d’interventions des pompiers et paramédics québécois. Notre intention est ici de contribuer à l’anthropologie des sens en illustrant les habiletés visuelles mobilisées dans les pratiques professionnelles des pompiers et paramédics québécois. En d’autres termes, ce sont nos données empiriques qui ont généré notre intérêt pour l’anthropologie des sens et qui ont mené aux réflexions sur le regard expert qui sont présentées ici.

La vision : une technique du corps marquée par la profession

10Les pompiers et paramédics québécois apprennent un regard expert, un ensemble de « practices of seeing » (Goodwin 2000, 1999, 1995, 1994 ; Grosjean, 2014) qui rend efficace leur évaluation de l’état des patients et de leur environnement d’intervention. En ce sens la vision est à la fois un acte « traditionnel et efficace » (Mauss, 2001 (1934), p. 371) qui est aussi porteur d’une compréhension, d’une vision du monde (Howes, 1990 ; Howes & Marcoux, 2006 ; Le Breton, 2006 ; Whathelet, 2012).

  • 3 Les pompiers premiers répondants et les paramédics ont les mêmes protocoles cliniques énoncés par l (...)

11Cette acquisition du regard expert débute lors de la formation initiale. Par la répétition de scénarios de formation, la perception de signes et symptômes est apprise et intégrée au point de générer une réaction rapide et conforme aux protocoles cliniques3. Notons ici que les interventions des pompiers et des paramédics visent non pas le diagnostic mais bien l’élaboration d’hypothèses diagnostiques, le diagnostic étant réservé aux médecins. Un paramédic nous a décrit cette acquisition initiale du regard expert comme l’entraînement d’un sportif de haut niveau : il s’agit de l’acquisition de « réflexes », d’automatismes.

Pourquoi [les formations] sont axées sur des protocoles ? C’est pour avoir un training. C’est pour que tu n’aies pas à réfléchir à ton geste mais à appliquer le geste. Tu vois, tu réagis. Tu as ça, tu réagis. C’est fait pour ça, pour que ça devienne des automatismes. Comme un joueur de hockey : il reçoit la rondelle, il tire. Un joueur de baseball : il voit la balle, il frappe. Il en a frappé des milliers pour exercer son œil, exercer son geste. Il [ne] pense pas qui faut qu’il lève un petit peu son genou quand il frappe la balle : c’est un automatisme.
Oui, [les étudiants] vont faire trois ans d’automatismes pour que, quand le geste compte, [ils] le font. Puis, pour que ça devienne un réflexe. Il s’est exercé dans cette optique-là.
(Extrait d’entrevue avec un paramédic)

12Lors de ces scénarios de formation, l’apprentissage du regard expert s’inscrit dans l’acquisition de nombreuses pratiques culturelles spécifiques aux pompiers et aux paramédics. Les écrits de Desmond démontrent bien que l’apprentissage des techniques du corps participe à un apprentissage de l’identité professionnelle. Par l’analyse d’une journée de formation destinée aux pompiers forestiers, Desmond conclut que les novices y acquièrent bien plus qu’un apprentissage des techniques d’intervention ; ils y acquièrent avant tout une perception du monde, un habitus (Desmond, 2006a et 2006b). Par son récit des divers rites de passage dans la brigade militaire des sapeurs-pompiers de Paris, Pudal (2011) en arrive au même constat : « les pompiers ne peuvent se contenter d’obtenir une adhésion de façade : toute la socialisation vise à s’assurer que la recrue souscrira corps et âme aux valeurs et aux principes qui lui sont inculqués » (Pudal, 2011, p. 174).

13C’est donc dire que les corps – les perceptions tout autant que les gestes – seront formés. Il ne s’agit pas de savoir quels sont les signes et symptômes d’un traumatisme crânien mais surtout d’apprendre à les percevoir rapidement chez un patient pour agir adéquatement. Les perceptions et réponses du corps y sont à ce point formées que des manœuvres d’auto-sauvetage – notamment le contrôle de la respiration (quantité d’air limitée dans l’appareil respiratoire), les positions corporelles de sécurité, le repérage d’une sortie par toucher des tuyaux d’alimentation en eau (orientations des connecteurs mâles et femelles), etc. – seront enseignées et pratiquées pour maximiser la survie des pompiers lors de chutes, de désorientations ou de blessures en intervention.

  • 4 Le programme de Soins préhospitaliers d’urgence avancés est une certification universitaire de deux (...)

14Au-delà de la formation initiale, l’acquisition du regard expert se poursuit tout au long de la carrière par l’accumulation d’expériences professionnelles. Lors d’interventions en contexte de travail réel, les intervenants percevront des signes et symptômes ainsi que des réactions chez leurs patients qui enrichiront graduellement leur acuité visuelle. Pour certains, comme pour cet étudiant en soins avancés4, l’accumulation des observations en intervention permet une finesse visuelle et une mémorisation des notions médicales.

Ce qui est très aidant c’est d’en avoir déjà vu pour être capable de reconnaître certains signes parce que c’est pas toujours évident […] Quand je suis étudiant en soins avancés, j’arrive, [les paramédics] sont déjà en place avec le patient, bien ça m’arrive de dire : « Eh, les gars, votre patient, il convulse », « Hein ? » « Oui, oui, votre patient convulse, regardez sa main là puis il regarde à droite », « C’est des convulsions ça ? », « Oui c’est des convulsions ».
Des fois, il y a des concepts qu’on connaît mais qu’on n’a jamais vus. Puis ça fait partie des choses qu’on va oublier parce qu’on [ne] les a jamais vues.
(Extrait d’entrevue avec un paramédic, étudiant en soins avancés)

15Ces « practices of seeing » guideront les intervenants tout au long de leurs interventions et ce, de la prise d’informations initiale jusqu’à l’élaboration d’hypothèses diagnostiques et jusqu’à la prise en charge. Les travaux de Pelaccia (2013) sur les raisonnements intuitifs des médecins urgentologues sont fort éclairants sur ce point. L’auteur y fait part, notamment, de l’importance de la première observation du patient, pendant une rencontre qui dure en moyenne 16 secondes (Pelaccia, 2013, p. 78). Durant cette courte première rencontre, les praticiens parviennent à « réviser ou confirmer les hypothèses [diagnostiques] d’amont, ou de générer de nouvelles hypothèses [diagnostiques] » (Pelaccia, 2013, p. 178). Les propos d’un des médecins urgentologues ayant participé aux entrevues sont fort évocateurs :

Ça m’est venu tout de suite en fait, je pense que j’y ai pas réfléchi. En fait cette première impression que j’ai eue, impression d’ambiance entre guillemets, l’impression d’ambiance, oui voilà je vois le patient, directement, je pense à quelque chose et puis après je pars peut-être sur autre chose, mais c’est ma première idée en tout cas. (Médecin urgentologue cité dans Pelaccia, 2013, pp. 78-79)

16Cette « première impression », cette « impression d’ambiance » nous semble principalement attribuable au regard expert, à la capacité de percevoir rapidement des signes et symptômes primordiaux pour l’élaboration des hypothèses diagnostiques et pour la prise en charge des patients. En effet, comme nous a relaté un paramédic, la vue est sollicitée dès les premières secondes de la rencontre avec le patient, et ce, quel que soit l’environnement et le motif de l’appel :

La première affaire, c’est ce qu’on appelle un « quick look », c’est l’appréciation générale du patient. Peu importe la raison qui a amené le paramédic à aller là, lui qu’est-ce qu’il va faire c’est qu’il va regarder : « De quoi a l’air mon patient ? » puis, « Est-ce que mon patient a l’air instable ou stable ? » […] Il a rien mesuré, il l’a juste vu. (Extrait d’entrevue avec un paramédic)

17Les « practices of seeing » seront aussi sollicitées tout au long de l’intervention pour interpréter, les signes et symptômes et des mesures obtenues lors de la rencontre initiale, et leur donner sens. La vue, la perception de « l’impression d’ambiance », peut même parfois prévaloir sur les mesures médicales. À titre d’exemple, voici un récit d’intervention où deux paramédics sont confrontés à des perceptions visuelles infirmant leurs mesures cliniques ; ces perceptions ont alors amené ces paramédics à rechercher une nouvelle hypothèse diagnostique.

Nous, l’homme il était dans la porte patio [porte-fenêtre] en train de respirer la tête à l’extérieur. Pour nous, en le voyant, ça sonne crise d’asthme ou détresse respiratoire grave, parce que, quand on est rendu la tête à l’extérieur pour essayer d’aller chercher de l’air froid, habituellement c’est pas mal respiratoire.
[…] Ma partenaire est en train de l’évaluer. Elle commence, le regarde, l’ausculte, puis elle me dit : « Ses poumons : j’entends une entrée d’air normale, partout ». Mais clairement le patient a un look malade là, quand on le regarde là. Puis j’ai fait, c’est rare que je fais ça, je dis : « Attends un petit peu, je vais aller me faire ma propre oreille si ça [ne] te dérange pas ». Je suis allé ausculter moi aussi.
Puis j’ai fait : « C’est vrai ». Ok, parfait. Il est penché vers l’avant, il a la tête dehors, mais l’air rentre normalement : j’élimine la crise d’asthme, c’est pas ça. S’il avait quasiment pas eu d’air qui aurait rentré j’aurais pu dire : « Ah, c’est un broncho…, c’est tellement serré que l’air rentre quasiment plus en bas ».
Mais là non, non, on entendait vraiment bien partout, fait que là, oups, on vient de sortir de l’asthme. Là faut que j’ouvre mon éventail de : c’est quoi mes problèmes respiratoires là ?
(Extrait d’entrevue avec un paramédic, étudiant en soins avancés)

18Les partages de récits d’interventions entre collègues contribuent aussi au développement de cette acuité perceptuelle. Les pompiers y feront le récit des éléments perçus et des réponses qu’ils ont entrainées. Voici comment un pompier nous a exprimé la pertinence du partage de ces récits d’interventions :

  • 5 Kardex est une marque commerciale de système de classement de documents : armoires, boites et carta (...)

Qu’est-ce qui s’est passé ? On aime ça le savoir. Les faits vécus ça nous fait comprendre des fois certaines choses. Tu réfléchis à ça en disant : « Ok, oui, pas bête comment il a fait ça là son intervention, oui, oui, oui. Si jamais ça arrive, je vais … ». Je pense que ça met une carte dans ton Kardex5. Même si tu n’as pas intervenu, le cerveau la façon qu’il réfléchit, que tu sois en situation réelle ou que tu sois en simulation : c’est encodé. (Extrait de focus group réalisé avec huit pompiers)

19McCarl (1985 et 1984) en arrive aux mêmes conclusions en précisant que ces récits d’interventions ne transmettent pas seulement des informations sur les événements mais également sur les attitudes et les manières de percevoir des pompiers (McCarl 1985, p. 138). Les travaux sur les paramédics de Bourdon (2011) et Tangherlini (2000) et sur la santé psychologique des pompiers de Douesnard (2012) accordent également ce rôle de construction et de transmission aux partages des récits d’intervention.

20Appris et transmis, le regard expert en vient ainsi à distinguer le professionnel du néophyte : les pompiers et les paramédics savent voir différemment. Ils ont un ensemble de « practices of seeing » spécifiques à leurs professions. Telle la « première impression » et « l’impression d’ambiance » du médecin urgentologue de l’étude de Pelaccia (2013, p. 78-79), voici comment une paramédic nous a synthétisé cette vision particulière :

[…] c’est comme un 6e sens, là peut-être : « Oh, là c’est sérieux ». […] C’est vrai que c’est comme ça. Au début tu ne vois pas. On dirait qu’il faut que tu vois un autre côté mais je ne sais pas comment l’expliquer. Mais c’est vrai que c’est avec l’expérience que tu as cette observation-là d’emblée. (Extrait d’entrevue avec une paramédic)

La vision : un sens marqué autant par l’urgence que par la lenteur

21Analysons maintenant ces « practices of seeing » spécifiques au regard expert des pompiers et paramédics lors d’interventions médicales d’urgence. Avant d’entamer cette analyse, une précision s’impose. Les pompiers et les paramédics ne répondent pas uniquement à des appels d’urgence. Les travaux de Bourdon (2011), Pudal (2016), Simpson et al. (2017) et St-Denis (2012) illustrent que nombre d’interventions des pompiers et paramédics ne concernent pas des urgences vitales, mais relèvent plutôt de problèmes psycho-sociaux tels que l’itinérance, d’activités d’éducation du public telles que les activités de prévention en milieu scolaire et communautaire, de transferts non urgents vers des centres hospitaliers, etc. Il faut donc ici garder à l’esprit que les nombreux films et séries télévisées mettant en scène des pompiers et des paramédics dans des situations héroïques ne sont pas des représentations fidèles des activités professionnelles des pompiers et des paramédics. Analyser les « practices of seeing » des intervenants d’urgence nécessite donc de s’intéresser aussi à cet impact des appels non urgents et de l’attente entre les appels.

22Lorsque les intervenants sont appelés pour une intervention d’urgence, leur contexte d’intervention est marqué par l’urgence c’est-à-dire par un risque imminent commandant une réponse immédiate (Beck, 1986 ; Dupuy, 2004 ; Sorell, 2002) et ce, en disposant d’un temps de délibération fort réduit, voire inexistant (Manning, 1980 ; Pierron, 2006 ; St-Denis, 2012). De plus, cette réponse rapide se doit d’être matérialisée dans un contexte que Pelaccia (2013) qualifie de chaotique, marqué par la présence d’une pathologie vitale, de l’incertitude diagnostique, de la nécessaire élaboration d’hypothèse diagnostique et la rétroaction limitée que reçoivent les praticiens sur le suivi de leurs patients. Les intervenants devront donc y concentrer rapidement leur regard sur les informations prioritaires qui guideront leurs raisonnements. Pelaccia (2013) en vient à affirmer que « les médecins interviewés prélevaient dans leur environnement un nombre très limité et ciblé d’informations pour raisonner. Deux à quatre informations étaient ainsi associées par les praticiens pour raisonner » (Pelaccia, 2013, p. 79). L’acuité d’un regard expert apte à cibler rapidement les bonnes informations est donc d’autant plus indispensable dans les interventions d’urgence.

23Cette concentration visuelle sur certaines informations est perceptible dans la mise en récit des interventions. À titre d’exemple, les nombreux rappels de l’âge de la victime dans ce récit d’une intervention pour noyade illustrent cette concentration du regard.

[…] c’était une jeune fille de 4 ans qui était noyée. C’est les parents qui nous appellent : c’est sa fête. Donc, eux sont dans une fête. Les enfants jouent dans [la] piscine. Il n’y a pas de boisson […] Sont environ une vingtaine de personnes. Puis les enfants ont décidé de jouer à celui qui restait le plus longtemps en dessous de l’eau. Puis, la petite fille de 4 ans, ils jouent à ça donc nécessairement, ils ne savent pas […]
Quand on arrive, il une dame avec un enfant qui nous attend dans le chemin. La dame dit : « C’est par là ». On entend crier, on entend pleurer, on entend tous les sons. On le sait qu’il y a quelque chose qui se passe. Quand on arrive, c’est un policier qui est entrain de masser [massage cardiaque]. Bouche à bouche. Eh, la petite fille est au sol, 4 ans, elle est toute petite. On a eh, donc à partir de là on le sait que ok, il y a des manœuvres qui se font, la petite fille est bleutée un petit peu. 4 ans : c’est pas la situation... Puis ce n’est pas juste la petite fille de 4 ans, c’est toute la situation où tout le monde criait, tout le monde pleurait, tout le monde était hystérique. (Extrait de focus group réalisé avec huit pompiers)

  • 6 Nous proposons la traduction : « Nous avons regardé mais nous n’avons pas vu ».

24Certes, ici, les cris et les pleurs en disent long sur la charge émotive de l’intervention : cette charge sera entendue, perçue et elle marquera la narration et la mémoire des intervenants. Mais cette narration est aussi marquée par ce que les intervenants qualifient « d’effet tunnel » ; comme dans un tunnel, la vue d’ensemble y est perdue et la vision est ciblée que sur quelques éléments. Dans une série d’articles intitulés fort judicieusement « We look but we don’t see »6(Artwohl 2008a et 2008b) démontre que la rapidité des interventions d’urgence peut aussi limiter, voire totalement empêcher, la perception d’éléments pertinents à la réussite d’une intervention. La confrontation à un stress intense peut également impacter les capacités de mémorisation. Des éléments peuvent alors avoir été perçus et avoir guidé l’intervention sans que l’intervenant puisse se les remémorer et en rendre de compte (Artwohl, 2009 ; Kramer & Buckhout, 1991 ; Manning, 1980). Ces impacts de l’urgence sur les perceptions et sur leur mémorisation confirment la nécessité d’acquérir des automatismes perceptuels lors des formations initiales mais également tout au long de la carrière d’intervenants d’urgence. Ce sont ces techniques du corps, intégrées au point de devenir des automatismes, des « réflexes », qui permettront de réagir à l’urgence.

25Notons que ces limites perceptuelles et mémorielles complexifient l’évaluation de l’intervention en situation d’urgence. Comment juger d’une intervention à l’issue négative lorsque l’intervenant n’a que quelques secondes pour tout percevoir et pour tout comprendre ? Comment juger d’une intervention réussie sans que l’intervenant puisse se remémorer les perceptions des signes et symptômes qui ont guidé sa réaction ? Voir l’urgence demande donc bien plus qu’une technique du corps, elle commande aussi prudence à ceux qui porteront regard, jugement, sur l’intervention.

26Les intervenants peuvent ainsi en venir à appréhender négativement les évaluations extérieures de leurs interventions. Le jugement de leurs supérieurs, des sections d’assurance-qualité tout autant que celui des médias et des citoyens leur apparaissent hors contexte, éloignés de leurs expériences sensorielles et de leurs compréhensions. Ici, ce n’est pas par rejet de la critique ou absence de souci d’amélioration que les pompiers refusent de lire un rapport d’évaluation mais bien plutôt pour marquer les réalités distinctes, la frontière entre ce « nous » qui avons vécu l’intervention et ce « ils » extérieur à nos perceptions et à nos sensations.

J’ai très rarement vu donner beaucoup de points positifs puis de valoriser l’intervention. Qu’est-ce qu’ils vont dire ? Vous auriez dû donner des impulsions, un massage plus rapide, vous auriez dû faire ça, vous auriez dû faire ça.
Donc, on a décidé, on a dit : « Regarde, on [ne] veut même pas voir qu’est-ce qu’on n’a pas fait de correct ». Moi je m’en fous. La petite de 4 ans, est-ce que je suis certain que j’ai tout fait dans la mesure de mon possible pour la réanimer ? J’espère que oui. Mais de me faire dire en plus : « Non, tu n’as pas bien fait ça puis elle est morte en plus » : je [ne] veux pas savoir ça.
(Extrait de focus groupe réalisé avec huit pompiers)

27Mais cette frontière entre ce « nous » et ce « ils » est parfois trompeuse. Lorsque les interventions non urgentes et les périodes d’attente entre les appels sont fréquentes, la routine s’installe et peut diminuer la vigilance perceptuelle. De par cette lenteur, selon les pompiers et paramédics rencontrés, des informations cruciales pourraient alors être voilées par un faux sentiment de sécurité, un faux sentiment de déjà vu et de contrôle.

  • 7 Cet incendie de forêt est advenu au Montana le 5 août 1949.

28Les travaux de Weick (1993) sur l’incendie de forêt de Mann Gulch7 sont ici révélateurs. Les premières observations des pompiers indiquent une intervention commune, habituelle. Ils prennent donc le temps de souper tout en planifiant leur intervention. Nouvelle observation : les vents se lèvent rapidement. Le brasier s’intensifie : les flammes atteignent quinze mètres de haut et brûlent 45 mètres de forêt en dix secondes. Les pompiers se retrouvent prisonniers des flammes. Les cadavres de treize des seize pompiers de l’équipe ont été retrouvés à moins de 275 mètres les uns des autres.

29Les effets pervers de ce faux sentiment de déjà-vu et de contrôle nous ont aussi été explicités en entrevue, notamment par cet ambulancier-paramédic qui relate comment la routine peut mener à des possibilités d’erreurs de diagnostic de problèmes respiratoires parfois majeurs :

Des fois au cours de notre carrière, à force d’en voir des patients qui [ne] sont pas urgents, des patients qui [ne] sont pas urgents, des patients qui ne sont pas urgents, bien on va baisser la garde. Puis on [ne] va plus aller travailler avec le plus urgent, on va aller travailler avec le plus commun.
Ok. C’est juste de l’anxiété. C’est bon. Ok. « Venez, on va vous amener à l’hôpital. Le médecin va vous donner des médicaments, ça va vous aider ». Mais là on est allé investiguer le dernier diagnostic différentiel qu’on pourrait faire. C’est tout le temps [ce diagnostic], parce que ça fait quarante qu’on a depuis les trois derniers mois. Mais on peut facilement tomber dans l’erreur.
(Extrait d’entrevue avec une paramédic)

  • 8 Au Québec, les pompiers à temps plein font des gardes en caserne sur un horaire irrégulier de jour, (...)

30Cette lenteur de l’attente et des appels non urgents ne transforme pas seulement la vigilance du regard, elle peut transformer l’ensemble de la pratique professionnelle. Lors de notre premier séjour en caserne – un séjour de 86 heures consécutives avec la même équipe8 – les appels mineurs se cumulaient pour une équipe de pompiers habitués à un nombre fréquent d’appels majeurs. Dans mon journal de terrain, les récits des interventions mineures s’enchainent : fausses alarmes de jour comme de nuit, un fil électrique à haute tension à surveiller avant l’arrivée des réparateurs, un incendie mineur éteint avant l’arrivée des pompiers, etc. Outre les descriptions factuelles, les remarques des pompiers s’accumulent au rythme des pages et des heures d’attente. Les pompiers, particulièrement les officiers, s’inquiètent du bienfondé de ma présence : que puis-je comprendre du métier sans voir de feu ? Que dirais-je de ces attentes, de tous ces « petits appels » ?

  • 9 Les affirmations des pompiers sont textuellement issues de mon journal de terrain. Le récit a été l (...)

31Au dernier jour de mon premier séjour en caserne, les railleries amicales et les récits d’interventions s’étaient tus. Un silence anormal résonnait dans la caserne. Enfin, au début du repas du soir, l’appel brisa le silence : un feu de bâtiment majeur. Au premier appel, une caserne voisine fut déployée. Dès les premières notes du deuxième appel, les pompiers immobiles, ustensiles à la main, les yeux rivés à la radio comme si le répartiteur pouvait voir leur espérance écoutaient l’énumération des casernes déployées. Silence. Déception. Un jeune pompier osa rompre ce silence : « Lieutenant, on va y aller, hein ? » D’une voix aussi déçue que les regards de ses hommes, l’officier lui rétorque un simple : « Mange ». Mais son regard se tourne vers moi, encore immobile, il m’interpela d’un : « Mange pendant que tu as le temps. Si on part, on y sera toute la nuit »9.

  • 10 Notons ici que les pompiers savaient que tous les résidents étaient évacués et qu’il n’y avait aucu (...)

32Troisième appel. Le code de la caserne ne s’était pas encore fait entendre que les pompiers enfilaient leurs bunkers et que quelques derniers morceaux du repas disparaissaient dans leurs poches. Prêts depuis de nombreuses heures, leur attente était finie et, enfin, le camion incendie quitta la caserne. L’odeur du brasier perceptible à quelques kilomètres avant l’arrivée mit fin aux exclamations de joies10 : l’heure était maintenant au travail. Le lieutenant monta simplement le volume du radio-émetteur pour obtenir l’attention de ses hommes. Les tâches furent distribuées à chacun de ses hommes.

  • 11 Les bouteilles d’air des appareils respiratoires des pompiers ont une durée limitée habituellement (...)

Dès ma sortie du camion le lieutenant R., d’un regard catégorique jamais vu sur son visage me dit : « Suis P. Je ne veux pas te voir à plus d’un mètre de lui ». Et je restai, pendant des heures, près des autopompes, à suivre P. responsable de l’alimentation en eau de l’ensemble de la scène. À chaque sortie des flammes11, lieutenant R. me surveillait, visiblement satisfait de me revoir toujours à moins d’un mètre de P. En fin d’intervention, au déblai, la voix du lieutenant R. se fit entendre au radio-émetteur suivi d’une invitation de P. : « Viens-tu voir le toit ? » (Extrait du journal de terrain).

Conclusion : le regard réflexif de l’anthropologue

33Nous avons ici montré que les pompiers et les paramédics du Québec acquièrent et partagent un regard expert leur permettant de percevoir efficacement les signes et symptômes nécessaires à l’élaboration d’hypothèses diagnostiques et à la bonne prise en charge des patients et des interventions. Par la répétition de techniques du corps spécifiques, des « practices of seeing » se développent et s’imprègnent au point de devenir ce que des intervenants nous ont décrit comme un « sixième sens ». Ce regard expert est d’autant plus indispensable dans l’environnement chaotique des interventions d’urgence où la réponse des intervenants se doit d’être immédiate. Il permettra de cibler rapidement les bonnes informations pour guider la prise de décision. Mais, même les meilleures « practices of seeing » ne sont pas infaillibles. La perception peut être influencée à tort par un faux sentiment de sécurité créé par l’habitude, la routine et les appels non urgents. Dans cette lenteur, aussi lot quotidien des intervenants d’urgence, la vigilance perceptuelle peut diminuer et entrainer des oublis, des mauvaises perceptions, des mauvaises décisions.

  • 12 L’ouvrage technique Analyse de la fumée et de l’incendie (Brisebois et Fournelle, 2016) est à ce su (...)

34Nos diverses données ethnographiques nous ont révélé l’importance de la formation experte des sens, particulièrement de la vue, chez les pompiers et les paramédics. Mais elles nous ont appris aussi que l’anthropologue, lui-même, doit apprendre à voir comme il faut. Tout comme l’oreille doit apprendre à entendre le langage, l’œil doit apprendre à distinguer la vapeur de la fumée. Cet apprentissage graduel, débuté avec les paroles du lieutenant R. lors de notre premier incendie, a nécessité plusieurs heures d’observation des formations en incendie et d’écoute de vidéos sur les phénomènes thermiques ainsi que de nombreuses heures de lecture d’ouvrages de formation en incendie12. Sans prétendre ici à l’acquisition de l’acuité visuelle des pompiers, nos yeux perçoivent mieux et se sont habitués à distinguer les fumées et même commencent à pouvoir percevoir les signes de quelques phénomènes thermiques – dont les flashover et le backdraft – à la couleur et à la densité des fumées.

35Par sa méthode ethnographique lente et immersive, l’anthropologie contraste vivement avec l’intervention d’urgence. Certes l’anthropologue observe et développe un regard expert, mais son observation est tout autre. L’observation ethnographique est en durée et est patiemment relatée dans un journal de terrain. L’anthropologue a alors la possibilité – et pour certains même a la resposabilité (Bensa, 2006 ; Geertz, 1996, 1986, 2006 ; Olivier de Sardan, 2008) – de s’observer lui-même.

36Il est donc possible, a posteriori, de porter un regard réflexif sur son apprentissage des techniques du corps, de son apprentissage des « practices of seeing », qui permettront à l’anthropologue non pas d’être l’Autre mais, minimalement, de percevoir comme il faut, de voir sa vision de son monde. Étrangement, les guides méthodologiques et récits de terrain abondent de conseils sur l’apprentissage de la langue, mais rares sont ceux abordant l’importance de percevoir comme il faut. Pourtant, la vision, ce qui sera vu et comment il sera vu, est tout autant significative des pratiques culturelles.

37Concluons ici par un exercice réflexif et méthodologique succinct sur notre apprentissage sensoriel d’anthropologue. Nous ne prétendons aucunement avoir atteint ni l’acuité visuelle d’un officier captant la dangerosité d’un incendie d’un simple regard en direction de la couleur et la densité de la fumée ni celle d’un paramédic captant les signes d’un potentiel accident cardio-vasculaires dans le simple mouvement des muscles du visage. La transformation de nos techniques du corps est plus modeste.

38Certes, certains terrains peuvent mener à une immersion « corps et âme » comme l’affirme Pudal (2011) pour qui le service militaire dans la brigade des sapeurs-pompiers de Paris s’est transformé en occasion de terrain ethnographique. Mais n’étant ni pompière ni paramédic, mon immersion fut plus graduelle et réalisée au fil des observations, discussions, entrevues et des maladresses de l’apprentie, maladresses souvent amusantes pour les intervenants.

39L’extrait en début de cet article montre bien une de ces maladresses associées à une mauvaise vision du monde, à une vision néophyte. Depuis ce premier incendie, mes yeux se sont habiletés et habitués à distinguer la fumée de la simple vapeur émanant des cadrages de fenêtres de bâtiments incendiés. Cette perception du monde s’est aussi élargie à divers indices de phénomènes thermiques et à la perception des signes et symptômes.

40Chacune des observations d’interventions ou de formations professionnelles a contribué à l’acquisition partagée d’une même perception du monde. Mais certaines pratiques ont aussi été favorables. Laisser un crayon et des papiers à portée de main des participants d’entrevues est fort utile pour obtenir des croquis d’interventions et ce, sans avoir à le demander. L’examen a posteriori de ces croquis permet de révéler les éléments perçus et retenus dans la narration des interventions tout autant que l’importance de « faire voir » l’intervention.

  • 13 La partie faciale est une composante du « bunker », il s’agit d’un masque étanche qui permet aux po (...)

41Dans ces professions marquées par une image publique héroïque, demander à des intervenants de « montrer » leur métier se révèle surprenant. Cette question posée naïvement un soir d’attente en caserne m’a menée vers mon premier appareil de protection respiratoire et à mon premier parcours de pratique de manœuvres de base et à une phrase gravée dans ma mémoire : « Ça c’est la partie faciale13 : si tu veux voir ce que je vois, mets-la ».

Cette recherche a été rendue possible grâce à un financement conjoint (2017-2019) des Fonds de recherche du Québec Santé FRQS et des Fonds de recherche du Québec – Sociétés et culture FRQSC.

Haut de page

Bibliographie

Artwohl A. (2009). If I Remember Correctly… The Tactic Edge, winter 2009, 58-61.

Artwohl A. (2008a). We Look but We Do Not See. Part One of a Two-Part Series. The Tactic Edge, winter 2008, 64-66.

Artwohl A. (2008b). We Look but We Do Not See. Part Two of a Two-Part Series. The Tactic Edge, spring 2008, 70-72.

Beck U. (2003 [1986]). La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité. Paris : Champs Flammarion

Bensa A. (2006). La fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique. Toulouse : Anacharsis.

Bourdon E. (2011). La perception du rôle et les attitudes de cynisme et de désengagement chez le technicien ambulancier paramédic québécois dans le contexte des interventions non urgentes. Mémoire de maîtrise, Département d’administration de la santé, Université de Montréal.

Brisebois S. & Fournelle M. (2016). Analyse de la fumée et de l’incendie, Flash Formation.

Desmond M. (2007). On the Fireline: Living and Dying with Wildland Firefighters. Chicago: The University Press of Chicago.

Desmond, M. (2006a.) Des morts incompétents. Actes de la recherche en sciences sociales, 165 (5), 8-27.

Desmond, M. (2006b). Becoming a firefighter. Ethnography, 7 (4), 387-421.

Douesnard, J. (2012). Métier à risque. La santé psychologique des pompiers, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Dupuy J.-P. (2004). Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible devient certain. Paris : Éditions du Seuil.

Geertz C. (1996) (1988). Ici et là-bas. L’anthropologue comme auteur. Paris : Métailié.

Geertz C. (2002) (1986). « Du point de vue de l’indigène » : sur la nature de la compréhension anthropologique, Savoir local savoir global. Les lieux du savoir. Paris : Presses Universitaires de France.

Glaser B. G. (2007). Constructivist grounded theory? Historical Social Research, Supplement, 19, 93-105.

Glaser B. G. & Strauss, A. L. (2010). La découverte de la théorie ancrée. Stratégie pour la recherche qualitative. Paris : Armand Colin.

Goodwin C. (2000). Action and embodiment within situated human interaction. Journal of Pragmatics, 32, 1489-1522

Goodwin C. (1999). Vision. Journal of Linguistic Anthropology, 9 (12), 267-270.

Goodwin, C. (1995). Seeing in depth. Social Studies of Science, 25(2), 237-274.

Goodwin, C. (1994). Professional Vision. American Anthropologist, 96(3), 606-633.

Howes D & Marcoux J.-S. (2006). Introduction à la culture sensible, Anthropologie et sociétés, 30 (3), 7-17.

Howes D. (1990). Les techniques des sens. Anthropologie et sociétés, 14(2), 99-115.

Le Breton D. (2006). La saveur du monde. Une anthropologie des sens, Paris : Éditions Métaillé.

Luckerhoff J., & Guillemette F. (dir.) (2012). Méthodologie de la théorisation enracinée : Fondements, procédures et usages, Québec : Presses de l’Université du Québec.

Kramer T.H. & Buckhout R. (1991). Effects of Stress on Recall, Applied Cognitive Psychology, 5, 483-488.

Malinowski, B. (2001 [1922]). Les Argonautes du Pacifique occidental. Paris : Gallimard.

Manning, P.K. (1980). Violence and the Police Role, Annals of the American Academy of Political and Social Science, 45, 135-144.

Mauss, M. (2000) (1950). « Les techniques du corps » In Sociologie et anthropologie. Paris : Presses Universitaires de France

Mc Carl P. (1984). “You’ve come a long way. And now this is your retirement”, an analysis of performance in fire fighting culture, Journal of American Folklore, 97 (386), 393-422.

Mc Carl P. (1985). The district of Colombia fire fighters’ project: A case study in occupational folklife. Washington: Smithsonian Institution Press.

Olivier de Sardan J.-P. (2008). La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique. Louvain-la-Neuve : Academia Bruylant.

Pelaccia, T (2013). Comment les médecins urgentologues raisonnent-ils au regard des spécificités de leur cadre et leur mode d’exercice ? Thèse doctorale, Faculté de l’éducation, Université de Montréal, 174 pages.

Pierron J-P. (2016). L’urgence. Dans Guineret Hervé (éditeur) L’action. Délibérer, décider, accomplir. Paris : Ellipses Éditions Marketing S.A.

Pudal, R. (2016). Retour de flammes. Les pompiers, des héros fatigués ? Paris : Éditions La Découverte.

Pudal R. (2011). Du « Pioupiou » au « Vieux Sacre » ou comment en être : ethnographie d’une socialisation chez les pompiers. Politix, 24(93), 167-194.

Scott C. & Myers K. K. (2002). The Emotions of Socialization and Assimilation: Learning Emotion management at the Fire Station, Manuscript Submitted to the Organizational Communication Division of the National Communication Association.

Simpson P. et al. (2017). Popping nana back into bed. A qualitative exploration of paramedic decision making when caring for older people who have fallen. BMC Health Services Research 17, 299

St-Denis K. (2018). La mobilisation des savoirs lors de recherches ethnographiques. Illustrations à partir de terrains chez les pompiers et paramédics du Québec. Approches inductives, 5(1), 64-86.

St-Denis K. (2016). La prise de décision d’urgence chez les pompiers premiers répondants : une illustration de la pertinence d’une approche empirique en éthique professionnelle, BioéthiqueOnline, 5(33).

St-Denis K. (2015). Le portrait sociologique de la profession des pompiers du Québec. Une démarche inductive et mixte inspirée de la MTE. Approches inductives, 2(1), 156-175.

St-Denis K. (2013). Entre reconnaissance sociale et cohérence personnelle. Management des émotions chez les pompiers du Québec. Reflets, 19(2), 142-161.

St-Denis K. (2012). Usage de la force policière lors d’interventions d’urgence. Une théorisation enracinée dans les corps de police québécois. In J. Luckerhoff & F. Guillemette (dir), Méthodologie de la théorisation enracinée : fondements, usages et procédures (pp. 237-251). Québec : Presses de l’Université du Québec.

Sorell T. (2002). « Morality and emergency », Proceedings of the Aristotelian Society. 103, 21-37.

Tangherlini, T.R. (2000). Heroes and lies: Storytelling tactics among paramédics, Folklore, 111, 43-66.

Van Maanen J. et Shein E.H. (1979). Toward a Theory of Organizational Socialization, Research in Organizational Behavior, 1, 209-264.

Van Maanen, J. (1979). The Fact of Fiction in Organizational Ethnography. Administrative Science Quarterly, 24(4), 539-550.

Weick K.E. (1993). The Collapse of Sensemaking in Organizations: The Mann Gulch Disaster Administrative Science Quarterly, 38(4), 628-652.

Whatelet O. (2012). Apprendre à voir. Pour une ethnographie cognitive des perceptions, l’Homme, 201, 121-130.

Haut de page

Notes

1 Au Québec, les formations initiales des pompiers varient selon les types de services. Pour les services de sécurité incendie à temps partiel ou volontaire, desservant des municipalités de moins de 200 000 habitants, la formation initiale est offerte régionalement par l’École Nationale des pompiers du Québec. Cette formation Pompier 1 / Firefighter 1 est certifiée par les normes de la National Fire Protection Association NFPA. Il existe aussi un programme de formation technique de trois ans axé principalement sur le combat et la prévention incendie et incluant des cours de premiers secours médicaux. Les diplômés de ce programme sont principalement embauchés par les services de sécurité incendie à temps plein, des services qui desservent principalement des municipalités de plus de 200 000 habitants.

2 Au total, entre 2012 et 2019, 129 heures d’observation d’activités de formation ainsi que 47 entrevues individuelles et trois focus group ont été réalisés auprès de pompiers et paramédics en fonction. Il est à noter qu’en milieu incendie, des focus group ont été réalisés afin de respecter la structure du travail en équipe. Deux sondages (n total : 464) ont aussi complété nos données qualitatives. Ces collectes de données ont été réalisées sur l’entièreté du territoire québécois, avec des pompiers à temps plein et à temps partiel (volontaires). Des précisions méthodologiques sur ces travaux peuvent notamment être consultées dans St-Denis (2018).

3 Les pompiers premiers répondants et les paramédics ont les mêmes protocoles cliniques énoncés par le Ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Ces protocoles sont par contre regroupés par niveaux. L’intervenant doit limiter ses interventions aux niveaux pour lesquels il est formé, et pour lesquels il est autorisé par son service ou son agence.

4 Le programme de Soins préhospitaliers d’urgence avancés est une certification universitaire de deux ans offerte exclusivement par une Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Les diplômés forment des escouades d’intervenants spécialisés appelés en renfort lors d’interventions complexes.

5 Kardex est une marque commerciale de système de classement de documents : armoires, boites et cartables. Dans l’usage Kardex réfère aux informations connues et accumulées.

6 Nous proposons la traduction : « Nous avons regardé mais nous n’avons pas vu ».

7 Cet incendie de forêt est advenu au Montana le 5 août 1949.

8 Au Québec, les pompiers à temps plein font des gardes en caserne sur un horaire irrégulier de jour, de soir et de nuit. Cet horaire de travail de 86 heures est le « grand stretch » couvrant deux horaires de jour le vendredi et samedi, le 24 heures du dimanche et les horaires de nuit du lundi, mardi et mercredi. Les nuits en caserne, donc le sommeil, peuvent y être entrecoupés d’appels. Les pompiers sont donc 86 heures en garde et peuvent, en tout temps, être appelés.

9 Les affirmations des pompiers sont textuellement issues de mon journal de terrain. Le récit a été légèrement modifié afin d’en faciliter la narration.

10 Notons ici que les pompiers savaient que tous les résidents étaient évacués et qu’il n’y avait aucun blessé ni aucun décès. L’atmosphère aurait été tout autre en cas de victimes déclarées ou potentielles.

11 Les bouteilles d’air des appareils respiratoires des pompiers ont une durée limitée habituellement de 30 minutes. Les pompiers doivent donc sortir régulièrement des flammes pour changer leurs bouteilles d’air.

12 L’ouvrage technique Analyse de la fumée et de l’incendie (Brisebois et Fournelle, 2016) est à ce sujet un incontournable.

13 La partie faciale est une composante du « bunker », il s’agit d’un masque étanche qui permet aux pompiers de se protéger le visage et de respirer exclusivement l’air de l’appareil de protection respiratoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine St-Denis, « Voir l’urgence »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-3 | 2020, mis en ligne le 01 septembre 2020, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/rac/10451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.10451

Haut de page

Auteur

Karine St-Denis

Anthropologue et éthicienne, Chercheuse au Centre de recherche et d’innovation en sécurité civile, Centre RISC et Chercheuse associée au Centre intégré universitaire de santé et de services Sociaux CIUSSS-Nord-de-l’ile-de-Montréal, chargée de cours, École de service social de l’Université Laurentienne.

Adresse : Centre RISC, 5000, rue Clément-Lockquell, CA-Saint-Augustin-de-Desmaures, Québec, (Canada) G3A 1B3
Courriel : stdenisk[at]cndf.qc.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search