Navigation – Plan du site

Protéger des espaces naturels

Régimes pragmatiques de gestion et rapports au vivant
Protecting natural spaces. Pragmatic regimes of management and relationships to the living entities
Proteger los espacios naturales. Regímenes pragmáticos de gestión y relaciones a lo vivo
Fabien Milanovic

Résumés

En considérant les relations que les humains entretiennent avec la nature comme partie prenante des dynamiques des écosystèmes, les conceptions écologiques contemporaines pointent des enjeux inédits de protection de la nature. Il ne s’agit plus de protéger la nature à l’aide de sanctuaires mais de gérer la biodiversité en y intégrant les activités humaines. Ce texte propose d’interroger ces évolutions au niveau du travail d’administration, nécessairement situé, des parcs naturels protégés. Le cas étudié, une composante du Parc Naturel Régional de Camargue (France), présente l’intérêt de condenser une diversité de pratiques de gestion, suite à une démoustication opérée sur le site à partir de 2006. Les deux régimes pragmatiques de gestion mis en évidence illustrent la diversité des relations qu’il est possible d’instaurer avec la nature, selon les combinaisons réalisées entre perturbations anthropiques et naturelles et les appuis normatifs ou éthiques qui orientent les rapports des humains avec le vivant. La conclusion apprécie le travail de gestion environnementale au regard d’un défi majeur auquel il est confronté : celui de l’intégration des capacités génératrices de la nature à nos activités.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rappelons-en succinctement la teneur : pour les « préservationnistes », la nature est sauvage et (...)

1Dès son origine, l’idée d’espaces naturels à protéger a posé la question de la place qu’occuperaient dans de tels espaces les activités humaines. Ces dernières sont-elles à proscrire ou conciliables avec l’objectif de protection ? Aux États-Unis, dans la seconde moitié du 19e siècle, ce débat a opposé les « préservationnistes » aux « conservationnistes »1. En France, les premières mesures prises concernaient les « séries artistiques » de Fontainebleau (en 1861) afin de les protéger des coupes d’exploitation de la forêt. Mais il faut attendre 1906 pour que soit votée la première loi de protection des monuments naturels et des sites. Les débats de l’époque portent notamment sur le thème de la création de « parcs naturels », avec l’enjeu d’y assurer la protection de forêts et de paysages remarquables, tout en y prévoyant des activités dédiées au tourisme (Leynaud, 1985). La loi suivante, celle du 22 juillet 1960, porte la trace de ces « compromis » : y sont associés protection de la nature et développement économique.

2Si l’on suit l’argumentation de Raphael Larrère (2014), cette loi était « en avance sur son temps » puisque le paradigme écologique de référence des années 1950 aux années 1980, formalisé par les frères Odum (1953), orientait davantage vers une exclusion des activités humaines des espaces à protéger que vers leur inclusion. Effectivement, selon ce paradigme d’écologie écosystémique, la nature est composée d’écosystèmes autorégulés qui connaissent des états successifs dans leur développement, jusqu’à atteindre un état stable, lorsque leur « maturité » est atteinte. Dans cette perspective, les humains sont considérés hors nature et les activités humaines comme menaçant les équilibres écologiques.

  • 2 La notion de régime de perturbations renvoie à une combinaison de diverses perturbations (cycloni (...)

3Or cette conception, statique et dualiste, est devenue obsolète dans les travaux des écologues de ces trois dernières décennies. Au tournant des années 1990 se développe une autre conception écologique, faisant davantage cas de la dynamique des écosystèmes et intégrant les perturbations, d’origine humaine ou naturelle, comme facteurs de structuration des communautés biotiques (Pickett et White, 1985 ; Boose et al., 1994 ; Lepart, 1997). Nature et société co-évoluent au sein d’une histoire où elles sont donc solidaires : les activités humaines sont à intégrer dans le domaine de l’écologie, en tant qu’élément des régimes de perturbations à étudier2. Les humains sont conçus comme l’une des composantes de la nature, selon une conception solidariste et non dualiste, et leurs activités peuvent certes nuire à la diversité biologique, mais aussi lui bénéficier. C’est en cela que la loi de 1960 était « en avance » puisque ses fondements écologiques seront élaborés plus de vingt ans après.

4Ces évolutions ne sont pas sans poser question. Selon P. Blandin (2009, 2010), il y a ainsi un cheminement historique qui va d’un souci exprimé en termes de « protection de la nature » à la mise en place de dispositifs destinés au « pilotage de la biodiversité », où les enjeux de gestion (de la nature, des ressources naturelles, de la biodiversité) passent au premier plan. Quelles pratiques recouvre cette problématique gestionnaire ? Est-on en présence d’une nouvelle forme de domination de la nature exercée par des gestionnaires technocrates ou bien ces pratiques autorisent-elles le respect de la « nature sauvage » ? Le paradigme de l’écologie dynamique n’est-il que l’avatar d’un « éco-constructivisme » qui porte en lui-même un déni de nature, comme Frédéric Neyrat (2016) nous incite à le penser ? Qu’en est-il empiriquement ?

  • 3 Sur l’émergence de la biodiversité à la fois comme objet de connaissance et enjeu d’action, voir (...)

5La constitution de la biodiversité3 comme critère d’évaluation des actions de gestion des équipes chargées d’administrer des espaces protégés, d’une part, et la norme d’action qu’elle représente au sein d’une nouvelle conception de la conservation qui intègre perturbations naturelles et humaines pour rendre compte des dynamiques des écosystèmes, d’autre part, contribuent à redéfinir les enjeux actuels de gestion des dispositifs de protection de la nature (Larrère et Larrère, 2009, 2015). Comment se traduisent de tels changements sur le plan des relations à la nature instaurées dans les parcs naturels, ou, dit autrement, sur le plan des rapports au vivant que les parcs mettent en jeu ? Si de tels espaces visent à concilier les humains et leurs activités avec d’autres entités naturelles, comment les pratiques gestionnaires qui s’y déploient pondèrent-elles « dynamiques naturelles » et « interventionnisme humain » ?

6L’argument développé dans ce texte considère qu’il y a plusieurs manières de gérer des espaces naturels protégés. Cette pluralité provient du degré de protection que l’on souhaite mettre en place dans les espaces concernés. Il y a en effet toute une série d’options entre des pratiques gestionnaires consistant à laisser le plus de place possible aux dynamiques naturelles et celles plus propices aux interventions humaines, selon les objectifs assignés. Plus précisément, cet article vise à mettre en évidence que gérer la nature ne se réduit pas à la dominer, l’asservir, la dénier : il est possible d’instaurer des relations non antagoniques entre humains et nature au sein de pratiques dont l’objectif est de gérer la nature ou de piloter la biodiversité.

7En faisant un pas de côté au regard de réflexions plus ou moins spéculatives qui appréhendent les actions humaines en matière environnementale – en mettant en avant la toute-puissance des humains ou au contraire en soulignant la détermination de ces derniers par une nature indomptable –, il s’agit de s’intéresser aux pratiques de gestion de l’environnement. Accent mis sur le caractère situé de ces pratiques, focalisation sur le travail de gestion en œuvre, documentation empirique des actions concrètes en jeu et de leurs effets : cet article fait ainsi écho à de récentes recherches qui appréhendent l’environmental management comme travail et activités pratiques (Lippert et Krauze, 2015). La perspective engagée est pragmatique en ce sens qu’elle accorde un primat à l’« expérience », dans la lignée frayée par William James et systématisée récemment autour de « sept maximes pragmatistes » par Francis Chateauraynaud (2016).

8Pour rendre compte des pratiques gestionnaires d’espaces naturels protégés, j’aurai recours à la notion de « régime pragmatique de gestion ». L’exploration des régimes pragmatiques passe par un examen des différentes modalités de traitement des humains, mais aussi des choses (Thévenot, 1995, 2006). Étudier des régimes pragmatiques de gestion d’espaces naturels consiste à caractériser les manières dont l’environnement (qui comprend des entités biotiques et abiotiques) est pris en compte dans les opérations qui visent à administrer de tels espaces. Pour ce faire, le Domaine de La Palissade du Parc Naturel Régional de Camargue étudié ci-après présente l’intérêt d’avoir été successivement le lieu de pratiques de gestion contrastées en considérant non seulement la nature des combinaisons entre perturbations anthropiques et non anthropiques, mais également les modalités de prise en compte de la biodiversité par les gestionnaires et les appuis normatifs mis en jeu.

9L’étude de ce cas permet d’identifier et de caractériser deux régimes de gestion du Domaine, le passage de l’un à l’autre ayant été provoqué par la démoustication entreprise à partir de 2006 sur le site et prolongée depuis.

10En tant qu’espace protégé doté d’une forte « naturalité » – puisqu’on y laisse libre cours à de fortes dynamiques de changement (milieu de dunes, sable, zones inondées, etc.) –, le Domaine de La Palissade informe sur ce que veut dire gérer un tel espace en étant sensible à sa naturalité de fonctionnement ; de plus, y a lieu depuis 2006 une démoustication expérimentale qui a eu pour effet d’infléchir le rapport à la nature en œuvre jusqu’alors, avec des conséquences importantes en termes d’actions de gestion.

  • 4 Cette enquête a été menée dans le cadre plus global d’une recherche financée par la Fondation pou (...)

11Je documenterai empiriquement cette diversité des pratiques de gestion en les ramenant au rapport à la nature dans lequel elles s’inscrivent. L’étude empirique du cas du Domaine de La Palissade a été menée entre juin 2011 et mars 2012. Elle est composée d’entretiens (semi-directifs, de 30 à 150 minutes, entièrement retranscrits et analysés) menés sur le site avec la plupart des membres de l’équipe de gestion (N = 7), et d’observations situées (équivalant à trois jours d’observation) : observation du séminaire d’une journée de restitution des suivis scientifiques sur 5 ans du dispositif expérimental de novembre 2011, accompagnement sur le site de membres de l’équipe de gestion du Domaine dans le cadre de leurs activités (suivis scientifiques, gestion de l’eau, accueil du public) et participation à deux réunions du Syndicat Mixte de Gestion du Domaine de La Palissade (SMGDLP) en 2012. À cela s’ajoute le recueil de nombreux documents relatifs au domaine (rapports d’activité annuels, compte rendu de réunions du SMGDLP, plans de gestion), au PNR (charte du Parc, rapports d’activités) et au dispositif de démoustication (rapports des suivis scientifiques, publications qui en sont issues, articles sur Bti)4.

12La première partie de l’article traite du régime de gestion du Domaine de La Palissade du PNR de Camargue efficient jusqu’à la mise en œuvre de la démoustication, qui introduit un avant et un après dans les modalités de gestion de l’espace naturel. La partie suivante, après avoir exposé ce dispositif de démoustication sur le site, consiste à spécifier le second régime qui en est issu. Enfin, la conclusion porte sur les rapports au vivant et le renouveau des enjeux politiques de gestion de la nature.

Un régime de gestion fondé sur une naturalité de fonctionnement

  • 5 La convention de Ramsar a pour mission « La conservation et l’utilisation rationnelle des zones h (...)

13À l’échelle internationale, le Domaine de La Palissade appartient à l’une des zones humides les plus prestigieuses et biologiquement les plus riches d’Europe, la Camargue. La renommée internationale de cette dernière lui a d’ailleurs valu d’être le premier site français désigné au titre de la Convention de Ramsar lors de sa ratification par la France en 19865. L’embouchure du Grand Rhône est située à l’extérieur des protections contre la mer et n’est que partiellement protégée contre les crues du Rhône. Le domaine (délimité en jaune sur la carte) est l’une des toutes dernières zones du delta situées à l’extérieur des digues de protection (il est donc exposé aux inondations). L’influence du Rhône et de la mer sur ce secteur, qui échappe en partie au contrôle de l’humain (en particulier lors d’événements exceptionnels), lui valent d’avoir un fonctionnement hydraulique sans équivalent en Camargue. Le site est ainsi le lieu d’expression d’une dynamique très forte et rapide de changement, qui rend impertinent l’enjeu d’y maintenir un équilibre. Le domaine s’inscrit en effet dans le contexte plus large de l’embouchure du Grand Rhône qui comprend un linéaire de 5 km de plages, de dunes et d’arrière-plages n’ayant encore subi aucun aménagement lourd, ce qui est de plus en plus rare sur le littoral méditerranéen français. Le Domaine de la Palissade est en superficie le site protégé situé hors des grandes digues le plus important de Camargue (700 ha). Il n’a connu aucune exploitation agricole, si ce n’est l’élevage de chevaux et de taureaux. Les précédents propriétaires ont réalisé peu d’aménagements : les habitats et les paysages du site sont aujourd’hui peu fragmentés. Au contraire du reste du delta, le domaine ne subit pas de contraintes directes de fonctionnement hydraulique liées à des impératifs économiques (riziculture, saliculture). Le fonctionnement du site (hydrologie, géomorphologie) présente un « caractère naturel » unique en Camargue.

Carte 1. Situation géographique du Domaine de La Palissade

Carte 1. Situation géographique du Domaine de La Palissade
  • 6 La notion de « naturalité » était ancrée au sein du paradigme d’écologie écosystémique précédant (...)
  • 7 Dans cette expression, la notion de régime est à entendre comme la manière dont un phénomène se p (...)

14Si le Domaine de La Palissade ne peut pas être qualifié de « haut lieu de naturalité », puisque dans de tels espaces l’écosystème est laissé en libre évolution, comme dans les réserves biologiques intégrales en France, il renvoie plus sûrement à une « naturalité de fonctionnement » qui, selon J. Blondel (2008), est présente dans le « paradis perdu comme dans le jardin cultivé » et est garante de « stabilité et de résilience ». Gérer un espace naturel protégé en s’appuyant sur une naturalité de fonctionnement consiste à se donner comme objectif d’« accompagner la dynamique naturelle » par une intervention minimaliste, en raisonnant « un régime de perturbations anthropiques qui s’approche d’un régime de perturbations naturelles » (Fuhr et Brun, 2010). C’est ainsi que fut gérée La Palissade (1er régime de gestion) jusqu’en 2006 : les pratiques de gestion du domaine réfèrent, dans le Plan de Gestion et chez les gestionnaires qui œuvrent sur le terrain, à la notion de « naturalité », dans son acception la plus récente6 : le domaine n’est pas appréhendé comme un sanctuaire, d’où toute forme d’interventionnisme serait discréditée, mais comme un espace où les enjeux de gestion consistent à copiloter et articuler nature et société en veillant à intégrer les propriétés dynamiques de résilience et d’autonomie de fonctionnement du milieu. Gérer avec un souci de « naturalité de fonctionnement » consiste à aligner le régime des perturbations anthropiques sur celui des perturbations naturelles7 : cet alignement sera explicité dans un premier temps, et décliné autour d’actions de gestion dans un second temps.

Une gestion protectrice peu interventionniste

15Les pratiques de gestion du domaine s’appuient sur la prise en compte et le maintien de la naturalité du site, où l’inondabilité joue un rôle central, comme le précise son directeur :

Nous, on est sur une revendication de naturalité, parce que, depuis l’endiguement, fonctionnement hydraulique sur lequel l’Homme a la mainmise, nous on a dit : voilà, dans le Domaine de La Palissade, la route c’est la digue et […] s’il y a bien un endroit où on peut laisser les choses fonctionner c’est là, il ne reste rien sur la chaîne de la Camargue, il reste ces deux tiers à droite et à gauche, à l’embouchure du Rhône, qui fonctionnent spontanément. […] Après, s’il n’y avait qu’une chose à conserver, c’est la possibilité au Rhône de déborder. (J.-C. Briffaud, directeur du DLP)

16Avec ces inondations non contrôlées, on comprend mieux que le Domaine de La Palissade est un site soumis naturellement à une dynamique très forte et rapide de changement qui s’avère d’emblée incongrue avec l’idée de maintien d’un équilibre. Les gestionnaires du site sont bien plutôt confrontés au défi d’entretenir et de rendre viable une telle dynamique. Cependant, la naturalité dont il s’agit est ancrée dans le nouveau paradigme écologique abordé précédemment, où les perturbations liées aux activités humaines font partie des dynamiques écosystémiques :

Tu interviens déjà en tant que vivant. Mais à part de se prendre pour Dieu et intervenir, tu n’as pas à intervenir. Sauf quand on revient à la question de tout à l’heure. Par ailleurs, il y a eu des interventions qui ont eu des impacts, qu’on peut qualifier de négatifs, et on essaie de les compenser. L’environnement s’adapte en fonction […], tout le monde interagit avec son environnement, donc on interagit avec l’environnement, la nature n’est rien d’autre que ça, une somme d’interactions, donc au moins on essaie de le faire en le faisant de façon respectable par rapport aux autres espèces, en espérant que l’on ne se trompe pas trop. (J.-C. Briffaud, directeur)

17L’orientation globale des pratiques de gestion du domaine consiste donc à favoriser le plus possible les « dynamiques naturelles », ce qui n’exclut pas un interventionnisme humain à des fins de protection :

Si on a des interventions ici depuis 30 ans, c’est plutôt pour contrôler, pallier, lutter contre des invasions ou des menaces de pollution. Une année, je me souviens, il y avait une pollution dans le Rhône parce qu’il y avait eu un déversement, un rejet industriel. On a essayé d’étanchéifier nos marais, pour que la pollution n’arrive pas […]. Donc, c’est plus de la défense que de l’offense, si on peut appeler ça comme ça. Plus du protectionnisme, on va dire. (L. Catala-Malkas, équipe de gestion du DLP, accueil du public et information des visiteurs, responsable de l’éducation à l’environnement)

18On voit bien ici en quoi le régime de gestion en œuvre s’appuie sur une naturalité de fonctionnement : limiter les perturbations anthropiques et faire en sorte qu’elles restent au plus proche des perturbations naturelles. Comment cela se traduit-il concrètement au niveau des actions effectuées par l’équipe ? Avec quelles difficultés ? Quels sont les registres d’action qui composent cette gestion ?

Gérer l’eau dans le domaine

19La gestion de l’eau est complexe sur le domaine et a des conséquences directes sur la faune et la flore, ainsi que sur le fonctionnement des écosystèmes concernés, sachant que s’y mélangent l’eau douce du Rhône et l’eau de mer. Le fonctionnement hydraulique courant du domaine est lié aux facteurs naturels (crue du Rhône, avancée de l’eau de mer) et à l’action humaine : un ensemble de « canaux », des roubines, traversent le domaine et permettent de contrôler l’entrée d’eau par un jeu de « martelières », sorte de vannes constituées d’un panneau vertical en bois ou métal, réglable en hauteur. Ce qui permet la distribution de l’eau (selon l’ouverture ou la fermeture des martelières) amenée par la roubine (sans pompage, uniquement par gravitation).

20Avant la démoustication initiée en 2006, les préconisations indiquées dans le Plan de Gestion constituaient les repères suivis par le technicien chargé de la gestion de l’eau sur le domaine, Emmanuel Vialet :

Je suivais le Plan de Gestion ! Cela fait quand même, c’est le 3e, cela fait une paire d’années que l’on a une politique sur l’eau. On ne fait pas ce que l’on veut, c’est gravitaire, mais on s’y tient pas mal. Avec l’ancien Plan de Gestion, avant démoustication, on laissait ouvert comme là, tout est ouvert, tout ce qu’on a passé, tout ce qu’on a vu, les martelières toutes les roubines toute l’eau ; les 4-5 hectares d’eau, tout communique, plus ou moins en ce moment avec le Rhône. On a tout ouvert. C’est tout ouvert. Et avant, cette ouverture, on la laissait jusqu’à fin mars. (E. Vialet, équipe de gestion du domaine, gestion du suivi des habitats et des espèces, plus particulièrement affecté à la gestion hydraulique)

21La naturalité de fonctionnement consiste à laisser ouvert et permettre les jeux spontanés d’entrée et de sortie d’eau. C’est bien là la référence, mais qui doit être ajustée pour plusieurs raisons.

22Tout d’abord parce qu’il s’agit d’un espace protégé, ce qui suppose d’engager des actions destinées à assurer cette protection. On a vu le système des roubines et martelières qui permet de contenir les entrées et sorties d’eau. Ces infrastructures, mais également les chemins tracés pour les visiteurs, les panneaux de signalisation, l’observatoire des oiseaux (en bois), et quelques autres constructions (abris de pêcheurs et chasseurs) : tout ceci relève de la responsabilité du directeur qui pourrait être engagée en cas d’inondation dont pourraient résulter des dégâts matériels. Mais à cette intervention à visée protectrice des équipements doivent aussi être ajoutées les interventions protectionnistes à l’égard des espèces vivantes et des écosystèmes du site : ne pas agir sur l’entrée de l’eau peut aller à l’encontre de la biodiversité.

Ces modes de fonctionnement, de circulation de l’eau : par exemple en ce moment, on nous interpelle sur les espèces envahissantes, c’est-à-dire qu’en favorisant par exemple les circulations d’eau spontanées, qui sont censées être garantes d’une naturalité, on favorise les colonisations par espèces envahissantes […]. Imaginons que les espèces envahissantes soient un vrai souci, qu’il y ait une vraie perte de biodiversité, parce que ça aussi c’est à discuter : tu ne fais que faire le lit d’un déséquilibre qu’on aurait créé. Alors est-ce que le prix de la naturalité est la disparition de certaines espèces parce qu’il y a des espèces envahissantes ? (J.-C. Briffaud, directeur)

23Dans ce régime de gestion, intervenir par une gestion active de l’eau (en laissant entrer plus ou moins d’eau) permet de protéger les milieux du domaine et les espèces qu’ils abritent, alors que ne pas intervenir peut engendrer une perte de biodiversité. Le lien entre gestion de l’eau, dynamique des écosystèmes et évolution des espèces est ici très apparent : les modalités de gestion de l’eau ont des impacts sur les espèces présentes sur le site – notamment au regard du degré de salinité de l’eau (et de la présence d’eau douce en plus de l’eau saumâtre) – et sur la dynamique des écosystèmes (par exemple, assèchement, inondation). Tout en restant proche d’un régime de perturbations naturelles, la gestion de l’eau consiste à protéger les milieux en privilégiant certaines espèces au regard d’un état souhaité (qui peut faire l’objet de négociations).

La gestion des habitats

  • 8 Sur les questions relatives à la préservation de dynamiques naturelles excluant, ou non, l’interv (...)

24« Protéger » est un acte qui recèle de l’ambiguïté car il peut aller à l’encontre de dynamiques naturelles8. Or, lorsque l’on sait que ces dynamiques sont particulièrement présentes et productrices d’effets sur le Domaine de La Palissade, on comprend que la tension entre « protéger » et « laisser évoluer » soit exacerbée, et que finalement le terme de « protection » soit relativement incongru car renvoyant à une appréhension fixiste ou figée de la nature.

Est-ce qu’on a des visions de la nature qui font que… il y a toujours un côté réactionnaire dans la protection de la nature. “Conserver” : le mot conservation est terrible parce que la nature est fondamentalement dynamique. Un terrain comme La Palissade, c’est vraiment un terrain avec une grande dynamique, une grande évolution, et il y a ce côté de protection de la nature qui veut qu’on soit toujours sur quelque chose de protégé. Ce n’est pas bon. (J.-C. Briffaud, directeur)

25Certes, situer son action dans le cadre de « problématiques de naturalité dynamique », comme le fait le directeur, peut permettre d’intégrer le changement, par exemple, de l’absorber. Mais l’acceptation de certains changements peut entraîner la perte d’entités par ailleurs valorisées, voire patrimonialisées. C’est le cas avec les « montilles » (dunes intérieures fixées), habitat patrimonialisé mais néanmoins appelé à disparaître suite aux perturbations naturelles. Chercher à les conserver peut ainsi aller à l’encontre de dynamiques naturelles.

Pour les montilles, les dunes fossiles : c’est encore un autre phénomène, l’écosystème montille est très rare, maintenant, en Camargue ; rare parce que probablement transformé, beaucoup transformé par l’Homme. Probablement que tous les endroits où il y avait des vestiges de dunes fossiles, il y a une grande partie qui a été détruite par l’Homme pour faire des cultures ou je ne sais quoi, mais de toute façon toutes celles qui restent aujourd’hui et qui sont encore en état, étant donné que ce sont des fossiles, et des fossiles malléables, puisque quand il pleut cela ne fait que s’amenuiser, cela tend à disparaître. C’est l’évolution naturelle d’une montille dès lors qu’elle n’est plus alimentée par du sable, ce n’est pas une dune vive, elle n’est érodée que par le vent, donc automatiquement il y a une érosion lente qui existe. (L. Catala-Malkas, responsable éducation)

  • 9 Aller à leur encontre, dans ce cas, signifierait de protéger les montilles de l’érosion due à la (...)

26Les savoirs en jeu consistent à protéger les écosystèmes patrimonialisés sans aller à l’encontre des perturbations naturelles9. Ce qui peut constituer un objet d’étude en tant que tel : documenter ce que font les perturbations naturelles aux écosystèmes.

Et si dans 50 ans on n’a plus de montilles et qu’on n’a plus que des jonchées, on pourra peut-être l’expliquer, si on a compris. D’où l’importance de suivre, de mesurer, d’étudier ces phénomènes. On pourra expliquer pourquoi c’est devenu comme ça et l’évolution, mais de là à le garder en conserve, à quel prix et pour qui et pourquoi ? Et aux détriments aussi de qui, quelque part… (L. Catala-Malkas, responsable éducation)

27L’appréhension fixiste d’entités naturelles et la cible de ce qui est à protéger sont problématiques dans ce régime de gestion, en ce qu’elles sont susceptibles d’éloigner d’une naturalité de fonctionnement et d’avoir des conséquences négatives sur d’autres aspects de ce que recouvrent les actions de protection. Cela dit, cette tension informe des caractéristiques de ce régime : aligner les actions de gestion en préservant les perturbations naturelles (intervention minimaliste) tout en privilégiant le maintien d’un état de biodiversité jugé souhaitable.

Gestion des espèces

28Le souci d’une gestion minimaliste est confronté à une difficulté : en se donnant comme objectif de préserver la richesse biologique sur le site, la lutte contre les espèces envahissantes peut s’avérer souhaitable, voire nécessaire. À défaut d’éradiquer, l’enjeu de gestion devient alors celui de contenir ces espèces envahissantes, ce qui appelle une attention particulière, un autre type de prise sur le milieu, d’autres savoirs.

Nous, on a une transformation majeure des milieux, on a un impact majeur sur le milieu : c’est le baccaris [Baccharis L., Baccharis pedunculata], qui est une espèce qui, en quelques années, est capable de transformer un type d’habitat en un autre. Maintenant tu ne peux pas lutter contre. […] Donc tu vas essayer de mettre en place des stratégies de gestion qui te permettent de contenir le phénomène, qu’il reste compatible. On sait qu’ici les sansouires sont des milieux qui sont assez considérés comme à protéger parce qu’il n’y en a pas beaucoup, parce que ceci cela, parce qu’ils sont spécifiques à un certain type de milieux, toi tu te dis “bon on va essayer de conserver ce milieu-là, parce que, à la limite, il a été classé Natura 2000 et que mon travail cela fait partie de conserver ce milieu parce que le classement est dû à ce milieu”. Tu n’es pas sûr d’y arriver […], nous on s’est rendu compte que les stratégies qui consistaient à être en veille et à regarder chaque année ce qui se passait au niveau des espèces envahissantes quand elles arrivent, est beaucoup plus efficace que d’intervenir a posteriori. (J.-C. Briffaud, directeur)

  • 10 Sur ces aspects, voir Lévêque et al. (2012), ainsi que Fall et Matthey (2011) au sujet de l’attri (...)

29L’attitude qu’engendre ce positionnement, l’état de veille, n’est pas des plus confortables car prendre la décision d’éradiquer suppose une capacité à discriminer une bonne plante d’une plante invasive10, ce qui n’a rien d’évident, comme l’exprime ici Claire Tetrel, en charge des suivis scientifiques sur le site :

Maintenant il y a aussi la peur, parce qu’à chaque fois on te dit que les plantes invasives, il faut les prendre dès le début, parce qu’après ce n’est plus possible. […] Du coup tu te dis “une nouvelle plante, qu’est-ce que je fais ?” Qu’elle soit invasive ou pas, est-ce qu’il faut agir tout de suite ? Est-ce qu’il faut l’enlever ou est-ce qu’elle ne posera pas de problème ? Du coup il y en a plein qui ont peur et essaient d’agir le plus vite possible pour éviter d’avoir ce cas-là. Alors c’est une minorité, il y a très peu de plantes, mais quand elles sont là, c’est difficile d’appréhender. (C. Tetrel, équipe gestion du domaine, chargée des suivis scientifiques).

  • 11 L’éthique écocentrique, telle qu’a pu la formuler A. Leopold (1995), s’inscrit en faux contre la (...)

30Si laisser libre cours aux dynamiques naturelles en œuvre et intervenir pour contrôler le développement d’espèces envahissantes suscite de l’appréhension, de la peur, c’est que l’éthique environnementale portée par les personnes concernées est une « éthique écocentrique », soucieuse du bien-être de la communauté biotique11, qui incarne un rapport à la nature caractéristique de ce régime de gestion.

Encadrer les activités humaines

31Les activités humaines ne sont pas exclues du site, mais les modalités de leur encadrement renseignent sur le type de gestion du domaine.

Les activités humaines… et pourquoi pas ? Et pourquoi pas ? Pendant longtemps, je n’étais pas très pour parce que je me disais que dès que l’on commence à accueillir des activités humaines on ne sait pas où s’arrêter, dans la demande et dans l’acceptation. En même temps, c’est vrai que si je veux mettre l’Homme et qu’il trouve une place sur cette planète, il faut quand même que j’accepte que l’Homme impacte le milieu. Et ça je l’accepte absolument, je pense. Donc après, l’idée, c’est de bien définir les critères d’acceptation, jusqu’où on accepte que l’Homme impacte ? Je pense que, pour l’instant, étant donné que l’on a des activités très peu impactantes finalement, comme l’élevage et l’apiculture, c’est les deux réelles… et l’accueil du public bien sûr, on a réussi pour l’instant je dirai à accueillir des activités qui ne demandent pas de modifications énormes sur le site et qui n’altèrent pas non plus l’équilibre écologique du site. (L. Catala-Malkas, responsable éducation)

  • 12 Bien que de récentes recherches pointent les impacts que peuvent avoir certaines pratiques apicol (...)
  • 13 À titre d’exemple : « Les pratiques de pâturage définies ont pour objectif une exploitation durab (...)

32Au moment de l’enquête, en 2012, la pêche était en suspens (auparavant autorisée mais alors interrompue), la chasse interdite, et l’apiculture l’œuvre d’une seule personne, qui disposait d’une vingtaine de ruches, activité très peu impactante au demeurant12. Seules les deux autres activités organisées sur place, l’accueil du public et les balades équestres, génèrent une fréquentation du lieu. Ces activités sont réglementées (périodes, horaires, nombre de chevaux autorisés et modalités de pâturage) et intégrées à une gestion écocentrée du site au sens où les autres espèces vivantes et présentes sur le domaine ainsi que les écosystèmes locaux sont pris en compte très scrupuleusement dans le plan de gestion et dans les pratiques de gestion quotidiennes13.

33Administrer le Domaine de La Palissade avec le souci d’y préserver une naturalité de fonctionnement consiste à intégrer les activités anthropiques avec le souci de minimiser les perturbations que celles-ci engendrent afin de rester au plus près du régime de perturbations non anthropiques. De là découlent les principales caractéristiques du régime de gestion en œuvre : un interventionnisme minimal, une gestion de l’eau orientée par le souci de protéger les équipements, les milieux et les espèces du site, la recherche d’une optimisation de la biodiversité aux niveaux des habitats, le recours à une éthique écocentrique comme point d’appui normatif pour gérer les espèces, un strict encadrement des activités humaines autorisées sur le site et conditionnées à de faibles impacts sur l’écosystème.

34C’est ainsi que fut géré le Domaine jusqu’à ce que le régime des perturbations anthropiques s’éloigne de celui des perturbations naturelles avec la mise en œuvre du dispositif de démoustication. Après avoir présenté ce dernier, nous repasserons en revue les pratiques gestionnaires en soulignant leur inflexion suite aux conséquences du dispositif.

Un second régime de gestion : aligner les pratiques par rapport à la démoustication

L’épisode de la démoustication

  • 14 L’EID Méditerranée a été créée en 1958 par les Conseils généraux des départements de l’Hérault, d (...)

35En 1965, lors des premières démoustications du littoral méditerranéen, la Camargue est préservée. La reconnaissance de sa valeur en tant que zone humide lui permet d’être épargnée par les campagnes publiques de démoustication réalisées par l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication (EID)14, campagnes fondées sur l’utilisation d’insecticides chimiques. Et ce en dépit de pressions exercées par des acteurs ayant intérêt à développer l’urbanisation et le tourisme dans l’espace camarguais (Picon, 1978).

  • 15 Voici comment est justifiée cette démoustication dans la Charte du PNR : « Dans le cadre de la co (...)

36Quelques décennies plus tard, le rapport de force n’est plus le même : dans sa Charte 1998-2010, le PNR de Camargue envisage la démoustication sous certaines conditions. En 2005, après une prolifération exceptionnelle de moustiques (occasionnant une gêne tout aussi exceptionnelle), le PNR de Camargue approuve le principe d’une démoustication expérimentale. Notons ce point d’importance : il s’agit non pas d’une démoustication « sanitaire » mais « de confort », au sens où des enjeux de santé publique y sont absents15. Une convention spécifique entre l’EID et les collectivités est signée, en 2006, pour une première démoustication publique en Camargue, pour une durée de 5 ans. Cette décision et la controverse qui s’ensuit ayant déjà été analysées par ailleurs (Claeys-Meckdade et Nicolas, 2009 ; Claeys et Serandour, 2009 ; Guillet et Mermet, 2013), les lignes suivantes se focalisent sur le mode opératoire emprunté par l’EID pour démoustiquer avant d’en apprécier les conséquences sur le mode de gestion du site de La Palissade.

  • 16 Expérimental car associé à un suivi scientifique dont les résultats sont destinés à être pris en (...)

37Le produit utilisé pour démoustiquer est le Bacillus thuringiensis var. israelensis, biocide communément appelé Bti, dont l’usage « expérimental » est associé à un suivi scientifique16 sur le site de Camargue. Épandu à 75 % par avion, le reste par voie terrestre (à voiture et à pied), le Bti cible les larves de moustiques issus d’œufs qui éclosent lors de chaque mise en eau (précipitations, coups de mer, submersions artificielles). Ce biocide est l’agent microbial le plus utilisé dans le monde pour contrôler les populations de moustiques et de mouches noires (Lacey, 2007 ; Rowe et al., 2008).

  • 17 Bien que ces aspects de non-toxicité et de sélectivité, auxquels s’ajoutent ceux de biodégradabil (...)
  • 18 Insectes piqueurs comme les moustiques.
  • 19 Poulin B., Lefebvre G., Duborper E. & Paz L., « Résultats du suivi de l’impact potentiel des trai (...)

Q : Quels étaient les objectifs des suivis scientifiques mis en place ? R : Compte tenu du caractère peu toxique et relativement sélectif du Bti17, les suivis scientifiques proposés visent essentiellement à détecter un éventuel impact via le réseau trophique en étudiant l’abondance des organismes non-cibles prédateurs de Nématocère18. Les organismes retenus sont les macro-invertébrés (insectes, araignées et gastéropodes), associés à la végétation des roselières qui servent de nourriture aux passereaux paludicoles, et les hirondelles des fenêtres qui nichent et s’alimentent d’insectes à la volée dans les mas et hameaux de Camargue19.

  • 20 Cf. l’« Avis du Conseil Scientifique du Patrimoine naturel et de la Biodiversité (CSPNB) sur l’em (...)

38À l’issue du séminaire de restitution des suivis effectués au terme des cinq années du dispositif expérimental (2006-2011), la décision de poursuivre la démoustication expérimentale est entérinée, malgré des conséquences négatives mises en évidence sur la biodiversité du Parc20. Agissant sous l’autorité du Syndicat Mixte de Gestion du Domaine de La Palissade, qui a validé la poursuite du dispositif, l’équipe de gestion du domaine se doit de poursuivre les orientations de gestion infléchies par la première décision de démoustication de 2006. Quelles sont-elles ?

39Le Domaine de La Palissade est l’une des cibles choisies par l’EID pour ses actions de démoustication depuis leur initiation en 2006. Or les opérations concernées interfèrent directement avec les modalités de gestion du site et engendrent une déstabilisation des savoirs de gestion jusqu’alors en vigueur dans cet Espace Naturel Protégé. Avec pour conséquence l’instauration d’un second régime que nous allons maintenant détailler.

40Sachant que les larves de moustique se développent dans l’eau, le dispositif de démoustication a des effets sur la gestion de l’eau dans la mesure où il oriente vers une gestion défavorable à l’éclosion des larves et non plus vers une gestion favorable à la biocénose (c’est-à-dire aux êtres vivants sur le site), éloignant d’autant d’une naturalité de fonctionnement.

  • 21 Tetrel C. et al., Bilan des 5 années de suivi sur le dérangement mis en place sur le Domaine de L (...)

La gestion hydraulique est modelée par les besoins de démoustication : moins de mouvements des eaux pour moins de production de moustiques. Mais ceci induit aussi moins de production biologique en général et plus d’eutrophisation. Cette gestion n’est pas non plus inadéquate mais s’éloigne des conditions naturelles du Domaine de La Palissade. En effet étant situé à l’embouchure du Grand Rhône et dernier territoire non endigué de Camargue, ce sont les constants mouvements d’eau et crues qui ont modelé cette mosaïque de paysages et ces particularités21.

41Ce n’est donc plus au regard d’une naturalité de fonctionnement que sont gérés les mouvements d’eau dans le Domaine de La Palissade, mais en fonction des conséquences relatives à la prolifération de larves. Un tout autre principe d’alignement des pratiques de gestion du Domaine a ainsi été instauré. Ce principe, combiné aux opérations de démoustication elles-mêmes (épandage du Bti par avion), modifie radicalement les modalités de gestion. Les lignes suivantes s’attachent à décliner plus précisément différents aspects de ce second régime de gestion.

Gestion de l’eau : éviter les traitements de démoustication

42Les opérations concrètes de gestion hydraulique ne sont plus effectuées avec le souci de l’alignement des perturbations humaines sur les perturbations naturelles, ni celui de protéger avant tout milieux et espèces, mais visent à ne pas favoriser les éclosions et éviter de déclencher un surplus de traitements de démoustication. Le directeur l’exprime ainsi :

Si je fais ça, je ne suis pas sur le schéma de pluie et crue en automne et sec au printemps. Mais là pareil, une fois que tu as la démoustication et que tu sais que la mise en eau est un facteur de déclenchement des traitements, tu vas essayer d’impacter le moins possible le milieu, donc tu vas en tenir compte dans ta gestion. (J.-C. Briffaud, directeur)

43Pour E. Vialet (chargé de la gestion hydraulique), cette réorientation conduit à une modification des manières de gérer l’eau (avec le jeu d’ouverture et fermeture des martelières qui entravent ou laissent circuler l’eau transportée par les roubines), puisque l’objectif consiste dorénavant à éviter la production de moustiques :

Et du coup pour bien limiter leurs interventions avec les produits, la politique de gestion… alors je l’ai fait un peu au début comme ça, à ma façon, mais on est vite tous tombés d’accord dessus : on a arrêté de laisser circuler l’eau, on serre l’eau. On fait rentrer un bon coup d’eau, ce qui va arriver maintenant, tout noyer pour le printemps, on va prendre 5 avions sur la tête, mais après tout l’intérieur est gérable, on ne fait plus de débordements. On laisse l’eau qu’il y avait, on laissera peut-être l’eau sortir. Je la ferai re-rentrer en été pour entretenir les plans d’eau que j’appelle libres, les rangs d’eau où il y a toujours de l’eau, les rangs d’eau libre, mais éviter les débordements. Si on ne ferme pas pendant la nuit, hop cela déborde, le lendemain on a l’EID, on a les avions. […] Mais voilà, c’est possible de pratiquer une gestion qui limite la production de moustiques. […] Où il y a des ouvrages on empêche l’eau de circuler. (E. Vialet, en charge du suivi des habitats et des espèces, plus particulièrement affecté à la gestion hydraulique)

44Le régime de gestion du domaine précédemment mis en évidence n’est donc plus de mise. La prise en compte des contraintes liées à la démoustication oblige à l’adoption d’autres pratiques, fondées sur les intérêts humains : les pratiques de gestion de l’eau doivent s’aligner sur ces contraintes et ne visent plus prioritairement la protection des espèces et des milieux, comme dans le régime précédent.

Impacts des pratiques de démoustication sur la gestion des habitats et des espèces

  • 22 Cf. le « Document de positionnement de la Tour du Valat » daté de février 2012 et intitulé « Comm (...)

45Deux conséquences notables sur la faune et la flore ont été relevées dans le cadre des suivis scientifiques effectués par la Tour du Valat22. La première est systémique : les impacts directs du Bti sur la faune non-cible concernent principalement les chironomes (famille d’insectes comprenant les mouches et les moustiques) dont l’écologie est proche de celle des moustiques. Ces diptères non piqueurs représentent un maillon essentiel du réseau trophique (chaîne alimentaire). Pendant leur stade larvaire aquatique, ils servent de ressource alimentaire à de nombreux organismes prédateurs (larves de libellules, amphibiens, poissons, canards, limicoles, flamants). Au stade adulte (qui est aérien), ils sont également consommés par de nombreux organismes terrestres comme les araignées, les libellules, les passereaux et les chauves-souris, ces deux derniers groupes exploitant particulièrement pour leur alimentation des essaims formés par les mâles. À l’eutrophisation de l’eau précédemment relevée s’ajoutent de moindres ressources alimentaires liées à l’emploi du Bti. La gestion de l’eau et les impacts du Bti ne permettent donc plus de protéger les milieux et les espèces, comme dans le premier régime, mais visent à contenir le développement de larves.

46La seconde conséquence a été mise en évidence par le « suivi sur le dérangement » occasionné par les pratiques de démoustication sur le site de La Palissade, étude réalisée dans le cadre des suivis scientifiques associés au dispositif expérimental (cf. précédente section). Les opérations de démoustication de l’EID procèdent par épandage par avion et intervention au sol. Dans l’étude (menée de 2006 à 2011) était posée la question de la compatibilité de celles-ci avec les oiseaux présents sur le site, d’une part, et avec les autres activités humaines qui y sont organisées, d’autre part. Le rapport final de ce suivi constate que :

  • 23 Tetrel C. et al., op. cit., p. 37.

Le premier effet de la démoustication est lié au dérangement direct. La fréquentation accrue des agents de l’EID par voies terrestre et aérienne bouleverse nombre d’oiseaux d’eau dans leurs activités. Dans la plupart des cas, le dérangement les contraint à s’envoler23.

47Or des compromis semblent difficiles à envisager tant c’est le mode opératoire même de l’IED qui pose problème :

  • 24 Ibid., p. 40.

La problématique avec l’EID est que la circulation [par avion] se fait au plus près des plans d’eau et en général aux premières heures du lever du jour en dehors des heures d’ouverture, qui constituent un pic d’activité pour les oiseaux avant les heures plus chaudes où le repos est de mise. De plus le problème de la circulation de l’EID semble insoluble : la circulation en début de matinée dérange nombre d’oiseaux et les redistribue. Ces derniers quittent les plans d’eau et ne sont plus observables par le public dans la journée. Dans les cas de circulation en journée, la circulation en voiture des agents ou le survol aérien sont incompatibles avec la quiétude du site pour les promeneurs et aussi avec leur sécurité notamment lors des balades équestres24.

48Non seulement les pratiques de gestion doivent s’aligner sur les contraintes de démoustication et ne peuvent donc plus viser prioritairement la protection des espèces et des milieux, comme dans le régime précédent, mais elles ont également pour conséquences de remettre en question les activités humaines organisées dans le Domaine.

Impacts sur les activités du site

49L’impact sur le site est tel que la compatibilité entre la démoustication et les activités qui y sont organisées est pointée :

  • 25 Ibid., p. 42.

Il faut donc constater là un antagonisme entre la gestion d’un espace naturel ouvert au public qui relève déjà de concessions envers la faune et la flore, et la pratique de la démoustication. Le compromis à trouver est d’autant plus complexe et moins planifiable qu’il n’est plus entre deux mais trois parties prenantes [public, gestionnaire, EID]. Chacune ayant ses logiques et contraintes propres qui ne sont pas toujours conciliables. Il semble bien que nous ne pouvons échapper à la question du choix à faire entre les différentes activités présentes sur le site25

50C’est bien une modification des pratiques de gestion et du paysage lui-même (non-retour des oiseaux envolés suite aux passages d’avion) qui est en jeu, comme le précise la suite du rapport :

Les effets sur la gestion et les visiteurs sont les plus faciles à appréhender notamment à travers l’incompréhension des visiteurs en recherche de naturalité qui s’interrogent sur la fermeture du site, en partie due à l’isolement du domaine. Ce mécontentement se trouve renforcé par l’absence d’oiseau et d’espèce emblématique qui s’ensuit, tel que le Flamant rose.

51Les humains et leurs activités sont ainsi impactés par les avions de l’EID : les activités équestres, la réception du public, le domaine comme lieu de contemplation puisque le paysage change également : la faune (avec les oiseaux) qui, suite au dérangement, modifie ses habitudes (moins de présence d’oiseaux, de reproduction) et avec elles les paysages, dont certains animaux, comme les flamants roses, sont une composante emblématique.

  • 26 L’étude empirique du site met en évidence à quel point le travail de gestion environnementale ne (...)
  • 27 Rappelons ici que c’est bien d’une démoustication de confort qu’il s’agit sur le site de La Palis (...)

52Globalement, la gestion des espèces sur le site est moins ancrée dans une éthique écocentrique soucieuse du bien-être de la communauté biotique et relève davantage d’une conception anthropocentrique où les actions effectuées prennent sens au regard des humains et de leurs intérêts26. Conception qui fournit également les appuis pour évaluer les impacts des actions humaines : non plus au regard d’une naturalité de fonctionnement (les impacts étant alors à minimiser) mais au regard de leur contribution au bien-être des humains (impacts acceptables s’ils contribuent à générer plus de bien-être humain27).

53Autant d’aspects qui relèvent d’un autre régime de gestion que celui en œuvre avant la démoustication : l’actuel régime est désormais moins marqué par l’éthique écocentrique et plus orienté vers l’anthropocentrisme.

Conclusion

54Les conceptions écologiques contemporaines pointent des enjeux inédits de gestion de la nature : en considérant l’histoire des milieux, leur trajectoire, et en intégrant les activités humaines dans la dynamique des perturbations qui les façonnent, les relations que les humains entretiennent avec la nature deviennent partie prenante des modalités de gestion d’espaces naturels protégés (Blandin, 2010). Loin de se réduire à l’entretien de sanctuaires ou à une conquête intégrale, l’un des enjeux de cette gestion consiste à préserver les capacités d’adaptation de la nature, sa résilience, et donc à organiser la conciliation de diverses activités, la coexistence de divers rapports à la nature (Chevassus-au-Louis, 2013 ; Larrère et Larrère, 2015 ; Levêque, 2017).

55Des modalités par lesquelles cette conciliation est effectuée, selon le rapport au vivant que ces pratiques instaurent, il ressort diverses pratiques de gestion d’espaces naturels protégés. En m’appuyant sur le cas de La Palissade en Camargue afin de documenter les pratiques empiriques de gestion d’un espace naturel protégé, j’ai caractérisé deux régimes de gestion, contrastés autour du type d’articulation effectuée entre perturbations naturelles et perturbations anthropiques et du rapport que cela instaure avec l’environnement. On a ainsi vu que les deux régimes de gestion mis en évidence au Domaine s’inscrivent dans un rapport à la nature différencié : à partir de 2006, la prise en compte des contraintes liées à la décision de la démoustication oblige les gestionnaires à l’adoption d’autres pratiques, instituant un second régime de gestion du domaine, fondé sur les intérêts humains.

  • 28 Une précision : les pratiques ancrées dans une éthique de type anthropocentriste n’excluent pas n (...)

56Dans le premier régime, celui d’une « naturalité de fonctionnement », gérer l’espace naturel protégé camarguais consiste à se donner comme objectif d’« accompagner la dynamique naturelle » par une intervention minimaliste. Les activités humaines qui prennent place à l’intérieur du Domaine, génératrices de perturbations anthropiques, sont à aligner sur le régime des perturbations naturelles de l’écosystème considéré (la combinaison de ces deux régimes étant le ressort de la dynamique de cet écosystème). Dans le second, les intérêts humains sont davantage pris en compte et les pratiques d’alignement sensiblement autres puisque l’interventionnisme humain n’est pas contenu au regard de ses potentielles implications sur la dynamique écosystémique. De plus, les modalités de traitement des entités non humaines, abiotiques et biotiques, sont tout autres : le primat accordé aux humains justifie un anthropocentrisme où le bien-être humain est privilégié, même si la nature doit en subir les conséquences28.

  • 29 « Biodiversité et santé : nouvelles relations entre l’humanité et le vivant ? », Rapport du Comit (...)

57Ces caractéristiques écologiques et éthiques, centrales dans les régimes de gestion d’espaces naturels, soulèvent des enjeux politiques : celui de l’intégration des capacités génératrices de la nature à nos activités, sachant que l’enjeu des politiques environnementales se mesure « à l’aune de leurs capacités à garantir les potentialités évolutives des espèces et des écosystèmes », comme le souligne le récent rapport du CCNE sur les liens entre biodiversité et santé29.

  • 30 Voir par exemple les micropolitiques de la biodiversité (Granjou, 2013) ou les inventaires natura (...)

58Il y a bien un renouvellement des enjeux contemporains d’administration de la nature30 (non plus conserver des espèces et des espaces existants, mais préserver des options pour le futur), des enjeux (bio)politiques à instaurer une pluralité de relations à la nature, avec, en ligne de mire, la capacité à instaurer des relations non antagoniques avec la nature.

Je tiens à remercier David Pontille et le Comité de lecture de la revue, ainsi que les évaluateurs pour les commentaires des versions antérieures de ce texte qui ont contribué à en clarifier le contenu.

Haut de page

Bibliographie

Angeon, V., & Caron, A. (2009), Quel rôle joue la proximité dans l’émergence et la pérennité de modes de gestion durable des ressources naturelles ?, Nature Science Sociétés, 17, 361-372.

Arpin, I., Charvolin, F., & Fortier, A. (2015), Les inventaires naturalistes : des pratiques aux modes de gouvernement, Études rurales, 195(1), 11-26.

Blanc, G., Demeulenaere, E., & Feuerhahn, W. (dir.) (2017), Humanités environnementales, Paris : Publications de la Sorbonne.

Blandin, P. (2009), De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles : Quae.

Blandin, P. (2010), Biodiversité. L’avenir du vivant, Paris : Albin Michel.

Blondel, J. (2008), La naturalité dans les sciences de la nature : les grands questionnements scientifiques pour le gestionnaire, intervention au colloque Biodiversité, naturalité, humanité. Pour inspirer la gestion des forêts, Chambéry, 27-31 octobre 2008.

Boose, E. R., Foster, D. R., & Fluet, M. (1994), Hurricanes impacts to tropical and temperate forest landscapes, Ecological Monographs, 64, 369-400.

Calicott, J. B. (2010), Éthique de la terre, Marseille : Wildproject.

Châteauraynaud, F. (2016), Pragmatique des transformations et sociologie des controverses. Les logiques d’enquête face au temps long des processus, in F. Châteauraynaud, Y. Cohen (dir.), Histoires pragmatiques, 25, 349-385, Paris : EHESS, coll. « Raisons pratiques ».

Chevassus-au-Louis, B. (2013), La biodiversité, c’est maintenant, La Tour d’Aigues : Éditions de l’Aube.

Cialdella, N., Hostiou, N., & Girard, N. (2010), Quels liens entre élevages et écosystèmes naturels ? Lecture croisée en milieu aride et tropica, Natures Sciences Sociétés, 18(1), 24-35.

Claeys, C., & Sérandour, J. (2009), Ce que le moustique nous apprend sur le dualisme anthropocentrisme/biocentrisme : perspective interdisciplinaire sociologie/biologie, Natures Sciences Sociétés, 17(2), 136-144.

Claeys-Mekdade, C., & Nicolas, L. (2009), Le moustique fauteur de troubles, Ethnologie française, 39(1), 109-116.

Fall, J., & Matthey, L. (2011), De plantes dignes et d’invasions barbares : les sociétés au miroir du végétal, VertigO, 11, http://vertigo.revues.org/11046.

Fuhr, M., & Brun, J.-J. (2010), Biodiversité, naturalité, humanité - Pour inspirer la gestion des forêts, Compte rendu de colloque (Chambéry, 27-31 octobre 2008), Natures Sciences Sociétés, 18(1), 67-69.

Génot, J.-C. (2008), La nature malade de la gestion. La gestion de la biodiversité ou la domination de la nature, Paris ; Sang de la terre.

Granjou, C. (2013), Micropolitiques de la biodiversité. Experts et professionnels de la nature, Bruxelles : P.I.E. Peter Lang.

Guillet, F., & Mermet, L. (2013), L’expertise, composante essentielle mais insuffisante des stratégies pour la biodiversité : le cas de la démoustication en Camargue (France), VertigO, 13(2). http://vertigo.revues.org/14025.

Gunnell, Y. (2009), Écologie et société, Paris : Armand Colin.

Hubert, B., & Ison, R. (2011), Institutionalising understandings: from resource sufficiency to functional integrity, in T. Kammili, B. Hubert, & J.-F. Tourrand (Eds.), A paradigm shift in livestock management: from resource sufficiency to functional integrity (pp. 9-22). 28-29 June 2008, Hohhot (China), Lirac (France): Cardère Éditeur.

Jakob, C., & Poulin, B. (2016), Indirect effects of mosquito control using Bti on dragonflies and damselflies (Odonata) in the Camargue, Insect Conservation and Diversity, 9, 161-169.

Lacey, L. (2007). Bacillus thuringiensis serovariety israelensis and Bacillus sphaericus for mosquito control, Journal of The American Mosquito Control Association, 23, 133-163.

Larrère, C. (2010), Les éthiques environnementales, Natures Sciences Sociétés, 18(4), 405-413.

Larrère, C. (2017), Philosophie de l’environnement : l’écologie a-t-elle des implications morales ?, in G. Blanc, E. Demeulenaere, & W. Feuerhahn, Humanités environnementales (pp. 97-116). Paris : Publications de la Sorbonne.

Larrère, C., & Larrère, R. (2009), Du « principe de naturalité » à la « gestion de la diversité biologique », in M. Berlan-Darqué, R. Larrère, & B. Lizet (dir.), Histoire des parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature (pp. 205-219). Versailles : Quae.

Larrère, C., & Larrère, R. (2015), Penser et agir avec la nature, Paris : La Découverte.

Larrère, R. (2014), Histoire de parcs, les ambitions et les contextes, Document de travail n° 10, Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand, Observatoire des représentations du développement durable.

Larrère, C. (1997), Les Philosophies de l’environnement, Paris : PUF.

Leopold, A. (1995 [1949]). Almanach d’un comté des sables, Paris : Aubier.

Lepart, J. (1997), La crise environnementale et les théories de l’équilibre en écologie, in R. Larrère, & C. Larrère (dir.), La crise environnementale (pp. 131-144). Paris : INRA.

Levêque, C. (2017), La biodiversité : avec ou sans l’homme ?, Versailles : Quae.

Levêque, C. & al. (2012), Les espèces exotiques envahissantes, pour une remise en cause des paradigmes écologiques, Sciences, eaux et territoires, 6, 2-8.

Leynaud, E. (1985), L’État et la nature. L’exemple des parcs nationaux français. Contribution à une histoire de la protection de la nature, Florac : Parc national des Cévennes.

Lippert, I., Krause, F., & Hartmann, N. K. (2015), Environmental management as situated practice, Geoforum, 66, 107-114. https://doi.org/10.1016/j.geoforum.2015.09.006.

Manley, R., Boots, M., & Wilfert, L. (2015), Emerging viral disease risk to pollinating insects: ecological, evolutionary and anthropogenic factors, Journal of Applied Ecology, 52(2), 331-340.

Maris, V. (2006), La protection de la biodiversité : entre science, éthique et politique, Thèse de philosophie de l’Université de Montréal, Canada.

Mathevet, R. & al. (2010), La solidarité écologique : un nouveau concept pour une gestion intégrée des parcs nationaux et des territoires, Natures Sciences Sociétés, 18(4), 424-433.

Mauz, I., Granjou, C. (2010), La construction de la biodiversité comme problème politique et scientifique, premiers résultats d’une enquête en cours. Sciences, eaux et territoires, 3, 10-13.

Milanovic F. (2013), De la diversité des modes d’existence du vivant : une approche sociologique, recherche financée par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité. Lyon : ENS (Centre Norbert Elias), rapport édité, 105 pages.

Nash, R. (1967), Wilderness and the American Mind, New Haven: Yale University Press.

Neyrat, F. (2016), La part inconstructible de la terre, Paris : Le Seuil.

Norton, B. G. (1999), Toward unity among environmentalists, New York: Oxford University Press.

Norton, B. G. (2005), Sustainability:a philosophy of adaptive ecosystem management, Chicago: University Chicago Press.

Odum, E. P., & Odum, T. H. (1953), Fundamentals of Ecology, Philadelphia: Saunders.

Paris, M. (2010), Évolution de la résistance au bactério-insecticide Bti chez les moustiques, Thèse de doctorat en biologie. Mention Biodiversité, Ecologie, Environnement. Université de Grenoble.

Pickett, S. T., & White, P. S. (1985), The ecology of natural disturbance and patch dynamics, New York: Academic Press.

Picon, B. (1978), L’espace et le temps en Camargue, Arles : Actes Sud.

Poulin, B. (2012), Indirect effects of bioinsecticides on the nontarget fauna: The Camargue experiment calls for future research. Oecologia, 44, 28-32.

Poulin, B., & Lefebvre, G. (2017), Perturbation and delayed recovery of the reed invertebrate assemblage in Camargue marshes sprayed with Bacillus thuringiensis israelensis. Insect Science. https://doi.org/10.1111/1744-7917.12416

Rowe, G. E., Margaritis, A., & Wei, N. (2008), Specific oxygen uptake rate variations during batch fermentation of Bacillus thuringiensis subspecies kurstaki HD-1, Biotechnology Progress, 19, 1439-1443.

Schnitzler, A., & Génot, J.-C. (2012), La France des friches. De la ruralité à la féralité, Versailles : Quae.

Takacs, D. (1996), The Idea of Biodiversity: Philosophies of Paradise. Baltimore : Johns Hopkins University Press.

Tetreau, G. (2012), Devenir du bioinsecticide Bti dans l’environnement et impact sur le développement de résistances chez le moustique, Thèse de doctorat en biologie. Mention Biodiversité, Écologie, Environnement. Université de Grenoble.

Thévenot, L. (1995), L’action en plan, Sociologie du travail, 37(3), 411-434.

Thévenot, L. (2006), L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris : La Découverte.

Vivien, F.-D., Lepart, J., & Larrère, R. (dir.) (2005), Les biodiversités – Objets, Théories, Pratiques, Paris : Éditions du CNRS.

Haut de page

Notes

1 Rappelons-en succinctement la teneur : pour les « préservationnistes », la nature est sauvage et doit être préservée de toute forme d’artificialité imputable aux activités humaines (notion de wilderness ayant donné lieu à la politique des grands parcs initiée avec Yellowstone en 1872, cf. les actions de John Muir), alors que pour les « conservationnistes » il s’agit davantage de ménager l’exploitation des ressources naturelles afin d’en assurer la durabilité (avec en tête de file Gifford Pinchot). Sur cette histoire, voir le travail de R. Nash (1967).

2 La notion de régime de perturbations renvoie à une combinaison de diverses perturbations (cycloniques, géomorphologiques, tectoniques, feux, crues, etc.) associées à différentes caractéristiques (spatiales, temporelles, effets sur les écosystèmes, etc.). Écologie des perturbations, écologie des paysages, écologie de la réconciliation, écologie évolutive, génie écologique, sont des émanations de cette approche dynamique de la nature.

3 Sur l’émergence de la biodiversité à la fois comme objet de connaissance et enjeu d’action, voir Takacs (1996), ainsi que Mauz et Granjou (2010). Plus globalement voir Vivien et al. (2005).

4 Cette enquête a été menée dans le cadre plus global d’une recherche financée par la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité. Seule une partie des données empiriques et des résultats est mobilisée ici. Cf. Milanovic F. (2013), De la diversité des modes d’existence du vivant : une approche sociologique, rapport édité, 105 pages.

5 La convention de Ramsar a pour mission « La conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides par des actions locales, régionales et nationales et par la coopération internationale, en tant que contribution à la réalisation du développement durable dans le monde entier » (source : http://www.ramsar.org/fr).

6 La notion de « naturalité » était ancrée au sein du paradigme d’écologie écosystémique précédant l’actuel paradigme dynamique, mais sa sémantique a évolué et son actuel usage recouvre d’autres réalités. On vient de voir qu’elle intègre les perturbations appréhendées comme constitutives des dynamiques écosystémiques. Elle est aussi à appréhender indépendamment de finalités téléologiques (contrairement aux notions d’équilibre et de climax) : les trajectoires adaptatives des écosystèmes sont à comprendre en fonction des changements géologiques et climatiques, des perturbations météorologiques et des impacts anthropiques. Pour une synthèse didactique sur ce sujet, cf. Gunnell (2009).

7 Dans cette expression, la notion de régime est à entendre comme la manière dont un phénomène se produit, se déroule ; comme l’ensemble des paramètres qui caractérisent un système. Quant à la définition d’une perturbation, Pickett et White (1985) proposent celle-ci : « tout événement, relativement discret dans le temps, qui élimine des organismes vivants, modifie un stock de ressources, altère les disponibilités territoriales, ou transforme l’environnement biophysique » (traduction par Gunnell, 2009, p. 105).

8 Sur les questions relatives à la préservation de dynamiques naturelles excluant, ou non, l’intervention humaine, voir par exemple les réflexions de Génot (2008), Schnitzler et Génot (2012). Pour une mise en perspective, voir Larrère et Larrère (2015).

9 Aller à leur encontre, dans ce cas, signifierait de protéger les montilles de l’érosion due à la pluie et au vent. Si la nature est souvent appréhendée au regard des actions humaines, on voit dans ce cas que mettre la nature patrimonialisée « sous cloche » peut aussi être destiné à protéger celle-ci de la nature elle-même !

10 Sur ces aspects, voir Lévêque et al. (2012), ainsi que Fall et Matthey (2011) au sujet de l’attribution d’un statut éthique aux plantes.

11 L’éthique écocentrique, telle qu’a pu la formuler A. Leopold (1995), s’inscrit en faux contre la conception anthropocentrique – qui « ne reconnaît de dignité morale qu’aux humains et laisse, en dehors de son champ, tout le reste, c’est-à-dire la nature, vue comme un ensemble de ressources » (Larrère, 2010, p. 407). Elle invite à « respecter » les autres êtres naturels avec lesquels nous vivons sur Terre. Dans cette éthique, l’accent est mis sur l’interdépendance des éléments et leur appartenance à un tout, celui de la communauté biotique (Larrère, 1997, 2010 ; Calicott, 2010). Les membres de cette communauté n’ont pas de valeur en eux-mêmes (ou valeur intrinsèque) mais en fonction de la place qu’ils occupent dans ce tout, y compris l’humain qui, du coup, n’est pas considéré comme extérieur
à la nature (Leopold, 1995 ; voir aussi Maris, 2006). Pour une réflexion philosophique approfondie sur les liens entre écologie et éthique, voir la contribution de C. Larrère (2017). Les éthiques environnementales sont mobilisées dans ce papier afin d’identifier les appuis normatifs mis en œuvre dans les actions de gestion de l’environnement et qui contribuent à instaurer un rapport à l’environnement, un type de relation entre humains et non-humains. Pour une présentation de ces éthiques, voir Hess (2013), plus globalement sur les humanités environnementales, voir Blanc et al. (2017).

12 Bien que de récentes recherches pointent les impacts que peuvent avoir certaines pratiques apicoles sur les populations d’abeilles sauvages non seulement sur le plan de la diversité génétique (avec l’importation des abeilles reines dans les ruches domestiques) mais aussi sur celui de transports de pathogènes par les abeilles domestiques, non nuisibles pour celles-ci, mais mortelles pour les sauvages (Manley et al., 2015).

13 À titre d’exemple : « Les pratiques de pâturage définies ont pour objectif une exploitation durable et compatible avec la préservation des habitats sensibles : mise hors pâturage des milieux sensibles : ripisylves, dunes, roselière de la Palun ; absence de pâturage sur les principales zones de refuge des anatidés situées au sud et à l’ouest de la propriété ; retrait des chevaux de novembre à mars » (Plan de gestion du Domaine de La Palissade 2008-2013 – Volet 1, p. 13).

14 L’EID Méditerranée a été créée en 1958 par les Conseils généraux des départements de l’Hérault, du Gard et des Bouches-du-Rhône suite au fait que « les villes, les campagnes et les plages risquaient de passer à côté de sérieuses opportunités de développement économique et touristique. Car elles étaient envahies par des insectes insupportables : les moustiques, qui rendaient ce pays magnifique invivable ! », peut-on lire sur le site de l’EID (http://www.eid-med.org/page/historique). La Camargue a été jusqu’alors tenue à l’écart des politiques sanitaires liées à la démoustication de par son statut de territoire protégé qui s’applique dès 1927, avec la création de la Réserve zoologique et botanique de Camargue. Pour une synthèse sur « zone humide et moustiques en Camargue », voir le récent dossier de Zones Humides Infos, n° 92-93, 2016.

15 Voici comment est justifiée cette démoustication dans la Charte du PNR : « Dans le cadre de la consultation de la population menée par le Parc à la faveur de la révision de la charte du Parc, la réduction de la nuisance induite par la présence des moustiques est ressortie comme l’une des demandes premières de la population des zones d’habitations agglomérées et des exploitants agricoles en matière d’amélioration de la qualité de vie. La présence des moustiques est également l’une des principales nuisances évoquées dans les enquêtes de satisfaction menées auprès des visiteurs sur la Camargue. Elle est considérée comme l’un des freins au développement touristique. » (Charte du PNR de Camargue, 2010, vol. 1, article 4.3.2, p. 99)

16 Expérimental car associé à un suivi scientifique dont les résultats sont destinés à être pris en compte pour une éventuelle poursuite du dispositif après 5 ans.

17 Bien que ces aspects de non-toxicité et de sélectivité, auxquels s’ajoutent ceux de biodégradabilité, aient été réévalués et soient désormais des dimensions de la controverse évoquée (Paris, 2010 ; Tetreau, 2012). Voire également la note 27.

18 Insectes piqueurs comme les moustiques.

19 Poulin B., Lefebvre G., Duborper E. & Paz L., « Résultats du suivi de l’impact potentiel des traitements au Bti sur les invertébrés paludicoles et les hirondelles des fenêtres en Camargue pour la période 2006-2009 », Tour du Valat, 18 février 2010, p. 2.

20 Cf. l’« Avis du Conseil Scientifique du Patrimoine naturel et de la Biodiversité (CSPNB) sur l’emploi du Bacillus thuringiensis israelensis (BTi) dans la lutte de “confort” contre les moustiques “nuisants” et non vecteurs dans le Parc naturel régional de Camargue », daté du 23 novembre 2012 », disponible sur le site du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer (http://www.paca.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/04_avis_BTi_valide-1_cle71a8cf.pdf).

21 Tetrel C. et al., Bilan des 5 années de suivi sur le dérangement mis en place sur le Domaine de La Palissade en parallèle des opérations de démoustication, SMGDP, Rapport final novembre 2011, p. 40.

22 Cf. le « Document de positionnement de la Tour du Valat » daté de février 2012 et intitulé « Comment concilier réduction de la gêne occasionnée par les moustiques et conservation du patrimoine naturel ? » (disponible à l’adresse suivante : https://docplayer.fr/11309236-Comment-concilier-reduction-de-la-gene-occasionnee-par-les-moustiques-et-conservation-du-patrimoine-naturel.html), sachant que la Tour du Valat est un organisme privé de recherche situé au cœur de la Camargue. Elle a la forme juridique d’une fondation à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1978. Voir également, à la suite de ces suivis, les articles publiés dans des revues scientifiques qui renforcent la thèse d’une toxicité non ciblée (Poulin, 2012 ; Jakob et Poulin, 2016 ; Poulin et Lefebvre, 2017).

23 Tetrel C. et al., op. cit., p. 37.

24 Ibid., p. 40.

25 Ibid., p. 42.

26 L’étude empirique du site met en évidence à quel point le travail de gestion environnementale ne relève pas tant d’un dualisme strict entre écocentrisme et anthropocentrisme que d’une composition située et raisonnée d’éléments se déployant entre ces deux pôles. Il est plus heuristique de penser ces pratiques en termes de gradualité que d’opposition binaire.

27 Rappelons ici que c’est bien d’une démoustication de confort qu’il s’agit sur le site de La Palissade, lors de la campagne de 2006 à 2011.

28 Une précision : les pratiques ancrées dans une éthique de type anthropocentriste n’excluent pas nécessairement de protéger la nature, comme le travail de Bryan Norton le montre (1991, 2005), ou d’autres travaux qui ont porté sur des questions similaires, autour de la notion de « solidarité écologique » qui articule éthique écocentrique et éthique anthropocentrique (Mathevet et al., 2010), ou de la prise en compte de la capacité de résilience des écosystèmes dans les activités d’exploitation des ressources naturelles (Angeon et Caron, 2009 ; Cialdella et al., 2010 ; Hubert et Ison, 2011).

29 « Biodiversité et santé : nouvelles relations entre l’humanité et le vivant ? », Rapport du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE), n° 125, juin 2017, en ligne : http://www.ccne-ethique.fr/sites/default/files/publications/rapport_125_ethique_et_biodiversite_rapport_vf.pdf (consulté le 2 août 2017).

30 Voir par exemple les micropolitiques de la biodiversité (Granjou, 2013) ou les inventaires naturalistes comme mode de gouvernement (Arpin et al., 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Situation géographique du Domaine de La Palissade
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/1048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 747k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Milanovic, « Protéger des espaces naturels »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 12-1 | 2018, mis en ligne le 01 mars 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1048

Haut de page

Auteur

Fabien Milanovic

Docteur en sociologie, enseignant chercheur à Sup’Biotech Paris (école d’ingénieur en biotechnologie) où il est responsable du Pôle des Biotechnologies en Société (PBS). Il est également chercheur associé à l’équipe « Anthropologie de la vie et des représentations du vivant » (AVRV), du Laboratoire d’Anthropologie Sociale (LAS, UMR 7130, Collège de France, EHESS, CNRS). Ses travaux, qui portent sur le vivant mis à l’épreuve des biotechnologies, étudient les différents domaines concernés : de la biodiversité à la médecine de précision. Il a co-organisé en 2016 un colloque sur les biobanques dont un compte rendu étendu est publié par la revue Natures Sciences Sociétés (2017, n° 4, https://doi.org/10.1051/nss/2017057). Il est l’auteur d’un chapitre consacré à la socialisation des tumeurs cancéreuses dans un ouvrage collectif (Public regulation of tumor banks, édité par X. Bioy) à paraître chez Springer en 2018, et co-édite actuellement un dossier pour la revue New Genetics and Society sur le thème « Biobanking and ontological variations », prévu pour 2019.

Adresse : Laboratoire Pôle des Biotechnologies en Société, Sup’Biotech Paris, 66 rue Guy Moquet, FR-94800 Villejuif (France).
Courriel : fabien.milanovic[at]supbiotech.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals