Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14-4Dossier thématiqueDigestions fertiles

Dossier thématique

Digestions fertiles

Le retour au sol des excréments humains
Fertile digestions. The return of human excrements to the soil
Digestiones fértiles. El retorno de los excrementos humanos al suelo
Marine Legrand

Résumés

Après un siècle d’éclipse, les excréments humains font l’objet d’une attention nouvelle en Europe depuis quelques décennies. On envisage en effet à nouveau et de façon croissante leur retour au sol, comme ressource fertilisante pour l’agriculture. Or différents modes de cadrage accompagnent la réémergence de ces pratiques de valorisation des urines et matières fécales. L’article propose une analyse des discussions en cours à partir d’une enquête ethnographique menée en France, auprès d’une série d’acteurs appartenant à différentes communautés de pratiques concernées au sein du secteur académique, de celui de l’assainissement et de l’aménagement. En suivant les lignes de partage qui structurent ce champ émergent, il explore les savoirs et imaginaires contemporains associés à la fertilité. Il se demande comment s’y redessinent les relations entre corps humains et sols cultivés, telles qu’elles se déploient en lien avec ces transformations agronomiques d’un genre particulier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Le retour à la terre » est par exemple le nom d’un réseau de magasins Biocoop à Paris, et celui d (...)

1Le « retour à la terre », expression qui orne aujourd’hui le fronton des magasins bio comme les couvertures des bandes dessinées1, ne raconte pas seulement l’aspiration à un mode de vie proche de la nature et des activités agricoles. Derrière cette affirmation du besoin de revenir là d’où nous venons, qui stimule aussi bien l’étalement urbain que les pratiques de compostage de pied d’immeuble, la question reste en effet ouverte de savoir ce qui dans le fond, à la terre, retourne.

2Alors que l’acte de faire ses besoins en privé et dans l’eau s’est affirmé au cours du XXe siècle comme un signe majeur de confort et de statut social au niveau global (Jewitt, 2011), un nombre grandissant d’acteurs apparaissent, à l’inverse, aujourd’hui porteurs d’un intérêt pour le retour à la terre des excréments humains. Ces matières qui signent d’une certaine manière notre lieu de naissance, notre condition matérielle (comme le dit l’expression latine « inter faeces et urinam nascimur »), les systèmes d’assainissement centralisés associés à un égout s’évertuent à les cacher, les faire disparaitre en les envoyant au loin par les sous-sols. La fertilisation du milieu alentour par les excréments des groupes humains sédentarisés est de toute évidence un phénomène extrêmement ancien, d’abord déployé de manière incidente selon l’hypothèse de Mazoyer & Roudard (2002). Néanmoins leur utilisation explicite à ces fins fait l’objet, pour sa part, d’une grande variabilité historique. La Chine ou encore la civilisation Aztèque sont supposées avoir adopté cette pratique sur le temps long (Kawa et al, 2019). C’est moins le cas en Europe, où cette attention se manifeste, à l’inverse, peu souvent et de manière éparse depuis l’antiquité, avant de faire l’objet d’une attention plus soutenue dans la seconde moitié du XIXe siècle – entre le moment où le système industriel prend son essor et celui où se généralise l’usage des ressources fossiles.

3En France, après un temps d’engouement (voir Paulet, 1853 ; Dumas, 1866), l’émergence des engrais de synthèse, contemporaine d’une accélération de l’urbanisation, signe au début du XXe sièclel’échec technique et économique des tentatives de valorisation à grande échelle (Barles, 2005a ; Esculier, 2018). Tandis que l’utilisation des fumures animales persiste, les excréments humains ont été progressivement mis au ban des chaînes de valeur. Progressivement seulement, car le développement des systèmes d’assainissement centralisés a fait dès le départ l’objet d’injonctions contradictoires, entre conservation de la valeur agronomique, et mise en avant des risques sanitaires (Barles, 2005b). Ainsi, l’admission des excréments dans les égouts urbains s’est d’abord couplée à l’épandage des eaux usées brutes, puis à celui, non systématique cependant, des boues de station d’épuration. Depuis la généralisation du triptyque chasse d’eau, tout-à-l’égout, station d’épuration, la valorisation agricole des produits de l’assainissement, si elle existe toujours, passe par des voies de plus en plus étroites et contrariées (Adler, 2020).

4De plus, le travail d’occultation active des excréments humains qui accompagne le développement des égouts se déploie également sur le plan symbolique. Comme le souligne Gay Hawkins (2004), la grande promesse de l’assainissement moderne et en particulier de l’égout a été, en rejetant en souterrain les déchets corporels loin des corps et des maisons, de les éliminer aussi bien de la vue, que de l’esprit. Et pourtant, de façon orthogonale à ce travail de mise au secret, une diversité d’acteurs participe aujourd’hui à remettre à l’ordre du jour la valeur des déjections humaines pour la fertilisation des cultures. Cette dynamique implique aussi bien le secteur privé que le secteur public, l’éducation populaire que la recherche académique. Elle se déploie au cœur même des régions où le tout-à-l’égout a été d’abord conceptualisé, pour remettre en débat une question qui pouvait pourtant sembler définitivement réglée, tant elle reste, pour la plupart, un impensé.

  • 2 Le concept d’ECOSAN (Ecological sanitation), regroupe des programmes de développement tournés vers (...)

5Voici qu’après un siècle d’éclipse, du moins pour le cas de l’Europe et en particulier de la France, il est à nouveau question de redonner une légitimité à l’utilisation des déjections humaines pour la fertilisation des cultures (Otterpohl et al, 1997 ; Drangert, 1998 ; Larsen et al, 2013). L‘objet de cet article est de s’intéresser au développement de pratiques alternatives de gestion des excréments humains en France, dans un pays industrialisé et riche, où existe un assainissement qui remplit son rôle sur le plan sanitaire. A la différence des programmes d’Ecological sanitation développés dans les pays du Sud2, l’horizon premier de ces pratiques n’est pas de résoudre un problème sanitaire, puisqu’il est publiquement considéré comme réglé, mais bien d’affirmer qu’il existe de meilleures solutions que l’égout pour prendre en charge le devenir des urines et matières fécales.

6La valorisation agricole des excréments humains n’a jusqu’ici été abordée par les sciences sociales que de façon très marginale. Pourtant, la question des déchets, reconnue comme fondamentale dans nos structures sociales, fait l’objet d’une attention croissante. Le devenir des déchets organiques est ainsi abordé sous l’angle de leur gestion à grande échelle (Hawkins & Muecke, 2002 ; Barles, 2005a ; Monsaingeon, 2017), des pratiques de travail associées (Epelboin, 2001 ; Jeanjean, 2006) et enfin, des pratiques domestiques et informelles, en particulier de compostage (Abrahamsson & Bertoni, 2014 ; Lehec, 2018 ; Jones, 2019). Par ailleurs, si des travaux sur les excréments existent, ils portent peu sur leur prise en charge collective, mais plutôt sur leur refoulement dans une approche plus générale de la propreté, de l’hygiène et de la discipline des corps (Elias, 1973 ; Corbin, 1982 ; Vigarello, 1985 ; Anderson, 1995). Quant aux programmes de recherche liés au développement sanitaire, leurs fils conducteurs principaux sont la dignité et l’intimité (Duncker et al, 2007 ; Jewitt, 2011 ; Uddin et al, 2014 ; Oberg, 2019). Au-delà des tabous relatifs aux excréments, diversifiés dans leurs fondements et leur expression, la fascination pour la chasse d’eau est également discutée, comme synonyme de modernité au niveau global, y compris en l’absence de possibilité d’installer des évacuations souterraines (Jewitt, 2011).

7Néanmoins, la chasse d’eau et le tout-à-l’égout sont bel et bien, aujourd’hui, remis en question par une série d’acteurs, dans les contextes géographiques où ils ont de longue date été hégémoniques. Sur quelles bases analyser ce phénomène ? L’ouvrage fondateur de Dominique Laporte, Histoire de la merde (1978), et son actualisation par Hawkins, offre ici un point d’appui privilégié, en ce que ces travaux donnent à voir de façon précise la façon dont s’articulent la gestion des excréments humains, la transformation des rapports au corps et au pouvoir, et enfin, la question de la fertilité des sols – ou son occultation.

8Dans l’analyse qui suit, nous chercherons à poser un regard réflexif sur différentes approches de la valorisation agricole des excréments humains ou de ressources issues de ceux-ci, qui coexistent en France aujourd’hui. Comment est appréhendé le sol dans les pratiques actuelles et projets de valorisation ? Ou dit autrement, à quelle terre les excréments humains retournent-ils ? Il s’agira de prendre appui sur une analyse des argumentaires associés à la promotion de ces approches, pour identifier les savoirs et imaginaires du sol, et les relations entre sol et société, que ceux-ci donnent à voir.

  • 3 L’auteur se considère comme « prise » dans l’enquête, en un sens atténué par rapport à l’acception (...)

9Cet article s’appuie sur une enquête ethnographique menée en France. Cette enquête est endogène (Olivier de Sardan, 2000), puisqu’ayant rejoint en 2018 un programme de recherche sur la valorisation agricole des excréments humains, j’occupe depuis lors un rôle d’animation territoriale, à laquelle s’ajoute une activité de recherche. C’est par ce biais que j’ai été amenée à rencontrer les acteurs concernés par le sujet : chercheurs et ingénieurs ; formateurs en compostage ; loueurs, constructeurs et usagers de toilettes sèches ; représentants de collectivités locales et acteurs privés de l’aménagement urbain (bureaux d’étude, promoteurs immobiliers, designers…) qui s’impliquent dans la mise en place de filières de valorisation. Plusieurs situations d’enquête ont été déployées : la participation à des formations, conférences, réunions d’information, et une série d’échanges et d’entretiens. L’analyse qui suit se place donc dans une posture de distanciation, au bout de dix-huit mois d’immersion dans un milieu professionnel et associatif, jusqu’à devenir partie prenante des débats qui le traversent3.

10Nous commencerons par mettre en regard deux expériences d’apprentissage qui esquissent différentes postures vis-à-vis de la possibilité d’un retour au sol des excréments humains. Puis nous explorerons plus en détail la façon dont ces postures se dessinent, se rejoignent et se distinguent, dans les réflexions et les pratiques rencontrées. Nous nous intéresserons plus spécifiquement à l’articulation entre les contextes dans lesquels se construisent et se transmettent les savoirs, et les modes de cadrage qui s’y dessinent. Cela nous permettra d’explorer la façon dont sont représentées, dans ces approches, différentes formes de continuités, entre les espaces cultivés, producteurs de nourriture, et le corps humain, producteur de fertilisants.

Entrée en « matière »

  • 4 Expression empruntée à Goethe par Freud.

11Le point de départ de la réflexion partagée ici est formé par deux expériences successives d’apprentissage, qui viendront rapidement faire apparaître les décalages exprimés entre les acteurs qui se mêlent de recycler ce « reste de terre »4 qui subsiste en nous. Les décalages observés entre ces deux situations de transmission ouvrent un champ d’exploration de la façon dont le sol et le corps humain peuvent être diversement considérés, dans ce mouvement qui va incessamment de l’un à l’autre, ou bien se rompt, entre production alimentaire et gestion des produits de la digestion.

  • 5 Le Laboratoire Eau Environnement Systèmes Urbains (LEESU)

12La première expérience consiste en une leçon passionnée partagée par un collègue ingénieur, ancien responsable local de police de l’eau, qui s’est orienté secondairement dans la recherche en biogéochimie. Mon collègue est l’initiateur, au travers de sa thèse de doctorat (Esculier, 2018), du programme OCAPI (Optimisation des Cycles Azote, Carbone, Phosphore en Ville), qui concerne le devenir agricole possible des excréments humains en dehors de l’assainissement conventionnel. L’initiation a lieu dans la bibliothèque d’un laboratoire dédié à la gestion de l’eau en ville5, situé sur un campus universitaire où vient se nicher, près de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, l’École des Ponts et Chaussées. La séance consiste en une course intense avec papier et crayon, à travers les linéaments complexes du cycle de l’azote et du métabolisme planétaire, depuis les origines jusqu’aux méandres du système d’assainissement actuel des agglomérations urbaines. Au fil de la démonstration, il apparaîtra clairement que quelque chose ne tourne pas rond et que nous avons largement dépassé les « frontières planétaires », en référence à l’article largement cité de Steffen et al (2015). Le problème, aussi grave selon lui que le changement climatique provoqué par l’excès de carbone dans l’atmosphère, ne reçoit pas l’attention qu’il mérite. La conclusion tombe comme un couperet : gérer correctement nos déjections, c’est-à-dire cesser de les jeter à l’eau, fait partie d’un effort plus large pour rétablir l’équilibre du cycle de l’azote – et du phosphore dans son sillage. La focale est ici à la fois moléculaire et globale. Le raisonnement posé aboutit à la conclusion que l’enjeu se situe d’abord du côté de la collecte des urines, qui concentrent les flux d’azote à la sortie du corps humain. La journée se poursuit par la visite d’une installation de récupération de l’urine des étudiants de l’École des Ponts, à l’aide d’une cuve branchée sur le réseau d’évacuation d’un urinoir masculin sec dans un bâtiment. J’apprends que ces urines stockées serviront ensuite pour la fertilisation de parcelles agricoles utilisées pour les expérimentations menées avec l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) à Grignon. Leur efficacité, en termes de fertilisation azotée, y sera comparée avec celle des engrais de synthèse et de différents autres fertilisants organiques et minéraux.

  • 6 La cuvette est prolongée par une colonne de chute reliée à un réservoir de grande dimension en sous (...)

13La seconde expérience se déroule quelques semaines plus tard, lors des rencontres annuelles du Réseau de l’Assainissement Écologique (RAE), à laquelle j’assiste en tant que membre du programme OCAPI. En effet notre équipe participe depuis peu au RAE, association qui rassemble une diversité d’acteurs œuvrant pour le développement des toilettes sèches et de la phyto-épuration. Plus largement, elle porte l’ambition d’une refonte des systèmes d’assainissement selon des principes de soutenabilité. Ces rencontres associent conférences, discussions en petits groupes et ateliers pratiques. L’un des ateliers organisés cette fois-ci consiste à vider la cuve d’une toilette sèche collective. L’animateur de l’atelier est l’un des salariés de l’association « Le Battement d’Ailes », également membre du Conseil d’administration du R.A.E. Ses activités se concentrent aujourd’hui sur l’animation de chantiers de formation autour du compostage, de la menuiserie, de la charpente entre autres. Son parcours le rattache à la sociologie et à l’éducation populaire. L’association, qui accueille l’évènement sur ses parcelles, est un centre agro-écologique fonctionnant en autogestion. Elle est située en haut d’une colline boisée, en Corrèze, l’un des départements les moins peuplés de France. Le site présente différents modèles de toilettes sèches, associés à des panneaux pédagogiques, qui permettent d’en comprendre le fonctionnement. L’atelier concerne, lui, une cuve de toilettes à séparation gravitaire6, les liquides sont évacués vers une phyto-épuration. La matière est d’abord examinée avec soin par le groupe à l’aide de lampes de poches. Le mélange de copeaux de bois, d’urine absorbée et de matière fécale déjà en partie digérée présente une structure hétérogène. Certains étrons conservent encore leur forme initiale, d’autres se sont évanouis et dispersés. Un des participants pointe la couche grise et compacte, qui ressemble à de la vase, signe d’un dysfonctionnement passager du système. Puis, le contenu de la cuve sera pelleté collectivement, transporté à l’aide d’un tracteur, et déposé dans un bac. Nous y ajouterons des déchets végétaux frais et de l’eau en suffisance pour amorcer le processus digestif confié aux bactéries et vers, qui produira de l’humus. Notre initiateur éprouve une fascination communicative pour la métamorphose de ces matières sous l’action du vivant, notamment les vers Eisenia foetida qui viennent s’installer, d’eux-mêmes, dans le composteur. Un an plus tard, il fera voyager avec lui jusque dans les Alpes un échantillon de la matière obtenue pour la présenter symboliquement au collectif réuni pour une nouvelle assemblée générale. Le résultat du travail de l’année précédente est là : un humus noir dont il montre la texture granuleuse et la noirceur, et décrit avec plaisir l’odeur de sous-bois.

14Dans ces deux situations de transmission, se dessinent des postures différentes. La première expérience offre un cadrage qui passe par l’explication globale des cycles au niveau moléculaire, pour venir ensuite à la manipulation des fluides eux-mêmes, ici l’urine en tant que principale vectrice des flux d’azote, facteur limitant de la croissance des végétaux. Cette séquence met en avant la continuité entre les corps humains et les plantes cultivées. Elle se trouve révélée par les flux élémentaires, qui servent ainsi de base à une réflexion sur la réciprocité métabolique entre la ville et les champs. Dans la deuxième expérience, l’approche de transmission des savoirs sur le devenir des excréments consiste à considérer la matière d’abord un point de vue sensoriel et par sa manipulation ; puis à présenter les relations que le processus de compostage installe avec d’autres organismes vivants, tels que les vers, pour remettre en circulation le produit de la digestion humaine. Cette séquence qui va de l’expérience concrète à l’approche plus globale des enjeux, laisse entrevoir comme point focal, le sol en tant que milieu de vie d’où la fertilité procède.

Le compostage des excréments, interdépendance avec le sol vivant

  • 7 Les membres du RAE sont à la fois des associations d’éducation populaire et éducation à l’environne (...)
  • 8 L’ASTEE regroupe entreprises, chercheurs et collectivités. Les grands groupes de la gestion des déc (...)

15En France, c’est d’abord, chronologiquement, par la pratique des toilettes sèches que se redessine le devenir agricole contemporain des excréments humains. Le RAE, qui a organisé ses premières rencontres en 2006, s’est ainsi structuré autour du développement des toilettes sèches en milieu rural et en contexte évènementiel, ainsi que la phyto-épuration7. Ce faisant il forme un contrepoint vis-à-vis des réseaux professionnels qui structurent le secteur de l’assainissement en France, telles que l’ASTEE (Association Scientifique et Technique de l’Eau et de l’Assainissement) et l’IFAA (Industries et entreprises Françaises de l’Assainissement Autonome)8. En effet, les toilettes sèches, situées « au cœur de l’assainissement écologique » dans les statuts du RAE, impliquent une gestion des excréments humains en dehors de l’eau, ce qui constitue une rupture franche avec les pratiques conventionnelles d’assainissement.

L’assainissement écologique : sortir la matière organique de l’eau

16La création du RAE donne une visibilité nationale aux toilettes sèches en France à partir du milieu des années 2000, en même temps qu’elle offre une possibilité d’entrée en dialogue avec les pouvoirs publics. La légalisation du compostage des matières de toilettes sèches en contexte domestique intervient ainsi en 2009, au travers d’une révision de l’arrêté relatif à l’Assainissement Non Collectif. Ces étapes institutionnelles forment l’aboutissement d’un parcours entamé bien plus tôt, au sein de collectifs où la transmission orale et la formation par la pratique occupent une place importante. Le partage des connaissances passe dans ce contexte par des biais tant informels que formels. Ainsi l’apprentissage de la construction des toilettes, comme du compostage des matières, se fait d’abord de proche en proche : on se renseigne auprès d’amis, ou encore à l’occasion d’un séjour dans un gîte, une ferme, un lieu autogéré. Par ailleurs, c’est depuis les années 1990 au moins que des associations proposent des formations sur cette thématique, telles que l’Ecocentre Pierre et Terre situé dans le Gers, qui organise depuis sa création, en 1997, des visites thématiques et de l’accompagnement personnalisé. Se construit au fil du temps une continuité entre modes de transmission orale et écrite. Des livres de promotion des toilettes sèches auprès du grand public apparaissent en France à partir des années 2000. Ceux-ci sont publiés par des formateurs (Sabot, 2005) ou encore à partir de témoignages rassemblés via de multiples rencontres avec des praticiens (Elain, 2007). La traduction de publications nord-américaines offre un troisième type de ressources (Jenkins, 2017). Les informations relatives aux toilettes sèches se diffusent également via des fascicules brefs, vendus à faible coût (ex. Empreinte, 2008) voire à prix libre.

  • 9 www.eautarcie.org.
  • 10 Le terme de « toilettes à humus » provient du mode d’emploi manifeste du peintre et architecte autr (...)

17Internet offre enfin de démultiplier la circulation de discours d’abord structurés sous forme orale. Ainsi la conférence gesticulée « L’eau, ça chie », créée par Anthony Brault et Samuel Lanoë au sein de la SCOP Le Pavé en 2013, signe la proximité de l’assainissement écologique avec le milieu de l’éducation populaire, dans lequel l’oralité prime. Visionnée en ligne plusieurs dizaines de millier de fois, elle apparait encore comme une référence au même titre que le site internet « Eautarcie » 9. Ce site, créé en 2003 par le chercheur belge retraité Joseph Orzagh, rassemble le contenu des conférences publiques multiples qui l’ont fait connaitre dans différentes régions de l’hexagone. Ce sont ces conférences qui ont participé à consacrer le terme de « toilettes à litière biomaitrisée », ou TLB, auprès d’autres expressions comme « toilettes à compost » ou encore, « toilettes à humus » 10

  • 11 Le terme de latrine renvoie ici aux toilettes qui recueillent simplement urines et matières fécales (...)

18Un point commun marquant entre les écrits, discours, et images autour de la pratique des toilettes sèches, est qu’ils insistent sur la question du « retour » au sol ou à la terre, via le compostage, de quelque chose qui lui aurait été emprunté. Or, si le remboursement de cette dette vise à participer à la fertilité du sol, c’est non seulement en tant qu’il permet la croissance de la végétation, mais aussi en tant qu’il est un milieu de vie, peuplé de divers organismes (fig. 1). Ce faisant, les promoteurs des toilettes à compost (fabricants, loueurs, formateurs) se démarquent activement de l’imaginaire archaïque de la « cabane au fond du jardin », des « feuillées » ou des « latrines »11, qui ne suppose pas la même attention au devenir de la matière produite. En effet, ils y insistent, si le compostage des excréments humains ne repose pas sur des infrastructures très complexes du point de vue matériel, il demande néanmoins un savoir-faire et une attention conséquente, pour être mené à bien dans de bonnes conditions sanitaires et agronomiques. Les règles de l’art de l’assainissement écologique concernant le compostage des matières fécales sont rappelées dans une charte produite par le RAE, que s’engagent à appliquer ses membres. L’attention requise par la pratique du compostage s’adresse d’abord au monde microbien : non seulement pour obtenir un humus de qualité, mais aussi en vue de l’« hygiénisation » des matières. Il s’agit en effet d’éviter tout risque de contamination via les micro-organismes pathogènes pouvant être contenus dans les matières fécales fraiches.

Figure 1 : Illustrations sur les toilette sèches

Figure 1 : Illustrations sur les toilette sèches

Crédits : à gauche : illustration de couverture de l’ouvrage Le petit livre du fumain, manuel de compostage du fumier humain (Jenkins, 2017) ; à droite : illustration extraite d’un dossier sur les toilettes sèches « Levons nos vers » paru dans le journal d’information citoyenne locale La trousse Corrézienne (n°5, mars-avril 2016)

19La question du retour au sol du potentiel fertilisant des excreta s’articule dans la promotion des toilettes sèches avec l’idée d’éviter de gâcher et souiller de l’eau potable : littéralement de « chier dans l’eau potable ». Il s’agit dès lors, en plus de ne pas salir l’eau que l’on pourrait boire, de préserver la ressource en eau et enfin d’éviter de polluer les milieux aquatiques (fig. 2). Dans ce contexte, cette pollution est d’abord considérée comme provenant des fèces, c’est-à-dire de la matière organique et les agents pathogènes qu’ils contiennent. Il s’agit donc de découpler circulation de l’eau et circulation de la matière organique au niveau de l’habitat, via deux infrastructures dédiées, la phyto-épuration et le compostage. De ce point de vue, les toilettes à compost viennent réparer une anomalie, qui consiste à déposer dans l’eau les matières fécales alors qu’elles appartiennent au registre de la matière organique. Quant aux urines, elles ne reçoivent pas dans ce cadre une attention soutenue, apparaissant en première analyse comme un personnage secondaire de cette réflexion collective sur la restauration des cycles. Leur devenir est néanmoins de plus en plus débattu ces dernières années. L’arrivée de laboratoires de recherche dans le réseau va en effet de pair avec l’élargissement des discussions sur la pollution de l’eau à la question de l’eutrophisation, au départ peu présente. Cela conduit à la mise en avant d’un nouveau cycle dans les débats qui entourent le compostage : le cycle de l’azote.

Figure 2 : schéma figurant sur les plaquettes de communication du RAE

Figure 2 : schéma figurant sur les plaquettes de communication du RAE

Crédits : plaquette de communication du RAE

Une fertilité centrée sur l’humus

  • 12 Dans le bac ou tas de compost, du fait la montée en température, ce ne sont pas exactement les même (...)

20Si l’échelle atomique est ici relativement peu discutée en tant que telle, c’est que le compostage, c’est-à-dire étymologiquement la composition ou le mélange, vise pour ses promoteurs à enrichir les sols cultivés en matière organique, participant à la formation du « complexe argilo-humique ». Ce dernier, présenté par Eric Sabot (2005) comme le « foie du sol », stocke et libère progressivement des ressources minérales que les plantes pourront puiser selon leurs besoins. Le processus de traitement, quant à lui, amène les excréments au contact d’une litière végétale et d’organismes vivants (bactéries, champignons, invertébrés multiples) qui opéreront la digestion de la matière et son hygiénisation. Il y a donc délégation du travail de transformation à la faune et à la flore édaphiques, comparés à des « artisans » ou encore à différents organes d’un système digestif (Sabot, 2005). Le bac ou tas de compostage apparaît ici comme un écosystème artificiel, construit pour reproduire en intensif12 le fonctionnement superficiel du sol. Le sol, en tant que milieu vivant, est donc ici le destinataire final mais tout aussi bien, de façon dérivée, l’acteur de la transformation des excréments en ressource. C’est donc une agronomie marquée par une approche organique, au sens fort, qui est ici convoquée : celle qui, marginalisée durant les trente glorieuses, a joué un rôle d’alerte vis-à-vis de l’épuisement des sols (Pessis, 2019 ; voir également la contribution de Céline Pessis à ce numéro).

21L’approche transmise dans les lieux de formation ruraux tels que le Battement d’Ailes, évoqué plus haut, s’inscrit dans une optique agro-écologique, en décalage avec l’approche industrielle de l’assainissement, mais aussi de l’agronomie. Le Battement d’Ailes se réclame ainsi de la permaculture : en associant jardin maraicher, restaurant et assainissement écologique, ce collectif de travail produit et met en scène une boucle locale de circulation de la matière organique, en relation étroite avec le milieu. La permaculture consiste en effet à « combler les besoins humains » au sein des limites d’un cadre écologique local en ayant du sol une vision intégrée ; les toilettes à compost forment ici une « lisière » qui dessine une continuité entre la vie quotidienne au sein d’un habitat humain et les processus naturels de décomposition dont le sol est le siège (Elain, 2007, p. 262). Pour le formateur du Battement d’Ailes, avant de viser l’autonomie alimentaire, le compostage forme d’abord une manière « pertinente » et « logique » de gérer les déjections humaines, en les conservant dans le cycle de la matière organique, c’est-à-dire du vivant.

Dans la forêt cela se débrouille tout seul, la matière organique se décompose, l’humus se restaure de lui-même. Cela forme un cycle. Nous humains, comme nous demandons à de très petites surfaces de produire beaucoup de nourriture, de très gros fruits et de très gros légumes sur de toutes petites surfaces, il faut rendre au sol ce qu’on lui a pris, sinon on l’appauvrit. (…) C’est une manière de compenser le déséquilibre introduit dans le milieu du fait de notre propre activité de production.  (Maître composteur du Battement d’ailes, octobre 2019).

  • 13 À l’inverse, la biodynamie ne reconnaît pas, en théorie, ce pouvoir fécondant particulier aux excre (...)

22La transformation des déjections humaines en humus inscrit les toilettes à compost dans une approche commune avec le mouvement permacole, le maraîchage sur sol vivant et l’agroforesterie : une vision du monde où l’humain comme tout être vivant terrestre se trouve « subordonné à l’humus » dans un monde structuré par les « métamorphoses » de la matière organique (Sabot, 2005, p. 46). De ce point de vue, c’est le sol et les espèces qui l’habitent, comparés à un tube digestif porteur des processus de décomposition de cette matière, qui forme le moteur de la circulation de l’énergie dans le monde13.

Quand la ville nourrit les espaces cultivés : continuités élémentaires entre humains et plantes domestiques

23Tandis que la pratique des toilettes sèches et de la phyto-épuration émergent et s’imposent dans des contextes variés (sites isolés, évènementiel, habitat léger) depuis maintenant une vingtaine d’années, le contexte urbain est longtemps resté le parent pauvre de cette dynamique. Le retour au sol des sous-produits de l’assainissement conventionnel se réduit aujourd’hui à l’épandage des matières de vidange de fosses septiques et des boues de station d’épuration, dont l’usage ne cesse de décroitre. Si le domaine des toilettes sèches s’étend aujourd’hui indéniablement, un autre vocable fait son entrée dans les discussions relatives à la valorisation des excréments humains. C’est par le terme de « séparation à la source des eaux usées domestiques » que la question commence clairement à faire son entrée dans la recherche académique, et au sein de groupes de travail interprofessionnels associés à cette dernière.

Séparer les urines à la source : focale sur les flux d’azote et phosphore

  • 14 Mon rôle consiste à collecter et mettre en dialogue les retours d’expérience, et coordonner la prod (...)

24Un groupe de travail thématique sur la « séparation à la source des eaux usées domestiques » a été créé en 2016 au sein de l’association Arceau Ile-de-France. Cette dernière rassemble une série d’acteurs à l’interface entre collectivités locales et recherche académique, avec dans une moindre mesure, certains acteurs du secteur privé et associatif. Une partie de ses membres appartiennent également au RAE. Le groupe de travail forme un autre contrepoint aux arènes nationales habituellement investies par les grands groupes de traitement de l’eau et des déchets. Le groupe d’Arceau, sur la sur-séparation à la source, dont je deviens animatrice en 201814, s’intéresse d’abord aux territoires urbains et densément peuplés, au premier rang desquels l’agglomération parisienne. À l’origine du groupe se trouvent deux hommes aux profils hybrides entre recherche en sciences de l’environnement et administration publique. L’un est l’initiateur du programme OCAPI, l’autre est également chercheur, employé de longue date du SIAAP, le Syndicat Interdépartemental pour l’Assainissement de l’Agglomération Parisienne.

25Ici, la collecte séparative des urines occupe clairement le devant de la scène. En effet ce sont les cycles de l’azote et du phosphore, et l’évaluation des flux transitant par les bassins versants et les territoires urbains, qui servent de référence principale aux fondateurs de ce groupe, pour les réflexions sur la gestion soutenable des excréments humains. Ce cadrage trouve son origine dans l’émergence comme problème public dans les années 1990, de la pollution massive des milieux aquatiques par les nitrates et les phosphates, provoquant leur eutrophisation. Les systèmes d’assainissement urbains sont alors pointés du doigt aux côtés du lessivage des engrais chimiques et lisiers épandus en excès sur les terres cultivées. Ce constat des impacts massifs sur les milieux aquatiques, en amont comme en aval, du « régime socio-écologique » des territoires urbains (Schmid Neset et al, 2008, Esculier et al, 2019), incite à revoir la gestion de leurs eaux usées. L’objectif est de permettre une utilisation en agriculture des nutriments qu’elles contiennent, dans une logique d’optimisation métabolique. L’urine contenant la majeure partie de l’azote et du phosphore présents dans les eaux usées, c’est à ce titre qu’elle devient un objet d’attention principal.

  • 15 Le programme OCAPI est principalement porté par le LEESU (Laboratoire Eau, environnement, systèmes (...)

26C’est au cours des années 2010, avec l’entrée de la recherche académique française sur le sujet de la gestion à la source des excréments humains, que s’est établi ce cadrage sur les flux d’azote et phosphore produits par les territoires urbains denses. Les chercheurs impliqués ont, parmi leurs références, une production internationale déjà assez large, axée sur le développement de procédés de collecte, stockage et traitement (e.g. Jönsson & Vinnerås, 2007). Traitant en particulier de l’urine, ceux-ci se sont développés dans les pays scandinaves depuis les années 1990, puis en Allemagne et en Suisse. En France, différents territoires sont aujourd’hui concernés. Le programme OCAPI prend comme cas d’étude l’agglomération parisienne. Le laboratoire TBI travaille, lui, en relation régulière avec la métropole Toulousaine. Enfin, le projet VALURINE porte, lui, sur l’agriculture péri-urbaine de Montpellier15.

27La comptabilisation azotée est au cœur des travaux scientifiques concernant la séparation à la source des urines. Fabien Esculier (2018) par exemple, initiateur du groupe Arceau, applique les méthodes de l’écologie territoriale à la circulation de l’azote dans l’agglomération parisienne. Il procède alors à l’évaluation, sur le plan élémentaire, de la production dont se rend capable chaque jour le corps de chaque humain participant aux effluents urbains. Il calcule ainsi facétieusement la quantité de pain ou de croissants que l’on pourrait produire en utilisant l’urine des franciliens pour fertiliser les champs de blé de la région. L’approche mise en œuvre dans ces travaux emprunte sa logique à l’écologie territoriale, ici mobilisée en premier lieu pour les éclairages qu’elle permet d’apporter sur la pollution azotée des bassins versants. Le système productif apparaît ici comme un échange de « nutriments », ramenés à leur composante minérale, entre les humains et les céréales. Le corps du parisien moyen s’y distingue comme canal ou comme maillon dans le flux des éléments planétaires, à raison de 3,4 kg par personne et par an pour l’azote – s’il suit les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé. L’approche quantitative se justifie ici par l'approche régionale du chercheur, en tant qu’il s’interroge sur la façon de prendre en charge « de manière circulaire, sobre et non polluante » cette masse énorme d’excréments, celle qui prend naissance du fait même de la concentration sans précédent des populations au cœur de systèmes de production eux-mêmes concentrés et spécialisés à l’extrême.

Organiser le retour des nutriments minéraux aux plantes

28L’emploi comme engrais des produits dérivés de l’urine humaine se justifie selon l’argumentaire suivant : l’urine contient la majeure partie des nutriments minéraux excrétés chaque jour par le corps humain, à savoir en particulier l’azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K). Le terme de nutriment se réfère ici à l’alimentation végétale, et non humaine. Il s’agit des minéraux que les plantes puisent pour leur croissance par les racines. Ce sont eux qui entrent dans la formulation dite « N, P, K » de tout engrais du commerce, avec en prime, de nombreux autres « micro-nutriments », éléments également utiles aux plantes mais en plus petite quantité (calcium, magnésium, etc.). Ici, l’agronomie est convoquée sous son versant chimique (Cohen, 2017). La focale est alors mise sur la nutrition minérale des plantes, sur la piste des travaux fondateurs de Liebig sur l’azote comme premier facteur limitant de la croissance végétale. Le calcul du potentiel productif du corps humain consommant qui sert de base aux argumentaires mobilisant la comptabilité azotée se calque donc, d’un certain point de vue, sur les méthodes agronomiques conventionnelles d’évaluation de la fertilité des terres. Le sol est dans le même temps ramené à des surfaces cultivées, et aux quantités d’azote dont la plante a besoin pour égaler les rendements permis par les engrais de synthèse.

29Pour autant, l’utilisation d’urine comme engrais reste en premier lieu, une pratique vernaculaire (EcoSanRes, 2011 ; De Looze, 2016). Elle se redéveloppe aujourd’hui dans le sillage du compostage, à l’échelle domestique. Un débat entoure néanmoins son utilisation, comme j’ai pu le découvrir suite à l’organisation d’une journée de conférences consacrées à l’urine lors des rencontres du RAE de 2018. Celle-ci donnait, de façon inédite, largement la parole à des acteurs académiques. Nous résumerons seulement ici brièvement les termes d’un débat complexe : s’agissant d’un engrais minéral, riche en ammoniac, son utilisation est proscrite par les uns, les plus attachés à la notion de sol vivant, qui y voient un facteur de fragilisation du complexe argilo-humique et de la faune édaphique. Elle est valorisée par les autres, considérant son épandage comme efficace au même titre qu’un autre engrais, sous forme brute ou transformée. Une troisième posture, médiane, la considère pour enrichir le compost en minéraux au moment de son épandage, et les recycler plus efficacement, partant du principe que l’azote de l’urine est en partie volatilisé lors du compostage. En somme il s’agit de savoir, pour les participants à ce débat, qui du sol ou de la plante, doit être « nourri », dans les pratiques de fertilisation.

  • 16 Système mis en œuvre et commercialisé par la jeune entreprise VUNA, liée à l’institut suisse de rec (...)

30Enfin, la nature minérale de l’urine ouvre la porte à une diversité d’acteurs pour la mise en œuvre de traitements, qui vont de démarches artisanales et largement appropriables, jusqu’à l’industrie chimique de pointe. Ces approches instaurent une distance – matérielle et symbolique – plus ou moins grande entre le corps urinant et le champ cultivé. Les procédés, éprouvés ou encore à l’étude, vont en effet du simple stockage à des traitements complexes associant réacteur bactérien, distillation, traitement aux charbons actifs16, en passant par l’utilisation de l’urine comme milieu de culture pour développer des biostimulants bactériens... Quand elle est traitée par simple stockage, c’est en tant qu’urine et donc comme fluide corporel transformé, qu’elle achève son parcours au pied des plantations. Dans cette approche low-tech, la dimension organique ne disparait pas : c’est bien un fluide corporel qui nourrit les plantes cultivées. Elle est même véritablement mise en scène dans le programme OCAPI, avec la production de pain à partir de blé urino-fertilisé et nommé « Boucle d’Or » (fig. 3), ou le projet Valurine et son vin estampillé « J’irai pisser sur vos vignes ». Inversement, loin de cette approche low-tech, la version la plus radicale de la séparation à la source consiste à adopter une approche extractive à l’échelle moléculaire : le traitement s’appuie alors sur des techniques de chimie industrielle, permettant d’obtenir des formulations pures, notamment du sulfate d’ammonium (Antonini et al, 2011). Dans ce dernier cas, l’objectif affiché est de se substituer point par point aux fertilisants de synthèse existants, tant sur le plan de la formulation que sur celui du risque. Cette substitution permettrait aux produits obtenus de s’insérer dans un contexte technique, réglementaire et social stabilisé, sans avoir à s’atteler à la remise en question de ce dernier.

Figure 3 : Séance de dégustation du pain « Boucle d’or »

Figure 3 : Séance de dégustation du pain « Boucle d’or »

Pain produit dans le cadre du programme OCAPI à partir de blé urino-fertilisé avec la boulangerie le Bricheton (Paris)

Crédit : Badge conçu par la designer Louise Raguet, dessin de Simon Geneste.

Conclusion

31Après un siècle de déploiement du tout-à-l’égout en France, l’assainissement moderne est en train d’y vivre un tournant. Le caractère indiscutable de la chasse d’eau, mais aussi de l’égout, a été mis en avant par Hawkins en ces termes : « l’égout opère la transformation de la merde en effluent, qui, de déchet privé, devient dès lors un problème public » (Hawkins, 2004). Comme elle le souligne, l’infrastructure entretient activement la disparition matérielle et symbolique des déchets corporels, empêche par là même de faire le lien entre l’acte de tirer la chasse d’eau et les pollutions qui adviennent en bout de tuyau, et occulte également entièrement le potentiel fertilisant des matières concernées. Cette éclipse est affaire de dé-légitimation, et non d’oubli complet. En effet le XXe siècle a été ponctué par le développement régulier de prototypes de toilettes sèches (Jacquand, 2013). Il a également été marqué par la poursuite de pratiques vernaculaires, au moins en contexte rural, ne s’effaçant qu’à mesure de leur stigmatisation. Au point que les chercheurs qui prônent aujourd’hui publiquement l’utilisation de l’urine comme engrais peuvent se voir accusés de réinventer l’eau chaude. On peut donc considérer que l’utilisation actuelle des urines et matières fécales humaines en agriculture relève avant tout d’un regain de légitimité.

32La pratique des toilettes sèches est, depuis les années 1990, au cœur du développement de l’« assainissement écologique » en France. Concernant d’abord des contextes ruraux et évènementiels, les réflexions s’étendent plus récemment aux agglomérations urbaines à mesure de l’institutionnalisation du sujet. Concomitante de l’implication d’acteurs issus du monde académique au cours des années 2010, cette institutionnalisation va de pair avec l’introduction d’un nouveau cadre d’analyse et d’action, complémentaire au premier, celui de la « séparation à la source des eaux usées », liés à des approches métaboliques insufflées par l’essor de la discipline de l’écologie territoriale. Les savoirs associés au compostage des matières de toilettes sèches se sont d’abord structurés au sein d’une communauté de pratique où la transmission orale tient une place importante. S’y dessine une certaine façon d’envisager le devenir souhaitable des excréments : retirer la matière organique de l’eau pour la retourner au sol, revient en un sens à accompagner la métamorphose des déchets corporels en humus. Il s’agit ce faisant de retourner une part de soi au sol considéré comme milieu de vie, en lui de redonnant à manger la matière vivante, une fois qu’elle a achevé sa participation au corps humain. Le développement plus récent de la recherche académique sur le sujet de la valorisation agricole des excréments décale le cadre en centrant son attention sur les flux massifs de nutriments minéraux (azote, phosphore, etc.) produits par les grands bassins de population. L’urine devient alors un objet d’attention privilégié comme vecteur principal des « nutriments anthropogéniques » (Larsen, 1996), permettant, à condition d’être bien dirigés, un retour aux plantes des éléments minéraux impliqués dans leur alimentation racinaire.

  • 17 Ces derniers font l’objet d’une attention émergente en anthropologie. Une amorce d’exploration du p (...)

33Ces deux modes de cadrage, en tension et pourtant non exclusifs l’un de l’autre, mettent en discussion la place de la chimie de synthèse dans les pratiques actuelles de fertilisation agricole. Ils ont en effet en commun de chercher à redonner aux terres cultivées la matière qui en provient initialement et transite provisoirement par les corps humains. Les différentes manières d’envisager ce retour, organique dans un cas, atomique dans l’autre, réinstaurent donc des voies d’attention consciente à la circulation vers les cultures de quelque chose qui proviendrait des corps humains. Elles proposent de nouveaux axes de compréhension de la circulation de la matière et de l’énergie dans le monde, et de nouveaux protagonistes. Leurs relations pourraient être explorées plus avant en suivant le principe d’une « gaïa-graphie » (Arènes et al. 2018) attentive aussi bien aux milieux, qu’aux éléments chimiques constitutifs du vivant17. La réémergence de l’utilisation agricole des excréments humain met en effet l’accent sur des entités préalablement (rendues) invisibles, deux personnages clés de la « zone critique » qui sépare la croûte terrestre de l’espace intersidéral : d’une part le sol en tant que milieu vivant, d’autre part le cycle de l’azote, dans sa fragilité et sa complexité.

34Dans ces transformations, le risque de reconduire les écueils de l’agriculture intensive n’est pas absent, notamment si les démarches entreprises se réduisent à la substitution des produits issus de l’assainissement à ceux issus de la chimie de synthèse. Pour autant, se dévoile potentiellement, dans la possibilité d’un redevenir agricole des excréments, l’horizon d’une réinscription de l’existence humaine dans les boucles métaboliques du monde vivant. Or celle-ci suppose aussi la dégradation et la mort d’un corps finalement rappelé à sa dimension transitoire - affirmation qui s’oppose au rêve d’éternité des sociétés industrielles décrit par Monsaingeon (2017, p. 209), le rêve d’une société qui traite ses déchets sur le mode du déni.

Ce projet bénéficie du financement de l’Agence de l’Eau Seine Normandie dans le cadre d’OCAPI. Je tiens à remercier celles et ceux qui m’ont permis d’engager l’analyse présentée ici par leurs réflexions partagées, en particulier Philippe Van Assche, Fabien Esculier, Aurélie Jovéniaux, Alexsandro Arbarotti, Mathilde Soyer, Annie Guernion, Céline Granjou, Germain Meulemans. L’auteur remercie également les relecteurs anonymes de cet article pour leurs précieux apports.

Haut de page

Bibliographie

Abrahamsson, S. & Bertoni, F. (2014). Compost politics: experimenting with togetherness in vermicomposting. Environmental Humanities, 4(1), 125-148. https://doi.org/10.1215/22011919-3614962

Adler, E. (2020). Gérer les déjections humaines, un défi urbain le cas de la ville de Lyon, fin XVIIIe – début XXe s. Thèse de doctorat, Université Paris-Est, Marne-la-Vallée.

Anderson, W. (1995). Excremental colonialism: Public health and the poetics of pollution. Critical Inquiry, 21(3), 640-669. https://doi.org/10.1086/448767

Antonini, S., Paris, S., Eichert, T. & Clemens, J. (2011). Nitrogen and phosphorus recovery from human urine by struvite precipitation and air stripping in Vietnam. CLEAN – Soil, Air, Water, 39(12), 1099–1104. https://doi.org/10.1002/clen.201100036

Arènes, A., Latour, B. & Gaillardet, J. (2018). Giving depth to the surface: An exercise in the Gaia-graphy of critical zones. The Anthropocene Review, 5(2), 120-135. https://doi.org/10.1177/2053019618782257

Barles, S. (2005a). L’invention des déchets urbains : France 1790-1970. Seyssel : Champ Vallon.

Barles, S. (2005b). Experts contre experts : les champs d'épandage de la ville de Paris dans les années 1870. Histoire urbaine, (3), 65-80. https://doi.org/10.3917/rhu.014.0065

Cohen, A.G. (2017). Des lois agronomiques à l’enquête agroécologique. Esquisse d’une épistémologie de la variation dans les agroécosystèmes. Tracés, 33, 51-72. https://doi.org/10.4000/traces.6989

Corbin, A. (2016 (1982)). Le miasme et la jonquille : L'odorat et l'imaginaire social, XVIIe-XIXe siècles. Paris : Flammarion.

De Looze, R. (2016). L’urine, de l’or liquide au jardin – Guide pratique pour produire ses fruits et légumes en utilisant les urines et composts locaux. Escalquens : Terran.

Drangert, J.O. (1998). Urine blindness and the use of nutrients from human excreta in urban agriculture. GeoJournal, 45, 201-208. https://doi.org/10.1023/A:1006968110875

Dumas, M. (1866). Enquête sur les engrais. Paris : Rothschild.

Duncker, L., Matsebe, G. N. & Moilwa, N. (2007). The social/cultural acceptability of using human excreta (faeces and urine) for food production in rural settlements in South Africa. Pretoria: Water Research Commission.

Richert, A., Gensch, R. & Jönsson, H. (2011). Conseils pratiques pour une utilisation de l’urine en production agricole. Stockholm: EcoSanRes. Consulté sur : http://www.ecosanres.org/pdf_files/EcoRanRes_Urine_Guide_FRENCH_111026.pdf

Elain, C. (2007). Un petit coin pour soulager la planète. Toilettes sèches et histoires d’eau. Vanxains : Association Eauphilane.

Elias, N. (1973). La civilisation des mœurs. Paris : Calmann-Lévy.

Epelboin A. (2001). Leçon d’humanité : les récupérateurs d’ordures de Mbebess, Sénégal, vidéo 56 mn. Consulté sur : https://www.canal-u.tv/video/smm/lecons_d_humanites_a_mbebess_la_decharge_a_ordures_de_dakar_pikine_travail_du_cordonnier_d_amulettes_et_parole_de_recuperateurs.13725

Esculier, F. (2018). Le système alimentation/excrétion des territoires urbains : régimes et transitions socio-écologiques. Thèse de doctorat, Université Paris-Est, Marne-la-Vallée.

Esculier, F., Le Noë, J., Barles, S., Billen, G., Créno, B., Garnier, J., Lesavre, J., Petit, L. & Tabuchi, J.-P. (2019) The biogeochemical imprint of human metabolism in Paris Megacity: a regionalized analysis of a water-agro-food system. Journal of Hydrology, 573, 1028-1045. https://doi.org/10.1016/j.jhydrol.2018.02.043

Favret-Saada, J. (1977). Les mots, la mort, les sorts. Paris : Gallimard.

Hawkins, G. (2004). Shit in public. Australian Humanities Review, 31-32. URL : http://australianhumanitiesreview.org/2004/04/01/shit-in-public/ consulté le 7 juillet 2020.

Hawkins, G., & Muecke, S. (Eds.). (2002). Culture and waste: The creation and destruction of value. Lanham: Rowman & Littlefield Publishers.

Jaquand, C. (2013). Leberecht Migge et la colonie agricole évolutive « selon les principes biologiques », In Situ, 21 [En ligne]. https://doi.org/10.4000/insitu.10370

Jeanjean, A. (2006). Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts. Paris : Éditions du CTHS.

Jenkins, J. (2017 (1996)). Le petit livre du fumain – Manuel de compostage du fumier humain. Montréal : Ecosociété.

Jewitt, S. (2011). Geographies of shit: Spatial and temporal variations in attitudes towards human waste. Progress in Human Geography, 35(5), 608-626. https://doi.org/10.1177/0309132510394704

Jones, B. M. (2019). (Com)Post-Capitalism: Cultivating a More-than-Human Economy in the Appalachian Anthropocene. Environmental Humanities, 11(1), 3-26. https://doi.org/10.1215/22011919-7349347.

Jönsson, H. & Vinnerås, B. (2007). Experiences and suggestions for collection systems for source-separated urine and faeces. Water Science and Technology, 56(5), 71-76. https://doi.org/10.2166/wst.2007.558

Kawa, N.C., Ding, Y., Kingsbury, J., Goldberg, K., Lipschitz, F., Scherer, M. & Bonkiye, F. (2019). Night Soil: Origins, Discontinuities, and Possibilities for Bridging the Metabolic Rift. Ethnobiology Letters, 10(1): 40-49. https://doi.org/10.14237/ebl.10.1.2019.1351

Laporte, D. (1978). Histoire de la merde. Paris : C. Bourgois.

Larsen, T. A. & Gujer, W. (1996). Separate management of anthropogenic nutrient solutions (human urine). Water Science and Technology, 34(3-4), 87-94. https://doi.org/10.1016/0273-1223(96)00560-4

Larsen, T. A., Udert, K. M. & Lienert, J. (Eds.). (2013). Source separation and decentralization for wastewater management. London: Iwa Publishing.

Lehec, E. (2018). La remise en cause des services urbains en réseau, une approche par la technique : le cas du compostage des déchets en pied d'immeuble à Paris. Thèse de doctorat, Université Paris 1, Paris.

Mazoyer, M. & Roudart, L. 2017 (2002). Histoire des agricultures du monde. Du néolithique à la crise contemporaine. Paris : Le Seuil.

Monsaingeon, B. (2017). Homo detritus-Critique de la société du déchet. Paris : Le Seuil.

Oberg, A. (2019). Problematizing Urban Shit(ting): Representing Human Waste as a Problem. International Journal of Urban and Regional Research, 43(2), 377-392. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12744

Olivier de Sardan, J. P. (2000). Le « je » méthodologique. Implication et explicitation dans l'enquête de terrain. Revue française de sociologie, 41(3), 417-445. URL : https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_2000_num_41_3_5289 consulté le 7 juillet 2020.

Otterpohl, R., Grottker, M., Lange, J. (1997). Sustainable water and waste management in urban areas. Water Science and Technology, 35(9), 121–133. https://doi.org/10.2166/wst.1997.0336

Paulet, M. (1853). L'Engrais humain. Histoire des applications de ce produit à l'agriculture, aux arts industriels, avec description des plus anciens procédés de vidanges et des nouvelles réformes dans l'intérêt de l'hygiène. Paris : Comptoir des imprimeurs-unis, Veuve Comon.

Pessis, C. (2019). Défendre la terre. Scientifiques critiques et mobilisations environnementales des années 1940 aux années 1970. Thèse de doctorat, centre Alexandre Koyré, Paris.

Sabot, E. (2005). La pratique du compost et des toilettes sèches. Moisdon la rivière : La maison autonome.

Schmid Neset, T.S., Baderb, H.P., Scheidegger, R. & Lohm, U. (2008). The flow of phosphorus in food production and consumption – Linköping, Sweden, 1870–2000. The Science of the total Environnement, 396, 111–120. https://doi.org/10.1016/j.scitotenv.2008.02.010

Steffen, W., Richardson, K., Rockström, J., Cornell, S.E., Fetzer, I., Bennett, E.M., Biggs, R., Carpenter, S.R., de Vries, W., de Wit, C.A., Folke, C., Gerten, D., Heinke, J., Mace, G.M., Persson, L.M., Ramanathan, V., Reyers, B., Sörlin. S. (2015). Planetary boundaries: Guiding human development on a changing planet. Science, 347(6223), 1259855. https://doi.org/10.1126/science.1259855

Steiner, R. (2009 (1924)). Le cours aux agriculteurs. Montesson : Novalis.

Uddin, S. M. N., Muhandiki, V. S., Sakai, A., Al Mamun, A., & Hridi, S.M. (2014). Socio-cultural acceptance of appropriate technology: Identifying and prioritizing barriers for widespread use of the urine diversion toilets in rural Muslim communities of Bangladesh. Technology in Society, 38, 32-39. https://doi.org/10.1016/j.techsoc.2014.02.002

Vigarello, G. (2014 (1985)). Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge. Paris : Seuil.

Haut de page

Notes

1 « Le retour à la terre » est par exemple le nom d’un réseau de magasins Biocoop à Paris, et celui d’une série bande dessinée de Jean-Yves Ferry et Manu Larcenet, publiées entre 2009 et 2019.

2 Le concept d’ECOSAN (Ecological sanitation), regroupe des programmes de développement tournés vers la gestion écologique des déjections humaines, dans des contextes où l’assainissement fait défaut. Ils couplent l’évitement des maladies à transmission féco-orales, et l’autonomie alimentaire et énergétique des communautés.

3 L’auteur se considère comme « prise » dans l’enquête, en un sens atténué par rapport à l’acception de Favret Saada (1977).

4 Expression empruntée à Goethe par Freud.

5 Le Laboratoire Eau Environnement Systèmes Urbains (LEESU)

6 La cuvette est prolongée par une colonne de chute reliée à un réservoir de grande dimension en sous-sol. Les liquides sont déviés vers la phyto-épuration. Les solides sont compostés sur place.

7 Les membres du RAE sont à la fois des associations d’éducation populaire et éducation à l’environnement, des entreprises, des laboratoires de recherche, et des particuliers. Le réseau compte en 2019, une cinquantaine de membres, principalement situés en France mais aussi pour quelques-uns d’entre eux, dans les pays francophones voisins.

8 L’ASTEE regroupe entreprises, chercheurs et collectivités. Les grands groupes de la gestion des déchets, de l’eau et de l’assainissement y occupent une place prépondérante. L’IFAA est le syndicat professionnel de la filière de l'Assainissement Non Collectif.

9 www.eautarcie.org.

10 Le terme de « toilettes à humus » provient du mode d’emploi manifeste du peintre et architecte autrichien Hundertwasser, dessiné en 1975. Il existe aujourd’hui une grande diversité de modèles de toilettes sans eau, avec ou sans séparation des urines et matières fécales, compactes ou à gros volume, avec ou sans ajout de matière sèche.

11 Le terme de latrine renvoie ici aux toilettes qui recueillent simplement urines et matières fécales dans une fosse, qui sera vidangée ou rebouchée. Toujours très courantes au niveau international, elles sont devenues extrêmement rares en Europe, sauf contexte de bidonville ou regroupement en pleine nature (camp scout…)

12 Dans le bac ou tas de compost, du fait la montée en température, ce ne sont pas exactement les mêmes communautés de micro-organismes qui sont à l’œuvre par rapport aux couches superficielles du sol.

13 À l’inverse, la biodynamie ne reconnaît pas, en théorie, ce pouvoir fécondant particulier aux excreta humains (Steiner, 1924).

14 Mon rôle consiste à collecter et mettre en dialogue les retours d’expérience, et coordonner la production de documents de porter-à-connaissance auprès de différents secteurs professionnels.

15 Le programme OCAPI est principalement porté par le LEESU (Laboratoire Eau, environnement, systèmes urbains) ; TBI (Toulouse Biotechnology Institute – INSA Toulouse) porte actuellement le projet ANR DESIGN (Développement et Evaluation de Scénarios Urbains Innovants de Gestion Séparative des effluents) ; VALURINE est porté par l’INRAE Montpellier.

16 Système mis en œuvre et commercialisé par la jeune entreprise VUNA, liée à l’institut suisse de recherche sur l’eau (EAWAG).

17 Ces derniers font l’objet d’une attention émergente en anthropologie. Une amorce d’exploration du phosphore a par exemple été tentée dans la série éditoriale « An Anthropogenic Table of Elements » : https://culanth.org/fieldsights/an-anthropogenic-table-of-elements-an-introduction

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Illustrations sur les toilette sèches
Crédits Crédits : à gauche : illustration de couverture de l’ouvrage Le petit livre du fumain, manuel de compostage du fumier humain (Jenkins, 2017) ; à droite : illustration extraite d’un dossier sur les toilettes sèches « Levons nos vers » paru dans le journal d’information citoyenne locale La trousse Corrézienne (n°5, mars-avril 2016)
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/11042/img-1.png
Fichier image/png, 851k
Titre Figure 2 : schéma figurant sur les plaquettes de communication du RAE
Crédits Crédits : plaquette de communication du RAE
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/11042/img-2.png
Fichier image/png, 439k
Titre Figure 3 : Séance de dégustation du pain « Boucle d’or »
Légende Pain produit dans le cadre du programme OCAPI à partir de blé urino-fertilisé avec la boulangerie le Bricheton (Paris)
Crédits Crédit : Badge conçu par la designer Louise Raguet, dessin de Simon Geneste.
URL http://journals.openedition.org/rac/docannexe/image/11042/img-3.png
Fichier image/png, 1006k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Legrand, « Digestions fertiles »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/rac/11042 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.11042

Haut de page

Auteur

Marine Legrand

Anthropologue. Ses travaux portent sur les pratiques sociales qui redéfinissent l’inscription des habitats et des corps humains dans les cycles et rythmes du vivant, en contexte post-industriel. Elle est chargée de recherche et animation au Laboratoire Eau Environnement Systèmes Urbains.

Adresse : LEESU, ENPC, 6-8 avenue Blaise Pascal, FR-77455 Champ-sur-Marne (France)
Courriel : marine.m.legrand[at]posteo.net

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search