Navigation – Plan du site
Dossier thématique

Penser l’indissociabilité de l’éthique de la recherche, de l’intégrité scientifique et de la responsabilité sociale des sciences

Clarification conceptuelle, propositions épistémologiques
Thinking about the inseparability of research ethics, scientific integrity, and the social responsibility of science. Conceptual clarification, epistemological proposals
Reflexionar sobre la inseparabilidad de la ética de la investigación, la integridad científica y la responsabilidad social de las ciencias. Aclaración conceptual, propuestas epistemológicas
Léo Coutellec

Résumés

Dans un contexte d’institutionnalisation croissante des questionnements éthiques à propos de la recherche scientifique, nous postulons la nécessité d’une clarification conceptuelle, qu’expose cet article, entre éthique de la recherche, intégrité scientifique et responsabilité sociale. L’enjeu est à la fois de qualifier chacun de ces trois domaines et de proposer un mode de composition entre eux, composition qui doit aussi faire œuvre de discernement entre les enjeux éthiques, normatifs et politiques. L’hypothèse que nous défendons dans cette contribution est de positionner l’éthique de la recherche comme un pivot réflexif entre intégrité scientifique (démarche orientée vers la communauté) et responsabilité sociale (démarche orientée vers la société). Un positionnement auquel nous donnons une dimension épistémologique en qualifiant l’éthique de la recherche d’éthique épistémologiquement générique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous utilisons dans cet article le terme « communauté » pour désigner la « communauté scientifique  (...)
  • 2 Nous ne réduisons donc pas la responsabilité sociale à sa dimension gestionnaire comme cela est sou (...)
  • 3 Toute approche définitionnelle a ses limites mais connaît aussi le grand intérêt de la clarté et do (...)
  • 4 Nous n’abordons pas dans cette contribution le domaine de la déontologie qui relève des règles et d (...)

1Dans un contexte d’institutionnalisation croissante des questionnements éthiques à propos de la recherche scientifique, nous postulons la nécessité d’une clarification conceptuelle entre éthique de la recherche, intégrité scientifique et responsabilité sociale. L’enjeu est à la fois de qualifier chacun de ces trois domaines et de proposer un mode de composition entre eux, composition qui doit aussi faire œuvre de discernement entre les enjeux éthiques, normatifs et politiques. De façon minimale, il est possible de qualifier l’éthique de la recherche (ER) comme démarche réflexive sur les valeurs et les finalités de la recherche scientifique ; l’intégrité scientifique (IS) comme démarche normative qui vise à encadrer les (bonnes) pratiques d’une communauté1, en établissant normes et principes ; la responsabilité sociale des sciences (RSS) comme démarche politique2 qui vise à appréhender le contexte et anticiper les conséquences de la science dans une prise de conscience du caractère impliqué de celle-ci3. Ces définitions ne sont pas définitives et elles ont vocation à passer l’épreuve de la critique. Nous savons aussi qu’elles ne font pas consensus, mais la thèse que nous défendons dans cette contribution ne se réduit pas à une approche définitionnelle ; nous cherchons un principe d’articulation en positionnant l’éthique de la recherche comme pivot réflexif entre intégrité scientifique (démarche orientée vers la communauté) et responsabilité sociale (démarche orientée vers la société)4.

2Pour cet article, nous procédons à une analyse des textes « officiels » qui font référence pour déterminer les critères et les instances d’évaluation de la science en matière d’éthique de la recherche. En adoptant une posture épistémique ancrée dans la philosophie des sciences, nous proposons une critique des concepts et des critères utilisés par certains de ces textes officiels, pour resituer la question éthique dans une compréhension des relations entre sciences et politique.

3Ce principe d’articulation, nous le soumettons à l’épreuve de deux propositions qui visent à élaborer un cadre conceptuel pour l’éthique de la recherche à la fois pour analyser ce qui se passe actuellement et pour penser l’action dans ce domaine. Le travail d’analyse conceptuelle vise à mettre à l’épreuve ces deux assertions hypothétiques :

  1. Première proposition : l’éthique de la recherche comme socle réflexif sur lequel construire les politiques ou dispositifs visant à traiter des enjeux d’intégrité scientifique. En ce sens, nous cherchons à qualifier l’indissociabilité d’une réflexion épistémologique et éthique pour le traitement des manquements à l’intégrité scientifique et à montrer l’importance de croiser des approches procédurales et réflexives pour le traitement éthique de situations de recherche jugées problématiques.

  2. Deuxième proposition : l’éthique de la recherche comme tremplin pour élargir le spectre de notre considération éthique à propos des sciences et l’étendue de son champ de responsabilité. Ici, l’éthique de la recherche serait alors à considérer comme le moyen d’une réflexion approfondie sur les sciences en société, sur le concept de science lui-même et sur le type de responsabilité politique que cela implique.

4Nous proposons dans un second temps d’accompagner ce positionnement conceptuel d’une réflexion épistémologique là où l’enjeu est celui de la composition cohérente entre éléments hétérogènes. Nous proposons une épistémologie de l’éthique qui puisse accueillir la complexité de l’épistémè de l’éthique de la recherche. In fine, notre contribution vise à fournir quelques éléments de positionnements (conceptuel et épistémologique) pour renforcer la pertinence d’une éthique de la recherche comprise comme éthique générique composant avec les dimensions axiologiques, épistémologiques, normatives et politiques de la science.

Clarification conceptuelle sur l’éthique de la recherche

Penser l’indissociabilité de l’éthique de la recherche et de l’intégrité scientifique

5Dès ses premières pages, le texte du rapport Corvol tient à établir une distinction claire entre éthique de la recherche (ER) et intégrité scientifique (IS) :

Il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercutions sociétales.

6et de poursuivre

Autant les questions d’éthique font débat, autant l’intégrité scientifique ne se discute pas. Elle se respecte, c’est un code de conduite professionnelle qui ne doit pas être enfreint. Elle s’impose en science, comme s’imposent les codes professionnels de déontologie pour les médecins et les avocats. (Corvol, 2016, p. 8).

  • 5 Nous pensons particulièrement ici aux normes de scientificité. S’il est très utile de définir les c (...)

7Si la distinction est importante, nous pensons qu’elle se situe à un autre niveau que celui proposé dans ce rapport, car il y a deux problèmes à distinguer ainsi IS et ER. Si l’ER ne s’intéresse qu’aux « grandes questions » et l’IS au cadrage déontologique des pratiques alors nous risquons de cristalliser entre eux une forme de hiérarchie épistémique, dans le sens où une sélection des savoirs à mobiliser pourrait s’opérer : des savoirs de synthèse, théoriques, généraux pour l’ER, et des savoirs plus situés, plus opérationnels, plus pratiques, plus restreints pour l’IS. Une hiérarchie qui peut s’incarner par la mise en place de comités d’éthique à visée spéculative et de comités d’éthique opérationnelle, les premiers étant censés « guider » ou « orienter » les seconds, en tout cas servir d’arrière-plan réflexif. Une hiérarchie qui empêche donc de reconnaître le caractère fondamentalement réflexif d’un encadrement normatif des pratiques5 et qui rabat l’intégrité sur la déontologie. Penser l’intégrité dans ses relations conceptuelles et pratiques avec l’éthique de la recherche, c’est prendre de la distance par rapport à la conception protectrice de l’intégrité que suggère son étymologie latine, in teger, qui veut dire « non touché » (Debru, 2019, p. 16). Dans une telle conception, une communauté scientifique intègre sera une communauté scientifique non atteinte ou non atteignable. On comprend alors le caractère ambivalent de cette protection qui pourrait renforcer une conception fermée et positiviste de la science. Se questionnent donc ici l’opportunité et la nature d’une régulation de l’activité scientifique. Comme le soulignait R.E. de Munagorri, « si l’orthodoxie et la rigueur peuvent avoir du bon pour éviter les errements et garantir l’intégrité des pratiques scientifiques, elles peuvent aussi conduire à encourager la rigidité et le conformisme, à appauvrir l’activité de recherche, à inhiber toute initiative originale et créative » (Munagorri, 1998).

8Aussi, cette distinction ne nous donne pas de clés pour penser l’articulation entre IS et ER. Ainsi posée, elle prend plutôt la forme d’une dichotomie qui organise deux magistères. Pourtant, si l’on s’en tient aux déclarations internationales, cette distinction n’est pas si dichotomique. Dans la « Déclaration de Singapour sur l’intégrité en recherche »6, dont le titre même évoque une volonté d’hybridation entre IS et ER, nous observons que la question de l’intégrité est intimement liée à des questions d’éthique de la recherche et cela se caractérise notamment par l’affirmation de principes mais aussi de responsabilités, par exemple de responsabilités vis-à-vis de la société. Cette volonté de mettre en lumière la complémentarité d’une éthique des principes et d’une éthique de la responsabilité en recherche est l’une des façons de penser l’articulation entre IS et ER, celle qui est globalement admise dans la plupart des textes internationaux de portée générale. Elle reste cependant insatisfaisante de notre point de vue lorsque le rôle de l’ER n’y est pas caractérisé précisément car, si l’ER ne se réduit pas à l’IS, elle ne peut se réduire à une éthique de la responsabilité. Nous préciserons ce point dans la seconde partie. Restons-en à ce stade aux rapports que peuvent entretenir IS et ER.

  • 7 Nous appelons « positiviste » une certaine conception de la science qui consiste à défendre l’idée (...)

9Pour comprendre ce rapport, autrement dit pour comprendre les articulations possibles entre d’un côté des normes et des principes (IS) et, de l’autre, des valeurs et des finalités (ER), prenons l’exemple du jugement sur la qualité d’une connaissance scientifique. Celle-ci peut se comprendre selon une perspective minimaliste, parfois appelée « positiviste » en épistémologie7, selon laquelle la qualité d’une connaissance tient à sa seule robustesse méthodologique. Dans une telle conception, une connaissance sera considérée comme de « bonne qualité » si le processus qui en est à l’origine répond à un certain nombre de principes méthodologiques admis par la communauté scientifique. Cela peut prendre la forme d’un contrat méthodologique comme le suggèrent certains auteurs s’inscrivant dans le champ de la philosophie des sciences (Lecointre, 2012) ou de préconisations normatives comme nous pouvons en trouver dans la Déclaration de Singapour qui indique que

Les chercheurs doivent utiliser des méthodes appropriées, baser leurs conclusions sur une analyse critique de leurs résultats et les communiquer objectivement et de manière complète.

10Dans le même ordre d’idées, selon le guide du CNRS pour une recherche intègre et responsable

L’intégrité scientifique signifie le refus de laisser les valeurs de la science se plier à des pressions financières, sociales ou politiques. Elle s’entend au regard d’obligations d’ordre épistémologique, qui diffèrent selon les disciplines scientifiques concernées. (COMEST, 2017).

11Objectivité, neutralité, non-interférence entre valeurs épistémiques et valeurs non épistémiques, etc., sont autant de préconisations qui viendraient renforcer la robustesse d’une connaissance. Dans un tel cadre, on comprend la possibilité de penser une IS autosuffisante, il suffirait de faire respecter ces principes, sans discussion comme semble le suggérer le rapport Corvol.

  • 8 L’absence de discussion en science sur les finalités tient pour Nicolas Bouleau à cette « confiance (...)
  • 9 Les finalités sont de l’ordre du « pour quoi fais-je ceci ? », donc de l’ordre d’une « raison d’êtr (...)

12Il est toutefois possible de concevoir la qualité d’une connaissance scientifique ou la qualité d’une recherche selon une perspective non positiviste qui ajoute à la notion de robustesse celle de pertinence car la faiblesse de la conception minimaliste de la qualité en recherche est qu’elle rend impossible la perspective d’évaluer celle-ci à l’aune de ses conséquences ou en fonction de valeurs ou de finalités particulières. Associer l’IS à la notion de robustesse épistémique, c’est défendre une représentation étroite de la science qui considère que seuls les moyens de la connaissance (faits, théories et méthodes) ont une légitimité dans le jugement sur les sciences, abandonnant ainsi à la métaphysique l’étude des finalités (Bouleau, 2017)8 ou les réduisant à des objectifs9.

  • 10 Les chercheurs ont identifié 54 actions qui pourraient bénéficier à la conservation des abeilles sa (...)

13Nous retrouvons peu de traces de cette notion de pertinence dans les grands textes ou déclarations sur l’IS. Elle est toutefois reconnaissable dans le Manifeste de Leiden pour la mesure de la recherche lorsqu’il préconise de « fonder les évaluations des chercheurs sur un jugement qualitatif de leurs travaux » ou lorsqu’il appelle à ce que l’évaluation soit « davantage basée sur la pertinence des recherches pour les politiques publiques, l’industrie ou la société que sur une notion d’excellence académique » (Hicks et al., 2015). Des travaux commencent à démontrer la faible corrélation entre l’impact factor d’une revue et la pertinence pour l’action des publications qui en sont issues. C’est ce qui a été fait dans le contexte des études sur la conservation des abeilles sauvages au Royaume-Uni où un « score de pertinence » des connaissances produites a été comparé à l’impact factor des revues ayant publié ces connaissances (Sutherland, 2011)10.

14L’idée de juger la qualité d’une recherche par sa pertinence, plutôt que par sa seule robustesse épistémique, nous engage à user des matériaux de l’éthique de la recherche (valeurs et finalités) et de la responsabilité sociale (conséquences et contexte), et non plus seulement de l’IS (normes et principes). Garantir la pertinence d’une recherche, c’est ajouter à l’idée de robustesse les notions d’adéquation à un contexte et d’évaluation des conséquences. La pertinence est associée à un processus de production de savoir qui assume son implication (dans un contexte, avec des valeurs et pour des finalités) là où la robustesse est associée à un processus de production de savoirs qui prétend à la neutralité dans le cadre d’ « approches méthodologiques décontextualisantes » (Lacey, 2015, p. 31). Aborder la qualité d’une recherche par sa pertinence permet aussi de défaire certaines hiérarchies épistémiques construites sur la base d’un exclusivisme méthodologique (souvent issu des mathématiques ou de la physique).

15Cette volonté de concevoir des connaissances à la fois robustes et pertinentes est significative dans les démarches de coproduction de savoirs dans le domaine de la santé. C’est par exemple celle de ces collectifs d’usagers qui cherchent à coproduire des savoirs pertinents sur leur maladie, à l’instar du collectif Dingdingdong pour la maladie de Huntington qui

vise à cultiver activement peu à peu un milieu qui serait propice à l’articulation pragmatiste de savoirs scientifiques et profanes, c’est-à-dire un milieu dont l’exigence première serait de prêter attention aux effets d’un savoir, autrement dit à sa pertinence. (Hermant et Solhdju, 2015, p. 78).

16L’hypothèse que l’on peut alors faire est qu’une des façons d’augmenter la pertinence d’un savoir est d’accueillir la plus grande diversité dans le processus qui en est à l’origine. La robustesse n’est donc plus ce qui s’obtient par un mouvement de réduction de l’objet ou de spécialisation du champ scientifique pour l’appréhender mais, a contrario, par un mouvement d’extension et de pluralisation. C’est une position en épistémologie défendue par les philosophes Miriam Solomon et Helen Longino qui considèrent que la diversité n’est pas seulement souhaitable, elle est nécessaire pour augmenter la pertinence d’un savoir et faire de la « bonne science » (Longino, 2002 ; Solomon, 2006). La diversité renforce la fécondité de la démarche scientifique (via le questionnement permis par des regards décalés ou dissidents), étend le réel auquel nous avons à nous confronter (qui n’est plus le seul réel du laboratoire ou du plan expérimental), élargit la base observationnelle et la surface d’affection de la démarche de production de savoirs (c’est-à-dire ce que l’on juge digne d’être considéré ou questionné) (Stengers, 2013). C’est en cela que le pluralisme épistémique se présente comme un facteur de pertinence. Ici, il est important de souligner qu’aucun des textes officiels sur l’IS ne fait explicitement référence à la question du pluralisme, que l’on peut pourtant considérer comme centrale en éthique de la recherche, comme nous l’avons déjà démontré par ailleurs (Coutellec, 2015).

17Ces quelques développements nous montrent l’intérêt de penser l’indissociabilité de l’IS et de l’ER, et permettent d’établir un premier constat : les approches procédurales et réflexives sont à articuler pour le traitement éthique de situations de recherche jugées problématiques. De la composition entre principes, normes, valeurs et finalités émerge le questionnement éthique et c’est dans la rencontre entre dispositifs opérationnels (référent, comité, code, etc.) et dispositifs réflexifs (échanges, conférences, formations, lectures, etc.) que pourra se créer une culture partagée de l’éthique en recherche qui, sans fuir devant la nécessité d’un encadrement normatif, n’en occulte pas la dimension socio-épistémologique. Culture qui pourrait alors permettre d’aller au-delà du respect de l’intégrité scientifique pour investir le champ plus politique de la responsabilité sociale.

Penser l’indissociabilité de l’éthique de la recherche et de la responsabilité sociale des sciences

18Si l’éthique de la recherche accompagne l’intégrité scientifique en cela qu’elle permet d’inscrire les questionnements éthiques sur les pratiques de recherche dans un milieu plus complexe que le seul paysage normatif, elle est aussi un tremplin pour élargir le spectre de notre considération éthique vers la question de la responsabilité sociale des sciences (RSS), appelée RRI (Responsible Research and Innovation) au niveau des institutions européennes. Ici se joue la question de la sensibilisation et de l’appropriation par tous les acteurs de la recherche d’une culture partagée de la responsabilité. La démarche RRI préconisée par la commission européenne, notamment dans le cadre de la politique de projet Horizon 2020 :

est une approche qui anticipe et évalue les implications potentielles et les attentes sociétales en matière de recherche et d’innovation, dans le but de favoriser la conception d’une recherche et d’une innovation inclusives et durables. (Commission européenne, 2018).

  • 11 Le concept de « science impliquée » s’inspire des travaux de la philosophie des sciences féministe (...)

19Un aspect important est à souligner concernant cette démarche, il s’agit de l’emploi du terme d’« implication » plutôt que de celui plus classique d’ « application ». Il ne s’agit pas pour nous d’une simple nuance sémantique mais d’un enjeu épistémologique et éthique majeur qui concerne le sujet et l’objet de la responsabilité dont il est question. L’idée d’une responsabilité sociale des sciences nous engage à caractériser et à évaluer la façon dont toute science est impliquée (Coutellec, 2015) ; impliquée dans un contexte en fonction de finalités11. L’implication, en tant qu’objet de la responsabilité sociale, est bien différente de l’idée d’application qui a longtemps dominé les discussions sur l’étude de l’impact des sciences et des techniques. Là où la logique de l’application établit une distinction claire entre des sciences neutres et désintéressées d’un côté et des sciences appliquées et finalisées de l’autre, la logique de l’implication cherche à mettre en lumière l’idée que toutes les sciences sont inscrites dans un contexte particulier qu’il convient d’étudier et qu’elles sont toutes animées par des fins particulières qu’il convient d’identifier. Ainsi, notre attention éthique ne se porte plus seulement sur les « produits de la science » ou ses parties les plus visibles (innovations, dispositifs, etc.) mais sur la façon de faire la science, sur ses contenus, sur ses déterminations et sur la nature des connaissances produites. Parler de responsabilité sociale des sciences, c’est donc investir tout un pan de l’éthique de la recherche qui cherche à comprendre le contexte de production des connaissances et à anticiper ses conséquences. C’est aussi comprendre que la RSS ouvre alors l’ER à une visée plus politique ou sociétale dans la mesure où il s’agit d’investir la question des finalités de la science, finalités qui font inévitablement l’objet de conflits. Là où l’ER décrit, analyse et cherche à construire des clés de compréhension, la RSS ouvre un espace de discussion sur les futurs possibles et souhaitables. Dans ce cadre, pour un philosophe comme François Valleys :

une responsabilité sociale qui ne serait pas transformatrice se tromperait de responsabilité, elle prendrait pour de la responsabilité rétrospective (ne rien avoir à se reprocher) ce qui est en réalité de la responsabilité prospective (faire advenir une économie juste et soutenable)

20et de poursuivre en affirmant que la responsabilité sociale devrait être

une coresponsabilité qui vise à créer des communautés d’apprentissage pour des innovations sociales justes et soutenables. (Valleys, 2013).

  • 12 Dans la littérature de philosophie des sciences, le pluralisme épistémique ne se réduit pas à la pl (...)

21Ce n’est pas très différent des intentions des programmes RRI de l’Union européenne qui parlent de « recherches inclusives et durables ». Ainsi, si l’IS ramène l’ER au sein de la communauté de recherche, la RSS étend son champ de considération au niveau de la société. Et c’est précisément sur cette articulation que nous identifions un lien fondamental entre IS et RSS. Ce lien tient à l’emploi du terme de « responsabilité sociale » qui attire notre attention sur le sujet de la responsabilité en question. Une conception autosuffisante de l’IS, qui n’en fait qu’un espace de normativité et d’encadrement réglementaire, implique une conception trop restreinte de la responsabilité, une responsabilité comprise comme imputation pour des faits passés commis par un individu. Sans nier que ce type de responsabilité existe et que son encadrement législatif a un sens (Vergès, 2009), l’enjeu d’une RSS est d’appréhender la responsabilité selon une conception plus large, plus collective et de façon prospective. Le traitement des problèmes d’IS peut alors être très différent. Nous l’avons montré avec l’exemple du tremblement de terre de l’Aquila (Coutellec, 2015) lorsqu’à côté d’une responsabilité juridique imputée aux scientifiques membres de la commission italienne des grands risques pour leur « imprudence », nous avons identifié une responsabilité sociale de la communauté scientifique quant au type de science que nous sommes capables de produire à un moment donné, et qui s’est caractérisée dans ce cas précis par le niveau de pluralisme épistémique12 que la communauté est capable de tolérer et de traiter. Plus généralement, le fait marquant de ces dernières années dans les études sur les sciences et les techniques est que le champ de la responsabilité s’étend au fur à mesure que l’on prend conscience de l’épaisseur du processus de production des connaissances. Ceci se révèle d’autant plus clairement à un moment où de nouveaux ingrédients prennent une place importante dans les recherches, ainsi en est-il par exemple des « êtres calculants » et de leur responsabilité dans un environnement de travail sous l’emprise croissante du numérique et des données (Grinbaum, 2017). Autrement dit, le caractère social ou collectif de la responsabilité tient à la pluralisation des acteurs et des objets de la science contemporaine.

22La prise de conscience de la coresponsabilité de tous les acteurs de la communauté scientifique vis-à-vis des conséquences sur la société, sur l’environnement et sur les générations futures des connaissances et innovations produites doit ainsi devenir l’objet d’une éthique de la recherche. Dans ce cadre, la réflexion éthique portera sur le contexte et les conséquences (prévisibles et non prévisibles) de la recherche pour en évaluer la portée dans la société, et non plus seulement sur la caractérisation des pratiques d’une communauté selon des normes et des principes. Finalement, nous pouvons dire qu’il y a une indissociabilité de l’ER et de la RSS qui ouvre à un traitement renouvelé et plus ouvert des questions d’IS.

Tableau 1. Synthèse des caractéristiques respectives de l’IS, de l’ER et de la RSS

Intégrité scientifique

Éthique de la recherche

Responsabilité sociale

Matériaux

Principes

Valeurs

Conséquences

Normes

Finalités

Contexte

Objet

Pratiques

Lien entre pratiques et implications

Implications

Visée politique

Communautaire (micro-politique)

Démocratisation conflictuelle des liens entre science et société

Sociétale (macro-politique)

23Ces deux clarifications conceptuelles sur la façon dont on peut penser l’articulation entre IS, ER et RSS ont montré l’importance de penser ensemble ces trois domaines sans pour autant effacer leur particularité et leur intérêt propre. Dans une seconde partie, nous montrons maintenant comment cette articulation peut prendre forme au niveau épistémologique ; là il convient de composer avec des matériaux (principes, normes, valeurs, finalités, conséquences et contexte), des objets (pratiques, lien entre pratiques et implications, implications) et des visées hétérogènes (communautaire, démocratisation, sociétale).

Propositions épistémologiques pour l’éthique de la recherche

24Nous venons de positionner l’éthique de la recherche comme pivot réflexif entre intégrité scientifique et responsabilité sociale. Un positionnement conceptuel qui nous oblige maintenant à investir le champ de l’épistémologie de l’éthique. Nous faisons ici l’hypothèse que l’éthique de la recherche est épistémologiquement une éthique générique.

Composer avec des matériaux hétérogènes, la voie du générique

  • 13 Cette difficulté épistémologique de composition entre éléments hétérogènes s’est posée de nombreuse (...)
  • 14 Nous utilisons ici la notion de « matériau » non pas dans son acception issue des sciences sociales (...)
  • 15 Une épistémè qui ne se laisse donc pas prendre par l’ontologie classique qui sépare de façon dichot (...)
  • 16 Notons toutefois la démarche du « cohérentisme dynamique » de Joseph DeMarco, philosophe de l’Unive (...)
  • 17 L’identification ou la formulation de la question pertinente étant l’objectif premier d’une éthique (...)

25Placer ainsi l’ER entre IS et RSS, et non plus seulement comme réflexion autonome sur les valeurs et les finalités de la science, nous oblige à faire face à un défi épistémologique classique de composition entre éléments hétérogènes13. Dans notre cas, nous avons affaire à ce que nous proposons d’appeler des matériaux14 permettant de caractériser chaque élément en tant que tel indépendamment de ses déterminations disciplinaires ou théoriques. Ainsi en est-il des normes, principes, valeurs, finalités, conséquences et contexte, des matériaux qui forment l’épistémè15 de l’éthique de la recherche et qui, conjugués ensemble, en donnent la profondeur d’analyse. L’éthique est rarement comprise comme composition entre tous ces matériaux. Nous identifions des éthiques dont l’objet principal est l’analyse des normes et des valeurs (Ferry, 2002), des éthiques qui cherchent à composer entre principes (Beauchamp et Childress, 2013), des éthiques qui cherchent à analyser les situations selon un principe particulier, par exemple les éthiques conséquentialistes ou les éthiques minimalistes (Ogien, 2007) ou encore des éthiques du futur qui prennent au sérieux les finalités de nos actions (Jonas, 1979)16. Nous défendons dans cette contribution l’idée que l’éthique de la recherche gagne en pertinence à conjuguer tous ces matériaux, notamment à la suite du positionnement conceptuel que nous avons réalisé en première partie où l’ER apparaît comme articulation entre IS et RSS ; et en cela nous faisons l’hypothèse qu’elle est une éthique générique. Générique dans le sens où l’éthique que nous essayons de dessiner ne peut être comprise par le prisme d’une discipline, d’une tradition morale ou d’une théorie particulière. Elle est générique en cela qu’elle ouvre un espace nouveau d’inventivité dans le questionnement, l’analyse et la pratique. Elle est générique en cela que son mode d’existence cherche à composer un commun avec des matériaux hétérogènes plutôt qu’à appliquer des principes sur des cas (Schmid, 2016). Les matériaux de l’encadrement normatif que sont les normes et les principes, les matériaux de l’analyse réflexive que sont les valeurs et les finalités, et les matériaux de l’analyse sociopolitique que sont les conséquences et le contexte forment une matrice épistémique à partir de laquelle peuvent se formuler des problèmes éthiques pertinents17.

Penser la composition concrètement

26Prenons un exemple, celui de l’attention que l’éthique de la recherche doit porter à la problématique de l’utilisation d’animaux pour l’expérimentation. Formuler de façon pertinente un problème nécessite de composer avec tous les matériaux à notre disposition pour ne réduire l’éthique de l’expérimentation animale ni à une éthique normative qui s’en tient aux procédures admises d’un point de vue réglementaire (p. ex. : remplir un questionnaire de façon un peu automatique afin d’obtenir un agrément) ou qui cherche à appliquer mécaniquement des principes généraux à tous les cas (p. ex. : le principe des 3R, pour Réduction Raffinement Remplacement) oubliant les ingrédients qui ont fait émerger ces principes (dans le cas des 3R, tout le débat sur le statut moral de l’animal) et le contexte dans lequel cette problématique se pose aujourd’hui ; ni à une éthique conséquentialiste qui nous enjoint à peser les bénéfices et les risques de nos actions pour en évaluer la pertinence éthique (p. ex. : risque pour l’animal / bénéfice pour l’homme) en évitant les débats rugueux sur les hiérarchies implicites de valeurs et de finalités qui organisent nos considérations morales sur un tel sujet.

  • 18 La littérature est généreuse sur le sujet et des revues se sont spécialisées sur la question. Sur l (...)

27Instruire la question de l’usage de l’animal du point de vue de l’éthique de la recherche comprise comme éthique générique nous engage à trouver un mode de composition entre toutes ces perspectives, allant de l’intégrité scientifique jusqu’à la responsabilité sociale des sciences. L’identification et la qualification précise des matériaux en jeu, avec un souci de non-exclusion, devraient ainsi être une première étape nécessaire. Qu’avons-nous à notre disposition pour « constituer le problème » ? Nous avons des textes de loi, des règlements, des standards de qualité, des principes généraux. Nous avons des comités éthiques en expérimentation animale obligatoires et représentant une certaine conception – pas toujours réflexive – de l’éthique de la recherche. Nous avons aussi les valeurs des différents acteurs concernés (les chercheurs, les citoyens, etc.) et les finalités qu’ils assignent à leur action, nous avons des évaluations sur les multiples conséquences de l’usage de l’animal en recherche, nous avons enfin un milieu dans lequel cette problématique se pose, un contexte économique, sociopolitique et culturel. Tout cela est aujourd’hui bien documenté, et tous ces matériaux sont à notre disposition18. Il est ainsi nécessaire de penser une seconde étape qui vise à réfléchir à la façon dont ces matériaux peuvent s’articuler si l’on comprend la limite de chacune des perspectives éthiques. Ce que nous appelons la voie générique ici est l’une des façons de penser cette articulation. Ôtant la suffisance de chacun de ces matériaux, et par le même geste la suffisance de chacune des éthiques privilégiant tels ou tels matériaux, la voie générique exige d’encastrer la question de l’animal dans un espace où la construction démocratique d’un commun est possible. Or ce n’est pas vraiment ce que font les Comités éthiques, surchargés par les autres points, réglementaires, à évaluer.

28Cela amène à poser la question de comment instituer cette éthique générique dans la recherche. C’est ici que la clarification de l’objet et de la visée de l’éthique de la recherche devient importante. Nous avons postulé que les pratiques étaient l’objet de l’IS dans une visée communautaire et que les différentes implications de la science étaient l’objet de la RSS dans une visée sociétale. Alors, en cohérence avec notre hypothèse d’une ER comme pivot réflexif entre IS et RSS, l’objet de l’éthique de la recherche est l’analyse des liens entre pratiques et implications dans une visée de démocratisation des relations entre sciences et sociétés. Le mode de composition entre matériaux hétérogènes se fera donc en prenant en compte cette dimension démocratique qui peut se traduire par la mise en place de dispositifs de débats et de discussions visant à la création d’un commun. Traiter de la question de l’usage de l’animal en recherche dans une perspective d’éthique de la recherche reviendra alors à construire les conditions d’un débat démocratique entre les différents acteurs, en prenant en compte non seulement tous les matériaux à notre disposition mais aussi la visée de démocratisation des relations entre sciences et sociétés. Selon cette perspective, la science est donc largement ouverte aux questionnements sur ses pratiques, par les acteurs de la communauté scientifique comme par les acteurs de la société, questionnements aussi sur ses finalités dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui. L’éthique de la recherche comprise comme éthique générique doit certes permettre d’engager une démarche inclusive et responsable comme le recommandent différentes instances européennes, mais aussi favoriser une démarche d’intelligence collective rendant possible la composition des savoirs et des perspectives, au -delà des privilèges épistémiques que s’accordent parfois certaines disciplines ou certains acteurs pour l’étude d’un objet (Sousa Santos, 2016). L’éthique de la recherche est alors ce lieu où se croisent des approches, des disciplines, des échelles de pertinence, des temporalités multiples, dans un aller-retour continu entre universel et particulier, entre théorie et pratique. L’acquisition d’une culture de la réflexion éthique qui se situe dans le décloisonnement des approches plutôt que dans la reproduction des clivages est probablement l’étape nécessaire pour une appropriation des enjeux d’éthique de la recherche par tous les citoyens.

Conclusion

  • 19 Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la dél (...)

29Positionner ainsi l’éthique de la recherche a au moins deux conséquences sur la façon de concevoir les politiques structurelles dans ce domaine. Déjà, en matière de politique de formation, en particulier concernant la formation des jeunes chercheurs que sont les doctorants, comme nous y oblige désormais la loi19. La démarche souhaitable d’appropriation du questionnement éthique par les jeunes chercheurs ne peut se résumer à une alternance entre étude de cas sur leur pratique et transmission verticale d’un catalogue de recommandations issues de codes, de chartes ou de guides de bonnes pratiques. L’enjeu est plutôt l’acquisition d’une culture du questionnement éthique permettant d’intégrer cette dimension au cœur du travail de recherche, quelle que soit la discipline. Selon nous, cette culture se forme dans la prise de conscience de l’indissociabilité des enjeux d’intégrité scientifique, d’éthique de la recherche et de responsabilité sociale des sciences. Indissociabilité que le contenu et les approches pédagogiques des formations devraient révéler, en particulier au sein des modules obligatoires que toutes les écoles doctorales doivent dispenser aux jeunes chercheurs. De telles formations pourraient ainsi être des occasions d’une prise de recul sur la recherche et les sciences, sur la nature des connaissances produites et sur la portée de celle -ci en société. Nous assumons une deuxième conséquence directe de nos propositions de positionnement conceptuel et épistémologique sur l’éthique de la recherche, concernant cette fois -ci les dispositifs de dialogue à mettre en place au sein de l’université sur un tel sujet. Considérer que la formulation d’un problème éthique en recherche émerge de la composition entre démarches normatives, réflexives et politiques, c’est se donner comme perspective la démocratisation de nos réflexions sur les sciences, et des relations entre sciences et sociétés. Une démocratisation inévitablement conflictuelle, sans visée première de pacification, lorsque l’on prend au sérieux le pluralisme scientifique dans toutes ses dimensions. C’est donc faire de l’éthique de la recherche l’un des piliers d’une transformation de notre rapport à la science et, plus généralement, de notre rapport au savoir comme l’argumentent et le revendiquent avec conviction les épistémologies non standards depuis de nombreuses années (Fricker, 2009 ; Ruphy, 2015 ; Sousa Santos, 2016).

Haut de page

Bibliographie

Bachelard, G. (1973). Le pluralisme cohérent de la chimie moderne. Paris : Vrin.

Beauchamp, T. L., & Childress, J. F. (2013). Principles of Biomedical Ethics. Oxford: Oxford University Press.

Bouleau, N. (2017). Introduction à la philosophie des sciences. Paris : Spartacus.

COMEST (2017). Pratiquer une recherche intègre et responsable. Guide. Paris : CNRS.

Commission européenne (2018). Responsible Research and Innovation [article], https://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en/h2020-section/responsible-research-innovation (consulté le 20 mars 2018).

Coutellec, L. (2015). La science au pluriel. Essai d’épistémologie pour des sciences impliquées. Versailles : Quae.

Corvol, P. (2016). Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique. Paris : Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Debru, A. (2019). Intégrité. Le sens du mot, Le journal de POLETHIS, 1, 16.

Deleuze, G., & Guattari, F. (1991). Qu’est -ce que la philosophie ? Paris : Les Éditions de Minuit.

DeMarco, J. (1994). A coherence theory in ethics. Amsterdam: Rodopi BV.

Ferry, J.-M. (2002). Valeurs et normes. La question de l’éthique. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles.

Fricker, M. (2009). Epistemic Injustice: Power and the Ethics of Knowing. Oxford: Oxford University Press.

Grasswick, H. (ed.) (2011). Feminist Epistemology and Philosophy of Science. Berlin: Springer.

Grinbaum, A. (2017). Responsabilité des êtres calculants. Revue française d’éthique appliquée, 3, 117-123.

Hermant, E., & Solhdju, K. (2015). Le pari Dingdingdong. Coproduire de nouvelles histoires naturelles de la maladie de Huntington avec et pour ses usagers, Écologie & Politique, 51, 65-79.

Hicks, D., Wouters, P., Waltman L., Rijcke S., & Rafols I. (2015). Bibliometrics: The Leiden Manifesto for research metrics, Nature, 520(7548), 429-431.

Jonas H. (1998). Pour une éthique du futur. Paris : Rivages.

Lacey H. (2015). Agroécologie : la science et les valeurs de la justice sociale, de la démocratie et de la durabilité. Écologie & politique, 2(59), 27-40.

Lecointre G. (2012). Les Sciences face aux créationnismes. Réexpliciter le contrat méthodologique des chercheurs, Versailles : Quae.

Longino, H. (2002). The Fate of Knowledge. Princeton: Princeton University Press.

Munagorri, R. E. de (1998). La communauté scientifique est -elle un ordre juridique ?, Revue trimestrielle de droit civil, 2, 247-283.

Ogien R. (2007). L’éthique aujourd’hui. Maximalistes et minimalistes. Paris : Gallimard.

Poincaré, H. (1970). La Valeur de la science. Paris : Flammarion.

Ruphy, S. (2013). Le pluralisme scientifique. Enjeux épistémiques et métaphysiques. Paris : Hermann.

Ruphy, S. (2015). Rôle des valeurs dans les sciences. Contributions de la philosophie féministe des sciences. Écologie & Politique, 51, 41-54.

Solomon, M. (2006). Norms of Epistemic Diversity. Episteme, 23-36.

Schmid, A. -F. (2016). Les ambiguïtés de l’éthique appliquée, Revue française d’éthique appliquée, 1, 92-106.

Stengers, I. (2013). Une autre science est possible. Paris : La Découverte.

Sousa Santos, B. D. (2016). Épistémologie du Sud. Mouvements citoyens et polémique sur les sciences. Paris : Desclée de Brouwer.

Sutherland, W. J., Goulson, D., Potts, S. G., & Dicks, L. V. (2011). Quantifying the Impact and Relevance of Scientific Research, PLoS One, 6(11). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0027537.

Valleys, F. (2013). Pour une vraie responsabilité sociale. Clarifications, propositions. Paris : PUF.

Vergès, E. (2009). Éthique et déontologie de la recherche scientifique, un système normatif communautaire. In J. Larrieu (dir.). Qu’en est-il du droit de la recherche ? (pp. 131-149). Paris : LGDJ.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons dans cet article le terme « communauté » pour désigner la « communauté scientifique », non pas comme une entité ayant une réalité matérielle et une cohésion – ceci nous en doutons – mais comme convention pour désigner l’ensemble des praticiens qui se reconnaissent sous la bannière des sciences et techniques. Les contours d’une telle communauté sont évidemment flous ; l’enjeu n’est pas d’en faire une description mais de postuler son existence au sein de la société. Une existence qui se justifie par des mots, des pratiques, des métiers et des institutions, certes traversés par une grande hétérogénéité.

2 Nous ne réduisons donc pas la responsabilité sociale à sa dimension gestionnaire comme cela est souvent le cas dans les démarches RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises).

3 Toute approche définitionnelle a ses limites mais connaît aussi le grand intérêt de la clarté et donc de la possibilité de son dépassement par la critique. Ainsi, donnons une courte définition à chacun des termes utilisés ici, en précisant que ces définitions sont celles habituellement admises dans le champ de l’éthique mais qu’elles n’ont évidemment pas vocation à résumer toute la littérature autour de ces concepts. Nous appelons « valeur » ce qui permet de donner un sens particulier à une action, une signification ; la valeur est une forme de filtre interprétatif que nous nous donnons pour appréhender une situation (les valeurs sont multiples et toujours situées : confort, efficacité, libre arbitre…). Nous appelons « finalité » ce qui nous permet de donner une direction à une action, une orientation. La finalité est ce qui émerge lorsque l’on pose la question du « pour quoi fais-je ceci » ? Nous appelons « principe » une catégorie générale et relativement abstraite qui agit comme un repère, une boussole au sein d’une communauté ou d’une société (ex. principe de justice, principe d’autonomie, principe d’impartialité, etc.) qui souhaite se donner un horizon commun. Nous appelons « norme » ce qui relève de l’encadrement normatif des pratiques, ce qui s’impose à un individu ou un collectif et qui permet de définir les contours moralement acceptables ou juridiquement possibles de son action. La norme peut être explicite (elle est alors inscrite dans un texte, réglementaire par exemple) ou implicite (elle agit alors comme arrière-plan normatif). Nous appelons « conséquence », l’événement qui vient après une action et dont on peut dire, a priori ou a posteriori, qu’il a un lien avec l’action. Les conséquences peuvent être prévisibles ou imprévisibles, ce qui en fait des entités complexes à appréhender. Nous appelons « contexte » le milieu dans lequel une action se déroule. L’étude de ce milieu est multidimensionnel (économique, politique, social, historique, culturel, etc.).

4 Nous n’abordons pas dans cette contribution le domaine de la déontologie qui relève des règles et des obligations ; et nous partons de l’hypothèse que déontologie et intégrité scientifique ne se recouvrent pas, notamment en s’appuyant sur la difficulté à considérer la communauté scientifique comme un ordre juridique (Munagorri, 1998). Le champ d’application de la déontologie est habituellement encadré par des codes s’appliquant à des ordres ou par la loi. Par exemple, les médecins sont soumis à la déontologie de leur ordre, les fonctionnaires sont soumis à la loi sur la déontologie des fonctionnaires d’avril 2016. Les chercheurs fonctionnaires sont donc concernés par cette loi mais celle-ci ne recouvre pas l’ensemble des pratiques scientifiques. Il existe une charte nationale de déontologie des métiers de la recherche mais qui s’apparente davantage à une charte d’intégrité scientifique notamment lorsque l’objectif est « d’expliciter les critères d’une démarche scientifique rigoureuse et intègre ». Il nous semble que nous gagnerons en clarté à réserver la déontologie à l’encadrement réglementaire et aux obligations attachés à l’exercice d’un métier.

5 Nous pensons particulièrement ici aux normes de scientificité. S’il est très utile de définir les contours d’un contrat méthodologique dans les sciences, il est tout aussi important de mettre cette normativité sous la condition d’une réflexivité de la communauté scientifique sur elle-même, afin de ne pas figer ou surdéterminer une conception des sciences particulière. Avec l’établissement de normes, il s’agit bien plus de régler, au sens fort du terme, des situations pratiques que de faire triompher une position théorique sur une autre (Ferry, 2002, p. 71).

6 Consultée le 20 mars 2018 sur https://www.hceres.fr/fr/documentation-integrite-scientifique.

7 Nous appelons « positiviste » une certaine conception de la science qui consiste à défendre l’idée que l’unité de la science est le reflet de l’unité de la nature (conception métaphysique) et que, pour atteindre une complète compréhension de cette unité, il n’y a qu’une seule voie (conception méthodologique). Le positivisme se structure aussi autour de la revendication d’une neutralité de la science qui fut notamment la cible de cette critique de Henri Poincaré en 1905 : « Ce que vous gagnez en rigueur, vous le perdez en objectivité. Vous ne pouvez vous élever vers votre idéal logique qu’en coupant les liens qui vous rattachent à la réalité. Votre Science est impeccable, mais elle ne peut le rester qu’en s’enfermant dans une tour d’ivoire et en s’interdisant tout rapport avec le monde extérieur. Il faudra bien qu’elle en sorte dès qu’elle voudra tenter la moindre explication » (Poincaré, 1970, pp. 34-35).

8 L’absence de discussion en science sur les finalités tient pour Nicolas Bouleau à cette « confiance tranquille » dans « une approche du monde où ce que l’on ignore est en premier lieu supposé aussi simple que ce que l’on connaît ». Selon lui, « le tournant de conscience décisif est de ne plus considérer que le monde soit bienveillant, que l’inconnu nous soit favorable ». Sans s’inscrire dans le sillon considéré comme trop métaphysique du catastrophisme, l’auteur appelle à une « nouvelle lucidité fondée sur la légitimité des interprétations même inquiétantes » (Bouleau, 2017, pp. 84-85), donc à réintroduire une discussion sur les finalités dans les sciences.

9 Les finalités sont de l’ordre du « pour quoi fais-je ceci ? », donc de l’ordre d’une « raison d’être ». L’objectif est une cible à atteindre. Un ensemble d’objectifs peut permettre de donner un corps à une finalité. L’éthique réintroduit une discussion sur les finalités au-delà des objectifs particuliers.

10 Les chercheurs ont identifié 54 actions qui pourraient bénéficier à la conservation des abeilles sauvages (ex. : protéger l’habitat naturel ou semi-naturel existant pour empêcher la conversion à l’agriculture ; créer des parcelles de terrain nues pour les abeilles nichant au sol, etc.). Ils ont repéré dans la littérature des publications qui testent et apportent des preuves de l’efficacité de ces actions. Au total, 159 publications ont été incluses dans cette liste. L’impact factor sur cinq ans des revues ayant accueilli ces publications a été relevé. La liste des actions ou interventions a été soumise à un groupe de 113 praticiens de la conservation des abeilles qui utilisent ces recherches et qui représentent les principaux groupes d’intérêt dans la politique et la pratique de la conservation des abeilles (décideurs nationaux et locaux, ONG, agriculteurs, conseillers agricoles, consultants, chercheurs). Chacune des personnes a été invitée à évaluer les différentes actions en allouant des points en fonction de la manière dont elle considère que chaque action devrait être priorisée, sans connaître préalablement leur efficacité jugée par les publications scientifiques. Cette priorisation se fait ainsi selon les besoins et les contraintes spécifiques de chaque partie prenante. Pour chaque intervention, un score de priorité a ainsi été généré en prenant le score moyen de tous les praticiens. Les actions ont également été notées par des experts. Une agrégation a ensuite été faite pour obtenir un score de pertinence de chacune des actions qui vise à mesurer « l’impact des publications de recherche sur un objectif politique clairement défini, la conservation des abeilles sauvages ». Cette démarche change notre regard sur la façon de mesurer l’impact d’une recherche, comme le relèvent les auteurs : « Plutôt que de partir d’un programme de recherche, d’un projet ou d’une publication, puis de se demander quelle a été sa contribution pour la société, notre approche prend comme point de départ les questions auxquelles la société souhaite répondre et évalue la façon dont chaque recherche contribue à y répondre » (Sutherland, 2011). La comparaison entre les impact factors et les « scores de pertinence » a ensuite été réalisée.

11 Le concept de « science impliquée » s’inspire des travaux de la philosophie des sciences féministe anglo-saxonne (Grasswick, 2011).

12 Dans la littérature de philosophie des sciences, le pluralisme épistémique ne se réduit pas à la pluralité disciplinaire. Il s’exprime aussi selon les styles de raisonnement (Ruphy, 2013), les ingrédients de la démarche scientifique, les valeurs épistémiques, les temporalités (Coutellec, 2015).

13 Cette difficulté épistémologique de composition entre éléments hétérogènes s’est posée de nombreuses fois dans l’histoire des sciences. Comment retrouver une cohérence au sein d’un pluralisme était par exemple une question que Gaston Bachelard se posait au sujet de la chimie moderne : « Si l’élimination du divers par le général, la règle, la loi, le genre s’opère à partir du donné grâce à l’activité de la réflexion, on peut constater aussi que la variété se reforme derrière même ces premières conquêtes de l’unification théorique et que la réflexion est également fort propre à multiplier les points de vue et à faire surgir d’un donné, qui semblait uniforme, les aspects particuliers, l’exception, le détail. Nous ne pouvons penser le normal sans imaginer l’anormal. [...] S’il n’y a de science primitive que du général, il n’y a de science en progrès que dans la conquête des spécifications. [...] On voit la pensée philosophique et scientifique s’animer dans une dialectique qui va du divers à l’uniforme pour retourner de l’uniforme au divers » (Bachelard, 1932, p. 11). Cette dialectique du pluralisme forme progressivement une cohérence qui permet de « remplacer peu à peu l’harmonie considérée comme un fait par l’harmonie considérée comme un raisonnement » (Bachelard, 1932, p. 226).

14 Nous utilisons ici la notion de « matériau » non pas dans son acception issue des sciences sociales (équivalent des données empiriques) mais depuis la philosophie contemporaine comme bases élémentaires de l’analyse conceptuelle. Voir G. Deleuze, en particulier « Qu’est-ce que la philosophie ? » (1991).

15 Une épistémè qui ne se laisse donc pas prendre par l’ontologie classique qui sépare de façon dichotomique faits et valeurs.

16 Notons toutefois la démarche du « cohérentisme dynamique » de Joseph DeMarco, philosophe de l’Université de Cleveland. La conception de l’éthique de ce philosophe vise à penser les relations entre les principaux aspects de l’expérience morale, en respectant à la fois les contextes locaux et les principes universaux. Il s’agit de composer avec tous les ingrédients ou catégories de la pensée éthique qui en caractérisent sa complexité : « Les théories éthiques qui négligent les données de l’expérience sont insuffisantes, mais une théorie qui tient compte de la complexité morale court le risque de conflit et d’incohérence. La théorie de la cohérence dynamique doit s’attaquer à ce problème : composer avec la complexité, tout en conservant de la pertinence, de l’ordre et une direction » (DeMarco, 1994, p. 32).

17 L’identification ou la formulation de la question pertinente étant l’objectif premier d’une éthique de la recherche, en ce sens elle se rapproche de la finalité qu’un philosophe comme G. Deleuze attribuait à la philosophie elle-même : « Faire de la philosophie, c’est constituer des problèmes qui ont un sens et créer les concepts qui nous font avancer dans la compréhension et la solution de ces problèmes » (Deleuze et Guattari, 1991).

18 La littérature est généreuse sur le sujet et des revues se sont spécialisées sur la question. Sur la perspective juridique, voir par exemple la Revue semestrielle de droit animalier. Pour une perspective contextuelle, voir par exemple Journal of Agricultural and Environmental Ethics qui laisse une place importante aux questionnements sur l’animal.

19 Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léo Coutellec, « Penser l’indissociabilité de l’éthique de la recherche, de l’intégrité scientifique et de la responsabilité sociale des sciences »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 13-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1124

Haut de page

Auteur

Léo Coutellec

Maître de conférences en épistémologie et éthique des sciences contemporaines, il travaille au renouvellement de la pensée épistémologique dans ses liens avec l’éthique.
Adresse : EA16010 « Études sur les sciences et les techniques ». Université Paris-Sud, Espace éthique Île-de-France, Labex DistAlz. 1 av. Claude Vellefaux. FR-75010 Paris (France).
Courriel : leo.coutellec[at]u-psud.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals