Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14-4Dossier thématiqueHistoire des « sols vivants »

Dossier thématique

Histoire des « sols vivants »

Genèse, projets et oublis d’une catégorie actuelle
A history of “living soils”. Genesis, projects and disregards of a contemporary category
Historia de los «suelos vivos». Génesis, proyectos y omisiones de una categoría actual
Céline Pessis

Résumés

Cet article se propose de considérer plusieurs séquences historiques de mise à l’agenda de la catégorie savante de « sol vivant » en France dans les mondes agricoles et agronomiques des années 1930 aux années 1970. L’enquête porte sur la construction de la catégorie en elle-même, son statut ontologique variable, sa place fluctuante au sein des savoirs agronomiques établis, et sur la composition historiquement changeante de ces « sols vivants ». Elle décrit les différents acteurs, les arènes principales et secondaires ainsi que les projets sociotechniques qui firent exister les sols comme vivants durant une période d’intense modernisation agricole. Elle fait ainsi ressurgir des voix critiques, des cultures épistémiques minorisées et des agendas alternatifs de recherche et de progrès agricole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

L’idée que le sol n’est pas un simple support de culture, mais plutôt un milieu vivant, riche de millions de micro-organismes potentiellement utiles pour les cultures, s’impose de plus en plus à toute la profession agricole (Semences & Progrès, 2016, p. 86),

1constatait en 2016 une revue agricole liée aux industries semencières. Du réseau « maraîchage sur sol vivant » à l’agrochimie, la thématique du « sol vivant » est en effet aujourd’hui omniprésente dans la littérature scientifique et professionnelle comme dans les ouvrages pratiques à destination du grand public (Gobat et al., 2010 ; Domenech, 2015).

  • 1 Monsanto a entrepris en 2015 un des plus vastes programmes mondiaux d’expérimentation au champ jama (...)

2Les sols vivants apparaissent tout à la fois comme des êtres desquels prendre soin et auxquels se lier (Puig de la Bellacasa, 2014 ; Krzywoszynska, 2019), comme des outils de gestion des problèmes environnementaux (Bispo et al., 2016) et comme un nouvel eldorado pour l’agroindustrie. Après l’agriculture de conservation promue par l’agromachinisme à la fin des années 1990 (Goulet & Vinck, 2012), l’agrochimie ambitionne aujourd’hui de commercialiser des intrants microbiens maximisant les symbioses et associations entre plantes et micro-organismes (lesquelles assurent une fixation d’azote, la solubilisation d’éléments minéraux, etc.)1.

  • 2 Les travaux d’anthropologues suggèrent également une riche historicité et une longue persistance de (...)

3Contrairement à ce qu’un tel succès pourrait laisser croire, l’idée que le sol est vivant est pourtant ancienne : dans les sphères agronomiques françaises, elle remonte au moins à l’essor de la microbiologie agricole à la fin du XIXe siècle (Jas, 2001)2. La commercialisation d’ « intrants microbiens » a d’ailleurs connu ses heures de gloire bien avant Monsanto… dans la France, l’Allemagne ou encore les États-Unis du début du XXe siècle (Chancrin, 1939 ; Kupferberg, 2003 ; Finlay, 2015).

4Cet article se propose de considérer plusieurs séquences historiques de mise à l’agenda scientifique de la notion de « sol vivant » dans les mondes agricoles et agronomiques des années 1930 aux années 1970. À travers l’expression de « sol vivant », j’entends une catégorie savante, qui dialogue étroitement avec la (micro)biologie des sols et la pédologie, et à laquelle s’arriment historiquement une diversité d’attentions, de promesses et de projets sociotechniques.

5L’enquête porte sur la construction de la catégorie en elle-même, sur ses usages critiques durant une période d’intense modernisation agricole, mais également sur le statut ontologique et la composition historiquement changeante de ces « sols vivants » : qu’est-ce qui est désigné, étudié ou mis au travail comme vivant dans les sols cultivés entre la « grande dépression » de l’entre-deux-guerres et l’entrée en crise du productivisme agricole dans les années 1970 ? Ce demi-siècle est marqué par une artificialisation rapide des sols cultivés, une augmentation de la profondeur et de la puissance des labours, et une inhibition des symbioses naturelles et du dynamisme biologique des sols du fait de l’usage croissant d’intrants chimiques, etc., bref par ce que l’écologie historique des sols a décrit comme une dévitalisation des sols (Visser, 2010 ; Winiwarter, 2014, p. 114 ; Mosley, 2010, pp. 56-82).

6Suivre les sols vivants durant cette période nous amènera donc à faire ressurgir des voix critiques (en particulier dans des mondes de science) quant aux formes dominantes de la modernisation agricole, à étudier des alliances entre des cultures épistémiques minorisées et des agendas alternatifs de recherche et de progrès agricole. Nous verrons que l’histoire des sols vivants est aussi celle d’oublis et d’absences (Hartemink et al., 2009, p. 1 ; Puig de la Bellacasa, 2014), de science « non produite » mais objet de mobilisations sociales (Frickel et al., 2010).

7Cette étude d’histoire des sciences en société s’inscrit dans une histoire agricole et environnementale attentive aux savoirs, aux enjeux techniques, aux produits technoscientifiques et à leur rôle dans la transformation des pratiques paysannes (Jas, 2007 ; Berdah, 2018 ; Page, 2020 ; Bonneuil & Thomas, 2009). Elle s’appuie sur le dépouillement des principaux ouvrages et revues savantes ou associatives ayant trait (directement ou indirectement) aux sciences et aux politiques des sols cultivés des années 1930 aux années 1970, ainsi que sur des entretiens avec des protagonistes ou des témoins de cette histoire.

8Cette étude distingue trois périodes au cours desquelles les sols vivants lient différemment des communautés épistémiques (souvent minoritaires) à des formes de pratiques ou de développement agricoles, ainsi qu’à des façons de définir la qualité alimentaire. Elle débute en 1929 avec la crise agricole, les mécomptes de la surproduction et l’émergence d’une politique de qualité. Je montre que la rhétorique du sol comme « organisme vivant » participe alors à réorganiser l’agronomie autour de la « Science du Sol » tout en ouvrant des voies de rationalisation de la production agricole centrées sur la connaissance locale des sols.

9Le second temps de cette étude documente le travail d’oubli et de marginalisation qui saisit ces savoirs sur les sols vivants dans les institutions agronomiques de l’après-Seconde Guerre mondiale (création de l’Inra en 1946). Alors que la fertilisation chimique s’affirme comme pratique hégémonique, je montre comment, a contrario, les scientifiques réunis autour de l’Association Française pour la Recherche d’une Alimentation Normale (Afran) valorisent une conception microbienne de l’humus et des sols, reliée à la santé humaine et à l’autonomie paysanne.

10Le troisième temps de cette étude s’attache au renouveau des recherches sur le « sol vivant » à partir de la seconde moitié des années 1960 à l’université et, dans une moindre mesure, dans les institutions agronomiques. Je montre que ces travaux, centrés sur les symbioses et associations végétales, sont au cœur des relations privilégiées qui se tissent entre des scientifiques et les praticiens de l’agriculture biologique, contribuant à la structuration et la reconnaissance de cette dernière par l’État en 1980.

De la pédologie à l’agronomie : étudier le sol comme un « organisme vivant » (1929-1946)

  • 3 La notion d’ « arène » a été élaborée principalement en sociologie des problèmes publics (Hilgartne (...)

11Si le sol peut être considéré comme vivant dans les années 1930, c’est d’abord en tant qu’organisme biologique, possédant son « métabolisme » propre et étant le produit d’une histoire naturelle singulière. Une telle acception tient aux évolutions de la microbiologie des sols ; plus encore, elle relève du travail d’introduction de la pédologie dans l’arène agronomique3, dont nous verrons qu’Albert Demolon fut l’un des principaux artisans.

  • 4  Les inoculations de bactéries symbiotiques des légumineuses connaissent davantage de succès.

12Au début du XXe siècle, la microbiologie des sols est un domaine prometteur et dynamique dans de nombreux pays industriels. Les sols apparaissent comme le siège d’une vie microbienne complexe et déterminante dans leur fertilité. Se développent alors des tentatives d’applications, sous la forme d’inoculation dans le sol de microbes fixateurs d'azote. Mais celles-ci font l’objet d’évaluations très mitigées et controversées4 (Demolon, 1932 ; Chancrin, 1939). Si les microorganismes du sol jouent indéniablement un rôle actif dans les cycles de matière et les transformations d’éléments organiques et minéraux, ils ne semblent pouvoir être appréhendés seuls, mais exclusivement à travers les équilibres écologiques dans lesquels ils existent. Dans les années 1930, cet échec des engrais microbiens favorise ainsi des approches plus écologiques en microbiologie (Winogradsky, 1939 ; Ackert, 2012). L’étude du sol en lui-même, in situ, et de sa vie propre est également au cœur de la pédologie russe qui vient redynamiser les études des sols. L’Inspecteur des Eaux et Forêts Maurice Oudin se félicite ainsi :

depuis quelques années la science contemporaine (...) étudie le sol dans son ensemble comme un véritable corps vivant naturel (Oudin, 1937, p. 279).

13Quant à Henri Erhart, le directeur de l’Institut Pédologique du Bas-Rhin, institution pionnière créée en 1930, il estimait que :

Le sol se transforme pareillement à un être organisé. Il naît par l’altération d’une roche ; puis il se développe, et avec lui se développent les associations végétales. Plus tard le sol meurt, et meurent avec lui les associations végétales qu’il supporte. (Erhart, 1940, p. 11)

14Cherchant à définir le sol, Albert Demolon, le grand artisan de l’implantation en France de la pédologie dans les sphères agronomiques, évoque lui aussi « l’image d’un organisme vivant » (Demolon, 1932, p. 3). L’usage d’une telle expression tient plutôt pour lui de la métaphore, soit d’une acception faible de la vision holistique et organiciste des pédologues russes (Evtuhov, 2006 ; Rispoli, 2014).

15Pour Demolon, ingénieur agronome mais aussi docteur ès sciences naturelles, le caractère vivant du sol appelle à constituer ce dernier comme objet autonome de recherche. En rattachant l’agronomie aux sciences biologiques, il entend s’émanciper de l’hégémonie de la chimie.

L’essor d’une Science du Sol autonome

16Dans leur essai agrarien, La Résurrection du village l’Abbé Garet et André Billard affirment : « on sait que la terre est vivante ». Pourtant, elle

a été regardée, - et les choses se passent actuellement comme si l'erreur n'était pas dissipée, - comme le support inerte des plantes ; on a prétendu se passer d'elle et nourrir directement les plantes en leur fournissant des aliments (engrais) immédiatement assimilables (...) On a ainsi supprimé un stade biologique, savoir : la transformation, dans la terre, des engrais inassimilables, par les animalcules et ferments du sol (Garet & Billard, 1930).

17Demolon, inspecteur général des Stations agronomiques et laboratoires du Ministère de l’Agriculture, n’adhère pas à la nostalgie d’une France paysanne et se pose plutôt comme apôtre d’une fertilisation raisonnée scientifiquement. Il rejoint toutefois Garet et Billard dans la critique d’une conception purement chimique et statique du sol : « une fumure peut être, non seulement inutile, mais nocive » lorsqu'elle est « déséquilibrée par rapport à un milieu donné ». (Demolon, 1938a, p. 38).

18Que la fertilisation par les engrais commerciaux chimiques entraîne parfois des déconvenues pour les agriculteurs participe à légitimer l’ambition de Demolon de « fondamentaliser » l’agronomie par la science du sol. Il emprunte pour cela aux grands noms de la science du sol anglo-américaine (Sir E. J. Russell, Selman A. Waksman), mais son entreprise s’appuie surtout sur l’introduction de la pédologie et de sa conception holistique du sol. Revenons sur l’usage français des appellations de ces domaines savants : si la « science du sol » (dont le premier congrès international se tient en 1927) réunit des approches physiques, chimiques et microbiologiques au service d’un projet agronomique, la pédologie, en se donnant comme objet l’étude de la genèse, de l’évolution et de la morphologie (profil) du sol, confère à ce dernier une profondeur historique et spatiale nouvelle, qui vient ré-agencer et rénover les « vieilles disciplines » (chimie, physique et (micro)biologie du sol – laquelle s’en trouve revalorisée).

19En quelques années l’entreprise de Demolon sera une incontestable réussite : la jeune Association Française pour l’Étude du Sol (Afes), qu’il a contribué à fonder en 1934, compte plus de 400 membres en 1939 ; le laboratoire des sols de Versailles dont il a obtenu la création s'impose comme pôle de formation de chercheurs de talent. Enfin, Dunod réédite en 1938 (puis 1944, 1948 et 1952) son grand ouvrage de synthèse, Principes d'agronomie, dont la structure même illustre son ambition d’appuyer la connaissance de La croissance des végétaux (tome 2) sur La dynamique du sol (tome 1) (Demolon, 1932).

20Pour Demolon, si le sol peut s’apparenter à un « organisme vivant », cela recouvre trois grandes acceptions. Tout d’abord, il s’agit d’étudier le sol comme une « formation naturelle » dont on peut caractériser la genèse sur le substrat d’une roche mère, qui « fait partie de la biosphère » et dans l’évolution de laquelle « les facteurs biologiques interviennent puissamment » (végétation, micro-organismes et faune du sol) (Demolon, 1932, pp. 2-3 ; sur la faune du sol, voir Agafonoff, 1936, p. 4). Le sol s’inscrit donc dans une pensée biogéochimique planétaire (Vernadski est l’inventeur quelques années plus tôt du terme de biosphère (Rispoli, 2014)), et doit faire l’objet d’une connaissance pour lui-même (et non seulement pour son rôle dans la nutrition des plantes). 

21Le sol doit deuxièmement être appréhendé comme un « système en mouvement » : c’est de la connaissance de son « métabolisme » et de sa « dynamique interne » (Demolon, 1932, p. 3), bien plus que de données purement statiques, que peuvent se dégager des directives de culture.

22Enfin, c’est un « milieu biologique » – « le plus important d’ailleurs pour l’existence de l’humanité » - (Demolon, 1932, p. 3) – dont l’activité est corrélée à la productivité et la fertilité. Demolon, dont la formation initiale est celle d’un microbiologiste, entend bien mettre ce dynamisme biologique au service de la production agricole. Il s’attache en particulier à améliorer les symbioses entre certaines bactéries et les racines des légumineuses (à l’origine de la fixation symbiotique de l’azote de l’air).

23Dès 1936, Demolon se félicitait du développement de la pédologie en France :

à l’indifférence ou au scepticisme du début a succédé aujourd’hui une appréciation plus juste et plus saine. (…) Déjà la notion du «  terroir  » ou «  cru  » exprimée par les désignations locales trouve sa justification dans la définition des types génétiques. De même, la considération du profil s’est souvent montrée pleine d’enseignements en ce qui concerne le mode de développement des végétaux en surface (Demolon, 1936  (préface à Agafonoff) p. XII)

De la vie du sol à la rationalisation de la production

24Demolon accueille dans les Annales Agronomiques qu’il dirige un article majeur de Serguei Winogradsky (Institut Pasteur de Lille) qui ouvre la voie à une « microbiologie œcologique », fondant l’écologie microbienne (Winogradsky, 1939 ; Ackert, 2012). Mais si le facteur biologique est valorisé et représenté dans la quatrième section de l’Afes, la « pédologie biologique » reste toutefois une « branche cadette » (Duché, 1938, p. 53) dans l’institutionnalisation des sciences du sol.

25Les outils de la pédologie – la réalisation de profils des sols (prenant en compte leurs divers horizons) et l’identification du type (génétique) de sol et du processus évolutif qui l’anime – entendent faire mieux que les analyses chimiques des sols pour guider la recherche d’une « fumure rationnelle » (Demolon, 1932 ; Erhart, 1937).

26Toutefois, la contribution majeure de la science du sol tient, pour Demolon, Erhart et les forestiers, à la définition de la « vocation culturale des sols ». Ainsi pour Demolon,

À l’association « sol-climat », exprimée par le type génétique, correspondent des groupements « végétaux-climat » caractéristiques, mis en évidence par la phytogéographie. La valeur de ces conceptions s’est affirmée en matière forestière (…). Elles se sont en outre souvent révélées utiles dans l’examen de la vocation culturale des sols en agriculture (Demolon, 1938b, p. 81).

27Le respect de cette vocation culturale des sols garantirait une production de « qualité » – laquelle devient alors un marqueur de différenciation des produits et un outil de régulation des marchés (Allaire, 2011).

L'obtention de hauts rendements ne saurait constituer le seul critérium du perfectionnement de l'agriculture, d'où une orientation de plus en plus marquée vers la considération de la qualité. Cette dernière résulte de l'association d'une variété donnée à un milieu (c’est-à-dire un sol et un climat déterminés, c’est-à-dire un ‘cru’) (Demolon, 1932, pp. 467-468).

28En 1949, Demolon étendra la notion de cru (établie initialement en viticulture) à toutes les productions : la qualité se définit ainsi comme expression du terroir, comme « qualité originelle » (Demolon, 1949, p. 129) et la pédologie agricole comme une science de la localité.

29La création des appellations d'origine (loi de 1919), puis surtout du Comité National des Appellations d’Origine en 1935 (qui deviendra l’Institut National des Appellations d’Origine (Inao)) afin de faire face à la crise viticole multiforme de l'entre-deux-guerres offre en effet un important chantier de travail à ces « agro-pédologues » qui entreprennent de se faire reconnaître comme experts dans la délimitation des « terroirs » (Lafforgue et al., 1936 ; Erhart et al., 1939).

30Les praticiens qui cultivent les sols vivants et contribuent à leur évolution sont reconnus en tant que producteurs de savoirs finement spatialisés : les pédologues notent ainsi la concordance entre les désignations locales et vernaculaires des sols (véhiculant des indications sur la bonne façon de les travailler) et leur type génétique mis au jour par la pédologie (Lafforgue et al., 1936 ; Oudin, 1937 ; Erhart, 1937).

31Dans l’avant-guerre, définir le sol comme un « organisme vivant », possédant une histoire, un stade de développement, une morphologie, un métabolisme propre, et comme étant le produit d’interactions interspécifiques, n’a donc rien de marginal dans le monde scientifique. Une conception du sol comme « organisme vivant » se retrouve également au cœur de l’approche bio-dynamique née dans les années 1920 en Allemagne. Cette approche acquiert sa dimension expérimentale avec Ehrenfried Pfeiffer qui s’installe progressivement aux États-Unis à partir de 1937 et publie en 1938 simultanément en cinq langues dont le français, Fécondité de la terre : « La terre n’est pas une cornue de laboratoire, c’est un organisme vivant qui ne réagit pas suivant les lois de la chimie pure, mais suivant celles, plus compliquées de la biologie ». (Bégouin, préface à Pfeiffer, 1938, p. 5)

  • 5 La Soil Association (1946) promeut l’« organic farming » selon la tradition howardienne.

32Durant la guerre, les pénuries d’engrais justifient un renouveau des pratiques de fertilisation organique et une diffusion élargie des théories de compostage bio-dynamique (Bauer, 1943). Après-guerre, la réception de Pfeiffer dans les sphères savantes (Demolon, 1946, p. 153) et celle de The Living Soil de Lady Eve Balfour (Balfour, 1943), la fondatrice de la Soil Association5, participeront à la propagation de l’expression de « sol vivant », notamment à l’Académie d’Agriculture (Ballu, 1953, p. 432 ; Voisin, 1956, p. 658).

Une « Terre Vivante » pour la santé de l’homme (1946-1964)

33En 1946, la création de l’Institut National des Recherches Agronomiques (Inra) marginalise les spécialistes du sol au profit des généticiens qui en prennent la direction (Bonneuil & Thomas, 2009, pp. 70-72 ; Valceschini et al., 2018). Les politiques de modernisation réclament un sol inerte et standard ; la fertilisation chimique s’affirme comme pratique hégémonique (Page, 2021). La réorganisation des recherches à la faveur de la guerre et la marginalisation du projet de développement agricole centré sur l’expression des terroirs comme fondement de qualité et sur une utilisation rationnelle du dynamisme biologique va reléguer rapidement au second plan les savoirs émergents sur les dynamiques locales et vivantes des sols.

34En 1946, c’est aussi l’année de création de l’association « L’Homme et le Sol » laquelle, se revendiquant de la pédologie, entame un combat pour la défense de l’humus agricole. L’association relaie les alertes internationales sur la finitude de la planète (Mahrane et al., 2012), telles celles de Fairfield Osborn qui oppose la fragilité du « sol vivant » à la démesure technicienne et aux « flatteries de la science » (Osborn, 1948, p. 80). Durant ces années d’oubli institutionnel de la vie du sol, l’humus et ses microbes sont les acteurs centraux de la « Terre Vivante » (Afran, 1957) que valorise au contraire le réseau de scientifiques dissidents qui se constitue en 1951 autour de l’Association Française pour la Recherche d’une Alimentation Normale (Afran).

Une politique d’oubli et de détachement de la vie du sol

  • 6 Pour une approche des sciences du sol comme « science résiduelle », voir Puig de la Bellacasa (2014 (...)

35La Science du sol, pourtant au cœur des recherches agronomiques avant-guerre, ne se voit pas accorder le statut de département au sein de l’Inra avant 1974. Cette disparition de l’organigramme indique l’effacement, dans la technostructure agronomique d’après-guerre, de la Science du sol derrière une chimie agricole et une agronomie délaissant le monde microbien et la vie du sol pour se focaliser sur la mise en place de formules types de fertilisation6.

36Dans les institutions agricoles et agronomiques métropolitaines, on assiste à une marginalisation des approches pédologiques et microbiologiques qui s’affirmaient avant-guerre. L’Institut pédologique du Bas-Rhin et le laboratoire des sols de Versailles ont été détruits par la guerre. Le premier n’est pas reconstruit, le second très péniblement et partiellement.

37La pédologie périclite alors à l’Inra devant une science du sol à dominante physico-chimique. Son éclipse du champ agronomique contraste avec son essor dans les sciences et l’enseignement forestier, sous l’impulsion notamment de Philippe Duchaufour. À l’École Nationale des Eaux et Forêts de Nancy, la « pédologie biologique » entre ainsi dans la gestion forestière courante (Bonneau, 2001).

38La biologie des sols reste cantonnée à de très rares travaux sans lien avec les institutions agronomiques, tels l’étude des collemboles comme « indicateurs écologiques » par le zoologue Delamare Deboutteville (Delamare Deboutteville, 1951). Quant à la microbiologie des sols, absente de l’Inra, elle se retrouve quasi exclusivement à l'Institut Pasteur (laboratoire de Jacques Pochon). Dans les écoles agronomiques, les seuls microbiologistes du sol sont Thérèse Rouquerol à Montpellier (recrutée avant-guerre) et Jacques Duché à Paris, où l’on peut compter également le microbiologiste Jean Keilling, spécialiste des industries agricoles mais passionné de sol, et, comme Duché, conseiller de l’Afran.

39À l’Inra, les approches plus fondamentales du complexe sol laissent ainsi place à l’hégémonie doctrinale de la nutrition minérale. Les engrais (dont l’utilisation s’étend durant les années 1950 à l’ensemble des régions et des cultures, prairies comprises), apparaissent alors comme des artefacts industriels permettant de s'affranchir des particularités locales de culture et de la diversité des sols : des formules-types sont définies en fonction de sols moyens tandis que se généralisent des analyses rapides de sols où « la rapidité et le prix de revient sont plus importants que l’exactitude traditionnelle » (Oece, 1954, p. 99).

40Alors que la question de l’érosion des sols est très débattue dans l’immédiat après-guerre, sa gestion revient principalement, non à d’éventuels pédologues, mais aux spécialistes du sol de l’Inra – qui se réorganisent timidement autour de Stéphane Hénin et de la physique du sol. Ces derniers élaborent une métrologie de la matière organique à conserver dans le sol afin de soutenir la productivité agricole : c’est le bilan humique. Ce faisant, ils appréhendent l’humus exclusivement dans ses fonctions physico-chimiques de stabilisation des sols et de support permettant la bonne assimilation des engrais minéraux (Barbier, 1949).

41L’humus, détaché de sa dimension microbienne difficilement standardisable, est de plus en plus considéré comme une entité statique, un support physique et un stock de matière à entretenir et à consommer rationnellement. Les sols deviennent des supports de culture, inertes et standardisés, abstraits de leurs spécificités et attachements locaux comme de leurs dynamiques propres.

42Quelque chose de connu disparaît ainsi des savoirs qui comptent (Girel, 2017). Une telle méconnaissance des dynamiques locales et vivantes des sols va également priver les institutions agronomiques d’une expertise sur les effets secondaires de l’intensification agricole, ce qui en retardera la prise en charge. Pour autant, un tel oubli des dimensions vivantes du sol et de la nutrition organique des plantes fut contesté dès l’immédiat après-guerre.

Défendre l’humus, s’allier avec les microbes

43Face à l’Inra qui marginalise l’étude des sols comme vivants, plusieurs collectifs savants vont œuvrer à maintenir le souci et les savoirs des sols vivants, tels « L’Homme et le Sol », le « Comité pour l’Humus », l’Afran ou l'Association pour l’Étude de la Fertilité Vivante des Sols. André Birre joue un rôle clé à la croisée de ces réseaux. Secrétaire général de l’Association « l’Homme et le Sol », il consacre la deuxième partie de sa conférence du 10 novembre 1949 à la Société Nationale d'Horticulture Française à la « notion de sol vivant » (Birre, 1950).

44Face à l’accroissement des maladies des végétaux, il appelle à s’inspirer de Pfeiffer pour multiplier les expériences de « régénération de la vitalité du sol et des plantes » par l’emploi d’engrais organiques. C’est à la promotion de ces derniers que se consacre le Comité pour l’Humus (1952) au sein duquel se retrouvent Jean Keilling et l’iconoclaste André Birre.

45Cet ancien inspecteur du travail (limogé par le gouvernement de Vichy pour franc-maçonnerie) devient également le délégué à la propagande de l’Afran. L’Afran, qui connaît un réel succès dans les années 1950, s’inscrit dans une tradition médicale néo-hippocratique qui accorde une place primordiale à l'alimentation et à l’équilibre du sol dans la santé animale et humaine. Outre les microbiologistes Keilling et Duché, ses conseillers agricoles se recrutent principalement à l'Académie d'Agriculture et à l'Association pour l’Étude de la Fertilité Vivante des Sols (1951) qui crée avec l’Afran le bulletin Sol-Alimentation-Santé en 1956.

46Pour cette nébuleuse d’acteurs hétérogènes, l’entretien de l’« humus qui fait du sol vivant une véritable usine biologique » (Afran, 1957, p. 9) devient une voie alternative de développement agricole centrée sur l' « utilisation du dynamisme gratuit de la nature », tel que le gel, l’action du « ver de terre, travailleur agricole infatigable » et surtout du « cheptel léger du sol » (entendre micro-organismes et invertébrés) « plutôt que [sur] une intensification toujours accrue d'un machinisme agricole coûteux d'achat et gourmand en énergie onéreuse » (Ballu, 1955, p. 326). Ainsi s’exprime Tony Ballu, professeur honoraire de machinisme agricole à l’Institut National Agronomique et membre de l’Académie d’Agriculture.

47À l’instar du mouvement biodynamique, avec lequel les médecins de l’Afran entretiennent des relations, l’Afran et son réseau de conseillers valorisent également le rôle des sols vivants dans la santé humaine. L'association participe à plusieurs initiatives dans le monde agricole visant à restaurer la fertilité organique de terres dégradées et à valoriser la qualité biologique des productions ainsi obtenues (Pessis, 2021).

48Cette défense des sols vivants comme facteur de santé se retrouve à La Vie Claire (qui ouvre en 1948 une première coopérative de vente d’« Aliments Sains ») où elle se décline particulièrement à travers la thématique de la culture sans labour et des alertes sur les carences en oligo-éléments (Rémy, 1954). Elle est présente également aux marges de la communauté naissante des sciences de la nutrition. Le caractère vivant du sol et sa dimension microbienne autorisent en effet la circulation des savoirs entre sol et corps humain. Dans sa thèse consacrée à la qualité du pain, le jeune médecin Jean-Pierre Ruasse compare ainsi

l'action de la rhizosphère dans le métabolisme végétal à celle de la flore digestive chez l'Homme. On retrouve le même principe de symbiose indispensable, la même nécessité d'une population variée, dont chaque élément semble avoir son action propre (Ruasse, 1956, p. 45).

49Ces défenseurs de l’humus parachèvent ainsi la métaphore du sol comme organisme vivant. Se revendiquant de Demolon et de la Science du Sol plus systémique et biologique des années 1930, ils assurent effectivement la réception des travaux étrangers sur la nutrition organique des végétaux et le rôle de synthèse des microorganismes du sol (production de vitamines, d’auxines et autres substances de croissance) (Afran, 1957).

50Médecins, nutritionnistes, microbiologistes, agronomes, vétérinaires, inspecteurs des fraudes, etc., se retrouvent autour de la promotion de la qualité « biologique » des aliments (Afran, 1957, seconde de couverture). Celle-ci est conçue comme la résultante des peuplements microbiens, de leur fermentation et de leurs produits organiques, ainsi que de leur diversité et symbioses, à l’origine de l’équilibre biologique des sols. A contrario, l’usage inapproprié d’engrais solubles directement assimilables (qui ne passent pas par le stade microbien et ne mettent pas en jeu la nutrition organique des plantes) aurait entraîné une « rupture des équilibres biologiques » soit une « baisse de la qualité, une plus grande réceptivité aux maladies et parasites» (Binder, 1957, p. 2). Travailler avec un sol vivant réclame donc un recours privilégié à la fumure organique, en premier lieu par la conservation de la polyculture, du bétail et de son fumier, mais aussi par le compostage (du fumier et des déchets ménagers).

51Si le travail du « ver de terre, créateur des Civilisations » (Voisin, 1960, p. 277) est fréquemment évoqué, les microorganismes aux fonctions multiples sont conçus comme les premiers des êtres vivants du sol. Ainsi, pour le Dr. Jacques-William Bas, le président-fondateur de l’Afran :

Nous voici parvenus à l'ère microbienne de l'agronomie. (...) Constructeurs inlassables de matériaux nutritifs, capitalisateurs opiniâtres de réserves qui s'accumulent dans le tissu colloïdal de l'humus, transporteurs de nourritures prédigérées au sein de la structure radiculaire, telles nous apparaissent les fonctions du monde microscopique (Bas, 1952, p. 26).

52Au-delà de ses bases scientifiques, la défense d’une « Terre Vivante » (volumineux numéro spécial de la revue éditée par l’Afran) est aussi pour beaucoup une voie de contestation idéologique de la modernité, du dirigisme agricole, des politiques de motorisation et d’exode rural (Bivar, 2018). Pour Bas, défendre ce « bien sacré » qu’est la « Terre Vivante », c’est :

tenir serré dans nos mains ce qui subsiste de nos libertés professionnelles, familiales et nationales, avec ce qui reste encore de moyens capables de protéger la vie (…) [face à] « l'univers concentrationniste » que le matérialisme rationaliste contemporain veut fabriquer à coups de règlements, de dirigisme, de propagande et de lois (Bas, 1957, p. 5).

53Pour certains individus marqués à droite, une politique de la « Terre Vivante » enracinerait la paysannerie, entretiendrait sa liberté et son autonomie vis-à-vis des firmes agrochimiques comme de l’État. Pour d’autres, il s’agit aussi de soutenir, à l’heure des mouvements décoloniaux, « le réveil brutal des paysanneries spoliées du monde » (Birre, 1959, p. 110).

54Durant les décennies d’après-guerre les savoirs sur l’humus dans sa dimension microbienne deviennent ainsi un objet de mobilisations sociales. En-dehors des institutions de recherche où domine une approche physico-chimique du sol, s’invente un premier répertoire de savoirs et de savoir-faire centrés sur l’entretien de la vie du sol. Créé en 1958, le Groupement des Agriculteurs Biologiques de l’Ouest (première structure – à dimension régionale - de l’agriculture biologique française) hérite directement de ce travail du réseau de scientifiques gravitant autour de l’Afran. Mais la transformation des « sols vivants » de science non produite (« undone science » (Frickel et al., 2010)), mais socialement revendiquée, en un corpus théorique reconnu sera véritablement le fait des années 1960-1970.

Le « sol vivant » dans la structuration de l’agriculture biologique (1964-1980)

55La seconde moitié des années 1960 ouvre une nouvelle dynamique. A l’université, au Centre National de la Recherche Scientifique (Cnrs), au Museum National d’Histoire Naturelle (Mnhn), chez les forestiers, les microbiologistes et les zoologues, on assiste au renouveau des recherches sur la vie du sol. Avec le développement de l’écologie, « les vertus de l’association » (Birre, 1950, p. 40) (symbioses, interactions interspécifiques, etc.) deviennent l’objet privilégié de ces recherches. Au sein de l’arène agronomique, cela génère de timides reconfigurations institutionnelles et rend audible de premières alertes quant aux conséquences environnementales de l’intensification agricole. Surtout, comme nous verrons dans un second temps, ces nouvelles recherches sont accueillies avec enthousiasme par les premiers agriculteurs biologiques dont elles viennent nourrir le corpus théorico-pratique et à qui elles confèrent une nouvelle reconnaissance scientifique. Alors que l’agriculture biologique devient un thème de l’écologie politique naissante, un fructueux compagnonnage s’engage, en particulier au sein de l’association d’agriculture et d’hygiène biologique Nature et Progrès créée en 1964.

Le repeuplement des études sur le sol

56Une série d’évolutions dans le domaine des recherches sur la vie du sol prend place dans la seconde moitié des années 1960 à la périphérie des institutions agronomiques. Tout d’abord, un intérêt nouveau pour les « sols vivants » (Poncet, 1962, p. 392) s’affirme Outre-mer où la culture européenne (volontiers mécanisée, voire sans restitution organique) a contribué à les dégrader à grande vitesse. C’est à l’Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-mer (Orstom) que la biologie des sols (après la pédologie) prend son essor, montrant le rôle de la faune dans l’évolution des sols (Bachelier, 1963 ; Orstom, 1966).

57En métropole, c’est des sciences forestières que vient le premier livre majeur sur le « sol vivant ». En 1962, Richard Moreau et Bernard Boullard, l’unique spécialiste français des mycorrhizes

tentent de dire l'Unité de ce monde complexe (...) à l'harmonieux équilibre qu'est le Sol vivant (Boullard & Moreau, 1962, p. 11).

58Le Sol vivant, qu’ils érigent en titre des deux premières parties de leur ouvrage, recouvre selon eux des relations d'antagonisme ou d'entraide réciproque (des « amitiés particulières ») que, dans une perspective d’écologie, il convient d’étudier en elles-mêmes. Dans la lignée des recherches forestières et des travaux de Duchaufour, la microbiologie écologique (ou écologie microbienne) prend alors son essor au Centre de Pédologie biologique (Cnrs) de Nancy créé en 1962. Ces travaux font valoir leur fécondité sur le plan agronomique dans le domaine de la fixation symbiotique de l’azote chez les légumineuses mais aussi chez les non-légumineuses ou dans celui de la protection sanitaire des cultures (Dommergues & Mangenot, 1970, p. 6).

59Un tel développement des travaux sur la vie du sol tient également au lancement en 1964 du Programme Biologique International (PBI). Le PBI entend améliorer la productivité biologique de la planète et marque l’affirmation de l’expertise de l’écologie. En écologie du sol, il contribue particulièrement à la mise au point de méthodes d’étude in situ de la faune du sol. Groupant le Cpb de Nancy, le laboratoire d’écopédologie et de microbiologie du sol de Montpellier (Cepe-Cnrs), le laboratoire d’Écologie générale du Mnhn, l’Institut Pasteur et deux laboratoires de botanique, il contribue également à la structuration d’une communauté de recherche émergente (Unesco, 1970).

60Le dernier élément marquant ce repeuplement des études sur les sols tient au redéploiement de la microbiologie sous l’égide de l’Institut Pasteur. À partir de 1964, la nouvelle Section de Microbiologie du Sol de la Société Française de Microbiologie organise ainsi des colloques internationaux, par exemple sur le métabolisme de l’azote dans les sols. Si l’on sait de longue date (à l’Institut Pasteur tout particulièrement) que les engrais azotés inhibent la fixation microbienne de l’azote (Winogradsky, 1927 ; Demolon, 1932, p. 382), et si cet argument était porté dans les années 1950 par les promoteurs du sol vivant, le phénomène est de plus en plus désigné comme un « problème » par les travaux de biologie des sols (par exemple, Dommergues, 1968, p. 116).

61Ces travaux novateurs sur les sols vivants affirment leur souci d’applications agronomiques et de dialogue avec l’Inra. Les reconfigurations qui en résultent au sein des institutions agronomiques demeurent toutefois limitées. Dès 1965, les colloques de microbiologie des sols organisés par l’Institut Pasteur conduisent certains agronomes à remettre en cause leur conception (trop exclusivement physico-chimique) du cycle de l’azote (Drouineau, 1965, p. 12). Il faudra néanmoins attendre la fin de la décennie pour que l’Inra se saisisse pleinement de la question des pollutions générées par le lessivage des nitrates (Hénin, 1980), liées, selon les tenants des sols vivants, à l’appauvrissement de la vie des sols.

  • 7 Entretien avec Jean-Claude Germon, Dijon, 08/11/2019 ; Entretien avec Rémi Chaussod, Dijon, 09/12/2 (...)

62L’Inra se montre peu soucieux de développer des collaborations avec l’université autour de l’écologie du sol. Les recherches sur les mycorrhyzes, par exemple, ne sont pas encouragées et les chercheurs qui s’y intéressent peinent à leur faire une place (Le Tacon, 2014). À l’Inra, la principale évolution institutionnelle tient dans la création du laboratoire de microbiologie des sols de Dijon en 1967. Ses trois axes de recherche, à orientation explicitement appliquée, portent respectivement sur l’amélioration de la fixation symbiotique des légumineuses (dans la continuité des travaux de Demolon), sur la dégradation des pesticides dans le sol et sur l’épuration par le sol des résidus des sucreries et des stations d’épuration7.

  • 8 Entretien avec Marcel B. Bouché, Montpellier, 28/10/2019.

63Une place particulière doit néanmoins être faite à Marcel B. Bouché. Entré à l’Inra comme aide de laboratoire et reçu au concours de chercheur en 1963, il est affecté à la station de recherche sur la faune du sol créée à Dijon lors de la décentralisation de 1962. Parvenant à obtenir des crédits du PBI (auquel l’Inra ne participe pas), il devient rapidement un spécialiste international de l’écologie des vers de terre à laquelle il consacre une thèse d’État (Bouché, 1972). Il est l’un des premiers à l’Inra à avoir recours aux traitements de données et à la simulation informatiques8. Soulignant et quantifiant les rôles agronomiques des lombriciens (stimulation de la microflore, travail mécanique, structure des sols, fertilité, équilibres biologiques dans la défense des cultures, etc.), il déplore leur négligence :

les multiples agrotechniques ne tiennent pas compte des lombriciens, ce qui a conduit à leur raréfaction et donc à des compensations de leurs effets par d’autres techniques inutilement coûteuses (Bouché, 1977, p. 9).

  • 9 Entretien avec Michel Mustin, Médoc, 11/05/2017.

64Dans les écoles d’agronomie, il faut également compter la sensibilité nouvelle des étudiant.e.s dans l’après 19689. Ainsi c’est un cycle de conférences d’écologie du sol données l’Institut National Agronomique (Ina) en 1969 qui offre la meilleure synthèse (unique en son genre) du renouveau en cours des études sur La vie dans les sols (Pesson, 1971). Outre des spécialistes du Mnhn et de l’Inra de Dijon, y collabore le jeune titulaire de la chaire de microbiologie de l’Ina, Jacques Rivière, spécialiste de la rhizosphère.

65Ce fragile renouveau des études sur le sol vivant dans les institutions agronomiques correspond également à la percée d’une série d’alertes sur l’appauvrissement de la vie des sols et ses conséquences : identification de carences en oligo-éléments à l’origine de maladies végétales et animales de plus en plus nombreuses (numéro spécial des Annales Agronomiques (Trocmé, 1970)), baisse de la teneur en humus des sols (suite à l’accroissement de la puissance et de la profondeur des labours et aux faibles restitutions organiques) à l’origine d’une baisse des rendements (Reboul, 1977).

66Malgré ces alertes, le repeuplement des études sur les sols demeure limité dans l’arène agronomique, en comparaison de l’ensemble des institutions précédemment considérées. Ces travaux novateurs sur les sols vivants (universitaires et agronomiques) sont néanmoins au cœur des relations privilégiées qui se tissent entre les praticiens de l’agriculture biologique et certains chercheurs.

Un compagnonnage fructueux

67Le renchérissement des prix des engrais et du machinisme agricole suite à la crise pétrolière avive les contestations du productivisme agricole. Dans les années 1968, une série de rencontres entre scientifiques critiques et mouvements paysans contribuent à l'écologisation des pratiques agricoles (Bonneuil & Thomas, 2009, pp. 269-276 ; Cornu, 2014 ; Bécot & Pessis, 2014 ; Fortané, 2017). C’est dans ce cadre qu’un fructueux compagnonnage entre spécialistes de la vie des sols et membres de l’association Nature et Progrès va permettre une structuration autonome de l’agriculture biologique.

68En 1975 encore, sur les 4000 à 5000 agrobiologistes français, 75 % environ pratiquent la méthode Lemaire et Boucher (Cadiou et al., 1975). Cette dernière repose sur une technique unique d’entretien de la vie des sols fondée pour une large part sur la fertilisation marine. Mise au point sur les sols acides de l’Ouest, la méthode Lemaire est enseignée par les « agents Lemaire », également chargés de la vente des intrants biologiques et parfois de la commercialisation en aval des produits de la ferme.

69Nature et Progrès, où cohabite une diversité sociale et politique (les pionniers sont rejoints dans l’après 1968 par une frange d’extrême gauche) reconnait pour sa part une diversité de pratiques biologiques. Le socle commun autour duquel se retrouvent ses membres tient davantage au partage de connaissances sur les sols vivants. L’association engage un travail d’intéressement des chercheurs et de vulgarisation qui débouche notamment sur les livres à succès du jeune ingénieur agronome Claude Aubert (Aubert, 1970) qui devient le secrétaire général de l’association, et sur la réalisation d’une volumineuse Encyclopédie permanente d'agriculture biologique (Messerschmitt, 1974).

70L’auteur le plus prolixe de l’Encyclopédie (huit articles, tels que « Les excrétions racinaires des plantes supérieures », « Un bon sol est un sol vivant », etc.) n’est autre que le spécialiste de pédobiologie Bernard Boullard, alors professeur de biologie végétale à la Faculté des sciences de Rouen (Boullard, 1974). Aux côtés de Keilling et de jeunes et prometteurs ingénieurs agronomes (Claude Aubert, Dominique Soltner, Michel Mustin, etc.), on y trouve également plusieurs chercheurs de l’Inra : Marcel B. Bouché (le spécialiste des lombriciens), Michel Flanzy (directeur de la Station centrale de technologie des produits végétaux), Pierre Grison (spécialiste de lutte biologique) et Françis Chaboussou (directeur d’une Station de zoologie agricole). Dans l’Encyclopédie puis dans plusieurs documents techniques de Nature et Progrès, Chaboussou décrit les effets néfastes des pesticides et des engrais azotés en termes de sensibilisation des plantes aux pathogènes alors que, montre-t-il, les matières organiques amendant les sols ont une influence positive sur la résistance de la plante vis-à-vis de divers parasites (Chaboussou, 1974).

71Dans sa revue, ses copieux documents techniques et les cahiers des charges qu’elle édite à partir de 1972, Nature et Progrès fait la part belle aux savoirs et techniques de gestion des sols vivants. Ces derniers sont au cœur de l’expertise de l’Association des conseillers indépendants en agriculture biologique (Acab) créée en 1978. C’est appuyée sur une telle expertise que l’association parvient à contester à la maison Lemaire sa place de leader de l’agriculture bio française et se tourne vers les pouvoirs publics - lesquels reconnaitront en 1980 « une agriculture n’utilisant pas de produits chimiques de synthèse » qu’ils labelliseront à partir de 1988 (Piriou, 2002 ; Garcia, Jas & Leroux, 2017).

72Tout en soutenant une telle dynamique technique, les réflexions autour des « sols vivants » s’inscrivent également dans ces années 1968 dans un mouvement élargi de critique, dans les mondes de science, du réductionnisme chimique et de la rationalité agro-industrielle (Tabare, 1972 ; Cadiou et al., 1975). L’expression de « sol vivant » accompagne enfin la politisation des naturalistes (Lieutaghi, 1972, p. 192) et les débuts de l’écologie politique.

73Aussi fructueux soit-il, le compagnonnage qui marqua la structuration technique autonome de l’agriculture biologique ne recouvre que des engagements individuels, souvent difficiles et contrariés, de chercheurs ou ingénieurs, loin de toute politique institutionnelle. Ainsi l’unité de recherches en zooécologie du sol dont le projet avait obtenu le « feu vert » du directeur général de l’Inra reste-t-il lettre morte (Bouché, 1977) tandis que Marcel B. Bouché est muté au Cnrs à Montpellier en 1981. En cette fin des années 1970, l’Inra amorce plutôt son tournant vers les biotechnologies, autour des promesses de bactéries du sol transformées et de l’amélioration des symbioses (Bonneuil, 2020). Cet investissement du sol par la biologie moléculaire ouvre la voie à une nouvelle étape dans la mise au travail des microbes, celle de la génomique qui déploiera ses promesses à l’ère de la bioéconomie et des services écosystémiques (Granjou & Phillips, 2019).

Conclusion

74Des années 1930 aux années 1970, les sols vivants sont mis à l’agenda des recherches au sein d’une succession d’arènes diversifiées (voir tableau 1). Appréhendés comme organisme biologique, les sols vivants sont d’abord étudiés principalement dans l’arène agronomique, avant d’y connaitre après-guerre une éclipse durable. Marginalisés dans la plupart des institutions scientifiques, les savoirs sur les sols vivants sont alors réinvestis par les milieux de l’hygiène et de l’alimentation naturelles, lesquels travaillent particulièrement les connexions entre santé du sol et des hommes. Enfin, à partir de la seconde moitié des années 1960, ils sont l’objet de recherches (théoriques et pratiques) approfondies dans l’arène universitaire et dans l’arène professionnelle autour de la structuration de l’agriculture biologique, faisant alors timidement retour, sous cette double influence, dans l’arène agronomique.

Tableau 1 : Acteurs, arènes, objets et projets sociotechniques des « sols vivants » (1929-1980)

1929-1946

1946-1964

1964-1980

Principales arènes de mise à l’agenda de la notion

Arène agronomique (Afes, Laboratoire des sols, Institut Pédologique du Bas-Rhin)

Mouvements d’hygiène et d’alimentation naturelles (Afran, La Vie Claire, etc.)
Académie d’Agriculture

Université, Cnrs, Mnhn
Mouvements d’agriculture biologique (Maison Lemaire, Nature et Progrès)

Arènes secondaires, institutions aux marges desquelles existe la notion

Eaux et Forêts
Mnhn
Mouvement biodynamique
Mouvements agrariens

Institut Pasteur
Eaux et Forêts
Écoles agronomiques et vétérinaires

Arène agronomique (Inra, Ina)

Principaux objets d’études scientifiques

Le métabolisme interne ; la genèse et l’évolution des sols à l’interface minéral/biologique

L’humus dans sa dimension microbienne et ses synthèses organiques

Rhizosphère, associations et symbioses
Faune du sol

Projet socio-technique

Utilisation rationnelle du dynamisme biologique
Définir la vocation culturale des sols

Régénérer la terre, soigner l’homme

Écologiser la production agricole
Structurer l’agriculture biologique

Publication clé

Demolon, La dynamique du sol (1932, 1938, 1944)

Afran, Terre Vivante (1957)

Encyclopédie Permanente d’Agriculture Biologique (1974)

Définition de la qualité alimentaire

Une qualité originelle, expression du terroir

Une qualité biologique, résultante d’une fertilisation organique

Une qualité biologique, liée aux équilibres écologiques et à l’absence de chimie

75Loin d’être immuable, ce qui est « vivant » ou « biologique » dans la notion de « sol vivant » se transforme au fil de ces déplacements, est rendu saillant (ou invisible) par les savoirs forgés à ces différentes époques et dans diverses cultures épistémiques. Ainsi, c’est d’abord le métabolisme interne des sols qui, dans une perspective de pédologie appliquée, est considéré comme objet d’étude, puis c’est l’humus dans sa dimension microbienne et enfin, dans une perspective d’écologie, les associations de la rhizosphère et la faune du sol. L’appréhension de la qualité des produits cultivés sur sols vivants s’en trouve aussi transformée. Se succèdent ou se combinent ainsi une qualité alimentaire liée à l’expression des terroirs, produit de l’équilibre entre l’organisme sol et son milieu de culture, une qualité biologique liée au cycle de la fertilisation organique et de ses synthèses, et une qualité liée aux équilibres écologiques du sol et à leur non perturbation par la chimie.

76Enfin, si l’on note une congruence entre développement des savoirs sur les sols vivants et critique de l’agriculture agro-industrielle, une telle relation n’est cependant pas univoque, comme l’illustrent certaines préoccupations des défenseurs des sols vivants des années 1930 aux années 1970 (maximisation des processus biologiques, notion « d’usine biologique » (Afran, 1957, p. 9), souci d’une production intensive, etc.).

77Lorsqu’il devient en 1998 le titre d’un ouvrage de synthèse de référence, Le Sol Vivant (Gobat et al., 1998) possède déjà une histoire longue. Sous-titré Bases de pédologie - Biologie des sols, son succès marque la nouvelle légitimité acquise par la vie des sols auprès de communautés scientifiques et profanes élargies. Le travail d’héritage vis-à-vis de l’histoire qui vient d’être retracée, de réparation mais aussi d’oubli (absence de connexions entre vie du sol et santé des êtres vivants) à l’œuvre dans ce livre mériterait une attention renouvelée.

Tous mes remerciements vont aux coordinateur.rice.s de ce numéro et aux participant.e.s à la journée d’étude de septembre 2019 où fut discutée une première version de ce travail. Je remercie également les chercheurs retraités de l’Inra de Dijon qui m’ont accordé un entretien, ainsi que Denis Baize pour son accueil à la bibliothèque de l’Inra d’Orléans.

Haut de page

Bibliographie

Ackert, L. (2012). Sergei Vinogradskii and the Cycle of life: From the Thermodynamics of Life to Ecological Microbiology, 1850-1950. New York: Springer.

Afran (1957). Terre Vivante : notions théoriques et pratiques sur l'humus. L'Alimentation Normale (19-20).

Agafonoff, V. (1936). Les sols de France au point de vue pédologique (Demolon, A. Préface. pp. XII-XIII). Paris : Dunod.

Allaire, G. (2011). La rhétorique du terroir. Dans C. Delfosse (dir.), La mode du terroir et les produits alimentaires (pp. 75-100). Paris : Les Indes savantes.

Anonyme. (2016). Utiliser les micro-organismes du sol, une solution pour l’avenir ?, Semences & Progrès, (176), 86-87.

Aubert, C. (1970). L'Agriculture biologique : une agriculture pour la santé et l'épanouissement de l'homme. Paris : Le Courrier du livre.

Balfour, E. (1943). The living Soil. London: Faber & Faber.

Ballu, T. (1953). Réflexion sur le travail des sols. C. R. Ac. Agr., 39, 431-436.

Ballu, T. (1955). A propos d'un mémoire sur la culture sans versoir. C. R. Ac. Agr., 41, 323-326.

Barbier, G. (1949). Essai de mise au point sur la question de l'humus. Bulletin Technique d'Information des ingénieurs des services agricoles, (41), 319-327.

Bas, J.-W. (1952). Santé, Alimentation, Humus. L’Alimentation Normale, (1), 5-32.

Bauer, C. (1943). La Fertilité par les engrais organiques. Paris : Guy Le Prat.

Bécot, R. & Pessis C. (2014). Improbables mais fécondes : les rencontres entre scientifiques critiques et syndicalistes dans les années 1968, Mouvements, (80), 51-66.

Berdah, D. (2018). Abattre ou vacciner : la France et le Royaume-Uni en lutte contre la tuberculose et la fièvre aphteuse (1900-1960). Paris : Editions de l’EHESS.

Binder, M. (1957). Procédé « Viter-Humus ». Archives personnelles de Gérard Descrambe.

Birre, A. (1950). Le problème de la régénération de la vitalité du sol et des plantes. Jardins de France, 4 (2), 35-40.

Birre, A. (1959). Un grand problème humain, l’humus. Corbeil : Organisation Scientifique pour l'Entretien de la Vie.

Bispo, A. et al. (2016). Les sols : Intégrer leur multifonctionnalité pour une gestion durable. Versailles : Quae.

Bivar, V. (2018). Organic Resistance. The Struggle over Industrial Farming in Postwar France. Chapel Hill: The University of North Carolina Press.

Bonneau, M. (2001). Un siècle d’enseignement et de recherche en pédologie forestière. Revue Forestière Française, LIII(5), 585-603.

Bonneuil, C. & Thomas, F. (2009). Gènes, pouvoir et profits : recherche publique et production des savoirs de Mendel aux OGM. Versailles : Quae.

Bonneuil, C. (2020). Le pétrole vert. Les promesses des biotechnologies face à la crise énergétique (France, 1973-1984). Dans F. Jarrige & A. Vrignon (dir.). Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives et renouvelables à l’âge industriel (XIXème-XXème siècles) (pp. 313-327). Paris : La Découverte.

Bouché, M. B. (1972). Lombriciens de France. Ecologie et systématique. Paris : Inra.

Bouché, M. B. (1977). Projet de programme pour une unité de recherches en zooécologie du sol. Etude prospective, Dijon : Inra.

Boullard, B. (1958). La Mycotrophie chez les Ptéridophytes : sa fréquence, ses caractères, sa signification, Bordeaux : E. Drouillard.

Boullard, B. & Moreau, R. (1962). Sol, microflore et végétation : équilibres biochimiques et concurrence biologique. Paris : Masson et cie.

Cadiou, P. et al. (1975). L'agriculture biologique en France, Écologie ou mythologie. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Cornu, P. (2014). Crise des « grandes cultures » et émergence de l'agronomie systémique en France au tournant des années 1970-1980. Dans A. Bernard de Raymond & F. Goulet (dir.), Sociologie des grandes cultures. Au cœur du modèle industriel agricole (pp. 27-44). Versailles : Quae.

Chaboussou, F. (1974). Fumures, traitements et autres facteurs extrinsèques conditionnent la résistance de la plante. Dans H. Messerschmitt (dir.). Encyclopédie permanente d'agriculture biologique. Paris : Debard.

Chancrin, E. (1939). Chimie agricole. Paris : Hachette.

Cussonneau, E. (1964). Contribution à l’étude du sol (3). Nature et Progrès, 1(4), 142-145.

Delamare Debouteville, C. (1951). Microfaune du sol des pays tempérés et tropicaux. Paris : Hermann & Cie.

Demolon, A. (1932, 1938 b). La dynamique du sol. Paris : Dunod.

Demolon, A. (1938 a). Procès-verbal de la 3ème section, séance du 23.12.1937. Bulletin de l’Afes, 4(1), 3.

Demolon, A. (1946). L'évolution scientifique et l’agriculture française. Paris : Flammarion.

Demolon, A. (1949). La génétique des sols. Paris : PUF.

Domenech, G. (2015). Jardiner sur sol vivant : Quand les vers de terre remplacent la bêche ! Paris : Larousse.

Dommergues, Y. (1968), La biologie des sols. Paris : PUF.

Dommergues, Y. & Mangenot, F. (1970). Écologie microbienne du sol. Paris : Masson et Cie.

Drouineau, G. (1965). Métabolisme de l'azote dans les sols. Rapport général. Colloque de la Section de Microbiologie du Sol, 4 et 5 février 1965. Ann. Inst. Pasteur, 109(3) suppl, 7-15.

Duché, J. (1938), La Pédologie biologique. Bulletin de l’Afes, 4(1), 52-68.

Erhart, H. (1937). Traité de pédologie. Tome II. Pédologie agricole. Strasbourg : Institut Pédologique du Bas-Rhin.

Erhart, H. et al. (1939). Les terroirs du vignoble d’Alsace, Strasbourg : Institut Pédologique du Bas-Rhin.

Erhrart, H. (1940). La pédologie, science des sols. Annales de l’Institut Technique du bâtiment et des Travaux publics, 5(1), 12-26.

ETC Group (2018). Des bits et des microbes. https://www.infogm.org/6598-etc-group-des-bits-et-des-microbes

Evtuhov, C. (2006). The Roots of Dokuchaev’s Scientific Contributions: Cadastral Soil Mapping and Agro-Environmental Issues. Dans B.P. Warkentin (dir.), Footprints in the Soil: People and Ideas in Soil History (pp. 124-148). Elsevier: Amsterdam.

Finlay, M. (2015). Science, Promotion, and Scandal: Soil Bacteriology, Legume Inoculation, and the American Campaign for Soil Improvement in the Progressive Era. Dans D. Phillips & S. Kingsland (dir.), New Perspectives on the History of Life Sciences and Agriculture (pp. 205-229). New York: Springer.

Fortané, N. (2017). Naissance et déclin de l’écopathologie (années 1970 – années 1990). L'essor contrarié d’une médecine vétérinaire alternative. Regards sociologiques, 50-51, 133-162.

Frickel, S. et al. (2010). Undone Science: Charting Social Movement and Civil Society Challenges to Research Agenda-setting. Science, Technology & Human Values, 35(4), 444-473.

Garet, A. & Bilard, A. (1930). La résurrection au village. Paris : La Maison Rustique.

Garcia, M.-F., Jas., N. & Leroux, B. (2017). L’agriculture biologique et ses produits. Entre institutionnalisation marchande et repositionnement éthique. Regards Sociologiques, (50-51), 23-44.

Girel, M. (2017). Science et territoires de l'ignorance. Versailles : Quae.

Gobat, J.-M., Aragno, M. & Matthey, W. (1998). Le sol vivant. Bases de pédologie – Biologie des sols. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

Goulet, F. & Vinck, D. (2012). L'innovation par retrait. Contribution à une sociologie du détachement. Revue française de sociologie 53(2), 195-224.

Granjou, C. & Phillips, C. (2019). Living and labouring soils: metagenomic ecology and a new agricultural revolution?, BioSocieties, (14), 393–415.

Hartemink, A. E. et al. (dir.) (2009). Soil Science (vol. 2). London: Earthscan.

Hénin, S. (1980). Rapport Activités agricoles et qualité des eaux.

Hilgartner, S. & Bosk, C. L. (1988). The Rise and Fall of Social Problems: A Public Arenas Model. American Journal of Sociology, 94(1), 53-78.

Jas, N. (2001). Au carrefour de la chimie et de l'agriculture. Les sciences agronomiques en France et en Allemagne, 1840-1914. Paris : Ed. des archives contemporaines.

Jas, N. (2007). Public Health and Pesticide Regulation in France Before and After Silent Spring. History and Technology, 23(4), 369-388.

Krzywoszynska, A. (2019). Caring for soil life in the Anthropocene: The role of attentiveness in more‐than‐human ethics. Trans. Inst. Br. Geogr., 1–15.

Kupferberg, E. D. (2003). A field of great promise: soil bacteriology in America, 1900-1925, Endeavour, 27(1), 16-20.

Lafforgue, G., Riedel, C.-E. & Franc de Ferrière, J. (1936). Les graves de Bordeaux. Relations entre l'évolution et la vocation culturale, Bordeaux : DSA de Gironde.

Lieutaghi, P. (1972). L'environnement végétal : flore, végétation et civilisation. Paris : Delachaux et Niestlé.

Mahrane Y., Fenzi, M., Pessis C. & Bonneuil, C. (2012). De la nature à la biosphère. L’invention politique de l’environnement global, 1945-1972. Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 113(1),127-141.

Messerschmitt, H. (dir.) (1974). Encyclopédie permanente d'agriculture biologique. Paris : Debard.

Mosley, S. (2010). The Environment in World History. Routledge: London.

Oece (1954). Fumures minérales et organiques. Progrès réalisables en Europe, Paris : Oece.

Orstom (1966). Rapport d’activité 1965. Paris : Orstom.

Osborn, F. (1948). Our plundered planet. Boston: Brown & Co (trad. fr. 1949).

Oudin, A. (1937). La pédologie. Son objet, ses méthodes, son intérêt agronomique. Bulletin de l'Afes, 3(4), 279-293.

Page, A. (2021). Guerres et fertilisation : essor des engrais azotés en France et en Grande-Bretagne, 1918-1960. Dans M. Lyautey, L. Humbert & C. Bonneuil (dir.). Les modernisations de l’agriculture au XXe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Pessis, C. (2021). De la « croisade pour l’humus » à l’ « agriculture biologique ». Alertes savantes et mouvements paysans face à la dégradation des sols (1948-1958). Dans M. Lyautey, L. Humbert & C. Bonneuil (dir.). Les modernisations de l’agriculture au XXe siècle, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Pesson, P. (dir.) (1971). La vie dans les sols. Aspects nouveaux – études expérimentales. Paris : Gauthier-Villars.

Pfeiffer, E. (1938). Fécondité de la terre. Méthode pour conserver ou rétablir la fertilité du sol. Le principe bio-dynamique dans la nature (préface du Dr. Bégouin). Paris : La Science Spirituelle.

Piriou, S. (2002). L’institutionnalisation de l’agriculture biologique, 1980-2000. Thèse, Ensa de Rennes, Rennes.

Poncet, J. (1962). La colonisation et l’agriculture européennes en Tunisie depuis 1881. Étude de géographie historique et économique. Paris : Mouton & Co.

Puig de la Bellacasa, M. (2014). Encountering Bioinfrastructure Ecological Struggles and the Sciences of soil. Social Epistemology, 28 (1), 26-40.

Reboul, C. (1977). Déterminants sociaux de la fertilité des sols. Actes de la recherche en sciences sociales, 17-18, 85-112.

Rémy, M. (1954). Nous avons brûlé la terre. Chez l'auteur : La Vie Claire.

Rispoli, G. (2014). Between ‘biosphere’ and ‘gaia’: earth as a living organism in soviet geo-ecology. Cosmos and History: The Journal of Natural and Social Philosophy, 10(2), 78-91.

Ruasse, J.-P. (1957). Alimentation et santé. Le problème du pain. Dans P. Benoit & J.-P. Ruasse, Vrai pain, vraie santé. Du Sol à l’Homme, L’Alimentation Normale, 17-18, 17-104.

Salmona, M. (1994). Les paysans français. Le travail, les métiers, la transmission des savoirs. Paris : L'Harmattan.

Tabare, M. (1971). Pour de nouvelles cultures. Survivre et Vivre, 10, 20-21.

Le Tacon, F. (2014). Entretien du 30 janvier 2014. Archorales, 16, 168-177.

Trocmé, S. (dir.) (1970). Les oligo-éléments en France. Annales Agronomiques, 21(5).

Unesco (1970). Méthodes d’étude de l’écologie du sol. Actes du colloque de Paris [nov. 1967] organisé par l’Unesco et le Programme biologique international. Paris : Unesco.

Valceschini, E., Cornu P. & Maeght-Bournay O. (2018). L'histoire de l'INRA, entre science et politique. Versailles : Quae.

Visser, J. (2010). Down to earth. A historical-sociological analysis of the rise and fall of ‘industrial’ agriculture and of the prospects for the re-rooting of agriculture from the factory to the local farmer and ecology. Thesis, Wageningen University, Wageningen.

Voisin, A. (1956). Devons-nous encore réduire notre population paysanne : les économistes contre les philosophes de l’histoire et les biologistes. C. R. Ac. Agr., 42, 650-662.

Voisin, A. (1960). Dynamique des herbages. Devons-nous retourner nos pâtures pour les améliorer ? Paris : La Maison Rustique.

Winiwarter, V. (2014). Envionmental history of soils. In M. Agnoletti & S. Neri Serneri (dir.), The Basic Environmental History (vol. 4, pp. 79-119), Springer.

Winogradsky, S. (1939). La microbiologie œcologique : ses principes et son procédé. Annales agronomiques, 9(1), 1-23.

Winogradsky, S. (1927). Sur la fixation de l’azote atmosphérique (Conférence faite au Congrès de l’Azote Synthétique à Montpellier, 31 mai 1927). Dans Microbiologie du sol. Problèmes et méthodes (1949, pp. 647-659). Paris : Masson et Cie.

Haut de page

Notes

1 Monsanto a entrepris en 2015 un des plus vastes programmes mondiaux d’expérimentation au champ jamais réalisés pour tester des souches de bactéries et de champignons issus de différents sols agricoles américains. L’achat de Monsanto par Bayer peut d’ailleurs se lire comme une opération pour tenter d’obtenir un monopole sur les intrants microbiens (ETC Group, 2018).

2 Les travaux d’anthropologues suggèrent également une riche historicité et une longue persistance de conceptions vernaculaires des sols vivants (Salmona, 1994, pp. 220-244).

3 La notion d’ « arène » a été élaborée principalement en sociologie des problèmes publics (Hilgartner & Bosk, 1988). Son emploi, ici ajusté à des objets technico-agronomiques, vise à faire ressortir l’asymétrie des discours étudiés ainsi que la diversité des formes d’autorité et de preuves ayant cours dans les différents espaces considérés.

4  Les inoculations de bactéries symbiotiques des légumineuses connaissent davantage de succès.

5 La Soil Association (1946) promeut l’« organic farming » selon la tradition howardienne.

6 Pour une approche des sciences du sol comme « science résiduelle », voir Puig de la Bellacasa (2014).

7 Entretien avec Jean-Claude Germon, Dijon, 08/11/2019 ; Entretien avec Rémi Chaussod, Dijon, 09/12/2019.

8 Entretien avec Marcel B. Bouché, Montpellier, 28/10/2019.

9 Entretien avec Michel Mustin, Médoc, 11/05/2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Pessis, « Histoire des « sols vivants » »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 14-4 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rac/12437 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.12437

Haut de page

Auteur

Céline Pessis

Post-doctorante IFRIS (Inrae-Lisis-Univ Gustave Eiffel). Ses recherches actuelles portent sur la structuration d’une agriculture et d’une alimentation dites « biologiques » depuis 1945, reliant techniques agricoles, préoccupations environnementales et sanitaires et qualité alimentaire. Elle a co-dirigé Une autre histoire des « Trente glorieuses ». Modernisation, contestations et pollutions dans la France d'après guerre (La Découverte, 2013).

Adresse : LISIS, Univ Gustave Eiffel, ESIEE Paris, CNRS, INRAE, FR-77454 Marne-la-Vallée (France)
Courriel : celine.pessis[at]neuf.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search