Navigation – Plan du site
Varia

L’observatoire d’hydrologie urbaine

Un dispositif d’expertise innovant ?
The urban hydrology observatory. An innovative public action tool?
Los observatorios de hidrología urbana. ¿un instrumento de acción publica innovador?
Mathilde Soyer, Bernard De Gouvello et José-Frédéric Deroubaix

Résumés

Le champ environnemental est marqué par une multiplication des dispositifs d’expertise en appui aux politiques locales. Les « observatoires d’hydrologie urbaine » participent de ces outils d’action publique ; ils mettent en œuvre depuis plusieurs décennies, au niveau de la gestion de l’eau, un dialogue original entre scientifiques et praticiens des services d’eau et d’assainissement de grandes collectivités (Lyon, Nantes et la région parisienne). L’article s’emploie à caractériser cette forme de collaboration scientifique qui donne à voir des pratiques assez inédites : co-construction de programmes pensés sur le long terme, expérimentations in situ, développement d’une recherche territorialisée. Il précisera notamment comment l’entrée des chercheurs dans le quotidien des collectivités transforme profondément la culture de travail des services techniques et comment cette expertise solide favorise une logique d’innovation relativement précautionneuse, en réintroduisant du doute, de la réflexivité et de la complexité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’environnement est « souvent cité comme l’exemple d’un secteur d’action publique marqué par une forte demande d’expertise dans un contexte d’incertitude prononcée des savoirs » (Granjou et al., 2010). Le monde de l’eau dans la ville n’échappe pas à la règle : ces dernières décennies, les problèmes croissants posés par la gestion de l’eau dans la ville ont entraîné la structuration d’une expertise en hydrologie urbaine, au sens d’un savoir orienté vers des finalités pratiques. Elle a été favorisée par le développement de coopérations étroites entre des chercheurs et des « opérationnels » des collectivités territoriales, les opérationnels désignant ici, de façon coutumière pour l’ensemble des acteurs enquêtés, les professionnels des services publics.

2On peut ainsi considérer que les trois observatoires d’hydrologie urbaine existant aujourd’hui en France sont la forme mature et aboutie de coopérations entre scientifiques et praticiens du domaine de l’eau dans la ville, initiées dès la fin des années 1970. Ces partenariats se sont généralement noués à l’initiative des collectivités locales confrontées à des problèmes inédits et cherchant un appui du côté des laboratoires de recherche. OPUR (Observatoire des Polluants Urbains) est né en 1994 à Paris, l’OTHU (Observatoire de Terrain en Hydrologie Urbaine) a été créé à Lyon en 1998 et l’ONEVU (Observatoire des Environnements Urbains) existe à Nantes depuis 2008.

3Centrer l’analyse sur « l’observatoire en hydrologie urbaine », dans sa forme générique, permet d’analyser un dispositif d’expertise relativement pérenne et ce qu’il produit de nouveau en termes de modalités d’action publique. L’expertise est ici appréhendée au sens large, à la suite de Granjou, comme « l’intégration de savoirs scientifiques dans un processus de décision politique » (Granjou, 2003). Nous sommes face à une « expertise scientifique à destination politique » qui consiste à « solliciter, dans un processus de décision publique, les capacités de la science à diagnostiquer et à réguler les risques. » (Granjou, 2003). Nous proposons de voir de quelle façon cette forme de production de connaissances impacte l’action des services techniques chargés de mettre en œuvre la politique de l’eau sur leur territoire. De fait, l’innovation dans la gestion des eaux urbaines se nourrit des routines de travail et des représentations produites dans les observatoires, appréhendés comme des communautés locales d’experts.

4L’objet observatoire est intéressant à plusieurs titres. Premièrement, il permet de voir ce que produit une coopération scientifique sur un temps relativement long. Deuxièmement, il est une variante particulière du modèle d’expertise de type standard-positiviste (Joly, 2007). La connaissance produite se veut en effet universelle : il n’y a de risques reconnus que ceux qui sont objectivés par la méthode scientifique, la vision qui domine est celle d’une science « pure » indépendante de toute force sociale ou politique. Les scientifiques mettent en place au sein des observatoires des instruments de mesure, puis semblent « s’effacer » derrière les données. Les résultats se présentent comme d’autant plus « indiscutables » (Granjou et al., 2010) qu’ils se fondent sur « des dispositifs matériels standardisés plutôt qu’une autorité intuitu personae » (Granjou et al., 2010). Dans le même temps, la connaissance se veut aussi territorialisée : elle est orientée par les collectivités en fonction de problématiques locales et concrètes. Les techniciens des collectivités demandent ainsi aux scientifiques de trancher des dilemmes et d’endosser un statut d’expert à même de dire ce qu’il faut faire, ce qui génère une tension constitutive de l’observatoire. Enfin, ce modèle d’expertise locale, qui met sans cesse au jour de nouveaux risques sur le territoire, réintroduit au sein de la collectivité de la complexité et du doute sur la politique à mener, illustrant bien les difficultés de « l’agir dans un monde incertain » (Lascoumes et al., 2001).

5La méthodologie appliquée à la problématique de recherche est essentiellement qualitative et prend appui sur une sociologie de type compréhensif, qui place en son centre l’analyse du discours des acteurs. En plus des trois terrains principaux (Nantes, Lyon et la Région parisienne), deux terrains « témoins » ont été choisis : Rennes et Le Douaisis. Ces deux territoires présentent en effet des politiques de gestion des eaux urbaines relativement dynamiques et innovantes, bien qu’elles ne s’appuient pas sur des réseaux de recherche locaux pour orienter leur politique publique (et mobilisent donc d’autres ressources). L’approche comparative permet de mieux qualifier et saisir, par contraste, le rôle des scientifiques dans les « collectivités à observatoire » et la façon dont l’expertise mobilisée participe à la logique d’innovation. Si nous valorisons peu les résultats obtenus sur ces terrains secondaires, au bénéfice d’une démonstration centrée sur les observatoires, ils jouent néanmoins un rôle essentiel : ils servent de révélateurs de caractéristiques des observatoires. Les différences aussi bien de cultures professionnelles que de logiques d’action des collectivités témoins ont permis d’aboutir à cette idée de logique d’innovation spécifique aux collectivités à observatoires.

6Dans le cadre du travail d’enquête qui sous-tend cet article, 55 entretiens ont été menés, avec des chercheurs des trois observatoires et des opérationnels des services urbains des cinq terrains d’études. La communauté des hydrologues urbains étant relativement restreinte sur ces territoires, nous avons pu rencontrer l’essentiel de ce groupe. De nombreuses séances d’observation participante (au travers de réunions communes essentiellement) et le fait de travailler au quotidien dans le laboratoire de rattachement de l’observatoire OPUR a également permis une proximité avec les chercheurs de cet observatoire, ayant de fait le statut de collègues. Le partage de ce quotidien professionnel a favorisé une observation fine des routines de travail, des logiques d’action, des contraintes et bénéfices associés à la collaboration avec les collectivités. Ils ont aussi grandement facilité le lien avec les autres observatoires et la constitution d’un matériau à la fois formel (entretiens, analyses de comptes rendus de réunions et de rapports d’activité, etc.) et informel (échanges hors cadre professionnel, déjeuners quotidiens, relations de travail à l’occasion d’autres projets). En parallèle, cette proximité a nécessité un effort de réflexivité permanent afin de ne pas s’approprier automatiquement les dires et raisonnements des acteurs-collègues, mais bien de produire une analyse sociologique distanciée. De ce point de vue, les échanges réguliers avec des pairs sociologues, tout au long du travail, ont été déterminants. Il a aussi fallu préserver notre indépendance, eu égard aux demandes de reformulation ou édulcoration du discours de certains membres de la communauté professionnelle d’accueil, parfois en désaccord avec certains aspects de l’analyse. In fine, cette expérience pendant 3 ans inscrit la démarche de recherche dans une tentative de capture de l’objet observatoire dans ses multiples facettes (histoire, organisation, fonctionnement, productions, évolution, influence sur l’action publique).

7La première partie de l’article s’attachera donc à qualifier au plus juste ce qu’est, dans le champ de l’hydrologie urbaine, la forme observatoire, et la façon dont ce dispositif nourrit l’action locale. La seconde partie se fondera sur cet ensemble de caractéristiques pour développer une réflexion plus large sur la logique d’innovation observée au sein des services techniques des collectivités, favorisée par la présence des scientifiques dans leur quotidien de travail.

Les observatoires d’hydrologie urbaine, un objet singulier dans le champ de l’expertise

L’observatoire : la forme institutionnelle de collaborations historiques entre scientifiques et praticiens

Dans les années 1970, des scientifiques appelés pour soutenir un besoin d’innovation

8Le recours aux scientifiques s’explique dans un contexte de changement dont il faut dire quelques mots. Le modèle d’assainissement dominant jusque dans les années 1960 reposait sur l’évacuation des eaux le plus rapidement possible, les eaux pluviales étant soit mélangées aux eaux usées (réseaux unitaires), soit transférées, seules, vers le milieu récepteur le plus proche (réseau séparatif). La croissance urbaine s’est traduite par une augmentation de l’imperméabilisation des sols et donc un accroissement des volumes d’eau à évacuer. La dimension des réseaux s’est vite avérée insuffisante : les inondations par débordement de réseaux se sont multipliées, comme les chocs de pollution subis par le milieu récepteur recevant des eaux pluviales contaminées.

9Historiquement, c’est d’abord le problème des inondations qui a mobilisé l’action publique et les milieux de recherche. Dès les années 1970, en Seine-Saint-Denis et sur le territoire lyonnais, les collectivités tissent de premières collaborations avec quelques chercheurs-ingénieurs pour trouver des solutions. Les partenariats sont alors relativement informels : les professionnels des collectivités sont convaincus que les problèmes rencontrés demandent un effort d’innovation soutenu par les scientifiques. Les innovations concernées sont la mise en place de la gestion automatisée des réseaux en Seine-Saint-Denis (Lancelot, 1985) ou les premières modélisations du réseau d’assainissement sur le territoire lyonnais. Les pionniers de l’époque restituent bien cette urgence à trouver des réponses.

Les élus ont voté des choses particulières, ils ont dit : on veut un programme pour supprimer les inondations. Ils ont demandé au préfet de faire des propositions. [...] Ils n’ont peut-être pas employé le mot innovation, mais plutôt : même si ce sont des idées nouvelles, proposez-nous des choses, quoi... Pour nous sortir de là. (Ancienne directrice adjointe de la DEA-CG 93)

10Ces collaborations, esquissées à grands traits, constituent bien la préhistoire des observatoires : elles sont relativement libres et dominées par une réelle prise de risque, au sens où les dispositifs mis en place sont peu sécurisés et ne font pas l’objet d’un suivi rigoureux sur le plan scientifique (les sites expérimentaux ne sont pas très bien équipés, les protocoles méthodologiques ne sont pas routinisés, la métrologie est peu avancée, etc.). Dans le profil « ingénieur-chercheur » des premiers scientifiques investis, c’est plus la figure de l’ingénieur opérationnel que celle du chercheur qui domine.

Une solution élaborée par la communauté scientifique et technique : le contrôle à la source des eaux pluviales

11Face au problème des inondations, et dans cette dynamique de changement, une réponse s’est peu à peu imposée : le développement progressif d’un nouveau paradigme reposant sur le contrôle du débit des eaux pluviales. Ce principe implique une révolution dans la manière d’appréhender l’eau dans la ville : prenant ses distances avec le dogme de l’évacuation rapide via le réseau, il préconise de retenir l’eau là où elle tombe (c’est le contrôle à la source) avant de l’acheminer vers l’aval en maîtrisant son débit. Cela suppose de mettre en place des techniques alternatives au « tout-tuyau », relativement variées et dont la nature va évoluer dans le temps : grands bassins de stockage d’abord à l’aval des bassins versants (toutes premières solutions qualifiées d’alternatives) puis en remontant progressivement vers l’amont places et squares inondables, chaussées réservoirs ou perméables, toitures végétalisées, etc. (Rioust et al., 2012). Aujourd’hui, les solutions favorisent l’infiltration sur place.

12Si cette philosophie du contrôle à la source émerge au début des années 1970, sa mise en œuvre concrète (c’est-à-dire sa transformation en politiques publiques effectives, par exemple sa transcription réglementaire via la réalisation de zonages d’assainissement autorisant ou non l’infiltration, imposant des volumes maxima d’eau pluviale acceptée dans le réseau…) est toujours en cours (Petrucci, 2012). Elle continue de soulever des controverses scientifiques, techniques, sociopolitiques, qui ont elles-mêmes évolué au cours du temps. Ces dernières portent sur le véritable potentiel stockant des toitures végétalisées, sur la qualité des eaux pluviales... De fait, dès les années 1980, des expérimentations montrent que les eaux pluviales sont polluées : parce qu’elles traversent l’atmosphère, parce qu’elles ruissellent dans la ville ou parce qu’elles sont contaminées dans les réseaux (par les dépôts qui encombrent les canalisations ou au contact des éventuelles eaux usées). À compter de cette période, les scientifiques qui continuent à collaborer avec les collectivités seront essentiellement mis à contribution sur cette nouvelle thématique : OPUR et l’OTHU produisent majoritairement des connaissances et des données sur la qualité de l’eau affectée par les activités urbaines (circulation automobile, pollution domestique, jardinage…) et la possibilité de la rejeter au milieu ou de l’infiltrer telle quelle.

  • 1 Le STU (Service Technique de l’Urbanisme), organe du ministère de l’Équipement, lance en 1981 le pr (...)

13Les observatoires peuvent ainsi être considérés comme l’aboutissement de collaborations instituées il y a 40 ans sur deux territoires particuliers : la région parisienne, en particulier la Seine-Saint-Denis, et la région lyonnaise. Les éléments d’histoire de cette communauté scientifique et technique montrent qu’à partir des années 1970, on construit de façon concomitante un domaine d’action publique (la gestion de l’eau dans la ville) et un champ de recherche (l’hydrologie urbaine)1. C’est le temps du bricolage, des essais et des prises de risque. À compter des années 1990, on va chercher à pérenniser, toujours de façon concomitante, ce domaine d’action publique et ce champ de recherche : c’est le temps de l’institutionnalisation des collaborations sous la forme d’observatoires, et du développement d’une activité scientifique davantage centrée sur l’évaluation des nouvelles solutions mises en œuvre.

La forme observatoire : caractéristiques et fonctionnement

Le projet des observatoires : concilier logique académique et expertise pratique

14L’analyse prend ici appui sur la trajectoire des deux observatoires les plus anciens : l’observatoire parisien, OPUR, et le lyonnais, l’OTHU. L’institution nantaise est trop jeune pour pouvoir tirer des conclusions dès à présent, à la fois sur sa forme et ses productions. Il est en revanche possible de bâtir un archétype en confrontant l’expérience des deux autres.

  • 2 L’ensemble de ces données date de 2013.

15OPUR (1994) bénéficie d’un budget annuel moyen de 715 000 euros. 22 chercheurs et techniciens sont impliqués, à temps plein ou partiel dans la majorité des cas, ainsi que 26 doctorants, post-doctorants et stagiaires, presque tous rattachés au LEESU (Laboratoire Eau et systèmes urbains de l’ENPC). L’OTHU est une structure beaucoup plus importante, puisqu’il s’agit d’une fédération de recherche regroupant 9 établissements de recherche, 13 laboratoires et environ 89 chercheurs et doctorants (y compris doctorants et post-doctorants). Son budget annuel moyen est de 2,3 millions d’euros2.

16Indépendamment de ces différences, la forme observatoire se définit a minima par quatre caractéristiques :

  • des sites d’observation et d’expérimentation in situ instrumentés par les chercheurs et dont la maintenance est opérée avec l’appui des techniciens des services urbains ;

  • des programmes de recherche co-construits par les chercheurs et les collectivités locales ;

  • un co-financement des recherches par les collectivités locales ;

  • des collaborations à moyen et long terme.

  • 3 Si l’on retient comme critère discriminant, pour sanctionner la reconnaissance d’une discipline, l’ (...)

17L’observatoire a donc ceci de spécifique qu’il est ancré dans une double légitimité, à l’instar de la discipline hydrologie urbaine, toujours en construction et qui apparaît encore aujourd’hui comme un champ de recherche en devenir3(Deroubaix et al., 2010). L’observatoire ambitionne de produire à la fois des résultats valides sur le plan scientifique et des connaissances directement utiles à l’action. Cette tension permanente, entre logiques académiques et attentes pratiques, normes scientifiques et normes d’action publique, en fait un instrument particulier. De fait, le temps de la recherche n’est pas celui de l’action locale ; les exigences de la connaissance scientifique ne sont pas celles de l’expertise en vue de décider. L’usage même du terme « opérationnels » permet de distinguer les professionnels des collectivités des chercheurs, et souligne l’ancrage des premiers dans le champ de l’action concrète et pratique. Le défi des observatoires est le suivant : réussir à faire de la science académique en respectant les grands principes structurant ce champ (la révision permanente des connaissances produites, la poursuite d’une dynamique scientifique relativement autonome…) tout en postulant que ce mode de faire permettra aux collectivités d’en tirer des savoirs utiles sur le plan opérationnel. De leur côté, les chercheurs trouvent dans ce partenariat un accès au terrain (absolument fondamental pour cette science en lien avec des problématiques concrètes), une grande variété de sites expérimentaux, une connexion privilégiée à la demande sociale et au quotidien des collectivités (contraintes réglementaires, problèmes à venir) qui leur permet d’adapter leur dynamique scientifique.

18Cette tentative de faire coexister des logiques parfois antagonistes suppose des tâtonnements, la recherche de formes de régulation particulières, la formalisation d’un partenariat qui concilie les deux projets. I. Mauz, C. Granjou et M. Daccache montrent bien de façon pragmatique, en prenant le cas du domaine voisin de la biodiversité, « les différentes formes de bricolage (tinkering) accomplies par les chercheurs afin de construire des problèmes de recherche qui satisfassent différents ordres de contraintes – celui du travail expérimental, celui de l’organisation du laboratoire et celui du monde social qui inclut les collègues ou les hiérarchies plus à distance et les financeurs » (Granjou et al., 2013).

  • 4 Extrait de son site internet.
  • 5 Ibid.

19Cette cohabitation de logiques parfois difficilement compatibles, bien connue dans le cas de toute recherche à visée opérationnelle, est amplifiée par l’observatoire d’hydrologie urbaine qui pratique une recherche de « plein air » (Callon et al., 2001), c’est-à-dire dans des conditions réelles. L’OTHU se présente comme un « laboratoire hors les murs d’observation des rejets urbains et de leurs impacts sur les milieux récepteurs 4. OPUR, lui, se décrit comme un « site atelier qui vise à améliorer les connaissances concernant la production et le transfert des polluants dans les eaux urbaines »5. Ces configurations renvoient à des dispositifs expérimentaux reconnus sur le plan académique : il s’agit de recueillir des données selon un protocole précis et rigoureux, supposant une coopération soutenue avec les opérationnels. C’est nouveau par rapport aux années 1970 : l’hydrologie urbaine des prémices ne cherchait pas à faire science ni à être reconnue au plan national et international. Les chercheurs avaient donc moins de difficultés à articuler valorisation académique et missions d’expertise pour la collectivité.

Une gouvernance qui se formalise dans le temps

20À mesure que les observatoires s’institutionnalisent, le partenariat entre chercheurs et opérationnels se précise et la gouvernance se formalise. Aujourd’hui, l’observatoire parisien OPUR co-construit tous les six ans la prochaine phase de recherche avec ses partenaires. La démarche prend la forme d’une tournée des collectivités et de l’agence de l’eau Seine-Normandie, chaque institution exprimant aux chercheurs ses besoins et attentes. Les chercheurs de l’observatoire bâtissent ensuite un programme qui tente de combiner la dynamique scientifique engagée depuis un certain nombre d’années, les nécessités académiques liées à l’évaluation et la promotion des chercheurs, et la demande sociale des collectivités sur des points précis. Le programme est divisé en différents axes de travail, supervisés par un opérationnel et un chercheur. Chaque année, trois événements ont lieu : le comité des partenaires (regroupant chercheurs et opérationnels) pour suivre les travaux engagés, un séminaire annuel à visée plus scientifique (pour valoriser les résultats au fur et à mesure de leur production) et cinq journées de présentations thématiques dans les locaux des partenaires. L’OTHU, lui, co-construit chaque nouvelle tranche de recherche tous les quatre ans. Il préfère, aux échanges bilatéraux, la réunion de l’ensemble des partenaires autour d’une table (plusieurs services du Grand Lyon et l’Agence de l’eau Rhône-Méditerranée-Corse). Ce grand brainstorming débouche sur la définition d’un programme, divisé en six ou sept sous-programmes, codirigés, comme dans le cas d’OPUR, par un binôme opérationnel et chercheur. Généralement, l’observatoire organise tous les ans une journée technique pour les partenaires et un séminaire scientifique, auxquels peuvent s’ajouter des séminaires internes ou des formations ponctuelles. Ces temps institutionnels ne sont pas les seules occasions de dialogue entre chercheurs et opérationnels : les observatoires ont pour particularité supplémentaire de s’appuyer sur des structures de valorisation pour formaliser et diffuser les connaissances produites.

La stratégie des observatoires : s’adosser à des structures de valorisation pour formuler des messages d’action publique

21Une dernière spécificité du fonctionnement des observatoires est de confier la production de messages d’action publique à des associations en charge de valoriser les travaux de recherche. En région Rhône-Alpes, c’est le GRAIE (Groupe de Recherche Rhône Alpes sur les Infrastructures et l’Eau), qui existe depuis plus de 30 ans, qui joue se rôle. En région parisienne, ARCEAU-Idf (Association Recherche-Collectivités dans le domaine de l’eau) née plus récemment en 2013, tend à remplir la même mission en prenant exemple sur son aînée lyonnaise. Les deux structures ont une ancienneté, une taille et des moyens différents. Le GRAIE compte aujourd’hui treize salariés permanents, et bénéficie d’un budget annuel moyen de 1,3 million d’euros (chiffres de 2015). ARCEAU a seulement trois permanents et un budget moyen annuel moyen de 400 000 euros (chiffres de 2017), même si elle bénéficie de contributions supplémentaires des collectivités, pour des projets ponctuels qui les concernent. On note deux autres distinctions : d’une part, le nombre de collectivités présentes autour de la table (Paris et les départements de la petite couronne) complique le fonctionnement d’ARCEAU, alors que le GRAIE peut véritablement être un acteur de la politique du Grand Lyon, seule collectivité associée. D’autre part, le GRAIE s’est focalisé sur la valorisation de connaissances techniques pour un public de spécialistes, alors qu’ARCEAU ambitionne de s’adresser aussi aux élus, en s’appuyant notamment sur un certain nombre de travaux en sciences humaines et sociales.

22Cependant, elles poursuivent globalement le même objectif : sélectionner, vulgariser et opérationnaliser les connaissances produites dans le cadre des partenariats entre laboratoires de recherche et collectivités, c’est-à-dire les transformer en matière utile à l’action publique. Elles accomplissent ce travail pour les observatoires : en partie pour OPUR (qui communique aussi de son côté), en totalité pour l’OTHU. Pour cela, elles se chargent de deux tâches essentielles. Premièrement, elles mettent à disposition les recherches produites dans des formats adaptés aux publics cibles : cette fonction de valorisation-communication est relativement bien assumée par les structures, qui proposent des guides méthodologiques, des fiches techniques, des séminaires… Deuxièmement, elles animent le dialogue entre scientifiques et opérationnels, à travers notamment la constitution et l’animation de groupes de travail thématiques (comme « Gouvernance et participation », « Micropolluants », « Gestion des eaux pluviales », « Assainissement non collectif », etc.). Ces groupes sont composés de membres des observatoires mais aussi d’autres opérationnels et chercheurs. Nous avons pu participer à de nombreuses réunions et appréhender la fonction concrète de ces groupes : ils participent à l’appropriation par les acteurs des collectivités de nouvelles données, de nouvelles philosophies, de méthodes de résolution des difficultés, permettant in fine l’innovation. Plusieurs travaux montrent en effet qu’il ne suffit pas de transférer les connaissances pour qu’elles soient utilisées, il faut les mettre en débat pour qu’elles puissent réellement accompagner la prise de décision au sein de l’action publique (Amara et al., 2004).

23Le GRAIE et ARCEAU proposent ces espaces de mise en débat : c’est dans ce cadre que l’on tente de constituer un expert collectif, c’est-à-dire un groupe qui va défendre une option de politique publique, préconiser une norme. Cet aspect est particulièrement intéressant : on peut appréhender ces structures de valorisation comme un module externe greffé aux observatoires permettant de fabriquer des messages d’action publique. Par exemple, le GRAIE s’est beaucoup engagé en faveur du contrôle à la source des eaux pluviales, en éditant notamment un document (réactualisé en 2016) intitulé « Vrai ou faux ? Les dangers réels ou supposés des techniques alternatives », visant à accompagner le développement du contrôle à la source. Récemment, l’association a aussi produit plusieurs courtes vidéos sur les résidus de médicaments dans l’eau, associant aux résultats de recherche des préconisations pour limiter ces résidus polluants.

24Pour autant, les entretiens menés montrent que les formes idéales de la médiation (entre science et société, au sens large) restent problématiques et sont discutées en permanence. La première difficulté est d’ordre méthodologique et pratique : comment s’y prendre pour traduire et synthétiser une thèse ? Quel modèle économique viable peut soutenir ce travail hautement qualifié et chronophage ? Quels formats de communication permettraient de sensibiliser les élus ? La seconde préoccupation est liée aux difficultés pour les scientifiques, bien connues et documentées, de transgresser leur éthos professionnel (Roqueplo, 1997). Se mettre en position d’expert nécessite pour les chercheurs d’abandonner temporairement, dans un cadre donné (un groupe de travail ARCEAU ou GRAIE par exemple) un peu de la rigueur et de la prudence qui caractérisent la posture scientifique pour prendre le risque d’un parti pris provisoire et promouvoir la « moins mauvaise des solutions », même en l’absence de certitudes scientifiques.

25Si le fonctionnement de l’expertise collective, au sein du GRAIE et d’ARCEAU-IdF, est toujours en débat, ces associations participent activement et quotidiennement au projet des observatoires d’hydrologie urbaine : permettre aux services techniques de piloter leurs actions sur la base d’une expertise locale. En s’attardant sur cette dimension, la section suivante rend compte de ce que produisent les observatoires et fournit une explication à leur pérennité.

Un outil en appui à l’ingénierie du quotidien

Un instrument de suivi des solutions techniques mises en œuvre

26Selon les enquêtés, l’observatoire est un précieux appui à la mise en œuvre pratique de la politique de gestion de l’eau. Les transferts de connaissances sont sur ce point largement mentionnés par les acteurs des services.

27Les résultats de recherche utilisés par les opérationnels concernent d’abord les méthodes : les scientifiques accompagnent les praticiens des collectivités dans la définition de protocoles méthodologiques permettant d’opérer un suivi plus adéquat du système (qualité de l’eau, optimisation du fonctionnement du réseau…). Cette montée en compétence est très positive, dans un contexte où de nombreuses instances (Union européenne, Agences de l’eau…) imposent un suivi rigoureux au nom des normes environnementales. Ce transfert de connaissances vers les opérationnels permet tout à la fois de mieux encadrer les bureaux d’études, en ayant un regard critique sur la pertinence des méthodologies proposées, et d’être plus attentifs à la validité des mesures produites en interne, en comprenant davantage les tenants et aboutissants de la démarche. Mieux maîtriser la métrologie est essentiel : les gains ne s’expriment pas seulement sur le plan écologique, le coût des méthodes au regard de leur efficacité est aussi pris en compte.

28Un second type d’apport concerne la conception et l’amélioration des équipements : efficacité, maintenance, évolution des réseaux ou techniques alternatives évoquées plus hauts (toitures végétalisées, bassins de rétention des eaux pluviales, espaces publics inondables…). Plusieurs opérationnels soulignent qu’ils doivent l’évolution des bassins de rétention des eaux pluviales aux études scientifiques menées sur leur territoire : par exemple, certaines conceptions permettent non seulement de stocker les volumes d’eau mais aussi de favoriser la décantation des particules, donc de dépolluer l’eau, multipliant ainsi les bénéfices attendus des ouvrages.

29Un troisième type de transfert est lié à la modélisation, qui prend une place de plus en plus forte dans la gestion quotidienne des services d’eau et d’assainissement. Cette activité renvoie à l’élaboration de modèles permettant à la fois de reproduire le réseau et d’en améliorer son fonctionnement : automatiser une partie de sa gestion, tester des scénarios avant travaux, etc. De nombreuses cellules « modélisation » voient le jour dans les services, à mesure que cette pratique s’institutionnalise. Les chercheurs ont beaucoup aidé les praticiens à maîtriser ces outils, et surtout à les installer dans leurs pratiques usuelles, notamment sur le territoire lyonnais.

30Les observatoires se présentent donc comme un outil de suivi des politiques locales, dans leur dimension technique et matérielle le plus souvent. Les collectivités bénéficient d’une expertise territorialisée qui permet de battre en brèche des réflexes initialement guidés par le « bon sens » et d’aller contre certaines idées reçues. On peut citer en exemple le recours par les collectivités à des séparateurs à hydrocarbures en sortie de parking dans le but de dépolluer, au moins grossièrement, l’eau lessivant au passage les résidus d’essence. Les études scientifiques ont montré qu’il était préférable de ne mettre aucun dispositif plutôt que ces objets : le plus souvent encrassés, ils re-contaminent les eaux et ne jouent aucun rôle de filtre.

Au-delà des apports techniques : la collaboration, une « pratique sociale »

31Les seuls transferts de résultats, méthodes et conseils ne justifient pas la pérennité des observatoires, en particulier l’attachement des opérationnels à ces formes de collaborations, qui sont loin de se traduire automatiquement par des innovations effectives, régulières et concrètes. Car au-delà des exemples donnés, les entretiens révèlent aussi les obstacles à l’appropriation des recherches effectuées. Cet enjeu est régulièrement abordé lors des comités de partenaires et fait l’objet de griefs récurrents : les résultats produits semblent souvent insuffisamment utiles, pas assez opérationnels... L’étonnement face à ces relations qui perdurent, en dépit de difficultés parfois à justifier l’utilité de ces résultats, nous conduit à appréhender aussi ces collaborations comme une pratique sociale qui convient aux deux parties. Pour les opérationnels, les observatoires sont des lieux de réflexion où il est possible de faire preuve de réflexivité : ils s’arrêtent un peu pour questionner le bien-fondé de leurs actions. Les professionnels sont attachés à ces moments de discussion collective, qui permettent d’anticiper les problèmes à venir, de faire un pas de côté par rapport à leurs routines de travail, d’avoir des échanges intellectuels stimulants qui ne sont pas directement orientés vers la résolution d’un problème…

Il y a un intérêt à simplement travailler avec les chercheurs, en fait, à soutenir, accompagner… Qui n’est pas forcement lié pour le coup à une recherche de résultats précis, mais à un échange, au fait de développer des réseaux. […] Sur des thématiques très précises […] je peux vraiment être très exigeant, ne pas lâcher le morceau, dire : “Je veux des résultats, c’est un projet sur notre territoire, je vous rappelle qu’on met des sous et ce n’est pas pour rien.” À côté, s’il n’y avait pas cela, ce n’est pas pour autant que je claquerais la porte… (Chargé de mission au CG 93)

32Dans le même temps, la réalité du terrain et les difficultés des collectivités réinterrogent les chercheurs sur les dynamiques scientifiques engagées, leurs priorités, leurs présupposés… Les scientifiques aiment faire partie de ces réseaux, qui leur permettent un accès facilité aux terrains, une connexion à la demande sociale et aux problématiques émergentes, l’obtention d’informations qui ne parviendraient pas sinon à la communauté scientifique, et un sentiment d’utilité.

Si c’est de l’expérimental, tu ne peux pas travailler sans les partenaires opérationnels. […] Mais moi, mon objectif, c’était d’aller plus loin […]. Quelque part, dans l’histoire des observatoires, il y a le profil des gens qui ont monté les observatoires. Moi, je suis ingénieur à l’origine. J’ai fait de la recherche, mais je tiens beaucoup à ma casquette d’ingénieur. C’est-à-dire, ce qui m’intéresse, dans la recherche, il y a la recherche en soi c’est sûr, mais aussi c’est la finalité. Quand j’essaie d’interpréter les résultats en termes de méthodes et d’outils pour améliorer la gestion, j’ai une satisfaction en plus. (Fondateur de l’observatoire parisien OPUR)

33Avec l’institutionnalisation du partenariat, le dialogue déborde les moments formels de la collaboration. Si les opérationnels financent bien des programmes de recherches, via ce dispositif ils bénéficient aussi (surtout ?) d’un réseau. Les partenariats dépassent généralement implicitement les cadres de la convention : cette proximité offre la possibilité de solliciter de façon informelle un scientifique du réseau pour avoir un avis, un conseil, une information, des arguments pour répondre à un élu, un usager, la presse locale.

Les résultats c’est important mais il n’y a pas que ça. On finance aussi un réseau, c’est un peu le prix à payer pour dire… tiens, j’ai ce problème-là, j’appelle X et puis voilà, quoi... Ça sert aussi à ça, c’est quelque chose d’important. (Ingénieur au SIAAP)

34L’enquête montre bien comme l’observatoire est la création et l’objet des techniciens et des chercheurs : cette communauté y trouve des bénéfices réciproques suffisants au maintien des collaborations. Pour autant, ces dernières ne pourraient tenir sans l’aval du politique, qui y trouve aussi un avantage, bien que plus indirect. C’est une des caractéristiques supplémentaires de l’observatoire en hydrologie urbaine : il fait le choix d’une existence discrète et autonome, ne sollicitant qu’un soutien politique de principe.

Un dispositif d’action publique qui se tient à distance de la politique

Des élus peu impliqués dans les observatoires

35Les observatoires ont toujours maintenu à distance les élus et les usagers. L’observatoire est une forme peu politisée, si l’on considère au sens large, à la suite de V. Dubois, que la politisation se manifeste par la « conversion de faits sociaux de natures diverses […] en objets relevant de la sphère politique » (Dubois, 2012). Plus concrètement, on peut ici envisager trois formes de politisation possibles : l’implication d’un élu sur un sujet particulier, l’existence d’espaces de débat élargis à d’autres acteurs que les techniciens des services, l’existence d’un discours sur les valeurs accompagnant un choix technique. Or aucun de ces mouvements n’est à l’œuvre dans les observatoires.

36Premièrement, les élus interrogés à Paris et à Lyon ne participent pas à la définition de l’agenda de recherche : ils ne connaissent d’ailleurs souvent pas les thèmes travaillés dans ces instances et assument sans difficultés ce constat.

[Au sujet des thèmes] : Je n’en sais rien du tout, je n’ai pas honte de le dire… […] L’élu, non non, il ne doit pas donner son avis sur la recherche ! Il doit avoir la synthèse, il doit lui être transmis un ensemble d’éléments qui en ressortent, des capacités, des problèmes… et faire un choix. (Élu à l’Eau et à l’Assainissement – Grand Lyon)

37L’élu lyonnais soutient donc l’observatoire en tant que lieu de réflexion nécessaire au fonctionnement de ses services, mais qui n’a pas à être directement investi par le politique. Lorsque les élus lyonnais se saisissent de cet objet, c’est uniquement pour construire un discours sur la politique d’excellence des services d’assainissement. À Paris, la situation est un peu différente, puisque l’élue à l’Eau et à l’Assainissement (interrogée en 2013) est une ancienne chercheuse qui ambitionne de rapprocher le monde technique du monde politique. Quand elle mène en 2009 un débat public portant sur le choix de garder ou non le réseau d’eau non potable à Paris, elle fait l’analyse suivante :

Ça me semblait urgent de sortir ces enjeux du seul domaine technique. Parce que c’était accaparé : ça m’a frappé de voir à quel point les experts de la question, allez, les services techniques pour aller vite, aiment parler de la question et se parler entre eux. Ils n’ont pas tellement envie de faire comprendre leurs enjeux à un public plus large et se contentent très bien de rester dans l’entre-soi technique. (Élue à l’Eau et à l’Assainissement – Ville de Paris)

38Le constat d’un entre-soi relativement autonome et autosuffisant recoupe les observations que nous avons pu faire à l’occasion de l’enquête. S’agissant plus particulièrement d’OPUR, l’élue parisienne est dans la même situation que l’élue lyonnaise : elle connaît l’observatoire de nom, mais ne sait pas ce qu’il s’y passe et n’intervient pas dans la construction des thèmes de recherche.

39Deuxièmement, il n’existe pas aujourd’hui au sein des observatoires d’espaces de débat élargis à d’autres acteurs que les techniciens des services. Et cette ouverture n’est pas vraiment discutée. Un questionnaire administré aux membres des observatoires à l’occasion de notre enquête montre qu’en région parisienne, sur 13 chercheurs d’OPUR ayant répondu à la question « Pensez-vous que les élus devraient avoir une place dans les observatoires ? », dix ont dit « non » ou « plutôt non ». À Lyon, les réponses à cette même question sont plus dispersées mais vont dans le même sens : sur 25 répondants, sept seulement ont répondu « oui », 9 « non » et 9 « je ne sais pas ». On retrouve la même position concernant l’ouverture de l’observatoire aux usagers : au sein d’OPUR ou de l’OTHU, environ les 2/3 des chercheurs répondants se disent plutôt défavorables.

40Enfin et s’agissant du troisième critère, les observatoires ne tiennent pas de discours portant sur les valeurs. Nous pouvons pour attester de cela nous référer à l’ensemble des manifestations valorisant les travaux des observatoires (séminaires à destination des opérationnels, journées techniques) et aux documents produits (fiches, rapports, guides…) : le prisme est toujours technique, de façon tout à fait assumée par les acteurs. Il s’agit de porter à la connaissance des collectivités le résultat des mesures expérimentales de la façon la plus neutre possible, non de tenir un discours sur un projet de territoire.

La prédominance assumée d’une approche technique

41Cette distance avec « le politique » trouve deux explications. La première tient au sujet même : l’eau est depuis le 19e siècle un sujet relativement technique, laissé aux ingénieurs (Rioust, 2012). L’eau est systématiquement abordée sous l’angle de l’ingénierie, et cette sédimentation dans le temps a encore renforcé la « citadelle technique » (Bedu, 2010). On peut penser que le haut niveau de complexité, le degré de spécialisation des discussions et le déplacement des questions dans le champ des controverses techniques (bien réelles) rendent difficile une politisation des sujets. C’est en tout cas une raison souvent avancée par les techniciens de l’action publique :

[Au sujet de Novatech, un congrès organisé en lien avec l’observatoire lyonnais] : C’est dans un monde bien-pensant de chercheurs, les élus sont vite dépassés. C’est dense, je ne vous cache pas que ça plane à dix mille pour moi ! J’ai des questions terre à terre posés par les élus, les maires, combien ça coûte, et tout ça, on n’aura pas la réponse ! Par contre, on aura précisément la hauteur de pousse de l’herbe sur une toiture engazonnée, des trucs comme ça, ou le relargage du phosphore, si dans tel cas… ! [rires]. (Un chargé de mission de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne)

42La seconde explication, fortement liée à l’hypothèse qui vient d’être mentionnée, tient à l’histoire des observatoires : ils sont, dès les origines, l’instrument d’une communauté scientifique et technique. Ces partenariats originaux grandissent de fait à l’ombre du politique, et l’observatoire n’opère son coming-out auprès des élus qu’à l’occasion de premiers résultats probants. Si l’on s’en tient aux strictes compétences dévolues, les collectivités locales ne sont pas censées soutenir la recherche locale. Les premières coopérations se font donc en catimini, avec des moyens limités, sur le principe d’aides ponctuelles pour développer par exemple la gestion automatisée du réseau en Région parisienne et la modélisation du système d’assainissement au sein de l’agglomération lyonnaise.

  • 6 Extrait d’un entretien réalisé par C. Polaire pour le Grand Lyon, 2009.

Il faut savoir que SERAIL [un modèle de simulation du fonctionnement du réseau], de 1978 à 1985, on l’a pratiquement développé en cachette. Nous n’en avons parlé aux élus que quand nous avons eu besoin d’ICARE [un bureau d’études], autrement dit, de besoins informatiques externes. C’est en gros au moment où SERAIL a marché que nous les avons mis devant le fait accompli. (Chargé de mission du Grand Lyon présent aux prémices des collaborations)6

43Nous parlons bien d’une « communauté scientifique et technique de l’hydrologie urbaine » dans la mesure où, en région parisienne comme sur le territoire du Grand Lyon, on trouve au sein de ce groupe des caractéristiques communes sur plusieurs décennies : les mêmes acteurs clés, présents aux origines et toujours dans une position de leadership dans les observatoires, la promotion d’une science qui sert, l’attachement à une certaine informalité et convivialité, des mécanismes de cooptation pour recruter les nouveaux membres. La première ligne des observatoires est constituée d’un petit groupe ayant développé des relations interpersonnelles fortes. En outre, la co-construction de programmes de recherche et le développement d’une culture de travail commune ne vont pas de soi : cela suppose de créer de la confiance dans le temps, pour dépasser les antagonismes initiaux, chaque groupe pouvant craindre que l’autre ne l’instrumentalise (opportunisme financier, perte de contrôle sur les résultats…). Cela peut expliquer les craintes concernant l’ouverture à d’autres acteurs, qui pourraient déstabiliser le groupe et ses normes patiemment créées. La pérennité des relations tient à la construction de cette proximité dans le temps, qui requiert un entre-soi relativement fermé, également favorisé par le recrutement des membres du groupe souvent issus des mêmes écoles ou laboratoires de recherche. On note ainsi de nombreuses passerelles entre les milieux de recherche et ceux des collectivités, et l’existence au sein du réseau de profils hybrides ayant une double culture, scientifique et opérationnelle. D’anciens doctorants en hydrologie urbaine vont se retrouver en poste dans un service d’eau et d’assainissement, ce qui favorise par la suite la conservation de liens étroits avec l’environnement scientifique initial.

44Les observatoires sont donc d’abord vécus comme un instrument pour les techniciens des services : ils leur permettent d’appuyer leurs actions sur une expertise territorialisée, au sens d’une expertise élaborée localement, en fonction d’un agenda de recherche et d’étude décidé par les acteurs locaux (chercheurs et opérationnels). Les observatoires produisent ainsi une connaissance sur mesure qui tout à la fois tient compte des problèmes locaux et contribue à les construire, en renforçant la surveillance de tel ou tel aspect, en favorisant la mise en évidence de tel ou tel risque… Ils diffusent à cette occasion certaines formes de problématisation et de logiques d’action, comme le montre la deuxième partie (cf. supra). Cependant, alors que l’on pourrait s’attendre à ce que ces partenariats scientifiques d’excellence facilitent voire « libèrent » l’innovation, la situation se révèle plus ambiguë. L’outil observatoire, de par sa nature même, favorise au sein des services techniques une action publique relativement précautionneuse. Les caractéristiques qui fondent son identité, et que nous avons pris le temps de décrire, alimentent des mécanismes qui tendent à inhiber certaines formes d’action publique.

Un instrument qui favorise une innovation précautionneuse

À expertise solide, innovation prudente ?

Le renforcement d’un éthos professionnel : anticiper et contrôler

45L’innovation « ordinaire » se caractérise, pour le sociologue N. Alter, par la transformation d’une invention en une nouvelle pratique sociale. L’innovation est ainsi ce processus par lequel un objet, une idée ou une modalité passent du statut de chose marginale à nouvelle norme. C’est bien l’appropriation de la nouveauté qui est en jeu. De ce point de vue, nous considérons l’observatoire comme une innovation organisationnelle : des pratiques de collaborations ponctuelles s’enracinent au point de devenir la norme pour les services de quelques collectivités parisiennes et lyonnaises. La question posée ici est de savoir quels changements entraîne cette innovation formelle ? Que produit cet inédit organisationnel ?

46En fréquentant les scientifiques régulièrement et en s’impliquant dans la co-construction des programmes de recherche, les opérationnels deviennent petit à petit des apprentis-chercheurs. Les observatoires s’apparentent ainsi à des forums d’expertise où les praticiens peuvent s’acculturer aux réflexions des scientifiques, à leurs méthodes, à leurs façons d’appréhender les problèmes… Les opérationnels peuvent ainsi, à partir des données et réflexions proposées par les chercheurs, se forger une philosophie sur des questions complexes qui entrent dans leur périmètre de gestion. La nécessité de définir avec les scientifiques une approche du problème, au moins générale, se pose particulièrement pour les sujets émergents :

Ce qu’ils m’ont apporté, plus qu’une innovation, c’est un autre regard sur la problématique du changement climatique. Avant, quand on parlait de changement climatique par rapport aux données pluie, c’était : combien il va pleuvoir, quel sera le climat dans 10 ans. Maintenant, on a changé de discours […] : il y a des incertitudes, ce qu’on sait c’est qu’il y aura une grande variabilité. Donc, comment concevoir un système d’assainissement susceptible d’accepter ces grandes variabilités […] ? C’est quand même une autre façon de se poser ces questions ! (Ingénieure du Grand Lyon)

47On observe plus globalement le développement, chez les opérationnels interlocuteurs des chercheurs, d’une logique de type « rationnel-analytique », largement importée du monde scientifique, où l’esprit critique est constamment de rigueur, les vérités toujours provisoires, les mécanismes plus complexes qu’il n’y paraissait au départ… Au contact des scientifiques, les collectivités renforcent également leurs efforts d’anticipation (des effets collatéraux des solutions mises en place, des problèmes de demain) qui reconduisent sans cesse le questionnement et la nécessité de (beaucoup) réfléchir avant d’agir. Cette logique précautionneuse n’est pas nouvelle : les collectivités sont très sensibles aux risques, et nombre d’auteurs ont montré que ce phénomène allait en s’accentuant (Gibert, 2003). On peut faire l’hypothèse que l’observatoire contribue à renforcer cet éthos professionnel : l’expertise scientifique n’émancipe pas les collectivités de cette logique en les encourageant (voire en les autorisant) à prendre des risques, au contraire.

48Cette nouvelle culture a donc pour conséquence de favoriser une innovation précautionneuse, qui se soucie davantage d’accompagner le changement que de défendre des options radicales, dans le sens de radicalement différentes (contrairement aux expériences de la Seine-Saint-Denis ou du territoire lyonnais à la fin des années 1970 ou au début des années 1980). Les premières techniques alternatives sont implantées sans qu’on ne s’interroge sur leur résistance au temps, les effets contre-productifs en cas d’entretien mal fait, ni sur les dangers liés à l’infiltration. Aujourd’hui en revanche, il s’agit de maîtriser les incertitudes d’une politique environnementale en construction, et de contrôler chemin faisant la mise en œuvre du nouveau paradigme de gestion des eaux pluviales centré sur le contrôle à la source. Les observatoires permettent de se rassurer en interne sur les choix faits : on va questionner en permanence les potentielles externalités négatives des dispositifs mis en place, traquant par la même occasion les « fausses bonnes idées ». C’est le cas par exemple des toitures végétalisées.

On a fait beaucoup de toitures végétalisées, c’est très, très bien. […] Mais est-ce que les substrats qu’on utilise sur la toiture végétalisée ne sont pas polluants ? Certains le sont… Après, on va transférer quand même des pollutions en réutilisant ces eaux, ou en les transférant au milieu… (Responsable du service Eau et Assainissement, CG94)

49Dans la continuité de la réassurance, les observatoires jouent aussi un rôle de caution scientifique pour faire face aux injonctions extérieures, notamment à la pression réglementaire croissante, qui pousse à développer une métrologie sophistiquée pour suivre des paramètres de qualité de l’eau. S’appuyer sur cet instrument facilite largement les négociations.

[Au sujet de la Police de l’eau, de l’État et de l’Agence de l’eau] : C’est réunir tous ces acteurs-là et leur dire : voilà les exigences réglementaires, mais voilà l’état des connaissances scientifiques, voilà ce qu’on peut vous apporter comme réponse aujourd’hui, on ne fera pas mieux. (Une chargée de mission du Grand Lyon)

50Ce suivi scientifique se révèle d’autant plus nécessaire que les pratiques alternatives de gestion des eaux pluviales sont récentes. Les praticiens font souvent dépendre les options retenues d’intuitions ou de convictions issues de leurs expériences de terrain. L’instrumentation des dispositifs permet de confirmer ou d’infirmer les essais, avant de pouvoir (éventuellement) les généraliser.

51Il s’agit bien d’être le plus précautionneux possible, à la différence d’autres territoires, par exemple le Douaisis. Ce dernier a opté pour une mise en œuvre « radicale » du principe de contrôle à la source : l’infiltration et la déconnexion des eaux pluviales au réseau sont la règle première pour toutes les constructions nouvelles, sauf exception (contrainte hydrologique ou géologique). Ici, la radicalité renvoie à une généralisation à l’ensemble du territoire du principe d’infiltration : on change complètement de cap par rapport au tout-au-réseau, en prenant le contre-pied de cette norme auparavant majoritaire. La radicalité qualifie aussi un processus d’innovation sans filets : le Douaisis n’a pas mis en place d’expertise scientifique territorialisée pour suivre cette politique locale nouvelle, s’assurer en conditions réelles de la qualité de l’eau infiltrée, etc.

52Sur les territoires lyonnais et parisiens, le principe de l’infiltration est encore questionné. Des conditions géographiques et matérielles différentes (caractéristiques du sol, maillage hydrographique) expliquent, en partie seulement, cette différence d’approche. La distinction vient du fait qu’à Lyon et en région parisienne, les controverses scientifiques et techniques sont encore vives. Des incertitudes demeurent quant à la sécurité des pratiques d’infiltration, le potentiel filtrant des bassins de décantation… Ces controverses s’expriment au sein des observatoires, où elles sont alimentées et où la prudence est de mise.

Une logique précautionneuse parfois inhibante ?

53Cette logique de la surveillance n’est pas sans ambiguïtés : alors que l’urgence de certaines situations (la saturation des réseaux, encore aggravée dans l’optique du changement climatique) invite à la mise en place de solutions drastiques (l’infiltration « par principe » des eaux pluviales, une politique volontariste de réutilisation des eaux de pluie…), toute solution devient potentiellement objet de suspicion. Les doutes qui subsistent ou réapparaissent sans cesse à l’égard des nouvelles solutions peuvent avoir tendance à inhiber l’action.

Il y a aussi toute la question des bidons d’eau : aujourd’hui, on ne sait pas trop comment les gens les utilisent, est-ce que les plastiques eux-mêmes ne sont pas porteurs de substances relarguées ?… (Responsable du service Eau et Assainissement, CG94)

54Ainsi, le processus de sécurisation de l’innovation adossé aux observatoires est ambivalent : en jouant un rôle d’évaluateur et d’alerte, les scientifiques réintroduisent en permanence de l’incertitude au sein des services. À l’origine, on convoque l’expertise dans le but d’aider à la décision ; une fois la porte ouverte aux scientifiques, la dynamique à l’œuvre est très intéressante à observer : loin de simplifier leurs choix, l’expertise scientifique les confronte à de nouveaux dilemmes.

55C’est d’autant plus visible au regard de Rennes et Douai, où les controverses techniques et scientifiques semblent tranchées… même si les acteurs, sur ces territoires, reconnaissent prendre connaissance des publications de l’OTHU, de l’observatoire parisien, et d’autres articles scientifico-techniques parus dans des revues spécialisées. Pourtant pour eux, l’innovation est une affaire de volonté politique plus que de validation scientifique :

La technique, tout ça, aujourd’hui, ce n’est pas compliqué pour moi. C’est de fédérer les synergies entre les différents acteurs. [...] Face à des gens conservateurs, il faut une grande motivation. Et puis il faut le portage : il faut le soutien des élus, à partir du moment où vous avez le soutien des élus, c’est bon. (Directeur du service Maîtrise d’œuvre – Direction Infrastructure de Rennes Métropole)

56En outre, ils assument la part d’incertitude résiduelle : les techniques alternatives sont vues comme un pari qu’il faut risquer face à l’urgence environnementale. Sur ce territoire, le leitmotiv semble être « prenons des risques ! », ce parti pris étant valorisé comme un acte politique. Dans les collectivités à observatoires, le mot d’ordre implicite (et parfois explicite) est au contraire plutôt « ne prenons pas de risques ! ».

57La logique précautionneuse se justifie aussi par « l’entrée en complexité » qu’entraîne l’expérimentation in situ, qui transforme des objets simples en dispositifs élaborés dont il faut mettre à jour le fonctionnement.

Complexification… et complications

Une perception qui se complexifie

58L’extension de la complexité s’adosse au développement de l’expertise scientifique : la comparaison des collectivités à observatoires avec les collectivités sans observatoires est aussi révélatrice sur ce point. À Douai, les opérationnels ont devant les yeux un phénomène simple… dont l’efficacité se juge elle aussi assez simplement. L’exemple de l’infiltration est révélateur :

Il faut plus se baser sur le bon sens : demain dans le cadre de cette crèche, ils font une petite extension. L’eau de pluie, actuellement, elle fait quoi sur votre terrain ? Le maître d’ouvrage répond : “Bah elle s’infiltre... Vous voyez quoi ? Des flaques ? Des problèmes d’infiltration ?” “Non, rien...” Demain, vous allez construire, vous allez mettre en place un puits de perte ou une tranchée drainante, ça va changer quoi ? L’eau s’infiltrait bien avant... Donc voilà : réfléchissez avec bon sens ! Avant, on ne se cachait pas derrière un tas d’études ! [...] Infiltrez, vous verrez ! Nous on prend cette part de risque en disant : ça va fonctionner. (Directeur adjoint du service Assainissement – CA du Douaisis)

On s’oriente sur des toitures-terrasses végétalisées, des choses rustiques et simples qui marchent bien. (Directeur du service Maîtrise d’œuvre – Direction Infrastructure de Rennes Métropole)

59À Lyon ou à Paris, les praticiens qui mettent en place des techniques alternatives se trouvent eux devant des objets complexes… et des phénomènes complexes. Notamment parce qu’ils s’intéressent beaucoup à la qualité de l’eau infiltrée. Une professionnelle du Grand Lyon décrit les dilemmes associés à l’entretien des bassins d’infiltration.

La réponse n’est pas simple. Passé un temps, on désherbait systématiquement tous nos bassins d’infiltration, avec des produits un peu toxiques. [...] À un moment, les chercheurs ont commencé à nous dire : ça ne sert à rien, il vaut mieux laisser la végétation se faire. Et comme il y aura une activité microbienne autour de la végétation, ça ne va pas forcément colmater le sol mais ça va permettre de filtrer mieux la pollution. [...] La thèse a montré aussi que ça dépendait vraiment des conditions météorologiques. [...] Il faut trouver, avec tous ces résultats... Je ne sais pas ce qu’on va en faire ! […] Est-ce qu’il faut vraiment gérer cette végétation parce que ça apporte suffisamment de dépollution ?... Il faut absolument qu’on ait un pic de végétation, mais ça voudrait dire que peut-être, à des moments, il faudra rajouter de l’eau, ce qui devient délirant quand même. Ou est-ce qu’il faut continuer à ne rien faire ? [...] Maintenant, il va falloir qu’on relise tout ça et qu’on se dise : quelle consigne de gestion on donne derrière à un prestataire d’espaces verts ? (Responsable du service Études Direction de l’eau – Grand Lyon)

60Les études lancées sur les micropolluants trouvés dans les eaux pluviales augmentent les difficultés : on ne peut jamais vraiment considérer qu’on en sait assez pour agir, puisque plus l’on cherche, plus l’on trouve, et que les premières mesures ne sont que la face émergée de l’iceberg.

Plus ça va, plus on progresse, plus on détecte de nouveaux polluants, plus on les détecte tôt, plus on les connaît, plus il faut les traiter !... Enfin on n’arrête jamais ! À un moment… Bon c’est peut-être un mauvais exemple, si ça permet de sauvegarder le milieu naturel… mais il y a ce truc où quelquefois, on ne s’arrête pas. (Chargé de mission au CG 93)

61En faisant parler les techniques alternatives et le monde qui les environne, les scientifiques révèlent que ces objets ont un fonctionnement complexe, insaisissable par la simple observation ou le « bon sens ». Une fois ces données produites et ces phénomènes mis à jour, les collectivités ne peuvent pas ne pas en tenir compte : soudain, et de façon incontournable, ça devient compliqué.

Des techniques plus sophistiquées

62La complexité n’est pas qu’une question de perception, elle est aussi une affaire de dispositif. Car plus on assigne d’objectifs et d’ambitions à une technique, plus elle-même devient complexe. Dans la métropole lyonnaise et parisienne, les techniques sont de fait plus élaborées qu’à Douai ou Rennes. On peut soutenir que la fréquentation des scientifiques contribue à cette sophistication des dispositifs, parce que la diversité des chercheurs multiplie les dimensions de l’objet : les hydrologues plaident pour ses performances hydrologiques, les environnementalistes pour ses aspects paysagers, les sociologues pour son appropriation par les usagers, les urbanistes pour son intégration à l’espace urbain… Même si on opte pour des ouvrages « rustiques » dans leur principe, ils deviennent des objets multi-usages partie prenante du projet urbain.

Avant (dans les années 1980, avec les bassins de rétention) on avait des choses techniques, et on a commencé à dire : on va se rapprocher du cycle urbain de l’eau, le plus naturel. Mais maintenant, on voit des projets où on est en train de se torturer... Je rajoute : nous les premiers ! […] On est prêt à faire des choses folles ! Pour la conception de la ville, les cheminements, la contrainte qu’on va imposer à l’espace public... […] Pour faire ça, on a un nombre de tuyaux et une conception hydraulique hyper compliquée ! À tel point qu’il y a eu des erreurs de faites à plusieurs reprises […], c’est tellement complexe qu’à moins de faire des relevés de caméras, on n’arrivera jamais à faire les trucs. (Chargé de mission au CG 93)

63Un dernier élément renforce la complexité : si une partie du territoire des collectivités devient un laboratoire à ciel ouvert pour les chercheurs, un certain nombre de techniques sont transformées en objets hybrides : mi-techniques alternatives, mi-dispositifs expérimentaux. Cette transformation ne va pas de soi, loin de là. Il faut beaucoup d’ingénierie, d’essais, de bricolages, de réaménagements de la technique pour qu’elle devienne un traceur pour les chercheurs : elle doit être placée à un endroit particulier, capable d’héberger des instruments de mesure, rendue accessible pour les opérations des chercheurs, etc. La contrainte expérimentale fabrique de fait des objets complexes, aux mécanismes plus difficiles à maîtriser.

64Qu’elle soit imputable à la perception des opérationnels ou aux caractéristiques intrinsèques des dispositifs de gestion, la complexité est présente au quotidien dans les services. La question devient alors, de façon pragmatique : comment trancher cette complexité et « agir dans un monde incertain » ? (Callon et al., 2001). Quels partis pris arrêter ? Comment décider ? L’ensemble des logiques décrites interrogent in fine la portée de l’expertise et interrogent donc les limites du dispositif « observatoire » : comment agir dans des contextes où les incertitudes ne semblent jamais levées et où surgissent toujours de nouveaux risques ?

Conclusion

65Centrer l’analyse sur l’observatoire d’hydrologie urbaine permet de bien saisir l’acculturation réciproque à l’œuvre, sur le temps long, entre opérationnels et chercheurs. Les techniciens « jouent » aux apprentis-chercheurs et acceptent de soutenir une recherche académique, dont une part comporte des retombées opérationnelles. Les scientifiques prennent part de facto aux controverses environnementales, en participant à la construction des grilles d’analyse et des cadres de perception des problèmes, en les faisant exister à travers une série d’outils et en documentant tel ou tel phénomène. Ils manifestent en outre une conscience accrue pour ce qui fait problème sur le terrain, une préoccupation sincère pour les dilemmes d’action publique et le transfert des résultats scientifiques. De ce point de vue, les observatoires peuvent aussi apparaître comme des « dispositifs frontière », tout à la fois objet et espace où cohabitent différents mondes sociaux pour produire une activité inédite, en dehors des périmètres d’action habituels de chaque groupe (Trompette et Vinck, 2009). En ce sens, les observatoires révèlent bien l’institutionnalisation d’une forme d’expertise qui rompt très clairement avec la figure du chercheur dans sa tour d’ivoire : ce mode de production de connaissances fait pleinement partie du métier contemporain de scientifique (Granjou et al., 2013), même si cette évolution ne va pas de soi. Elle suppose en effet des bricolages institutionnels et des innovations organisationnelles, qui sont mis en acte avec précaution et scrupules : la réflexivité des acteurs, qu’il s’agisse d’expérimenter in situ, de formaliser les collaborations, ou de désigner des bonnes pratiques de gestion, est très prégnante. Ces tâtonnements, qui posent régulièrement des dilemmes à ces professionnels, sont aussi une propriété de l’observatoire. Enfin, externaliser la production de messages d’action publique à des associations de valorisation ad hoc est une caractéristique supplémentaire de ces propositions originales. C’est une façon de décharger les chercheurs d’une activité chronophage, et de bien distinguer production de connaissances et élaboration de stratégies d’action publique.

66À travers l’analyse de ces communautés locales d’expertise, l’enquête que nous avons menée met aussi en avant un phénomène contemporain bien connu : dans la « modernité réflexive » (Beck, 1986), une production croissante de données et de résultats scientifiques ne se traduit pas automatiquement, loin de là, par le renforcement des capacités d’action. Autrement dit, ce n’est pas parce que les pouvoirs publics ont à leur disposition des connaissances toujours plus fines sur les processus en jeu qu’ils agissent davantage, au contraire (Latour, 2012). De fait, en traquant les effets collatéraux de solutions en apparence bénéfiques, en objectivant sans cesse de nouveaux risques, les scientifiques mettent les pouvoirs publics face à de nouveaux dilemmes.

67L’enquête de terrain montre bien comment la complexité s’immisce partout, des objets techniques aux dispositifs de gestion : simples de prime abord, ils se révèlent bien plus ambigus une fois que les scientifiques les ont fait parler. L’enjeu est alors, pour les collectivités d’autant plus conscientes du danger, de sécuriser le processus de changement, autrement dit d’adopter une logique d’innovation précautionneuse. L’injonction implicite sur ces territoires devient « ne prenons pas de risques ! », l’existence de données locales indiscutables et alarmantes invitant à la prudence. La pérennité des observatoires encourage ce phénomène : la durabilité des collaborations permet aux controverses scientifiques et techniques de se déployer dans le temps et de demeurer vives.

68L’étude de ces situations concrètes vient in fine nourrir les recherches soucieuses d’une approche pragmatique de l’expertise, c’est-à-dire investiguant « les formes et les pratiques de la mobilisation des experts scientifiques du point de vue des “experts eux-mêmes”, en tenant compte de la variété des contextes d’exercice » (Barbier et al., 2013). En marge des formes plus classiques, ou mieux connues, de type comité d’experts ou agences, il existe des configurations d’expertise très hétérogènes qui font apparaître, en situation, la vivacité des discussions, expérimentations, efforts, inventions, pour articuler activité scientifique et décision politique.

Un grand merci à Bruno Tassin pour les multiples relectures et discussions, qui ont permis d’enrichir et préciser les analyses sur le « monde » de l’hydrologie urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Alter, N. (2000). L’innovation ordinaire, Paris : Presses universitaires de France.

Amara, N., Ouimet, M., & Landry, R. (2004). New Evidence on Instrumental, Conceptual, and Symbolic Utilization of University Research in Government Agencies. Science Communication, 26, 75-106.

Barbier, M., Cauchard, L., Joly, P.-B., Paradeise, C., & Vinck, D. (2013). Pour une approche pragmatique, écologique et politique de l’expertise. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(1), 1-23. https://doi.org/10.3917/rac.018.0001

Beck, U. (1986). La société du risque, sur la voie d’une autre modernité. Paris : Aubier (réédition 2001).

Bedu, C. (2010). Quand une citadelle technique se (sou)met à l’épreuve de « l’impératif délibératif ». Récit et analyse pragmatique d’une procédure de débat de type « mini-public » dans le domaine de l’eau potable. Thèse de doctorat de sociologie, ENGEES : Strasbourg.

Boussaguet, L., Jacquot, S., & Ravinet, P. (2010). Forums. Dictionnaire des politiques publiques. Paris : Presses de Sciences-Po, 3e édition actualisée et augmentée.

Callon, M., & Barthe, Y. (2005). Décider sans trancher : négociations et délibérations à l’heure de la démocratie dialogique. Négociations, 4(2), 115-129.

Callon, M. Lascoumes, P., & Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain : essai sur la démocratie technique. Paris : Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Deroubaix, J.-F., Carré, C., Chouli, H., & Deutsch, J.-C. (2010). Hydrologie urbaine : vers une mondialisation des « bonnes pratiques » locale. In G. Schneier-Madanes (dir.), L’eau mondialisée. La gouvernance en question. Paris : La Découverte.

Dubois, V. (2012). Le Politique, l’artiste et le gestionnaire : (re)configurations locales et (dé) politisation de la culture. Bellecombe-en-Bauges : Éditions du Croquant.

Grandgirard, A., & Barbier, R. (2006). Les observatoires de l’eau, des outils au service de l’évaluation ? Développement durable et territoires [En ligne]. Dossier n° 8.

Granjou C., Mauz, I., & Daccache, M. (2013). Les conditions de l’articulation entre recherche et expertise. Le cas des recherches sur la biodiversité. Revue d’anthropologie des connaissances, 7(1), 67-86. https://doi.org/10.3917/rac.018.0067

Granjou, C., Mauz, I., & Cosson, A. (2010). Le recours aux savoirs dans l’action publique environnementale : un foisonnement expérimental. Sciences de la société, 79, 115-129.

Granjou, C. (2003). L’expertise scientifique à destination politique. Cahiers internationaux de sociologie, 114 (1), 175-183.

Gilbert, C. (2003). Risques collectifs et situations de crise. Apports de la recherche en sciences humaines et sociales. Paris : L’Harmattan.

Halpern, C., Lascoumes, P., & Le Galès, P. (2014). L’instrumentation de l’action publique. Controverses, résistance, effets. Paris : Presses de Sciences Po, coll. « Gouvernances ».

Joly, P.-B. (2007). L’expertise scientifique dans l’espace public : réflexions à partir de l’expérience française. Réalités industrielles, mai, 23-29.

Lagroye, J. (dir.), (2003). La Politisation. Paris : Belin.

Lancelot, B. (1985). La gestion automatisée des réseaux d’assainissement : analyse d’un processus d’innovation technique. Thèse de doctorat, Centre d’Enseignement et de Recherche pour la Gestion des Ressources Naturelles et de l’Environnement (CERGRENE), Paris : ENPC.

Lascoumes, P., & Le Galès, P. (2005). Gouverner par les instruments. Paris : Presses de Sciences Po, coll. « Académique ».

Rioust, E. (2012). Gouverner l’incertain : adaptation, résilience et évolutions dans la gestion du risque d’inondation urbaine. Le cas des services d’assainissement de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne face au changement climatique. Thèse de doctorat, Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains (LEESU), Paris : ENPC, Université Paris-Est.

Rioust, E., Deroubaix, J.-F., Deutsch, J.-C., & Hubert, G. (2012). L’invitation des services d’assainissement dans la fabrique de la ville : une nouvelle forme de politisation des services techniques ? In F. de Coninck (dir.), Transformation des horizons urbains. Savoirs, imaginaires, usages et conflits. Paris : L’Œil d’or.

Roqueplo, P. (1997). Entre savoir et décision, l’expertise scientifique. Versailles : Quae.

Trépos, J.-Y. (1996). La sociologie de l’expertise. Paris : PUF.

Haut de page

Notes

1 Le STU (Service Technique de l’Urbanisme), organe du ministère de l’Équipement, lance en 1981 le programme de recherche « Eau dans la ville », avec plusieurs collectivités partenaires.

2 L’ensemble de ces données date de 2013.

3 Si l’on retient comme critère discriminant, pour sanctionner la reconnaissance d’une discipline, l’existence d’une section au Conseil national des Universités.

4 Extrait de son site internet.

5 Ibid.

6 Extrait d’un entretien réalisé par C. Polaire pour le Grand Lyon, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Soyer, Bernard De Gouvello et José-Frédéric Deroubaix, « L’observatoire d’hydrologie urbaine »Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 13-2 | 2019, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/rac/1258

Haut de page

Auteurs

Mathilde Soyer

Chercheuse associée au LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains), à l’École des Ponts et Chaussées, elle mène des recherches en sociologie de l’environnement sur les enjeux de qualité de l’eau en lien avec les activités urbaines. Dernièrement, elle a travaillé sur la construction du problème des micropolluants (styles et formes de politiques locales, construction de l’alerte, appropriation par différentes communautés professionnelles, perception du problème par le grand public). Elle participe également à des missions de valorisation scientifique des travaux conduits en SHS dans le domaine de l’eau (réalisation de synthèses scientifiques, organisation de débats, réalisation de films scientifiques) à destination des collectivités territoriales et des institutions publiques.

Adresse : LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains), École des Ponts Paris Tech, 6-8 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, Champs-sur-Marne, FR-77455 Marne-la-Vallée (France).
Courriel : mathilde.soyer[at]enpc.fr

Bernard De Gouvello

Chercheur au CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) et au LEESU (Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains) de l’École des Ponts ParisTech, ses recherches sont basées sur une approche transdisciplinaire (intégrant sociologie, sciences de gestion et sciences de l’ingénieur) et se focalisent sur la durabilité sociotechnique des innovations en matière de gestion dans le bâtiment et leurs impacts sur la gestion urbaine de l’eau.

Adresse : LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains), École des Ponts Paris Tech, 6-8 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, Champs-sur-Marne, FR-77455 Marne-la-Vallée (France).
Courriel : bernard.degouvello[at]leesu.enpc.fr

José-Frédéric Deroubaix

Chercheur en sociologie politique au Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains de l’Université Paris-Est, École des Ponts – ParisTech, il a travaillé sur les questions environnementales, étudiant diverses politiques publiques, principalement relatives à la gestion de l’eau en France mais touchant également aux usages des instruments économiques dans la régulation environnementale, à l’impact des procédures de participation sur l’action collective et la mise en œuvre des politiques environnementales. Ses recherches s’orientent ces dernières années sur les processus de diffusion des modèles de gestion des eaux usées et pluviales, de gestion des inondations et d’aménagement de la nature en ville.

Adresse : LEESU (Laboratoire Eau, Environnement et Systèmes Urbains), École des Ponts Paris Tech, 6-8 avenue Blaise Pascal, Cité Descartes, Champs-sur-Marne, FR-77 455 Marne-la-Vallée (France).
Courriel : j.deroubaix[at]enpc.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue d’anthropologie des connaissances sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Société d’anthropologie des connaissances
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals